Partagez|

Jake Rhodes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
— ADMINISTRATEUR —
Chasseur de l'Elit Daemonia

Date d'inscription : 23/03/2016
Messages : 5256
Rp postés : 188
Points-Bonus : 38
Avatar : Tom "Fuckyeah" Hardy
Âge du perso : 36 / 302 ans
Groupe du perso : Vieux chasseurs
MessageSujet: Jake Rhodes Mar 29 Mar - 23:06


Jake Rhodes

Feat. Tom "fuckyeah" Hardy


RACE: Chasseur
PRÉNOM: Jake
NOM: Rhodes
ÂGE: 36 / 302 ans
NATIONALITÉ: Américaine
STATUT: Célibataire biendurci
À SALEM DEPUIS: Trop longtemps
MÉTIER/OCCUPATION: Mettre du sang sur sa lame, préserver l'équilibre.

♰♰♰♰♰♰


INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES : Pas particulièrement tendre, Jake est un chasseur redoutable, réputé pour honorer tous ses contrats. Fin observateur, il est également l'un des meilleurs pisteurs de l'Elit Daemonia. Ses faits d'armes sont connus de plusieurs non-humains, ce qui lui a forgé une mauvaise réputation. Il a un penchant pour le sado-masochisme, il prend plaisir dans sa propre souffrance. Jake porte toujours son épée de l'Elit sur son dos, dans son fourreau, et ne s'en sépare jamais. Malheur à celui qui tentera de la lui faire enlever, aussi bien lui demander de s'arracher directement les couilles.




Stoïque - Introverti - Confiant - Compétent - Loyal - Colérique - Bougon - Violent - Protecteur - Imprévisible. Jake est un homme... compliqué, entièrement dévoué à son rôle de chasseur. En réalité, il ne connait rien d'autre que la violence. Dangereuse machine à tuer formée par l'Elit, si son mentor ne lui avait pas inculqué quelques bonnes valeurs, qui sait quelle sorte de monstre il serait devenu après 3 siècles de perpétuelles boucheries. Mais il aime son boulot, il aime voir le sang couler et y prend un plaisir malsain. Plus c'est dangereux, plus il s'amusera. Sous ses airs placides et sanguinaires, on pourrait croire que les épreuves ont eu le dessus sur ses émotions, mais ce n'est pas le cas. Elles macèrent dans le creux de son ventre, comme de la grosse merde inconfortable qui lui serre les boyaux. Froid en apparence, il est intimidant par son imposante carrure, son regard scrutateur et ses sourcils trop souvent froncés d'impatience. Le chasseur ne passe pas par 4 chemins lorsqu'il a quelque chose à dire ou à faire, il se moque bien des conséquences si la cause est juste. C'est l'un des prix à payer pour faire affaires avec lui. On pourrait croire que sa place est au fond d'une grotte, reclus dans la nature - et ce ne serait pas entièrement faux -, mais pour ses confrères, il demeure l'un des chasseurs les plus efficaces et les plus loyaux sur qui on peut compter. Il donnerait sa vie pour protéger celle de n'importe quel frère d'arme qui le mérite. Comme Jake fume le cigare et a un penchant pour la bouteille, il aime passer du temps avec ses frères d'armes autour d'une pinte. Soirées qui se terminent souvent en baston, mais qui sont toujours hautement divertissantes. Mais son plus grand plaisir est de délasser avec une belle femme. C'est d'ailleurs l'une de ses faiblesses. On a tous besoin de tendresse, nah ? Amour ? Il en a pour son frère, terriblement, et il lui démontre en parasitant sa vie de sa surprotection et de ses sauts d'humeur. Comme tous ceux qu'il apprécie. La réalité c'est que cette vie de merde n'aurait plus de sens sans eux et que le monde... c'est dangereux. C'est sa façon d'aimer, pas la meilleure, mais la seule qu'il connaisse.  

♰♰♰♰♰♰


SES AMBITIONS, SES BUTS : Jake erre depuis trop longtemps sans véritable autre objectif que de remplir ses contrats. Frederick aimerait le voir prendre un poste de maître d'armes permanent à Fort Volsek, mais Jake sait qu'il n'a pas l'étoffe d'un bon enseignant, il est trop impatient pour s'emmerder avec des bouseux... et que des têtes finiraient par tomber.




Son avis sur la révélation de l'an 2000 : Depuis que les projecteurs sont tournés sur les surnaturels, y'en a que pour eux. Les contrats pleuvent et plus besoin de se cacher pour tuer du monstre.
Son avis sur les lois gouvernementales : Y'a pas de lois à Salem, juste de la poudre aux yeux. Ce sont des arguments de plus pour casser du monstre sans se faire emmerder.
Son avis sur les sorciers : Si vous voulez un conseil, plus elle est jolie, mieux vaut vous tenir loin.
Son avis sur les vampires : De la viande froide. Ce sont les plus facile à buter, il y a rarement quelque chose de bon dans un vampire.
Son avis sur les loups-garous : C'est plus facile de les tuer quand ils essayent de te bouffer.
Son avis sur les chasseurs : Ils sacrifient leur vie pour sauver les faibles. Il lèverait sa lame pour défendre chacun d'entre eux. Mais depuis 2 ans, n'importe quel con se croit capable de tuer un monstre. Comme si être chasseur s'arrêtait à faire des pirouettes avec une épée et à boire une potion magique. Pauvres crétins...
Son avis sur les humains : La plupart sont trop cons pour faire la différence entre un farfadet et le cul rasé d'une chèvre. Alors discerner les créatures dangereuses des monstres, faut pas se leurrer. Grand bien leur fasse, ça garde mes poches pleines.




Ses yeux s'ouvrent.

Quelqu'un est entré, l'écho de ses pas résonnent jusqu'à l'étage. Des pas titubants, lourds. Papa est rentré. Le gamin regarde par la fenêtre où seule la lune éclaire la chambre de ses rayons. Ça va recommencer. Jake se redresse puis plante les pieds dans ses godasses. Son regard se pose sur le petit lit en face du sien, là où Jasper le fixe, la couverture remontée jusqu'au nez.

" T'inquiètes pas p'tit frère, tout va bien. Va sous le lit, allez, grouilles-toi ! "

Déjà, on pouvait l'entendre gémir entre deux coups, à travers les bruits de vaisselle qui se brisait sur le sol. Du haut de ses neuf ans, Jake se tenait debout dans la cuisine, le coeur battant. Les yeux secs à force de toujours assister au même spectacle dont il ne comprenait pas toutes les subtilités. Quelque chose s'était éteint dans son regard depuis longtemps. La lueur de l'innocence, peut-être. Qui sait. Sa mère était penchée contre la table, le visage ensanglanté et barbouillé de larmes. Et son père, les culottes aux genoux, la pénétrait aussi sauvagement que maladroitement. Ce n'est pas tant la scène que l'odeur de whisky bon marché qui lui fit retrousser le nez. L'homme mis un instant à comprendre le sens des gémissements de sa femme qui le priait d'arrêter. Il finit par croiser le regard de son fils après avoir lourdement frappé le crâne de son épouse sur la table pour qu'elle se taise. Et elle se tut… ça, oui, inerte et molle comme une catin.

" …uugn… qu'est-c… qu'est-ce que tu fous là toi, hein ? " beugla le paternel en s'écartant de sa femme, le sexe pendant, des coulisses de sang sur les cuisses. Il s'avança vers sa progéniture, cherchant à ramener son pantalon sur son sexe dégoulinant.

" V…ViENS PAR LA QUE CH'T'EN COLLE UNE DONT TUT S'OUVIENDRAS… 'SPÈCE DE P'TIT VICIEUX D'MERDE ! … "

Mais cette fois, le garçon ne bouge pas. Son père n'aura pas à le poursuivre dans la maison, s'armant de tout ce qui lui tombait sous la main pour le frapper. Non. Parce que quelque chose s'était éteint, ce soir là. Parce qu'avant de partir, durant le dîner, son géniteur avait levé la main sur Jasper pour la toute première fois. Et que ce serait la dernière. L'homme attrapa le gamin à la nuque sans qu'il ne bronche, une toute petite fraction suffit pour que l'ivrogne s'immobilise, choqué, avant de relâcher son emprise… Un jet de sang remonta dans la bouche du paternel qui recula, titubant de plus belle, la lame du couteau servant à étriper les poules dans le creux de l'estomac. L'ivrogne trouva, dans ses derniers instants de vie, assez de rage pour tenter d'attaquer son fils, mais ce dernier se jeta sur lui violemment jusqu'à ce qu'il cesse de bouger, gisant au sol comme la merde qu'il était.

"… M.. Maman… ? "

Jake redressa la tête. Ce n'était pas sa voix qui le ramenait à la réalité, mais celle de Jasper qui s'immobilisa près de lui, les yeux barbouillés de larmes et la gorge nouée d'émotions. Leur mère gisait au sol près de la table, elle aussi, le crâne fendu… et voilà comment en cinq minutes le monde s'était écroulé autour des enfants Rhodes.

" … jamais faut parler de ce qui s'est passé… okay ?…sinon y viendront… et tu iras dans la maison de pierres rouges… " murmura Jake d'une voix qui n'était plus la sienne, le regard absent.

Voilà comment les frères Rhodes de 9 et 5 ans sont devenus orphelins cette nuit-là. Malgré tous les efforts du jeune homme pour cacher les corps, les gens du village se doutèrent rapidement que quelque chose était arrivé au couple Rhodes. La réputation du paternel n'étant plus à faire, les autorités finirent par frapper à leur porte quelques jours plus tard. Ils découvrirent les cadavres, guidé par l'odeur pestilentielle de la chair en décomposition. Aucune trace des enfants dans cette maison infestée de vermine. Encore à ce jour, seuls les frères Rhodes détiennent la vérité sur ce qui s'est passé cette nuit là. Ils étaient maintenant seuls au monde.

Les mois se succédaient, plus difficiles les uns que les autres. Survivre avec la vermine demandait une sacrée paire de couilles pour deux gamins un peu pouilleux. Heureusement que le travail sur la ferme familiale leur avait donné de quoi se faire des bras et l'esprit d'initiative pour se rendre utile. Les frères Rhodes se trouvèrent des petits boulots par ci, par là, un toit et de quoi manger en échange de services rendus. La besogne était difficile et la pitance piètre, mais au moins, ils restaient ensemble. La menace de l'orphelinat pesait toujours sur eux, et ça, bien de leurs employeurs en étaient conscients. Plus ils passaient de temps au même endroit, plus leurs portions de nourriture diminuaient. Si bien que Jake se retrouvait à détrousser les maisons pour revendre les trucs dans la rue. Avec l'argent, ils pouvaient filer en douce durant la nuit et survivre le temps de se trouver un autre boulot. Mais cette fois… plus rien. À force de dépouiller, la réputation de Jake se répandait dans les rues de la ville, entrainant son p'tit frère dans son sillage. Chaque fois que le doute persistait dans l'esprit du jeune frère, l'aîné le ramenait en lui rappelant qu'à l'orphelinat peut-être bien qu'ils auraient un toit, mais ils finiraient séparés à tout jamais. Durant plusieurs semaines, ils durent vivre cachés, comme des voyous, volant aux étalages pour éviter de s'auto-dévorer. Et puis se fut le tour des bourses des passants de la place publique. Peut-être qu'avec assez d'argent, ils parviendraient à quitter la ville pour chercher un toit ailleurs. Les deux frères avaient une bonne technique : Jasper attirait les gens vers lui avec ses pitreries pendant que Jake faisait les poches des spectateurs. En plus des pièces ramassées pour la qualité du spectacle offert, ils avaient quelques bourses bien remplies à se partager. C'est durant l'une de leur petite mise en scène que tout changea pour la deuxième fois. Jake s'éloignait de la foule discrètement, les bourses bien dissimulées sur lui, lorsqu'une main l'empoigna. Il voulut se défendre, mais une lame d'argent glissa sous sa gorge si rapidement qu'il en eut le souffle coupé. Le garçon leva ses abysses vers l'homme, sans un mot, les traits aussi froid que l'hiver. Il était drôlement vêtu, comme habillé d'une armure en cuir et une capuche couvrait sa tête. Lentement, une voix aussi calme que grave brisa le silence.

" C'est une voie bien dangereuse que tu as décidé d'emprunter.  
- Si tu veux m'tuer, fais-le ou laisses-moi partir. " lui rétorqua le gamin d'un froid olympien.

L'encapuchonné ne laissait pas voir son visage en entier, mais un sourire étira ses lèvres barbues.

" …et dis-moi, la mort serait une libération, n'est-ce pas ? Parce que dans tes yeux, je ne vois plus rien. " Il marqua une pause, abaissant son arme devant le regard suspicieux du jeune homme. " J'ai ce que tu recherches. Pour toi… et ton frère. Rendez-vous à Fort Volsek, au nord est d'ici. C'est à trois heures de marche, au coeur de la forêt. Vous ne pouvez pas le rater."

Sur ses indications, l'inconnu tourna les talons et reprit la route… Jake fronça les sourcils… Ce qu'ils recherchaient ?

" …et… c'est quoi ? demanda finalement le gamin avant que le type ne disparaisse au bout de la ruelle.
- Une raison de vivre. "

...

" ILS ARRIVENT PAR DERRIÈRE !!! MERDE !!! COMBIEN Y'EN A ? "

Jake atterrit lourdement sur le sol, le souffle coupé. Un corps est allongé tout près… c'est Tom, le visage perforé et les tripes à l'air. Les murs de pierres de la grotte tanguent devant ses yeux alors que Jake peine à se relever. Les grincements des pattes sur le rock est assourdissant, mêlé aux cris des jeunes apprentis chasseurs qui se démènent à combattre ces enfoirés de Scorpus, tout n'est que chaos. Jake regarde autour de lui, la mâchoire serrée. Où est passé Jasper !?

" ATTENTION ! " s'écrie une voix dans les ténèbres.

Quelque chose passe près de lui, si bien qu'il doit faire une courbette pour l'éviter. La pointe du dard des scorpus guerrier est venimeuse… merde MERDE MERDE !!! Mais on y voit rien ! Le futur chasseur s'avance puis agrippe à deux mains la pointe d'un stalagmite qui se brise sous son poids. D'un mouvement de la main, Jake empoigne son arme puis se met à courir. Les insectoïdes ont une carapace assez épaisse pour résister aux armes, attaquez-les sur les flancs, là où l'abdomen est souple et à découvert. Dans un grognement presque bestial, le jeune homme se laisse glisser au sol en enfonçant la pointe de pierre dans le ventre du monstre qui couina de douleur en répandant ses fluides sur lui. Le jeune homme se redressa, cherchant du regard une autre bestiole à massacrer, sentant la montée d'adrénaline lui bousiller la gnognote. Ce n'est que plusieurs interminables minutes plus tard que Jake émergea de la caverne le pas trainant, le corps souillé de sang et liquides dont il préfère ignorer la provenance.

" Où est-ce qu'il est !? grinça l'adolescent d'une profonde colère en s'approchant de son maître d'armes.
- Rien de grave, il est retourné au fort il y a dix minutes… "

Rien à ajouter. Fin de la discussion. Jake fulminait. Et pourtant, ce n'était pas la première fois que les entraîneurs envoyaient leurs recrues en pâture aux monstres dissimulés dans les grottes avoisinant le fort. Mais pas Jasper… Dans quelques jours, Jake fêtera ses 18 ans, et comme tous ceux qui fêtait leur anniversaire ce mois-ci, il passerait l'épreuve qui ferait de lui un chasseur. Il était prêt… prêt à savoir si oui ou non ils avaient fait tout ce chemin pour en arriver là… à cette ultime récompense. Si tout cet entrainement, si tous ces doutes les avaient bel et bien conduits au bon endroit. Si oui ou non ils étaient nés pour être chasseurs. Le meurtre, ça te connais, pas vrai ? Alors oui, Jake acceptait d'être envoyé en pâture aux monstres, parce que tout ce qui le séparait du titre, était l'épreuve Daemonia… mais il ne tolérait pas que son petit frère traité comme de la chair à saucisse. Combien de recrues étaient entrés dans cette grotte aujourd'hui ? 9 ? et combien parmi eux étaient ressortis de là vivants ? Jasper était peut-être compétent… mais c'était encore qu'un gamin. Tu ne partiras pas avant moi.

...

Une armée déferle dans ses veines. Une armée assoiffée de violence qui incendie son âme, viole son corps et massacre ses organes. Il ne survivra pas. PERSONNE NE PEUT SURVIVRE À ÇA ! Il va crever, là, attaché à cette foutue table des tortures. Jusqu'à ce que son coeur implose… oui, OUI… parce qu'il ne peut pas battre aussi vide, boumboumboum QUAND EST-CE QUE ÇA ARRÊTE !? Ce bruit assourdissant qui lui martèle les tempes !? Couvert de sueurs, il sait que Frederick est tout près. Si près… si loin. Sa gorge est si sèche qu'il n'arrive plus à respirer… et ses poumons n'ont plus assez d'air pour crier. Bouche béante, le corps crispé de douleur, il doit être aussi sexy qu'une truite qui sèche au soleil. Et les monstres hurlent dans son crâne. Tout est de ta faute… Il perçoit à travers les hurlements, un cri émanant du passé, celui de sa mère. Et puis à nouveau, la douleur lui balance une nouvelle vague de convulsions. 24 heures de torture plus tard…

Ses yeux s'ouvrent…

Nous sommes nés pour chasser. Je suis né pour tuer.
Pardonne-moi, mon frère.


...

TOC. TOC. TOC.

Jake croise les bras après avoir fait un pas de reculons. Ses yeux s'égarent un moment sur la façade de cette maison modeste puis remontent vers la fenêtre. Un oeil suspicieux le toise à travers le rideau opaque, le dévisageant de haut en bas. Traits féminins. La cinquantaine.  

" Je suis là pour l'annonce… " s'impatienta Jake, en haussant la voix. On allait pas y passer la nuit, quand même.

Un cliquetis métallique se fit entendre puis la porte s'ouvrit lentement. La femme qui transpirait la peur présenta sa tête par l'ouverture créée, puis une partie de son torse, comme si cette porte la protégerait d'une éventuelle attaque. Comme si ce brin de femme aurait la force de refermer l'entrée si le chasseur décidait de la forcer. Tsss, ces humains… Mais elle avait toutes les raisons du monde d'être inquiète par les temps qui courent. Et puis, se faire classer dans la même catégorie que les monstres, Jake en avait l'habitude.

" Vous avez un problème de maison hantée… ? " commença le chasseur pour amorcer un semblant de conversation, parce que visiblement… elle n'allait pas lui offrir de thé. Mais Jake avait besoin de détails, pas d'échange de politesse.

" Euh. Oui… oui… " la femme se ressaisit, s'écartant de sa porte pour nouer les bras en dessous de sa poitrine. " La semaine dernière, j'ai acquis un vieux manoir aux enchères. Je savais que le vieux était malade... et couvert de dettes... je l'ai eu pour une bouchée de pain ! " s'exclama t-elle avant de se morfondre à nouveau. " Et puis, ça a commencé… d'étranges bruits durant la nuit… et des rires… Oh ! si vous les aviez entendus ces rires… à glacer l'sang ! Des rires si…  si…  … si…
- Hu-hum. Et vous l'avez vu, ce... fantôme ?
- … euh, je… non, bien… la nuit dernière, je dormais et j'ai été réveillé par les livres qui tombaient de la bibliothèque… des objets qui volent ! Vous imaginez !? J'ai payé cette maison près de 300 000 $ et elle est hantée ! S'il vous plait monsieur le chasseur, débarrassez-moi de ce fantôme, j'vous en prie !
- …bon, j'm'en charge. C'est 500 $.
- 500 $ !?
- C'est le prix pour les fantômes.
- ... C'est… beaucoup plus que ce que je croyais…
- Vous pouvez vous le buter toute seule, votre fantôme, ça c'est gratuit.
- …d… d'accord… votre prix sera le mien. Voilà la clé. Le manoir est trois rues plus loin, en amont, vous ne pouvez pas le rater, il est au sommet de la colline. Faites vite, je ne supporte plus de vivre dans ce taudis... "

Le chasseur arpentait les couloirs depuis de longues minutes, le pas aussi léger que celui d'un éléphant qui aurait passé la soirée au All-you-can-eat. Pas de traces d'ectoplasme, aucun changement atmosphérique. Outre l'ambiance sinistre des manoirs victoriens, cette piaule sentait un brin l'humidité et la poussière. Avec le boucan qu'il menait, une apparition malfaisante se serait déjà manifestée depuis longtemps. Des fils rongés, des excréments sous les meubles. Il n'y avait pas grand chose de spectral dans l'coin, juste des rats qui crevaient de faim. Pas même un courant d'air suspect dénotant la présence d'une quelconque entité. Comme il s'en doutait. Jake finit par s'immobiliser près du grand escalier, en expirant lourdement, les sourcils froncés… Le chasseur se jeta à sa droite, se plaquant le dos au mur. Un vase se fracassa contre le sol, à l'endroit même où il se trouvait une seconde plus tôt. Le regard noir, il dévisagea la rambarde, d'où un rire de diablotin émanait.  Le chasseur sauta dans les escaliers, la main enlaçant le manche de son épée qu'il dégaina d'un trait, bien décidé à rattraper ce petit emmerdeur.

Une fois là-haut, le fautif avait de nouveau disparu. Jake planta la pointe de sa lame au sol pour mieux poser le genou à terre. Qu'est-ce que c'est qu'ça ? Une utriculaire séchée ? L'homme dévisagea la fleur jaune qu'il roulait entre ses doigts. Comment une plante carnivore des marais c'était retrouvée dans un vieux manoir victorien ? Hm. Il se redressa en rangeant son arme puis s'avança dans le couloir, scrutant tout autour de lui. Des traces de pas sur le tapis. Des empreintes de doigts gras sur la porte. Il finit par pénétrer le salon puis s'immobilisa près du foyer. Lentement, il s'accroupit, prenant appui sur ses cuisses, les mains croisées.

" Je t'ai trouvé, sors de là. " exigea le chasseur d'une voix calme.

Silence.
Puis, de la poussière tomba de la cheminée, jusqu'à ce qu'une petite tête à la peau bleutée aux grands yeux jaunes globuleux s'extirpe de l'antre.

" Z'êtes pas marrant ! " clama le petit diablotin, d'un ton aigu et offensé.

Le petit monstre sortit de sa cachette en secouant sa jupe essentiellement composée de longs feuillages aquatiques. Célicole. 135 cm. Cheveux noirs, hirsutes. Sexe masculin. Rare. Très rare. Le chasseur le considéra un moment.

" Pourquoi tu m'as attaqué ?
- Attaqué !? Mais… mais j'vous ai pas attaqué moi, m'sieur, je voulais juste vous faire peur ! Vous savez, comme cette vieille femme là, celle qui chante comme une vraie casserole ! Celle qui a acheté ma maison ! Je m'amuse à courir sur son plancher durant la nuit et je bouge les objets, vous savez ! Alors elle se met à hurler, pire qu'un chat coincé dans une porte ! Ça oui ! Parce qu'elle croit que la maison est hantée, vous voyez ! Et si elle croit qu'elle est hantée, ben… ben alors elle partira et moi, eh ben, je pourrai rester ! "

Le sourire las de Jake étira ses lèvres.

" Et pourquoi tu voudrais rester ici… tu sais qu'c'est dangereux de vivre près des humains. "

Le célicole posa les poings sur ses hanches, l'air grave.

" Et les loups ? Y sont pas dangereux, peut-être !? Ils sont venus dans mon marais ! Même qu'y'en a un qui a essayé de m'croquer, tout entier !
- Tu peux pas rester ici, petit.
- Mais... !
- ...désolé… petit..."

Les traits placides, le chasseur se releva… lentement…



" Alors ? demanda la femme, les yeux horrifiés par les traces de sang sur le manteau du chasseur.
- Problème réglé.
- Vous l'avez eu ? C'est bon, vous m'en avez débarrassé ?
- … oui.
- Oh ! Merci… tenez… merci infiniment ! Comment vous… "

Jake pris l'argent d'un geste brusque puis le planta dans la poche intérieur de son manteau en tournant les talons sans s'intéresser à ce que la femme pouvait lui sortir d'autre comme connerie. Elle resta pantoise sur le seuil, insultée, lui jetant un regard hautain avant de claquer la porte derrière elle. C'est ça, retourne dans ton monde vieille bique. Quelques heures plus tard, le chasseur arpentait les boisés en bordure de la ville puis il s'immobilisa près d'un arbre centenaire.

" Alors… il est où ton marais plein d'loups ?
- À quelques lieux au nord… " clama avec fierté le célicole, le torse bombé " Euh, dites… c'est quoi tout ce sang sur vos vêtements ? Vous vous z'êtes pété l'nez ?
- Hm. Rien… me suis juste débarrasser d'une vermine… Bon, assez parlé, on y va. "

...

Traverser le temps, les pieds devant, jusqu'à ce que la mort nous sépare.

Jake a vécu plus de 3 siècles au bout de son épée, à vendre ses services pour se payer de quoi se loger, de quoi se nourrir. Jasper à ses côtés durant plusieurs décennies. Un chasseur ne partage pas ses contrats, mais il peut partager son chez-soi. Et puis, ils se sont séparés, un temps. Pour souffler. De retour à Fort Volsek par nostalgie, Jake a rencontré son ancien maître d'arme, Frederick. Ce vieux roc tenait encore le fort, lui aussi un peu trop attaché au passé. Ils ont reconstruit quelques murs affaissés puis on décidé de prendre la route ensemble. Après la mort de la chasseuse, Jasper n'a plus été le même. Lui qui avait le tempérament fragile, le voilà qui vacillait dans ses idées noires. Hors de questions de le laisser seul. Jasper et Jake aménagèrent dans une petite piaule qu'ils louèrent dans un quartier modeste de Salem en attendant de trouver mieux. Faut dire que leur situation financière risquait de s'améliorer depuis l'élection des têtes de cons au consul-tat. Le chaos régnait en ville… mais c'est pas lui qui s'en plaindra...

Les femmes adorent les cicatrices.


Il y a quelqu'un derrière l'écran, oui oui !

QUI ES-TU ?
M. Grumpy banana

DISPONIBILITÉS
7/7 sauf exception, variable en rp.

PV OU SCÉNARIO ?
Scénario.

AVIS DE RECHERCHE
Anything.

OÙ AS-TU TROUVÉ W.W. ?
Surement pas sur le cul d'une pute.

AS-TU QUELQUE CHOSE À DÉCLARER ?
En cas 'doute... on lui coupe la tête.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Jake Rhodes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Défi de Jake Cleaver
» Je souffre de bordelisme chronique et de flemingite aigue. [JAKE]
» Jake Aaron Buckley
» Wade Barrett & Cody Rhodes Vs Randy Orton & The Rock
» Cody Rhodes Vs Mark Henry Vs Stone Cold Steve Austin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: . :: Le rite de passage :: Présentations validées-
Sauter vers: