Partagez|

Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Sorcière de l'Énergie
♆ Coven Obscura Maleficis ♆

Date d'inscription : 13/08/2018
Messages : 1441
Rp postés : 33
Avatar : Taylor Marie Hill
Âge du perso : 24 ans
Groupe du perso : Sorcier
Disponibilités : Fucked up mais j en veux encore !
Liens infos : Une vie Des liens
Des histoires
Multis : Tara && Winter
MessageSujet: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 15:00

Sofia Ghisolfini

Feat. Taylor Marie Hill


RACE: Sorcière
PRÉNOM: Sofia
NOM: Ghisolfini
ÂGE: 24 ans
NATIONALITÉ: américaine
STATUT: mère célibataire et pas le moins du monde décidée à se faire mettre en laisse !
À SALEM DEPUIS: Native de la ville elle s'en est éclipsée pendant deux ans avant que de revenir s'y installer il y a deux mois.
MÉTIER/OCCUPATION: Peintre talentueuse elle expose en ce moment à Salem... et s'amuse bien de se voir autant louée pour des toiles qui, chacune à leur manière, ne font jamais que confesser ses si nombreux crimes et péchés. Que l'ironie peut parfois être douce, vous ne trouvez pas ?

♰♰♰♰♰♰


QUEL EST SON ÉLÉMENT : L'Energie est son élément.

Bouclier Mental : Voilà bien un pouvoir dont la demoiselle ne cesse de se réjouir. Non seulement parce qu'il lui permit de contrer celui de Gabriel et d'ainsi attirer son attention sur elle mais, aussi et surtout, parce qu'il se trouve être des plus utiles. Surtout lorsque, comme elle, l'esprit est généralement empli des plus violentes et sombres pensées. Alors réjouissez vous de ne pouvoir y pénétrer... il est fort probable que vous auriez aimé découvrir ce qui s'y trouve. Comme chacune de ses aptitudes si particulières en faire usage n'est pas sans conséquences chez celle qui en éprouve toujours une fatigue certaine. Qui plus est, loin d'être le plus développé de ses trois talents, ce bouclier est très loin d'être infaillible. Et si vous arrivez pendant l'un de ces moments où ses émotions sont trop fortes pour qu'elle les domine alors il se peut bien que les portes de l'esprit de Sofia s'ouvrent en grand pour vous.

Hallucinations morbide Sofia ne devait pas avoir plus de six ans la première fois où se découvrit capable, lors d'un contact visuel et tactile, d'insuffler à la personne devenue sa proie les plus étranges des pensées. La première fois ce fut auprès de sa mère qui, voulant la réprimander, l'avait agrippée par le bras ... et en sortit muette et plus blême que la mort elle-même. Sofia aurait pu décider d'user de son don pour apaiser les esprits mais c'eut été mal la connaître. Et rien ne l'amuse plus que de distiller dans l'esprit de ses victimes les plus horrifiques des images. Et si, comme cela arrive parfois, elle connaît les peurs ou phobies de ses proies alors soyez assurés qu'elle n'hésitera jamais à en user. Pouvant, cela est arrivé à quelques reprises, pousser sa victime à rien de moins que le suicide. Effrayant ? Oui. Mais pour elle tout autant. Car un tel degré de contrôle des pensées d'autrui demande tant d'énergie que c'est là un pouvoir que la demoiselle n'utilise que rarement. Cela la laissant exsangue de toute force parfois pendant toute une semaine. Et pas la plus agréable qui soit en plus... Comme si, comme des échos cauchemardesques, les visions de sa victime venaient la poursuivre, elle, dans ses songes. Donc, à moins d'y être vraiment contrainte, c'est là un pouvoir que Sofia n'utilisera que peu.

Guérisseuse : les maux au corps ne différent en rien des maux de l'âme ou de coeur. Mieux, ils se guérissent bien mieux ... et bien plus vite. Le corps n'étant jamais qu'une machine ayant besoin d'énergie pour fonctionner et se réparer Sofia peut, si elle se sent d'humeur généreuse, soigner bien des maux ou blessures. Cependant le prix à payer pour cela n'est pas non plus anodin. Pour insuffler de l'énergie à un corps blessé il faut bien la trouver ailleurs ! Donc soit il lui faudra prendre - par contact physique prolongé- à une source proche soit, quand elle n' pas d'autre choix, c'est sa propre énergie que Sofia usera. Autant dire qu'elle y réfléchit toujours à deux fois avant d'user de ce don qui, pourtant, est celui dont elle a la meilleure des maîtrises. Et, ultime précision mais qui pour elle à le plus amer des goûts : Sofia ne peut en aucun cas se soigner elle-même. C'est bête quand même...


EST-IL MEMBRE D'UN COVEN ? : L'Obscura Maleficis... Ces mots toujours ou presque susurrés du bout des lèvres... Ce nom qui provoque dédain et mépris ou, au contraire et comme pour Sofia, enivre les sens au point d'en devenir une obsession. A peine avait-elle entendu parler de ce coven que la demoiselle se jurait de parvenir à y être introduite. Au final peut-être est-ce bien là l'une des raisons principales qui lui fit trouver en Gabriel le plus sombre et irrésistible des attraits. Il appartenait au Coven ? Il pouvait donc l'y introduire ! Et peu importait bien que l'homme ne conçut pour le coven qu'un intérêt moindre et, comme toujours avec lui, des plus intéressés. Sofia, elle, rêvait d'y entrer. Et ce qui finit par arriver. Après avoir bien tanné Gabriel pour qu'il lui présente les bonnes personnes. Après avoir manqué de mourir pendant cette éprouvante initiation. Malheureusement ses ennuis avec Gabriel et le Conclave, encore eux, l'empêchèrent de procéder au Rituel de la Fusion. Encore une chose demeurée en suspends et que la demoiselle ne supporte pas ! Elle a beau être encore bien jeune et avoir bien des choses à apprendre Sofia sait, de manière aussi instinctive que viscérale, que sa place est auprès de ses frères et sœurs sorciers. Et peu importe le temps ou les preuves qu'elle devra donner de son engagement et de ses capacités, la jeune femme entend bien non seulement faire sa place mais plus encore parvenir à être chose qu'un simple pion sur les échiquiers des plus anciens ou puissants. L'Obscura Maleficis pour elle ? Sa vraie famille. La seule qu'elle veuille et désire sincèrement loyalement servir. Pour leur bien à tous. Pour le sien plus encore. La charité bien ordonnée, qu'elle soit divine ou non, commence toujours par soi-même !


INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES : L'amour de l'Art de Sofia n'est un secret pour personne. Même ceux qui ne la connaissent que depuis peu ou de loin n'ignorent rien de ces heures, parfois même ces journées entières, qu'elle aime à passer dans les musées, galeries ou le nef au fond d'un livre se rapportant à l'art. Pictural surtout. Et si certains savent qu'elle peint peu nombreux sont ceux à savoir à quel point elle est douée. Qu'elle est cette artiste mystérieuse qui signe ses oeuvres d'un paraphe illisible et d'une croix qui aurait pu paraître sainte si elle n'avait pas été inversée. Parce que l'Art... peindre... est sa manière à elle d'affronter pour mieux les exorciser ( ou au moins les apaiser un temps) ses si nombreux démons intérieurs. Parce que là où certains verront dans ses oeuvres la figure terrifiante d'un monde en fusion elle entend y célébrer la beauté d'une douleur qui permet de survivre et, idéalement, de renaître. Les êtres naissent, vivent et meurent. Les peintures, elles, demeurent. Et cette immortalité qui est leur fascine celle qui, d'ailleurs, a trouvé refuge dans un vieux bâtiment de Salem. Une ancienne chapelle abandonnée depuis des lustres et qu'elle s'est arrangée pour racheter et en faire son refuge, son atelier impie et divin à la fois. Là où personne, jusque là, n'a jamais été convié. Parce fouler le sol de ce lieu devenu son royaume serait toucher des yeux et du doigt sa vérité nue et, ça, Sofia n'y est pas prête.




Insaisissable Voilà bien là la première, et peut-être même bien la seule, certitude que vous pourrez jamais avoir la concernant. Certains êtres aiment à travestir leur vérité pour mieux complaire à autrui ? Pas Sofia ! Et pour aussi curieux que cela paraisse la donzelle se montre d'une honnêteté aussi parfaite qu'incomplète envers chacun des êtres qu'elle est amenée à croiser. A untel elle consentira à dévoiler sa fureur. A tel autre elle laissera entrevoir son ambition si démesurée qu'elle confine bien souvent à la mégalomanie. Mais, si jamais la facétie lui en prend et si vous l'intriguez assez pour cela alors peut-être pourrait-elle se laisser aller à vous montrer les meilleures de ses facettes. Comme celle qui fait d'elle une mère aussi aimante qu'attentionnée et qui réduirait le monde en cendres s'il le fallait et pour protéger son fils Gabriele. Ou cette autre qui fera d'elle la plus fidèle et loyale des alliées si elle vous en estime digne. Mais pour autant et quelle que soit la face de Sofia que vous serez amené à croiser n'oubliez jamais que ce visage ne sera jamais qu'un parmi bien d'autre. Et que n'est probablement pas né celui qui pourra, un jour, se vanter de la connaître totalement et réellement. Opportuniste A ses yeux grands ouverts sur un monde qui n'épargne jamais personne Sofia est persuadée que seuls les audacieux auront jamais la moindre chance de voir leurs désirs prendre forme. Alors ne vous étonnez pas de la voir si prompte à mentir, soudoyer, menacer ou manipuler quiconque pourrait lui être utile. Tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins ! Même les pires ? Surtout les pires ! Car ils sont souvent les plus rapides. Distante & détachéeSofia ne s'attache jamais réellement. Ce n'est donc pas un hasard si les seules personnes auxquelles elle tienne vraiment soit des êtres aussi, voir plus indépendants qu'elle encore. Si vous lui demandez les raisons de ce détachement proche de l'excessif elle vous répondra sans doutes du bout des lèvres que c'est parce que nul n'est jamais digne de confiance et, par extension, digne que l'on perde son énergie et son temps à lui accorder une attention ou une affection qu'il ne saura, au mieux, jamais vous rendre et, au pire, que piétiner. Ces mots, elle les pense sincèrement. Mais, comme toujours, les racines profondes de son comportement sont à rechercher plus loin dans son histoire. Dans ce livre de sa vie qu'elle n'a jamais autorisé personne à ouvrir et que, pour sa part, elle répugne à seulement feuilleter. Le déni et l'oubli sont parfois les meilleurs et seuls amis qu'un être puisse espérer avoir. Colérique pour ne pas tout bonnement dire caractérielle. Susceptible à souhaits, d'humeur des plus changeantes et ne supportant que très difficilement la contrariété Sofia est une jeune femme qui s'enflamme pour une rien et ne se calme que très difficilement ensuite. Et bien que l'expérience aidant elle ait appris à juguler ses pulsions les plus... volcaniques... Sofia n'essayera jamais de les annihiler une bonne fois pour toutes. Parce que la violence de ces moments de crise... La fureur, parfois assassine, qui est alors la sienne... Tout cela fait partie intégrante d'elle. Peut-être même est-ce sa quintessence ? Elle le pensait mais sa   «  relation » avec Armin l'a amenée à en douter. Etrange comme, quand leurs deux fureurs s'épousent pour ne plus en faire qu'une plus flamboyante encore, Sofia se sent soudainement apaisée. Et, non, elle ne cherche pas à s'expliquer cette incongruité au fond bien dérangeante. Rien que d'y songer, d'ailleurs, cela la fout en rogne ! Artiste et bien que cela peinerait à comprendre en quoi cela est une qualité c'est qu'ils ne connaissent ni la place de l'Art dans la vie de la jeune femme ni, surtout, les effets que celui-ci peut avoir sur elle. Oui, Sofia est un peintre douée. Peut-être parce qu'elle ne se contente jamais d'esquisser sur sa toile de simples et si vulgaires formes. Et si les gens pouvaient comprendre alors elle leur confesserait que c'est son âme et ce cœur qu'elle nie encore trop souvent posséder qu'elle leur livre dans chacune de ses œuvres. On dit son œuvre maudite et terrifiante. Sans doutes l'est-elle. Mais comme souvent dans un tableau la vérité se trouve dans le détails. Dans tous ces infimes indices que la jeune artiste dissémine ça et là et qui, pour celui qui saurait les voir et les comprendre, révélerait sa vérité nue. Peindre lui est douleur. Peindre lui est délivrance. Peindre lui est violence et douceur. Peindre lui est, pour aussi excessif que cela puisse aussi sembler, indispensable. Et qui ne comprend ni n'apprécie l'art en général et le sien en particulier ne pourra jamais lui être réellement proche. Simple... enfin... autant que Sofia peut l'être.

♰♰♰♰♰♰


SES AMBITIONS, SES BUTS : Pourquoi les gens se contenteraient-ils de ne poursuivre qu'un seul objectif ? Pour Sofia ils changent au gré de ses humeurs instables, de ses envies aussi subites que bien souvent incongrues. Certes, s'affranchir de l'image écrasante et odieuse de son paternel en est un aussi avoué que connu des rares êtres à lui être un tant soit peu proches. Certes aussi, parvenir à gagner le respect de ses pairs et se faire une place de choix au sein du Conclave comme de l'Obscura Maleficis en est un autre dont, d'ailleurs, elle ne se cache pratiquement jamais. Devenir une artiste reconnue ? Bien sûr qu'elle en caresse l'espoir mais ce rêve-ci étant pour le moins presque déjà atteint, et l'Art étant une chose trop intime pour qu'elle le partage avec quiconque hormis bien sur Armin... Ce n'est pas l'un de ses objectifs. Etre une mère aimante et protectrice. De celles qui élèvent et non rabaissent. De celles qui libèrent et non entravent. Oui, un million de fois oui ! Mais, lorsqu'elle se laisse aller à y songer... Toutes ces envies et tous ces buts... Tout cela ne sont jamais qu'autant de moyens pour elle d'atteindre son réel objectif. Lequel ? Peut-être mener une vie plus simple qu'elle n'ose encore se l'avouer. Une vie où le monstre en elle se serait assez apprivoisé et apaisé pour lui permettre d'être elle. Rien qu'elle. Peut-être est-ce là la véritable question : qui est-elle ?




Son avis sur la révélation de l'an 2000 : Elle n'était encore qu'une enfant bien trop jeune lorsque cela est arrivé pour comprendre les enjeux qu'une telle révélation pourrait entraîner pour les uns comme pour les autres. Mais, aujourd'hui et après une période de doute, Sofia se réjouit. De ne pas avoir à vivre dans la plus insupportable des clandestinité elle qui est on ne peut plus fière de sa nature sorcière. Alors, oui et malgré les tracas et plus encore les lois que cela entraîna, elle s'en félicite.
Son avis sur les lois gouvernementales : Sincèrement les lois ne sont, à ses yeux, pas très différents des promesses. Ils n'engagent jamais que ceux qui désirent y croire et, désolée, c'est très loin d'être son cas. Pour elle les lois ont cependant un intérêt certain et non négligeable : cela relève presque de l'art que de les contourner sans jamais se faire prendre.
Son avis sur les sorciers : Elle est l'une des leurs et, à ce titre, elle aurait une tendance certaine à les placer au-dessus de tous les autres. Le monde ne se porterait-il pas mieux s'il tombait entre les mains d'un sorcier ou d'une sorcière ? C'est, en tous cas, une vision qui lui est chère et pour laquelle Sofia serait presque prête à s'engager. Si tant est que, comme toujours avec elle, elle puisse y trouver son intérêt. Et tant pis si, pour cela, il lui faut dégager de l'échiquier d'autres sorciers. Ceux qui ne sont pas avec elle sont contre elle. Simple et efficace.
Son avis sur les vampires : Bien qu'elle puisse leur reconnaître plus d'une qualité enfin quand elle s'est perdue un peu trop longtemps dans les méandres de ses escapades alcoolisées et plus d'une utilité Sofia se méfiera toujours de cette engeance plus que de toutes les autres. Parce qu'il est des passages de son histoire qu'elle aurait préféré ne jamais avoir à vivre et qu'elle sait devoir à l'un de ces suceurs à trop longues dents. Elle a commis une erreur qu'elle n'a depuis jamais refaite : laisser sa confiance à la pire des adresses. Mais on apprend toujours de ses erreurs. Elle, en tous cas, c'est certain. Et pour tout vampire qui viendrait à croiser sa route qu'il ou elle ne s'étonne pas de la voir plus distante et acerbe encore qu'elle ne l'est déjà au naturel.
Son avis sur les loups-garous : Elle les aime bien ceux-là ! Pourquoi ? Sans doutes parce que, jusque là, tous ceux qu'elle a été amenée à croiser se sont plutôt révélés sympathiques... Comprenez : utiles, bien sûr. Mais qu'un seul ose venir lui taper sur le système et là ce sera le même tarif que pour tous les enquiquineurs peu importe la race : la guerre !
Son avis sur les chasseurs : Elle devrait s'en méfier ? Sûrement. Mais, fidèle à elle-même, elle les adore. Vraiment. Trop sans doutes même...  Oui, elle sait : elle adore se compliquer la vie et chercher les pires des ennuis !
Son avis sur les humains : Des êtres faibles à ses yeux mais, comme toutes les autres races, elle peut parfaitement cohabiter avec eux. Tant qu'ils évitent de la chercher et plus encore de la trouver...






CHAPITRE I



Derrière la vitrine impeccable de la galerie les silhouettes escarpées de la ville s'esquissaient doucement, comme noyées dans un brouillard étrange qui les faisait ressembler à des spectres lumineux qui venaient danser devant les prunelles de celle qui en sourit. Par la porte grande ouverte,  elle sentait s'immiscer cette brise fraîche qui venait danser au milieu de cette foule compacte et bruyante pour mieux venir caresser son visage. Une seconde où elle s'autorisa à fermer les yeux pour mieux s'imprégner de cette caresse venteuse qui semblait l'inviter à la suivre. Un souffle, un autre, qui tel le plus pernicieux des murmures lui susurrait tout ce qu'elle savait déjà. Que tout ceci n'était que la plus indigeste et grotesque des farces ! Que tous ces êtres qui s'extasiaient puis se pâmaient devant ses toiles n'étaient que de sombres idiots... Des poulets aux poches aussi pleines que leurs boîtes crâniennes étaient, elles, désespérément vides ! Une basse cour puante qui, parée de ce qu'ils estimaient être leurs plus beaux atours, qui palabrait sur ce qui leur échappait pourtant tellement. Ils vantaient une maîtrise absolue de la composition qui n'était en réalité que chaos et confusion. Ils célébraient une lumière divine là où c'est la profondeur des ténèbres qui aurait du les interpeller. Ils aimaient cet espoir que, naïfs incultes, ils pensaient desceller au détour d'un détail qui, en fait, annonçait la chute. Ils se trompaient ! Son Art n'était en rien une œuvre divine ! Et encore moins le reflet d'une main apaisée guidée par Dieu lui-même ! Son œuvre était fureur ! Son œuvre était tourment  et perdition ! Son œuvre ? C'était elle, tout simplement. Mais, ça, ils ne le sauraient jamais.

Ma chérie ! Tu es enfin arrivée !

Cette voix de crécelle que Sofia aurait pu reconnaître entre toutes et qui, malgré le sourire qu'elle lui adressa en se retournant, ne lui inspirait jamais que dégoût et mépris. Désormais rompue à ce genre de mondanités, elle s'était retournée, poupée gracile et aimable. Une bise appuyée à cette joue trop fardée et qu'elle aurait tant aimé pouvoir lacérer de sa lame. Des mots, vides de tous sens et enrobés de la plus affable des hypocrisie, qu'elle laissa se déverser comme en un rituel machinal. Oui, l'exposition était un succès et les ventes étaient sur le point de battre un record. Ca, c'était une excellente nouvelle. Car si Sofia n'avait jamais manqué d'argent ses recherches des deux dernières années grévaient fortement ses finances. Mais peu importaient bien les sommes dépensées ! S'il l'avait fallu alors la jeune femme aurait pu dilapider jusqu'au dernier cent de la fortune familiale ! Tout était bon pour parvenir à amasser ces preuves qui bientôt, très bientôt, la mèneraient jusqu'au réel traître. Celui qu'elle n'avait pas vu venir et qui l'avait faite payée pour son propre crime. En d'autres circonstances Sofia aurait pu, sincèrement, applaudir devant tant d'audace maligne... Vraiment ! Elle qui ne connaissait ni n'éprouvait jamais ni regrets ni remords... Elle qui encensait presque la perversité sous sa moindre forme...

Oui, en d'autres circonstances elle aurait pu louer cette sublime manipulation. Mais... Mais cela l'avait touchée, elle. Et là où, elle le réalisait maintenant, elle ne s'attendait pas à pouvoir jamais être touchée.  Se faire piéger ? Franchement quand, comme elle, on choisit la voie la plus tortueuse possible, cela finit toujours par arriver. Aléa désagréable, plus pour l'orgueil qu'autre chose d'ailleurs, mais qui se surmonte aisément. Mais cet être, quel qu'il soit, avait fait chanceler au point de le briser l'un des rares liens auxquels Sofia tenait sincèrement. Ce lien que Rafaele ne comprenait pas. Ce lien qu'Armin ne pourrait que désapprouver et condamner lui aussi. Ce lien que tous ceux qui l'avaient connue à Salem auraient fustigé et vilipendé mais qui, à elle, signifiait tant. Que Gabriel soit un monstre, cela elle n'en disconviendrait jamais. Qu'il ait usé de chacune des failles de la jeune femme pour mieux la rallier à sa cause et la manipuler, cela non plus ne faisait aucun doute. Et alors ? Dans ce monde devenu jungle où seuls les plus forts et les plus sournois survivent et s'élèvent Gabriel était l'un des rois de Sofia. Celui qui, sans doutes sans même l'avoir réellement voulu, lui avait permis de se révéler à elle-même. En lui permettant de se perdre pour mieux s'y trouver ses plus profondes zones d'ombre. En lui permettant d'accepter cette fureur qui, déjà, s'était éveillée auprès d'Armin. Gabriel... Armin... Un sourire, presque candide et étonné, qui fleurissait à ses lèvres tandis qu'elle comprenait à quel point ces deux hommes lui manquaient. La garce aurait-elle donc un cœur ? Peut-être bien, en effet... Mais certainement pas comme la plupart des gens l'entendraient. Ces hommes là ne sont pas de ceux que l'on aime. Ils sont de la race des Seigneurs. De ces êtres que l'on craint ou vénère. De ces êtres que l'on jalouse au point de vouloir leur ressembler. Pour, un jour, pouvoir les surpasser ? Qui pouvait savoir...

Ces portraits sont... saisissants.

Avait murmuré d'une voix blanche, et au plus opportun des moments, cet homme vers qui Sofia laissait maintenant glisser son regard.  Elle le voyait, ce bobo soigné à l'accès et dont le masque de certitude se fissurait devant cette toile qui se tenait devant lui et semblait l'hypnotiser. Lui, était différent, la jeune femme le sut instantanément. Parce qu'il ne s'extasiait ni ne s'enflammait pour une œuvre qui, si elle lui échappait, suscitait en lui la confusion effrayée que ses yeux reflétaient si bien. Elle, aimait cela. Et en son âme pervertie une étincelle s'embrasa. Un désir furibond et impérieux d'en connaître plus sur cet homme, en apparence si banal, mais qui touchait du doigt l'une des facettes si nébuleuses de la jeune artiste. Alors elle s'était approchée, elle que l'on célébrait et acclamait mais qui se refusait obstinément à être plus qu'une signature au bas de ses toiles. De sa démarche féline et silencieuse elle était venue, prédatrice aguerrie, rôder autour de celui qui venait de devenir son sujet d'intérêt d'une soirée jusque là si ennuyeuse. Un effleurement à sa main, caresse plus légère encore que celle d'une bise de printemps et le regard de la jeune femme qui se mit à étinceler. Il frissonnait. De peur ? Si seulement... Quoi de plus délectable pour elle que de, pour une fois, voir son art compris et, malgré tout, apprécié à sa juste valeur. Alors elle avait souri, se repaissant des expressions toujours plus confuses qui se peignaient en une chaîne infernale sur les traits de l'homme.

Combien pour ces deux là ?

Attendez que je vérifie le catalogue avait murmuré d'une voix mielleuse, cet agent que Sofia darda à la dérobée de son plus orageux regard  Mais quel qu'en soit le prix réel je suis certaine que vous et moi pourrons trouver un terrain d'entente. Il est si agréable d'avoir affaire à un amateur connaiss...

Vous m'en voyez navrée mais ces toiles ne sont pas à vendre.

Etait intervenue celle vers qui les regards se tournaient maintenant. Celui de l'agent, interdit et pathétique. Et celui de cet homme qui, sans même qu'elle eut à le dire, comprenait être face à l'artiste qui avait fait naître de ses mains blanches de telles œuvres. Sofia n'avait pas ajouté mot, savourant ce moment où son jeu préféré était sur le point de débuter. Que cet homme devienne ou non sa proie du soir ne dépendait que des prochains mots que ses lèvres, trop fines par ailleurs, laisseraient maintenant échapper. Et qui, il faut bien le dire, surprirent agréablement celle qui les reçut dans un sourire.

Je peux comprendre. Il se dégage de chacune de vos œuvres un sentiment étrange mais qui, sur ces deux toiles là, semble atteindre son paroxysme. Serait-ce trop m'avancer que de dire qu'elles vous sont les plus chères et, si j'osais le dire, vos plus personnelles ? Intime me paraissant d'ailleurs un mot plus adéquat, non ?

Voilà une analyse aussi pertinente qu'intéressante. concéda dans un sourire pour une fois sincère celle qui tendait sa main et daignait, chose rarissime, se présenter Sofia Ghisolfini et, comme vous semblez si bien l'avoir compris, l'invitée d'honneur de la soirée.

Aymeric de Saint Phalles. répondit dans un sourire bien trop doux celui qui se saisissait de la main de Sofia et se penchait pour y déposer le plus parfait des baisers. Pardonnez ma franchise un peu directe mais n'y a-t-il donc aucun moyen de vous convaincre de me céder ces deux portraits ? Hormis le fait qu'ils me fascinent à éveiller en moi le plus dérangeant des sentiments l'un d'eux se trouve me rappeler un homme que j'ai moi-même connu. son regard qui se faisait plus lointain et absent alors que ses lèvres murmuraient tout bas  Il y a longtemps... Armin...


Pourquoi fallait-il toujours que les êtres gâchent même les plus agréables et presque paisibles des moments ? Au moment même où ce prénom avait franchi la barrière de ses lèvres Sofia sut que l'homme ne verrait pas la prochaine aube se lever. Non pas parce qu'il connaissait désormais son nom et aurait ainsi pu lever le voile du secret reposant sur l'identité de cet artiste dont tous priaient le talent sans même en connaître le nom ou le visage. Mais parce que, comme ses lèvres infectes venaient si bien de le confesser, il avait connu Armin. Et que cela avait éveillé en la jeune femme la plus sourde et furieuse des ires. Elle ne voulait pas qu'on lui parle de cet être à qui elle devait tant et sans qui elle serait, à l'heure d'aujourd'hui, certainement morte. Parce qu'évoquer son nom c'était comme invoquer un souvenir bien trop... doux ? Non, la douceur n'avait jamais eue sa place entre Armin et elle. Eux, c'était l'amour de l'art et la plus flamboyante des fureurs qui les avaient réunis. Unis dans des danses aussi éphémères que mémorables et où leurs pulsions les plus primitives avaient pu s'exprimer, exploser. Armin avait toujours été le pendant parfait de la colère trop souvent retenue de la jeune femme. Et s'il y avait une seule chose pour laquelle elle se savait capable de gratitude envers ces parents qu'elle méprisait pourtant tellement, c'était bien celle là. Grâce à eux Armin était entré dans la toile de sa vie. Auprès de lui Sofia avait pu perfectionner son art, dépasser ces limites idiotes qui l'avaient trop longtemps bridée. Auprès de lui elle avait compris l'intérêt, et l'ironie mordante, de montrer au monde ce qu'elle était réellement sans que jamais, personne, ne puisse le comprendre. Que ses pinceaux et ses couteaux confessent ce que jamais ses lèvres, elles, n'avoueraient. Que le monde de l'art se pâme devant le monstre qui, dans la réalité, les terrifierait s'ils venaient à réellement le voir !

Mais vous me semblez troublée... Aurais-je dit quelque chose qui vous aurait mise mal à l'aise ? A moins que... Se pourrait-il que vous et moi ayons au moins une connaissance en commun ?

La perspicacité est parfois une bien funeste qualité...

Avait persiflé entre ses dents serrées celle qui peinait à ne pas laisser sa fureur exploser ici et maintenant. Faisant un gigantesque effort sur elle-même pour ne pas laisser son ire la submerger et lui faire perdre le contrôle d'une situation qui lui échappait déjà bien trop Sofia se força à sourire, encore, avant que d'ajouter de sa voix la plus douce et de ces mots qu'elle dépose au creux de l'oreille de sa proie, sa main agile et assassine venant déjà effleurer la nuque de l'homme.

Mais pardonnez-moi... Je m'égare et ... ajouta-t-elle dans l'une de ces oeillades de velours dont elle avait le secret Je ne voudrais pas gâcher ce moment qui promettait d'être si délicieux pour nous deux.

Vraiment ?

Répondit dans un sourire et un regard empli de cette concupiscence que Sofia connaissait si bien celui qui n'en finissait pas de se condamner. A chacun de ses mots. A chacun de ces gestes qui étaient siens et qui se faisaient plus audacieux et caressants maintenant. A chacun de ces regards emplis de désir charnel et qui, bien qu'elle prit soin d'y répondre, éveillaient en la jeune femme les plus pressantes des envies de meurtre. Oh oui, cet homme crèverait ! Pour avoir osé ainsi, même inconsciemment, lui rappeler tout ce qu'elle avait du laisser derrière elle il y avait déjà deux longues années. Il crèverait pour avoir ainsi invoqué un spectre dont la fureur ne faisait que frustrer celle de la jeune femme ! Et l'impression d'étouffer dans cette galerie qui l'avait un temps amusée mais qui, maintenant, lui faisait horreur. Le sang qui rugissait dans ses veines. L'urgence, encore, de sortir et d'emmener cet imprudent impudent là où, enfin, Sofia laisserait sa rage exploser.

Celle que, depuis deux trop longues années, elle avait bridée et muselée. Parce qu'il lu fallait faire profil bas. Parce qu'elle devait prendre son mal en patience jusqu'à ce que, enfin, elle soit prête à revenir. Quand les preuves de son innocence auraient été amassées et le nom du vrai coupable trouvé ! Sofia avait toujours prétendu, surtout a Rafaele, que c'était une question d'honneur. Que tout ce qu'elle faisait n'était jamais que pour laver son nom...

Mais, ce soir et par la faute de ce cadavre en sursis, elle réalisait s'être menti à elle-même. Que ce nom qui était le sien et qu'elle exécrait soit souillé elle s'en fichait éperdument ! Et, même, si cela avait pu mener à la chute de son père... tant mieux ! Mais, au delà de cela... Lorsque tombait enfin le masque des indolentes apparences et nobles excuses... Lorsque la réalité venait si inopinément la frapper en pleine face... Alors Sofia se souvenait. Elle voulait redevenir celle qu'elle n'aurait jamais du cesser d'être ! Cette garce violente et sans conscience qui ne sert jamais que ses intérêts propres. Ce monstre d'insensibilité qui ne voit jamais les êtres qui l'entourent que comme des pions à manipuler et à sacrifier sur l'échiquier de ses ambitions démesurées. Sofia voulait retrouver sa vie... et ces astres sombres qui y avaient gagné leur place. Leurs lueurs mortes manquaient à la jeune femme... Ils lui manquaient. Comme si, sans leur sombres influences, elle ne pouvait être totalement elle-même. Elle les maudissait pour cela ! Elle les adorait tout autant... La fureur, encore elle... Et ce chant du cygne qui vint tinter comme la plus douce des mélopées à son tympan.

Aurais-je l'audace de vous proposer de nous enfuir ? Je connais un charmant petit endroit non loin d'ici où...

Le reste des mots que l'homme prononça se perdirent dans un brouillard de mépris et de rage. Et comme en témoigna ce baiser au goût de fer que lui arracha la jeune femme pour mieux le museler, les mots n'étaient déjà plus de mise. Qu'il se taise et l'emmène ! Qu'il la boucle et l'entraîne danser dans ce que, pauvre naïf, il espérait sans doutes être un tourbillon des sens et des plaisirs ! Alors qu'elle lui abandonnait volontiers sa taille et le laissait la guider vers la sortie Sofia sourit. Dehors les silhouettes escarpées de la ville des Lumières avaient disparu. Englouties par le manteau ténébreux de cette nuit qui sonnerait le glas d'une vie et l'aube d'une nouvelle ère. Celle où, cette fois, elle ne reculerait plus et prendrait, enfin, le chemin du retour.

« Salem... Ô douce ville impie et impure... Mère de tous les vices... Réjouis toi : ta fille  pécheresse te revient enfin ! »


~***~


CHAPITRE II



Le cliquetis, discret, de ce miroir de poche qu'elle tenait au creux de sa paume. Ce doigt qu'elle humecta du bout des lèvres avant que de retoucher son maquillage. Et ce regard, froid et parfaitement dénué de la moindre émotion qu'elle laissa glisser, par l'entremise complice de la surface miroitante, vers cet homme et cette mère qu'une vie, visiblement bien facétieuse, avait jugé bon de lui donner pour parents. Cette main agitée de son père qui, au fur et à mesure que leur voiture avançait vers sa destination, était prise d'imperceptibles tremblements. De ceux que nuls, encore moins les journalistes, ne verraient mais dont elle, observatrice silencieuse, ne pouvait s'empêcher de se délecter.  Au contraire des jacasseries incessantes de cet homme, assis à ses côtés, et qui s'évertuait de vérifier les moindres détails de la future, mais si proche, allocution du sieur Ghisolfini. Ces litanies de recommandations plus idiotes les unes que les autres. Ne pas hésiter et ne pas trembler devant ce parterre de futurs électeurs et de journalistes qui n'attendaient que cela. Se montrer clair et aussi concis que possible. Allez droit à l'essentiel et, surtout et quelque puissent être les questions qui ne manqueraient pas de fuser, ne jamais se laisser déstabiliser. Sofia avait, un instant seulement, suspendu ses gestes et arqué son sourcil tandis que ses yeux emplis de mépris moqueur glissait vers le conseiller de campagne de son père. S'il suffisait de déblatérer ces âneries pour réclamer les plus indécents des salaires alors peut-être était-ce en politique que la demoiselle aurait du se lancer elle aussi !

Et la question qui jaillit en son esprit et ne manqua que de fort peu de la faire éclater de rire : ce pantin encore plus idiot et ignorant que ne l'était son poulain savait-il à quel point toute cette mascarade était vaine ? Que la politique, contrairement à ce qu'ils tentaient encore tous de croire, n'avait plus rien de noble ou de respectable ? Peut-être même ne l'avait-elle jamais été... Ou seulement pour les utopistes qui, comme son père, entendaient réellement faire changer les choses. Pour ce meilleur dont ils rêvaient si fort mais qui ne serait jamais. Simplement parce que l'Homme étant ce qu'il est demain ne serait pas encore l'avant-veille de sa rédemption ! Et puis, qui pouvait encore ignorer que les élections, surtout aux alentours de Salem l'Impie, n'avaient rien de justes ou de propre ? L'argent et les relations dominaient. Toujours, en toute chose, et en politique plus encore. Ce n'étaient jamais les meilleurs ou les plus honnêtes qui l'emportaient mais ceux qui avaient le mieux su louvoyer et dévorer vivants le moindre de leurs opposants. Son père en serait-il seulement capable ? Etrangement Sofia était presque sincèrement curieuse de le découvrir. Si son père perdait ces élections alors sa probité légendaire l'emporterait. Mais s'il gagnait... Et la pensée était délicieuse, cela prouverait que son père était à l'image de tous les autres : influençable, prêt au compromis même le plus vil et, parce que l'on peut toujours rêver, prêt à se salir les mains pour arriver à ses fins. L'ironie de l'histoire serait qu'alors, et alors seulement, Sofia pourrait se sentir fière de cette filiation qui jusqu'à présent lui faisait tant horreur.

Chérie ? Tu te souviens ce dont nous nous étions entretenues n'est-ce pas ?

Avait interrogé de son habituelle, et ô combien horripilante, voix doucereuse cette femme à laquelle Sofia doutait d'avoir jamais été liée autrement que par un vulgaire cordon coupé depuis bien longtemps. Pourquoi, par tous les saints et tous les damnés, ne pouvait-elle aller droit au but ? Pourquoi fallait-il toujours qu'elle enrobe d'épaisses couches de papier de soie les sujets qu'elle estimait épineux. Si Sofia se souvenait ? Comment aurait-elle pu oublier ! Car si ses parents semblaient presque sincèrement ravis de son retour en ville ils l'avaient bien moins été en découvrant l'existence du petit Gabriele. Une fois le moment d'effarement passé s'en était suivie une conversation étrange où, eux, avaient marché sur un parterre d'oeufs trop frais et où, de son côté, Sofia avait eu bien de la peine à dissimuler son agacement. Sans compter qu'il leur avait fallu plus d'une heure, soixante interminables minutes, pour enfin se décider à poser la question qui leur avait pourtant brûlé les lèvres dès le moment où l'enfant avait paru. Qui en était le père ? Et le fou rire qui revenait, même maintenant, secouer jusqu'aux intestins de celle qui s'était évidemment bien gardée de répondre. Parce que cela ne les regardait en rien. Parce que si, un jour, ce secret devait être levé alors elle en serait la seule juge. Et que, peut-être bien, elle en aviserait le principal en tout premier lieu. Peut-être... Pas sûr du tout en fait ! Car cet enfant, qu'elle n'avait pour être honnête pas voulu le moins du monde, était désormais son plus précieux trésor. Comme le gardien pur et innocent de ce que, une nuit, elle avait pu être. Une femme qui avait aimé au point de, quelques mois plus tard, donner la vie. Enfin, aimer... Etait-ce vraiment de l'amour ou de la pure luxure ce qui, cette nuit là, les avait unis l'un à l'autre ? Elle même aurait eu du mal à le dire...

Sofia ?

Père et vous pouvez vous rassurer. L'enfant prodigue que je suis a bien appris et retenu sa leçon et ne saurait, en aucun cas, gâcher votre journée.

Ne sois donc pas aussi dure envers nous... Sofia... Nous t'aimons et... quoiqu'il en soit pour le petit... Qui que puisse bien être son géniteur... Tu sais que nous l'aimons aussi. Il est l'un des nôtres.

Un bâtard quand même !

Ne put s'empêcher de persifler dans sa barbe grise et dans un claquement de langue à son palais celui vers qui dame Ghisolfini lança le plus réprobateur des regards. Ils avaient retrouvé leur enfant... leur fille unique ! Leurs prières avaient finalement été entendues et Sofia leur avait été rendue ! Alors ne pouvaient-ils, juste une fois, baisser les armes et agir comme cette famille qu'ils n'auraient jamais du cesser d'être ! Une famille unie ? En avaient-ils jamais réellement formé une ? Sofia savait que, dans l'esprit trop tendre de sa mère, le désir et la réalité se confondaient bien trop souvent. Mais puisque la réalité lui aurait été trop insupportable à entendre et à affronter... Parce que, malgré l'envie dévorante qu'elle avait de la leur balancer en pleine figure la jeune femme savait que cela serait aller à l'encontre de ses intérêts... Sofia se tut. Ne mouftant ni ne cillant quand le pingouin à lunettes crut bon d'intervenir. Que disait-il ce parangon de servilité ? Peu importait à celle qui le lui signifia, d'abord presque aimablement en balayant d'un geste ses propos avant que de le lui faire, plus vertement entendre, en laissant ses lèvres s'étirer en un sourire presque sardonique et juste avant que les mots, durs et cinglants, ne s'en écoulent. Avec une douceur si bien feinte qu'elle ne les en rendit que plus glaçants encore.

Sachez, cher pantin encore plus décérébré que désarticulé, que jamais je ne m'adresse aux larbins de service !
Sofia !

Mais la jeune femme n'entendait pas s'arrêter en si bon chemin. L'homme l'avait provoquée, elle estimait de son droit le plus légitime de répondre. Après tout, cela serait sa récompense pour avoir accepté, sans même trop rechigner, de se plier à leur mascarade électorale, non ? Une mère au bord de la crise de nerfs que Sofia repoussa brusquement avant que de se tourner vers celui qu'elle dardait de ses prunelles si faussement sereines.

Ensuite, et pour votre gouverne, sachez qu'il n'est jamais bon de me chercher. Car, croyez-moi, je doute fort que vous appréciez de réellement me trouver ! Si jamais vous peiniez à me croire laissez-moi vous donner le nom de ceux qui s'y sont essayé mais reposent depuis dans les allées de ces cimetières où j'aime parfois à aller les saluer !

Sofia ! Cesses donc de dire toutes ces horreurs !

Ta mère a raison ! Cesses donc de faire l'enfant et conduis toi comme la jeune femme de bonne famille que nous t'avons toujours appris à être ! Et, par pitié, tiens toi bien aujourd'hui ! Je ne tolérerais pas que tu apportes, une fois de plus la honte sur notre famille et sur notre nom ! Aujourd'hui encore moins qu'hier ! Est-ce bien compris jeune fille ?

S'était mis à tempêter celui vers qui l'intéressée se tournait maintenant. Enfant, peut-être aurait-elle pu trembler et céder devant cet homme dont le charisme, plus encore que la carrure, en imposait suffisamment pour museler même les plus rebelles. Mais quoiqu'elle ait pu éprouver lorsqu'elle était enfant Sofia avait grandi. Etait parvenue, du moins en partie, à s'affranchir de cette écoeurante figure paternelle à laquelle elle avait depuis longtemps compris qu'elle ne ressemblerait jamais. A qui pensait-il donc s'adresser ? A une oie blanche ignorante de ce que le monde est réellement ? A une pauvre fille qui n'aurait eu de cesse de faire des pieds et des mains pour entrer dans ses bonnes grâces et enfin attirer à elle une once de cette fierté que Sofia ne reçut jamais ? Par Satan et tous ses frères comment un père pouvait-il à ce point méconnaître la chair de sa chair ! Et sans la pudibonderie avérée de sa mère sans doutes la jeune femme en serait-elle venue à se demander s'il n'y avait pas eu une erreur à la maternité !

Père...

Oh Dieu qu'il eut été aisé pour elle de faire descendre de ses grands chevaux au point qu'il en tombe et ne puisse jamais s'en relever cet homme qu'elle regardait maintenant fixement. Il aurait aimé la voir plier, céder et abaisser ce regard que, au contraire, elle maintint bien haut et où scintillait une fierté qui ne put que faire mal à celui qui la vit. Rien qu'une poignée de mots eut suffi à le mettre plus bas que terre ! Rien que quelques secrets depuis longtemps détenus. Rien que la si dérangeante vérité qui faisait d'elle l'espionne de l'intérieur. Celle qui, sans le moindre scrupule et avec une joie non feinte, avait renseigné Gabriel et son Conclave sur chacune des opérations que son père, alors juge chargé de la lutte contre le grand banditisme, avait tenté de mener. Toutes ces fois où elle l'avait, dans le secret feutré de leur salon, entendu fulminer et s'interroger sur les raisons pour lesquelles chacune de leurs opérations s'étaient, ces derniers mois, soldées par les plus cuisants des échecs. Toutes les fois où Sofia avait senti son âme noire exulter devant la débâcle de son père et de ses hommes. Certains avaient payé pour ses crimes ? Elle n'en avait jamais éprouvé la moindre once de culpabilité. Après tout, comme aimait tant à le répéter son géniteur, le monde était en guerre. Et il appartenait à chacun de choisir son camps. C'est très précisément ce que Sofia avait fait : choisir son camps. Elle avait fait de Gabriel son Roi des Enfers et, aujourd'hui encore alors que leur relation semblaient avoir atteint un point de non retour absolu, la jeune femme continuait à lui être loyale.

C'est pour lui, et uniquement pour lui, qu'elle était revenue. Encore pour lui qu'elle avait consenti à rentrer dans le jeu de ces parents qu'elle rêvait pourtant si fort de faire chuter. Mais son père entendait devenir gouverneur, influer pour mieux l'assainir une politique corrompue jusqu'à la moelle. Et si cela, comme elle le craignait, devait arriver alors le Conclave aurait plus que jamais besoin de quelqu'un. De préférence bien placée et susceptible d'entendre et d'apprendre ce que le commun des mortels, même le plus fidèle et proche des collaborateurs ne saurait jamais. Dénicher des informations sur les opérations en cours ou à venir n'avait, en soi, rien de très compliqué et Sofia n'ignorait pas une seule seconde que Gabriel devait posséder plus d'un informateur dévoué gravitant dans l'entourage de son père. Mais aucun qui ne puisse l'atteindre comme, elle, le pouvait encore. Aujourd'hui peut-être même bien encore plus qu'hier. Car son retour, inespéré, dans le giron familial pouvait être interprété comme une victoire. Certes, la donzelle demeurait encore bien rétive et laissait sa langue écharpée s'agiter avec peu de parcimonie mais elle était là. Avec eux. Auprès d'eux. Et, oui, elle était prête à jouer le jeu. Plier aujourd'hui sans pour autant rompre. Et, demain, user de sa position privilégiée pour mieux semer la graine empoisonnée qui, demain et si besoin, les ferait tous chuter ces politiciens de papier. Les idéaux, aussi nobles soient-ils, ne sont jamais que des utopies après lesquelles l'on court sans jamais le moindre espoir de les rattraper. La réalité est cruelle pour qui refuse de la regarder en face. Et le jour viendrait où son père, lui aussi, apprendrait. Et, accessoirement, payerait. Pour toutes les brimades, frustrations et humiliations que Sofia estimaient avoir reçues. Celles qui l'avaient, certes, rendue plus forte mais qu'elle ne pardonnerait pourtant jamais. N'est-ce pas ce cher Sigmund qui préconisait dans son livre, Totem et Tabou, d'assassiner le père ? Quelle somptueuse idée que celle-ci ! Mais aussi grande soit l'impatience de la demoiselle de passer de la théorie à la pratique ce jour devrait attendre. Aujourd'hui commençait le bal des hypocrites et, comme souvent dans sa vie, Sofia entendait bien en être la reine.

Vous avez raison... Et je vous présente mes excuses, Mère, pour mon outrecuidance et mon arrogance déplacées surtout en ce jour si spécial pour vous et pour le reste de notre société. puis, faisant de gigantesques efforts sur elle-même pour dominer la colère monstrueuse qu'elle sentait monter en elle, elle s'était tournée vers son père et dans un battement de cils qui feignit si bien la contrition la plus sincère elle murmura, les yeux baissés Et je vous présente mes excuses à vous aussi Père. Pardonnez à l'enfant perdue que je suis encore bien trop mais qui promet, pour sa rédemption, de tout faire pour vous prouver sa gratitude et sa loyauté à vous qui vous êtes montré si bon envers moi.

Parvint-il vraiment à la croire ou le feignit-il ? Sofia elle-même aurait eu du mal à le dire. Sans doutes la vérité se trouvait elle quelque part entre ces deux possibilités. Toujours est-il que le silence retomba dans l'habitacle de ce véhicule qui, bientôt, ne tarda d'ailleurs pas à s'immobiliser. Dehors les flashs crépitaient déjà et Sofia dut se forcer à ravaler ce bâillement qui ne demandait qu'à lui échapper. Des banderoles au nom et aux couleurs de son père et qu'elle aperçut alors que, petite poupée momentanément docile, elle s'extirpait à son tour de la voiture. Des visages rubiconds tant ils avaient hurlé et qui scandaient en un chorus étrange, le nom de leur candidat. Celui de la probité et de la morale retrouvées. Celui de la justice inébranlable et incorruptible. Celui des lendemains meilleurs et apaisés. Et la jeune femme ne sut pas qui, des supporters ou de ses parents, elle trouvait le plus ridiculement pathétiques. Les premiers n'étaient que des moutons aveugles qui aimaient à se bercer d'illusions dangereuses. Les seconds, des sots prisonniers des carcans de leurs vains idéaux. Et le tout formait une masse indigne et indigeste qui semblait, aux yeux de la jeune femme, n'avoir jamais vu le jour que pour souffrir. Parce que ce que ces gens refusaient d'entendre c'était que le monde était peuplés de monstres de tous poils et de toutes races. Des prédateurs qui avaient toujours du, et aimé,  lutter pour obtenir ce qu'ils désiraient. Des êtres qui, comme elle, n'épargnaient jamais personne. Manger ou être mangé. Tuer ou être tué. Gagner ou perdre, là se trouvait la seule règle du jeu ! N'en déplaise à cet abruti fini de Coubertin qui pensait que la victoire n'importait, au final, que peu. Allez donc demandez aux clients du Lady Luck s'ils sont plus heureux de rafler la miser ou si le simple fait de s'être assis et d'avoir joué les contente ! Le casino...

Encore une fois ses pensées, et son regard, volèrent vers celui qui était la première, mais au final peut-être pas la seule, raison de son retour. Et alors qu'elle tentait de ne pas penser ni s'attarder sur ce rôle d'adorable et si souriante plante verte qu'on lui avait assigné, elle ne put s'empêcher de le chercher du regard. Cet homme dont elle avait pris grand soin d'éviter le chemin depuis son arrivée en ville. Parce que, lorsque serait venu le moment des retrouvailles, Sofia entendait bien que celles-ci soit à l'image de ce qu'avait toujours été leur relation. Un subtile, et tout aussi étrange, mélange où la défiance et la méfiance se le disputaient. Une alchimie incongrue où même elle peinait à savoir ce qu'elle en attendait réellement. Et la seule réponse qui lui fut venue à l'esprit l'avait tant surprise qu'elle en était restée plusieurs heures pantoise. Ce qu'elle attendait de cet homme qui prend toujours bien plus qu'il ne donne ? Etrangement... rien.  Demandez et vous serez exaucé ? Honnêtement la demoiselle doutait fortement que pareil passage, qui plus est de la Bible, eut pu s'appliquer à un homme tel que Gabriel ! Et puis qu'attendre de pareil individu ? L'amour ? Sofia n'y croyait pas et encore moins en ce qui le concernait lui. Les Dieux des Enfers ne sont pas des êtres que l'on aime. On les adule.  Aussi séduisante soit leur sulfureuse aura, d'ailleurs. Alors quoi ? La richesse ? Ca, la jeune femme la possédait déjà. Et si l'argent avait été son motif premier dans la vie alors il lui aurait suffi de faire fructifier celui que ses parents, toujours aussi sots, lui donnaient si généreusement. Sans doutes parce que faire un virement leur été moins compliqué qu'affronter leurs erreurs envers leur fille unique... Non, ce que Sofia voulait, et se jurait encore aujourd'hui d'obtenir un jour était tout autre. Et étonnerait sans doutes le principal intéressé si jamais il venait seulement à l'apprendre un jour. Ce qui, Sofia se le jura en étouffant de justesse un éclat de rire, n'était pas encore demain la veille !

Un message qui arrivait sur son téléphone et elle qui se mettait légèrement en retrait de la scène pour en prendre connaissance. Et un sourire qui vint cette fois franchement étirer ses lèvres quand, de ses doigts agiles, elle y répondit.  Et, plus que jamais, l'envie de laisser là ces farces grotesques et se précipiter vers ce qui l'intéressait réellement. Cet homme que l'un de ses petits amants idiots était enfin parvenu à retrouver. Ce rat puant qui avait ainsi osé la piéger et faire de son existence une insupportable fuite. Par sa faute Sofia avait du battre en retraite de la seule ville où elle se sente pleinement chez elle ! Par sa faute Sofia avait du se cacher et se contraindre à mener cette existence si morne d'une artiste peintre originale et fantasque qui parcourait le monde sans jamais réellement se poser plus de quelques jours ! Par sa faute, surtout, elle avait perdu tout le peu à quoi elle ait jamais tenu ! Et, ça, elle ne pardonnait pas ! Retrouver la confiance de Gabriel ne serait certes pas une mince affaire, la demoiselle en était plus que consciente. Mais lui apporter sur un plateau les preuves de son innocence et le réel coupable devrait être un plutôt bon début, n'est-ce pas ? Au début la donzelle s'était imaginée laisser sa fureur se déverser sur l'impudent traître. Lacérer ses chairs de sa plus belle lame, se repaître de voir son sang rubicond couler et, lorsqu'il aurait fini par la supplier de mettre un terme à ses souffrances... lui trancher la tête. Violent et sauvage ? Mais c'est aussi ainsi qu'elle était ! Et puis, songea-t-elle encore dans un soupir proche du regret, cela aurait pu faire une si belle toile ! Peut-être un brin trop grandiloquent ? Peu importait maintenant. Cela ne serait pas. Car, la meilleure preuve de loyauté et d'allégeance que Sofia pourrait jamais apporter à son Dieu des Enfers, c'était bien de les livrer, le rat et elle. Et ensuite... Son téléphone qu'elle saisit pour mieux y taper ce message.


Maintenant, je suis prête à affronter ton jugement. Vois, entends et décides. Et que ta volonté soit, ensuite, faite. Tu sais où et comment me joindre.


Pas même l'ombre d'une hésitation alors que son doigt caressait l'écran de son téléphone. Les secondes qui semblèrent infinités douloureuses avant que, enfin, l'accusé de réception ne vienne la soulager. Désormais les dés en étaient jetés.


  «  Notre Père qui êtes au Cieux que votre nom soit sanctifié si cela vous enchante . Que votre Règne n'arrive jamais et que, sur Terre, soit faite la volonté de celui que je choisis pour être mon sombre Archange, Gabriel le bien nommé. Ainsi soit-il !  


SUITE DANS LE DERNIER MESSAGE SUR MA FICHE

Embarassed  &&  :hiding:






Il y a quelqu'un derrière l'écran, oui oui !

QUI ES-TU ?
Ah ! Nous y voilà donc à cette sempiternelle question à laquelle je ne sais jamais quoi répondre... Je suis majeure et vaccinée depuis bien des années... L'écriture est l'un de mes métiers mais plus encore ma passion... Pour le reste il n'appartiendra qu'à ceux d'en découvrir ! Et, même si cela pourrait en surprendre plus d'un il se trouve que, irl, je suis réellement d'une timidité quasi maladive... même si je me soigne xD

DISPONIBILITÉS
Tout dépend de mes activités professionnelles. Mais je vis souvent gluée aux forums où je me sens bien et plus souvent en semaine que le weekend qui, pour moi, est la période la plus chargée niveau travail.

PV OU SCÉNARIO ?
Hum... Disons que l'idée originelle est de mon esprit quelque peu complexe, qu'elle fut développée grâce à Gabriel et plus encore peaufinée avec l'aide d'Armin ?

AVIS DE RECHERCHE
Plein ! Mais il sera grand temps d'en parler plus longuement si je suis validée... Surtout parce que j'en ai tant, et que je suis bavarde, que je risquerais fort de faire exploser la limite des posts de FA. Et ne riez pas cela m'est plus d'une fois arrivé...

OÙ AS-TU TROUVÉ W.W. ?
Honnêtement ? Je cherchais un gif sur Google, ai cliqué dessus et me suis retrouvée ici...

AS-TU QUELQUE CHOSE À DÉCLARER ?
De ce que j'ai vu du forum jusque là je dois bien dire que je suis des plus enthousiastes !

À REMPLIR POUR RECENSER TON AVATAR

Code:
Taylor Marie Hill — [i]Sofia Ghisolfini[/i]




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Loup-garou, solitaire

Date d'inscription : 18/06/2018
Messages : 606
Rp postés : 20
Avatar : Chloë Moretz Âge du perso : 19 ans
Groupe du perso : Loup-Garou
Disponibilités : Disponible
Multis : Thomas
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 15:10

Bienvenue par ici petite sorcière! :heart6:

_________________

well you look like yourself
but you're somebody else
only it ain't on the surface
~
well you talk like yourself
no, i hear someone else though
now you're making me nervous
© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Recrue de l'Elit Daemonia

Date d'inscription : 31/03/2016
Messages : 4020
Rp postés : 244
Points-Bonus : 208
Avatar : Jennifer Lawrence par Jake et Jasper Rhodes
Âge du perso : 21 ans
Groupe du perso : Humaine
Disponibilités : Non disponible
Liens infos : Recrue de Jasper Rhodes
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 15:12

Bienvenue à toi mam’zelle!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcière de l'Énergie
♆ Coven Obscura Maleficis ♆

Date d'inscription : 13/08/2018
Messages : 1441
Rp postés : 33
Avatar : Taylor Marie Hill
Âge du perso : 24 ans
Groupe du perso : Sorcier
Disponibilités : Fucked up mais j en veux encore !
Liens infos : Une vie Des liens
Des histoires
Multis : Tara && Winter
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 15:15

* lève les yeux de ses mps et de sa fiche *

Merci beaucoup à vous deux les Miss !
Et si je me souviens bien de vos fiches que j'ai lues avec intérêt il se peut fort ( pour ne pas dire que cela est certain) qu'une fois validée alors je me précipite sur vos fiches de liens. :keur:

_________________
   

   
« Like a moaf to a flame burn by the fire
My Love is blind can't you see my desire ?»

 

   
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 16:22

Bienvenue sur le forum, miss :heart6: On n'a jamais assez de sorciers ! J'ai hâte de voir l'élément que tu vas choisir du coup :sisi:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sorcière de l'Énergie
♆ Coven Obscura Maleficis ♆

Date d'inscription : 13/08/2018
Messages : 1441
Rp postés : 33
Avatar : Taylor Marie Hill
Âge du perso : 24 ans
Groupe du perso : Sorcier
Disponibilités : Fucked up mais j en veux encore !
Liens infos : Une vie Des liens
Des histoires
Multis : Tara && Winter
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 16:28

Merci bien pour ce chaleureux accueil !

Et, comme je te vois lié au Coven qui me fait bien fantasmer il est fort probable que si je venais à être validée je me précipite sur ta fiche de liens pour t'en quémander un. J'ai d'ailleurs, et déjà, quelques pistes qui pourraient se révéler intéressantes. Il faut juste que je relise ta fiche pour être sûre de ne pas me tromper.
J'ai lu toutes les fiches mais je reconnais m'emmêler encore un peu entre les personnages ^^"


EDIT : en fait je ne me trompais pas le moins du monde ! Et vu mon lien avec Gabriel il semble plus que probable que nos personnages se soient croisés dans le passé donc à voir une fois ma fiche finie ? :pervers:

Et pour l'élément je puis d'ors et déjà te le dire : l'énergie.
J'ai hésité entre cela et l'air mais l'énergie me permettant de pimenter un lien le choix ne fut pas long à prendre

Au plaisir de te recroiser plus tard sur une fiche de liens ou une autre et plus encore en RP :keur:

_________________
   

   
« Like a moaf to a flame burn by the fire
My Love is blind can't you see my desire ?»

 

   
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chasseur de l'Elit Daemonia

Date d'inscription : 19/07/2018
Messages : 117
Rp postés : 11
Avatar : Chris Hemsworth
Âge du perso : 309 ans
Groupe du perso : Chasseur
Disponibilités : Tout vient à point à qui sait attendre
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 16:30

Bienvenue parmi nous petite sorcière :03:

Bonne rédaction pour ta fichette :big:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcière de l'Énergie
♆ Coven Obscura Maleficis ♆

Date d'inscription : 13/08/2018
Messages : 1441
Rp postés : 33
Avatar : Taylor Marie Hill
Âge du perso : 24 ans
Groupe du perso : Sorcier
Disponibilités : Fucked up mais j en veux encore !
Liens infos : Une vie Des liens
Des histoires
Multis : Tara && Winter
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 16:32

Merci Monsieur le chasseur ! :keur:
C'est bien toi le faussaire, n'est-ce pas ?
Si je ne me trompe pas alors toi et moi aurons matière à nous rencontrer et à tisser un lien qui devrait pas mal balancer !
On en reparle bientôt, d'accord ?

_________________
   

   
« Like a moaf to a flame burn by the fire
My Love is blind can't you see my desire ?»

 

   
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Loup-Garou Beta Meute de Salem

Date d'inscription : 23/06/2016
Messages : 516
Rp postés : 62
Points-Bonus : 111
Avatar : Matthew Daddario (credit VOCIVUS )
Âge du perso : 21 balais
Groupe du perso : Werewolf
Disponibilités : overbooké
Liens infos :
Avis de recherche : son père + son meilleur pote + des amis + des amours + des emmerdes +une meute de werewolves
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 17:06

hey ptite sorcière :rituel: Bienvenueuh à Salem x3 courage pour ta fichette !

_________________
Only wolf who lost his way ☾ In the back of my mind, I've been trying to chase a monster   this while time but i couldn't see the monster was me -  
❝Animal I have become ❞

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcière de l'Énergie
♆ Coven Obscura Maleficis ♆

Date d'inscription : 13/08/2018
Messages : 1441
Rp postés : 33
Avatar : Taylor Marie Hill
Âge du perso : 24 ans
Groupe du perso : Sorcier
Disponibilités : Fucked up mais j en veux encore !
Liens infos : Une vie Des liens
Des histoires
Multis : Tara && Winter
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 17:08

Hey ! Merci monsieur le Loup :keur:
Au plaisir de te recroiser au détour d'un rp une fois validée !
Et, oui, j'ai là aussi déjà des idées ... J'adore être aussi inspirée !

_________________
   

   
« Like a moaf to a flame burn by the fire
My Love is blind can't you see my desire ?»

 

   
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chasseur de l'Elit Daemonia

Date d'inscription : 19/07/2018
Messages : 117
Rp postés : 11
Avatar : Chris Hemsworth
Âge du perso : 309 ans
Groupe du perso : Chasseur
Disponibilités : Tout vient à point à qui sait attendre
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 17:20

Oui, oui, cey bien moi :15:

D'acc :P J'attends ton MP ou ton passage sur ma fiche de liens candid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcière de l'Énergie
♆ Coven Obscura Maleficis ♆

Date d'inscription : 13/08/2018
Messages : 1441
Rp postés : 33
Avatar : Taylor Marie Hill
Âge du perso : 24 ans
Groupe du perso : Sorcier
Disponibilités : Fucked up mais j en veux encore !
Liens infos : Une vie Des liens
Des histoires
Multis : Tara && Winter
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 17:22

Ah ! Je savais bien que j'avais bien lu et pas encore perdu la mémoire !
Super ! Donc je finis ma fichounette ( en espérant être concise... enfin disons aussi concise que possible... ) et ensuite je me ferais une joie de te Mpotter ! ddg

_________________
   

   
« Like a moaf to a flame burn by the fire
My Love is blind can't you see my desire ?»

 

   
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
— ADMINISTRATEUR —
Chasseur de l'Elit Daemonia

Date d'inscription : 23/03/2016
Messages : 3177
Rp postés : 280
Points-Bonus : 197
Avatar : Tom "Fuckyeah" Hardy
Âge du perso : 36 / 313 ans
Groupe du perso : Elit Daemonia - Ancienne école
Disponibilités : Fucked up
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 17:46

Hellcome la brasseuse de marmites

Hésite pas si t’as des questions... mais ramène le whisky

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcière de l'Énergie
♆ Coven Obscura Maleficis ♆

Date d'inscription : 13/08/2018
Messages : 1441
Rp postés : 33
Avatar : Taylor Marie Hill
Âge du perso : 24 ans
Groupe du perso : Sorcier
Disponibilités : Fucked up mais j en veux encore !
Liens infos : Une vie Des liens
Des histoires
Multis : Tara && Winter
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 17:54

Hey ! Ma marmite et moi te remercions bien :keur:
Et si Tu me prends par les sentiments... prépares les verres le Chasseur ! Ma bouteille et moi viendrons bientôt te saluer ! ^^

oui, j aime vivre dangereusement ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
— ADMINISTRATEUR —
Chasseur de l'Elit Daemonia

Date d'inscription : 23/03/2016
Messages : 3177
Rp postés : 280
Points-Bonus : 197
Avatar : Tom "Fuckyeah" Hardy
Âge du perso : 36 / 313 ans
Groupe du perso : Elit Daemonia - Ancienne école
Disponibilités : Fucked up
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 17:56

Amène 2 bouteilles, on aura pas besoin de verres...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcier de l'Énergie

Date d'inscription : 03/04/2018
Messages : 348
Rp postés : 33
Avatar : James McAvoy
Âge du perso : 33 ans
Groupe du perso : Sorcier
Disponibilités : Full 5/5
Liens infos :

Fiche - Liens
Multis : Romy Feuerbach
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 17:57

Te voilà enfin, darling :weird:

J'adore déjà ce que j'en lis, donc dépêche toi de me finir cette fiche que je puisse lire la suite non mais ! Allez, hop, hop ! :fouet: ^^

_________________

    but one soul stays awake at night

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcier de l'Énergie
♆ Coven Obscura Maleficis ♆

Date d'inscription : 22/12/2017
Messages : 446
Rp postés : 64
Avatar : Aidan Gillen
Âge du perso : 48 ans
Groupe du perso : Sorcier
Disponibilités : Plus ou moins dispo, mp et on en discute !
Liens infos : Fiche - Liens -
Multis : Ethan Wheeler
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 17:58

Commence pas à fouetter ma bibiche, toi.

Bienvenue, Sofia <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcière de l'Énergie
♆ Coven Obscura Maleficis ♆

Date d'inscription : 13/08/2018
Messages : 1441
Rp postés : 33
Avatar : Taylor Marie Hill
Âge du perso : 24 ans
Groupe du perso : Sorcier
Disponibilités : Fucked up mais j en veux encore !
Liens infos : Une vie Des liens
Des histoires
Multis : Tara && Winter
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 18:08

@Jake : Voilà un discours que je comprends et apprécie ! Il m'est avis que c'est toute une caisse de bouteilles que ta boîte à MP et toi allez bientôt voir débouler !
En plus j'ai dévoré ta fiche donc tu peux être certain que tu recevras de mes nouvelles bientôt Cool

@Armin Oh ma fureur !  coeur1
Owi fouettes moi !  
Contente, et soulagée, de voir que le début te convient ! Et, rassures toi, la suite devrait arriver dans la nuit !
Tu savais que j'étais inspirée ? Bah c'est encore pire aujourd'hui ... A tel point que j'en chope des fourmillements dans les doigts xD

@Gabriel Merci pour l'accueil officiel mon... comment te décrire... Modèle absolu ? Dieu païen chouchou ? :ha01: What a Face
Je vais m'arrêter là car je m'en voudrais de trop flatter ton égo... du moins pour le moment.
En tous cas merci encore pour ta patience, ta gentillesse et surtout toutes ces si belles et folles idées que tu auras si m'inspirer ! :keur: :keur:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
— ADMINISTRATEUR —
Chasseur de l'Elit Daemonia

Date d'inscription : 08/03/2016
Messages : 4351
Rp postés : 201
Points-Bonus : 223
Avatar : Charlie Hunnam
Âge du perso : 35 ans pour 308 ans
Groupe du perso : Chasseur
Disponibilités : Pas dispo pour l'instant, sorry.
Liens infos : Prez'LinksShit happens
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 18:36

Welcome to salem, lovely witchy :bouya:

J'te souhaite une bonne rédaction de fichette et te gêne pas si tu as des questions, ma boîte mp est à ta disposition :weird:

_________________


I am a man at war and I am fighting for all of the broken people. All of the people thrown overboard. No we’re not nameless, we’re not faceless. We were born for greatness. It doesn’t matter if the world has gone mad, if we just hold on. Born for greatness — Papa roach
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 21/07/2018
Messages : 213
Rp postés : 12
Avatar : Francisco Lachowski (c) January Cosy Âge du perso : 346 ans réels - 25 ans phys
Groupe du perso : Vampire - suit les objectifs de Christian Lynch
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Présentation
Liens et sujets
Chronologie et sujets
Multis : Draven, Dwight
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 18:59

Une sorcière de l'énergie et maman célibataire :D

(Mon perso est pediatre, btw, si jamais...)

Bienvenue ici :heart6:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Loup-garou, solitaire

Date d'inscription : 18/06/2018
Messages : 606
Rp postés : 20
Avatar : Chloë Moretz Âge du perso : 19 ans
Groupe du perso : Loup-Garou
Disponibilités : Disponible
Multis : Thomas
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 18:59

Hum hum. Pourquoi tu précises célibataire, HEIN? @Stuart Matthew
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 21/07/2018
Messages : 213
Rp postés : 12
Avatar : Francisco Lachowski (c) January Cosy Âge du perso : 346 ans réels - 25 ans phys
Groupe du perso : Vampire - suit les objectifs de Christian Lynch
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Présentation
Liens et sujets
Chronologie et sujets
Multis : Draven, Dwight
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Mer 15 Aoû - 19:04

Tiens oui...

NON MAIS JE SAIS PAS *se cache*

Euhm... *cherche une excuse*

Parce que c'est bien, les femmes indépendantes :huu:
Oui si c'est ça.

Sofia, ne pense pas que je suis un pervers, hein :roberto:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcière de l'Énergie
♆ Coven Obscura Maleficis ♆

Date d'inscription : 13/08/2018
Messages : 1441
Rp postés : 33
Avatar : Taylor Marie Hill
Âge du perso : 24 ans
Groupe du perso : Sorcier
Disponibilités : Fucked up mais j en veux encore !
Liens infos : Une vie Des liens
Des histoires
Multis : Tara && Winter
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Jeu 16 Aoû - 15:45

@Jasper Merci bien Mister "Hot" Chasseur !
et apparemment c'est de famille ! ^^
Je viendrais volontiers squatter ta boîte à MP pour un petit lien ( évolutif car j'ai cru comprendre que c'est ce qui t'intéressait le plus... Ca tombe bien moi aussi ! ) . Mais, question : dois-je aussi, comme pour ton frère, apporter le whisky ? Et avec ou sans verres de ton côté ?
Plus sérieusement je te Mpotterai après ma validation car j'ai en effet plusieurs pistes de liens à te proposer selon tes envies donc à voir ?

@Stuart : Commençons déjà par le début... J'adore la relation que Felix et toi semblez avoir ! Et, oui, j'ai été fouiné sur vos fiches de présentation comme de liens donc... C'est super chou les mini crises de jalousie ou de possessivité sur ma fiche !
Hâte de voir ce que votre relation donne en rp ! Je vous lirais avec plaisir.

Et, j'avoue que ce serait avec plaisir pour un lien. Et ton métier nous facilitera grandement les choses. J'ai déjà quelques idées mais on en reparle une fois ma fiche finie car si je me remets à Mpotter je la finirais jamais ma fiche  lol!

Et, pour info, Sofia adore les pervers... La pauvre !

@Gabriel Si jamais tu passais par ici je me suis délecté de mon thé, de mon Kinder et de la lecture que tu m'as si aimablement fournie. Au plaisir impatient de lire la suite mon loup :keur:


Et sur ce je replonge dans mon traitement de textes... pas envie de me faire fouetter par ma fureur... Quoique... Cool
Deuxième partie de l'histoire postée... Plus qu'une et, à moins que mes doigts en décident autrement en cours de route, je pense qu'elle te sera indirectement dédiée Armin :pervers:
Je pense pouvoir la poster d'ici ce soir ou demain ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Humaine

Date d'inscription : 21/06/2018
Messages : 86
Rp postés : 3
Avatar : Alycia Debnam Carey (angie)
Âge du perso : 18 ans
Groupe du perso : Humains
Disponibilités : Une place à prendre (4/5)
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Jeu 16 Aoû - 16:14

Mais c'est qu'elle est sexy la petite sorcière :cutie:
Bienvenue parmi nous ma chère !

_________________
You'll never know the top
till you get too low
Always shatter into pieces in the end I'm broken and I'm barely breathing I'm falling 'cause my heart stopped beating If this is how it all goes down tonight, If this is how you bring me back to life

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcière de l'Énergie
♆ Coven Obscura Maleficis ♆

Date d'inscription : 13/08/2018
Messages : 1441
Rp postés : 33
Avatar : Taylor Marie Hill
Âge du perso : 24 ans
Groupe du perso : Sorcier
Disponibilités : Fucked up mais j en veux encore !
Liens infos : Une vie Des liens
Des histoires
Multis : Tara && Winter
MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer ! Jeu 16 Aoû - 16:18

Merci pour le compliment chère demoiselle ! :keur:
Au plaisir de faire plus ample connaissance en rp très bientôt ? ddg

_________________
   

   
« Like a moaf to a flame burn by the fire
My Love is blind can't you see my desire ?»

 

   
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer !

Revenir en haut Aller en bas

Pardonnez moi mon Père... Non parce que j'ai péché... Mais parce que j'entends bien recommencer !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Pardonnez moi mon père car j'ai péché [Terminé]
» ANGES Ψ « pardonnez-moi mon Père parce que j'ai goûté la bière »
» Pardonnez moi mon père car j'ai péché / Jersey
» Pourquoi moi ? Mais parce que je suis le héros de cette histoire, voyons !
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Who do you think you are ? :: Présentations validées-
Sauter vers: