Partagez|

Le Talentueux Monsieur Ryan [Ryan Sloane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Sorcier de l'Énergie
♆ Coven Obscura Maleficis ♆

Date d'inscription : 22/12/2017
Messages : 31
Rp postés : 7
Avatar : Aidan Gillen
Âge du perso : 48 ans
Groupe du perso : Sorcier
Disponibilités : Plus ou moins dispo, à voir.
Liens infos : Fiche - Liens -
Multis : Ethan Wheeler
MessageSujet: Le Talentueux Monsieur Ryan [Ryan Sloane] Ven 5 Jan - 2:18

Une grosse berline fendait les rideaux de la pluie torrentielle qui s'etait abattue sur Salem, soulevant à chaque grande flaque des vagues d'eau qui allaient s'écraser sur le trottoir déjà luisant de flotte.
Le véhicule etait aussi noir que la nuit froide d'hiver qui était tombée quelques heures plus tôt, mais Salem la fêtarde résistait encore et toujours à l'obscurité et s'etait parée de ses atours nocturnes : nombre de commerces étaient encore ouverts, et la majorité des bars ne comptaient pas fermer avant quelques heures encore. Les lumières colorées des feux de circulation, des néons et des enseignes se reflétaient sur la carosserie noire de la voiture aux vitres teintées qui prenait maintenant la direction de Ravenrook.

Dans l'habitacle luxueux de la berline, assis sur le siège en cuir crême d'un confort absolu, Gabriel tapottait ses longs doigts sur le volant au rythme de la du jazz qui s'echappait des enceintes de l'autoradio. Nat King Cole chantait "Straighten up and Fly Right". Bien que, dans la chanson, la phrase était dite par un singe qui etranglait une buse pour qu'elle se tienne tranquille, le Capo du Conclave prit ce soir ces paroles pour un conseil de la part du jazzman.
"Désolé, Nat, mais ce sera pour une autre fois... Encore." fit le mafieux en s'adressant, durant le solo de piano, au chanteur mort depuis des lustres.
Et oui, encore et toujours, Gabriel Kiegan n'avait nullement l'intention de s'assagir. Il aimait la vie qu'il menait, d'un amour sincère et grand, et ne voulait en changer pour rien au monde. C'était un savant maelström de luxe, de plaisir, de danger, d'imprévus, de violence, de travail, et de fête. La tragédie et l'horreur côtoyaient la beauté et la gaieté et ne les rendaient que plus belles et resplendissantes. Kiegan n'avait jamais une seule fois envisagé de prendre sa retraite, même lorsqu'il avait frôlé la mort plusieurs fois. Curieux de tout, il avait trop envie de savoir de quoi demain serait fait pour baisser les bras. Épicurien invétéré, il aimait trop profiter des plaisirs que lui apportaient sa vie de mafieux pour changer de carrière. Assoifé de pouvoir, il avait trop envie d'en acquérir d'avantage pour s'arrêter.

Et c'est cet amour du pouvoir qui l'avait fait sortir ce soir afin de rencontrer quelqu'un dont on lui avait dit du bien, une personne qui pourrait peut-être l'aider à dépasser certaines limites. 
À avoir une floppée d'employés, on était plus à même d'entendre des rumeurs, des avis, des on-dits. Et apparemment, quelques uns des collaborateurs de Kiegan avaient eu affaire à un brasseur de marmites un peu spécial qui savait comment faire des potions efficaces pour soigner ou améliorer un peu tout et n'importe quoi. La santé de Gabriel était de fer et il n'avait rien à soigner, mais il s'était décidé à aller voir ce fameux rebouteux, avec une demande un peu particulière en tête. Si l'homme était en mesure de répondre à sa requête, tant mieux. Si non, eh bien, tant pis ! La soirée était agréable malgré la pluie battante et Kiegan était d'une humeur légère et résolument joyeuse, et il ferait absolument contre mauvaise fortune bon coeur si sa demande se heurtait à un refus. 

Il gara sa voiture dans une allée et en sortit, suivit par un de ses hommes de main qui avait boudé, assis à l'arrière tout le long du trajet. L'homme prenait son rôle très au sérieux et avait peut-être interprêté l'attitude de son patron comme un manque de confiance : non mais c'est vrai, quoi, il était chargé de conduire le chef et de veiller à sa protection, et voilà qu'il se trouvait obligé d'aller à l'arrière... L'homme gromella :
- "C'était à moi de vous conduire, M'sieur Kiegan.
- Roh, ne faites pas l'enfant, Keller. J'avais envie de prendre le volant, ce soir." Répondit Gabriel qui joignit à ses paroles un geste évasif signifiant qu'il n'avait pas envie de s'étendre d'avantage sur la question. C'etait lui le boss, après tout, merde.
Keller eut envie de bougonner encore mais s'en abstint. Monsieur Kiegan avait peut-être l'air avenant et joyeux en ce moment, mais... On était jamais sûr de rien avec lui, si c'était feint, si c'était réel. Il avait ce masque dont on ne savait jamais vraiment s'il était enlevé ou mis, et son sourire jovial pouvait en une seconde se changer en un rictus glacial qui n'augurait rien de bon.

L'homme de main se posta près de la porte rouge du Hooked Hook, à l'abri sous le parapluie que lui avait prêté son patron qui n'en aurait plus besoin. De là, il pouvait surveiller et les allées et venues des clients du bar, et il pouvait également surveiller la voiture garée un peu plus loin, s'il venait à quelqu'un l'idée de la piéger pour faire sauter le Capo du Conclave en un million de p'tits morceaux de chair sanguinolente. Monsieur Kiegan, quant a lui, poussa la porte et s'engagea dans le corridor qui menait vers le bar. Il ne venait pas souvent au Hooked Hook, tout simplement parce que le bar de son hôtel, celui de son casino, et celui, plus petit que les deux autres, dans son bordel lui suffisaient amplement et lui permettaient de boire ce qu'il voulait, et à l'oeil en plus. Mais il appréciait néanmoins les allures de speakeasy qu'avait cette gargotte qui semblait un peu oubliée par le temps, et le mafieux se permit de penser qu'un jour prochain, il racheterai l'établissement, juste parce qu'il le pourrait !

Habitué au confort, il ignora les tabourets alignés le long du comptoir et préfera se diriger vers le fond du bar pour s'installer sur une banquette jouxtant le mur. De tous les clients, c'était peut-être lui qui collait au mieux à l'ambiance années 20 de l'établissement : dans son beau costume trois pièces noir, à la chemise blanche et cravate bleu sombre, il avait des airs de gangsters de l'époque. Il regretta presque le fait de ne pas avoir mis un fedora assorti, tiens. 
De sa poche intérieure, il sortit son portable, son étui a cigarette, et son beau zippo gravé et les aligna tous les trois, bien ordonnés, sur la table luisante sous les éclairages en plafonnier. Enfin, il leva la tête et son regard parcourut la salle, détaillant chaque client, pour finir par se poser sur la barmaid.

Oh, comme elle était délicieuse... D'une blondeur tendre, sa longue chevelure ensoleillée donnait l'agréable impression qu'elle réchaufferait des doigts glacés si on les glissait entre les boucles. Gabriel regretta de s'être assis aussi loin, car il ne put distinguer la couleur des yeux de l'employée qui s'affairait à préparer un cocktail qui avait l'air ridiculement élaboré. Son joli visage affichait une expression de concenteation extrême alors qu'elle faisait couler du curaçao bleu entre la paroi du verre et le dos d'une cuillère. Elle fronçait les sourcils et ses jolies lèvres etaient légèrement pincées en une moue qu'aurait pu avoir une fillette qui construisait un chateau de carte et ne voulait surtout pas le voir choir. Au dessus d'elle, les spots qui éclairaient le bar de leur lumière jaune d'or ajoutait un discret halo brillant qui lui donnait des airs d'angelot. Toute à son ouvrage, elle s'était penchée afin de rapprocher son visage du verre à cocktail. Gabriel maudit alors la présence des tireuses a bière, dont les longs cous en zinc cachaient partiellement la charmante cambrure du dos de la barmaid que le Capo aurait aimé contempler. Ou y poser les mains.

Deux demoiselles étaient debout près du bar et attendaient leurs consommations. L'une d'elle, une espèce de godiche avec des dents si longues qu'elles pourraient finir par râcler le parquet, devait être celle qui avait commandé l'espèce de cocktail délirant sur lequel s'affairait la serveuse. Kiegan, qui etait d'habitude un homme courtois et patient, décida de faire preuve ce soir d'une certaine mesquinerie, juste parce qu'il avait envie de s'amuser un peu, et juste parce qu'il avait envie que l'attention de la barmaid soit sur lui, et non plus sur les deux clientes. La position n'avait aucune importance pour l'exécution de la manoeuvre, mais il voulut simplement avoir une pose confortable pour admirer le futur spectacle. Il se détendit et leva donc le bras afin d'appuyer son coude sur la table, puis vint poser son menton dans sa paume ouverte. Son long index tapota sa joue rendue légèrement rugueuse par sa barbe de trois jours alors qu'il se mit à fixer les deux filles du bar qui riaient comme des juments à une anecdote qu'avait racontée l'une d'elle. Faisant le vide dans sa tête, le Capo se concentra.
Leurs rires sonores se turent peu à peu. L'une d'elle porta sa main à sa tempe et la massa doucement, alors que l'autre greluche attrappa son sac à main de salope pour fouiller dedans, a la recherche d'une aspirine qu'elle finit par trouver. Elle goba en vain le cachet et tenta de poursuivre la discussion, mais rien n'y fit : son mal de crâne empirait seconde par seconde, tout comme celui de son amie. L'une chancela un peu et s'appuya contre le bar. L'autre se laissa tomber sans grâce sur le tabouret le plus proche. Leur conversation était finie, et de leur bouche piaillarde ne s'echappaient plus que des gémissements plaintifs qu'elles tentèrent de garder discret. Enfin, ce salaud de Kiegan eut ce qu'il voulait : l'une des filles se pencha pour marmonner quelque chose à l'autre. Sans doute avait-elle suggéré que les deux copines finissent leur soirée tranquille à la maison, car elles se levèrent enfin et, l'une titubant un peu et l'autre se tenant le crâne, elles s'éloignère du comptoir pour sortir par la porte.

Gabriel cligna des yeux, qu'il avait plissés, et repris son sourire, qui s'était un peu effacé. Il se redressa, son menton quittant sa main, et s'adossa à nouveau contre la banquette en cuir noir. La charmante barmaid, l'air dépité, vidait le cocktail gâché dans l'évier. Elle finit par relever la tête pour balayer la salle du regard et vérifier si oui ou non des clients attendaient une commande ou souhaitaient être servis. Lorsque ses yeux croisèrent ceux de Kiegan, il hocha la tête d'un air amusé et lui fit signe d'approcher.

"Bonsoir mademoiselle !" Lui fit-il de sa voix enjouée lorsqu'elle fut enfin proche de sa table. Ouh, les jolis yeux verts aux noires pupilles cerclées de noisette... 
"Je voudrais deux choses. Non, trois, en fait. Primo !" Commença-t-il en levant son index, première étape de l'énumération à venir. "Un verre de votre meilleur vin rouge, peu importe le prix. Surprenez-moi. Secundo ! Je souhaiterais savoir s'il serait possible de rencontrer Monsieur Ryan Sloane. Et enfin, le plus important, tertio !"
La requête numéro trois fut exécutée sans ménagement au lieu d'être formulée : Gabriel attrapa doucement la main de la barmaid pour en porter le dos à ses lèvres et y déposer un léger baiser. Certes, le geste était inconvenant, et la serveuse devait sans doute essuyer tous les soirs des tentatives de drague virant du maladroit au salace. Mais mais mais, Kiegan n'en avait absolument rien à foutre. Il avait eu envie de ce geste, l'avait fait, tant mieux, tant pis. Pour lui, en tout cas, cette soirée commençait très bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Sorcière de la Terre

Date d'inscription : 19/12/2017
Messages : 70
Rp postés : 4
Avatar : Amber Heard
Âge du perso : 28 ans
Groupe du perso : Sorciers
Disponibilités : /
MessageSujet: Re: Le Talentueux Monsieur Ryan [Ryan Sloane] Dim 7 Jan - 6:39

LE TALENTUEUX MONSIEUR RYAN

" M. SLOANE IS A VERY ... VERY BUSY MAN. "


« ...j'hallucine... où est-ce que t'es passé !? ... »

Elle claque le tiroir de sa vanité, puis l'autre en dessous, ses sourcils joliment froncés d'impatience. C'est le bordel dans ses effets personnels, évidemment, les brosses à cheveux se mélangent aux attaches, élastiques, rubans, soie dentaire, coupe ongles... Et plus elle cherche, plus elle s'impatiente, et plus elle s'impatiente, plus c'est le bordel. Sacrifier cinq minutes de plus pour tout ranger n'est évidemment pas une option à cette heure.

« C'est toi, c'est ça ? C'est toi qui a joué avec mon rouge à lèvres !? Où est-ce que tu l'a caché ? » qu'elle gueule à l'attention de Gaspard, vautré au salon, bien trop occupé à se licher l'attrape-minette pour daigner relever la tête vers sa maîtresse.

La belle pousse la porte de la salle de bain, toisant le gris félin d'un œil mauvais. Très rockabilly, vêtue d'une jupe moulante à taille haute d'un rouge vif, sa poitrine sagement mise en valeur dans un bustier noir. Une large ceinture vient définir un peu plus sa taille fine et la rondeur de ses hanches. Mais c'est sans grâce aucune qu'elle s'immobilise près du canapé où son chat mal léché poursuit sa toilette hebdomadaire pour se pencher et passer la main sous le mobilier. La langue légèrement serrée entre les dents, Ryan farfouille et grimace même lorsqu'elle tombe sur un motton louche dont elle préfère ignorer l'origine et la composition. Ouach.

« HA-HA ! » finit-elle parle hurler de victoire, brandissant le petit tube noir devant les yeux désintéressés de son chat qui s'est momentanément immobilisé pour relever la tête. Sans trop comprendre le crime dont on l'accuse, il se contente de battre des paupières. « Arrête de toucher à mes affaires, grosse patate ! J'vais finir par être en retard à cause de toi... » et bien sûr, le fait qu'elle ait passé les deux dernières heures dans la salle de bain n'y sont pour rien. Ryan se relève puis passe près de Gaspard, sans omettre de lui secouer la tête dans le creux de la paume. Une fois dans le hall d'entrée, ses pieds s'enfoncent tour à tour dans des escarpins d'un rouge écarlate également. La jeune femme jette son manteau sur ses épaules puis attrape son sac à main.

« Sois sage M. Fatbones, et à ce soiiir ! » qu'elle chantonne gaiement.

Et la belle n'attend évidemment pas de réponse pour refermer la porte à clé derrière elle. Vaut mieux ça que de parler aux murs... quoique.


Hooked Hook, 22h37

Deux brunettes s'avancent vers le bar, le rire facile, elles parlent un peu trop fort, semblent bien extatiques chaque fois que leurs yeux se posent sur une affiche ou une vieille relique un peu trop rouillée à leur goût. Sooo vintage. À croire qu'elles ont une opinion sur tout et sur rien. Oh, bien entendu elles ont présenté leur carte d'identité -sans doute fausse- à Dodo, qui les gardera à sans doute à l’œil toute la soirée. Des touristes. Voilà. Ryan pouvait les flairer à un mille à la ronde. Elles étaient là à la recherche de quelque chose, comme des chasseuses d'émotions fortes. Le problème, c'est qu'à Ravenrook, elles en trouveraient forcément, des émotions fortes. Mademoiselle Castor pose son coude sur le bar puis claque des doigts avec une insistance dérangeante. Ah ouais, parce que si Ryan adorait bien un truc dans la vie, c'était de se faire siffler comme si elle était la bonne chienne-chienne de service. Allez, et rapporte le journal-coucouche panier. Ryan en grimace même ouvertement d'agacement avant d'adoucir les traits de son visage pour s'approcher d'elles. Pourboire oblige.

« Bonsoir mesdemoiselles, qu'est-ce que j'vous sers ?
- Une tequila sunrise pour moi !
- Euhm... je sais pas trop... j'ai envie d'un truc spécial ! Un truc que j'ai jamais goûté... Je sais pas ! Euhh.... eeehm... »


La barmaid inspire lourdement son impatience derrière son sourire stratégique, elle entreprend donc le premier drink qui lui prend une minute à servir. Ses prunelles claires s'évadent un moment sur la bourse que mademoiselle castor tient à la main, ornée d'une breloque de licorne ridiculement colorée qui doit se vendre 3$ dans un marché aux puces. Et comme la commande ne vient pas, elle préfère deviner les goûts de la demoiselle qui se tient toujours là, la bouche à moitié ouverte à contempler la carte des suggestions.

« Je crois avoir ce qu'il te faut, fais moi confiance, tu le ne regretteras pas. »

Mademoiselle castor hoche la tête, intriguée visiblement. Et Ryan est particulièrement ravie de se mettre à l’œuvre. Comme une enfant qui prépare le petit-déjeuner de ses parents pour le leur apporter au lit avant leur réveil. Le verre tournoie entre ses doigts, elle entreprend un mélange semblable à celui du pina colada, mais elle y enchaine une minutieuse orgie de couleurs fruitée. Un arc-en-ciel niché sur un lit blanc, un prout de mousse, une pincée de sucre rose et puis... la touche magique, sa touche perso... une écorce semblable à la cannelle en apparence, qu'elle travaille entre ses doigts avant de l'asperger et de la rouler dans le sucre à son tour. Au summum de la concentration, elle glisse la langue contre sa lèvre supérieure avant de poser délicatement la petite corne sur le rebord du verre en guise de paille. Et voilà le Rainbow Uniiiiiicorn ! Ryan en bombe pratiquement le torse de satisfaction, trop peu trop tard. Une grimace la défigure lorsqu'elle voit les deux touristes s'en aller platement. ... Quoi ? Non... MAIS NON ! Trop concentrée à réaliser son chef d’œuvre pour s'intéresser à leur conversation, ni même entrevoir le malaise naissant. Avoir su, elle se serait contenté de lui offrir une vodka citron... Tant pis, c'est presque la larme à l’œil qu'elle balance le cocktail dans l'évier. À qui elle aurait pu refiler ça, de toute façon ? La belle claque le verre avant de relever les yeux en soupirant. Elle offre un deuxième bourbon au type à la cravate rouge puis deux bières au gars au gros nez.

De retour au calme, l'attention de Ryan bifurque alors sur un homme beaucoup plus éloigné, qui siégeait sur l'une des banquettes du fond. Elle s'étonne d'ailleurs de ne pas l'avoir remarqué avant, lui et son étrange prestance qui irradie jusqu'à elle. Elle le devine riche et influent donc c'est probablement... un groooos con-nard. Hum... Bon... Le sourire de Ryan s'étire tout de même, presque intrigué. Elle hoche la tête avant de délaisser son comptoir pour onduler jusqu'à sa table, ses prunelles accrochées aux siennes, lui réservant toute l'attention qu'il mérite. La belle s'immobilise tout près de lui, posant naturellement sa main contre sa hanche délicate alors qu'il ouvre les politesses usuelles.

« Bonsoir mademoiselle !
- Bonsoir monsieur, vous désirez ? » qu'elle articule, doucereuse, avenante.
- Je voudrais deux choses. Non, trois, en fait. Primo ! Un verre de votre meilleur vin rouge, peu importe le prix. Surprenez-moi. Secundo ! Je souhaiterais savoir s'il serait possible de rencontrer Monsieur Ryan Sloane. Et enfin, le plus important, tertio ! »  

Un hoquet de surprise s'étouffe sournoisement dans le creux de sa gorge lorsque sa main libre est soudainement cueillie puis embrassée. Un geste outrageusement inquisiteur qui, fait par un ivrogne bedonnant dans une ruelle sombre, lui aurait valu son talon aiguille enfoncé dans sa couille gauche. De quoi lui exploser la génétique pour les six prochaines générations. Faut dire que l'inconnu avait un charisme séducteur tout particulier, qui inspire le respect - voire la prudence - et qui réussi tout de même à lui soutirer un gloussement flatté. Elle doit se ressaisir pour ne pas écarquiller les yeux comme une truite tirée hors de l'eau qui gigote dans le fond d'une chaloupe par une chaude journée d'été. Ce n'est pas tant son entrée en matière cavalière qui lui ramolli les rotules que son intérêt à rencontrer Monsieur Ryan Sloane. Elle ne comptait plus les fois où on l'avait confondu avec un homme - elle ne s'en vexait plus depuis longtemps d’ailleurs - mais pourquoi lui ? D'où il sortait son nom ? Qu'est-ce qu'il lui voulait au juste !? C'ÉTAIT UN FLIC, UN TARÉ !? Ouhlla... du calme. Elle inspire enfouissant toutes ses inquiétudes derrière son masque séduisant aux traits mielleux. Délicatement, elle reprend délicatement sa main, avant qu'elle ne trahisse elle-même son malaise, le toisant de ses paupières légèrement plissées d’intérêt.  

« Ryan Sloane est quelqu'un de très occupé, vous savez. Mais qui sait... c'est peut-être votre jour de chance. Excusez-moi, je ne serai pas longue... »

La barmaid le laisse seul derrière elle. Seul avec la danse lascive de ses hanches qui ondulent joliment de gauche à droite en s'éloignant. Ohmygod...Ohmygod, qu'est-ce qu'elle allait faire ? Qu'est-ce qu'elle devait faire !? Mentir ? Lui dire que Ryan est pas là et d'aller s'faire foutre chez les grecs ? La nervosité au ventre, la belle disparait engouffrée derrière une porte dérobée qui mène au cellier.

Trois minutes vingt six secondes plus tard, elle est de retour auprès du cavalier inquisiteur. La demoiselle pose deux coupes d'étain sur la table avant de lui présenter la bouteille spécialement choisie pour le surprendre. Une étiquette vieillie par le temps, une bouteille qui semble l'être tout autant. Étrange, puisque la dite bouteille semble contenir un vin complètement translucide.

« Omiraculeuse. Eau transformée en vin de la main du messie lui-même. »  

C'est une blague ? Visiblement non, puisqu'elle tire le bouchon pour en verser un fin filet aussi limpide que de l'eau. Puis, soudainement, au contact de l'étain, la robe du vin prend une délicieuse couleur grenat.  

« Vous y retrouverez le goût prononcé des cerises et du cassis. Avec une touche d'épices en finale et l'arôme subtile du cacao. Velouté, délicieux et surprenant en tous points. » conclut-elle, amusée.

Elle sert également la deuxième coupe avant de poser la bouteille. Sans plus de cérémonie, la belle tire la chaise pour y glisser son fessier rebondit. La demoiselle relève légèrement le menton avant d'avancer les doigts pour déguster une gorgée de ce vin unique en son genre. Un brin tape à l’œil, il va s'en dire, donc parfait pour son invité.

« Je suis désolée de vous décevoir mais... Monsieur Ryan Sloane ne viendra pas. La raison est simple, c'est qu'il... existe pas. »

La jeune femme savoure une longue gorgée, relevant les prunelles au dessus de sa coupe pour observer son interlocuteur.

« ... par contre, si vous voulez parler à Mademoiselle Ryan Sloane, eh bien.... vous l'avez devant vous... et elle est très curieuse de savoir c'que vous aviez à demander à Monsieur Sloane... et surtout de savoir qui vous a parlé de lui... »

... et si la réponse ne me plait pas, je vous casserai cette bouteille sur la tête avant de me sauver en hurlant... comme quoi, nous y trouvons tous notre compte... pas vrai ? ...


©️ MR. CHAOTIK



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcier de l'Énergie
♆ Coven Obscura Maleficis ♆

Date d'inscription : 22/12/2017
Messages : 31
Rp postés : 7
Avatar : Aidan Gillen
Âge du perso : 48 ans
Groupe du perso : Sorcier
Disponibilités : Plus ou moins dispo, à voir.
Liens infos : Fiche - Liens -
Multis : Ethan Wheeler
MessageSujet: Re: Le Talentueux Monsieur Ryan [Ryan Sloane] Dim 7 Jan - 17:47

Lorsque la barmaid pin-up lui annonça que Monsieur Sloane était quelqu'un de très occupé, Gabriel ne montra aucune impatience, aucun signe que l'éventuelle impossibilité de rencontrer le rebouteux l'offusquait. On était jamais trop occupé pour Gabriel Kiegan, et si le faiseur de potions n'avait ce soir pas de temps a lui consacrer, alors il allait bien falloir qu'il en trouve.
Gardant son charmant sourire, il adressa un signe de tête bienveillant a la demoiselle lorsqu'elle s'excusa pour s'éloigner vers le cellier. La voir partir était a la fois un crève-coeur et une bénédiction : bien sûr, ne plus voir son adorable visage était à déplorer, mais Kiegan put alors pleinement admirer des hanches rondes et un ravissant derrière.

Elle revint et piqua l'intérêt du Capo par deux fois : premièrement, elle avait ramené deux coupes alors qu'il etait seul. Quel agréable rebondissement, allait-elle partager sa table ? Deuxièmement, la bouteille que la barmaid avait ramenée semblait particulière. En lieu et place de la couleur bordeaux très sombre attendue, on ne pouvait voir qu'un liquide transparent à travers le verre. Le sourcil de Gabriel s'arqua, mais sa bouche resta close car il préféra attendre de goûter le vin proposé avant de se permettre un éventuel commentaire.
La serveuse présenta à son client sa sélection, l'annonçant comme etant de l'eau changée en vin par le Christ lui-même. Aussi intéressante soit-elle, Gabriel ne crut pas à cette histoire. S'il existait, un vin pareil devait être d'une rareté impossible, et chaque bouteille devait être recherchée et traquée par les chiens zêlé du Vatican. Il douta simplement qu'un petit bar de Salem, aussi underground soit-il, soit en possession d'une telle relique. Bien sûr, il eut la politesse de cacher son scepticisme et, restant souriant et silencieux, prit l'histoire pour ce qu'il pensait qu'elle était : une jolie fable sensée evoquer l'intérêt du client et le faire rêver un peu.
Le liquide translucide s'écoula dans la coupe et prit alors la couleur qu'il était supposé avoir. Kiegan émit un petit rire amusé et prit la coupe entre ses doigts une fois servie, attendant que la barmaid serve la deuxième. Enfin, elle s'assit face a lui, confirmant l'agréable supposition que Gabriel s'etait faite plus tôt. 
Lorsqu'elle but à sa coupe, Kiegan fit de même. En effet, le goût de ce vin-ci avait quelque chose de différent, un arôme fruité qui correspondait à la description qu'en fit la serveuse. Pas déplaisant, le prétendu pinard du Christ. 

"Je suis désolé de vous décevoir mais... Monsieur Ryan Sloane ne viendra pas. La raison est simple, c'est qu'il... existe pas." Avoua finalement la barmaid avant de reprendre une gorgée de vin, gardant ses yeux sur son client. Ce dernier inclina légèrement la tête sur le côté, affichant une discrète surprise qui se traduusit par un haussement de sourcils interrogateur. La jeune femme eut la gentillesse de ne pas le laisser languir trop longtemps et ajouta finalement :
« ... par contre, si vous voulez parler à Mademoiselle Ryan Sloane, eh bien.... vous l'avez devant vous... et elle est très curieuse de savoir c'que vous aviez à demander à Monsieur Sloane... et surtout de savoir qui vous a parlé de lui... »
Le sourire de Gabriel s'élargit un peu plus et il  finit par lâcher un éclat de rire. Ainsi, le Monsieur était une Mademoiselle ! Eh bien, comme il devait avoir l'air d'un idiot, à commettre une telle erreur ! Et c'était entièrement de sa faute : il ne s'était pas assez renseigné et avait sauté sur une conclusion trop rapidement tirée. Bah, qu'importe ! L'essentiel etait que, homme ou femme, il avait trouvé la personne recherchée.

"Mes plus sincères excuses, Mademoiselle Sloane. Aussi amusante soit-elle, croyez bien que je regrette cette méprise et espère ne pas vous avoir offensée !" Répondit le mafieux en tirant une cigarette de son etui pour l'allumer, ne se préoccupant pas de savoir si c'était interdit ou non en ce lieu. "J'ai entendu parler de vous par le biais de deux de mes employés. À l'un, vous avez proposé un philtre soignant la calvitie. À l'autre, vous avez préparé une concoction pour remédier aux problèmes érectiles. Le premier a maintenant une magnifique coiffure en lieu et place de sa tonsure de moine, et l'autre, à le croire, a réussi à honorer sa femme. Et pourtant, croyez-moi, à voir sa mégère, c'était pas gagné d'avance." Cette dernière phrase fut ajoutée sur le ton de la confidence et son sourire se fit de connivence alors qu'il se penchait un peu et parlait plus bas, comme si son employé aurait pu l'entendre. Sa voix retrouva son volume normal et il se redressa fièrement sur son siège alors qu'il reprenait :
"Quant a moi, je ne souffre pas de calvitie, et j'ai encore toute mon ardeur de jeune homme. Mon besoin est tout autre, et je m'étais simplement dit que, peut-être, vous auriez le coeur de répondre à ma requête, ou au moins de l'entendre : je cherche un moyen de développer mes pouvoirs."

Il s'adossa contre la banquette et conclut sa tirade en soufflant un nuage de fumée alors qu'il étendit un peu les bras, mains ouvertes, dans un geste ayant l'air de dire "Alors ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Sorcière de la Terre

Date d'inscription : 19/12/2017
Messages : 70
Rp postés : 4
Avatar : Amber Heard
Âge du perso : 28 ans
Groupe du perso : Sorciers
Disponibilités : /
MessageSujet: Re: Le Talentueux Monsieur Ryan [Ryan Sloane] Dim 7 Jan - 21:24

LE TALENTUEUX MONSIEUR RYAN

" M. SLOANE IS A VERY ... VERY BUSY MAN. "


Ryan roule une épaule, l'air de rien.

« Oh, faut pas vous en faire... si vous saviez le nombre de fois que les gens m'appellent et demande à parler à M. Sloane. Au moins, ça m'évite de répondre à des sondages débiles sur la commercialisation des carottes emballées sous vide... m'enfin, vous savez c'que c'est... » ou pas. Qu'importe... « Monsieur... ? » elle insiste sur le point d'interrogation. Depuis le temps qu'elle se le demande. Et quelque chose lui dit qu'elle devrait déjà savoir qui il est. Bizarre non ? On appelle ça l'intuition... ou l'instinct de survie...

La belle se redresse légèrement sur son siège pour mieux croiser les jambes, un geste naturel qu'elle doit calculer pour éviter d'exposer un bout de chair inconvenant, tout en restant confortable... et sans risquer d'avoir l'air d'une autruche déplumée lorsqu'elle tentera de se relever plus tard. Parce qu'elle n'avait pas une heure à lui consacrer, tout aussi mystérieux et plein de ressources soit-il.

« J'ai entendu parler de vous par le biais de deux de mes employés. À l'un, vous avez proposé un philtre soignant la calvitie. À l'autre, vous avez préparé une concoction pour remédier aux problèmes érectiles. Le premier a maintenant une magnifique coiffure en lieu et place de sa tonsure de moine, et l'autre, à le croire, a réussi à honorer sa femme. Et pourtant, croyez-moi, à voir sa mégère, c'était pas gagné d'avance.
- Vraiment ? » elle rit. Un rire, qui dévoile des dents blanches, qui raisonne, cristallin à travers le brouhaha « Eh bien... J'suis contente de l'apprendre ! Je dois avouer que parmi les rares personnes qui reviennent pour me redonner des nouvelles, la plupart ont tendance à se plaindre que ça n'a pas marché comme il l'auraient souhaité... Mais comme pour tout remède, il faut suivre la posologie... C'est la base... et je peux pas toujours garantir les résultats. Parfois, il faut réajuster le tir. » ou oublier le projet. Tout dépend des ambitions... et des risques.

La belle étire un sourire qui illumine les traits de son visage, un sourire qui n'efface pas tout à fait cette légère méfiance qui transperce son regard lorsque ses lèvres viennent à nouveau goûter le vin. Tous les gens peuvent inventer des histoires pour parvenir à leurs fins... Un peu comme les origines du vino qu'ils sont en train de savourer.

« Quant à moi, je ne souffre pas de calvitie, et j'ai encore toute mon ardeur de jeune homme. Mon besoin est tout autre, et je m'étais simplement dit que, peut-être, vous auriez le cœur de répondre à ma requête, ou au moins de l'entendre : je cherche un moyen de développer mes pouvoirs. »

Ryan cille un moment. Presque choquée, ses yeux se plissent d'interrogation. Ses lèvres entrouvertes ne laissent évader que son souffle chaud, muet. Elle finit par hocher la tête, heureuse d'être assise sur cette banquette éloignée des oreilles indiscrètes... bien qu'ici même les murs ont des oreilles.

« ... vos... pouvoirs ? »

Quels pouvoirs ? Si il pense qu'elle pourra lui filer une potion pour lui faire pousser des ailes ou pour voir à travers le linge... c'est certain qu'il risque d'être déçu... Quoique... Reste qu'il y a toutes sortes de pouvoirs. Le pouvoir de séduction, le pouvoir d'influence, le pouvoir politique... Pourtant, il semble déjà avoir tout ça en poche. Alors quoi ? M. Kiegan n'avait rien d'un vampire avec leur aura magnétique et leur don d'hypnose... à part peut-être le style et les manières semblables à ceux qui ont vécu dans un autre siècle. Pourtant, elle savait quelque part au fond d'elle que cet homme n'est pas un homme ordinaire et que ses désirs étaient sans doute un peu plus... particuliers ? Elle peut ressentir à travers son charisme naturel que l'énergie magique dissimulée dans ce monde s'accroche à lui comme les mouches sont attirées par la lumière. Elle ressentait un peu le même genre de sensation en présence de son frère Abel. Cet aura magique presque palpable qu'elle pourrait tâter du bout des doigts. Ryan finit par poser les coudes sur la table, liant ses doigts entre eux pour s'appuyer le menton dessus. Sa voix s'abaisse, plus suave et privée.

« ... qu'est-ce que vous attendez de moi au juste, M'sieur Kiegan ? »


©️ MR. CHAOTIK



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcier de l'Énergie
♆ Coven Obscura Maleficis ♆

Date d'inscription : 22/12/2017
Messages : 31
Rp postés : 7
Avatar : Aidan Gillen
Âge du perso : 48 ans
Groupe du perso : Sorcier
Disponibilités : Plus ou moins dispo, à voir.
Liens infos : Fiche - Liens -
Multis : Ethan Wheeler
MessageSujet: Re: Le Talentueux Monsieur Ryan [Ryan Sloane] Lun 8 Jan - 23:59

Gabriel fut ravi de pouvoir admirer le sourire de la barmaid, qu'elle avait très beau, mais qui restait teinté d'un léger inconfort. Les pétillants yeux verts de la demoiselle s'écarquillèrent un peu à la requête de Kiegan, avant de se plisser.

"... Vos... Pouvoirs ?" Souffla-t-elle, semblant ne pas savoir exactement où son interlocuteur voulait en venir.
Mademoiselle Sloane était encore jeune et semblait plutôt ingénue, ce qui expliquait peut-être le fait qu'elle n'eut pas identifié la vraie nature de son client. Plus les sorciers prenaient de la bouteille, meilleurs ils devenaient au petit jeu de "devine qui est l'un des tiens". Kiegan avait perçu l'énergie de Ryan sitôt qu'elle s'était approchée de lui, et il avait pu sans mal deviner que la barmaid avait, comme lui, des pouvoirs. Sans doute la jeune femme devait être un peu dépassée, à travailler dans la bruyante gargotte, à devoir penser à dix commandes en même temps, à devoir se mettre en quatre pour d'insipides greluches qui demandaient des cocktails fantaisistes... Pas étonnant qu'elle n'ai pas forcément la tête à jouer les radars à sorciers.
Puis, sans doute poussée par la demande étrange du bizarre Monsieur Kiegan, la jolie serveuse sembla se concentrer un peu plus, et elle parut en effet percevoir quelque chose de différent chez son interlocuteur. Ca y était. Elle devait avoir décelé cette aura que dégageaient la particulière engeance des Inferis.

Puisque qu'une compréhension tacite c'était instaurée entre eux, puis qu'ils s'étaient "reconnus", Ryan se pencha un peu et sa posture changea, ainsi que son ton, qui se fit plus intimiste. Gabriel l'imita et, s'avançant légèrement à son tour, repris la pose qu'il avait eu lorsqu'il avait molesté les pauvres cerveaux des deux pimbèches : coudes sur la table, son avant-bras droit levé, paume de la main ouverte pour y reposer son menton. Plus proche, le mafieux eut tout le loisir de se perdre un peu plus dans les yeux verts qui brillaient de curiosité lorsque la barmaid demanda d'une voix plus doucereuse :

- " ... qu'est-ce que vous attendez de moi au juste, M'sieur Kiegan ?
- Oh, si peu, si peu, Mademoiselle Sloane" Répondit-il, sa voix elle aussi plus feutrée alors qu'il poursuivit, plaisantant à moitié : "Mon incroyable charme naturel et mon allure de parfait gentleman vous auront peut-être trompée, et ce sera peut-être une surprise et une déception pour vous d'apprendre que je ne suis plus tout jeune. Certes, les sorciers, en prenant de l'âge, deviennent plus puissants, et il se pourrait que je sois trop gourmand en cherchant à développer d'avantage mes pouvoirs. Mais, que voulez-vous : je suis un éternel insatisfait, et il m'en faut toujours plus. Auriez-vous, dans vos grimoires remplis de recettes, une éventuelle potion qui me permettrait d'accroître ma puissance ?"

Il conclut sa tirade en soufflant une bouffée de fumée de cigarette qui se dispersa en montant paresseusement vers le plafond. Il attrapa ensuite la bouteille de vin pour poliment en resservir à Ryan, volant momentanément son travail de serveuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le Talentueux Monsieur Ryan [Ryan Sloane]

Revenir en haut Aller en bas

Le Talentueux Monsieur Ryan [Ryan Sloane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Bryan Ryan
» [Scénario] Il faut sauver le soldat Ryan
» Ryan Bradford ► Devenir meilleur ...
» Bobby Ryan
» Ryan White et Max Pacioretty

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: SALEM ♰ CITY :: South of Salem :: Ravenrook :: Hooked Hook-
Sauter vers: