Partagez|

Forbidden Fruit [Christian Lynch]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Sorcière de l'Énergie

Date d'inscription : 03/06/2017
Messages : 166
Rp postés : 7
Points-Bonus : 75
Avatar : KATO
Âge du perso : 25 ans
Groupe du perso : Sorcier
Disponibilités : Disponible
Liens infos : Présentation * Mes liens * Mes sujets

MessageSujet: Forbidden Fruit [Christian Lynch] Jeu 14 Sep - 22:23

Forbidden Fruit
Feat Christian Lynch ••• Il n’était pas encore 22h. Les rues de Salem était pourtant bien bruyante. La population sortait. Décompressait de la journée passait à travailler. Pour la plupart des habitants la journée de travail était terminé. Pour Ava, elle ne faisait que commencer. Habillée tout en noir, pantalon, chaussures, haut, les cheveux remonté en queue de cheval et son sac en bandoulière. La jeune femme déambulé en direction du Red Lounge. Le club où elle travaillait. Club privé dont les membres ne sont que des vampires. Un lieu unique où la luxure et la débauche régnait. Il n’était pas rare, même habituel, de voir des danseuses en compagnie de client pour un peu plus qu’une danse. Des corps qui s’enlaçait. Dans l’ombre ou à la vue de tous. Les perversions étaient multiple. Uniquement pour le plaisir de sa large clientèle vampirique. Avant de prendre place en ces lieux, Ava en profitait pour marcher un peu au alentour du club. Elle avait besoin à chaque fois de se concentrer pour pouvoir faire le vide dans son esprit. Il fallait qu’elle réussisse à cacher ses véritables pensées, ses intentions. Personne ne devait savoir. Il en allait de sa sécurité, elle ne prenait pas ça à la légère. Alors elle faisait tout ce qu’il fallait pour cela. Drainant son énergie dans son esprit. Pour que rien ne puisse s’y refléter.

Un petit rituel quotidien auquel elle n’échappait pas si elle voulait continuer à être ici. Et elle en avait besoin. Il le fallait. Il restait encore du temps avant l’ouverture. Heureusement qu’elle venait toujours un peu avant. Le temps de se préparer, de voir les directives. Mais il n’y avait pas de directive. Ou très peu. Après tout les danseuses étaient là pour divertir les clients. De quelques manières que ce soit. Ava entra donc dans le bâtiment par la porte de secours réservé au personnel. L’ouverture se préparait. La blonde prit la direction d’un long couloir pour accéder aux loges des danseuses. Elle sortit sa tenue de son sac et passa derrière le paravan. Elle était encore seule, une des rares à venir un peu plus tôt. Petite robe noire en latex. Courte. Très courte. Avec un décolleté avantageux ainsi qu’un dos nu délicieux. Et quelques accessoires pour finaliser la tenue. C’était sa petite touche personnelle. Elle se coiffa, se maquilla. Laissant ses cheveux détaché.

A l’heure où elle avait terminé, les autres venaient d’arriver. Autres danseuses, mais également le reste des employés. Vigiles, gardes, barmans, serveurs. Il y avait carrément tout un petit monde qui travaillaient ici. Un mélange entre humains, sorciers et vampires. Ava n’avait rien dit sur sa nature de sorcière. Mais face aux vampires, elle n’en avait pas besoin. C’était comme si ils reconnaissaient instinctivement la race. Une odeur particulière. Une essence enivrante. Et sans aucun doute l’humectation et le gout de leur sang. Si appétissant. A cette pensée, Ava frissonna. Jusqu’à maintenant, aucun vampires n’avaient encore planter ses crocs dans sa chair. Pourtant elle était bien consciente qu’ici cela pouvait très vite arriver. Une demande d’un client en particulier, avec ou sans son consentement. D’un ou plusieurs d’ailleurs. Les pires fantasmes et perversions prenaient vie au Red Lounge. La jeune sorcière le savait et elle l’acceptait. Qu’importe le prix si elle arrivait à avoir ce qu’elle voulait.

Juste avant d’ouvrir, tout prenait place. Barmans, serveurs, danseuses, tout était prêt. Rien n’était défini à l’avance. Il n’y avait pas vraiment de règle. Salles spéciales, salles privés, une grande scène avec des barres métalliques un peu partout. Des tables, des coins avec banquette pour siège. Et au centre de la table encore des barres métallique. La musique retentissait dans tout l’établissement. Du moins dans la grande salle principale. Pour les autres elle était différente. Ava avait choisi la grande scène. Bien sur elle n’était pas seule. D’autre danseuses avec elle.

En début de soirée, il ne se passait jamais rien de bien important. Elle dansait, se déhanchant, entre les autres filles, s’aidant de la barre métallique, aguichant mais d’une façon sensuelle. Elle passait de la scène aux tablée de groupe. C’était pratiquement la même chose. Si ce n’est un comité réduit qui avait les yeux rivés sur elle. Elle savait qu’avec son physique elle captait l’attention. Ils se focalisaient sur elle, ressentant sans mal ce qu’elle était. Une sorcière. C’était perceptible. Ils s’en léchaient les babines. Elle ne laissait rien paraitre. Un mental d’acier. Par contre elle mettait ce temps à profit. Elle laissait trainer ses oreilles à l’indiscrétion de certains vampires. Essayant de capter des informations. De savoir certaines choses. Hélais ça ne donnait rien. Il était encore tôt.

Les langues se déliaient passé minuit. Et les choses devenaient également plus dangereuse et plus intéressante. Ava continuait de passer des tables à la scène. Avec des moments de pose entrecoupé. Du côté du bar, en sirotant un rafraichissement. Et là il n’était pas rare de voir les clients l’accoster. Pour des remerciements. Des demandes de danses plus poussées. On venait d’ailleurs de l’a demander à une table en particulier. Ava s’exécuta. Elle n’avait doublement pas le choix. Premièrement pour le client et surtout parce que si elle refusait le patron du club lui dirait sa façon de penser. C’est donc en compagnie du vampire qu’elle rejoignit la table complète. 4 personnes. Enfin, 4 vampires. Pas de demande particulière. Elle devait juste danser pour leur plaisir.

Alors elle ondulait. Sexy. Lascive. Sensuelle. Ses formes avantageuses sous leurs yeux perçant. Ils profitaient de son passage. Touchant la courbe de ses fesses. Celle de ses cuisses. La douceur de sa peau nu de sorcière. Se délectant de la voir dans des positions suggestives. Des mouvements de balancier. Des frottements. Tout en regardant, ils parlaient. Ava se concentrait alors sur sa danse, elle devait rester désirable. Leur faisant des sourires, des regards, les oreilles ouverte et à l’affut d’informations qui pourrait lui être nécessaire. Elle cherchait quelque chose de précis. Mais ces vampires étaient quelque peu jeune pour être ceux qu’elle cherchait. Elle les entendait parler de calices. Qu’ils iraient s’abreuver d’un humain. Un, voir même plusieurs. Il y avait une salle privé pour ce genre de chose d’ailleurs. Ava ne connaissait pas encore tous les secrets du Red.

Plus près. Toujours plus près. Et à chaque fois ils profitaient de tâter. Elle termina une heure après. Le groupe s’en alla dans la partie « privée ». Surement pour retrouver leurs calices humain ou autre. Ava fut légèrement dégouter par cette idée. Et la vision qui lui vient en tête. La petite sorcière alla dans les loges. Avant de reprendre, elle voulait se refaire une beauté et réajuster sa tenue. La nuit était encore longue.

idée de la tenue
© 2981 12289 0

_________________

Ava, just the way you are
 

© Pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sanguisuga

Date d'inscription : 21/08/2017
Messages : 21
Rp postés : 4
Avatar : Luke Evans
Âge du perso : 36 / 359 ans
Groupe du perso : Vampire Originel
Disponibilités : 0/3
MessageSujet: Re: Forbidden Fruit [Christian Lynch] Mar 19 Sep - 6:47

FORBIDDEN FRUIT

f e a t.   A  V A  A N D E R S



L'index errant sur les contours de sa bouche, le bon Docteur observe son homologue s'emporter en abattant son poing sur la table en brandissant de sa main libre des documents sans réels fondements qui sont sensés appuyer ses déboires. Les traits neutres, le bon Docteur tâche de rester courtois, refoulant ses soupirs agacés tandis que son regard bifurque subtilement sur les autres personnes présentes qui affichent presque toutes le même air blasé.

" ...18% !!! C'EST PAS RIEN ÇA ! ET IL FAIT QUOI L'SHÉRIF MORENO ? RIEN... RIEN. IL A RIEN FAIT. ON LUI A DONNÉ 10 000$ POUR SON FOUTU PROGRAMME DE PRÉVENTION DES MORSURES ET LUI, IL A FAIT QUOI ? RIEN ! NIET ! NADA !
- La campagne de sensibilisation a fait ses preuves, M. Walker... et M. Moreno nous a confirmé, et Mademoiselle Williams pourra me reprendre si je me trompe, que les effectifs ont été doublé dans les points chauds de Salem, et ce, dès la tombée de la nuit...  "

Lynch croise furtivement le regard de l'Inferis qui vient appuyer ses dires. À que cela ne tienne, le bonhomme aigri au crâne dégarni émet un sifflement sarcastique avant de laisser son fessier choir sèchement contre une chaise de cuir.

" Nous avons admis 17 patients aux urgences au cours du dernier mois pour des blessures reliées à des morsures vampiriques ... C'est 8 de moins que le mois dernier. ... une statistique encourageante.
- Encourageante mon cul, c'est encore 17 de trop, oui. " et il en cracherait presque sur le bureau, M. Walker.
- Que suggérez-vous, alors ? siffle le bon Docteur, un brin agacé, étirant une moue faussement intéressée.
- Qu'on envoie les foutus flics dans les rangs de l'Elit, qu'ils deviennent des surhommes et qu'ils nous débarrassent enfin de ces tueurs sans pitié !
- Vous n'êtes pas sérieux, j'espère...
- Bien sûr que si ! Contrairement aux flics, au moins les chasseurs eux, ils savent comment s'occuper des sangsues. Alors oui, c'est ça qui faut faire. Prendre des mesures radicales contre ces monstres qui sont en train de nous envahir.

- Vous aurez beau tuer tous les vampires de cette ville, ça ne vous ramènera jamais votre fils. "

S'en est trop pour M. Walker qui se lève d'un bond pour contourner la table, l'air menaçant, crachant des insultes indignes de son statut et de celui du Docteur. Le Docteur qui se lève également, soulevé par la vague de l'excitation de cette colère qui explose autour d'eux. Les mains de l'homme s'accrochent à la chemise de l'Immortel pour le tirer et le déstabiliser, le poing brandi qui cherche à percuter la mâchoire carrée de celui qui l'a si froidement provoqué. Mais Lynch est inébranlable, il bloque le coup porté contre lui, repoussant sèchement son assaillant qui perd pied et atterrit dans les bras d'un collègue qui tente aussitôt de le calmer. Le Docteur incline la tête pour jauger son adversaire en expirant la colère des insultes proférées à ceux de son espèce, bien conscient d'avoir écorché une corde sensible. Derrière sa musculature enviable, le sanguin cache une puissance meurtrière exacerbée qui gratte et lacère les barrières qu'il s'impose en public, surtout devant des témoins aussi puissants. Le bon Docteur tire sèchement les plis de sa chemise pour la replacer, retrouvant toute sa prestance, le menton légèrement relevé. Et peut-être que Walker se serait modéré dans ses propos et ardeurs si il connaissait la véritable nature du bon Docteur. Lui qui tente d'ignorer le bourdonnement des palpitants qui s'excitent, les pulsations saccadées de la vitae qui se faufile dans les veines, cette faim qui lui tord l'estomac et qui fait naître des envies sordides...

Puis la rencontre est ajournée, a défaut d'apporter quoique ce soit de constructif.

[...]

Louis Walker souffle la fumée de sa cigarette, la main tremblante, retrouvant le calme après une montée vertigineuse d'adrénaline. Il marche sur le trottoir face au consulat, à cette heure tardive, attendant qu'un taxi ne daigne s'arrêter pour le prendre à son bord. Une Tesla noire s’immobilise près de l'humain, la fenêtre s'abaisse, dévoilant le Docteur à son bord.

" Laissez-moi vous raccompagner, Louis.  
- Passe ton chemin, Lynch.
- Je ne peux rien vous offrir de plus que mes plus plates excuses. Cette démonstration de force était indigne de nous et je n'ai pas voulu vous offenser, loin de là... Vous défendez une noble cause et si j'avais moi-même perdu un fils aux dents d'un Immortel, je crois que je serais beaucoup moins diplomate que vous. "  

Louis siffle, continuant de tourner en rond et d'appâter les taxis qui l'ignorent. Cet homme singulier, connu à Salem pour être le fondateur de Humains First, un organisme qui intervient auprès des humains accros à l'Omega et des victimes de violence vampiriques. Un homme qui tend à la radicalisation lorsque l'anniversaire funeste vient réanimer de vieilles blessures. Christian étire un sourire las.

" Nous combattons les mêmes démons, Louis, ne l'oubliez jamais... Mes amitiés à votre femme. "  

Et la Tesla accélère sans attendre de mot, disparait au coin d'une rue, dans la nuit naissante, laissant l'humain tourmenté seul sur le trottoir.

[...]

Le sanguin abandonne sa voiture dans un stationnement avant de pousser la porte d'une boutique de haute couture masculine aux horaires flexibles destinées à accommoder une clientèle qui aime veiller la nuit. La faim le dévore jusqu'à l'âme, écorchée au vif, stimulée outrageusement sans être rassasiée. Les images de Walker défilent sans cesse dans son esprit, comme un film éraillé, des images où il est dénudé, sectionné, mutilé, baigné dans les fluides infectes de ses propres organes arrachés. Cette obsession le tourmente, cette obsession interdite qui le pousse au vice. Car Louis Walker est intouchable maintenant qu'ils en sont venus aux poings. Le Docteur erre dans les rayons du magasin, non sans un hochement de tête envers le vendeur qui le salut gaiement à son tour, sans l'interrompre pour autant. L'Immortel glisse les doigts distraitement sur les vêtements, ne serait-ce que pour en sentir le contact soyeux sur ses pulpes. Vêtu lui-même avec élégance d'un pantalon bleu foncé, d'une chemise blanche et d'un veston gris texturé, il se dirige vers l'une des cabines d'essayage, sans un vêtement sélectionné sous la main. Une fois enfermé à l'intérieur, il lui suffit de soulever l'un des crochets sur le mur du fond pour dévoiler une porte dérobée derrière laquelle il s'engouffre comme quoi il n'y a pas que les horaires qui accommodent une clientèle telle que lui... qui n'aiment pas que l'on s'intéresse à leurs passes-temps.

Il progresse dans cette entrée souterraine, jusqu'à ce que les échos d'une musique viennent faire vibrer ses tympans. Il pousse une porte, puis une autre avant d'atteindre le premier pallier du Red Lounge, une institution réservée aux Vices les plus insatiables, des vices qui ne peuvent être comblés que derrière des murs épais, insonorisés loin des regards et des tourments...

Il y a quelque chose de grisant qui s'empare de lui lorsqu'il s'avance parmi ses semblables. Ce règne sournois qui s'étend tout autour de lui, des regards qu'il s'attire et des songes qu'il perçoit au delà des marmonnements. Plus que du magnétisme, il émane une étrange fascination, une prestance unique aux tout premiers damnés. Un charisme qui lui va comme un gant et qui lui permet de jouir de toutes ses envies. Une salutation polie, un hochement de tête, un sourire qui redresse le coin de sa joue, le Docteur Lynch ne se laisse pas distraire, ne serait-ce que par le spectacle de la chair à demi-dévoilée qui danse du haut de leurs échasses.  

L'Immortel s'installe à une table qui lui est réservée, une banquette bien située lui donnant une vue d'ensemble sur l'aire principale. Une serveuse bien affriolante vient lui porter une carafe de bourbon aromatisée d'une vitae spécialement préparée pour lui selon ses goûts particuliers. Le Dr. Lynch suit les mouvements de la charmeuse du regard, un sourire toujours accroché aux lèvres, avant de la remercier d'un généreux pourboire. Les orbes luisants d'envie du Docteur se faufilent sur les corps offerts à ses lubies, à la recherche du Vice. Ce soir, il sera capricieux puisqu'il est animé par l'amertume et son désir d'en exalter quelques soupirs. Puis son regard s'amourache d'une silhouette aux courbes démesurément généreuses enveloppées de latex noir. Un corps qu'il reconnait pour l'avoir souvent croisé par ici, pour s'y être intéressé sournoisement en percevant des traits et une aura familiers. La plantureuse dissimulait beaucoup de secrets derrière les portes fermées de son esprit, dont sa nature de lanceuse de sortilèges. Le portrait craché de sa mère. Des traits maquillés, de grandes prunelles claires, un visage fin, une longue chevelure dorée. L'incarnation de l'abondance et de l'érotisme brut. L'Immortel l'observe discrètement onduler à une table telle la friandise alléchante qu'elle est. Le sanguinaire a à peine le temps d’imprégner ses lèvres du délicieux nectar ambré qu'une tête aux cheveux négligés sous de faux airs civilisés s'invite à sa table. L'expression amusée, le sourcil arqué au dessus du bleu perçant de son iris... Benjamin Oaken, co-propriétaire des lieux, aussi insupportable qu'avenant.

" Quoi d'neuf, Docteur ? "
- Benjamin, ... votre bourbon est particulièrement délicieux ce soir, contrairement à votre humour.  
- Merci, merci... j'ai sorti l'artillerie lourde, vu que je t'attendais seulement demain soir... la chambre est libre... pour ce qui est des filles... je peux trouver c'qui faut rapidement... "

Lynch étire un sourire, la familiarité du sanguin à son égard lui écorche toujours autant les tympans, mais il n'est pas de ceux qui s'en insulte outre mesure. Et Benjamin lui rappellerait sans doute que certaines scènes dont il a été témoin forcent la familiarité entre eux.

" Autant de dévouement que j'apprécie, comme toujours, mais je me contenterai de la chambre pour cette fois... et j'ai déjà trouvé ce que je cherchais... "

Les orbes malicieux du docteur bifurquent sur la danseuse maintenant esseulée alors qu'il porte le verre à ses lèvres, la belle qui vient d'être congédiée par ses précédents clients. Benjamin s'interroge silencieusement avant de suivre le regard du Sanguisuga, découvrant l'une de ses protégées et employées. Une grimace le défigure, il pousse même un ricanement amusé avant de caler trois longues gorgées de la bière qu'il tient en main.

" La sorcière ? Sérieusement ? Uhm... elle est pas un peu trop vulgaire pour toi, Doc' !? " cette demande le tracasse, il a du mal à le cacher. Benjamin tient à ses filles bien plus qu'il ne le laisse transparaitre. "...Soit, mais va falloir me la garder en vie, au moins jusqu'à c'que je lui trouve une remplaçante... Normalement j'ferais pas de caprice, mais des sorcières qui ont l'air de ça et qui veulent bosser... c'est pas moi qui les invente... et ce sera plus cher...
- Évidemment... "

Benjamin s’éclipse après de brèves salutations et un échange de sourires entendus. Le propriétaire des lieux apparait soudainement près de la danseuse, il coince son menton entre son pouce et son index, relevant son visage d'ange vers lui. Il la considère un moment, un sourire radieux s'étire sur ses lèvres carnassières. L'air presque menaçant, juste par cette poigne qu'il exerce sur la mâchoire délicate, Benjamin tourne le menton de la danseuse pour lui présenter Christian, assis beaucoup plus loin, qui semble jeter des regards avares sur les alentours, son verre à la main.

" Le docteur est un ami mais il est un peu timide... alors va l'voir, traite le bien comme il faut et me fais pas honte. Je compte sur toi, Blanche-Neige. "

Sur ces belles paroles, il la relâche avant de disparaitre, sans omettre de il lui claquer le cul pour l'inciter à se mettre rapidement à l’œuvre.
Telle la délicieuse friandise qu'elle est.


© MR. CHAOTIK



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Forbidden Fruit [Christian Lynch]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» You shall not eat the forbidden fruit - ft. Irina Draghsteel
» Christian Vs Cena
» Demande de Fruit du Démon [YA]
» Fruit du Démon et Sabres d'exception oubliés ?
» L'horu horu no mi, le fruit qui embêtera la marine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: . :: Downtown of Salem :: Red Lounge-
Sauter vers: