Partagez|

Forbidden Fruit [Christian Lynch]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Sorcière de l'Énergie

Date d'inscription : 03/06/2017
Messages : 212
Rp postés : 10
Points-Bonus : 75
Avatar : KATO
Âge du perso : 25 ans
Groupe du perso : Sorcier
Disponibilités : Disponible
Liens infos : Présentation * Mes liens * Mes sujets

MessageSujet: Forbidden Fruit [Christian Lynch] Jeu 14 Sep - 22:23

Forbidden Fruit
Feat Christian Lynch ••• Il n’était pas encore 22h. Les rues de Salem était pourtant bien bruyante. La population sortait. Décompressait de la journée passait à travailler. Pour la plupart des habitants la journée de travail était terminé. Pour Ava, elle ne faisait que commencer. Habillée tout en noir, pantalon, chaussures, haut, les cheveux remonté en queue de cheval et son sac en bandoulière. La jeune femme déambulé en direction du Red Lounge. Le club où elle travaillait. Club privé dont les membres ne sont que des vampires. Un lieu unique où la luxure et la débauche régnait. Il n’était pas rare, même habituel, de voir des danseuses en compagnie de client pour un peu plus qu’une danse. Des corps qui s’enlaçait. Dans l’ombre ou à la vue de tous. Les perversions étaient multiple. Uniquement pour le plaisir de sa large clientèle vampirique. Avant de prendre place en ces lieux, Ava en profitait pour marcher un peu au alentour du club. Elle avait besoin à chaque fois de se concentrer pour pouvoir faire le vide dans son esprit. Il fallait qu’elle réussisse à cacher ses véritables pensées, ses intentions. Personne ne devait savoir. Il en allait de sa sécurité, elle ne prenait pas ça à la légère. Alors elle faisait tout ce qu’il fallait pour cela. Drainant son énergie dans son esprit. Pour que rien ne puisse s’y refléter.

Un petit rituel quotidien auquel elle n’échappait pas si elle voulait continuer à être ici. Et elle en avait besoin. Il le fallait. Il restait encore du temps avant l’ouverture. Heureusement qu’elle venait toujours un peu avant. Le temps de se préparer, de voir les directives. Mais il n’y avait pas de directive. Ou très peu. Après tout les danseuses étaient là pour divertir les clients. De quelques manières que ce soit. Ava entra donc dans le bâtiment par la porte de secours réservé au personnel. L’ouverture se préparait. La blonde prit la direction d’un long couloir pour accéder aux loges des danseuses. Elle sortit sa tenue de son sac et passa derrière le paravan. Elle était encore seule, une des rares à venir un peu plus tôt. Petite robe noire en latex. Courte. Très courte. Avec un décolleté avantageux ainsi qu’un dos nu délicieux. Et quelques accessoires pour finaliser la tenue. C’était sa petite touche personnelle. Elle se coiffa, se maquilla. Laissant ses cheveux détaché.

A l’heure où elle avait terminé, les autres venaient d’arriver. Autres danseuses, mais également le reste des employés. Vigiles, gardes, barmans, serveurs. Il y avait carrément tout un petit monde qui travaillaient ici. Un mélange entre humains, sorciers et vampires. Ava n’avait rien dit sur sa nature de sorcière. Mais face aux vampires, elle n’en avait pas besoin. C’était comme si ils reconnaissaient instinctivement la race. Une odeur particulière. Une essence enivrante. Et sans aucun doute l’humectation et le gout de leur sang. Si appétissant. A cette pensée, Ava frissonna. Jusqu’à maintenant, aucun vampires n’avaient encore planter ses crocs dans sa chair. Pourtant elle était bien consciente qu’ici cela pouvait très vite arriver. Une demande d’un client en particulier, avec ou sans son consentement. D’un ou plusieurs d’ailleurs. Les pires fantasmes et perversions prenaient vie au Red Lounge. La jeune sorcière le savait et elle l’acceptait. Qu’importe le prix si elle arrivait à avoir ce qu’elle voulait.

Juste avant d’ouvrir, tout prenait place. Barmans, serveurs, danseuses, tout était prêt. Rien n’était défini à l’avance. Il n’y avait pas vraiment de règle. Salles spéciales, salles privés, une grande scène avec des barres métalliques un peu partout. Des tables, des coins avec banquette pour siège. Et au centre de la table encore des barres métallique. La musique retentissait dans tout l’établissement. Du moins dans la grande salle principale. Pour les autres elle était différente. Ava avait choisi la grande scène. Bien sur elle n’était pas seule. D’autre danseuses avec elle.

En début de soirée, il ne se passait jamais rien de bien important. Elle dansait, se déhanchant, entre les autres filles, s’aidant de la barre métallique, aguichant mais d’une façon sensuelle. Elle passait de la scène aux tablée de groupe. C’était pratiquement la même chose. Si ce n’est un comité réduit qui avait les yeux rivés sur elle. Elle savait qu’avec son physique elle captait l’attention. Ils se focalisaient sur elle, ressentant sans mal ce qu’elle était. Une sorcière. C’était perceptible. Ils s’en léchaient les babines. Elle ne laissait rien paraitre. Un mental d’acier. Par contre elle mettait ce temps à profit. Elle laissait trainer ses oreilles à l’indiscrétion de certains vampires. Essayant de capter des informations. De savoir certaines choses. Hélais ça ne donnait rien. Il était encore tôt.

Les langues se déliaient passé minuit. Et les choses devenaient également plus dangereuse et plus intéressante. Ava continuait de passer des tables à la scène. Avec des moments de pose entrecoupé. Du côté du bar, en sirotant un rafraichissement. Et là il n’était pas rare de voir les clients l’accoster. Pour des remerciements. Des demandes de danses plus poussées. On venait d’ailleurs de l’a demander à une table en particulier. Ava s’exécuta. Elle n’avait doublement pas le choix. Premièrement pour le client et surtout parce que si elle refusait le patron du club lui dirait sa façon de penser. C’est donc en compagnie du vampire qu’elle rejoignit la table complète. 4 personnes. Enfin, 4 vampires. Pas de demande particulière. Elle devait juste danser pour leur plaisir.

Alors elle ondulait. Sexy. Lascive. Sensuelle. Ses formes avantageuses sous leurs yeux perçant. Ils profitaient de son passage. Touchant la courbe de ses fesses. Celle de ses cuisses. La douceur de sa peau nu de sorcière. Se délectant de la voir dans des positions suggestives. Des mouvements de balancier. Des frottements. Tout en regardant, ils parlaient. Ava se concentrait alors sur sa danse, elle devait rester désirable. Leur faisant des sourires, des regards, les oreilles ouverte et à l’affut d’informations qui pourrait lui être nécessaire. Elle cherchait quelque chose de précis. Mais ces vampires étaient quelque peu jeune pour être ceux qu’elle cherchait. Elle les entendait parler de calices. Qu’ils iraient s’abreuver d’un humain. Un, voir même plusieurs. Il y avait une salle privé pour ce genre de chose d’ailleurs. Ava ne connaissait pas encore tous les secrets du Red.

Plus près. Toujours plus près. Et à chaque fois ils profitaient de tâter. Elle termina une heure après. Le groupe s’en alla dans la partie « privée ». Surement pour retrouver leurs calices humain ou autre. Ava fut légèrement dégouter par cette idée. Et la vision qui lui vient en tête. La petite sorcière alla dans les loges. Avant de reprendre, elle voulait se refaire une beauté et réajuster sa tenue. La nuit était encore longue.

idée de la tenue
© 2981 12289 0

_________________

Ava, just the way you are
 

© Pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sanguisuga

Date d'inscription : 21/08/2017
Messages : 43
Rp postés : 9
Avatar : Luke Evans
Âge du perso : 36 / 359 ans
Groupe du perso : Vampire Originel
Disponibilités : 0/3
MessageSujet: Re: Forbidden Fruit [Christian Lynch] Mar 19 Sep - 6:47

FORBIDDEN FRUIT

f e a t.   A  V A  A N D E R S



L'index errant sur les contours de sa bouche, le bon Docteur observe son homologue s'emporter en abattant son poing sur la table en brandissant de sa main libre des documents sans réels fondements qui sont sensés appuyer ses déboires. Les traits neutres, le bon Docteur tâche de rester courtois, refoulant ses soupirs agacés tandis que son regard bifurque subtilement sur les autres personnes présentes qui affichent presque toutes le même air blasé.

" ...18% !!! C'EST PAS RIEN ÇA ! ET IL FAIT QUOI L'SHÉRIF MORENO ? RIEN... RIEN. IL A RIEN FAIT. ON LUI A DONNÉ 10 000$ POUR SON FOUTU PROGRAMME DE PRÉVENTION DES MORSURES ET LUI, IL A FAIT QUOI ? RIEN ! NIET ! NADA !
- La campagne de sensibilisation a fait ses preuves, M. Walker... et M. Moreno nous a confirmé, et Mademoiselle Williams pourra me reprendre si je me trompe, que les effectifs ont été doublé dans les points chauds de Salem, et ce, dès la tombée de la nuit...  "

Lynch croise furtivement le regard de l'Inferis qui vient appuyer ses dires. À que cela ne tienne, le bonhomme aigri au crâne dégarni émet un sifflement sarcastique avant de laisser son fessier choir sèchement contre une chaise de cuir.

" Nous avons admis 17 patients aux urgences au cours du dernier mois pour des blessures reliées à des morsures vampiriques ... C'est 8 de moins que le mois dernier. ... une statistique encourageante.
- Encourageante mon cul, c'est encore 17 de trop, oui. " et il en cracherait presque sur le bureau, M. Walker.
- Que suggérez-vous, alors ? siffle le bon Docteur, un brin agacé, étirant une moue faussement intéressée.
- Qu'on envoie les foutus flics dans les rangs de l'Elit, qu'ils deviennent des surhommes et qu'ils nous débarrassent enfin de ces tueurs sans pitié !
- Vous n'êtes pas sérieux, j'espère...
- Bien sûr que si ! Contrairement aux flics, au moins les chasseurs eux, ils savent comment s'occuper des sangsues. Alors oui, c'est ça qui faut faire. Prendre des mesures radicales contre ces monstres qui sont en train de nous envahir.

- Vous aurez beau tuer tous les vampires de cette ville, ça ne vous ramènera jamais votre fils. "

S'en est trop pour M. Walker qui se lève d'un bond pour contourner la table, l'air menaçant, crachant des insultes indignes de son statut et de celui du Docteur. Le Docteur qui se lève également, soulevé par la vague de l'excitation de cette colère qui explose autour d'eux. Les mains de l'homme s'accrochent à la chemise de l'Immortel pour le tirer et le déstabiliser, le poing brandi qui cherche à percuter la mâchoire carrée de celui qui l'a si froidement provoqué. Mais Lynch est inébranlable, il bloque le coup porté contre lui, repoussant sèchement son assaillant qui perd pied et atterrit dans les bras d'un collègue qui tente aussitôt de le calmer. Le Docteur incline la tête pour jauger son adversaire en expirant la colère des insultes proférées à ceux de son espèce, bien conscient d'avoir écorché une corde sensible. Derrière sa musculature enviable, le sanguin cache une puissance meurtrière exacerbée qui gratte et lacère les barrières qu'il s'impose en public, surtout devant des témoins aussi puissants. Le bon Docteur tire sèchement les plis de sa chemise pour la replacer, retrouvant toute sa prestance, le menton légèrement relevé. Et peut-être que Walker se serait modéré dans ses propos et ardeurs si il connaissait la véritable nature du bon Docteur. Lui qui tente d'ignorer le bourdonnement des palpitants qui s'excitent, les pulsations saccadées de la vitae qui se faufile dans les veines, cette faim qui lui tord l'estomac et qui fait naître des envies sordides...

Puis la rencontre est ajournée, a défaut d'apporter quoique ce soit de constructif.

[...]

Louis Walker souffle la fumée de sa cigarette, la main tremblante, retrouvant le calme après une montée vertigineuse d'adrénaline. Il marche sur le trottoir face au consulat, à cette heure tardive, attendant qu'un taxi ne daigne s'arrêter pour le prendre à son bord. Une Tesla noire s’immobilise près de l'humain, la fenêtre s'abaisse, dévoilant le Docteur à son bord.

" Laissez-moi vous raccompagner, Louis.  
- Passe ton chemin, Lynch.
- Je ne peux rien vous offrir de plus que mes plus plates excuses. Cette démonstration de force était indigne de nous et je n'ai pas voulu vous offenser, loin de là... Vous défendez une noble cause et si j'avais moi-même perdu un fils aux dents d'un Immortel, je crois que je serais beaucoup moins diplomate que vous. "  

Louis siffle, continuant de tourner en rond et d'appâter les taxis qui l'ignorent. Cet homme singulier, connu à Salem pour être le fondateur de Humains First, un organisme qui intervient auprès des humains accros à l'Omega et des victimes de violence vampiriques. Un homme qui tend à la radicalisation lorsque l'anniversaire funeste vient réanimer de vieilles blessures. Christian étire un sourire las.

" Nous combattons les mêmes démons, Louis, ne l'oubliez jamais... Mes amitiés à votre femme. "  

Et la Tesla accélère sans attendre de mot, disparait au coin d'une rue, dans la nuit naissante, laissant l'humain tourmenté seul sur le trottoir.

[...]

Le sanguin abandonne sa voiture dans un stationnement avant de pousser la porte d'une boutique de haute couture masculine aux horaires flexibles destinées à accommoder une clientèle qui aime veiller la nuit. La faim le dévore jusqu'à l'âme, écorchée au vif, stimulée outrageusement sans être rassasiée. Les images de Walker défilent sans cesse dans son esprit, comme un film éraillé, des images où il est dénudé, sectionné, mutilé, baigné dans les fluides infectes de ses propres organes arrachés. Cette obsession le tourmente, cette obsession interdite qui le pousse au vice. Car Louis Walker est intouchable maintenant qu'ils en sont venus aux poings. Le Docteur erre dans les rayons du magasin, non sans un hochement de tête envers le vendeur qui le salut gaiement à son tour, sans l'interrompre pour autant. L'Immortel glisse les doigts distraitement sur les vêtements, ne serait-ce que pour en sentir le contact soyeux sur ses pulpes. Vêtu lui-même avec élégance d'un pantalon bleu foncé, d'une chemise blanche et d'un veston gris texturé, il se dirige vers l'une des cabines d'essayage, sans un vêtement sélectionné sous la main. Une fois enfermé à l'intérieur, il lui suffit de soulever l'un des crochets sur le mur du fond pour dévoiler une porte dérobée derrière laquelle il s'engouffre comme quoi il n'y a pas que les horaires qui accommodent une clientèle telle que lui... qui n'aiment pas que l'on s'intéresse à leurs passes-temps.

Il progresse dans cette entrée souterraine, jusqu'à ce que les échos d'une musique viennent faire vibrer ses tympans. Il pousse une porte, puis une autre avant d'atteindre le premier pallier du Red Lounge, une institution réservée aux Vices les plus insatiables, des vices qui ne peuvent être comblés que derrière des murs épais, insonorisés loin des regards et des tourments...

Il y a quelque chose de grisant qui s'empare de lui lorsqu'il s'avance parmi ses semblables. Ce règne sournois qui s'étend tout autour de lui, des regards qu'il s'attire et des songes qu'il perçoit au delà des marmonnements. Plus que du magnétisme, il émane une étrange fascination, une prestance unique aux tout premiers damnés. Un charisme qui lui va comme un gant et qui lui permet de jouir de toutes ses envies. Une salutation polie, un hochement de tête, un sourire qui redresse le coin de sa joue, le Docteur Lynch ne se laisse pas distraire, ne serait-ce que par le spectacle de la chair à demi-dévoilée qui danse du haut de leurs échasses.  

L'Immortel s'installe à une table qui lui est réservée, une banquette bien située lui donnant une vue d'ensemble sur l'aire principale. Une serveuse bien affriolante vient lui porter une carafe de bourbon aromatisée d'une vitae spécialement préparée pour lui selon ses goûts particuliers. Le Dr. Lynch suit les mouvements de la charmeuse du regard, un sourire toujours accroché aux lèvres, avant de la remercier d'un généreux pourboire. Les orbes luisants d'envie du Docteur se faufilent sur les corps offerts à ses lubies, à la recherche du Vice. Ce soir, il sera capricieux puisqu'il est animé par l'amertume et son désir d'en exalter quelques soupirs. Puis son regard s'amourache d'une silhouette aux courbes démesurément généreuses enveloppées de latex noir. Un corps qu'il reconnait pour l'avoir souvent croisé par ici, pour s'y être intéressé sournoisement en percevant des traits et une aura familiers. La plantureuse dissimulait beaucoup de secrets derrière les portes fermées de son esprit, dont sa nature de lanceuse de sortilèges. Le portrait craché de sa mère. Des traits maquillés, de grandes prunelles claires, un visage fin, une longue chevelure dorée. L'incarnation de l'abondance et de l'érotisme brut. L'Immortel l'observe discrètement onduler à une table telle la friandise alléchante qu'elle est. Le sanguinaire a à peine le temps d’imprégner ses lèvres du délicieux nectar ambré qu'une tête aux cheveux négligés sous de faux airs civilisés s'invite à sa table. L'expression amusée, le sourcil arqué au dessus du bleu perçant de son iris... Benjamin Oaken, co-propriétaire des lieux, aussi insupportable qu'avenant.

" Quoi d'neuf, Docteur ? "
- Benjamin, ... votre bourbon est particulièrement délicieux ce soir, contrairement à votre humour.  
- Merci, merci... j'ai sorti l'artillerie lourde, vu que je t'attendais seulement demain soir... la chambre est libre... pour ce qui est des filles... je peux trouver c'qui faut rapidement... "

Lynch étire un sourire, la familiarité du sanguin à son égard lui écorche toujours autant les tympans, mais il n'est pas de ceux qui s'en insulte outre mesure. Et Benjamin lui rappellerait sans doute que certaines scènes dont il a été témoin forcent la familiarité entre eux.

" Autant de dévouement que j'apprécie, comme toujours, mais je me contenterai de la chambre pour cette fois... et j'ai déjà trouvé ce que je cherchais... "

Les orbes malicieux du docteur bifurquent sur la danseuse maintenant esseulée alors qu'il porte le verre à ses lèvres, la belle qui vient d'être congédiée par ses précédents clients. Benjamin s'interroge silencieusement avant de suivre le regard du Sanguisuga, découvrant l'une de ses protégées et employées. Une grimace le défigure, il pousse même un ricanement amusé avant de caler trois longues gorgées de la bière qu'il tient en main.

" La sorcière ? Sérieusement ? Uhm... elle est pas un peu trop vulgaire pour toi, Doc' !? " cette demande le tracasse, il a du mal à le cacher. Benjamin tient à ses filles bien plus qu'il ne le laisse transparaitre. "...Soit, mais va falloir me la garder en vie, au moins jusqu'à c'que je lui trouve une remplaçante... Normalement j'ferais pas de caprice, mais des sorcières qui ont l'air de ça et qui veulent bosser... c'est pas moi qui les invente... et ce sera plus cher...
- Évidemment... "

Benjamin s’éclipse après de brèves salutations et un échange de sourires entendus. Le propriétaire des lieux apparait soudainement près de la danseuse, il coince son menton entre son pouce et son index, relevant son visage d'ange vers lui. Il la considère un moment, un sourire radieux s'étire sur ses lèvres carnassières. L'air presque menaçant, juste par cette poigne qu'il exerce sur la mâchoire délicate, Benjamin tourne le menton de la danseuse pour lui présenter Christian, assis beaucoup plus loin, qui semble jeter des regards avares sur les alentours, son verre à la main.

" Le docteur est un ami mais il est un peu timide... alors va l'voir, traite le bien comme il faut et me fais pas honte. Je compte sur toi, Blanche-Neige. "

Sur ces belles paroles, il la relâche avant de disparaitre, sans omettre de il lui claquer le cul pour l'inciter à se mettre rapidement à l’œuvre.
Telle la délicieuse friandise qu'elle est.


© MR. CHAOTIK



_________________


You cannot hide in the darkness. Can you hear the rumble that’s calling? I can feel the thunder that’s breaking in your heart. I can see through the scars inside you. Can’t you see that you’re lost? Can’t you see that you’re lost without me? Now there is nothing between us from now our merge is eternal.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcière de l'Énergie

Date d'inscription : 03/06/2017
Messages : 212
Rp postés : 10
Points-Bonus : 75
Avatar : KATO
Âge du perso : 25 ans
Groupe du perso : Sorcier
Disponibilités : Disponible
Liens infos : Présentation * Mes liens * Mes sujets

MessageSujet: Re: Forbidden Fruit [Christian Lynch] Jeu 28 Sep - 16:33

Forbidden Fruit
Feat Christian Lynch ••• Des frissons. Un courant électrique qui lui traverse le corps. Les regards affamés qui perçaient sa chair. Cette étrange sensation qui faisait peur mais qui d’un autre côté l’a rendait heureuse. Elle se sentait envié, désiré. L’heure était bien avancé dans la nuit. Elle en avait terminé avec le groupe d’homme qui l’avaient demandé. Elle était maintenant sur la scène principale, en train de s’agiter, de danser sensuellement. Les courbes de son corps invitaient à la débauche. Chaque ligne, chaque parcelle de peau visible et invisible résonnaient comme une tentation. Un appel au vice. Ava se sentait regardé, épié, surveillé. Par les clients du club. Et par autre chose. Elle sentait une forte énergie. Une attraction. Une aura puissante. Comme si on essayait de l’attirer vers quelque chose. Elle n’arrivait pas à savoir d’où ça pouvait venir. Était-ce donc ça l’attraction qu’un vampire pouvait avoir ? Ce soir c’était différent. Ça n’était pas comme d’habitude.

Ava continuait de danser. Quelques hommes au pied de la scène pour l’admirer. La jeune femme ondulait. Une sirène dans son élément. Ses seins, ses fesses, sa chute de rein, ses jambes, absolument tout s’accordaient à merveille lorsqu’elle remuait son corps pour affoler les sens. Elle était bien consciente qu’elle n’était qu’un amusement pour eux. Un jouet. Un beau jouet. Elle assumait d’ailleurs pleinement. Ils étaient là pour ça. Elle continuait de danser lascivement, sur la scène et un peu plus près du vampire qui l’a regardait. Malheureusement il ne parlait pas et elle n’apprit rien qui pourrait lui être utile. Et les minutes continuaient de passer. Jusqu’à ce que l’arrivée de Benjamin éveil sa curiosité. Le vampire co-propriétaire du club se dirigeait vers elle. D’ordinaire il ne venait pratiquement jamais interférer auprès de ses filles. Ça prouvait bien qu’il y avait quelque chose. Ava s’arrêta un moment de danser, elle s’agenouilla au sol de la scène pour écouter ce que le patron avait a lui dire.

On l’a demandait. Un vampire en particulier désirait qu’elle s’occupe de lui. Benjamin avait un air terrifiant. Parce qu’il connaissait très bien le vampire, il ne voulait pas que la petite sorcière fasse des siennes. Ça n’était pas un vampire ordinaire. Pour preuve, il vient encadrer avec force le visage de la danseuse pour le tourner vers son futur client. Ava écarquilla les yeux. Elle était surprise. Une telle personne qui l’a voulait elle. Soit. Le docteur ? Il avait était appelé ainsi. Déjà à cette distance, elle sentait un fort magnétisme. Elle n’avait pas le choix. De plus, elle devait également être à la hauteur de ce client sinon Benjamin se ferait un plaisir de lui remonter les bretelles. Lorsqu’il relâcha son étreinte, Ava se mit au travail. Elle se dirigea vers le vampire. Au passage, elle sentit les mains de son patron claquer son petit cul. Une habitude qu’elle ne relevait plus.

La nervosité s’emparait d’elle. Peut être parce qu’elle n’avait encore jamais vu cet homme. Enfin, non pas un homme. Ce vampire. Il était d’une beauté à couper le souffle. Un regard pénétrant. Une présence assuré. C’était quelqu’un d’important. Un vampire docteur, c’était étrange. Ça ne pouvait être que lui. Il n’y avait que lui. Lioness lui en avait parlé. Les originels. Ça devait être le docteur Lynch. C’était un habitué du club ? C’était pourtant la première fois qu’elle le voyait. Elle n’avait jamais remarqué sa présence avant. Certes, ça ne faisait pas longtemps qu’elle était là. Mais vu la puissance et l’aura qu’il dégageait, elle aurait du savoir. Il fallait encore qu’elle s’entraine pour arriver à détecter la présence des êtres surnaturels. La sorcière arriva près du vampire.

-« Bonsoir. Je m’appelle Ava. Ava Anders. Vous m’avez fait demander. Je vais donc faire de mon mieux pour vous satisfaire. A votre service pour cette nuit.»

Du coin de l’œil elle avait vu Benjamin au loin qui l’a surveillait. D’un air de dire au travail ma belle. Après les présentations, Ava commença à danser pour lui. Dans sa tenue qui laissait voir ses formes généreuses. Son décolleté qui faisait ressortir ses seins. Tel un appel à y gouter. La longueur courte du bas de la robe qui soulignait les lignes parfaite de ses fesses. Ses jambes fines qui s’enroulaient autour de la barre métallique. Son corps tout entier qui ondulait, qui virevoltait, qui s’arquait au son de la musique et sous le regard prédateur du docteur. Elle se savait dévoré. Comme si elle arrivait à sentir son appétit.

La petite sorcière n’hésitait à se déhancher. A la limite de la décence. Elle ne se voilait pas la face. La plupart des vampires étaient là pour la chair fraiche. Et benjamin avait demandé de bien le traiter. Elle osait. Continuant de se dandiner. A la fois sexy, sensuelle, et sexuelle. Devenant même parfois indécente lorsqu’elle prenait des positions suggestives. Allongée sur la table. La barre entre ses cuisses. A genoux sur la table, plongeant sa paire de seins sous les yeux de l’immortel. Officiant la même chose pour son autre paire de fesses bien rebondis. Elle devait en plus dégageait une effluve particulière pour le vampire. Il pouvait sentir l’odeur de son sang chaud bouillir sous la chaleur de cette peau blanche. Elle ignorait si son patron était toujours non loin de là à l’a regarder faire. Mais Ava se prit au jeu.

Elle osait encore plus. Venant maintenant s’asseoir sur Lynch. Lui offrant maintenant une vue bien plus proche. Une proximité dangereuse. L’esprit vide lorsqu’elle dansait. Elle ne pensait à rien, sauf à se concentrer elle même sur son client.

-« Le show vous a t-il plu ? Vous être un client très important. Un client privilégié. Désirez-vous poursuivre ce petit spectacle ? »

©️ 2981 12289 0

_________________

Ava, just the way you are
 

© Pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sanguisuga

Date d'inscription : 21/08/2017
Messages : 43
Rp postés : 9
Avatar : Luke Evans
Âge du perso : 36 / 359 ans
Groupe du perso : Vampire Originel
Disponibilités : 0/3
MessageSujet: Re: Forbidden Fruit [Christian Lynch] Mer 11 Oct - 6:32

FORBIDDEN FRUIT

f e a t. A V A A N D E R S



Il n'y a rien de plus exaltant que les palpitations erratiques d'un cœur qui se sait en danger, mais qui ne peut s'empêcher de goûter aux vices interdits. Cette curiosité qui va bien au-delà des sens et des anticipations. Un mélange de peur et d'excitation qu'il perçoit sous ses mouvements provocateurs. La danseuse s'avance, roulant des hanches, obéissant sagement aux consignes de son supérieur alors que le sanguin accroche son regard à cette avance sinueuse, les traits avenants. Courtoise, elle s’immobilise à ses cotés, l'obligeant à relever les yeux pour ne pas quitter les siens. Deux orbes pénétrants qui se faufilent dans les tréfonds de son encéphale. Charmeur, assuré, bien loin de cette prétendue timidité dont il serait accablé. Le bon Docteur incline la tête, ravi, étirant un léger sourire sur ses lèvres closes lorsqu'elle s'offre à ses sévices pour une nuit. Une nuit qui se prolongera tant et aussi longtemps que les ténèbres s’agripperont à elle.

" Et je vous remercie de m'offrir ce délice, Mlle Ava... " qu'il rétorque poliment à ses salutations bien trop formelles pour les prétentions de cet établissement vicié jusqu'à la moelle. " Vous pouvez m'appeler Christian. " Et il trinque à cette présentation futile, levant son verre d'un bref toast en son honneur avant d'y puiser une longue gorgée aromatisée qui le contente.

L’enjôleuse prend rapidement ses aises, retrouvant la familiarité de la scène. Et l'Immortel s'installe confortablement dans son assise pour profiter de cette vue enivrante, une main sagement posée sur sa propre cuisse, la seconde enlacée à son verre. La friandise bouge sensuellement, s'accouplant aux rythmes lascifs de la musique pour lui offrir le spectacle de l'indécence. Opulente, elle agite chacune de ses courbes pour titiller outrageusement ses envies, ne soupçonnant pas à quel point la patience dont il fait preuve lui est pénible. Et il avale à grandes gorgées le liquide ambré, le regard levé, inlassablement accroché à ce corps à demi dénudé qui s'écarte, ondule, aguiche une folie venimeuse. Le bon Docteur pose son verre lentement, soupirant derrière un sourire satisfait, aspirant l'air en se braquant légèrement sur les coussins soudainement inconfortables. La faim le lacérant de l'intérieur.

Jusqu'à ce qu'elle ose quitter son rempart pour s'accrocher au corps de l'Immortel, brisant une barrière que peu osaient franchir. Et l'envie de la posséder entièrement n'avait jamais été plus dévorante qu'en cet instant où le battement chaotique de son palpitant faisait pulser le sang sous sa poitrine exagérément galbée. Les mains de l'Immortel remontent lentement contre ses cuisses dévoilées qu'il caresse du bout des doigts, d'une valse lente, presque affectueuse. Les orbes de l'Immortel luisent un moment, laissant son charisme bercer les perceptions de la demoiselle alors qu'il hume, furtivement l'odeur de ce derme brûlant, entre ses deux vallons blancs. Christian relève la tête pour lui susurrer à l'oreille.

" Serait-ce déplacé d'oser vous demander de passer en privé ? Je peux sentir les regards errants sur vous et la gourmandise que vous suscitez à chaque déhanché, Mademoiselle Ava... Voyez-le comme un caprice égoïste mais... je vous veux à moi seul cette nuit... "

Sans réellement attendre son consentement inutile, l'Immortel force la demoiselle à se déplacer avant de se lever à son tour, lui offrant la politesse de son bras en un sourire entendu. Il l'accroche à lui, l'entrainant dans les couloirs menant aux chambres exclusives, la laissant se pavaner au bout de sa main avec un certain amusement perché aux lèvres.

Le bon Docteur pousse la porte capitonnée de velours rouge, celle de sa chambre privée, y faisant entrer la délicieuse la première, comme le veulent ses bonnes manières. " Je vous en prie... " Elle découvre une suite victorienne aussi luxueuse que chaleureuse aux teintes sombres de rouge, de noir, rehaussée de boiseries, surplombée par cet immense lit à baldaquin. Aucune fenêtre, aucune issue à travers toutes ces commodités. La porte se claque derrière eux et se verrouille sans que rien ne la touche. Puis la musique du Red Lounge vient soudainement animer la suite trop silencieuse, perçant les hauts-parleurs d'un système intégré aux murs parfaitement dissimulé. Un rythme sombre, envoûtant et sensuel à la fois qui semble inviter la demoiselle à poursuivre l'exhibition de ses talents.

" Dansez pour moi... " lui ordonne Christian d'une voix suave qui résonne un peu partout dans sa cervelle, la laissant vibrer au gré de ses fantaisies, avide de voir jusqu'où elle repousserait les limites de sa séduction.

Et l'Immortel se déleste de son veston, remontant les manches de sa chemise contre ses avants-bras, en quête de confort, avant d'enlacer le goulot d'une bouteille de bourbon sur le bar tout en se dirigeant au salon. Il prend place dans un fauteuil capitaine, s'installant près de l'hâtre inerte d'un foyer de pierres où les bûches resteront éternellement inconsumées. Et même si les flammes sont factrices, le corps de la belle se réchauffe de l'intérieur, caressée par les prunelles luisantes d'envie du sanguin, conquise des compliments silencieux offerts par les traits béats, mais curieux de l'homme qui en fait sa sirène obscène. Se laissant distraire par cette chair rose, cette parade vulgaire, l'idée de la punir devient presque aussi insatiable que ses envies égoïstes de se nourrir de sa jugulaire bouillante de perversité. Et il en souffle d'amusement, relevant une lèvre qui dévoile la pointe de sa canine acérée. Les doigts du bon Docteur viennent s'allonger sur le cuir de l'appui-bras tandis que la liqueur dévale le long de son gosier insatisfait. La patience a ses limites.

L'Immortel se lève, délaissant sa bouteille sur une table basse pour accueillir le corps ondulant de la friandise contre le sien. La plantureuse pivote dans les bras froids, nichée dos contre le torse du sanguin qui lui, glisse ses mains larges sur les hanches fines agglutiné à elle, gisant dans une valse outrageusement sensuelle. Un sourire s'étire sur les lèvres carnassières de Christian, exhibant les canines prédatrices sans pudeur. Quelque chose lui laisse deviner que sa proximité éveille des sentiments contraire chez la demoiselle, trahie par le tambour de son cœur, par son souffle qu'elle retient tapis dans ses poumons. Serait-elle... vierge de morsure, la délicieuse friandise ? Les doigts du sanguin remontent sur le ventre plat, effleurent la peau blanche du bout des pulpes, pour aller trouver refuge sur le galbe bombé de sa poitrine saillante. Sa poigne se raffermit sur elle, la gardant prisonnière de ses envies gourmandes qui se précisent d'autant plus lorsque ses lèvres viennent frôler la chair tendre de son cou aux effluves parfumées. Du bout de la langue, il dessine cette jugulaire saillante qui bourdonne sous ses assauts pourtant encore innocents, goûtant la saveur de cette peau frissonnante.

" Auriez-vous peur... ? " susurre-t-il à son oreille délicate, souhaitant ardemment le lui arracher des lèvres ne serait-ce que pour titiller son désir égoïste...

Et ne me faites pas le plaisir de me mentir, Mlle Ava...



©️ MR. CHAOTIK



_________________


You cannot hide in the darkness. Can you hear the rumble that’s calling? I can feel the thunder that’s breaking in your heart. I can see through the scars inside you. Can’t you see that you’re lost? Can’t you see that you’re lost without me? Now there is nothing between us from now our merge is eternal.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcière de l'Énergie

Date d'inscription : 03/06/2017
Messages : 212
Rp postés : 10
Points-Bonus : 75
Avatar : KATO
Âge du perso : 25 ans
Groupe du perso : Sorcier
Disponibilités : Disponible
Liens infos : Présentation * Mes liens * Mes sujets

MessageSujet: Re: Forbidden Fruit [Christian Lynch] Ven 10 Nov - 15:30

Forbidden Fruit
Feat Christian Lynch ••• La petite chose fragile était devenu pouvoir. Un pouvoir inoffensif mais seulement en apparence. Un pouvoir de séduction. Un pouvoir sur les hommes. Qu’ils soient humains ou non. Vivant ou mort. Mortels ou immortels. Le pouvoir d’un corps féminin. Celui ci pouvant réduire à néant toute conviction, laissant l’esprit vaporeux à la simple idée de pouvoir profiter de ces délices charnels. Ava avait vite comprit comment cela fonctionnait. Même pour les créatures vampiriques de ce club. Une affolante friandise. Friandise qu’on regardait avec gourmandise.

La sorcière n’était plus aussi timide qu’elle l’avait laissé paraitre. Elle était une des rares, voir des seules à frôler les interdits. Quoi que, un club comme le Red Lounge, rien n’était interdit. C’était risquait. Dangereux. C’était son quotidien après tout. Ava jouait avec le feu. Elle avait eu raison, puisque cela semblait plaire à Christian. Ses pupilles brillaient. D’envie. De désir. Dès lors il savait qu’il pouvait lui aussi franchir les limites. Elle sentit ses mains se poser sur ses cuisses et remonter doucement. Il sentait son odeur. Son parfum enivrant qui venait chatouiller ses narines. C’en était presque indécent. Ils éveillaient l’envie de tous. Le vampire désirait un peu plus d’intimité. Il l’a voulait pour lui seul. Ava fut légèrement surprise. Pas par sa demande mais par son dernier aveu. C’était d’une certaine façon plaisant à entendre. Mais elle savait très bien tout ce que cela engendrerait. Elle lui offrit un sourire. Lui montrant qu’elle n’était pas farouche.

-« Vous m’avez choisi. Je suis toute à vous pour cette nuit. Entièrement à vous. Vous avez raison. Allons-y. »

Attisé les regards, les jalousies. Ava le faisait toujours. Avec son physique et sa tenue vestimentaire parfois « hors norme ». On l’a regardait. On l’a dévisageait. Ici aussi. Et encore plus depuis qu’elle avait elle même attiré l’attention de Christian. Les autres vampires sentaient également son odeur de sorcière. En plus de son corps, son sang devait également être une denrée rare. A cet instant elle était comme une biche entouré de loup. Le docteur n’avait pas vraiment de besoin de permission pour l’emmener dans une chambre privée. Ava n’avait elle même pas répondu mais simplement acquiescé d’un sourire entendu. Un seul vampire cela serait déjà bien assez.

Un trophée à son bras. Un prix inestimable qu’il désirait avoir en privé. Avait-elle seulement idée de ce qui l’attendait. Elle s’en doutait. Elle n’était que marchandise ici. Marchandise de désir. Écumant les passions sauvage. Ce soir, elle avait fait ressortir cette sauvagerie à peine avait-il posé les yeux sur elle. Maintenant plus rien ne pourrait le retenir. Dans cette chambre privé. Seuls tous les deux. Le vampire et la sorcière. Il était trop tard pour reculer. Trop tard pour l’arrêter. Le pas de la porte passé, elle ne pouvait plus compter que sur elle même.

C’était pourtant la première fois qu’elle venait dans la partie VIP. Qui plus est la première fois qu’elle se retrouvait avec un vampire d’une telle importance. Elle le sentait. Elle le savait. Ici encore tout était fait pour que la danseuse ne soit qu’un amusement. Un jouet. Une friandise pour mettre l’eau à la bouche. Ambiance chaude. Sexy. A peine entrée, la musique retentit au travers des murs. Complètement insonorisé. Une pièce avec tout le confort. Du moins confort pour un vampire. Pas d’issue. Sans fenêtre. Prise au piège entre ses griffes. Enfermée avec lui. Christian voulait qu’elle continu de danser. Le son de sa voix résonne dans sa tête. Cette voix si chaude et suave. Un ordre. Une intention. Ava le regarda se mettre à l’aise. Retirant sa veste. Il s’installa sur le fauteuil. Prêt à admirer la danse provocatrice de sa danseuse.

Avant tout la pour danser. Alors la petite sorcière s’exécuta. Sous le regard avide et acéré du vampire, la jeune femme se mit à onduler lascivement. Elle avait ses charmes et elle n’hésitait pas à les utiliser. Quand elle dansait, c’était comme si elle devenait une autre personne. Libre. Plus affranchi. Elle osait dépasser les limites. Certaines limites qu’elle s’était imposé. Ava avait besoin de se concentrer. Toujours l’esprit vide face à un vampire. Qui plus est face à un vampire comme Christian. Elle n’avait pas le pouvoir de lire dans les pensées mais il n’était pas difficile de deviner à quoi il pensait. Observant la sirène. De ses yeux luisant d’envie. De son impatience à vouloir briser les règles. De sa perversité à vouloir prendre possession de ce corps obscène. De cette peau blanche mais chaude. De cette chair appétissante. Il l’a voulait. Pour lui.

Une dangereuse séduction. Le délicieux appât qu’elle était avait attisé la passion dévorante du vampire. Ava le sentit soudain tout contre elle. La froideur de son corps contre la chaleur de son dos. Le feu contre la glace. Non, parce que tout n’était qu’une question de mentale. Le jeu dangereux ne faisait que continuer. Mains possessives qui remontent sur son corps. Attrapant ses hanches pour l’a garder contre lui. Elle sentait son souffle dans son cou. Danger ! Ses mains remontaient jusqu’à venir s’emparer du galbe sensuel de ses seins. Danger ! Les battements de son cœur s’accéléraient. Cette proximité ne l’a mettait pas à l’aise. Et pourtant. Elle poussa un petit gémissement lorsque la langue du vampire léchait sa jugulaire. De légers frissons. Ce geste l’a fit revenir à la réalité.

-« Je...non...non je n’ai pas peur de vous... »

Ça n’était pas la strict vérité. Ava ne jouait pas franc jeu et ça pouvait lui être fatal. Christian pouvait sentir les battements de son cœur. La chaleur que son corps dégageait. Son humanité. Son odeur de sorcière. Oui elle avait bel et bien peur mais elle ne bougea pas pour autant. Elle tourna légèrement la tête vers le vampire. Osant le regarder. A quelque centimètre l’un de l’autre. C’était maintenant lui qui pouvait sentir son souffle caresser son visage. Un regard malicieux.

-« Vous voyez, je ne me suis pas éloigné. Vous me sentez. Vous êtes excité par ce mélange. Entre ma chaleur corporelle. L’odeur de ma peau. Celle de mon...espèce. Le sang d’une sorcière...ça vous ronge de l’intérieur d’y planter vos crocs. Vous ne me mordrez pas Christian... »

Culottée la petite sorcière. Elle n’était sure de rien mais elle osait. Elle se retourna complètement vers lui. Face à face et toujours dans ses bras. Les yeux dans les yeux, elle essayait de se plonger dans sa tête. Essayer de savoir si oui ou non il voulait l’a gouter. Hélas cela ne donna aucun résultat. Ava lui souria et continua.

-« Peut être que mon corps réagit à vos geste, mais le votre également. Il réagit au mien. Je peux continuer de danser pour vous. Voir mon corps « en action » pourrait satisfaire quelques uns de vos appétits. Que désirez-vous Christian ? »

©️ 2981 12289 0

_________________

Ava, just the way you are
 

© Pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Forbidden Fruit [Christian Lynch]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» You shall not eat the forbidden fruit - ft. Irina Draghsteel
» Christian Vs Cena
» Demande de Fruit du Démon [YA]
» Fruit du Démon et Sabres d'exception oubliés ?
» L'horu horu no mi, le fruit qui embêtera la marine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: . :: Downtown of Salem :: Red Lounge-
Sauter vers: