Partagez|

Two parts of a same way | Valeska & Devan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Two parts of a same way | Valeska & Devan Dim 16 Juil - 17:53

Two parts of a same way
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.

Devan commençait à en avoir assez de ces comédies grotesques et rivalités entre espèces. Est-ce que ne pas appartenir au même groupe donnait une raison pour s’attaquer sans vraie raison valable ? Il n’en était pas vraiment sûr. Il faisait son possible pour ne pas emmerder les autres, il apprécierait fortement que les autres en face de même mais cela devait être difficile étant donné que les clébards aimaient bien lui chercher des noises quand ils se croisaient. Pas tous, bien entendu, mais certains d’entre eux étaient plutôt virulent et il commençait à en avoir sérieusement marre. Mais il n’avait pas non plus envie de les attaquer de front, de se prendre des coups non désirés ou de se retrouver avec une meute en colère sur le dos si c’était lui qui tapait trop fort. C’était puéril, mais il n’avait pas vraiment le choix, il fallait bien qu’il se défende face aux autres et il n’était pas du genre à tendre l’autre joue. Mais bon, il avait envie de trouver de nouvelles solutions. Histoire qu’il puisse être tranquille et ne pas redouter les attaques venues de nulle part. Et il pensait justement à quelque chose. Il avait l’intention de trouver une sorcière ou un sorcier qui pourrait lui refiler un truc qui éloignait les loups. Parce que franchement il en avait marre, il mettrait le prix qu’il faudrait, il n’y avait pas vraiment de problème de ce côté-là.

Les sorciers étaient-ils plus dignes de confiance que les loups ? Pas vraiment, ou du moins, cela dépendait des personnalités. Mais il ne les préférait pas particulièrement. Déjà qu’il trouvait que les inferis étaient vraiment les pires choses qui existaient, il n’avait pas une très haute opinion de ceux qui pratiquaient la magie mais bon, ils pouvaient toujours servir non ? Ils avaient déjà fait leurs preuves quand un ami à lui, lui avait fourni un talisman de protection contre les rayons du soleil qui étaient devenus mortels avec sa transformation. Il était bien content d’en avoir un et ne le quitterait pour rien au monde. Il pensa à ces pauvres petits vampires qui étaient obligés de fuir les rayons durant tout le jour et qui ne pouvait sortir que le soir, il avait connu ça à ses débuts et ce n’était pas franchement une partie de plaisir, alors il était heureux de pouvoir se balader dehors en plein jour. Mais bon, ce n’était pas tous les sorciers qui étaient charitables et généreux, d’autant plus avec les vampires. Certains étaient de vraies petites teignes et prenaient un malin plaisir à vouloir prouver qu’ils étaient supérieurs mais ce n’était pas le cas. Tous ces conflits étaient encore une fois totalement puérils mais bon, il fallait faire avec malheureusement.

Un ami à lui, lui avait donné l’adresse d’une sorcière. Soi-disant qu’elle était assez aimable et qu’elle vendait des tas de choses, c’était plutôt bon pour lui mais il demandait tout de même à voir, on ne savait jamais sur quoi il pouvait tomber mais bon, il faisait confiance à son ami. Au pire, il aviserait au moment venu. Il marchait tranquillement les mains dans les poches jusqu’à l’adresse qu’on lui avait indiqué. Il regarde la maison de l’extérieur, c’était plutôt sympa comme bâtisse, il espérait qu’elle pourrait l’aider au mieux. Il sonne à la porte puis attend qu’on vienne lui ouvrir. Quand il découvre la sorcière il l’observe un moment. Comme ça elle avait plutôt l’air d’être une fille honnête mais il fallait toujours se méfier après tout. Il attend un moment puis plonge son regard dans le sien.

« Bonjour, je m’appelle Devan et j’aurai besoin de vos services. En fait, j’aimerais vous acheter quelque chose qui me serait très utile. Est-ce que je peux entrer ? »

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcière de l'Eau

Date d'inscription : 25/10/2016
Messages : 117
Rp postés : 62
Avatar : Kat Graham
Âge du perso : 27 ans
Groupe du perso : Sorcière
Disponibilités : Complet - A voir pour projets.
Liens infos : FicheLiensSujets
Avis de recherche : - Des clients,
- Des amis & des ennemies,
- Des Sorciers qui connaissent ses ancêtres.
Multis : Teddy - Elizabeth
MessageSujet: Re: Two parts of a same way | Valeska & Devan Lun 17 Juil - 15:03

Valeska ft. Devan - Two parts of a same way.


- Je ne sais pas ce que nous ferions sans vous Valeska ...

La main d’Ellen se posa sur mon épaule, son sourire sincère illuminant son visage. Sur la table de soin, installée dans l’ancien bureau de mon père, la petite Alice était allongée en sous-vêtement. Âgée de seulement sept ans, la petite fille avait une maladie de peau que les médecins n’étaient pas parvenus à soulager. Cette mère désespérée face à l’état et la souffrance de sa fille, avait pris son courage à deux mains pour venir sonner à ma porte. J’étais une Sorcière. Je ne le cachais pas forcément. Mais j’étais surtout une Guérisseuse, soignant par les plantes : huiles essentielles, onguents, homéopathie. Je cultivais les plantes chez moi ou en achetais chez les meilleurs. J’étais douée dans ce que je faisais. Après tout, j’avais eu le meilleur exemple qu’il soit : ma grand-mère.

« C’est mon métier Ellen, vous n’avez pas à me remercier pour ça. Et je suis toujours ravie de voir Alice si souriante, » dis-je en souriant à mon tour à la petite blonde bien sage.

Depuis quelque temps, et sans trop comprendre pourquoi, je gagnais en confiance. J’avais décidé de ne plus laisser mes malédictions me pourrir la vie. Si je voulais soigner au mieux, il me fallait pouvoir utiliser mes mains, celles qui absorbaient la chaleur des autres. Avant chaque soin, je me rechargeais auprès de la lanterne magique qu’Alyson m’avait offerte. Je gardais toujours des gants en latex pour mes soins et des gants en laine le reste du temps. Le contact avec la matière ne permettait pas à ma malédiction d’attaquer les autres et donc de leur voler leur chaleur. Je restais confiante et souriante et cela semblait me réussir plutôt bien. Je terminais d’appliquer les pommades sur le corps de ma jeune patiente qui ne pouvait s’empêcher de frôler mon collier (clic).

« Voilà, comme d’habitude, on laisse pénétrer dans le calme. Je vais te chercher à boire et des cookies d’accord ? »

J’abandonnais là Alice et sa maman après avoir retiré mes gants. La petite fille était un exemple de courage et de patience et j’aimais la récompenser avec des douceurs sucrées. Je regagnais la cuisine en passant par le salon lorsque l’on sonna à la porte. Un coup d’œil à l’heure… Je n’attendais aucune visite. En général, les gens passaient chez moi et prévenaient avant. Mais tout était possible. J’abandonnais la citronnade et allais ouvrir. Devant moi, se tenait un homme, blond à la peau claire. Son regard plongea dans le mien. Le mien dans le sien, nous laissant tous deux silencieux et moi légèrement rougissante.

« Bonjour, je m’appelle Devan et j’aurai besoin de vos services. En fait, j’aimerais vous acheter quelque chose qui me serait très utile. Est-ce que je peux entrer ? »

J’arquais un sourcil. Décidément, je commençais vraiment à me faire un nom à Salem. Lèvres pincées, je restais silencieuse encore un instant avant d’accepter.

« Entrez et installez-vous, » dis-je en lui indiquant le salon et l’un des fauteuils, où un feu crépitait dans la cheminée malgré le beau temps à l’extérieur. « Je suis avec une patiente, je n’en ai plus pour très longtemps. »

Ce n’était pas un problème pour moi de laisser quelqu’un dans mon salon. Je n’avais aucun objet de valeur ici. Tout mon nécessaire de magie était bien caché dans la maison. J’abandonnais donc ce Devan pour rejoindre ma jeune patience.

« Désolée ma puce, j’ai de la visite, je te fais des cookies à emporter d’accord ?»
- Vous ne devriez pas, vous êtes bien trop gentille Valeska.

Mes deux clientes me suivirent, saluant l’homme au passage. Alice avait toujours une joie de vivre très communicative. Elle me sauta au cou et m’embrassa lorsque je lui remis son petit pochon de cookies. Sa mère me remercia à son tour alors que je les raccompagnais. La porte fermée, je soupirais doucement avant de rejoindre le salon. Je n’étais pas toujours spécialement à l’aise avec les hommes.

« Me voilà. Pardonnez-moi, en général mes clients m’appelle avant de venir. Mes rendez-vous ne se croisent jamais.»

Je m’installais sur l’un des fauteuils, croisant mes jambes à l’aise dans un jean pas trop moulant.

« Je suis donc Valeska, sorcière et guérisseuse. Qu’aimeriez-vous m’acheter et surtout pourquoi ? »

Parce que je ne vendais rien à ceux qui voulaient faire du mal gratuitement. Je me méfiais toujours des autres. Et, n’étant qu’une Sorcière, je n’étais pas capable de savoir qui il était. Bien que je décelais quelque chose chez lui, quelque chose de non-naturel, j’étais incapable de dire s’il était un loup, un Vampire ou un Chasseur. Il n’était pas Sorcier, c’était évident… J’étais donc un peu nerveuse. Toujours depuis que je travaillais seule, sans ma grand-mère. Et comme toujours, lorsque j’étais ainsi, je jouais avec mon pendentif, me rendant compte que je n’avais pas ganté mes mains.

_________________


_____THE CURSED_____


Il doit rester quelques rêves d’enfant cachés sous mon oreiller, je tenterais de ne pas les écraser avec ma tête lourde de soucis d’adulte.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Two parts of a same way | Valeska & Devan Ven 21 Juil - 0:27

Two parts of a same way
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.

Devan ne savait pas encore à quel moment il s’était dit que c’était une bonne idée d’aller chez une sorcière. C’est vrai, ce n’était pas des choses qu’il faisait fréquemment. Il n’avait pas vraiment confiance en ces créatures, il les trouvait bien plus fourbes que les autres au final et il préférait ne pas s’en tenir trop près. Même si récemment, il avait eu à faire avec une petite sorcière qui lui avait servie de casse-croûte. Mais elle s’était montrée volontaire et consentante, après qu’il ait un peu insisté. Mais bon, après tout elle l’avait envoyé valser contre un mur donc elle lui devait bien ça non ? Surtout qu’il s’était montré serviable et l’avait ramenée jusque chez elle. Enfin jusqu’à sa caravane. Car oui, elle habitait une caravane étant donné qu’elle était gérante d’un cirque, enfin c’est ce qu’elle lui avait dit. Cette petite sorcière du nom de Blake.

Enfin bon, cette sorcière-là lui avait été utile mais ce n’était pas toujours le cas. Quand il ou elle se montrait sympathique c’était acceptable mais parfois ils pouvaient se montrer vraiment pénible. On disait qu’il ne fallait pas se mêler des affaires des sorciers et il trouvait cela tout à fait véridique. Mais parfois il était obligé de s’en mêler, on ne lui laissait pas vraiment le choix. Parfois, ses clients lui demandaient de s’introduire dans des maisons qui pouvaient être habitées par des sorciers. La plupart de ces maisons étaient protégées par des sorts mais certaines ne l’étaient pas. Il détestait faire ça, devoir récupérer des trucs magiques pour les autres. Ça lui arrivait d’en piquer parfois, sans savoir ce que ce n’était ni ce que ça faisait, pour pouvoir les revendre mais chercher un objet magique précis c’était vraiment pas une activité marrante. Mais bon, en général il ne pouvait pas trop refuser les demandes de clients, sinon il était pas rappelé alors il prenait sur lui et faisait ce qu’on lui demandait, en échange d’une belle compensation.

Le voilà donc qui était parti sonner chez une sorcière espérant qu’elle puisse lui vendre des choses qui pourraient repousser les loups ou d’autres choses. Histoire qu’on vienne moins lui chercher des problèmes. Salem était certes une petite ville mais il n’y avait pas besoin de chercher longtemps pour se mettre dans de sales situations. A mois qu’il soit un véritable aimant à problèmes. Il se disait toujours qu’un jour ou l’autre il se retrouverait sérieusement dans le pétrin et il ne savait pas si quelqu’un viendrait le chercher dans ces cas-là, enfin bon, il verrait bien si cela arrive un jour. Il sonne à la porte et attend qu’on vienne lui ouvrir.

La porte s’ouvrit et il découvrit une jeune femme. Cela devait sûrement être la sorcière, en tout cas, elle avait une odeur légèrement différente de la plupart des humains. A première vue, elle n’avait pas l’air d’être malveillante mais il valait mieux ne pas s’avancer trop vite sur la question au risque d’avoir une mauvaise surprise par la suite.

« Entrez et installez-vous, Je suis avec une patiente, je n’en ai plus pour très longtemps. »

Il ne répondit rien et entra dans la maison. Une patiente ? Elle était médecin aussi ? Il se dirige vers le salon et son regard d’attarde un moment sur la décoration et l’aménagement de l’intérieur. C’était plutôt spacieux et bien aménagé, il devait être agréable de vivre ici. Du moins, c’est ce qu’il imaginait. Il patienta tranquillement. Il n’était pas pressé alors cela ne lui coûtait rien.

« Désolée ma puce, j’ai de la visite, je te fais des cookies à emporter d’accord ?»
- Vous ne devriez pas, vous êtes bien trop gentille Valeska.


Comme tous les vampires, son ouïe était particulièrement fine. Il entend donc la conversation sans le vouloir vraiment. Cette sorcière semblait être une personne généreuse et sympathique. Mais quelle serait sa réaction quand elle apprendrait qu’elle était en face d’un vampire ? Il ne pouvait pas la prévoir, les gens n’aimaient pas trop les vampires en temps normal. Il salue également la mère et sa fille brièvement quand elles passent.


« Me voilà. Pardonnez-moi, en général mes clients m’appelle avant de venir. Mes rendez-vous ne se croisent jamais.»

Il ignorait qu’il fallait appeler avant, il l’aurait fait sinon. Il possédait un minimum de savoir-vivre tout de même. Assis face à elle, il la détaillait en prenant soin de ne pas paraître trop insistant pour ne pas la mettre mal à l’aise. Il essayait simplement de l’analyser un peu, si c’était possible bien sûr.

« Je suis donc Valeska, sorcière et guérisseuse. Qu’aimeriez-vous m’acheter et surtout pourquoi ? »

Il se doutait bien qu’elle était sans doute en train de se demander de quelle espèce il pouvait bien être, cela le fit sourire légèrement. Il posa son regard sur ses mains et plus particulièrement sur le pendentif avec lequel elle jouait. Il fronça légèrement les sourcils. Cette pièce lui disait quelque chose, en fait, ça ressemblait étrangement à un truc qui trainait dans un de ses tiroirs, il l’avait piqué il ne savait plus à qui. Il ne savait pas à quoi ça servait mais c’était très similaire.

« Désolé ne de pas avoir prévenu, je n’étais pas au courant. En fait, je me demandais si vous vendiez des repousses-loups. J’en ai quelques-uns qui vivent près de chez moi et ils sont particulièrement agaçants. Avant que vous ne posiez la question, je vous informe que je suis un vampire. »

Ses yeux oscillaient entre son visage et le pendentif, cela l’intriguait beaucoup mais il n’osait pas lui poser directement la question de savoir ce que c’était, quoique…

« Ce que vous avez autour du cou… C’est une pièce seule ou… elle s’assemble à autre chose ? »

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcière de l'Eau

Date d'inscription : 25/10/2016
Messages : 117
Rp postés : 62
Avatar : Kat Graham
Âge du perso : 27 ans
Groupe du perso : Sorcière
Disponibilités : Complet - A voir pour projets.
Liens infos : FicheLiensSujets
Avis de recherche : - Des clients,
- Des amis & des ennemies,
- Des Sorciers qui connaissent ses ancêtres.
Multis : Teddy - Elizabeth
MessageSujet: Re: Two parts of a same way | Valeska & Devan Dim 23 Juil - 10:05

Valeska ft. Devan - Two parts of a same way.


C’était toujours étrange et gênant pour moi de sentir le regard d’un homme sur moi. Même si tous n’avaient pas des sentiments pervers à chaque fois qu’ils posaient leurs yeux sur une femme, cela me mettait malgré tout mal à l’aise. J’étais une sorte d’handicapée de la vie, des émotions et surtout des relations humaines. Je n’avais pas fréquenté beaucoup d’hommes dans ma vie et n’avais jamais été amoureuse. Et, à cause de mes malédictions, je n’avais jamais glissé nue dans le lit d’un homme. C’était certainement pour cela que j’étais si mal à l’aise en leur présence : parce que je n’y étais pas habituée. Je soignais des hommes pourtant. Là n’était pas le souci. Dans mon métier, je ne faisais pas de différence entre les sexes et les races. Je travaillais, c’était tout. Mais me retrouver seule avec un homme était toujours étrange. Cela me rappela Feodor, ce loup qui s’était réfugié chez moi (…) Je chassais toutes ces pensées de mon esprit, me concentrant à nouveau sur Devan, l’homme en face de moi. Poliment, il s’excusa de ne pas avoir prévenu. Il m’avança alors sa requête, celle d’obtenir de quoi repousser les loups. Et, sans que je ne le demande, il m’annonça qu’il était un Vampire. Je hochais la tête, surprise qu’il se dévoile ainsi. L’homme devant moi était donc doté d’un bijou pour parvenir à sortir en plein jour. Homme de ressources donc. A vrai dire, être en présence d’un Vampire ne me dérangeait pas. J’en avais soigné une, Chiyoko, ici même, dans ma maison. Je lui avais sauvé la vie. J’étais même plutôt détendue pour le coup. Les Vampires ne craignaient rien à mon contact. Avoir oublié mes gants ne poserait donc aucun souci, ni à lui, ni à moi.

« Merci pour votre franchise,» dis-je avant qu’il ne reprenne la parole.

Je fus étonnée cependant par l’attention qu’il porta à mon pendentif. Ses questions étaient réellement étranges, me faisant plisser les yeux. Ses questions étaient réellement étranges, me faisant plisser les yeux.

« Euhm … pour être franche, je n’en ai aucune idée. C’est une sorte d’héritage familial, ce bijou appartenait visiblement à ma mère. Malheureusement elle est morte depuis longtemps, elle ne pourra donc pas vous renseigner là-dessus.»

Je ne voyais pas l’intérêt de parler plus de ce bijou qui n’avait aucune propriété magique ou quoi que ce soit de particulier. Je l’avais trouvé dans les affaires de ma mère, au grenier, lorsque j’avais commencé mes fouilles de la maison. Le trouvant beau, j’avais décidé de le porter.

Un sourire. Par politesse. Avant de repenser à sa requête.

« Je ne fabrique pas de choses qui pourraient tuer … sauf en cas exceptionnels et justifiés. Je peux cependant fabriquer de quoi tenir les loups éloignés de chez vous. Comme vous le savez certainement, l’aconit est le poison des loups, comme la veine de vénus est celui des Vampires. Je peux vous fabriquer quelques petites choses, selon l’endroit où vous vivez et la surface à ‘protéger’.»

Je me relevais lentement pour récupérer mon carnet de commandes ainsi qu’un crayon. Je prenais toujours des notes, pour pouvoir répondre au mieux aux attentes de mes patients et de mes clients. Je revenais également avec de la citronnade, ne sachant clairement pas s’il en buvait. Revenant m’installer, je posais un verre devant lui.

« Désolée, mon stock de sang n’est pas suffisamment grand pour que je puisse vous en servir un verre … mais n’hésitez pas à vous servir de la citronnade si vous en avez l’envie et le goût ...»

J’ouvris mon carnet et griffonnais sur une page le prénom de l’homme en face de moi, notant un petit v juste à côté. J’inscrivais également sa requête, attendant ensuite de pouvoir noter d’autres informations qui me seraient utiles.

« Donc, dites moi où vous vivez. Appartement ou maison ? Y a t-il de la verdure ? Un jardin ? Cela peut vous paraître anodin, mais ces informations m’indiqueront la quantité à fabriquer et donc le prix que cela vous coûtera. Je viendrais installer ça moi-même. J’ajouterais, si vous le désirez, un petit sort d’éloignement de ma confection et qui est fortement efficace. Prouvé et adopté par d’autres clients.»

J’attrapais mon verre à moitié plein de citronnade pour en boire une gorgée, le reposant ensuite délicatement sur ma table basse. J’étais étrangement à l’aise. Peut-être parce que n’avais pas peur. Je m’installais confortablement contre le dossier de mon fauteuil, jambes croisées, mon carnet reposé sur ma cuisse. Mon regard se plongea timidement dans celui du Vampire, ne parvenant cependant pas à le soutenir bien longtemps. J’étais attentive, prenant des notes, tout en réfléchissant à la quantité d’aconit qu’il me faudrait ainsi que tout le reste. Côté prix, cela lui coûterait entre 100 et 200$.

_________________


_____THE CURSED_____


Il doit rester quelques rêves d’enfant cachés sous mon oreiller, je tenterais de ne pas les écraser avec ma tête lourde de soucis d’adulte.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Two parts of a same way | Valeska & Devan Lun 24 Juil - 19:34

Two parts of a same way
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.

Devan était un peu moins sceptique qu’à son arrivée quant au fait de se rendre chez une sorcière pour s’offrir ses services. Même s’il n’était pas un homme bourré de préjugés mais il avait tout de même certaines réticences. Déjà, des réticences à demander de l’aide quelconque mais aussi à aller chez les gens d’espèce dont il ne savait que certaines choses et qui pouvaient être assez imprévisibles. Mais cette jeune sorcière du nom de Valeska ne semblait pas être une de ceux dont on devait craindre des choses sans raisons. Il ne remettait pas en doute ses capacités de sorcière mais elle n’avait pas l’air de vouloir l’attaquer dans les secondes qui suivaient, c’était déjà une bonne chose lui semblait-il. Il la regarda attentivement puis lui exposa les raisons de sa venue, ce n’était rien de très particulier ni impossible à faire, en fait, il demandait juste un petit coup de pouce de sa part. Il n’avait pas à s’inquiéter du prix, Devan avait amassé pas mal d’argent au fil des décennies et ses clients étaient généreux avec lui. Il y avait aussi certaines choses qu’il n’avait pas à payer, comparé aux autres créatures qui avaient encore un cœur vivant. Il avait donc pu mettre de côté. Elle avait l’air d’être une femme gentille, vu comme elle s’était occupée de la petite et de la façon dont elle lui avait parlé. Cela manquait sûrement de gens comme elle sur cette terre, maintenant cela faisait toujours bizarre de rencontrer des personnes altruistes pourtant cela ne devrait pas être exceptionnel. Devan n’était pas un homme particulièrement gentil et généreux mais il n’était pas une mauvaise personne pour autant, selon ses critères du moins, mais comparé à ce que faisaient certains vampires, il était quelqu’un de très bon.

« Merci pour votre franchise,»

Il hocha la tête. Apparemment elle n’était pas du tout dérangée avec le fait d’être en face d’un vampire et très honnêtement il n’allait pas s’en plaindre. Cela serait beaucoup plus agréable pour les deux dans ce cas. Devan avait un peu mis l’accent sur le pendentif qu’elle portait. Cela lui rappelait un drôle d’objet qu’il avait chez lui et il n’avait pu se retenir de lui poser des questions sur son bijoux. De façon juste curieuse et intéressée.

« Euhm … pour être franche, je n’en ai aucune idée. C’est une sorte d’héritage familial, ce bijou appartenait visiblement à ma mère. Malheureusement elle est morte depuis longtemps, elle ne pourra donc pas vous renseigner là-dessus.»

Bon, tant pis. Si cela n’avait rien de magique alors sans doute qu’il n’y avait aucun intérêt à ce qu’il garde l’objet qui lui ressemblait chez lui, il ferait sûrement mieux de le jeter.

« Je ne fabrique pas de choses qui pourraient tuer … sauf en cas exceptionnels et justifiés. Je peux cependant fabriquer de quoi tenir les loups éloignés de chez vous. Comme vous le savez certainement, l’aconit est le poison des loups, comme la veine de vénus est celui des Vampires. Je peux vous fabriquer quelques petites choses, selon l’endroit où vous vivez et la surface à ‘protéger’.»

Il ne souhaitait tuer personne, pour le moment. Aucun ne l’avait agacé jusqu’à ce que des envies de meurtres le prennent. Donc elle n’avait pas à s’inquiéter sur ce sujet-là, si elle pouvait juste faire un petit quelque chose de sorte à ce que ces sacs-à-puces lui foutent la paix, ce serait vraiment bien.

« Je ne souhaite tuer personne ne vous en faîtes pas. Ça sera suffisant je pense. »

Il lui fit un léger sourire et la regarda se lever pour revenir avec un verre et le poser devant lui.

« Désolée, mon stock de sang n’est pas suffisamment grand pour que je puisse vous en servir un verre … mais n’hésitez pas à vous servir de la citronnade si vous en avez l’envie et le goût ...»

Elle était gentille mais il n’avait pas très soif pour le moment. Ni de sang, ni de rien à ce qui s’en rapprochait. Il l’observa noter quelques petites informations sur son carnet sans faire de commentaires sur quoique ce soit.

« Donc, dites moi où vous vivez. Appartement ou maison ? Y a t-il de la verdure ? Un jardin ? Cela peut vous paraître anodin, mais ces informations m’indiqueront la quantité à fabriquer et donc le prix que cela vous coûtera. Je viendrais installer ça moi-même. J’ajouterais, si vous le désirez, un petit sort d’éloignement de ma confection et qui est fortement efficace. Prouvé et adopté par d’autres clients.»

Devan réfléchit, il comprenait qu’elle ait besoin de certaines informations sur là où il habitait et cela ne le gênait pas de les lui fournir. S’il voulait ce qu’il désirait il fallait qu’il se montre coopératif avec la sorcière, et cela ne lui coûtait rien, enfin pas pour le moment car il se doutait tout de même qu’une fois qu’elle aurait confectionner ce qu’il demandait, il faudrait qu’il la paye.

« J’habite en appartement, c’est un immeuble assez simple, il n’y a pas de jardin. »

Il lui donna tous ces détails et attendit qu’elle finisse de les noter. Une fois que ce fût fait il nota son adresse sur un bout de papier et le lui donna. Il lui serra la main et s’en alla avec la promesse qu’elle viendrait de s’occuper de son appartement.

*******************

Environ une semaine avait passée depuis qu’il s’était rendu chez la sorcière. Rien de palpitant ne s’était passé depuis ce moment. Il dormait encore quand la porte sonna. Il se réveilla et cria d’attendre deux minutes. Il soupira et se leva avant d’enfiler juste un bas de jogging avant d’aller ouvrir la porte, d’un air encore endormi sur le visage. Il tomba nez à nez avec la sorcière, mettant quelques secondes avant de resituer qui elle était et pourquoi elle était là.

« Oh… c’est vous. Bonjour, entrez je vous en prie. Je reviens dans un instant. »

Il la laissa dans son salon et retourna dans la chambre pour enfiler un T-Shirt puis il revient la retrouver.

« Voilà. »

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcière de l'Eau

Date d'inscription : 25/10/2016
Messages : 117
Rp postés : 62
Avatar : Kat Graham
Âge du perso : 27 ans
Groupe du perso : Sorcière
Disponibilités : Complet - A voir pour projets.
Liens infos : FicheLiensSujets
Avis de recherche : - Des clients,
- Des amis & des ennemies,
- Des Sorciers qui connaissent ses ancêtres.
Multis : Teddy - Elizabeth
MessageSujet: Re: Two parts of a same way | Valeska & Devan Mar 25 Juil - 21:51

Valeska ft. Devan - Two parts of a same way.


Certains de mes clients étaient parfois étonnés de voir à quel point j’étais organisée et consciencieuse. Je cherchais toujours à bien faire les choses. J’avais eu, il fallait l’avouer, une prof irréprochable et surtout intransigeante. Si Alessia, ma grand-mère, avait été un vrai amour avec moi, elle n’avait cependant pas hésité à me crier dessus si je faisais mal les choses. Apprentissage des plantes et de leurs vertus, mémorisation des formules, des mélanges à faire, j’avais dû apprendre tout par cœur, encore et encore. Aujourd’hui, je faisais les choses sans réellement regarder mes annotations, mes grimoires. Je le faisais machinalement, parce que j’avais appris à le faire. Mais surtout, je le faisais par habitude et par instinct. Je laissais mes intuitions me guider et je ne me trompais jamais lorsqu’il s’agissait de mes plantes. Les notes que je prenais n’étaient que des aides, afin de ne pas confondre les demandes de mes clients et ne rien oublier. Je notais donc que le Vampire vivait dans un immeuble sans jardin. Je cherchais à savoir s’il souhaitait protéger uniquement son appartement ou si tout l’immeuble devrait être ciblé. À sa réponse, je notais donc que j’allais devoir m’attaquer à tout l’immeuble. Cela allait demander plus de matériel que prévu et plus de magie également.

« Très bien, je pense avoir toutes les informations nécessaires. Je viendrais chez vous dans une semaine, jour pour jour. Je passerai en fin de matinée, si ça va pour vous … ce sera plus simple pour moi. » Parce que clairement, je n’ai pas envie de débarquer en mode grand-mère chez mes clients. « Concernant le tarif, je dirais entre 150 et 200$… »

Et Devan accepta. Je lui tendis mon calepin afin qu’il puisse y noter son adresse, bien plus pratique pour pouvoir le rejoindre à son domicile. Je raccompagnais le Vampire jusqu’à la porte où il me serra la main. J’eus d’abord une réticence, me rappelant alors qu’il n’était pas … vivant et que de ce fait, il ne risquait rien. Je me laissais donc aller à une poignée e main franche et sincère, savourant presque le contact humain en rougissant un peu. C’était tellement rare. Trop rare. Et c’était tellement agréable.

(…)

Une semaine s’était écoulée depuis la venue de Devan à mon appartement. Les journées s’enchaînaient, mais ne se ressemblaient pas toutes. Entre mes clients, mes passages en forêt pour récolter mes pièges ou cueillir des plantes sauvages et mes recherches concernant mes malédictions, mes journées étaient en général bien remplie. D’autant plus que j’avais commencé les entraînements avec mon amie Cathan et que, même si elle prenait soin de ne pas trop m’épuiser, j’en bavais quand même. Je m’entraînais même au sport en dehors de nos séances à deux, pour parvenir à être la plus apte possible. Mais ce jour-là, j’avais passé ma matinée à confectionner ce qu’il me fallait pour me rendre chez mon client. J’avais concocté une ‘potion’ à base d’aconit, avec d’autres plantes répulsives. Ne pouvant pas utiliser de sorbier, mes moyens étaient donc limités. Je comptais également poser un sortilège sur l’immeuble, qui tiendrait éloigné les loups indésirables aux yeux de l’immortel. J’avais consciencieusement préparé mon matériel, encens, bougies, sels et compagnie, avant de pouvoir pratiquer ma magie. J’espérais seulement ne pas me faire arrêter par la police en chemin. Je risquais gros en transportant tout ça.

Je garais ma voiture devant l’immeuble de Devan. J’observais les lieux. L’immeuble avait de la classe, rien à voir avec certains délabrés que l’on pouvait trouver à certains endroits. Je quittais finalement ma voiture, un peu nerveuse, mon sac sur le dos. Je n’eus pas besoin de sonner, quelqu’un quittait les lieux au même moment et me laissa entrer. Bonjour la confiance ! J’hésitais quelques instants à prendre les escaliers, histoire de faire un peu de sport … mais arriver essoufflée et transpirante chez mon client n’aurait pas fait bonne impression. J’optais donc pour l’ascenseur dans lequel je pris quelques secondes pour me recoiffer et retirer mes gants. Avec ce client là, je n’avais pas à prendre ce genre de précautions. J’arrivais finalement devant la porte de l’appartement et sonna une fois. Je patientais en me mordillant la lèvre, sonnais à nouveau et entendis la voix du Vampire qui me demanda de patienter. J’espérais ne pas le déranger. Après tout, nous avions rendez-vous.

Lorsque la porte s’ouvrit, ce fut sur un client en pantalon de jogging et torse nu, ce qui me fit instantanément rougir. Je n’avais clairement pas l’habitude de ça … et puis il était bel homme, je devais bien l’avouer.

« Euhm … Bonjour ... »
« Oh… c’est vous. Bonjour, entrez je vous en prie. Je reviens dans un instant. »

J’étais gênée comme ce n’était pas possible de l’être lorsque je pénétrais dans l’appartement, les joues en feu, une bouffée de chaleur gênante m’envahissant. Je détournais le regard, franchement pas à l’aise et patientais pendant qu’il s’absentait. Mon regard s’arrêta sur un objet tout à fait peu commun et intéressant, qui dégageait quelque chose de magique. J’aurais même cru, bêtement, que mon pendentif y répondait. Mais je préférais mettre ça sur la gêne occasionnée par la semi-nudité de mon client. Et lorsque ce dernier revint, je constatais avec plaisir qu’il avait enfilé un t-shirt.

« Désolée, je n’avais pas votre numéro … j’aurais pu appeler avant d’arriver. » Et ne pas me retrouver nez à nez avec ton torse nu. « Donc .. d’après ce que j’ai vu, il n’y a qu’une entrée dans l’immeuble, je vais donc m’occuper de cette entrée. Cependant, l’action principale sera de protéger votre appartement. On ne peut pas empêcher les loups de visiter leur entourage s’ils en ont ici. Je lancerai un sortilège sur l’immeuble. Les néfastes ne rentreront pas. »

Je retirais mon sac de mon épaule pour l’ouvrir et en sortir un flacon contenant un liquide sombre. « Je vais aller déverser ça devant l’immeuble. C’est un répulsif à base d’aconit. Sans sorbier évidemment. Et d’autres plantes. Bref, ne bougez pas je reviens dans cinq minutes. »

J’embarquais simplement le flacon et laissais mes affaires là. Je n’avais rien à craindre. Mes affaires n’avaient aucune valeur.

(…)

Je revins une dizaine de minutes plus tard. J’avais déposé le liquide devant l’immeuble, mais m’étais faite arrêter par l’un des voisins. J’avais donc dû lui raconter un léger mensonge. Devan m’ouvrit à nouveau la porte, me laissant entrer chez lui.

« J’ai croisé un de vos voisins… Celui du premier étage, un vieux monsieur… si à l’occasion vous pouvez m’effacer de sa mémoire ou un truc comme ça, ça serait bien. » Dis-je en souriant. « Bon, si vous le voulez bien, je vais commencer le rituel. Je vais allumer de l’encens, si l’odeur vous dérange vous pouvez aérer. »

Je sortais de mon sac mes bougies, mon sel consacré, de l’aconit séchée et broyée pour n’en former qu’une fine poudre. Je tendais une coupelle à Devan, lui demandant poliment de la remplir d’eau. J’installais mon matériel et formais un pentacle sur le sol du salon à l’aide de l’aconit broyée. Installée au centre, je saluais chaque élément auquel j’avais fait une offrande. Eau. Terre. Feu. Air. Je versais sur une pierre, une obsidienne, le contenu d’un flacon, mélange de mon sang et de celui d’un loup-garou. Je psalmodiais quelques paroles durant de longues minutes. Ma magie s’infiltrait partout, dans les sols, les murs, protégeant les lieux, empêchant les nuisibles d’entrer. La pierre se mit à briller doucement, dégageant une chaleur étrange, jusqu’à ce que tout s’arrête. Je rouvris les yeux lentement, les posant sur Devan qui m’observait.

« C’est fait … Gardez cette pierre chez vous et vous serez tranquille. »

Je rompais le cercle, éteignis bougies et encens. Je pris la pierre en main pour la tendre à l’immortel (clic). La pierre était imposante, de par sa taille et son poids. Elle ferait un objet de décoration s’il en avait envie.

« Au fait ... » dis-je en commençant à ranger mon matériel, « quand vous êtes venu chez moi, vous m’avez posé des questions sur mon collier … pourquoi ? Est-ce en rapport avec cet objet sur votre buffet ? »

Parce que j’ai encore l’impression que mon collier me brûle les chairs et que sa magie s’éveille.

_________________


_____THE CURSED_____


Il doit rester quelques rêves d’enfant cachés sous mon oreiller, je tenterais de ne pas les écraser avec ma tête lourde de soucis d’adulte.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Two parts of a same way | Valeska & Devan Jeu 27 Juil - 18:07

Two parts of a same way
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.

Devan ne regrettait pas d’être venu frapper chez cette sorcière. Il était tombé sur un qui était apte à l’aider et résoudre ses problèmes de nuisances canines. Il espérait qu’avec ce qu’elle lui proposerait, il serait tranquille. Mais il était assez confiant sur ça. Son ami qui l’avait recommandée avait affirmée qu’elle était compétente et pleine de bonnes volontés. Et pour le moment, elle lui semblait tout à fait charmante, il espérait donc que cela se poursuive dans cette voie-là. Mais il ne voyait pas de raisons à ce que cela change, elle était très professionnelle et il n’avait aucune raison de la provoquer ou autre. En tout cas, il en restait surpris qu’elle soit aussi à l’aise avec les vampires. Certes, elle le faisait sans doute par professionnalisme mais il se doutait que certains n’auraient pas hésité à refuser leurs services, les vampires n’étaient pas très appréciés en règle générale. Il est vrai que beaucoup d’entre eux ne méritaient pas d’être fréquentés et étaient totalement incapable d’être fréquentables étant donné qu’ils tuaient tout ce qui les entourait, mais d’autres étaient aussi normaux que des humains, très civilisés et non meurtriers. Mais bon, les aprioris collaient toujours les gens, toutes races confondues. Quoiqu’il en soit, ce n’était pas le cas de Valeska et il en était agréablement surpris.

« Très bien, je pense avoir toutes les informations nécessaires. Je viendrais chez vous dans une semaine, jour pour jour. Je passerai en fin de matinée, si ça va pour vous … ce sera plus simple pour moi. Concernant le tarif, je dirais entre 150 et 200$… »

Cela lui convenait parfaitement. Ce n’était pas donné mais ce n’était pas non plus excessif. En tout cas, la magie devait bien payer. En même temps, quand on voyait le prix de certains objets magiques, cela n’avait rien d’étonnant. C’est pour ça qu’il prenait quelques trucs quand il était en course, qui lui semblaient être magiques, il y avait toujours des gens qui étaient prêts à mettre un gros paquet sur certaines babioles. Cela le laissait toujours un peu pantois mais tant que c’était lui qui vendait, il n’allait pas s’en plaindre après tout. Quand tout fut régler, il la laissa et sortit de sa maison pour retourner à son appartement.

(…)

Devan avait ensuite vaqué à ses occupations durant tout le restant de la semaine. On ne l’avait pas beaucoup appelé pour travailler. En fait, c’était assez calme depuis un petit moment. Cela ne le dérangeait pas vraiment de ne pas travailler, mais son salaire n’était pas fixe, il gagnait sa récompense au service rendu. Même s’il n’avait pas énormément de dépenses et qu’il avait des réserves, il n’avait pas envie d’être pris au dépourvu. Mais bon, il verrait bien ce qu’il adviendrait par la suite. L’ennui avec ce boulot, en plus du fait que c’était totalement illégal, c’est que c’était irrégulier et très aléatoire. Il ne pouvait rien prévoir, ni le lieu, ni la temporalité, ni ce qu’il devrait faire. Il découvrait tout sur le moment. Mais bon, la plupart du temps, ce qu’il avait à faire n’était pas bien méchant. Les vols et les intimidations c’était très simple pour lui et ne lui posait aucun souci. On lui avait parfois demandé d’enlever des gens, très rarement on voulait qu’il assassine. Il n’aimait pas avoir à se salir les mains comme ça, il n’avait accepté qu’une ou deux fois, quand il était sûr que la personne à tuer était quelqu’un de dangereux et contre une très grosse rémunération. Il ne faisait pas dans la charité, autant le dire tout de suite.

Mais bon, en ce moment, il n’avait pas été débordé, c’était le moins qu’on puisse dire mais au moins, il pouvait s’occuper de choses et d’autres. Comme son père par exemple. Enfin, ça c’était un problème tout entier et il n’avait aucune idée de comment il pourrait le résoudre, il espérait que cela viendrait avec le temps, mais bon… il ne savait pas trop quoi en penser pour l’instant. Devan avait veillé tard, il était sorti, avait rencontré des gens, s’était un peu amusé, c’est vrai. Et le fait est qu’il dormait encore. Il avait même totalement oublié que Valeska devait venir chez lui pour faire ce qu’il lui avait demandé. Ce n’est qu’à la sonnerie et surtout en ouvrant la porte que cela refit surface dans sa mémoire.

Devan avait remarqué ses rougeurs, malgré sa peau foncée. Il faut dire que Devan n’était pas quelqu’un de très pudique en général, alors il n’avait pas pensé gêner quiconque. Mais bon, c’était peut-être elle qui était particulièrement timide. Quoiqu’il en soit, il ne fit pas de commentaire, ne voulant pas la mettre mal à l’aise un peu plus.

« Euhm … Bonjour ... »

Après l’avoir saluée à son tour, il la laissa dans son salon pour enfiler quelque chose. Il aurait pu rester sans rien mais il n’avait pas envie qu’elle rate son sort ou quelque chose du genre tout ça parce qu’il avait eu la fénéantise de s’habiller un peu plus décemment. Il aurait l’air idiot si le sort escompté produisait l’effet inverse et attirait tout et n’importe quoi en bas de chez lui. Il préférait jouer la carte de la sécurité et puis cela faisait toujours mieux d’être assez présentable.

« Désolée, je n’avais pas votre numéro … j’aurais pu appeler avant d’arriver. Donc .. d’après ce que j’ai vu, il n’y a qu’une entrée dans l’immeuble, je vais donc m’occuper de cette entrée. Cependant, l’action principale sera de protéger votre appartement. On ne peut pas empêcher les loups de visiter leur entourage s’ils en ont ici. Je lancerai un sortilège sur l’immeuble. Les néfastes ne rentreront pas. Je vais aller déverser ça devant l’immeuble. C’est un répulsif à base d’aconit. Sans sorbier évidemment. Et d’autres plantes. Bref, ne bougez pas je reviens dans cinq minutes. »

Devan hocha la tête à ses explications. Ce qu’elle lui disait lui convenait. Il espérait qu’avec ça, il serait tranquille, ça serait toujours ça de pris au moins. Il la laissa descendre et referma la porte le temps qu’elle fasse ce qu’elle avait à faire, il ne toucha pas non plus à ses affaires. Il n’en voyait pas franchement l’utilité.

(…)

Il patienta tranquillement et lui ouvrit la porte quand elle fut de retour. Il n’avait pas d’idée sur le temps que cela lui prendrait de faire son rituel mais il n’avait rien de prévu donc cela ne serait pas vraiment un souci.

« J’ai croisé un de vos voisins… Celui du premier étage, un vieux monsieur… si à l’occasion vous pouvez m’effacer de sa mémoire ou un truc comme ça, ça serait bien. Bon, si vous le voulez bien, je vais commencer le rituel. Je vais allumer de l’encens, si l’odeur vous dérange vous pouvez aérer. »

Devan hocha la tête et alla lui remplir la coupelle d’eau puis il la lui ramena. Il alla ensuite s’appuyer contre un mur pour pouvoir l’observer dans sa manœuvre. A vrai dire, il était assez curieux de la voir à l’œuvre, ce n’était pas un spectacle que l’on voyait tous les jours alors autant en apprendre un peu plus. Malgré tout ce qu’il avait de négatif sur les sorciers, ils étaient tout de même des êtres intrigants. Quand on y réfléchissait bien, cela pouvait paraître bien plus mystique et étrange que les vampires ou les loups. Elle commence son rituel et il ne la quitte pas des yeux. Il reste parfaitement immobile et silencieux pour ne pas la déranger et risquer de la déconcentrer, parce qu’une nouvelle fois, il n’avait pas envie qu’elle se rate.

« C’est fait … Gardez cette pierre chez vous et vous serez tranquille. »

Devan prit la pierre et la regarda un instant, la scrutant un peu curieux. Il réfléchit ensuite quelques secondes puis il alla la déposer sur le buffet du salon, il verrait plus tard si l’envie lui disait de la changer de place.

« Au fait ... quand vous êtes venu chez moi, vous m’avez posé des questions sur mon collier … pourquoi ? Est-ce en rapport avec cet objet sur votre buffet ? »
Devan tourna son regard vers l’objet en question. Il tendit la main pour l’attraper, c’est vrai qu’il ne savait pas ce que c’était mais il lui avait rappeler le pendentif qu’elle avait autour du coup, coïncidence ou non, il n’en savait pas grand-chose.


« Je vous remercie pour votre travail. Oui… ça m’y a fait penser mais à vrai dire, je n’ai aucune idée de ce que c’est, j’ai récupéré ça il y a un petit moment déjà sans que je me souvienne où. Je ne sais pas trop quoi en faire vu que je ne connais pas on utilité mais vu que votre pendentif n’est pas magique d’après vos dires, il ne doit pas l’être non plus. Mais quand j’ai vu votre pendentif, je me suis dit qu’il avait la même taille et la même forme que le trou au milieu de cet objet, comme s’ils s’emboîtaient vous voyez ? »

Il se mordilla la lèvre et regarda une seconde son pendentif avant de la regarder elle.

« Enfin voilà, c’était de la curiosité, je suis un garçon curieux. »

Il sourit et attrape une liasse de billets de son autre main pour lui tendre.

« Voilà votre paiement, et encore merci pour vos services. »

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcière de l'Eau

Date d'inscription : 25/10/2016
Messages : 117
Rp postés : 62
Avatar : Kat Graham
Âge du perso : 27 ans
Groupe du perso : Sorcière
Disponibilités : Complet - A voir pour projets.
Liens infos : FicheLiensSujets
Avis de recherche : - Des clients,
- Des amis & des ennemies,
- Des Sorciers qui connaissent ses ancêtres.
Multis : Teddy - Elizabeth
MessageSujet: Re: Two parts of a same way | Valeska & Devan Ven 28 Juil - 10:33

Valeska ft. Devan - Two parts of a same way.



Devan n’avait quasiment rien dit depuis mon arrivée. Il n’avait pas non plus posé de questions. Le Vampire m’avait tout simplement laissé faire mon travail, visiblement confiant. C’était très agréable pour moi, de travailler dans de telles conditions. Je détestais qu’on remette mes capacités en question. Je détestais également qu’on me fasse perdre mon temps avec des tonnes de questions à n’en plus voir le bout. Les choses étaient pourtant faciles. On me donnait quelque chose à faire, je le faisais. Si j’avais le moindre doute, le besoin d’information, alors j’en parlais. Sinon je faisais ce que j’avais à faire et je le faisais bien. Alors je pouvais dire que Devan était presque le client idéal. Calme, posé, pas dérangeant. Qu’il soit Vampire ou non m’importait peu à vrai dire. Grand-mère m’avait toujours appris à me fier à mon sixième sens, mon intuition. Je savais qu’il y avait des bons et des mauvais partout, dans toutes les races. Les Vampires n’étaient pas les pires. Après tout, y a bien un Sorcier qui a maudit toutes les femmes de ma lignée, si ça ce n’est pas être cruel, je ne sais pas ce que c’est.. J’avais donc pu mettre en pratique ma magie, protéger l’immeuble, l’appartement. Je pouvais sentir ma magie planer ici. Elle flottait. Partout autour de nous. A peine perceptible pour les autres créatures ; imperceptible pour le commun des mortels. Et cette pierre, imposante, pas donnée, allait protéger les lieux. Peut-être qu’avec le temps, le sortilège deviendrait moindre, mais je pourrais toujours revenir.

Maintenant que j’avais terminé, mon collier semblait respirer la magie, semblait vibrer, comme attirer par cet objet que j’avais vu posé sur le buffet. C’était fou, car jusque-là, rien ne m’avait fait penser à un quelconque objet magique. Pourtant, cela me semblait maintenant évidemment. Mais de quel genre et pour quoi faire ? Devan avait obtenu cet objet sans se rappeler où et d’ailleurs, il ne savait absolument pas à quoi il pouvait bien servir. À vrai dire, moi non plus. Mon pendentif lui avait fait pensé au centre de cet objet étrange. Et, en y regardant de plus près, je devais bien avouer que ce centre ressemblait fortement à la perle qui ornait le centre de mon pendentif, comme s’il pouvait s’y emboîter à la perfection.

Le Vampire observa mon collier avant de poser son regard sur moi, ce qui me fit immédiatement rougir. Décidément, je n’étais vraiment pas à l’aise avec les hommes et je me sentais terriblement stupide de réagir ainsi. Je repris mes esprits lorsqu’il me tendit la liasse de billets que j’attrapais, frôlant ses doigts des miens, froids comme les siens. C’était tellement étrange, presque grisant de pouvoir toucher quelqu’un sans craindre de le tuer.

« Merci, » dis-je en glissant les billets dans ma poche sans les compter. « N’hésitez pas à m’appeler s’il y a quoi que ce soit. Il est possible qu’avec le temps, l’effet du sortilège devienne moindre. Je reviendrais lui donner un coup de peps gratuitement. » Un sourire. Léger. J’assurais le service après-vente, c’était normal.

Mon regard s’attarda alors sur l’objet donc nous avions parlé. Il m’intriguait tellement ...

« Moi aussi je suis de type curieuse … Accepteriez-vous que je regarde cet objet ? »

J’attendis son autorisation avant de prendre l’objet entre mes mains, glissant mes doigts sur chaque partie métallique, de tous les côtés, le retournant délicatement dans tous les sens. La magie grondait là-dedans, c’était tellement frappant. Et autour de mon cou, la perle du pendentif semblait scintiller légèrement.

« Tenez le, » dis-je en lui tendant l’objet avant de commencer à retirer mon collier. « Jusqu’à aujourd’hui je n’avais jamais ressentit la moindre magie dans mon collier. Mais quand je suis entrée ici, quand j’ai vu cet objet, mon pendentif s’est mis à réagir. Il y a de la magie dans ces deux objets et je crois que vous avez raison … ils sont fait pour être ensemble. Comme deux pièces d’un même puzzle ... »

Du bout de mes doigts, je caressais mon pendentif, l’observant. Je savais que ce que j’avais envie de faire pouvait s’avérer dangereux et qu’il aurait certainement été préférable de me rendre chez quelqu’un qui avait l’habitude de ce genre d’objet. Mais j’étais curieuse. Trop certainement.

« Je sais que ça peut être risqué, parce qu’on ne sait pas ce que cache cet objet … mais … j’aimerais beaucoup essayer d’emboîter ces deux parties … Qu’en dites-vous ?»

Mon regard devait briller de curiosité et de malice. J’avais très envie de voir. Et puis quoi ? J’étais Sorcière, lui Vampire. Nous ne risquions pas grand-chose non ? C’est pas comme si on allait libérer le Kraken non plus. J’avais l’accord de Devan. Du bout de mes ongles, je grattais la pierre fixée pour la détacher de la plaque qui composait mon collier. La petite perle vint se loger dans la paume de ma main. Mon regard se leva vers le Vampire, comme pour attendre encore son consentement. C’était étrange. Excitant même. Nous étions proches l’un de l’autre et je me sentais bien petite à ses côtés. Je repris mes esprits, rougissant encore bêtement. Puis, la pierre rosée vint rejoindre le centre de l’objet, s’y fixant avec facilité, car là était sa place. L’objet s’ouvrit dans un grincement mécanique.

« Whouaou … » dis-je surprise. Et soudain, une sorte de fumée s’échappa de l’objet, impalpable… b]« Qu’est-ce que ... »[/b]

Et puis le néant.

(…)

J’ouvris les yeux, lentement, sentant un air frais caresser mon visage, faisant virevolter mes cheveux. J’étais exactement dans la même position, proche de Devan, nos mains sur l’objet magique. Mais nous n’étions plus chez lui. Autour de nous, l’appartement s’était transformé en un paysage brumeux. Toutes les formes l’étaient, comme dans un songe, en noir et blanc.

« Qu’est-ce que c’est ce bordel !»

La panique commença à me gagner, je relâchais l’objet et tout prit fin. Le décor autour de nous reprit sa forme naturelle, nous étions à nouveau dans l’appartement de Devan. Ma respiration s’était subitement accélérée, mon cœur battant dans ma poitrine, plus vivant que jamais.

« Il … il y a quelque chose là-dedans … et je ne peux pas dire si c’est bon ou mauvais … Est-ce que … est-ce que vous voulez recommencer ? »

J’étais tiraillée entre la peur et la curiosité. Quelque chose me disait que là-dedans se cachait une histoire particulière, rien de dangereux cependant. Et une partie de moi avait très envie d’y retourner.

_________________


_____THE CURSED_____


Il doit rester quelques rêves d’enfant cachés sous mon oreiller, je tenterais de ne pas les écraser avec ma tête lourde de soucis d’adulte.




Dernière édition par Valeska Aberline le Mer 2 Aoû - 10:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Two parts of a same way | Valeska & Devan Lun 31 Juil - 12:40

Two parts of a same way
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.

Valeska était venue chez lui comme convenu. Il avait un peu oublié qu’elle devait passer mais cela n’était pas si grave. C’était à elle de venir donc cela pouvait passer très bien inaperçu. De toute façon, elle ne se formalisa pas vraiment qu’il apparaisse torse nu, mise à part la rougeur à ses joues, mais peu importe. Le principal était qu’elle se soit mis au travail. Il avait tenu à ne pas la déranger durant toute la durée de la manipulation. Ils étaient quand même chez lui et il n’avait aucunement besoin d’un désastre survenant parce qu’elle avait été déconcentrée par quoique ce soit. Mieux valait être préventif dans la vie. Et puis il fallait le dire, il avait été curieux de la voir à l’œuvre, ce n’était pas des choses que l’on voyait à chaque coin de rue, ce genre de rituels, même dans une ville comme Salem. Alors, il en avait profité pour l’observer. Se demandant bien ce qu’elle pouvait ressentir tout en pratiquant son sortilège, est ce que c’était douloureux ? Est-ce que cela prodiguait des sensations particulières ? C’était des choses auxquelles il n’aurait jamais de réponse. Enfin si, il aurait toujours la possibilité de demander mais il ne pourrait jamais le ressentir. Comme les sorciers ne pourraient jamais comprendre quel était la sensation de soif et le goût que pouvait avoir le sang. Chacun avait ses particularités, ses avantages et ses inconvénients. La jeune sorcière lui remit une pierre quand elle eut fini et il la déposa sur son meuble.

Elle lui avait posé des questions sur l’objet qui se trouvait à côté de la pierre désormais. Il l’avait mis là en attendant de s’en débarrasser, si son collie n’était pas magique, il doutait que cela lui serve ou du moins, qu’il puisse le revendre à un bon prix, comme il l’avait fait avec pas mal d’objets déjà. Il l’avait laissé là en attendant et il se demandait pourquoi elle s’y intéressait maintenant. Peut-être lui avait-elle menti sur son collier… Il lui expliqua alors la ressemblance qu’il avait trouvé entre l’objet et son pendentif, il avait pensé que peut-être les deux objets pouvaient s’emboîter. Tort ou raison, il n’aurait su le dire pour le moment. Il avait toujours été trop curieux et cela lui avait déjà attiré pas mal d’ennuis.

Il la paya ensuite, normalement le compte y était, elle ne recompta pas, elle devait sûrement lui faire confiance. Il ne savait pas si elle le faisait avec chacun de ses clients mais elle devrait être plus regardante que cela, on ne savait jamais, quelqu’un pouvait vouloir l’entourlouper. Bien qu’elle puisse revenir plus tard pour demander la somme manquante en cas de besoin. Enfin bon, c’était ses affaires pas les siennes.

« Merci, N’hésitez pas à m’appeler s’il y a quoi que ce soit. Il est possible qu’avec le temps, l’effet du sortilège devienne moindre. Je reviendrais lui donner un coup de peps gratuitement. »

C’était gentil de sa part, du moins c’était un bon geste commercial. Il la laissa prendre les billets et remarqua qu’elle regardait l’objet qu’il avait toujours dans ses mains. Elle semblait assez intriguée par ce dernier.

« C’est aimable de votre part. »

Il lui avait révélé qu’il était un homme curieux, et que c’était là l’origine de ses questions. Pourtant, elle semblait sur le moment, aussi curieuse que lui à en juger par son regard. Pour un objet qui était soi-disant sans magie.

« Moi aussi je suis de type curieuse … Accepteriez-vous que je regarde cet objet ? »

Il hocha la tête et la laisse l’examiner plus que le regarder sur toutes ses coutures. Il la regarda faire calmement, peut-être admettrait-elle que cela est magique et qu’il avait raison. Elle avait très bien pu se tromper sur son collier, bien qu’il n’ait aucune notion ou affinité avec la magie, puisqu’il était vampire.


« Tenez le, Jusqu’à aujourd’hui je n’avais jamais ressentit la moindre magie dans mon collier. Mais quand je suis entrée ici, quand j’ai vu cet objet, mon pendentif s’est mis à réagir. Il y a de la magie dans ces deux objets et je crois que vous avez raison … ils sont fait pour être ensemble. Comme deux pièces d’un même puzzle ... »

Il tient donc l’objet, la regardant enlever son pendentif. Voulait-elle assembler les deux parties ? Il ne la sentait pas trop cette histoire, il se mettait toujours dans des situations délicates comme s’il était aimanté spécialement pour ça. Cela n’avait rien d’amusant, parce qu’un jour, peut-être que ça finirait vraiment par le tuer, définitivement. Et ce n’était pas du tout ce qu’il recherchait, mais peut-être que cela ne leur ferait rien de mal, après tout, ils ne savait pas ce que c’était.

« Je sais que ça peut être risqué, parce qu’on ne sait pas ce que cache cet objet … mais … j’aimerais beaucoup essayer d’emboîter ces deux parties … Qu’en dites-vous ?»

Il ne pouvait pas vraiment refuser, c’était lui qui avait commencé toute cette histoire en lui posant des questions sur son collier, il ne pouvait pas lui dire non. Mais bon, il pensait vendre ce truc, pas l’utiliser mais maintenant, c’est bien ce qui allait se passer, pourvu que cela ne soit rien de mauvais mais on était jamais sûr de rien avec la magie.

« Allons-y »

Il resta tendu, tandis que Valseka s’occupait de placer l’objet au milieu, il eu presque un sursaut quand l’objet s’ouvrit et fronça les sourcils en voyant la fumée s’échapper. Qu’est-ce que c’était que ce truc au juste ?

« Whouaou … Qu’est-ce que ... »

(…)

Devan regardait autour de lui sans comprendre. Qu’est-ce que tout cela voulait dire au juste ? Et où étaient-ils ? Ce n’était plus chez lui, et cela ne ressemblait en aucun cas à un lieu actuel. C’était comme une autre dimension. Ce qui les entourait semblait brumeux et sans matière, il se doutait que s’il touchait quelque chose, cela partirait en fumée.

« Qu’est-ce que c’est ce bordel !»

Il cligna des yeux, alors qu’ils étaient à nouveau chez lui. Il sentait le cœur de la fille battre à toute vitesse, comme s’il voulait sortir de sa poitrine. Il espérait qu’elle n’allait pas lui faire une attaque… Il ne manquerait plus que ça. Mais il restait troublé par ce qu’ils avaient vu.

« Il … il y a quelque chose là-dedans … et je ne peux pas dire si c’est bon ou mauvais … Est-ce que … est-ce que vous voulez recommencer ? »

Devan soupira, il le sentait. Clairement, il s’embarquait dans un truc qu’il allait regretter. Il soupira et secoua la tête.

« Oui, oui… Retournons-y. »

Ils posèrent leurs mains sur l’objet tous les deux, et ils repermutèrent dans cet endroit bizarre.

(…)

L’ambiance était glauque. C’est alors que des formes se dessinèrent, il plissa les yeux et se rendit compte que c’était des personnes. A en juger par leur tenue, ils étaient d’époque ancienne, une époque où Devan n’était pas encore né. Revivaient-ils des images du passé ? Il y avait une jeune femme noire, avec un garçon de race blanche. Les deux personnes semblaient amoureuses. Qu’est-ce que cela voulait dire ?

« Je crois qu’on est dans le passé, enfin… un certain passé. »

Les décors changeaient autour d’eux. On voyait la jeune femme chez elle, avec sa famille, de toute évidence, c’était une famille de sorciers. Il essayait de comprendre ce qu’il avait sous les yeux, mais c’était assez troublant comme scènes. Les deux jeunes gens s’aimaient mais cela semblait être un amour interdit. Ses parents exigeaient qu’elle épouse un sorcier, or, l’homme n’en était pas un, mais il ne semblait pas humain pour autant. Vampire ou loup, il ne pouvait pas le déterminer. Mais il appartenait à un clan lui aussi. Pourtant, ils ne voulaient pas s’abandonner et ils s’aimaient en secret, ils avaient même le projet de s’enfuir apparemment. Mais cela ne se passa pas comme prévu. Tout devient plus violent, plus sombre, la famille de la sorcière apprit cet amour, comme la famille de l’homme. Une guerre éclata, les amants essayèrent de l’arrêter mais cela fusait de partout. Puis le garçon tomba à terre. Visiblement… il avait été tué. Devan était assez sceptique et jeta un coup d’œil à Valeska à côté de lui. Essayant de lire ses réactions. Ils avaient toujours leurs mains sur l’objet.

« Vous y comprenez quelque chose vous ? »

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcière de l'Eau

Date d'inscription : 25/10/2016
Messages : 117
Rp postés : 62
Avatar : Kat Graham
Âge du perso : 27 ans
Groupe du perso : Sorcière
Disponibilités : Complet - A voir pour projets.
Liens infos : FicheLiensSujets
Avis de recherche : - Des clients,
- Des amis & des ennemies,
- Des Sorciers qui connaissent ses ancêtres.
Multis : Teddy - Elizabeth
MessageSujet: Re: Two parts of a same way | Valeska & Devan Mer 2 Aoû - 11:18

Valeska ft. Devan - Two parts of a same way.



C’était un peu effrayant tout ça. Effrayant et excitant à la fois. J’étais le genre de personne à penser que dans la vie, rien n’arrivait jamais pas hasard. Que tout avait une raison d’être. Alors je partais du principe que si mon pendentif était lié à cet objet que Devan avait en sa possession, ce n’était pas pour rien. Maintenant savoir pourquoi et dans quel but, c’était quelque chose à quoi je ne pouvais pas répondre. Mais j’avais très envie d’en savoir plus. Mais seule, je ne pouvais le faire. Nous étions deux à décider. Devan soupira et accepter d’y retourner. Je pris une grand inspiration. Mon instinct me disait de ne plus lâcher l’objet, ni Devan. Mes mains s’agrippèrent aux siennes alors que tout autour de nous, la fumée blanchâtre se mit à se mouvoir, dessinant des formes qui prirent doucement vie.

« Ne me lâchez pas. »

La brume prit la forme d’une femme noire et d’un homme blanc. Deux personnes qui semblaient s’aimer, se jurant fidélité. L’ambiance était désagréable, lourde, pesante. L’homme et la femme n’étaient pas de notre époque, nous étions spectateur d’un autre temps.

« Je crois qu’on est dans le passé, enfin… un certain passé. »
« 17ème siècle je dirais … Les Sorciers, selon mes recherches, ont commencé à voir le jour un peu avant 1700 … de même pour les autres races ... » Me contentais-je de dire, observant ce qui se jouait autour de nous.

Nous ne lâchions pas l’objet alors qu’autour de nous, les décors changeaient, nous montrant plusieurs scènes de vie de ce jeune couple visiblement interdit. Un amour qui n’aurait pas du avoir lieux. Jamais. Entre une femme noire et un homme blanc. Entre une Sorcière et un homme d’une autre race. J’imaginais que l’homme devait être un loup-garou, peut-être un Vampire ? Je ne pouvais en avoir la certitude. Les familles de Vampires existaient-elles ? Peut-être. Après tout, tout était possible non ? Tout comme cet amour, brûlant, entre ces deux jeunes gens. Peu importait l’époque à vrai dire. Aujourd’hui aussi, certaines races ne devaient pas se mélanger, c’était mal vu … Malheureusement les familles respectives découvrir l’amour interdit. Une sorte de guerre éclata, digne de Roméo Et Juliette qui connurent eux aussi une fin tragique… Comme cet homme, allongé au sol, visiblement mort. Mon regard s’embrouilla face à la douleur de la jeune femme qui hurlait sur le corps de son amant, pleurant toutes les larmes qu’elle était possible de verser, sous les yeux de ceux qui avaient forcé cette mort.

« Vous y comprenez quelque chose vous ? »

Mon regard brouillé de larmes se posa alors sur Devan. Je secouais la tête doucement.

« Non … non je n’y comprends rien du tout … »

Et le décor changea à nouveau. Cette fois, nous nous retrouvions dans une sorte de crypte. Sur un autel en pierre gisait le corps de jeune homme. Autour de lui, se tenaient trois femmes noires, une jeune fille encapuchonnée, celle qui avait aimé, et une vieille femme.

- Tu dois m’aider Grand-Mère, je t’en conjure. Aide moi.
- Tu sais que la magie a un prix, toujours.
- Et je suis prête à le payer ...

La jeune femme s’allongea aux côtés de son aimé. C’est là que l’objet que nous tenions en main fit son apparition. Un coup d’œil à Devan avant de lui dire quelques mots.

« Nous allons bientôt comprendre je crois ... »

La vieille Sorcière se mit à psalmodier des mots dans une langue dont j’ignorais tout, ce n’était pas du latin, ni de l’anglais. Il m’était donc impossible de comprendre ce qu’ils disaient. Mais parfois comprendre la langue était inutile, il suffisait d’observer. L’âme du défunt s’éleva, doucement et vint se loger dans l’objet, enfermée dedans à tout jamais. Le petit médaillon que j’avais eu sur mon pendentif, se mit à briller d’une lueur étrange. La jeune femme, quant à elle, continua de pleurer contre le corps de son amour perdu. Les deux corps furent alors comme liés par des fils magiques, marquant leurs peaux.

- Cache cet objet. Si quelqu’un le trouve, il risque de libérer son âme. Garde la pierre à tes côtés, pour toujours, elle te liera à cet objet si tu venais à le perdre. Vous serez liés à tout jamais tous les deux. Dans toutes vos vies.

Parce que les âmes vivaient, partout, tout le temps, si l’on croyait à la vie après la mort et aux réincarnations.

La vieille dame glissa la pierre et l’objet dans les mains de la jeune Sorcière à la peau noire, souillée par les larmes qu’elle n’avait cessé de verser.

« Nous n’aurions pas du faire ça ... »

Et soudain, nos mains accrochées à l’objet furent rejointes par des filaments brillants qui s’enroulèrent autour de nos mains et nos poignets. Je voulus lâcher, mais cela m’était impossible. La panique commençait à me gagner alors que les filaments semblaient marquer nos peaux.

« Qu’est-ce que … qu’est-ce qui se passe !!?? »

Et la douleur se fit sentir, violente, faisant rougir nos peaux. Un hurlement s’échappa de mes lèvres. Et soudain se fut le trou noir …

(…)

Je m’étais évanouie, lâchant l’objet. Je rêvais alors d’objets, d’amour interdit, de hurlements, de larmes. Je fus doucement réveillée par mon corps tremblant de froid. Lentement, douloureusement, je clignais des paupières. J’étais allongée sur le canapé du Vampire. Mon corps semblait presque gelé et dehors le soleil déclinait dans le ciel. Je tentais de me redresser, mais ma tête me tournait.

« Je … je dois m’en aller … je … »

La panique s’empara de moi. Le froid rongeait mon corps, foutue malédiction. Je devais impérativement me nourrir de chaleur humaine ou animale. C’était urgent, ou je risquais de mourir le cœur gelé. Et je n’ai pas prévu de mourir aujourd’hui.

« De la chaleur … humaine … animale … il me faut de la chaleur …Par pitié ... »

Le pauvre ne devait certainement rien comprendre à ce qui se passait. J’étais vraiment dans un sale état et je savais que ma source de chaleur trouverait la mort, trop épuisée pour me contenir … Je claquais des dents, mes lèvres étaient déjà bleutées. J’avais peur, tellement peur.

_________________


_____THE CURSED_____


Il doit rester quelques rêves d’enfant cachés sous mon oreiller, je tenterais de ne pas les écraser avec ma tête lourde de soucis d’adulte.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Two parts of a same way | Valeska & Devan Mar 8 Aoû - 14:53

Two parts of a same way
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.

Malgré le fait que Devan était persuadé qu’il faisait une connerie en acceptant de faire ça avec la sorcière, il y allait. Sûrement le témoignage de sa stupidité. Il allait le regretter, ça il en était certain. Il aurait dû jeter ce truc ou le vendre mais bon, il l’avait gardé et maintenant il devait en faire les frais. Il aurait peut-être dû le laisser chez son propriétaire mais bon, il ne savait même plus qui c’était donc il était coincé. Et il allait devoir assumer. Peut-être bien qu’il était un peu trop pessimiste sur toute cette affaire et que rien de mal ne lui arriverait. De toute façon, Devan avait toujours été bien trop curieux. Il avait demandé juste un service pour repousser des loups et il se retrouvait dans une histoire de fantôme et objets magiques. Il fallait le faire. Mais il avait accepté.

« Ne me lâchez pas. »

Il hocha la tête, elle semblait avoir peur mais après tout cela pouvait être compréhensible. Il regarda les formes qui bougeaient autour de lui. Des formes vaporeuses et intouchables. C’était assez compliqué de déterminer ce que c’était exactement mais vu les tenues qu’ils portaient, cela venait très certainement du passé.

« 17ème siècle je dirais … Les Sorciers, selon mes recherches, ont commencé à voir le jour un peu avant 1700 … de même pour les autres races ... »

Il n’oserait pas la contredire, il n’avait jamais pris vraiment le temps de s’intéresser à l’histoire du monde surnaturel. L’histoire des Hommes était déjà bien assez complexe comme cela pour s’éparpiller un peu plus. Enfin bref, là n’était pas la question. Les formes qui étaient l’apparences de personnes commençaient à se mouvoir et parler, exécutant une certaine scène sous leurs yeux. C’était assez… étrange. Il avait l’impression d’être devant un drame romantique. Ce n’était pas vraiment son genre de films préféré mais là il n’avait pas vraiment choisi d’y assister. Mais il le faisait quand même car il y était bien obligé. Cette scène le mettait mal à l’aise, il avait presque l’impression d’entrer dans l’intimité de ces personnes. Même si elles étaient mortes aujourd’hui, comme cet homme qui venait de tomber raide mort, sous les cris de douleurs de son âme sœur semblait-il. Devan ne comprenait pas vraiment, il voulut interroger la sorcière et il remarqua que cette dernière semblait bouleverser par ce qui se déroulait sous leurs yeux. Il est vrai que c’était très triste. Il était encore plus perplexe et mal à l’aise. Vraiment, il n’avait pas envie de se trouver là à observer tout cela. Il avait vraiment l’impression que cela ne le regardait pas mais en même temps, quelque chose au fond de lui se sentait concerné.

« Non … non je n’y comprends rien du tout … »

Bon, ils étaient bien avancés avec tout ça. Mais brusquement, ils changèrent de scène, le lieu avait changé tout comme certains protagonistes. Il avait l’impression d’assister en plein rite de sorcières et cela ne le mettait pas forcément très à l’aise, bien au contraire.

- Tu dois m’aider Grand-Mère, je t’en conjure. Aide moi.
- Tu sais que la magie a un prix, toujours.
- Et je suis prête à le payer ...


Devan vit l’objet qu’il tenait apparaître. Ça, ça sentait vraiment mauvais. Très mauvais. Pourtant, il n’eut pas le réflexe de le lâcher. Peut-être aurait-il dû le faire, sûrement. Mais il n’en fit rien.

« Nous allons bientôt comprendre je crois ... »

Il était assez d’accord avec elle, tout cela poussait sa curiosité encore plus. La suite intrigua Devan. Un peu comme quand Valeska avait effectué son sortilège chez lui. Pour les êtres non sorciers, c’était toujours un peu envoûtant de voir ce genre de rituel. Il garda ses mains posées sur l’objet et observa avec intention ce qui se déroulait sous ses yeux. La scène était toujours aussi triste vu l’état de la femme amoureuse mais Devan ne voyait plus vraiment ce côté-là, absorbé uniquement par la magie qui les entourait. C’était vraiment très mystique. Il ne comprenait rien de ce que la supposée grand-mère disait mais ce n’était pas bien important.

- Cache cet objet. Si quelqu’un le trouve, il risque de libérer son âme. Garde la pierre à tes côtés, pour toujours, elle te liera à cet objet si tu venais à le perdre. Vous serez liés à tout jamais tous les deux. Dans toutes vos vies.

Hein ? Liés à jamais dans toutes leurs vies ? Qu’est-ce que tout cela signifiait au juste ? Il avait peur de comprendre le sens de ces paroles et espérait que cela ne voulait pas dire ce qu’il pensait que ça voulait dire. Sinon, il serait vraiment dans de beaux draps.

« Nous n’aurions pas du faire ça ... »

Alors là il était tout à fait d’accord. Il allait lui répliquer qu’il valait mieux lâcher ce truc mais il fut coupé par ces espèces de filament qui entouraient leurs poignets. Il fronça les sourcils et essaya de tirer dessus, c’était impossible à arracher.

« Qu’est-ce que … qu’est-ce qui se passe !!?? »

Il n’eut pas vraiment le temps de répondre à sa question.

(…)

Ils étaient de retour chez lui. L’objet était tombé au sol, comme Valeska. Il soupira et l’attrapa pour l’installer sur le canapé. Il fallait vraiment qu’il s’écoute quand il se disait qu’il était en train de faire une connerie. Il observa la marque sur son poignet et plissa les yeux, dans quelle galère il s’était encore mis au juste. Il soupira et attendit que la sorcière se réveille. Elle ne semblait pas vraiment très bien.

« Je … je dois m’en aller … je … »

Devan la fixa surpris, en comprenant pas sa réaction. Mais il sentait une chose bizarre en lui, comme un besoin vital de quelque chose. Pourtant, il n’avait pas particulièrement soif, et son poignet le brûlait.

« De la chaleur … humaine … animale … il me faut de la chaleur …Par pitié ... »

Il secoua la tête et sortit de son appartement. Il vadrouilla dans les rues puis récupéra un chien errant et pas très bien en point puis il l’apporta à Valeska. Il la laissa faire et s’assit sur la table basse un peu déboussolée, son poignet avait arrêté de brûler. C’était déjà une bonne chose.

« Qu’est-ce que c’était que cette merde au juste… Il faut toujours que je m’embarque dans des situations impossibles… Je ne sais même pas ce que c’est que cette marque. Mais tout ça n’est pas clair et très étrange. Et puis c’était quoi ces histoires de lien et de prochaines vies… »

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcière de l'Eau

Date d'inscription : 25/10/2016
Messages : 117
Rp postés : 62
Avatar : Kat Graham
Âge du perso : 27 ans
Groupe du perso : Sorcière
Disponibilités : Complet - A voir pour projets.
Liens infos : FicheLiensSujets
Avis de recherche : - Des clients,
- Des amis & des ennemies,
- Des Sorciers qui connaissent ses ancêtres.
Multis : Teddy - Elizabeth
MessageSujet: Re: Two parts of a same way | Valeska & Devan Mer 16 Aoû - 16:33

Valeska ft. Devan - Two parts of a same way.



J’étais rarement dans un tel état. Même si parfois, je repoussais au maximum le moment où je devais me nourrir de chaleur, je n’arrivais jamais à ce point de détresser vitale, les lèvres bleues, le cœur déjà irrégulier dans ses battements. Je comprenais maintenant les signes, je savais jusqu’où je ne devais pas aller. Ce que je ne comprenais pas, par contre, c’était pourquoi j’étais dans un tel état alors que j’avais fait le plein de chaleur. Comment était-ce possible ? Qu’est-ce qui avait pu me mettre dans un tel état au point de me voler toute mon énergie ? Et pourquoi lui ne semblait pas atteint par quel mal qu’il soit ? Ce que je savais en revanche, c’était que la peur panique me rongeait ; que les larmes embrouillaient ma vue et que j’avais froid. Extrêmement froid. S’en était douloureux, bien plus que les matins après la nuit passée dans le corps d’une vieille femme. Et Devan m’abandonna là, sur le canapé, quittant son appartement. Il allait répondre à ma requête, bien qu’il n’eut rien dit. Mais je le savais. Je le sentais. Comme si … comme si j’étais capable de sentir ce qu’il éprouvait. Je me laissais retomber sur le canapé, claquant des dents, roulée en boule, priant pour que mon cœur ne lâche pas. Je frottais mes mains l’une contre l’autre pour les réchauffer un peu, sans grand succès. J’espérais que Devan revienne à temps. Avant que … que je ne meure.

J’ouvris les yeux lorsque j’entendis la porte de l’appartement claquer doucement. Je vis Devan revenir, accompagné d’un chien. Quelque part, j’étais soulagée qu’il ne m’ait pas apporté un humain … c’était déjà si difficile d’avoir la mort d’animaux sur la conscience. L’animal, vieux et pas stable sur ses jambes, s’avança vers moi en remuant de la queue. Les larmes aux yeux, je le laissais s’installer entre mes jambes alors que je m’étais mise assise sur le canapé. Mes mains se posèrent sur lui, se fourrant entre ses poils. « Je suis désolée mon beau ... » lui soufflais-je alors que mes mains aspirèrent sa chaleur. L’animal, trop faible pour lutter, se laissa faire sans broncher, sans se débattre, sans essayer de me mordre. Et je pleurais, alors que je sentis la chaleur me regagner, nourrissant chaque parcelle de mon corps, réchauffant mon cœur qui reprit un rythme bien meilleur. Ce n’était certainement pas encore assez, mais c’était suffisant pour que je ne sois plus en danger de mort. Je n’aurais qu’à renouveler l’opération chez moi grâce à la lanterne d’Alyson. L’animal, quant à lui, lâcha son dernier souffle. Son corps se gela et cessa de battre.

« Qu’est-ce que c’était que cette merde au juste… Il faut toujours que je m’embarque dans des situations impossibles… Je ne sais même pas ce que c’est que cette marque. Mais tout ça n’est pas clair et très étrange. Et puis c’était quoi ces histoires de lien et de prochaines vies… »

Mes yeux rougis se relevèrent sur le Vampire alors que l’animal gisait à mes pieds.

« Est-ce que … Est-ce que vous pourriez juste … l’enlever de là ? »

Parce que la vue de cet animal mort me brisait le cœur. Je laissais Devan faire, attendant qu’il revienne. Je m’étais installée un peu mieux sur le canapé, relevant mes genoux contre ma poitrine. Mon regard se posa sur le Vampire qui revint vers moi. Je jetais un coup d’œil à la marque sur mon poignet, la frôlant du bout des doigts.

« Je ne sais pas .. je n’y comprends pas grand-chose moi non plus et je m’en veux d’avoir insisté. Je … je crois que cet objet a été créé pour lier les âmes. Celles du couple que nous avons vu … et maintenant les nôtres ... Mais je ne comprends pas pourquoi ça m’a affecté à ce point … je … je suis maudite, à cause d’une ancêtre qui a visiblement un peu cherché un puissant Sorcier et avoir froid est une malédiction, je peux mourir du coeur gelé … pour ça que j’étais dans cet état. Mais avant de venir ici j’ai pris soin de me nourrir de chaleur alors je ne comprends pas pourquoi ça m’est arrivé. Je crois qu’il faut que nous fassions des recherches sur cet objet … en fait j’en sais rien. »

J’étais épuisée, l’esprit embrouillé, la tête en vrac. Je ne comprenais rien à tout ce qui venait de se passer.

« Comment vous sentez-vous ? Pas de faim particulière ? Et … vous êtes sûr de ne pas vous rappeler quoi que ce soit sur cet objet ? Il faudrait que je retourne chez moi, que je fouille les affaires de ma mère, que je vois si elle en a parlé, si cette sorcière était mon ancêtre … »

J’étais totalement déboussolée, si bien que je cherchais à me relever, à quitter le canapé pour me redresser. Mais mon corps ne vit pas ça d’un bon œil. Jambes tremblantes, vision brouillée, j’avais la tête qui tournait au point de vaciller. Je me voyais déjà percuter le sol mais Devan me rattrapa. J’étais là, collée contre son corps, le visage légèrement relevé vers lui. Et c’était agréable, de toucher sans tuer.

« Je … suis désolée … je n’ai jamais autant de mal à me remettre sur pieds normalement ... »

J’étais embarrassée, rougissante. Je me sentais tellement stupide.

_________________


_____THE CURSED_____


Il doit rester quelques rêves d’enfant cachés sous mon oreiller, je tenterais de ne pas les écraser avec ma tête lourde de soucis d’adulte.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Two parts of a same way | Valeska & Devan Dim 27 Aoû - 20:26

Two parts of a same way
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Toute cette histoire était tout de même assez invraisemblable, bien que Devan n’ait pas encore tout compris de la situation dont il venait de s’embarquer mais il était certain que cela ne tarderait sûrement pas à venir. Quoiqu’il en soit, tout ça sentait sérieusement le roussi, il les enchaînait vraiment depuis quelques temps. Entre les séquestrations de vampires et ces trucs bizarres de magie. Dans un cas, il n’était encore en vie que par l’intervention de son père, dans le second, il ne savait pas encore ce qu’il allait advenir de lui. Mais pourtant il le savait, il savait très bien qu’il ne fallait pas trop s’approcher des rituels sorciers ou de tout ce qu’il y touchait, mais il n’avait pas pu s’en empêcher, la curiosité l’avait dépassé et enveloppé, il n’avait pu qu’accepter de repartir avec la sorcière, il faisait sans cesse les mauvais choix et était abonné aux galères, il ne savait même pas pourquoi toute cette histoire l’étonnait. Mais plus que comprendre il fallait surtout agir sur le moment présent, parce que la sorcière ne semblait pas aller bien du tout et il n’avait pas très envie qu’elle clamse sur son canapé. Surtout que la situation dans laquelle elle était lui provoquait des sensations internes très bizarres et il ne savait pas pourquoi son corps se refroidissait autant, déjà qu’étant mort il n’était pas très chaud… Il ne rechigna donc pas à faire ce qu’elle demandait en lui ramenant un chien errant pas très bien en point, l’animal serait sûrement mort quelques jours plus tard et il l’observa procéder, encore une fois.

Il la laissa faire avec le chien, essayant d’ignorer les sensations désagréables et assez précaires qu’il ressentait. C’était comme s’il avait besoin de quelque chose assez rapidement, pourtant ce n’était pas la même sensation que la soif alors il avait du mal à interpréter tout ça… Néanmoins, il espérait que ces sensations cessent vites et qu’il puisse passer à autre chose, c’était assez inquiétant tout de même comme réaction.

« Je suis désolée mon beau ... »

Il la laissa faire ce qu’elle voulait avec le chien, ou plutôt ce qu’elle avait besoin de faire. Peu à peu, il sentit une espèce de chaleur s’insinuer dans ses veines jusqu’à son cœur. Est-ce qu’il allait reprendre vie au juste ? La sensation était aussi bizarre que celle juste quelques instants avant. Ça ce n’était vraiment pas normal. Plus les choses avançaient et plus des scénarios se mettaient en place dans sa tête, des scénarios pas des plus plaisants en fait. Il se remémora les paroles de la grand de celle à qui les artefacts magiques appartenaient, non, cela ne lui plaisait définitivement pas. Il retint un léger sursaut quand le corps du chien retomba sans vie, même s’il avait compris que c’était à peu près là où elle voulait en venir. Pauvre chien, mais en même temps, dans un sens elle avait sûrement abrégé ses souffrances parce que le pauvre animal n’était déjà pas très en forme à la base donc bon. Mais c’est sûr que cela faisait toujours un petit pincement au cœur. Enfin il n’était pas un défenseur de la cause animale et lui-même se nourrissant d’humains… Il comprenait tout de même les sentiments humains.

« Est-ce que … Est-ce que vous pourriez juste … l’enlever de là ? »

Il mit un petit temps avant de s’exécuter. Il retint un soupir de lassitude et attrape l’animal mort avant de descendre. Il ne manquerait plus qu’il croise un voisin avec le clebs mort dans les bras… Heureusement, il ne vit personne et il mit le chien dans la poubelle, il ne savait pas trop quoi en faire, il n’avait jamais eu d’animaux et il n’allait quand même pas aller chercher un coin pour l’enterrer il avait autre chose à faire. Il remonta chez lui pour rejoindre Valeska.

« Je ne sais pas .. je n’y comprends pas grand-chose moi non plus et je m’en veux d’avoir insisté. Je … je crois que cet objet a été créé pour lier les âmes. Celles du couple que nous avons vu … et maintenant les nôtres ... Mais je ne comprends pas pourquoi ça m’a affecté à ce point … je … je suis maudite, à cause d’une ancêtre qui a visiblement un peu cherché un puissant Sorcier et avoir froid est une malédiction, je peux mourir du coeur gelé … pour ça que j’étais dans cet état. Mais avant de venir ici j’ai pris soin de me nourrir de chaleur alors je ne comprends pas pourquoi ça m’est arrivé. Je crois qu’il faut que nous fassions des recherches sur cet objet … en fait j’en sais rien. Comment vous sentez-vous ? Pas de faim particulière ? Et … vous êtes sûr de ne pas vous rappeler quoi que ce soit sur cet objet ? Il faudrait que je retourne chez moi, que je fouille les affaires de ma mère, que je vois si elle en a parlé, si cette sorcière était mon ancêtre … »

Ah bah super, il se retrouvait lié à une sorcière maudite. Comment mieux commencer une journée après tout ? Cela n’allait pas du tout, il ne pouvait pas se retrouver lier à une femme qu’il ne connaissait quasiment pas, et puis à quel point étaient-ils liés ? Elle était mortelle après tout, et lui non. Il espérait très sincèrement que cela ne le condamnera pas. Bon, avant tout, il fallait rester calme ne pas s’énerver ni ne paraître agressif. Elle ne pouvait pas savoir et elle se retrouvait dans la même galère de lui, et puis c’est lui qui avait commencé à parler de son médaillon, donc elle n’avait pas vraiment de responsabilité plus que lui dans toute cette histoire.

« Je ne m’y connais pas en malédiction donc je ne peux pas vous aider sur ce sujet-là. J’ai ma part de responsabilité dans toute cette histoire, vous ne m’avez pas forcé la main, j’ai accepté de moi-même après tout. Non, je ne sens rien de particulier, à part que je me suis senti assez bizarre quand vous avez eu votre… crise. C’était comme si je me refroidissais moi-même ce qui est assez absurde étant donné que je suis un vampire, et puis après ça s’est réchauffé, cela doit venir de ce… lien. L’objet… je l’ai trouvé dans une maison qui appartenait à une femme. Ce n’était pas une sorcière, ni une louve de par les odeurs qu’il y avait dans la maison mais je ne l’ai pas rencontrée donc je n’ai pas plus d’informations que ça. »

Ce n’était pas grand-chose, peut-être qu’il pourrait retrouver l’adresse de cette personne mais cela faisait déjà un bon bout de temps qu’il s’y était rendu. Il n’eut pas le temps de réfléchir plus que ça, par réflexe, il rattrapa la jeune sorcière qui manquait de tomber au sol. Ce n’était pas le moment qu’elle meurt en se cognant la tête contre un coin de table. Les mortels étaient des choses si fragiles après tout.

« Je … suis désolée … je n’ai jamais autant de mal à me remettre sur pieds normalement ... »

La proximité ne le dérangeait pas plus que ça. En fait, il y avait comme quelque chose de rassurant… Comme un sentiment de soulagement et d’apaisement. Il ne savait pas si ça venait d’eux ou du lien, ou bien des deux mais c’était pas vraiment désagréable.

« Ce n’est rien… Vous avez sûrement besoin de vous reposer, vous n’êtes pas forcée de partir maintenant après tout. Vous voulez manger ou boire quelque chose ? Je dois sûrement avoir quelques trucs… ou vous pouvez dormir ici sinon. Je peux vous prêter ma chambre. »

Il ne savait pas pourquoi il se montrait si serviable avec elle mais s’ils étaient liés, autant prendre soin d’elle et veiller à ce qu’elle ne connaisse rien qui pourrait être fâcheux pour elle. Il ne fit pas de commentaires sur ses joues rougissantes, elle ne semblait pas très à l’aise avec les contacts physiques, et il doutait qu’elle ait déjà eu une relation avec un homme. Il l’aida doucement à se rassoir et s’assit à côté d’elle.

« Je pense qu’il va falloir qu’on se calme un peu afin de mieux comprendre tout ce qui nous arrive. Donc, ce… truc nous aurait lié à cause des âmes des deux défunts morts tragiquement… ça c’est vraiment pas de bol pour vous je suis un aimant à emmerdes. »

Il sourit légèrement, essayant de détendre un peu l’atmosphère, tout étant tellement tendu depuis plusieurs minutes…

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcière de l'Eau

Date d'inscription : 25/10/2016
Messages : 117
Rp postés : 62
Avatar : Kat Graham
Âge du perso : 27 ans
Groupe du perso : Sorcière
Disponibilités : Complet - A voir pour projets.
Liens infos : FicheLiensSujets
Avis de recherche : - Des clients,
- Des amis & des ennemies,
- Des Sorciers qui connaissent ses ancêtres.
Multis : Teddy - Elizabeth
MessageSujet: Re: Two parts of a same way | Valeska & Devan Mar 29 Aoû - 12:12

Valeska ft. Devan - Two parts of a same way.


Je ne parvenais pas à mettre de vrais mots sur ce que nous venions de vivre. Et surtout, je ne parvenais pas à mettre un mot sur ce qui nous était arrivé. À croire que mon esprit était trop embrouillé pour y parvenir. Mais nul doute que ce moment risquait de nous marquer durant un long moment… Autant que ce dessin sur nos poignets, dessins identiques qui ne me rappelaient absolument rien. Je n’avais jamais vu cette marque. J’allais devoir chercher, dans les grimoires ou à la bibliothèque. Peut-être que Daniel pourrait m’aider dans mes recherches, lui qui avait accès à pas mal de choses. Car Devan semblait aussi perdu que moi au sujet de cet objet et de ce que nous venions de subir. Nous pouvions déjà largement supposer que nous étions liés l’un à l’autre. Car ses mots ne laissaient aucun doute planer au-dessus de nos têtes. Je m’étais refroidie et Devan aussi et, lorsque je m’étais nourrie de la chaleur du pauvre animal pour me réchauffer, le Vampire avait pu ressentir la chaleur l’envahir. Cet objet maudit nous avait lié, mais de quelle autre manière ? N’allait-il que sentir mes petits moments de malaise et de fin ? Allais-je moi aussi sentir quelque chose chez lui ? En tout cas, à cet instant précis, j’éprouvais surtout beaucoup de gratitude et étrangement, je lui faisais encore plus confiance qu’avec. Je ne savais cependant pas pourquoi. N’étais-je pas suffisamment maudite ? Devais-je encore vraiment me retrouver coincée avec une nouvelle malédiction qui, cette fois, me liait à quelqu’un d’autre ? Vraiment, j’allais devoir en apprendre plus sur tout ça et ce maudit objet dont Devan ne savait absolument rien. Mais avant ça, j’allais devoir me remettre sur pied et me relever avait été une vraie mauvaise idée. Fort, heureusement, Devan avait su prévenir ma chute et m’avait rattrapé. Je m’étais donc retrouvée là, dans ses bras, blottie contre son corps, bêtement rougissante.

Et je me retrouvais à rougir encore plus lorsqu’il me proposa de dormir ici. Manger et boire n’étaient pas de refus, une bonne dose de sucre ne pourrait pas me faire de mal, bien au contraire. J’avouais aussi me sentir particulièrement épuisée, comme si ce maudit objet avait puisé dans mes forces, dans ma magie.

« C’est gentil Devan, merci ... » Soufflais-je alors qu’il m’aida à me remettre assise sur le canapé, s’installant à mes côtés.

Le Vampire semblait terriblement prévenant et à l’écoute de mes besoins. C’était plaisant et étrange à la fois. Mais il avait raison, nous devions reprendre nos esprits, nous apaiser, afin de parvenir à mieux réfléchir. Ma Grand-mère m’avait toujours dit que le stress et la panique n’étaient pas de bons alliées. Bien que je parvenais bien à travailler sous pression, cette pression actuelle n’avait rien de stimulante. Au contraire, elle me freinait et m’épuisait plus que de raison. J’acceptais donc de me détendre contre le tissu du canapé, appuyant mon dos contre les coussins, recroquevillant un peu mes jambes. Devan fit preuve d’humour, parvenant à m’arracher un sourire. S’il était un aimant à emmerde, je n’étais pas mal non plus dans mon genre.

« Si vous voulez bien, j’accepte votre proposition de boire et manger quelque chose … tout sauf de l’alcool, j’ai du mal à tenir la route. Ensuite, je vous raconterais à quel point je suis, moi aussi, un aimant à emmerdes. » Un nouveau sourire, bien que fatigué, se glissa à nouveau sur mes lèvres. Grand-mère me disait toujours que j’étais solaire, que mes sourires pouvaient faire fondre les cœurs les plus froids et que mon rire perçait les plus épaisses carapaces. Malheureusement, je ne riais pas souvent de bon cœur.

Devan m’abandonna quelques instants afin de me chercher de quoi me sustenter. Lorsqu’il revint, je le remercier chaleureusement d’un nouveau sourire.

« Pour commencer, comme nous sommes visiblement partis pour nous côtoyer un moment, je propose qu’on se tutoie. Ça ne te dérange pas ? »

Une gorgée de la boisson que Devan m’avait apportée fut avalée, soulageant ma gorge devenue un peu trop sèche, puis je repris.

« Comme je te l’ai dit, je suis moi aussi un aimant à emmerdes. Enfin c’est ma lignée qui l’est. Je t’ai parlé de ma malédiction, mais à vrai dire j’en ai deux. La première donc, celle qui m’oblige à me nourrie de chaleur humaine ou animal au risque de me voir mourir le cœur gelé. Je ne peux pas toucher les gens sans risquer d’absorber leur chaleur … sauf les Vampires, parce que vous êtes déjà mort et que vous ne dégagez pas de chaleur. Tu es donc plutôt chanceux pour le coup,» dis-je presque amusée. « La seconde malédiction n’est pas aussi dangereuse, mais … elle n’en est pas moins désagréable. Je me transforme, de la tombée de la nuit au lever du jour, en une … vieille femme d’environ 80 ans. L’homme qui a jeté ces malédictions devait vraiment en vouloir à mon ancêtre pour la rendre malheureuse et inapprochable à ce point. Niveau vie sociale, on a connu mieux je pense ! »

Et c’était peu de le dire. Ma vie sociale avait été quasi inexistante avant mon arrivée à Salem. Depuis, j’avais eu la chance de rencontrer des personnes adorables. Et, même si ma première soirée entre copines avait été un vrai désastre, j’aimais ma nouvelle vie. Je restais cependant une handicapée sociale, incapable de parler à un homme sans rougir.

« Mais je cherche comment mettre un terme à tout ça … pour être enfin libre et parvenir à vivre comme n’importe qui. J’espère juste que cela ne te fera pas souffrir. Ce froid que tu as éprouvé c’est moi … c’est le mien. Je n’ose imaginer ce que tu éprouveras si je vais mal la nuit ... »

Et cela m’angoissait, essayant cependant de le cacher au Vampire, ne voulant pas l’inquiéter plus que nécessaire. Je soupirais, passant une main encore un peu tremblante sur mon visage, dans mes cheveux. J’étais épuisée. Mon regard se posa sur le visage du Vampire. Il paraissait si jeune et pourtant il dégageait un charisme incroyable. Il était plutôt mignon aussi, il fallait bien l’avouer. Et cette simple pensée fit à nouveau monter le rouge sur mes joues. Tu es totalement ridicule ma fille !

« Et toi alors ? Parle-moi de toi et de tes emmerdes, tu veux ? »

Parce que j’ai très envie de savoir à quel type de Vampire je viens d’être liée. Histoire de savoir si je vais avoir de grosses pulsions meurtrières.

_________________


_____THE CURSED_____


Il doit rester quelques rêves d’enfant cachés sous mon oreiller, je tenterais de ne pas les écraser avec ma tête lourde de soucis d’adulte.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Two parts of a same way | Valeska & Devan Sam 16 Sep - 13:56

Two parts of a same way
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Devan avait du mal à savoir comment il devait réagir face à tout cela. Cette histoire le rendait perplexe et il avait le pressentiment qu’en plus de cela, ça ne lui apporterait rien de bon. Il enchainait déjà les plans à ennuis ces derniers temps, il n’avait pas envie plus que cela de remettre tout ça mais bon, il n’avait pas vraiment le choix pour le coup et était bien obligé de suivre la cadence des évènements. Des évènements qui pour le coup, semblaient assez complexes. Devan avait encore du mal à suivre et tout ça et n’était même pas certain de comprendre tout ce que cela semblait impliqué. Il n’avait aucune réponse à ses interrogations ou celles de la sorcière, bien qu’il fût probable qu’ils aient les mêmes en ce moment. Dans quoi il s’était encore embarqué… Vraiment sur le coup il regrettait vraiment tout ça, il n’était pas enchanté plus que ça de se retrouver lié à une fille qu’il ne connaissait pas et qui avait des tas de malédictions en plus de ça. Pourquoi fallait-il qu’il tombe toujours sur les mauvaises personnes ? Le karma ne devait vraiment pas l’aimer, ce n’était pas possible autrement. A moins qu’il soit lui-même blindé de malédictions en tout genre mais c’était peu probable. Dans tous les cas, sa curiosité lui faisait vraiment défaut, il allait falloir qu’il la réfrène un maximum à l’avenir, s’il ne voulait pas gagner d’autres tatouages gratuits. Un c’était déjà bien assez, même trop. Mais bon, pour le moment il ne pouvait rien faire, si ce n’est essayer de se montrer gentil avec elle ou plutôt supportable, ce qui n’était pas vraiment dans son caractère. Il fallait bien le dire. Mais il n’avait pas vraiment le choix, étant donné qu’ils étaient liés temporairement, il l’espérait, il pouvait bien faire un effort, cela ne le tuerait sûrement pas, du moins il l’espérait. Et puis, il y gagnerait peut-être quelque chose au final, même si ce n’était pas certain. Il lui avait donc proposer à boire et à manger, il devait avoir quelques trucs pour humains dans ses placards et son frigo, cela pouvait toujours servir. Il lui avait également proposer de dormir un peu parce qu’honnêtement, elle n’avait pas bonne mine et il n’avait pas tellement envie qu’elle s’évanouisse dans la rue ou quelque chose du genre. Après tout, maintenant qu’ils étaient liés, il préférait prendre ses précautions.

« C’est gentil Devan, merci ... »

Il hocha simplement la tête. Il n’aurait pas été très sympa de la laisser tomber sur le sol tout de même, il avait au moins un minimum de savoir vivre. Et puis si on enlevait tous les éléments autour, cette fille avait l’air plutôt sympa, il n’avait pas envie de l’incriminer pour rien. Il fallait plutôt qu’ils essayent de s’entraider plutôt que de se reprocher quoique ce soit. Ils étaient tous les deux dans cette affaire alors ils allaient devoir faire avec et essayer d’avancer ensemble, si cela était possible bien entendu, ils allaient faire le maximum, il l’espérait. Il verrait bien ce que l’avenir lui réservera, il espérait simplement que cela ne soit pas pire que ce que c’était déjà en cet instant.

« Si vous voulez bien, j’accepte votre proposition de boire et manger quelque chose … tout sauf de l’alcool, j’ai du mal à tenir la route. Ensuite, je vous raconterais à quel point je suis, moi aussi, un aimant à emmerdes. »

Il hoche la tête et se lève pour aller dans sa cuisine. Il ouvre les placards et le frigo, farfouillant un peu, à la recherche de mets comestibles pour les humains. Heureusement qu’il n’avait pas que du sang chez eux, mais cela pouvait parfois être sympa de goûter ou regoûter à la nourriture humaine, même si cela n’avait pas d’effet sur eux. Une fois qu’il a trouvé plusieurs bricoles à boire ou manger, il revient dans le salon et pose le tout sur la table basse.

« Servez-vous. »

Il se réinstalle ensuite sur le canapé, l’air détendu et calme. Il attend patiemment qu’elle lui raconte sa version de se mettre dans les ennuis. S’ils en étaient tous deux accoutumés comme il avait été annoncé, tout cela risquait fortement de mal finir ou du moins être très mouvementé, des choses dont Devan n’avait pas forcément besoin en ce moment.

« Pour commencer, comme nous sommes visiblement partis pour nous côtoyer un moment, je propose qu’on se tutoie. Ça ne te dérange pas ? Comme je te l’ai dit, je suis moi aussi un aimant à emmerdes. Enfin c’est ma lignée qui l’est. Je t’ai parlé de ma malédiction, mais à vrai dire j’en ai deux. La première donc, celle qui m’oblige à me nourrie de chaleur humaine ou animal au risque de me voir mourir le cœur gelé. Je ne peux pas toucher les gens sans risquer d’absorber leur chaleur … sauf les Vampires, parce que vous êtes déjà mort et que vous ne dégagez pas de chaleur. Tu es donc plutôt chanceux pour le coup. La seconde malédiction n’est pas aussi dangereuse, mais … elle n’en est pas moins désagréable. Je me transforme, de la tombée de la nuit au lever du jour, en une … vieille femme d’environ 80 ans. L’homme qui a jeté ces malédictions devait vraiment en vouloir à mon ancêtre pour la rendre malheureuse et inapprochable à ce point. Niveau vie sociale, on a connu mieux je pense ! Mais je cherche comment mettre un terme à tout ça … pour être enfin libre et parvenir à vivre comme n’importe qui. J’espère juste que cela ne te fera pas souffrir. Ce froid que tu as éprouvé c’est moi … c’est le mien. Je n’ose imaginer ce que tu éprouveras si je vais mal la nuit ... »

Génial… non vraiment c’était super. On ne pouvait pas dire qu’il était bien tombé côté personne. Quitte à être lié à quelqu’un, pourquoi pas quelqu’un sans malédiction ou qui n’avait pas des dizaines de raisons de mourir ? Il y réfléchirait à deux fois à l’avenir à demander les services d’une sorcière, ça c’était sûr. Il ne manquerait pas d’aller remercier son ami qui lui avait parlé de Valeska, il n’oublierait pas, merci pour le coup de main, la prochaine fois il serait dispenser de l’aider, c’était certain.

« Et toi alors ? Parle-moi de toi et de tes emmerdes, tu veux ? »

Lui c’était assez compliqué, toute sa vie lui semblait compliquée en même temps. Il ne se souvenait pas d’une période parmi les décennies traversées, ou tout s’était déroulé sans encombre. Ce genre de choses ça ne pouvait pas exister. M’enfin, ce n’était pas le plus important, il vivait dans le 21ème siècle à présent, et il devait faire face à tout ça, essayer de rester en vie surtout, la seule chose positive pour le moment était qu’il avait retrouvé son père et que ce dernier avait enfin admis qu’il disait la vérité, mais le plus dur n’était peut-être pas passé pour autant.

« Je suppose en effet que tout ça ne doit pas être facile à gérer pour toi. De toute façon, les malédictions ne donnent jamais rien de bon, et un nouveau truc vient de s’ajouter à ta liste, ce qui va rendre les choses encore moins faciles je présume. Etre un vampire c’est déjà une source d’ennuis. Ceux qui ont peur peuvent être amenés à faire des choses stupides, comme essayer de nous tuer ou des choses comme ça. Je ne vais pas mentir, j’ai un très mauvais caractère, ce qui fait que je peux me faire très vite des amis comme des ennemis, tout dépend de mon humeur. Mon contexte familial est… très particulier, en parler prendrait sans doute beaucoup trop de temps. Je me fourre toujours dans des situations pas possibles, que ce soit voulu ou non. Il n’y a pas si longtemps j’ai bien failli mourir, des vampires m’avaient enlevé. Ils vidaient les vampires séquestrés de leur sang pour en faire je ne sais quoi. Des chasseurs sont venus nous chercher, heureusement, sinon j’y serai probablement passé. Je me bats souvent aussi avec d’autres vampires ou des loups, souvent pour des conneries mais je suppose que c’est notre côté animal. Enfin voilà, tout ça pour dire que je pense que nous sommes dans de beaux draps, tout cela va s’avérer compliquer. Et je ne sais pas trop ce qu’on est censé faire ni ce que tout cela signifie. »

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcière de l'Eau

Date d'inscription : 25/10/2016
Messages : 117
Rp postés : 62
Avatar : Kat Graham
Âge du perso : 27 ans
Groupe du perso : Sorcière
Disponibilités : Complet - A voir pour projets.
Liens infos : FicheLiensSujets
Avis de recherche : - Des clients,
- Des amis & des ennemies,
- Des Sorciers qui connaissent ses ancêtres.
Multis : Teddy - Elizabeth
MessageSujet: Re: Two parts of a same way | Valeska & Devan Sam 23 Sep - 11:37

Valeska ft. Devan - Two parts of a same way.


C’était étrange. Je n’étais pas une femme qui s’intéressait intimement aux hommes. Je n’avais jamais eu de petit ami et j’étais incapable d’envisager une vie normale, une vie de famille, ou quoi que ce soit. J’avais bien connu Feodor, un loup que j’avais hébergé quelque temps, que j’avais apprécié, que j’avais appris à connaître. Mais rien d’intime entre nous, loin de là. Les hommes et moi, c’était particulier. Je ne me trouvais pas spécialement jolie et je ne voyais pas pourquoi un homme poserait un regard sur moi, plein de désir ou d’autres promesses sensuelles. Il y avait bien quelqu’un d’autre, mais … Mais non. Impossible pour moi d’envisager une relation. Pourtant, j’observais Devan avec un regard nouveau, particulier. Je crus comprendre que ce lien n’y était pas pour rien, que quelque chose cherchait à me rapprochait de lui. Je devais donc garder mes esprits et le contrôle de moi-même. Grignotant quelques biscuits, me resservant un peu de jus de fruits, j’écoutais Devan qui se livra comme je venais de le faire. Je l’écoutais, attentivement, me parler de son mauvais caractère, des soucis qu’il pouvait avoir. Visiblement, l’homme à qui je venais d’être lié, savait attirer les emmerdes. Et je n’étais pas certaine que cela soit à mon avantage, en ayant assez avec mes propres malédictions. Devan semblait être un être qui se battait régulièrement. Avec moi il n’aurait pas ce soucis, mais j’avais l’impression que j’allais souvent me sentir mal. Si ce lien nous liait à nos émotions, à notre santé, à notre vie, j’allais certainement souvent éprouver le danger, la douleur ou peut-être juste le besoin de le soigner. Après tout, nous ne savions encore rien de tout ce que ce lien pourrait engendrer, nous avions tout à apprendre pour pouvoir nous en débarrasser.

Doucement, je soupirais, réfléchissant en silence. Nous étions effectivement dans une situation plus que délicate et j’avais ça en horreur. L’idée de dépendre de quelqu’un me dérangeait. Pire, l’idée que la vie de quelqu’un dépende de la mienne m’était insupportable. Si l’un de nous venait à mourir, qu’adviendrait-il de l’autre ? De telles questions se bousculaient dans mon esprit embrouillé. J’attrapais mon sac, en sortant un calepin et un style.

« Il faut noter tout ce que nous savons, tout ce que nous avons vu et entendu, pour être certains de ne rien oublier. Il va nous falloir faire des recherches, sur cet objet et sur ces personnes que nous avons vu.»

Je notais donc quelques premiers détails. La période par exemple, les races présentes, les couleurs de peaux. Je notais quelques informations sur les décors, sur la crypte dans laquelle le rituel s’était passé. Des détails maigres, mais qui nous aideraient peut-être.

« As-tu remarqué des choses particulières ? Entendu des prénoms peut-être ? »

J’attendais, de savoir si Devan avait des informations supplémentaires qui pourraient peut-être nous servir. Puis, mon calepin posé sur la table basse, j’attrapais l’objet de nos problèmes. Je retirais la pierre du centre, la rattachant à mon collier.

« Autant être prudents et ne provoque ce … ce truc qui nous est arrivé. Serais-tu d’accord pour que je le prenne avec moi ? Pour l’étudier et le montrer à quelques Sorciers que j’ai dans mes connaissances ? Bien évidemment, je peux te le laisser, je me contenterai de photos s’il le faut. »

L’objet manipulé dans mes mains, je le tournais et le retournais, jusqu’à ce que quelque chose attire mon attention, deux gravures, fines, délicates, usées par le temps.

« On dirait … On dirait des initiales … E et … D … enfin je crois … C’est peut-être un piste, un indice intéressant. La bibliothèque de la ville contient des informations incroyables et un ami y travaille, il pourrait peut-être m’aider, sait-on jamais. »

Je reposais l’objet sur la table, secoué par un long frisson.

« Je te promets de tout faire pour rompre ce truc … je comprends que tu n’aies pas envie d’être lié à quelqu’un, surtout pas à quelqu’un comme moi … »

Une Sorcière, maudite, malchanceuse, capable de mourir n’importe quand, à cause d’un cœur gelé ou trop fatigué. Et moi aussi j’étais fatiguée, ne pouvant retenir un bâillement.

« Je suis désolée, je suis crevée. Tout ça … ça m’a tellement fatiguée. Tu crois … que ce serait abusé, de me reposer un peu ? »

J’étais tellement gênée. Mais je n’étais pas certaine d’avoir la force e reprendre le volant ou de marcher dans la rue sans m’endormir ou frôler le malaise.

_________________


_____THE CURSED_____


Il doit rester quelques rêves d’enfant cachés sous mon oreiller, je tenterais de ne pas les écraser avec ma tête lourde de soucis d’adulte.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Two parts of a same way | Valeska & Devan Mar 17 Oct - 18:06

Two parts of a same way
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Devan ne savait pas bien comment il devait prendre toute cette histoire de lien. Ça lui était tombé dessus sans qu’il ne voie rien venir. Il n’était pas du tout préparé à cette situation. Mais bon, cela ne servait à rien de rester des années dessus, il fallait plutôt relativiser et essayer de trouver des solutions pour que tout s’arrange. Ou du moins, pour que la situation s’annonce moins compliquée qu’elle ne l’était en ce moment même. Ils n’avaient ni l’un ni l’autre, pas beaucoup d’information sur leur actuelle situation. Devan ne se voyait pas se pointer chez la personne chez qui il avait pris l’objet pour lui dire « eh je t’ai volé un truc la dernière fois tu pourrais me donner des infos dessus ? ». Non, ce n’était même pas envisageable. Il allait devoir trouver d’autres choses pour faire avancer cette histoire. Il n’avait pas spécialement de cercle d’amis parmi les sorciers et sorcières à qui il pourrait demander un coup de main. Il y avait peut-être Blake, cette petite sorcière qu’il avait rencontrée il y a déjà un moment. À la vue de leur première rencontre, il n’aurait jamais cru qu’elle deviendrait comme une petite sœur pour lui. Mais c’était le cas. Néanmoins, il n’était pas sûr qu’elle lui puisse lui venir en aide. Enfin bon, il essaierait peut-être, il n’en savait rien. Quoiqu’il en soit, il ne savait pas comment se dérouleraient les jours qui suivent, au niveau de ce nouveau lien, en espérant qu’elle ne fasse pas un arrêt cardiaque pendant la nuit. Sincèrement, cela l’arrangerait beaucoup qu’elle reste en vie, il n’avait pas l’intention de mourir maintenant, alors qu’il vivait des tas de choses qui remettaient en compte son existence, et qu’il avait retrouvé son père, enfin. De toute façon, il resterait attentif à tout cela.

Il fallait qu’il fasse marcher sa matière grise. Avec l’aide de Valeska bien évidemment. A deux, ils auraient plus de résultats. Sans compter qu’elle était une sorcière et que donc naturellement, elle avait des connaissances bien plus poussées que lui sur tout ce qui touchait à la sorcellerie, aux malédictions et autres joyeusetés de leur monde. Du moins, il l’espérait mais il n’y avait pas de raisons. Il ne pensait pas être tombé sur une sorcière incapable.

« Il faut noter tout ce que nous savons, tout ce que nous avons vu et entendu, pour être certains de ne rien oublier. Il va nous falloir faire des recherches, sur cet objet et sur ces personnes que nous avons vu.»

Il hoche la tête calmement. Elle avait sûrement raison, cela pourrait leur donner quelques pistes à exploiter à l’avenir pour qu’ils puissent trouver des réponses et des choses à faire. Le lien ne pouvait pas rester indéfiniment. Déjà parce qu’ils n’avaient pas la même espérance de vie, ensuite ils ne se connaissaient pas. Même si les deux amants avaient voulu rester ensemble éternellement, eux ne l’étaient pas. Ils s’étaient trompé d’hôtes. Certainement.

« As-tu remarqué des choses particulières ? Entendu des prénoms peut-être ? Autant être prudents et ne provoque ce … ce truc qui nous est arrivé. Serais-tu d’accord pour que je le prenne avec moi ? Pour l’étudier et le montrer à quelques Sorciers que j’ai dans mes connaissances ? Bien évidemment, je peux te le laisser, je me contenterai de photos s’il le faut. »

Devan fronça légèrement les sourcils, réfléchissant, retournant dans ses souvenirs proches. Il n’avait pas fait attention aux détails, trop préoccupé pour se demander ce qui était en train de se passer. Mais peut-être qu’il avait quand même réussi à capter quelques petites choses, il ne savait pas trop.

« Tout était vague et flou, j’étais plus pris par ce qui nous arrivait que ce qui se passait. De toute évidence, ces deux… clans ne s’appréciaient pas du tout. Je ne sais pas s’ils étaient importants ou connus. Je n’ai pas entendu de prénoms distinctement, désolé. »

Sur ce coup-là, il n’était pas très utile et ne faisait pas avancer particulièrement les choses mais bon, il ne pouvait pas inventer quoique ce soit non plus. Avec un peu de chance, peut-être que des détails reviendront plus tard, il l’espérait.

« On dirait … On dirait des initiales … E et … D … enfin je crois … C’est peut-être un piste, un indice intéressant. La bibliothèque de la ville contient des informations incroyables et un ami y travaille, il pourrait peut-être m’aider, sait-on jamais. Je te promets de tout faire pour rompre ce truc … je comprends que tu n’aies pas envie d’être lié à quelqu’un, surtout pas à quelqu’un comme moi … »

Il hoche lentement la tête. Néanmoins, il ne fallait pas qu’elle se dévalorise comme ça. Cela ne lui aurait pas plu d’être lié à qui que ce soit. Valeska n’était d’ailleurs pas du tout la pire personne à qui se retrouver lié. Mais bon, cela ne restait tout de même pas évident, mais de son côté, elle n’avait pas beaucoup de chance non plus avec lui.

« Oui, cela peut-être une piste. Ne dis pas ça, ce n’est pas évident ni pour toi ni pour moi. Mais je pense que j’aurai pu tomber sur bien pire. Et tu n’es pas vraiment gâtée avec moi non plus. »

Il lui sourit légèrement, voulant se montrer aimable et un brun rassurant tout de même. Dans tous les cas, ils n’étaient pas sortis de l’auberge.

« Je suis désolée, je suis crevée. Tout ça … ça m’a tellement fatiguée. Tu crois … que ce serait abusé, de me reposer un peu ? »

Oui, il s’en doutait bien. Surtout avec sa malédiction, cela ne devait pas être très évident à gérer.

« Oui bien sûr, la chambre est au fond. Installe toi comme tu veux. »

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcière de l'Eau

Date d'inscription : 25/10/2016
Messages : 117
Rp postés : 62
Avatar : Kat Graham
Âge du perso : 27 ans
Groupe du perso : Sorcière
Disponibilités : Complet - A voir pour projets.
Liens infos : FicheLiensSujets
Avis de recherche : - Des clients,
- Des amis & des ennemies,
- Des Sorciers qui connaissent ses ancêtres.
Multis : Teddy - Elizabeth
MessageSujet: Re: Two parts of a same way | Valeska & Devan Sam 28 Oct - 18:19

Valeska ft. Devan - Two parts of a same way.


La situation était délicate. Tout s’était passé extrêmement vite, si bien que nous avions certainement loupé des détails importants, des noms ou même des signes pouvant nous situer dans l’espace et le temps. Cette aventure avait été un peu angoissante pour moi, je devais l’avouer. Je n’avais pas pris le temps de tout analyser, même si j’avais retenu quelques petites choses. J’allais certainement devoir demander à Daniel de fouiller mon esprit, peut-être parviendrait-il à m’aider à me souvenir de certaines choses. Mais, avant de l’impliquer là-dedans, je devrais m’aider toute seule. Devan, quant à lui, ne semblait pas avoir vu ou observé plus de choses que moi, trop surpris au moment où nous avions vécu ce voyage dans les souvenirs passé de cet objet maudit. Pourquoi nous, pourquoi maintenant ? Pourquoi ? Quel était le but de tout ceci ? Je n’en avais strictement aucune idée. J’étais surtout fatiguée. Je ne comprenais pas pourquoi tout ceci avait affecté à ce point mon organisme, touchant mes malédictions alors que rien ne semblait pouvoir me rendre plus faible à ce point, si ce n’était le manque de ‘source de chaleur’. Hors nous ne semblions pas avoir été trop longtemps happés par cette chose qui nous avait transporté dans ces visions étranges de ce couple étrange. Les deux initiales gravées nous donneraient peut-être plus de détails si mes recherches aux Archives pouvaient aboutir. Mais des initiales, c’était peu face à ce qui venait de nous tomber dessus. Moi qui n’utilisais pas énormément mes capacités magiques et mes grimoires, j’allais devoir faire quelques sortilèges poussés pour avoir des réponses. Mais j’étais clairement prête à tout pour rompre cette malédiction. Car avoir ma vie liée à celle d’un autre ne m’enchantait pas. Ce n’était ni un cadeau pour moi, ni un cadeau pour Devan. Si lui était plus difficile à atteindre ou à tuer, bien qu’il semblait se foutre dans certaines situations dangereuses, j’étais quant à moi beaucoup plus fragile et mortelle. SI nos vies se retrouvaient liés, cela voulait dire que l’autre pourrait également mourir. Et je n’avais vraiment pas envie d’essayer.

« Ne dis pas ça, ce n’est pas évident ni pour toi ni pour moi. Mais je pense que j’aurai pu tomber sur bien pire. Et tu n’es pas vraiment gâtée avec moi non plus. »

J’avais souri. Quelque part, il avait raison. Aucun de nous n’était gâté. Mais en même temps, il était un Vampire, donc puissant et rapide et moi, j’étais une Sorcière pas trop mauvaise. Nous pourrions nous aider et pourquoi pas trouver une raison à tout ça, un but réel. J’aimais croire que rien n’arrive par hasard dans la vie et donc, j’osais croire que tout ceci avait du sens aussi bien pour les âmes défuntes que pour nous deux. Peut-être que tout ceci nous apporterait quelque chose de particulier. Peut-être qu’à cause de ça, nous allions nous retrouver amis. Car, même s’il ne semblait ni être le pire ni le meilleur des Vampires, Devan m’apaisait et ne me faisait pas peur. Il y avait quelque chose chez lui qui me plaisait, qui pouvait me faire sourire et rougir. Je ne me sentais pas en danger avec lui, bien au contraire. Était-ce ce lien qui me faisait éprouver ça ? Aucune idée. Peut-être. En réalité, je n’étais plus vraiment apte à réfléchir intensément. J’étais réellement épuisée. Mes yeux me piquaient et je ne parvenais à retenir des bâillements de fatigue. C’était d’ailleurs très gênant de lui demander de pouvoir me reposer. Ce n’était pas mon genre de faire ça. Et surtout, ce n’était pas mon genre de dormir chez un homme, dans son lit. Pourtant je n’en avis que faire, j’avais réellement besoin de dormir. Et Devan accepta sans broncher, sans que cela ne semble le gêner. Il m’indiqua alors sa chambre. Lentement, je me relevais, tâchant de ne pas me sentir mal. La nourriture et la boisson que Devan m’avait apportée me faisaient du bien, sans oublier ce pauvre chien évidemment.

« Merci Devan, vraiment. Je vais essayer de faire vite et de ne pas m’attarder. Je ne veux pas te déranger. Juste une petite sieste ... »

Timidement, je m’éclipsais, trouvant la chambre qu’il m’avait indiqué. Le lit était encore défait, seul signe de ‘désordre’ de cette pièce agréable et bien rangée. Doucement, je retirais mes chaussures, les posant près du lit où j’allais m’allonger en soupirant d’aise. Coussins et draps portaient l’odeur du Vampire et je me surpris à respirer profondément avant de m’endormir, plongeant dans un sommeil plein de rêves étranges. Juste une petite heure ...

(…)

Lorsque je me réveillais, mon corps était endolori comme si j’avais passé la journée à faire du sport avec Cathan. Je frottais mes yeux, glissais mes doigts dans mes cheveux pour me recoiffer et là ...

« Oh bon sang NON !!»

Mes mains étaient ridées, voilà pourquoi j’avais mal partout : la nuit était déjà tombée. Mon téléphone indiquait plus de vingt et une heure. J’étais en panique à l’idée que le Vampire me voit ainsi. C’était gênant, vraiment gênant. Pourquoi avais-je dormi aussi longtemps ? Pourquoi ne m’avait-il pas réveillé ? Peut-être avait-il essayé… Des images de mes rêves me revinrent dans lesquels Devan et moi avions pris la place de E. et D. Courbaturée, j’enfilais mes chaussures avant de quitter la chambre.

« Devan ? Devan, s’il te plait, n’ai pas peur et… et ne te moque pas d’accord ? »

J’avançais timidement jusqu’à trouver Devan dans le salon, me dévoilant sous une forme âgée de moi, celle d’une femme de 85 ans, les cheveux gris, la peau ridée, mais pas laide, plutôt bien conservée.

« Je suis désolée,… je … je ne pensais pas dormir aussi longtemps… As-tu cherché à me réveiller ? Je … J’ai rêvé de tout ça et si mes rêves sont vrais alors tout ceci s’est déroulé il y a longtemps ici même, à Salem. »

Je soupirais, tellement gênée. J’attendais qu’il réponde, voir ce qui c’était passé pour lui durant mon sommeil, avant d’ajouter en regroupant mes affaires : « Je devrais y aller. Tu as mon numéro hein ? J’ai le tien. S’il y a quoi que ce soit, n’hésite pas à m’appeler … de toute façon je crois que nous saurons assez vite si l’autre va mal ... » Bien que je préfère sentir que tu vas bien.

Il était temps pour moi de rentrer. Trop d’émotions en une seule journée.

_________________


_____THE CURSED_____


Il doit rester quelques rêves d’enfant cachés sous mon oreiller, je tenterais de ne pas les écraser avec ma tête lourde de soucis d’adulte.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Two parts of a same way | Valeska & Devan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Achat de pièces chez Theopold Parts
» Déjà les départs
» Pas mal de stock de gaming à vendre ou échanger
» interrupteur de frein
» On ne se serait pas déjà croiser quelques parts ? [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: . :: Les résidences :: Les maisons :: Maison de Valeska Aberline-
Sauter vers: