Partagez|

Wolfing Out

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Loup-garou Beta

Date d'inscription : 04/06/2016
Messages : 53
Rp postés : 25
Avatar : Jensen Ackles
Âge du perso : 25 ans
Groupe du perso : Loup-Garou
Disponibilités : 1/4
Liens infos :
Fiche de présentation
Fiche de liens
Fiche de RPs

Avis de recherche :
► Werewolves Who Attacked Him:
L’été dernier, Jason est allé camper avec des amis au beau milieu des bois. Alors que la pleine lune brillait de mille feux dans le ciel, deux lycanthropes ont attaqué le petit groupe d’amis. L’un d’eux a poursuivi Jason dans la forêt pour finalement lui marquer la jambe par une griffure. Seul Jason a survécu.


Multis : Alyson Owens
MessageSujet: Wolfing Out Mer 12 Juil - 0:55

Terminant d’installer la nouvelle pièce dans une Dodge Van 2010, Jason s’essuya les mains sur un torchon blanc déjà taché de taches noires ici et là qu’il lança sur une chaise derrière lui. Il décrocha le vérin pour le remettre à sa place et referma le capot du Dodge avant d’aller démarrer le moteur afin de s’assurer qu’il ne faisait plus de bruit bizarre. Satisfait, il referma la portière. La main sur le haut du dossier du passager, la tête tournée vers l’arrière, il appuya doucement sur la pédale de gaz, reculant la voiture lentement. D’un léger mouvement vers la gauche sur le volant, il évita de rentrer dans un véhicule garé non loin de là avant de se frayer un chemin jusqu’à la propriétaire de celle qu’il conduisait. Il la gara, sortit de la voiture et rendit les clés à la demoiselle qui ne l’avait quitté des yeux.

- Voilà! Elle est comme neuve, dit-il en souriant à la brunette. Si vous voulez bien me suivre…

Le brunet la conduisit jusqu’à la partie magasin du garage. Il attrapa une des factures vierges qui étaient rangées dans un tiroir du grand bureau noir qui servait de caisse. Il cocha les réparations faites, additionna les montants et la tendit à la jeune femme. Elle paya par carte de crédit, le remercia et se rendit à sa voiture qui démarra parfaitement avant de s’éloigner. Jason resta encore un instant dans le magasin, remplissant de la paperasse suite au travail qu’il venait de faire. Le reste de l’avant-midi passa plus lentement, les clients se faisant un peu plus rares. Il profita du temps mort pour signaler à Feodor qu’il allait prendre sa pause. Autant manger pendant qu’il le pouvait.

Sous l’œil impitoyable du soleil, la chaleur était devenue accablante. Et l’humidité n’aidait en rien. Une légère brise soufflait, faisant onduler les feuilles des arbres. Au moment où il crut pouvoir aller se chercher de l’eau, deux jeunes hommes d’environ dix-huit ou dix-neuf ans arrivèrent dans un pick up truck noir, un motocross pratiquement neuf dans la boîte.


- Besoin d’aide? demanda Jason qui s’était approché du truck.

- Non, répondit le conducteur, descendant de son véhicule.

Il se rendit à l’arrière de son camion et abaissa le derrière de ce dernier avant d’y monter. L’autre gamin le rejoignit et l’aida à le descendre. Le conducteur sauta du pick up, pensant qu’il allait impressionner la galerie, alors que l’autre s’assurait que l’engin motorisé ne tombe pas. Puis, il remonta le derrière du camion avant d’aller prendre les guidons du motocross. Finalement, il se tourna vers Jason.


- J’ai rendez-vous à quinze heures avec vous, l’informa-t-il tout en le regardant derrière ses lunettes de soleil.

Le jeune homme lui indiqua la petite réparation à faire, précisant qu’il en avait de besoin pour le lendemain. Sachant qu’il pouvait le faire avant que le soleil se couche, le loup-garou le rassura, lui disant qu’il l’aura avant la fin de la journée. Il lui affirma qu'il aurait besoin d'une demi-heure tout au plus. Il lui prit les guidons et la fit rouler jusqu’au garage, tandis que les deux jeunes hommes s’en retournaient, assurant qu’ils allaient revenir bientôt. Aussitôt, le mécanicien se mit au travail.


Une demi-heure plus tard…

Une goutte de sueur perlait sur le front de Jason qui était toujours penché sur le motocross. Il avait pratiquement terminé. Au loin, il pouvait entendre le ronronnement du truck qui approchait. Près d’une minute plus tard, les deux jeunes étaient de retour. Voyant que le motocross était toujours en réparation, ils abaissèrent l’arrière du pick up qui était stationné non loin de l’entrée du garage et s’y installèrent, mécontents de devoir attendre une quinzaine de minutes de plus. Ils commencèrent à passer des commentaires déplaisants sur la rapidité du mécanicien, de la façon qu’il travaillait et, surtout, sur sa chemise à carreau noire et blanche. Serrant les dents, Jason passa un chiffon micro fibre sur l’engin, enlevant la poussière causée par son travail. La moto était enfin prête.


- Il était temps, lança le propriétaire de celle-ci tout en l'examinant, j’ai cru que j’allais devoir rester ici toute la nuit!

Jason préféra l’ignorer, se contentant de l’inviter à le suivre pour qu’il puisse payer. Ce n’était pas le moment pour s’obstiner avec un petit avorton de son genre. Il allait franchir le seuil du garage quand il entendit le jeune homme l’accuser d’avoir rayé son précieux engin. Le mécanicien retourna près de ce dernier pour l’examiner à son tour.

- C’était déjà là, se défendit-il. Je n’ai même pas frotté aussi bas et c’est trop profond pour être causé par mon chiffon.

En effet, la rayure était profonde comme si on avait coupé plusieurs fois dans le plastique avec la lame d’un exacto. Sans compter qu’il avait fait attention pour utiliser un chiffon doux pour ne laisser aucune marque. Et il n’avait pas descendu aussi bas. Ce n’était pas lui qui avait fait cette rayure. Le jeune homme commença à avancer vers lui, le menaçant de ne pas payer les réparations faites. De son index, il vint tapoter le torse du loup-garou. Perdant peu à peu ses moyens, Jason lui demanda de reculer. Il perdit contrôle quand le gamin vint se mettre un peu plus dans sa face. Ses yeux tournèrent au jaune l’espace d’un instant ce qui fit reculer le jeune homme jusqu’à l’entrée du garage. Ses dents s’allongèrent tout comme ses oreilles. Ses ongles devinrent des griffes et il se retrouva couvert de poils en temps de le dire.

- Mais, qu’est-ce que t’es? demanda le blondinet. Une sorte de monstre?

Jason grogna pour toute réponse. Rapidement, il leur tourna le dos, s’éloigna et alla se cacher dans la salle des employés. Fâché, il n’arrivait à oublier le visage du blondinet qui s’était mis dans sa face. Il espérait lui avoir donné la peur de sa vie, même s’il savait que ce n’était pas trop bon pour lui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Loup-garou, solitaire

Date d'inscription : 26/06/2017
Messages : 193
Rp postés : 3
Points-Bonus : 13
Avatar : Tom ellis
Âge du perso : 49 ans
Groupe du perso : Loup Garous
Disponibilités : Non disponible pour le moment
Liens infos : Liens
Présentation
MessageSujet: Re: Wolfing Out Mer 6 Sep - 12:16

D’un geste sûr, il empoigna la devisseuse dont l’embout vint s'emboîter parfaitement dans l’un des écrous de la roue, actionnant le bouton qui devait défaire le mécanisme. Mais l’écrou tint bon, refusant de céder sous la pression intense de l’appareil qui laissa échapper un grincement plaintif. Feodor retira immédiatement son doigt du bouton, grognant légèrement en constatant que la pièce de métal hexagonale était carrément rouillée. Soupirant, il déposa la dévisseuse avant de se redresser et d’aller chercher un produit dégrippant sur l’une des étagères de l’Atelier. D’une oreille distraite, il surprit la conversation de son patron avec la jolie jeune femme qui désirait payer par carte bancaire, alors qu’il se saisissait du bidon contenant la substance corrosive. Déposant un genou à terre, l’homme appliqua généreusement le produit sur l’écrou capricieux, le laissant agir quelques instants avant de retenter sa chance. La dévisseuse gémit encore une demi seconde avant de crier sa victoire sur l’hexagone récalcitrant. Feodor retira ensuite les autres écrous plus conciliants avant de venir actionner le pont de levage, juste assez pour laisser l’espace nécessaire au retrait de la roue. S’approchant de cette dernière, son ouïe indiscrète perçu encore les quelques échanges de politesse entre Jason et sa cliente qui s’apprêtait à présent à quitter le garage. Tout à son activité, l’homme ne leva même pas les yeux en direction de la jeune femme, tandis qu’il retirait d’un geste brutal la roue de son essieu, la déposant contre une paroi. Feodor s’attaqua ensuite au tambour, soi-disant auteur du sifflement étrange perçu par le propriétaire du véhicule.

La cliente partie, Jason signala à son employé qu’il prenait sa pause déjeuner. Pour toute réponse, le loup acquiesça légèrement, jetant à peine un regard à son interlocuteur. Le quarantenaire était plutôt discret et peu bavard, préférant se faire oublier quelques temps, osant à peine espérer que sa liberté lui était acquise à présent. Il savait pertinemment qu’il devrait se cacher encore, dissimuler ses traces et probablement fuir à nouveau mais autant profiter de l'accalmie illusoire pour l’heure et remplacer ses pensées négatives par un travail qu’il s’appliquait à faire du mieux qu’il le pouvait avec les quelques notions de mécanique qu’il avait pu glaner au cours de son existence…

Au calme, Feodor inspectait chaque pièce, cherchant l’origine potentielle du sifflement dont avait parlé le client, en vain… Sans doute devrait-il demander l’expertise de Jason finalement… Il prit néanmoins le soin de nettoyer les composants, de les huiler si nécessaire, et de les dépoussiérer car, peut-être, ne s’agissait-il là que d’un souci d’encrassement… Les routes de Salem n’étaient pas toutes goudronnées et la poussière avait tendance à s’infiltrer dans le moindre petit interstice, il fallait bien l’avouer.
Le temps qu’il remonte la roue et inspecte la suivante, l’oreille aiguisée du loup perçu le moteur d’un pick up qui approchait à vive allure. Des voix, une conversation entre trois hommes, dont Jason, et l’affaire était réglée... quoique… Feodor percevait une pointe d’agressivité dans le ton employé par les deux nouveaux arrivants et son instinct lui vrillait étrangement les entrailles. Mais ils s’éloignèrent le temps de la réparation, laissant à Jason un peu de répit, plusieurs minutes pour exercer son art.

Les deux énergumènes revinrent avant que le mécanicien ait pu terminer son travail et Feodor ne perdit pas une miette de la scène, son instinct bestial le trompant rarement. Il entendit les railleries inappropriées des deux jeunes, il perçu leur sarcasmes et leurs critiques non dissimulées, jouant avec les nerfs de l’entrepreneur, crispé, intimant à son être de conserver son calme. Le loup s’était approché discrètement, tout en restant dans l’ombre salutaire d’une paroi, son regard perçant scrutant les moindres faits et gestes des fauteurs de trouble. Le russe avait toujours eu ce côté protecteur qu’il ne pouvait réprimer en présence de personnes auxquelles il tenait un temps soit peu… Était-ce dû à un hypothétique gène Alpha en somnolence dans son sang ? Il l’ignorait mais Jason, même s’il venait à peine de le rejoindre dans ce garage, faisait partie de ces individus qu’il se sentait le besoin de protéger. Ils n’en avaient jamais parlé explicitement depuis l’entretien d’embauche, mais ils s’étaient déjà rencontré par le passé, l’un et l’autre le savaient sans pour autant l’exprimer, sorte de secret étrange qui n’en était pourtant pas vraiment un… Il fallait avouer que le destin les avaient rapprochés de façon assez fortuite, lui en fuite et cherchant un refuge, Jason, alors adolescent, enclin à lui fournir une aide inespérée. Quoiqu’il en soit, un lien s’était indubitablement créé entre eux, sans qu’ils ne puissent l’expliquer ni l’un ni l’autre d’ailleurs, un lien dont ils n’avaient pas même conscience en réalité.

Soudain l’un des deux provocateurs accusa ouvertement le mécanicien, l’incriminant pour une rayure, diffamation à peine voilée qui ne visait qu’à obtenir la gratuité de l’intervention, cela ne faisait aucun doute. Jason se défendit comme il le pu, incapable de prouver son innocence devant la mauvaise foi non équivoque du client insistant. Feodor fit un pas en avant, imperceptible et inconscient, lorsque l’accusateur s’approcha dangereusement du garagiste tout en proférant des menaces frauduleuses et en tapotant ostensiblement le torse de sa victime. Le mécanicien, tentant de garder un semblant de calme, lui demanda fermement de reculer, chose qui fût perçu comme une nouvelle provocation par l’autre idiot qui fit exactement l’inverse, goutte d’eau qui sembla faire déborder le vase. Tout se déroula en une fraction de seconde. L’iris de Jason prit une teinte jaune caractéristique que le russe ne connaissait que trop bien mais qui eu l’effet de le décontenancer un instant car il ignorait encore les changements intervenus dans la vie du jeune homme depuis leur première rencontre. L’importun recula d’un bond, horrifié, les pupilles agrandies par la surprise alors que déjà, les dents de Jason s’allongeaient, ses oreilles se métamorphosaient et sa pilosité s’intensifiait. Le loup-garou tourna rapidement le dos à ses clients avant de fuir et de trouver le réconfort salutaire de la salle de pause. Feodor n’eut que très peu de temps pour réagir et il se précipita à la suite des deux clients qui grimpaient déjà dans leur pick up, oubliant par la même leur engin réparé. L’employé les invectiva, leur criant d’attendre un instant avec cet accent russe qu’il ne savait dissimuler. Ses doigts vinrent trouver le contact du poignet du conducteur, l’empêchant de démarrer alors que son regard noir se fondait dans le bleu de celui de l’autre.


- Vous n’oubliez pas quelque chose ?

Leur lança-t-il avant d’afficher un très léger sourire.

- Votre moto est réparée, vous nous devez 40 dollars et je vous conseille de les payer sans dire un mot.

Ses iris prirent elles-aussi une teinte légèrement jaune avant de revenir à la normale tandis qu’il s’écartait du véhicule pour laisser à l’autre l’occasion d’en sortir.

- Je vous en prie… Voulez-vous que je charge votre véhicule dans votre pick up ?

Ajouta-t-il, un léger sourire de provocation aux lèvres… L’autre secoua la tête et fit signe à son acolyte de l’aider à remonter la moto à l’arrière de leur camion, tremblant. Ceci fait, il fouilla maladroitement dans son portefeuille, la panique le gagnant, et balança deux billets à Feodor qui se baissa pour les ramasser avant de rattraper à nouveau le conducteur, sa main agrippée à son avant-bras…

- Une dernière chose messieurs.. Je vous déconseille de parler de quoique ce soit de… bizarre… qui se soit déroulé par ici.. On vous prendrait pour des fous de toute façon...

Feodor espérait que cette recommandation serait suivie par les deux compères mais il ne pouvait s’empêcher de craindre les représailles qui pourraient s'ensuivre sachant que le surnaturel n’était plus tout à fait secret en ce monde…

Scrutant le départ du pick up jusqu’à ce qu’il disparaisse au coin de la rue, le russe secoua légèrement la tête avant de regagner rapidement l’atelier et la salle de pause où Jason se dissimulait, à présent transformé à moitié. Soupirant, Feodor tenta de poser une main rassurante sur l’épaule du loup, absorbant un peu de la douleur ressentie par son congénère… Il opéra avec délicatesse et tranquillité, plongeant son regard de ténèbres dans le jaune vif de celui de Jason, l’intimant silencieusement au calme et à la sérénité. Le touché surhumain, pouvoir spécifique à ceux de son espèce, tendait à soulager la douleur de la transformation autant qu’à calmer les ardeurs du loup-garou mais il ne pouvait s’empêcher par la même de souffrir avec Jason. Aussi finit-il par retirer doucement sa main de l’épaule de son congénère, sans pour autant, lâcher le lien visuel qui les unissait.


- Tout va bien… Ils sont partis… Retrouves ton calme… tu es en sécurité, Jason. Et tu n’as rien à craindre de moi.

Murmura-t-il doucement de son timbre de voix grave aux accents mélodieux avant de reculer d’un pas pour laisser le temps à Jason de reprendre une forme plus humaine. L’exercice était bien plus difficile qu’il n’y paraissait, surtout pour un loup inexpérimenté, sans doute transformé depuis peu, car il fallait d’abord trouver la force de dominer l’animal tout en retrouvant la sérénité capable de calmer la bête en son sein, un combat intérieur que seuls les loups-garous connaissaient...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Wolfing Out

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: . :: Downtown of Salem :: Miyagi's Garage-
Sauter vers: