Partagez|

Twisted [Jesùs]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Humaine
avatar

Date d'inscription : 29/03/2017
Messages : 626
Rp postés : 14
Points-Bonus : 67
Avatar : Michelle Keegan
Âge du perso : 27 ans
Groupe du perso : Humaine
Liens infos :
♥♥♥♥♥

STORYTIME
RELATIONSHIPS
Multis : Mary Williams
MessageSujet: Twisted [Jesùs] Jeu 6 Juil - 16:07



TWISTED
feat. Jesùs

« Ce serait cool que tu passes Sweetie ça fait longtemps qu’on t’a pas vu et je suis pas la seule à vouloir que tu te ramènes.
-Mais je bosse moi Lucy... Bon… Après demain alors. T’y seras ?
-Ah super ! Tu vois quand tu veux ! Je taff mais c’est pas grave, on se verra entre deux. Ah merde je dois y aller, tu connais Ben il aime pas quand je traine au téléphone. Bisous bisous. »

Lucy c’est une tornade. Elle vit tout le temps à trois milles à l’heure si bien que parfois ça me dépasse un peu. Je sais que je passe plus de temps au Hell-O qu’ailleurs. Faut dire que mes heures de boulot s’étalent énormément et que parfois, quand je rentre, je pense surtout à me poser dans mon canapé plutôt qu’à me préparer et sortir me faire une petite soirée.
Puis les histoires avec Gabriel m’angoissent légèrement, alors moins je sors, mieux je me porte. Pour le moment du moins. La phase de reconstruction est plus longue que je ne le pensais. Malgré tout, il arrive à me manquer. Quand bien même je l’efface en ouvrant ma couette à d’autres. Cela reste… différent. Physique en réalité. Gabriel, il sait mieux que personne comment me combler parce qu’il a appris à me découvrir et qu’il me connait par cœur. Mon petit cœur de guimauve fondue a du mal à se défaire de lui.
Je soupire en repoussant le téléphone. L’appartement est en désordre et comme aucun planning n’est établi c’est celui qui est à la maison qui fait. Et aujourd’hui, c’est moi. Je brique et j’astique. Retire poussières et toiles d’araignées en grimaçant et en couinant. Ces bestioles m’insupportent. De savoir qu’elles peuvent venir sur moi, dans la nuit, ça me file presque une crise d’anxiété ! Et dire qu’une étude prouve qu’on en avalerait au cours de notre sommeil sans le savoir durant notre existence… Cela a de quoi faire pâlir ! J’hésite presque à dormir enveloppée dans une moustiquaire depuis…

...

A la nuit tombée, j’abandonne Rhydian qui est en grande conversation avec Mauricette. Je n’ai toujours pas compris l’utilité de posséder un poisson rouge, encore moins de lui parler. Un manque affectif, probablement. Je commence à connaître le régime alimentaire de madame mais ne prend jamais le temps de lui donner les granulés qu’elle réclame – ou pas. C’est que c’est difficile de comprendre le langage des poissons. Ils tournent toujours en rond en ouvrant et fermant la bouche. Parfois quand on s’approche du bocal, elle vient se coller à la paroi et j’ose même pas imaginer ce qu’elle voit à travers le verre rond. Sans doute pas grand-chose. Nos visages déformées et nos sourires hébétés probablement. Je crois que je m’inquièterai d’elle que lorsqu’elle se mettra à flotter à la surface de l’eau. Autant dire que c’est pas pour maintenant. Du moins j’espère. Je ne veux pas imaginer Rhydian en train de pleurer toutes les larmes de son corps en jetant Mauricette dans les toilettes. A moins qu’il me demande un enterrement en bon et due forme, histoire de friser un peu plus le ridicule… On est plus à ça près remarque.

Nude aux lèvres, petite robe noire en dentelle rose poudrée, cheveux détachés et parfaitement lissés, j’enfile une paire d’escarpins crème avant de me diriger vers ma voiture. Personne ne parle du fait que conduire avec des talons est une vraie plaie. La quasi-totalité des femmes finissent pieds nus ou cachent une paire de ballerines sous leur siège. Je ne déroge pas à la règle…
Arrivée devant le Moonrise après une circulation difficile – où j’ai failli écraser une vieille et son chien ainsi qu’un cycliste n’ayant à priori pas vu mon clignotant… - je rejoins le club en saluant chaleureusement les vigiles à l’entrée. Les habitués me reconnaissent, quémandent de mes nouvelles, demandent où je travaille maintenant pour les plus fidèles. Mais comme je n’ai pas le droit de parler du Hell-O comme on parle du dernier bar à la mode, je tais le nom et me contente de les envoyer sur les roses très gentiment. Lucy ne tarde pas à débarquer entre deux shows. Elle s’élance dans un cri de joie que je lui rends volontiers avant qu’elle ne me colle sa tignasse rouge dans la tronche. Je n’ai pas encore eu le temps de me poser ni même de boire un verre ! C’est agréable de revenir là, de les regarder, de les retrouver. Je n’ai jamais eu de mal pour copiner, sans doute parce que j’aime beaucoup parler et que j’ai le rire et le sourire facile.
Elle me raconte les derniers potins, Lucy. La fille qui m’a remplacé avec ses cheveux bleu électrique qui est une vraie chaudasse mais qui « danse comme un bébé chaton. Le cul trop lourd et les cheveux qui lui barrent le visage. Ridicule ! »
Ici, les filles ne restent jamais bien longtemps, elles tournent souvent, se lassent certainement de faire ce job. Pour certaines c’est juste une transition, le temps de récupérer un peu d’argent, se refaire une santé et repartir. Pour quelques énergumènes comme elle et moi, c’est une réelle vocation. On les reconnait vite les amoureuses de la barre de pole dance et les inconditionnelles de ce boulot. Elles s’appliquent et changent leur show chaque semaine pour contenter les spectateurs mais surtout, se contenter elles-mêmes.
Et la soirée est faite de retrouvailles, d’embrassades, de rires. Jusqu’à ce que mes guiboles ne tiennent plus vraiment. Je profite d’un instant de répit pour me hisser sur le tabouret du bar. Jesùs est toujours là, fidèle au poste. Je me redresse, me penche pour embrasser ses joues et commander une pina colada.

« Il y a tellement de monde ce soir, c’est fou. Comment ça se fait ? Il y a une fête, une thématique particulière ? En tout cas, ça fait plaisir de vous revoir. T’as pas changé d’un poil. Ah si. Attend. T’es mal rasé là, je crois. »

Jesùs c’est celui qui sert une grenadine, une menthe à l’eau ou un jus de fruits dès qu’une fille termine son show. Il se souvient des gouts de chacune et c’est tellement réconfortant de venir se nicher quelques secondes contre le bar et de voir son visage.
Les heures défilent trop rapidement, je m’amuse tellement que j’en ai oublié de regarder ma montre. Telle une cendrillon, je me faufile à l’extérieur du Moonrise pour regagner ma précieuse et rentrer à la maison. J’ai horriblement besoin de dormir.
Et je trébuche, bêtement, toute seule en cognant contre le trottoir. Les clés tombent et glissent.. . Dans une bouche d’égout. « Oh non ! Pas ça ! OH NON BORDEL DE MERDE ! »

Je déboule comme une furie, attrape Jesùs par le bras pour le trainer à ma suite tout en lui expliquant en chemin la malheureuse aventure.

« J’étais là comme ça, je marchais et j’ai trébuché et. Merde Jesùs mes clés sont tombées là, juste là. Comment je vais faire ? Je n’ai plus le double, je ne peux pas rentrer à pied ou en taxi. J’ai besoin de ma caisse pour bosser. Aide-moi, s’il te plait. Elle est tombée juste là, regarde, tu la vois ? »

Mais il ne peut rien voir Jesùs, pas même à l’aide de sa lampe torche. Parce que sous nos pieds, le conduit est gorgé d’eau et a dû entrainer les clés plus loin.

« Ca doit bien conduire quelque part… Faut y aller. Mais… J’ai peur des araignées… »

Autant le dire tout de suite. Il pourra s’habituer psychologiquement à mes cris stridents.



_________________

I had a way then losing it all on my own. I had a heart then but the queen has been overthrown. And I'm not sleeping now, the dark is too hard to beat and I'm not keeping up... The strength I need to push me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humain
avatar

Date d'inscription : 25/06/2017
Messages : 132
Rp postés : 3
Avatar : Miguel Gomez @ Lilie
Âge du perso : 31 ans
Groupe du perso : Humain
Avis de recherche : - Ouvert à beaucoup de choses, des amis, des ennemis, des gens qu'il aurait pu rencontrer au Guatemala ou au Salvador
MessageSujet: Re: Twisted [Jesùs] Dim 9 Juil - 12:13




"Twisted"


Vanessa & Jesùs








Barman ne fut jamais un travail qui avait fait rêver Jesùs, ni même sa mère d'ailleurs. Elle, voyait en ces endroits-là qu'un lieu infernal de débauche où les hommes, comme les femme, venaient s'adonner à des pensées et des gestes peu respectueux et bien loin des enseignements du Christ. Car oui, vous l'aurez sans doutes deviné, la femme était particulièrement croyante et avait  éduqué ses deux enfants avec la lecture de la Bible, essayant de leur faire comprendre ce qui y était écrit, ce qu'il fallait retenir et comment il fallait vivre quotidiennement. De fait, notre ami était particulièrement droit et honnête, dans la grande majorité des cas, particulièrement poli et calme. Malheureusement, il dût vendre une partie de son âme au Malin pour la santé de sa sœur et le futur de sa mère. Échanger une vie éternelle pleine de bienfaits pour permettre à Rosa de vivre sans souffrir ? L'on ne pourrait nommer cela un choix tant il n'y eut pas la moindre hésitation à le faire. La nature lui avait offert une agilité que l'on pourrait qualifier sans mal d'exceptionnelle, comme si … Tout le menait dans cette direction. L'on raconte souvent que le Seigneur a un plan pour chacun de nous et, même si cette pensée pourrait sembler impure pour de nombreux croyants, l'étranger en vint à se demander si, ce fameux plan n'était pas de faire de lui un voleur. Peut-être était-ce sa destinée, peut-être qu'à un moment il en viendrait à faire de grandes choses, que cela soit pour le monde, ou encore l'endroit où il se trouvait. Force était de constater que ses méfaits finirent par offrir à sa jeune sœur une vie bien plus grande que ce que tous les docteurs de sa terre natale pouvaient espérer. Il avait beau demander le pardon chaque soir à travers quelques prières, sachant néanmoins qu'il reprendrait les délits sans la moindre hésitation à chaque fois que sa famille aurait besoin. Ce qui amusa beaucoup Jesùs, cependant, avec cette histoire de plan et de destin, ce fut que, effectivement, quelqu'un de bien finit par trouver une utilité à ses dons. Une certaine Cathan, qui enquêtait sur des non-humains à gérer et lui l'aider avec ses talents, ce qui le rendait relativement heureux. Il travaillait aussi d'ailleurs pour une vampire à la beauté presque … Impensable. Il devait récupérer du sang pour elle, pensant que cela pourrait empêcher certains vampires d'attaquer de pauvres humains sans défense, pensant ainsi agir pour le bien de tous, sans savoir que cela ne servait que pour des cocktails. Pourtant, l'idée qu'il s'en faisait l'aider à avancer.

Mais pour en revenir à ce travail qu'il trouva en arrivant à Salem, il n'avait jamais pu imaginer que cela pourrait lui plaire et pourtant. Cela faisait presque deux ans qu'il y était et, chaque jours, il se rendait au Moonrise avec un grand sourire. Pour répondre aux petits malins dans le fond, ce n'était pas à cause des filles qui y travaillaient, même si, il faut être honnête, croiser de si belles femmes tous les jours pouvait mettre de bonne humeur. Non, l'ambiance était particulièrement agréable, les gens chaleureux et accueillant. Les gens ne l'accusaient pas de tous les maux simplement parce qu'il venait du Guatemala, aucun non-humain n'avait tenté de lui faire quoi que ce soit. Il s'était toujours senti en sécurité et un peu comme au sein d'une seconde famille. Aucune fille ne l'avait jamais envoyé boulé lorsqu'il en venait à la saluer poliment, demandant des nouvelles ou autre, comme cela fut de nombreuses fois le cas avant qu'il n'arrive dans cette ville. Oui, l'homme était apprécié là-bas et, cela le rendait particulièrement heureux, tout comme sa mère au final qui, avait fini par accepter que son fils puisse travailler dans ce genre d'endroits, contre toute attente. Sans doutes avait-elle été aidée par quelques mots glissés par Rosa sur le grand sourire que pouvait avoir son grand-frère lorsqu'il y travaillait.

Avec le temps, notre ami avait appris à connaître tous les employés, leur noms, leur passions, leur rêves, mais aussi leur boisson préférées, qu'il servait machinalement lorsqu'un deux avait fini son service, échangeant ainsi quelques mots à chaque fois, saluant tantôt la prestation, prenant quelques fois des nouvelles de leur filles, ou de leur garçon. Ainsi, il n'oublia jamais un visage et c'était toujours un grand plaisir de recroiser d'anciens collègues. Ce fut tout particulièrement le cas lorsqu'il recroisa Vanessa. Cela ne faisait que peu de temps qu'elle avait quitté l'endroit mais, son absence créait sans le moindre doutes un sacré vide. C'était une danseuse, particulièrement belle, qui avait du faire chavirer un nombre incalculable de cœurs, menant sûrement certains à une consommation excessive d'alcool, voire même de la dépression. Car oui, la voir danser était tout simplement un émerveillement. De fait, son départ avait causé une certaine tristesse dans le public, tant elle avait ses habitués et ses fans. C'était à se demander si elle n'avait jamais été suivie dans la rue par quelques tarés un peu trop collants. En plus d'avoir un visage d'ange et, des formes à faire tourner des esprits, la jeune femme était particulièrement agréable, rayonnante et chaleureuse, ce qui avait toujours beaucoup plu à l'étranger qui s'entendait particulièrement bien avec elle. Alors, la revoir par cette soirée, en beauté, toute souriante à lui faire la bise en demandant ce qu'il se passait, ne put que le mettre de bonne humeur. « Je sais pas trop, nous avons quelques nouvelles danseuses qui dansent bien en plus d'être particulièrement jolies, il y a dû y avoir du bouche à bouche et ça attire les foules. Oh et puis, il commence à faire chaud, les gens sortent un peu plus souvent. Ou peut-être qu'ils ont appris que notre meilleure danseuse venait faire un tour ce soir. » Souriant avec joie il reprit en douceur. « Laisse mes poils tranquille, ma sœur me dis que ça fait plus viril, je la crois. » Riant doucement à cette remarque, il envoya tout de même la main pour savoir où est-ce qu'il avait bien pu commettre cette bourde, avant de croiser un poil dru et rebelle. « Cela fait vraiment plaisir de te revoir, tu t'es faite drôlement jolie en plus. Tu n'as pas croisé de … Fans un peu trop collants ? »

La soirée avança tout doucement et, lorsque son shift finit enfin, Jesùs récupéra les clés de sa moto, prêt à sortir avant qu'une main ne vienne étreindre son bras, qui l'amena vers l'extérieur. Main qui appartenait à une Vanessa dans un état peu enviable, tentant de lui expliquer une mésaventure tout autant peu enviable. Il se retint de rire, afin de ne pas la rendre encore plus paniquée, mais, il y avait de quoi s'amuser avec cela, tout de même. Des clés dans une bouche d’égouts, c'était digne d'un roman. S'agenouillant devant cette bouche pour tenter de voir quoi que ce soit, le guatémaltèque dégaina son téléphone, qu'il tint fermement, pour observer, espérant voir quelque chose, mais rien n'attira son regard à part de l'eau et … Des trucs qui flottaient, qu'il préférait même ne pas savoir ce que cela pouvait bien être. « Je … Je vois rien, je suis vraiment désolé Vanessa. Mais, allons. Ne panique pas, je vais t'aider d'accord ? Il y a une plaque qu'on peut enlever un peu plus loin, on va passer par là. Ça ne va pas être agréable, ça va sentir très mauvais aussi, mais je suis certain que l'on peut la trouver. Et, je serais jamais bien loin de toi d'accord ? Pas besoin d'avoir peur et puis, en toute honnêteté, je ne pense pas qu'on l'on puisse trouver énormément d'araignées en dessous. Respire un bon coup et … Tu veux une veste peut-être ? Il risque de faire un peu frais dessous, j'ai ma veste de moto si tu veux, en plus ça évitera de trop te salir. »

Après ce quelques échanges, le barman entraîna la jeune femme un peu plus loin où il descella sans grand mal cette fameuse plaque d’égouts qui laissa découvrir une échelle sommaire, descendant dans l'obscurité. « Je descends en premier, au cas où tu viendrais à glisser. C'est peut-être pas les meilleures chaussures pour crapahuter. » Certaines personnes à l'esprit quelques peu pervers ou simplement mal placé pourraient imaginer que ce n'était là qu'une ruse afin de pouvoir reluquer sans la moindre vergogne ce qui se passait sous sa robe, mais, sachez, que Jesùs est bien meilleur que vous. Non, jamais il ne profiterait de ce genre de situations pour se livrer à ses bassesses. Une fois arrivé en bas, l'homme dégaina à nouveau son téléphone pour éclairer les lieux, en faisant signe à la belle de descendre, tentant de comprendre dans quelle direction ils devraient aller durant cette fameuse descente. En suivant le courant, notre ami finit par désigner une direction, espérant ne pas se tromper. « Je … Je pense que nous devrions aller par là, le courant a dû emporter tes clés dans cette direction, il va falloir envoyer la main dedans lorsque c'est un peu profond c'est … J'ai déjà l'envie de vomir. »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Twisted [Jesùs]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» TOP 10 des plus beaux buts de Jesús Navas!
» CLARA ❞ We’re all kind of weird and twisted and drowning.
» broken hearts and twisted minds. (sandy)
» PLACID ♔ Twisted Mind.
» The Twisted Alpha links

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: . :: Downtown of Salem-
Sauter vers: