Partagez|

L'araignée Gipsy monte à la gouttière. Tiens ! Voilà la pluie… Gipsy elle s'éclate par terre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Loup-garou
Meute de Wade Jackson
avatar

Date d'inscription : 23/06/2016
Messages : 359
Rp postés : 34
Points-Bonus : 103
Avatar : Matthew Daddario ( tokki <3 <3 )
Âge du perso : 20 balais
Groupe du perso : Werewolf
Liens infos :
Avis de recherche : son père + quelqu'un pour le recueillir + son meilleur pote + des amis + des amours + des emmerdes +une meute de werewolves
MessageSujet: L'araignée Gipsy monte à la gouttière. Tiens ! Voilà la pluie… Gipsy elle s'éclate par terre. Mer 28 Juin - 1:35

L'araignée Gipsy
Monte à la gouttière.
Tiens ! Voilà la pluie…
Gipsy tombe par terre.
( Simple plan → What's news Scooby doo ? )
La journée avait été longue, presque trop longue même. alors ouais  quand arriva l'heure de rendre son tablier pour le reste de la soirée sonna, Rhydian ne s'était pas fait prier pour quitter les fourneaux. Sortant par la porte de derrière, il sentit une petite boule de poil venir se frotter contre ses jambes " Salut vieux frère, lança le grand brun avec un petit sourire au coin des lèvres, tu rates jamais l'heure toi " ça au moins c'était une des habitudes du jeune lycanthrope qui n'avait pas changer, il prenait toujours le temps de donner de quoi grailler aux matous du coin. Ironique en sachant le canidé qu'il était au fond de lui mais c'était plus fort que lui il avait toujours aimé ses boules de poils là. Il ébouriffa une dernière fois le chat qui manger avidement dans la barquette que le Fraid lui avait déposer avant de continuer sa route. Non pas à la baraque mais direction sa nouvelle colocation.

Ouais il avait l'impression que son quotidien était devenu une fourmilière quand laquelle un sale gosse venait de shooter. ça avait commencer par le départ d'Eireann. Il l'avait vu partir un jour, sans rien dire. Il fallait s'en doute seulement qu'elle respire loin de cette ville et du jour au lendemain la maison lui avait parut bien vide. C'est à partir de ce moment là que la décadence de cette colocation avait commencer, ne serait ce que pour Seth qui semblait être devenu au file du temps comme un véritable fauve en cage sans elle. Le chasseur d'ailleurs aussi avait fini par suivre, un matin, lui sortant une affaire de contrat ou il ne se souvenait plus quelle excuse. De toute façon le jeune loup garou n'avait pas chercher à en savoir plus vu le ton que le colosse avait employé, le genre de ton qui vous fait clairement comprendre que non seulement vous n'auriez jamais de réponses à vos questions mais que cela ne ferait que les lui briser plus qu'autre chose. Tu devrais prendre l'habitude que a se termine toujours de cette manière. ouais peut être qu'il devrait ...heureusement que dans toute cette histoire il avait quand même pu retomber sur ses pattes grâce à Eir' qui lui avait laisser l'adresse d'une pote à elle, Vanessa. Apparemment elle cherchait un coloc et fallait l'avouer, ça tomber plutôt bien.  Il se souvenait l'avoir vu de loin par le passé, lorsqu'il décidé de squatter le Moonrise avec Eden, mais ça n'était pas aller plus loin que ça et aujourd'hui voilà qu'il se retrouvait être son colocataire, le temps que le jeune Fraid puisse se retourner. Y avait pas à dire cette nana l'avait clairement sauver de mise.  


Avec toutes ses réflexions qu'il avait ruminé rhydian  n'avait même pas eu le temps de se rendre compte de la durée du trajet qu'il se retrouver déjà à deux pas de l'appart et fini par remarquer le carton posé là comme ça sur le pas de la porte. C'était quoi encore ça ? Il souleva le paquet pour l'examiner rapidement. Pas d'adresse. Pas de nom. Rien d'écrit dessus. Bizarre ça ... Le colis sous le bras, le jeune Fraid entra dans le studio. " Hey Vanessa t'es dans l'coin ? " Il se débarrassa de ses godasses comme il pu avant de poser la boite à côté de l'aquarium dans lequel Mauricette tournait en rond genre 99% du temps. Oui ça c'était un autre petit cadeau d'Eireann avant son départ. Une sorte de petit souvenir de leur ancienne colocation. Il ne savait même pas comment elle avait fait pour savoir que c'était une fille... peut être une histoire de nageoire caudale ou un truc comme ça.

" Dis t'as commander un truc ? " lança-t-il en délaissant le paquet. ça se trouve c'était encore le facteur qui avait fait une bourde. Enfin ils verraient ça plu tard pour l'instant il fit la chose qu'il attendait de faire depuis qu'il était sorti du boulot. Le loup garou se se laissa tombé sur le canapé avec la délicatesse d'un éléphant. Bordel de dieu qu'est ce que ça fait du bien. Il profita de cet instant de détente avant de sortir le téléphone de sa poche. aucun message mais vu l'heure qu'il était Blake ne devrait pas tarder à finir sa représentation de ce soir. peut etre qu'il pourrait la rejoindre plus tard à sa caravane... Attends minute papillon ça doit faire la cinquième fois de la journée que t'as une petite pensée pour elle. qu'est ce qui t'arrive là ?  C'est alors qu'un cri s'éleva dans le studio, le faisant qu'un seule coup sortir de ses pensées sans manqué de le faire bondir sur canapé. Vanessa ! Sans même prendre le temps de reconnecter deux trois neurones il se précipita dans l'espace cuisine d'où provenait les cris de détresses . Quoi ? qu'est ce qu'il y a qu'est ce qui le passe ?! Y'a le feu c'est ça hein ?
© 2981 12289 0

_________________
Only wolf who lost his way ☾ In the back of my mind, I've been trying to chase a monster   this while time but i couldn't see the monster was me -  
❝Animal I have become ❞

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine
avatar

Date d'inscription : 29/03/2017
Messages : 626
Rp postés : 14
Points-Bonus : 67
Avatar : Michelle Keegan
Âge du perso : 27 ans
Groupe du perso : Humaine
Liens infos :
♥♥♥♥♥

STORYTIME
RELATIONSHIPS
Multis : Mary Williams
MessageSujet: Re: L'araignée Gipsy monte à la gouttière. Tiens ! Voilà la pluie… Gipsy elle s'éclate par terre. Jeu 29 Juin - 16:34



L’ARAIGNÉE GIPSY...
monte à la gouttière. Tiens ! Voilà la pluie…
Gipsy elle s'éclate par terre.

Un colocataire.
Je crois que j’aurai préféré que ce soit une femme plutôt qu’un homme. Parce que de toute évidence, les hommes ne me réussissent pas. Je ne saurai pas trop dire pourquoi. Et le studio est si vide depuis que Gabriel est parti. Depuis qu’il ne traine plus sur le canapé, que nous ne regardons plus de vieux téléfilms que tout le monde a oubliés. Il n’y a plus d’assiettes sales qui trainent dans l’évier, ni de cadavre de bières sur la table basse carré. Même son odeur a disparu des murs, celle de son parfum à la menthe poivré. Souvenirs et photos ont rejoint un petit carton que je cache dans la penderie de l’entrée, parce que je n’arrive pas encore tout à fait à m’en débarrasser même si je sais pertinemment que je devrais tout jeter. De toute évidence, il ne redeviendra pas celui qu’il était. Maintenant il a changé, il est différent et ses colères sont toujours aussi grandes. Il n’y a plus d’amour dans mon regard, juste de la nostalgie et de la peur aussi.
Une anxiété qui s’accroche à mon ventre dès que je dois passer la porte. Parce qu’il a déjà réussi à rentrer une fois, qu’il m’attendait sagement dans la salle de bain avant d’éclater et de me blesser. De nous blesser. Alors je ne suis jamais tranquille lorsque mes pas m’y conduisent et ces derniers temps j’ai préféré fuir Salem en compagnie de Jake le temps que ça se tasse.

...

A mon retour, un message laissé sur ma boite vocale. Un certain Rhydian envoyé par Eireann qui savait que je cherchais quelqu’un pour une colocation. C’était plus pour avoir une présence au départ, quand je ne cesse de me répéter qu’en réalité c’est de sécurité dont j’ai besoin. J’ai hésité à le rappeler parce que j’ai eu peur que si Gabriel voit un homme sortir d’ici, il s’en prenne à lui. Je pousse un profond soupir avant de composer ce numéro. Et Rhydian posera ses quelques affaires le jour même. Il a ramené un poisson à la maison. Dans un bocal avec du sable bleu au fond. Une liste de consignes scotchée dessus et la petite boite de granules. Je l’ai regardé, sceptique. T’es sûr qu’il va pas mourir ton truc, là-dedans ? J’ai pas eu le temps de demander ce que c’était quand il m’a répondu gaiement que c’était Mauricette. J’ai arqué un sourcil, dévisagé tour à tour le poisson et son propriétaire sans poser d’autres questions. Parce que j’ai un peu peur des réponses en fait.

Ses affaires ont trouvé une place dans la commode et dans le placard de l’entrée. La réserve de nourriture a triplé C’est fou ce qu’un homme peut manger. et on a fait en sorte de cohabiter dans ce studio trop petit pour avoir un bout d’espace vital. On apprend à se connaître et de toute évidence, le courant passe bien. On a décidé de ne pas tenir de planning de partage des tâches et souvent lorsque je rentre au petit matin, il dort déjà au pied du canapé, sur son matelas gonflable - qui fait un bruit infernal dès qu’il bouge ou se retourne. Je crois d’ailleurs qu’on va devoir en acheter un autre parce que celui-ci se dégonfle petit à petit.



L’heure du diner approche et je prépare le repas. J’émince des oignons quand Rhydian débarque à la maison un colis sous le bras. « Je suis là ! » cris-je presque alors que concrètement, après cinq pas il aurait été difficile de me louper. C’est que l’on n’habite pas dans un palace non plus.
Il s’affale dans le canapé quand je continue soigneusement ma découpe… un masque de plongée sur le visage. Un peu trop grand et sans doute trop large mais suffisant pour ne pas avoir à pleurer en épluchant ce tue-mascara. Il parle du paquet qui trône sur le bar.

« Non je crois pas. Je regarderai plus tard. »

Encore heureux que je ne portais pas de tuba lorsqu’une araignée a fait irruption juste à côté de la planche à découper. Si ma vision n’est pas la meilleure derrière le plastique du masque, je suis presque persuadée qu’elle me regarde avec tous ses yeux dégoutants. Le couteau est relâché et tout valdingue sur le côté. Je pousse un hurlement strident qui résonne dans tout le studio.

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHH RHYDIAAAAAAAAAN !!! AAAAAAAAAH »

Moi ? Je suis déjà perchée sur le bar juste dans mon dos qui sépare le coin cuisine du salon. Carrément debout à couiner et hurler avec mon masque de plongée toujours du le bout du nez qui donne un son étrange à ma voix. Comme quand on a un rhume et qu’on parle du nez.
Il se plante en héros et nous débarrasse de l’infâme créature à huit pattes. Dans tout cette agitation, mon pied percute le paquet qui s’écrase par terre. Une large tâche rouge vient l’auréoler.

« Mais… C’est quoi ça ? »

Les yeux vissés sur le carmin qui salope mon parquet, je finis par poser les pieds au sol pour le retourner.

« T’es artiste peintre et t’as commandé de la peinture ? J’espère que ça s’en va avec de l’eau claire sinon on ne récupèrera jamais le sol ! »

Ma main plonge dans le paquet pour en ressortir quelque chose de tiède, presque froid même.
Je le sors avant de comprendre qu’il s’agit d’une main. Il me faut quelques secondes encore pour comprendre qu’elle n’est pas en plastique mais humaine. D’un geste de dégout mêlé à la panique je lui balance au visage.

« OH MON DIEU OH MON DIEU OH MON DIEU OH MON DIEU !!!!!!!!!!!! »

Je me retourne pour étaler la bile qui sort d’entre mes lèvres dans l’évier. Je réfléchis à toute berzingue en plaquant mes paumes sur le rebord en granit.

« Faut qu’on s’en débarrasse, merde. Il y a mes empreintes dessus !!! On peut pas le mettre dans une poubelle, dans les séries judiciaires ils finissent toujours pas tomber dessus. Mince, mince, comment on va faire…. JE SAIS ! Tu vas aller l’enterrer, dans la forêt ! Voilà. Non attend. Non, je viens avec toi. Je veux pas rester seule avec un psychopathe dans le coin... T’es sûr que c’était pour nous ce colis ? »



_________________

I had a way then losing it all on my own. I had a heart then but the queen has been overthrown. And I'm not sleeping now, the dark is too hard to beat and I'm not keeping up... The strength I need to push me.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'araignée Gipsy monte à la gouttière. Tiens ! Voilà la pluie… Gipsy elle s'éclate par terre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» « L’araignée Gypsie monte à la gouttière... » [PV Sean]
» L'araignée qui monte, qui monte... (py Kami ♥♥♥)
» Bagu Kirima, une araignée au plafond...
» repousser les araignées
» Araigné géante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: . :: Les résidences :: Les logements-
Sauter vers: