Partagez|

Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Vampire

Date d'inscription : 09/03/2017
Messages : 246
Rp postés : 94
Avatar : Deborah Ann Woll
Âge du perso : 24 / 150 ans
Groupe du perso : Vampire
Disponibilités : Pas Disponible
Liens infos : Fiche - Liens - Sujets
Avis de recherche :
- Des compagnons de jeux de toutes races,
- Des ennemis également,

Multis : Teddy / Valeska
MessageSujet: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Dim 28 Mai - 17:35




Elizabeth & Devan
Nice to see you again.


La nuit n’était pas encore complètement tombée lorsque Elizabeth arriva dans son beau et luxueux duplex situé dans l’un des quartiers chics de Salem. L’Immortelle abandonna ses talons de marque sur le sol carrelé de blanc. La journée avait été longue, entre rendez-vous privés et la tenue de sa galerie d’art. Car oui, Elizabeth était une femme d’affaires. Certains devaient croire qu’elle passait ses journées dans le luxe, à séduire et se la couler douce. La vérité était toute autre. L’Anglaise gérait sa galerie d’art avec une poigne de faire et les employés -bien que rares- n’avaient jamais fait l’affaire bien longtemps. Alors, comme bien souvent, elle se retrouvait seule à tenir les lieux ouverts, à accueillir les clients. Oui, sa vie était chargée. Trop certainement. Surtout ces derniers temps. Beaucoup de choses étaient venues perturber sa vie personnelle, en plus de sa vie professionnelle. Et, si elle avait espéré pouvoir passer une soirée agréable à se prélasser dans son bain, Elizabeth savait qu’elle allait devoir sortir cette nuit. Un rendez-vous avait été donné par un client. Dans un bar plutôt bien fréquenté, qui faisait également restaurant dans sa partie haute. Un endroit idéal, ou presque, pour faire des affaires. Alors la belle délaissa son tailleur noir sur le chemin de sa chambre et fit couler son bain, accompagné de quelques sels pour la détendre. Affamé, elle se servit une coupe de sang frais, apporté le matin même dans son duplex. Service à domicile grassement payé. Prélassée dans son bain, les yeux fermés, Elizabeth se laissa bercer par un fond de musique classique, puissant et envoûtant. Le sang s’écoula sur sa langue, réveillant en elle des appétits particuliers qu’elle s’empressa de faire taire.

Une heure plus tard, la nuit n’allait plus tarder à prendre le relais sur Salem. Tranquillement, Elizabeth enfila ses talons. Vêtue d’un tailleur blanc (clic), cheveux plaqués en arrière, la belle peaufina son maquillage, dessinant ses lèvres d’un rouge profond. En bas, l’un des assistants d’Elizabeth patientait.

- La voiture est avancée Madame.

La belle attrapa son sac. Elle aurait aimé se déplacer avec sa Porsche qu’elle aimait tant, mais celle-ci se retrouvait au garage pour révision. Elle se déplaçait donc dans une Audi, grande classe malgré tout. Même si l’on pouvait croire le contraire, Elizabeth n’aimait pas se faire rouler. Mais c’était un détail. La voiture fila donc de l’immeuble de la rousse pour filer vers le centre-ville de Salem, pour rejoindre ce rendez-vous. Il s’agissait visiblement d’un couple d’humains, rien d’anormal, qui souhaitait faire l’acquisition de quelques toiles. Si la plupart des clients passaient directement à la boutique pour des achats, la vente de très grosses toiles, surtout lorsqu’elles étaient nombreuses, pouvaient se faire lors de dîner un peu plus particulier, ou de cocktails. Ce n’était donc pas choquant, pour elle, de rencontrer ainsi ses clients. Elle avait pu les rencontrer une fois, lors de leur passage à la galerie et ce dîner permettrait de finaliser le tout.

(…)

- Je vous appelle lorsque j’ai terminé. N’allez pas trop loin.
-Très bien Madame. Bonne soirée.

Avec sa classe légendaire, Elizabeth pénétra dans le lieu du rendez-vous. À l’entrée, elle s’annonça et l’hôtesse lui fit traverser la partie bar de l’établissement pour la conduire dans la partie restaurant. Si les lieux n’étaient pas des plus chics, ils n’étaient pas non plus miteux. Et comme bien souvent, la rousse ne passait pas inaperçu dans sa tenue classe, ses longs cheveux roux caressant son dos vêtu de blanc.

- Miss Fawkes, quel plaisir de vous revoir !

Elizabeth fut reçue avec le sourire par le couple Andrews. Un couple charmant et, d’apparence, bien sous tous rapports. Le dîner s’écoula tranquillement. Si la belle n’avait pas pour habitude de manger de manière solide, en dehors de la cuisine d’Ezekiel, elle savourait malgré tout le repas à base et le délicieux vin que le couple avait commandé.

- Donc, puisque vous m’êtes tout à fait charmant, je veux bien négocier le prix avec vous. Je dirais, 15 000 $ la toile. Qu’en dites-vous ?
- 30 000, c’est un prix convenable pour ces deux chefs-d’œuvre dont nous voulons hériter !

Le contrat fut signé et le repas terminé. Pour célébrer cette acquisition, le couple, accompagné d’Elizabeth, descendirent dans la partie bar de l’établissement. La rousse laissa le couple commander une bouteille de champagne avant de filer se repoudrer le nez dans les toilettes des dames. Et la belle revint. Rires, champagne… Et nausée. Une violente nausée et des douleurs se mirent à tordre l’immortelle en deux. Le regard levé sur le couple, elle comprit.

- Ce n’est pas à nous de payer, mais toi.

Sans qu’Elizabeth ne puisse réagir ou faire quoi que ce soit, une aiguille se planta dans sa main. La substance se propagea rapidement. Mélange de verveine et autre chose certainement, qui la paralysa suffisamment pour la rendre incapable de se défendre, mais qui ne la fit pour autant pas tomber dans les vapes. Alors, les choses se passèrent très vite. Autour d’eux, les gens buvaient, riraient, dansaient et parlaient fort, ne s’occupant absolument pas de ce qui se passait autour d’eux. Elizabeth chercha à se débattre, légèrement, mais le produit injecté l’en empêcha. Et tranquillement, ils guidèrent Elizabeth -qui passa certainement pour une femme un peu trop ivre- vers la sortie de l’établissement.

Oui, elle avait compris. Pourtant, elle aurait du le savoir, s’en méfier. Mais ces gens là étaient proches de cet homme qu’elle avait torturé et tué, en compagnie de Yuri, un Sorcier rencontré quelques semaines plus tôt. Ils étaient là pour se venger. Pour venger l’ordure qui avait osé arnaquer plus d’une personne. Et malheureusement, elle ne pouvait rien faire pour se défendre.


_________________

★ The day that love opened our eyes. We watched the world end. We have high places but we have no friends. They told us sin's not good, but we know it's great. War-time, full-frontal drugs, sex-tank armour plate. Bang; we want it. You came to see the mobscene. ★

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Ven 9 Juin - 2:49

Nice to see you again
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.

La journée avait plutôt été calme. Dans le sens où, Devan n’avait rien remarqué de trop surnaturel, en même temps, cela était peut-être dû au fait qu’il baignait tellement dedans que cela ne choquait même plus, si choc il y avait eu à un moment donné. Mais les rues de Salem étaient bien à moitié peuplées par des créatures qui ne relevaient pas du commun des mortels. Toutes étaient dangereuses mais seulement quelques une d’entre elles osaient montrer toute l’étendue de leurs capacités démoniaques. Quoique. Cela restait encore à voir. Mais peu importe. Il ne saurait vraiment dire qui était les plus dangereux pour les humains… Certes les vampires s’en nourrissaient mais avec les lois ils étaient bien protéger, encore fallait-il que les vampires respectent lesdites lois. Et ça ce n’était pas gagné pour tout le monde. Lui, il les respectait… Enfin quand ça l’arrangeait. Il lui arrivait de déroger un peu aux règles de temps en temps, même s’il pouvait se qualifier de vampire qui se contrôlait, il était bon parfois de céder à certaines pulsions. Toutes races avaient des besoins plus ou moins ressentis. Les loups par exemple, n’étaient pas innocents dans leur genre. Ils étaient capables d’éventrer quelqu’un juste pour une petite contrariété, dans le genre susceptible ils étaient plutôt doués de toute manière. Et les sorciers c’était encore une autre affaire, on pouvait difficilement savoir si on pouvait ou non leur faire confiance. Même si certains se montraient très volontiers utiles, comme pour tout ce qui était talisman pour ne pas cramer au soleil, cela était quand même très utile et il ne quitterait le sien pour rien au monde. Mais bon, on pouvait dire que les humains étaient de faibles petites choses, depuis les révélations qui leurs avaient été faites il y a quelques temps, certains avaient entrepris des chasses et d’autres devenaient complètement parano. Cela était devenu nettement moins drôle.

Mais bon, cela n’allait pas changer radicalement sa vie non plus. Il se contentait d’exercer son petit train-train quotidien, même si sa « profession » n’amenait pas vraiment à une routine étant donné la non-stabilité qui était imposée. Même ses horaires n’étaient pas stables. Il pouvait se retrouver plusieurs jours sans rien comme enchaîner les boulots. Mais ça ne le dérangeait pas, c’était plutôt quelqu’un qui vivait au jour le jour plutôt que quelqu’un qui faisait des projets. Aujourd’hui par exemple il n’avait eu aucune demande de particulier. Il avait donc eu sa journée pour lui tout seul. Elle ne lui avait pas été franchement prolifique. Il avait juste passé son temps à se prélasser dans son appartement, sans que personne ne vienne l’embêter avec quoique ce soit. Il avait pu passer sa journée tranquille sans élément perturbateur. Il avait eu assez de rebondissements comme ça depuis qu’il était revenu à Salem de toute façon. A commencer par le sujet paternel. C’était encore assez compliqué entre eux, certes il avait confronté Jasper à la réalité mais cette réalité ne semblait pas du tout lui convenir, d’autant plus qu’il l’avait totalement rejetée. Cela n’avait pas été très surprenant mais ça n’en restait pas moins vexant et frustrant. Mais il ne comptait pas lâcher l’affaire pour autant.

Après avoir passé une journée peu intéressante, il décida d’aller s’aérer l’esprit dehors, il s’était nourri il n’y a pas très longtemps donc cela ne devrait pas poser de problèmes pour la soirée. Mais aller boire un verre dans un bar ne relevait d’aucun besoin particulier, et puis il pourrait peut-être même y faire des rencontres intéressantes, on ne savait jamais ce que les coins de Salem nous réservaient. Devan n’était jamais contre agrandir son cercle de connaissances ou plus, qui sait ce que certaines rencontres pouvaient engendrer. Il pénètre dans l’enceinte du bar, il y avait déjà pas mal de monde mais la foule n’était pas un problème pour lui. Il arrive à se frayer tant bien que mal un chemin jusqu’au bar et commande. Il doit patienter quelques minutes avant d’être servi, après un remerciement pour le barman et un règlement de la note, il peut siroter son verre.

Il observe un peu différents groupes de personnes qui sont présents, un peu curieux de savoir quel genre de personnes fréquentaient ce lieu en ce moment même ou bien d’une manière générale. C’est alors qu’un mouvement un peu suspect attira son attention. Certes, cela pouvait passer totalement inaperçu pour un humain mais ses sens affûtés par le vampirisme détectaient quelque chose de louche. Il regarda un peu dans la foule lorsqu’il vit trois personnes qui se détachaient un peu, il eut un petit moment de surprise, pensant reconnaître quelqu’un dont il avait été relativement proche il y a de ça un moment déjà. Peut-être qu’il se trompait, c’était fort possible mais en même temps il était quasiment certain que c’était elle. Dans tous les cas, elle semblait être dans un état assez curieux et mal en point. Intrigué, Devan décide alors de les suivre vers la sortie puisque c’était le chemin qu’ils empruntaient. Ces gens qui « escortaient » le vampire n’avaient pas l’air emplis de bonne intention, si elle était aussi peu maîtresse d’elle-même c’est qu’ils avaient dû contribué à ce qu’elle soit dans cet état.

Une fois dehors tous les quatre, Devan vient leur barrer la route et les jauge du regard. Humains, de toute évidence, il ne connaissait pas le début de l’histoire mais cela ne l’intéressait guère pour le moment. Il était du genre fidèle avec ses amis et de son côté, Elizabeth en faisait partie, car à la voir de plus près, il était sûr que c’était elle.

« Je vous remercie d’avoir pris soin de mon amie jusqu’ici, je vais prendre le relais. »

Sans attendre une quelconque réaction de leur part il leur brise la nuque à tous les deux. Il tuait rarement des humains mais ils étaient sûrement blindés de verveine et n’avait pas de temps à perdre. Il rattrape la rousse pour la soutenir.

« Je ne sais pas dans quelle affaire tu t’es fourré mais je pense pouvoir dire que tu l’as échappé belle. »

Il met les corps des défunts dans un quelconque endroit isolé et aide Elizabeth à garder contenance, il ne savait pas ce qu’ils lui avaient administrer alors il ne pouvait pas lui être d’une grande aide de ce côté-là, il espérait seulement que les effets se dissiperaient vite mais avec son sang de vampire cela devrait aller. Du moins, il l’espérait.

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 09/03/2017
Messages : 246
Rp postés : 94
Avatar : Deborah Ann Woll
Âge du perso : 24 / 150 ans
Groupe du perso : Vampire
Disponibilités : Pas Disponible
Liens infos : Fiche - Liens - Sujets
Avis de recherche :
- Des compagnons de jeux de toutes races,
- Des ennemis également,

Multis : Teddy / Valeska
MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Dim 11 Juin - 9:27




Elizabeth & Devan
Nice to see you again.


Elizabeth avait déjà eu quelques ennemis dans la vie. Elle avait d’ailleurs déjà eu des contrats sur sa tête, à l’époque solitaire, après son Créateur, après Talia. Cette période durant laquelle elle avait vécu seule, en totale autonomie, sans filtre, sans qui que ce soit pour la guider ou la freiner. Elle avait échappé à ce contrat à mort par une négociation longue et difficile. Tyler, le Chasseur en charge de ce contrat aimait le lui rappeler encore parfois, lorsqu’elle lui refusait quelque chose. Tout ça pour dire que la belle avait toujours réussi à se débrouiller seule. Et si la vraie mort était venue quelque fois la caresser du bout de ses doigts crochus, espérant l’étreindre entre ses bras drapés de noir, l’Immortelle avait toujours réussi à s’en sortir. Avait-elle alors trop baissé sa garde ? Peut-être. Ou peut-être était-ce tout simplement un signe du destin. La Belle avait beau se sentir supérieure aux mortels, supérieure à pas mal de monde d’ailleurs, elle avait conscience que son existence pouvait être menacée à n’importe quel moment. C’était aussi pour cela qu’elle profitait de sa vie avec autant d’ardeur. Mais cette nuit, elle n’avait pas su être suffisamment vigilante pour sentir le coup fourré. Et la voilà entre les mains d’humains bien trop expérimentés pour de simples mortels. Nul doute qu’ils devaient avoir à leurs côtés des Sorciers puissants pour les aider. Car ils n’auraient certainement pas pu l’empoisonner ainsi tout seul. La verveine ne se procurait pas si facilement et le mélange qui lui avait été destiné comportait certainement bien d’autres choses capables de la rendre quasi inerte. Hors-service, ou presque.

La vue de l’artiste était troublée. Des sons désagréables lui ravageaient ses oreilles devenus encore plus sensibles qu’en temps normal. Tous ses sens semblaient être troublés et la nausée secouait son estomac comme après une trop mauvaise gueule de bois. Bien qu’elle n’eût jamais été hangover à ce point. Une voix résonna. Comme sortie de nul part, sortant Elizabeth de sa lutte intérieure pour ne pas sombrer dans des méandres inconnus et effrayants. Sa tête se releva légèrement et son regard croisa celui du blondinet qu’elle ne reconnut pas de suite. Son esprit semblait être dans un brouillard épais. Elle eut d’ailleurs beaucoup de difficultés à comprendre ce qui se passait. Quelques secondes plus tôt, elle avait été soutenue par le couple, voilà qu’elle se retrouvait maintenant debout, toute seule, le corps tremblant, cherchant à s’échouer sur le sol.

Bien vite, les mains de l’homme vinrent la soutenir. Son visage à quelques centimètres de celui de l’homme, elle crut le reconnaître, cherchant dans ses souvenirs emmêlés. Devan. Il s’agissait bien de lui. Voilà un long moment qu’ils ne s’étaient pas vu et il tombait plutôt bien, il fallait l’avouer. La belle se laissa échouer quelque instant contre son corps, un sourire étirant ses lèvres.

« Je ne sais pas dans quelle affaire tu t’es fourré mais je pense pouvoir dire que tu l’as échappé belle. »
- Tu me connais… j’aime … l’aventure ... dit-elle difficilement, cherchant à garder un minimum de dignité.

Elle le remercierait plus tard. Quand son estomac ne chercherait plus à se vider sur le sol ; que sa tête ne cherchait plus à exploser en des millions de morceaux dégoûtants. Et elle s’appuya contre un mur, le temps que Devan s’occupe des corps. Ou quelque chose comme ça. Elle ne s’en soucia pas, bien trop occupée à chercher une fraîcheur contre ce mur, en vain. Son corps semblait bouillir. Lorsque les bras retrouvèrent son corps, elle soupira, se sentant subitement en sécurité.

- Devan … Tiens-moi … je vais m’év….

Trop tard. Le corps de l’Immortelle s’échoua contre celui de son congénère. Elle s’évanouit, plongeant dans une inconscience douloureuse durant laquelle son corps froid semblait brûler, transpirer, secoué de légers spasmes. La douleur en elle était intense et réelle, s’insinuant dans chaque partie de son être. Le poison injectait se faufilait en elle comme un serpent, ne laissant aucun répit à la belle. Nul doute qu’elle ne pourrait appeler son homme de main, qui ne se douterait pas que sa patronne était si mal en point. Nul doute également que sa vie et son intégrité étaient désormais entre les mains de Devan.

(…)

Le corps d’Elizabeth n’avait cessé d’être secoué par des soubresauts parfois violents. Des gémissements de douleur s’échappaient de ses lèvres durant son inconscience, signe évident qu’elle souffrait. Transpirante, comme fiévreuse, elle n’avait cessé de se tordre en deux, sans le savoir, sans le vouloir.

Les sens reprirent leurs fonctions lentement. D’abord l’ouïe. Le moindre petit bruit, le moindre écoulement d’eau, le moindre soupire parvint jusqu’à Elizabeth. L’odorat suivi avec des odeurs particulières qui venaient lui chatouiller le nez, odeurs qui ne lui étaient pas familières. Le corps de la belle rousse la faisait encore souffrir, mais bien moins que dans ses souvenirs… Souvenirs qui semblaient vouloir se remettre en place dans son esprit encore perdu dans le brouillard. Des images lui revinrent. Celles de ces ordures qui lui avaient planté une aiguille dans la main. Les yeux de la belle s’ouvrirent d’un coup sur un plafond qu’elle ne connaissait pas. En alerte, elle se redressa rapidement. Trop. Si bien que sa tête se mît à tourner, lui collant une nouvelle nausée. Et c’est là qu’elle le vit.

- Devan … qu’est-ce … qu’est-ce qui c’est passé ?

Il était rare de voir Elizabeth Fawkes troublée. Tout comme il était rare de la voir effrayée et démunie. Elle détestait de se sentir faible et redevable. Mais avec Devan les choses étaient particulières. Ces deux là s’étaient rencontrés à New-York, des années plus tôt. Entre eux s’était rapidement installé une sorte de jeu du chat et de la souris. Lorsque l’un suivait, l’autre fuyait. Un jeu de séduction, de provocation, durant lequel ils n’avaient jamais cédé, par amusement et par fierté certainement. Ce fut seulement avant le départ d’Elizabeth pour Salem, environ trois ans plus tôt, qu’ils avaient fini par céder à leurs pulsions les plus refoulées depuis tout ce temps. Et le voilà, tel un chevalier blanc, venu secourir la belle rousse en danger.

- Aurais-tu quelque chose à boire… j’ai la bouche tout sèche ...

La Bête en elle grondait. Affamée. Mais un verre d’eau aurait fait l’affaire vu son état déplorable.


_________________

★ The day that love opened our eyes. We watched the world end. We have high places but we have no friends. They told us sin's not good, but we know it's great. War-time, full-frontal drugs, sex-tank armour plate. Bang; we want it. You came to see the mobscene. ★

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Dim 18 Juin - 9:30

Nice to see you again
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.

Cela pouvait être drôle parfois, de voir les surprises que la vie nous réservait. Que cela soit de simples coïncidences ou non. Tout au long de notre vie, il y avait des personnes que l’on rencontrait, avec qui on créait des liens, des attaches, puis du jour au lendemain, tout se brisait aussi facilement qu’un fil. Puis on recommençait, inlassablement, bêtement, sachant pertinemment que la souffrance était très probablement la seule porte de sortie empruntable. Mais n’était-ce pas là l’une des principales fonctions de l’Homme ? La sociabilisation jouait un rôle important dans une vie. C’était même un déterminant très important dans certains des choix que l’on effectuait, à ne pas en douter. Que l’on soit mortel ou non, l’individu cherchait toujours à se lier à ses semblables pour différentes raisons, la peur d’être seule était souvent la plus évidente et la plus ressentie. Il paraissait que c’était humain. Mais Devan n’était plus vraiment humain. Il avait rejoint les créatures de la nuit il y a de ça bien longtemps. Cela se rapprochait des trois siècles maintenant, pourtant il se souvent de tout avec beaucoup de précision. Comme si tout s’était passé hier. Lui aussi avait cherché à nouer des liens pardessus tout, il avait rencontré des gens, il en avait perdu d’autres. Parmi ses rencontres, une jeune femme l’avait marquée, une jeune vampire très distinguée, d’une certaine manière. Une jolie rousse avec laquelle il s’était bien amusée pendant un temps, jouant avec elle au jeu du chat et de la souris. Un jeu de séduction et tentation constante dont aucun ne voulait céder, par fierté ou autre. Malheureusement, leur petit jeu dû prendre fin quand la jeune femme dû s’en aller, concluant leur jeu par une nuit de passion libérant leur frustration commune.

Jamais il n’aurait cru la revoir ici et surtout en de telles circonstances. Elle dégageait une certaine classe ainsi qu’un sentiment d’invulnérabilité qui était très attirant. Pourtant, il l’avait retrouvée dans une situation bien délicate mais dans laquelle il ne pouvait la laisser. A moitié inconsciente à la solde de deux humains, il ne savait pas vraiment ce qu’ils lui auraient fait s’il n’était pas intervenu mais après tout, il ne désirait pas le savoir. Dans l’état dans lequel il les avait laissé- sans aucune once de vie -ils ne pourraient plus prétendre à lui faire subir quoique ce soit. Pour l’heure, il devait trouver un moyen d’aider au mieux Elizabeth qui semblait lutter pour ne pas tourner de l’œil. Il ne savait pas quel cocktail ils lui avaient fait ingérer mais ça avait l’air bien corsé.

- Tu me connais… j’aime … l’aventure ...

Il ne put empêcher un léger sourire amusé, elle était vraiment impossible, même dans cette situation, elle voulait se montrer forte, comme si elle maîtrisait encore un tant soit peu la situation. Ce qui n’était pas vraiment le cas, il était certain que s’il la lâchait elle se retrouverait par terre mais heureusement, il n’en avait aucunement l’intention.

- Devan … Tiens-moi … je vais m’év….

Il devina aisément la fin de sa phrase inachevée. Il la réceptionne sans mal et la soulève pour la porter, sans aucun mal, avec sa force de vampire et sa taille de guêpe, il ne sentait absolument aucun poids. Néanmoins, il ne savait pas trop où elle habitait alors il ne pouvait pas la ramener chez elle. La laisser dans le caniveau n’était pas non plus une solution, l’emmener chez lui semblait la meilleure des solutions. Il prit donc la direction de son appartement, marchant à une vitesse normale, il n’y avait pas vraiment la peine de se presser plus que de mesure, elle n’était pas au bord de la mort, du moins il l’espérait, mais cela l’étonnerait fort. Le repos était son aucun doute le meilleur remède possible à son état.

Il arrive ensuite à son appartement et y entre avec elle toujours inconsciente dans ses bras. Il réfléchit quelques secondes et va la déposer sur son lit pour la laisser se reposer. Il lui retire son tailleur pour qu’elle soit plus à l’aise également. Il la laisse ensuite tranquille et va dans le salon pour s’occuper en attendant qu’elle émerge dans le monde réel, et il n’avait aucune idée du temps que cela prendrait mais bon, il était patient alors cela irait. Il était tout de même un peu inquiet au vu des bruits qu’il percevait depuis la chambre. Même inconsciente le poison continuait à la faire souffrir, il espérait bien que cela cesse incessamment sous peu. C’était à la fois désagréable pour elle comme pour lui, même s’il savait que c’était bien pire de son côté à elle. Ce n’est que plus tard qu’elle reprit vraiment connaissance, il retourna dans la chambre en entendant des signes de son réveil. Il la regarde simplement, observant un peu les signes physiques pour essayer de deviner l’état dans lequel elle se trouvait actuellement.

- Devan … qu’est-ce … qu’est-ce qui c’est passé ?

Il ne dit rien au début, attendant qu’elle soit moins dans le flou et qu’elle soit un peu plus avec lui. Mais bon, déjà elle réussissait à le reconnaître c’était un bon point. Elle arrivait à s’exprimer également, ce qui était aussi une bonne nouvelle.

« Apparemment tu as drôlement énervé deux petits humains qui t’ont administré je ne sais quoi. Mais je t’ai retrouvé à moitié consciente et trainée par les deux. Tu t’es évanouie et je t’ai ramenée chez moi. »

Il préférait faire concis pour qu’elle assimile bien ce qu’il lui racontait. Puis, il n’avait pas franchement tous les détails de la soirée, il n’avait que la partie où elle était shootée. Ce qui c’était passé avant il n’en savait rien, elle devrait fouiller dans sa mémoire si elle voulait pouvoir s’en souvenir.

- Aurais-tu quelque chose à boire… j’ai la bouche tout sèche ...

Il sort de la chambre quelques minutes puis revient, un verre d’eau dans une main, dans l’eau un verre de sang, lui laissant le choix de ce qu’elle voulait. Quand un vampire voulait à boire, cela pouvait avoir plusieurs significations. Autant envisager le maximum de possibilité, et l’alcool ne semblait pas en être une bonne en ce moment. Il s’assoit sur le bord du lit.

« Comment est-ce que tu te sens ? Tu te souviens un peu de ce qui t’es arrivé ? J’ai pas vraiment pris le temps de discuter avec tes bourreaux donc je ne sais pas ce qu’il te voulait. Mais de toute évidence, ils t’en voulaient vraiment beaucoup.»

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 09/03/2017
Messages : 246
Rp postés : 94
Avatar : Deborah Ann Woll
Âge du perso : 24 / 150 ans
Groupe du perso : Vampire
Disponibilités : Pas Disponible
Liens infos : Fiche - Liens - Sujets
Avis de recherche :
- Des compagnons de jeux de toutes races,
- Des ennemis également,

Multis : Teddy / Valeska
MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Lun 19 Juin - 10:15




Elizabeth & Devan
Nice to see you again.


Elizabeth ne supportait pas de se sentir faible. C’était une chose qu’elle se refusait. Elle n’aimait pas non plus devoir quoi que ce soit à quelqu’un. Et là, en l’occurrence, elle devait visiblement sa vie à Devan. Il fallait dire qu’il était bien tombé. Du moins d’après le peu de souvenirs qu’elle parvenait à faire remonter en quelques secondes, depuis son réveil. Le fait d’être sans son tailleur ne la choqua pas. La nudité n’était pas un problème et ses sous-vêtements cachaient les formes que le Vampire connaissaient déjà. Et puis elle savait que Devan n’aurait pas abusé d’elle dans cet état. La rousse ne s’attarda donc pas sur ce détail, bien trop angoissée et stressée à l’idée d’avoir été attaquée par deux humains. Peu à peu, les souvenirs se mirent en place. Devan ne savait pas grand-chose de tout ce qui s’était passé. Il était tombé sur elle, accompagnée de deux mortels et dans un état déplorable. La belle se rappela d’avoir perdu connaissance. Devan avait été le dernier visage qu’elle avait pu voir avant de sombrer dans l’inconscience. Par chance, elle avait pu compter sur lui et leur relation pour être mise en sécurité, ici, chez lui.

Laissée seule dans le lit, Eizabeth resta assise sur les draps, les genoux remontés sur sa poitrine, ses bras enroulés autour de ses genoux. Un soupire s’échappa de ses lèvres sèches. Sa tête lui faisait encore mal, tout comme son corps d’ailleurs. Ses muscles, ses nerfs. Tout semblait à vif. La faim se faisait sentir et elle osait espérer que cela finirait par s’apaiser. Certaines souffrances n’avaient rien de jouissives et celle-ci était plus que détestable, mettant l’Immortelle dans un état de faiblesse et d’incapacité à prendre soin d’elle-même. Elle, l’indépendant, détestait ça. Les souvenirs du couple Andrews revinrent doucement. Au moment où Devan refit son apparition dans la chambre. L’odeur du sang chatouilla instantanément les sens de l’Anglaise dont les pupilles s’écarquillèrent.

- Merci Devan … murmura-t-elle la gorge douloureuse.

De ses mains blanches et froides, elle s’empara des deux verres. D’abord l’eau vint rafraîchir la sécheresse de sa bouche et le feu de sa gorge. Jamais elle n’avait savouré à ce point un simple verre d’eau, elle qui était habituée au sang et à l’alcool. Ses paupières s’abaissèrent quelques instants avant de se rouvrir sur le verre de sang. Elle écouta malgré tout les questions de Devan, cherchant à faire travailler ses méninges. Mais l’odeur du sang fut plus forte que tout et ne parvint à se retenir d’avantage. Ses lèvres se glissèrent sur le verre et le sang s’écoula doucement sur sa langue. Elle prit son temps. Se freinant pour ne pas vider le contenu d’une seule traite. Alors elle fit une pause, son regard venant se poser sur son congénère.

- C’était un rendez-vous d’affaires, comme d’autres auparavant… des tableaux à vendre, des papiers à signer, des prix à négocier. Je ne me suis pas méfiée ...

Un grognement, bestial, s’échappa de sa gorge. La colère d’avoir été dupée monta en flèche autant que les images lui revinrent à l’esprit. Ses doigts se serrèrent autour du verre, si bien qu’elle du se retenir au risque de le faire exploser.

- Ils ont voulu venger quelqu’un que j’ai tué … je crois en tout cas … un type qui m’a arnaqué, moi et tant d’autres. Des humains … de simples humains ...

La rage était d’autant plus forte en sachant que oui, ils n’étaient que des humains, certainement aidés par des Sorciers pour s’en prendre à elle. Son envie de vengeance, ce besoin d’assouvir ses pulsions, se firent sentir, doucement, entre les douleurs infligées encore à son corps à cause du poison qui tardait à s’échapper. Le verre de sang fut vidé, satisfaisant sa soif, revigorant un peu son corps fragilisé. Mais Elizabeth était loin d’être au top de sa forme. Loin de là même.

- Qu’as-tu fait d’eux Devan ? Sont-il morts ? S’ils ne le sont pas … je veux les retrouver. Je dois les faire payer …

La belle déposa le verre vide de sang à côté de premier verre, sur la table de chevet. Ses jambes s’allongèrent légèrement et son corps se mouva lentement pour rejoindre Devan, nouant ses cuisses autour de son corps, se lovant contre lui, son nez venant se fourrer dans son cou.

- Merci de ne pas m’avoir laissé là-bas… merci de m’avoir sauvé. Tu veux m’aider ? M’aider à retrouver ceux qui m’ont fait ça … ceux qui les ont aidés ? Parce qu’ils n’ont pas pu m’empoisonner comme ça d’eux même. Ils ont eu de l’appui, c’est évident.

Devan connaissait Elizabeth sous différents visages. Joueuse, manipulatrice, colérique, séductrice. À cet instant, elle dégageait quelque chose de différent, que peu de personnes avaient eu l’occasion de voir. Elle était faible, en position d’infériorité. Elle était dépendante de lui, de son bon vouloir. Son corps était encore trop faible pour pouvoir s’en aller et reprendre la route. Rarement effrayée ou déboussolée, elle l’était à cet instant. Et la colère grondait malgré tout en elle.

- Joues avec moi Devan, tu veux ?

Son sourire, amusé, glissa sur ses lèvres alors qu’elle ajouta.

- Dis donc … tu m’as déshabillée ou je rêve ?

Comme toujours, en toutes circonstances, Elizabeth s’essaya à un peu d’humour.


_________________

★ The day that love opened our eyes. We watched the world end. We have high places but we have no friends. They told us sin's not good, but we know it's great. War-time, full-frontal drugs, sex-tank armour plate. Bang; we want it. You came to see the mobscene. ★

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Mar 20 Juin - 20:22

Nice to see you again
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.

Devan était tout de très content d’avoir pu trouver Elizabeth avec que ces humains ou d’autres personnes en plus de ces deux-là ne lui causent vraiment du tort, allant jusqu’à la tuer. Un vampire totalement shooté ce n’était pas bien dur à tuer si on savait comment faire mais autant être honnête, tout le monde sait comment on tue un vampire. Entre les livres et les films qui s’étaient largement inspirés de leur race, il était très facile de savoir comme s’y prendre. Après, c’est sûr qu’un vampire au sommet de sa forme, pour un humain ce n’était pas la peine d’essayer, c’est probablement lui qui finirait mort au bout du compte. Ça c’était très certain. Mais Elizabeth restait hors de danger ici et puis il avait tué les deux humains, à moins qu’ils n’aient d’autres complices qui en veuillent à la vie d’Elizabeth, elle restait tranquille. Ce n’était pas plus mal. A moins qu’on ne l’ai suivi jusqu’ici mais franchement il en doutait, il aurait senti une présence si c’était bien le cas. Enfin peu importe, il en discuterait plus tard avec elle, afin de savoir ce qui avait provoqué cet incident. Pour le moment il ne voulait pas la brusquer avec tout un tas de question, vu la dose de poison ou il ne savait trop ce qu’elle avait reçu, il préférait la ménager et attendre qu’elle récupère lentement. Au moins il était content de voir qu’elle avait ouvert les yeux, s’était réveillée. C’était déjà ça, bon elle n’était pas au mieux de sa forme mais elle allait déjà mieux que quand il l’avait trouvée au joug de ces petits êtres inférieurs. Et cela le rassurait, après tout, il ne savait rien de ce qu’ils lui avaient fait ingérer. Il avait été lui chercher à boire après sa demande, lui apportant à la fois de l’eau et du sang, ne sachant pas trop ce qu’elle voulait sur le coup, alors autant lui servir les deux.

- Merci Devan …

Il la laissa boire, assis sur le lit. Il ne savait pas trop quoi lui dire même si la questionner était tentant, il avait envie de savoir ce qui l’avait conduit dans une telle situation, si elle-même le savait évidemment. Devan pouvait être très curieux mais, ce n’était pas que de la curiosité, il y avait aussi une pointe de colère. Elizabeth et lui n’avaient pas passer un temps fou ensemble mais il estimait qu’elle faisait partie de ses proches et il ne supportait pas que l’on s’en prenne à ses proches. Encore plus lorsqu’il ne les avait pas revus depuis un moment. Même si pour un vampire cela n’équivalait à pas grand-chose. Mais au final il lui posa tout de même la question histoire d’être fixé. Il pourrait peut-être l’aider après ça.

- C’était un rendez-vous d’affaires, comme d’autres auparavant… des tableaux à vendre, des papiers à signer, des prix à négocier. Je ne me suis pas méfiée ... Ils ont voulu venger quelqu’un que j’ai tué … je crois en tout cas … un type qui m’a arnaqué, moi et tant d’autres. Des humains … de simples humains ...

Il fronce légèrement les sourcils. Ce n’était donc rien de plus qu’un règlement de compte, malheureusement pour eux il les avait devancés et leur petite vengeance n’avait pas été bien loin même s’ils avaient réussi à mettre Elizabeth chaos. Ce qui n’était pas une mince affaire quand on connaissait le caractère de la rousse.

- Qu’as-tu fait d’eux Devan ? Sont-il morts ? S’ils ne le sont pas … je veux les retrouver. Je dois les faire payer …

Malheureusement, elle ne pourrait leur administrer aucune vengeance, il les avait tué rapidement, ne voulant pas trop s’attarder sur eux, après réflexion, ils méritaient une mort moins douce que celle qu’il leur avait donné mais bon, il ne pouvait pas savoir non plus et il avait un peu agis dans la précipitation et sur le fait accompli. Il n’avait pas vraiment eu le temps de tout bien anticiper pour choisir les meilleures options dont il disposait.

« Désolé mais ils sont déjà morts, les rats doivent être déjà en train de se régaler de leur chair je pense. »

Il ne bougea pas quand l’autre vampire vient se positionner contre lui, ce genre de proximité ne lui posait aucun problème, surtout qu’il avait déjà franchi cette étape avec la jolie rousse. Un petit sourire naît au coin de ses lèvres quand elle ceinture son corps de ses cuisses.

- Merci de ne pas m’avoir laissé là-bas… merci de m’avoir sauvé. Tu veux m’aider ? M’aider à retrouver ceux qui m’ont fait ça … ceux qui les ont aidés ? Parce qu’ils n’ont pas pu m’empoisonner comme ça d’eux même. Ils ont eu de l’appui, c’est évident. Joues avec moi Devan, tu veux ?

Il caresse l’une de ses cuisses du bout des doigts lentement, écoutant avec attention ce qu’elle lui disait, cela ne le dérangerait pas de l’aider à exécuter ses projets, au contraire, il serait même ravi de l’aider dans ce genre de tâche.

« Je ne vais pas refuser d’aider une de mes amies. Et puis cela me fera de l’occupation, je vais jouer avec toi volontiers. »

Se salir les mains n’étaient pas un problème pour lui, pas du tout. Il l’avait montré quelques instants auparavant avec ces deux mortels qui n’avaient pas vécu assez longtemps pour voir leur rêve se réaliser, dommage pour eux. Mauvais endroit au mauvais moment sans aucun doute.

- Dis donc … tu m’as déshabillée ou je rêve ?

Il sourit un peu plus, amusé.

« Non tu ne rêves pas. Après tu peux choisir entre deux options, je t’ai déshabillé pour que tu sois confortable, ou alors je t’ai déshabillé car la vue de ton corps nu hantait encore mon esprit et je voulais en revoir un peu. C’est comme tu veux. »

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 09/03/2017
Messages : 246
Rp postés : 94
Avatar : Deborah Ann Woll
Âge du perso : 24 / 150 ans
Groupe du perso : Vampire
Disponibilités : Pas Disponible
Liens infos : Fiche - Liens - Sujets
Avis de recherche :
- Des compagnons de jeux de toutes races,
- Des ennemis également,

Multis : Teddy / Valeska
MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Dim 25 Juin - 9:57




Elizabeth & Devan
Nice to see you again.


Grande déception. Les ordures qui lui avaient fait ça étaient mortes. En même temps, ils n’avaient pas mérité mieux et Elizabeth remerciait intérieurement Devan d’être intervenu pour la sauver. Mais elle aurait aimé s’en charger elle-même de leurs morts. Oh oui, elle aurait adoré ça. Les humains étaient si fragiles, c’est vrai. Mais ils étaient si agréables à torturer. Et elle aurait aimé ça. Elle se serait délectée de leurs hurlements, de leurs larmes salées ruisselantes au milieu de quelques filets de sang. Elle se serait abreuvée de leurs sangs. Elle se serait réjouie de leur mort violente et douloureuse. L’Anglaise leur aurait montré qui elle était. Et elle aurait été le dernier visage qu’ils auraient vu avant de mourir. Elle aurait plongé son regard dans les leurs, pour voir la lueur de vie s’éteindre et s’envoler pour laisser place à la mort. L’unique et définitive mort. Et, même si à cet instant, elle n’était pas encore en état de torturer comme il se doit, elle comptait le faire. La présence de Devan a ses côtés ne pouvait être qu’un plus délicieux. Jamais ils n’avaient torturé ensemble. Il y avait une première à tout. Et, comme Elizabeth était une femme qui savait être reconnaissante, elle comptait bien donner satisfaction à son congénère et le remercier comme il se doit pour lui avoir sauvé la vie. Devan aurait le droit de s’amuser, car il acceptait de l’accompagner. Il ne serait pas déçu, ça non. Elle se le jura intérieurement.

Et puis elle était bien là, lovée contre le beau blond dont l’âge lui donnait une certaine prestance, une aura agréable, à la fois rassurante et diabolique. Et la petite fille en elle aimait ça, être rassurée. Car si elle se montrait bien souvent comme une femme fière et imperturbable, et devenait parfois une femme-enfant, tantôt capricieuse, tantôt câline, qui ne demandait qu’à être protégée et dorlotée, de toutes les manières possibles et imaginables. Et, à cet instant, la belle en oublia presque ses nouveaux objectifs, alors que les doigts de son partenaire glissaient sur sa cuisse dénudée.

« Non tu ne rêves pas. Après tu peux choisir entre deux options, je t’ai déshabillé pour que tu sois confortable, ou alors je t’ai déshabillé car la vue de ton corps nu hantait encore mon esprit et je voulais en revoir un peu. C’est comme tu veux. »

Un rire, léger, s’échappa des lèvres de la belle rousse.

- J’ai donc le choix entre ‘Devan est un vrai gentleman qui prend soin de moi’ et ‘Devan est un pervers qui aime me reluquer’ … j’hésite… vraiment ... dit-elle en frôlant les lèvres de l’immortel avec les siennes, joueuse. Tu imagines bien que j’aime beaucoup l’idée que la vue de mon corps puisse hanter ton esprit Devan ... Et elle se mordilla la lèvre, doucement, avant de venir l’embrasser, presque trop chastement. Tu pourras abuser de moi autant que tu veux, mais je dois d’abord passer un coup de fil. Puis-je avoir mon téléphone ou le tiens peu importe … ?

Lentement et à regret, Elizabeth quitta le corps de son amant, attendant sagement qu’il lui remette le téléphone. Malheureusement, le sien avait été oublié au bar, elle allait devoir charger son homme de main de le récupérer, rapidement. Remerciant Devan d’un baiser, elle s’empara de l’appareil et composa le numéro d’Eddie, son principal allié et homme de main.

- Miss Fawkes, vous avez terminé ?
- J’ai eu des problèmes Eddie, c’était un piège. Rassure-toi, je vais bien et je suis en sécurité. Mais j’ai besoin de toi. Retourne au bar, récupère mon sac, mon téléphone. Et cherche les deux corps de ces enfoirés. Récupère leurs téléphones et ramène les à Théodore. Qu’il use de son talent pour me trouver qui les a aidé… Il DOIT les retrouver, est-ce que c’est clair ?
- Oui Miss Fawkes, très clair.
- Rappelle-moi dès que tu as du nouveau, sur ce numéro. Eddie ?
- Oui ?
- Il faut les retrouver ...

Et elle raccrocha, le regard sombre, illuminé d’une flamme brûlante, signe que sa colère était grande. L’Anglaise avait une confiance aveugle en Eddie. Elle savait qu’il parviendrait à récupérer tout ce dont elle avait besoin. Théodore, quant à lui, était un crack de l’informatique et du piratage, nul doute qu’il tracerait ceux qui avaient aidé les humains en un rien de temps. Du moins elle l’espérait. Elle savait aussi qu’Eddie ferait tout son nécessaire pour venir en aide à sa patronne. Elle n’avait rien à dire. Elle savait qu’il aurait tout ce qu’il faut pour elle et qu’il mettrait tout en œuvre pour la satisfaire.

Le téléphone fut posé et Elizabeth couvrit Devan de son regard le plus brûlant.

- Nous avons au moins une heure devant nous. Eddie et Théodore vont les retrouver … et nous pourrons nous amuser avec eux. Mais en attendant … que dirais-tu que nous nous amusions tous les deux ?

Même si elle essayait d’être forte, Elizabeth avait toujours la tête qui tournait et une sensation étrange en elle. Le poison, quel qu’il était, l’avait réellement atteinte. Et cela se vit lorsqu’elle glissa ses doigts sur sa tempe l’espace d’un instant. Un grognement s’éleva. Elle avait en horreur de se sentir faible.

- Je crois que j’ai encore besoin que tu t’occupes de moi Devan … J’ai eu peur tu sais … l’espace d’un instant, j’ai bien cru que j’allais mourir … Je n’aurais pas pu m’en sortir sans toi.

Et à nouveau, la belle vint se lover contre son amant, câline et reconnaissante. Ses mains glissèrent sur la nuque, ses cuisses s’enroulèrent, ses lèvres frôlèrent celles de l’immortel. Sa rage, sa peur, sa soif de vengeance, tout se mélangeaient en elle, la rendant à la fois féroce et fragile.


_________________

★ The day that love opened our eyes. We watched the world end. We have high places but we have no friends. They told us sin's not good, but we know it's great. War-time, full-frontal drugs, sex-tank armour plate. Bang; we want it. You came to see the mobscene. ★

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Jeu 29 Juin - 5:06

Nice to see you again
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Il se doutait bien quand il le lui avait annoncé que la belle et charmante Elizabeth aurait sans doute préféré entendre que ses deux agresseurs soient encore en vie, que le souffle inspire encore en leur corps mais malheureusement, ce n’était pas le cas. Devan avait agis sur le coup et n’avait pas vraiment réfléchi à l’après, ne sachant même pas ce qu’ils avaient bien pu faire à la rouquine. Il avait cru bon d’agir vite et sans trop de réflexions et/ou perte de temps inutile, encore une fois, même s’ils n’étaient que des humains et donc potentiellement assez inoffensifs pour lui, ils avaient tout de même réussi à mettre Elizabeth dans un état assez préoccupant. Mais il connaissait les mœurs de la plupart des vampires, il ne pensait pas ceux d’Elizabeth très différents. En général, ils étaient des êtres assez vengeurs, supportant mal les affronts qui pouvaient leur être faits. Et la plupart du temps, ils ne lésinaient pas sur les moyens employés pour faire payer quelqu’un. La souffrance et la torture faisait partie courante de leurs habitudes. Après, il y avait différents cas, c’était propre à chacun et Devan ne jugeait personne. Personnellement, il n’avait jamais eu à se venger jusqu’à maintenant, même s’il y a bien une personne dont il ne se gênerait pas pour faire souffrir. Mais ces plans là il devait attendre encore avant de penser à pouvoir les exécuter.

Mais dans tous les cas, il avait préféré lui avouer tout de suite que ses envies de vengeance avaient été mises à mal par la mort des deux antagonistes principaux mais il s’en cachait probablement un troisième qui les avait dans leur plan et Devan avait accepté de venir en aide à son amie. Il n’avait rien à perdre dans cette histoire et cela lui ferait un peu de divertissement. Quoique, niveau divertissement, Elizabeth semblait encline à s’orienter vers une pente sur laquelle il se laisserait volontiers glisser. Comme pouvait en témoigner la caresse qu’il exerçait sur sa cuisse pâle et nue. Pourtant, il avait choisi de répondre à son trait d’humour sur le même ton. Après tout, s’il pouvait essayer de détendre un peu l’atmosphère incertaine qui régnait depuis un moment, il n’allait pas s’en priver, et puis ils avaient toujours aimé jouer ensemble depuis le moment de leur rencontre, il ne voyait pas pourquoi ils devraient cesser maintenant. Il sourit légèrement en entendant son rire, peut-être était-ce là un signe que son état s’améliorait, ce qu’il espérait.

- J’ai donc le choix entre ‘Devan est un vrai gentleman qui prend soin de moi’ et ‘Devan est un pervers qui aime me reluquer’ … j’hésite… vraiment ... Tu imagines bien que j’aime beaucoup l’idée que la vue de mon corps puisse hanter ton esprit Devan ... Tu pourras abuser de moi autant que tu veux, mais je dois d’abord passer un coup de fil. Puis-je avoir mon téléphone ou le tiens peu importe … ?

Il n’essaya pas de la retenir quand elle s’éloigna de lui bien que le contact qui s’était instauré entre était très agréable. Il hoche la tête à sa requête et glisse sa main dans la poche de son pantalon pour attraper son téléphone et le lui donner. Il sourit légèrement au contact de ses lèvres et la laisse appeler qui elle désirait sans la gêner dans sa démarche.

- Miss Fawkes, vous avez terminé ?
- J’ai eu des problèmes Eddie, c’était un piège. Rassure-toi, je vais bien et je suis en sécurité. Mais j’ai besoin de toi. Retourne au bar, récupère mon sac, mon téléphone. Et cherche les deux corps de ces enfoirés. Récupère leurs téléphones et ramène les à Théodore. Qu’il use de son talent pour me trouver qui les a aidé… Il DOIT les retrouver, est-ce que c’est clair ?
- Oui Miss Fawkes, très clair.
- Rappelle-moi dès que tu as du nouveau, sur ce numéro. Eddie ?
- Oui ?
- Il faut les retrouver ...


Il écoute la conversation sans intervenir. Elizabeth avait l’air de maîtriser un temps soit peur la situation, ce qui n’était pas plus mal. Qu’elle ait en son contact une personne capable de localiser les alliés de ses agresseurs était une bonne chose, cela leur éviterait d’avoir à chercher durant trop longtemps et leur faciliterait beaucoup les choses au final.

- Nous avons au moins une heure devant nous. Eddie et Théodore vont les retrouver … et nous pourrons nous amuser avec eux. Mais en attendant … que dirais-tu que nous nous amusions tous les deux ?

Devan n’était pas contre l’idée de passer du temps un peu plus intimement avec la sulfureuse jeune femme néanmoins elle ne semblait pas encore complètement remise et il ne voudrait pas lui causer plus de mal encore en l’empêchant de se reposer ou il ne savait trop quoi. En ignorant ce qui lui avait été administré, il était dur de conclure d’un remède efficace.

« Tu sembles être toujours aussi bien entourée, c’est une bonne chose. Je serai plus que ravi de profiter de ta compagnie de façon plus divertissante et agréable. Bien que ta présence seule est un vrai bien fait. Si toutefois, tu te sens assez bien pour cela. »

Il n’avait pas envie de la forcer de quoique ce soit ou qu’elle fasse cela parce qu’elle se sentait redevable. Il préférait qu’elle soit muée d’un véritable désir ou d’une véritable envie de sensualité et de corps à corps.

- Je crois que j’ai encore besoin que tu t’occupes de moi Devan … J’ai eu peur tu sais … l’espace d’un instant, j’ai bien cru que j’allais mourir … Je n’aurais pas pu m’en sortir sans toi.

Il la laisse revenir contre lui et passe ses bras autour d’elle à la fois doucement et fermement, la pressant un peu plus contre lui. Il attrape doucement sa lèvre inférieure entre ses dents pour la mordiller sans la percer avant de la relâcher, en réponse à son baiser qui n’en était pas véritablement un au final.

« Je ne demande pas mieux. Ne t’en fais, je t’ai trouvée et plus personne ne viendra te faire du mal tant que tu restes dans mes bras. »

Il lui sourit, ses yeux allumés d’une étrange lueur. Il embrasse sa joue puis vient déposer des baisers sur la peau nacrée de son cou, mordillant la peau fine et délicate.

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 09/03/2017
Messages : 246
Rp postés : 94
Avatar : Deborah Ann Woll
Âge du perso : 24 / 150 ans
Groupe du perso : Vampire
Disponibilités : Pas Disponible
Liens infos : Fiche - Liens - Sujets
Avis de recherche :
- Des compagnons de jeux de toutes races,
- Des ennemis également,

Multis : Teddy / Valeska
MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Dim 2 Juil - 10:36




Elizabeth & Devan
Nice to see you again.


Elizabeth savourait la proximité des corps ; les contacts subtils et légers. Elle savourait la présence de Devan, bien qu’elle ait sans aucun doute préféré le retrouver d’une autre manière, en d’autres circonstances bien plus amusantes. Mais les choses étaient ainsi faites et la belle savait s’en contenter. Après tout, le plus important était qu’elle soit sortie d’affaires et la présence de Devan était fortement agréable. Le Vampire était bien plus âgé que lui, de beaucoup même. Elle avait toujours respecté ses aînés s’ils en faisaient de même. Mais avec Devan l’âge n’était jamais entré en jeu. Elle ne l’avait jamais réellement vu comme quelqu’un de plus vieux, quelqu’un dont elle devait se méfier. Bien évidemment, il aurait certainement eu des choses à lui apprendre, comme d’autres avaient pu le voir. Mais non. Elle voyait chez lui un compagnon de jeu, quelqu’un avec qui elle s’était amusé un long moment avant qu’ils ne cèdent bestialement à leurs pulsions refoulées, retenues. Et la belle gardait de très bons souvenirs de cette nuit où ils avaient cédé. Elle comptait bien ajouter de nouveaux souvenirs aux anciens. Maintenant qu’ils s’étaient retrouvés dans cette ville, il était hors de question de jouer une nouvelle fois au jeu du chat et de la souris. Pas cette nuit là en tout cas. Plus tard peut-être…

Et la rousse ronronna presque contre les lèvres de son amant, savourant la morsure légère de sa lèvre qui gonfla légèrement. Collée contre son corps, collée à lui, protégée, désirée,. Ses lèvres s’étirèrent dans un sourire léger et satisfait. Devan savait, à cet instant précis, combler tous les besoins de la belle. À la fois ce besoin irrépressible de se sentir désirée et protégée, malgré son fort caractère, malgré son indépendance. La femme d’affaires, n’était à cet instant, qu’une femme teintée d’une fragilité qui disparaîtrait bien vite. Et c’était dans les bras de Devan qu’Elizabeth voulait se perdre et se retrouver, pour se relever plus forte que jamais.

Un soupir léger s’échappa de ses lèvres ourlées lorsque celles du Vampire glissèrent sur son cou, lorsque ses dents mordillèrent le derme délicat, basculant légèrement sa tête sur le côté pour lui laisser un accès plus grand. Les doigts de la belle s’accrochèrent aux cheveux fins de son amant, ondulant légèrement contre son corps qu’elle avait hâte de retrouver, affamée de lui. Puis les mains glissèrent lentement vers le bas du dos pour retirer le vêtement léger, mettant le torse de son partenaire à nu. Elizabeth retrouva ses lèvres quelques instants, un sourire mutin aux bords des lèvres.

- J’ai tellement… Tellement envie de toi ... Murmura-t-elle à son oreille, mordillant le lobe délicatement. Laisse-moi te montrer à quel point.

Féline, elle repoussa son amant pour l’allonger, le dos collé aux draps. Assise sur lui, elle laissa ses doigts fins jouer avec la peau délicate de son amant, dessinant ses muscles et leurs courbes parfaites. Puis elle plongea doucement sur lui, l’embrassant à nouveau avant de partir à la conquête de ce corps à l’aide de ses lèvres gonflées de désir. Baisant. Mordillant. Léchant parfois, le regard relevé vers celui qu’elle convoitait, guettant ses soupirs, ses regards. Elle voulait le combler, seule manière qu’elle avait de prouver sa reconnaissance et son envie. Le désir grandissait en elle, développant son feu au creux de son ventre qui n’attendait qu’à être comblé. Et elle descendit encore, atteignant bientôt le pantalon et sa ceinture. Se redressant, elle ne demanda pas l’autorisation pour mettre son amant à nu, le débarrassant de ses vêtements maintenant inutiles, venant s’échouer au sol.

Si la tête lui tournait encore un peu et qu’elle n’était pas encore totalement remise, Elizabeth n’était jamais assez malade pour ça. Elle se glissa alors à terre, entre les jambes ouvertes de son amant. Sa main alla retrouver le membre déjà érigé vers elle, le caressant lentement. Ses lèvres vinrent baiser le bas du ventre, frôlant la virilité sans réellement la toucher. Un sourire, amusé, espiègle, illuminait son visage, laissant les réactions de son amant la guider. Elizabeth était une amante divine, Devan en avait déjà eu la preuve. Mais elle voulait réellement le combler. Lui prouver sa reconnaissance. Et surtout, elle désirait lui prouver son envie de lui, lui rappelait comme ils avaient été délicieux ensemble, comme tout avait été si bon. Alors d’abord, elle joua, déposant de doux baisers sur son membre dressé qu’elle caressait, sa langue s’y glissa également, goûtant sa saveur particulière. Et le feu entre ses propres cuisses se réveillait de plus en plus, chaud et humide.

Puis, la bouche de la belle s’ouvrit, le glissant entre ses lèvres rougies, lentement. Très lentement. Pour s’habituer à lui. Pour qu’il s’habitue à elle. Et elle se délecta de cette gourmandise dont elle raffolait, caressant, léchant, suçotant, variant les rythmes en se calant sur les gémissements. La délicatesse et la douceur s’envolèrent doucement, pour laisser place à plus d’ardeur, une main agrippée sauvagement à la hanche de son amant, grognant de plaisir en le sentir vibrer entre ses lèvres. Jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus. Jusqu’à ce que la jouissance le libère.

_________________

★ The day that love opened our eyes. We watched the world end. We have high places but we have no friends. They told us sin's not good, but we know it's great. War-time, full-frontal drugs, sex-tank armour plate. Bang; we want it. You came to see the mobscene. ★

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Jeu 6 Juil - 16:47

Nice to see you again
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Devan ne pouvait que se réjouir de la tournure dont prenaient les choses. Jamais il n’aurait pu imaginer que sa soirée se passerait ainsi. Il pensait qu’elle serait insipide et flasque comme toutes les autres depuis quelques temps. Même s’il avait eu quelques mésaventures, rien ne valait une entrevue aussi intime avec Elizabeth. Il se souvenait encore de la nuit qu’ils avaient passée il n’y a pas si longtemps de cela. Cela pouvait même se rapprocher d’un battement de cils dans la vie d’un vampire. Ils avaient longtemps joué avant de vraiment se donner l’un à l’autre, un jeu qui avait été des plus amusants. Ils s’étaient amusés à se taquiner, se titiller, cherchant un peu à voir où étaient les limites de l’autre. Quand l’un se montrait entreprenant, l’autre se faisait désirer, restait réticent, bien que leurs regards ne trompaient pas vraiment leurs envies respectives. Tous deux avaient envie de cela et cela se voyait très bien. Mais ils avaient tenu le jeu durant un long moment avant qu’ils cèdent d’un commun accord avant qu’Elizabeth ne doive s’en aller. C’était une nuit assez inoubliable, et il était vraiment très heureux de pouvoir recommencer. Bien sûr cette fois ci ils n’avaient pas pris le temps de jouer et se chercher, le même jeu cela pouvait s’avérer être lassant non ?

Même si leurs gestes étaient faits pour titiller l’autre et attiser son désir, aucun n’était des plus appuyés. Mais c’était sûrement leur façon à eux de faire. Ce n’était pas très dérangeant, même s’ils se montraient un peu légers dans les débuts, la suite était souvent très passionnée et sauvage. En même temps, tous les vampires n’étaient-ils pas sauvages lors des rapports charnels ? Il tentait à croire que si. Mais jamais il n’avait connu plus passionnée qu’Elizabeth, peut-être changerait-il d’avis un jour, il n’en savait rien et ce n’était pas l’heure pour y réfléchir. Il gardait ses bras autour de la belle rousse, à la fois protecteur et un poil possessif, goûtant tactilement à sa peau délicate et froide, usant même un peu de ses dents pour le provoquer très légèrement.

Il s’était montré un peu plus entreprenant alors que ses lèvres avaient glissé dans son cou. Savourant le nacré de sa peau. D’autant plus que son odeur était très appréciable sans être celle d’un être humain évidemment. Mais la question n’était pas de se nourrir, bien qu’il arrivait souvent aux vampires de se mordre mutuellement pendant l’acte. Il le laissa faire quand elle lui retira une première partie de ses habits, levant même les bras pour l’y aider, en ce qui la concernait il avait déjà fait une partie du travail quand elle était encore inconsciente.

- J’ai tellement… Tellement envie de toi ... Laisse-moi te montrer à quel point.

Devan lui sourit doucement, lui donnant son approbation dans un silence entendu. Il ne voyait aucune raison valable de refuser cette proposition des plus alléchantes et qui se voulait être très agréable qui plus est. Il se laisse faire alors qu’il se retrouve allongé, le contact des draps dans son dos, il ne la quitte pas des yeux une fois leurs lèvres séparées et la regarde découvrir son torse à l’aide de sa bouche des plus expérimentées. Ses différents muscles se contractent à son passage et il frissonne régulièrement. Ses réactions de plaisir ne se font pas attendre, il n’avait aucune honte d’exprimer à sa partenaire qu’elle lui procurait du plaisir. Il a un léger sourire alors qu’elle s’attaque à ses derniers vêtements et là encore il se laisse totalement faire, lui laissant les rênes pour le moment. D’autant plus qu’il ne voyait aucun mal à ce que l’on s’occupe de lui.

Il la suivit des yeux jusqu’à ce qu’elle se retrouve sur le sol entre ses cuisses. Il se redresse sur ses avants bras afin de pouvoir mieux l’observer, sachant très bien quel traitement elle lui réservait. La connaissant, elle allait jouer un peu avec lui, ne lui donnant pas tout de suite satisfaction, bien qu’elle eût peut-être besoin de refaire connaissance avec cette partie de son anatomie. Sa main d’abord vînt le taquiner, le faisant frémit d’envie, ce n’est qu’au contact de ses lèvres et encore plus de sa langue qu’il gémît vraiment. Il sourit légèrement et la couva de ses yeux tout en lui lançant un regard malicieux, il bougea presque imperceptiblement des hanches comme une invitation à plus. Il savait qu’elle le sentirait, mais il ne voulait pas se montrer trop quémandeur non plus, voulant lui laisser le choix du rythme à entreprendre.

Ce n’est qu’à peine quelques instants plus tard qu’elle répondit à sa demande tacite. L’honorant enfin de sa bouche, un grondement satisfait résonna de sa gorge alors qu’il retrouvait cette cavité chaude et humide qu’était sa bouche. Il se retient de rouler des hanches pour en profiter pleinement, la laissant s’habituer. Il s’assoit totalement et glisse une main dans sa chevelure de feu quand elle montre plus d’ardeur à la tâche. Il accompagne ses mouvements de quelques roulements de hanches. Il tient de longues minutes de ce traitement avant de se délivrer, lui offrant le résultat de toutes ses attentions. Il sourit et caresse doucement ses cheveux tout en libérant sa bouche de sa présence. Il l’attrape doucement pour la ramener habilement sur lui, la débarrassant des derniers morceaux de tissu qui la couvraient, les arrachant à moitié sous l’envie qui le submergeait.

« Tu es toujours aussi douée, ça ne m’étonne pas… »

Il l’embrasse farouchement, jouant habilement avec sa langue dans un ballet improvisé tout en l’allongeant, glissé entre ses cuisses. Il frotte très lentement sa virilité contre son intimité, frémissant sous le geste. Il lui sourit et glisse une fois encore ses lèvres dans son cou mais pas pour embrasser sa peau cette fois-ci mais plutôt mordre dans sa chair. Il grogne de plaisir et laisse le sang affluer sa bouche sans pour autant boire. Désirant plus la marquer qu’autre chose.

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 09/03/2017
Messages : 246
Rp postés : 94
Avatar : Deborah Ann Woll
Âge du perso : 24 / 150 ans
Groupe du perso : Vampire
Disponibilités : Pas Disponible
Liens infos : Fiche - Liens - Sujets
Avis de recherche :
- Des compagnons de jeux de toutes races,
- Des ennemis également,

Multis : Teddy / Valeska
MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Sam 8 Juil - 8:40




Elizabeth & Devan
Nice to see you again.


Elle gémissait la belle, prenant autant de plaisir qu’elle en donnait, sentant la moiteur s’installer entre ses cuisses prêtes à s’ouvrir pour son amant. Mais pour le moment, elle lui donnait entière satisfaction, se délectant autant de son chibre que de ses grognements de plaisir sous les caresses buccales de la belle. Elle aimait ça, relevant les yeux sur son amant, gourmande et presque soumise, alors que c’était elle qui gardait le contrôle de cette petite gâterie. Elle aimait, le sentir rouler des hanches, ses doigts glissés dans la chevelure rousse qu’elle avait détachée. Et elle accéléra le rythme, grondant elle aussi de plaisir, jusqu’à ce que son amant se libère entre ses lèvres. Et elle savoura, le goût de sa semence qui roula sur la langue qui vint laper les dernières gouttelettes avec envie avant de finalement se lécher les lèvres, heureuse et espiègle. Une caresse et un sourire, comme récompense, avant de quitter le sol sous les mains du Vampire. Elizabeth le laissa faire, appréciant d’être libérée des quelques bouts de tissus qui cachaient encore sa féminité. Et elle ne pue que sourire à ses compliments sans pouvoir y répondre, ses lèvres déjà prises d’assaut par celles de Devan, leurs langues roulant langoureusement.

Allongée sur le lit, Elizabeth apprécia la caresse des draps sur sa peau nue, mais elle apprécia encore plus le contact du corps nu de son amant contre le sien. Un gémissement, mélangé à un grognement, s’échappa de ses lèvres alors que son intimité fut caressée, lentement, cruellement, par le membre encore humide de sa salive.

- Tu es cruel… Qu’elle lui souffla en souriant, se mordillant la lèvre en se perdant dans son regard dont elle avait retenu, malgré les années, la moindre subtilité.

Sa main se lova sur la nuque de son amant qui partit déjà à la redécouverte de ce corps qu’il avait temps apprécié par le passé. Qu’il apprécierait encore. Les lèvres se glissèrent donc sur la peau délicate de son cou et, sans prévenir, les crocs du Vampire percèrent cette chair. Elizabeth grogna de plaisir, son corps se tendant sous la morsure qui l’excita encore plus. Elle était à lui. Rien qu’à lui. Pour cette nuit en tout cas. Et Devan ne le savait peut-être pas, mais la rousse ne laissait pas n’importe qui la mordre. Et Devan n’était donc pas n’importe qui. Un amant qui comptait. Quelqu’un qu’elle appréciait réellement, avec qui elle avait pris du plaisir à jouer. Alors elle le laissa faire, enfonçant ses ongles dans le dos de son amant, cambra légèrement son dos malgré le poids de Devan sur elle. Ses cuisses se calèrent autour des hanches de ce dernier, ses jambes fines s’enroulant autour de lui. Ses lèvres glissèrent sur l’épaule nue du Vampire, baisant, léchant, avant de planter à son tour, sans réfléchir, ses crocs dans la chair ferme, laissant le sang jaillir sur sa langue, couler dans sa gorge. Elle grogna la belle, se délectant du sang de ce Vampire bien plus âgé. Un sang marqué par les siècles et l’expérience. Un sang qui réveilla chez elle ses instincts, les plus primaires, les plus bestiaux. L’envie et le désir brûlant, frappaient dans son ventre. Et elle frotta son bassin contre le sien, l’invitant, l’incitant.

- Baise-moi Devan ...

Elle le voulait en elle. Elle voulait le sentir là, entre ses cuisses. Elle voulait qu’il la prenne, sauvagement. Pas de douceur ou de tendresse. Rien de romantique ou de fleur bleue. La rage mélangée à l’envie. Cela donnait un cocktail explosif que la belle peinait à contrôler. Il fallait combler ses envies, ses besoins sauvages. Elle voulait que son corps soit secoué par les coups de hanches de son amant, sa chair mordue et griffée, pour lui faire mal, pour lui faire du bien. Et elle laboura son dos, doucement, mordillant son épaule nue, pour lui donner un peu plus envie de la faire sienne.

Et, lorsqu’il s’enfonça enfin en elle, la remplissant, la belle se pu retenir ses gémissements, basculant sa tête en arrière. Elle était expressive l’immortelle et ne se retenait jamais. Gourmande, affamée de lui, elle plongea son regard dans le sien.

- Tu m’as manqué ... Lui souffla-t-elle avant de s’emparer de ses lèvres, les baisant avec une envie non feinte, lui prouvant son besoin de lui.

Nul doute que la belle éprouvait des choses étranges en cette nuit. Nul doute que sa relation avec Devan venait de prendre un tournant particulier. Parce qu’il était celui qui lui avait sauvé la vie. Et que cela faisait naître chez la belle, un quelque chose d’étrange. Alors elle gronda, sur les lèvres de son amant, le corps secoué par ses assauts, ses doigts glissés sur ses cheveux blonds, l’autre main accrochée à son dos, ses ongles s’y enfonçant doucement.


_________________

★ The day that love opened our eyes. We watched the world end. We have high places but we have no friends. They told us sin's not good, but we know it's great. War-time, full-frontal drugs, sex-tank armour plate. Bang; we want it. You came to see the mobscene. ★

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Sam 15 Juil - 17:47

Nice to see you again
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.

Qu’aurait-il pu souhaiter de plus à cet instant précis ? Se retrouver dans cette situation avec la belle immortelle était de loin un programme tout à fait charmant et satisfaisant. Cette femme avait le don de pouvoir lui faire oublier tout ce qui l’entourait à part elle pour quelques instants. Elle avait toujours su s’y prendre avec les gens en général, lui ne dérogeait pas à la règle et ce n’était en rien une honte ou quoique ce soit de la sorte. Il se sentait même assez chanceux de pouvoir partager un tel moment en sa compagnie. Elle venait de lui témoigner qu’elle n’avait en aucun cas perdu la main, honorant son membre plus que désireux de son contact de façon à ce que cela n’aurait pas pu être mieux. Mais bien évidemment, les choses n’allaient pas s’arrêter de sitôt. Il comptait lui rendre la pareille et mieux encore, il avait envie que leurs corps s’unissent encore une fois, recherchant les sensations qui l’avaient affublé la dernière fois qu’il l’avait vu. Il n’avait d’ailleurs pas perdu de temps pour la mettre à nu, voulant redécouvrir son corps pâle et parfait, digne des plus beaux spécimens que l’on était susceptibles de trouver sur cette terre, peut-être que le vampirisme arrangeait les choses, peut-être pas.

Il la dépose doucement sur le lit et l’observe. Appréciant la vue qu’elle lui donnait à cet instant, alanguie ainsi. Elle était tellement désirable, et désireuse vu le regard qu’elle lui jetait mais ce n’était que meilleur en vue de la situation. Il était donc allongé entre ses cuisses ouvertes, ondulant contre elle, mimant l’acte sexuel sans pour autant la pénétrer comme elle l’aurait voulu.

- Tu es cruel…

Il sourit, amusé par sa remarque. Certes il pouvait le sembler en cet instant mais cela n’en serait que plus délicieux. Ils avaient pourtant l’habitude des frustrations étant donné le jeu qu’ils avaient instaurées il y a quelques années de ça. Ils s’étaient cherchés un moment avant de succomber l’un à l’autre quand la jeune femme avait dû quitter les lieux. Cela n’avait pas été plus mal, cette séparation, leur union ou plutôt réunion n’en serait que plus délicieuse et appréciable à son avis. Il partit en même temps à la redécouverte de son corps, n’oubliant aucun endroit, il ne voulait pas paraître trop pressé ou en manque, il tenait à avoir une certaine tenue tout de même. Elizabeth n’était pas n’importe quelle femme qu’il avait rencontré un soir comme ça. Il n’avait pas résisté à l’envie de la mordre, de planter ses crocs dans sa chair palpitante. Son goût était exquis et un grondement appréciatif était remonté de sa poitrine alors qu’il profitait du liquide ferreux sur sa langue, une vraie friandise appréciable. Il avait léché la plaie jusqu’à ce qu’elle referme et n’avait pu retenir un sourire ainsi qu’un gémissement alors qu’elle avait à son tour planter ses crocs dans son épaule. C’était quelque chose d’assez répandu chez les vampires lors d’un accouplement, cela avait plusieurs significations mais c’était aussi très aphrodisiaque et éveillait une forte excitation. Il grogna alors que le bassin de la rousse frottait contre le sien, éveillant encore plus son envie d’elle alors qu’elle était déjà à son maximum. Il n’avait plus très envie de se contenir et de se priver du plaisir qu’elle était prête à lui offrir.

- Baise-moi Devan ...

Presque un ronronnement s’échappa de sa gorge en entendant sa revendication. Il n’allait pas se priver pour lui donner ce qu’elle voulait. Il glissa une main entre pour positionner correctement son sexe contre son intimité et fut profondément ancré en elle en un seul coup de rein. Il gémit de plaisir tout en grognant alors qu’il posait un regard affamé et désireux sur elle, appréciant ses réactions de plaisir. Il avait l’impression que cela faisait un long moment qu’il attendait cela et que cela arrivait enfin, et il comptait en profiter comme il se devait.

A vos ordres madame

Il passa sa langue sur ses lèvres rapidement et lui donna un baiser ravageur et passionné, prenant possession de toute sa cavité buccale par ce geste-ci. C’était plus sauvage et impatient qu’autre chose mais c’était ce qu’ils attendaient et voulaient tous les deux après tout alors pourquoi s’en priver ?

- Tu m’as manqué ...

Elle aussi, elle lui avait manqué. Terriblement. Mais le manque était enfin comblé. Il n’attendit pas un instant de plus pour mouver ses hanches et la prendre avec brutalité et sauvagerie. Se délectant du son que provoquait le claquement de leurs bassins à chaque coup de rein. Il se délectait de ses exclamations de plaisir. Il la prenait avec vitesse et force, il la prenait comme un vampire prenait un autre vampire et il aimait ça, vraiment beaucoup.

« Tu m’as maqué aussi… Vraiment beaucoup. »

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 09/03/2017
Messages : 246
Rp postés : 94
Avatar : Deborah Ann Woll
Âge du perso : 24 / 150 ans
Groupe du perso : Vampire
Disponibilités : Pas Disponible
Liens infos : Fiche - Liens - Sujets
Avis de recherche :
- Des compagnons de jeux de toutes races,
- Des ennemis également,

Multis : Teddy / Valeska
MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Lun 17 Juil - 9:40




Elizabeth & Devan
Nice to see you again.


Elizabeth avait beau avoir la réputation d’une femme dangereuse et parfois très égoïste, elle savait donner, beaucoup, à ses amants, hommes et femmes. Elle savait se donner. Elle savait combler et comment combler. Avec Devan, les choses étaient particulières. La frustration avait fait partie de leur quotidien à une période de leur vie, poussant leur jeu du chat et de la souris pour leurs plus grands plaisirs. Mais elle s’était frustrée oui, s’était parfois rabattue sur des humains qu’elle avait tués, après avoir passé une nuit à jouer avec l’Immortel sans pouvoir le toucher. Et lorsque, enfin, ils avaient cédé le temps d’une nuit délicieuse, ce fut la plus belle des récompenses. Et même s’ils s’étaient donnés l’un à l’autre de toutes les manières possible cette fameuse nuit, encore et encore, cette nuit n’avait jamais été reconduite. Une seule nuit. Après toute cette frustration. Et souvent, elle avait pensé à lui. Souvent, elle avait pensé à son corps, à ses coups de reins puissants qui avaient fait vibrer son corps et gronder son être. Et à cet instant, malgré sa faiblesse encore palpable, la belle Anglaise avait faim de son amant. Elle devrait d’envie de lui ; de le sentir partout sur elle, en elle. Parce qu’il était un amant délicieux. Parce que quelque chose de parfait naissait d’eux. Une toile parfaite, que l’Artiste aurait pu peindre alors qu’elle se mettait rarement en scène. Deux corps pâles enlacés, déchaînés et bestiaux.

Lorsqu’il s’enfonça en elle, dans un coup de rein puissant, Elizabeth laissa son plaisir s’échapper de ses lèvres dans un gémissement délicieux. Elle le sentait en elle, comblant son antre brûlant et humide de désir pour lui. Un baiser sauvage, passionné et impatient mêla leurs langues gourmandes, ravies de se retrouver sans aucune retenue. Et des mots, soufflés, sincères, qui firent naître plus de sauvagerie encore chez l’amant qui pénétra la belle avec une brutalité délicieuse, leurs bassins claquant ensemble dans une mélodie délicate et parfaite. Des coups de reins qui arrachaient cris légers et gémissements prononcés chez la belle rousse accrochée à son amant. Ils ne faisaient pas l’amour. Ils baisaient. Avec toute la bestialité qu’ils avaient en eux, nourrit par ce plaisir de se retrouver enfin. Et la belle enroula un peu plus ses jambes autour du corps de son amant, laissant son corps se faire secouer. Mais bien vite, espiègle et joueuse, elle inversa les rôles, usant de ses forces et de son agilité.

Devan se retrouva donc rapidement allongée sur le dos, extirpé de force de l’antre chaud de sa belle qui vint s’empaler sur lui en le fixant droit dans les yeux. Lentement. Pas complètement. Elle joua ainsi quelques instants, avant de l’enfoncer complètement en elle dans une plainte langoureuse, ses mains accrochées au torse de son amant. Elizabeth se pencha, l’embrassant furtivement en commençant à se mouvoir sur lui, de plus en plus vite. Elle mordilla son cou, lentement d’abord, avant d’y enfoncer ses crocs en gémissant, se délectant du sang qui vint jaillir sur sa langue gourmande, ronronnant de plaisir durant quelques longues secondes. Puis elle se redressa, droite, laissant son amant s’accrocher à ses hanches, sa poitrine généreuse en avant qu’elle malaxât de ses propres mains, criant de plaisir en laissant ses émotions la ravager de l’intérieur, nourrissant le feu dans son bas-ventre. Un feu qui grandissait toujours plus. Et elle se retenait la belle, s’empêchant de jouir. S’échappant de lui à chaque fois qu’elle se retrouvait au bord de l’extase. Pour prolonger ce moment. Pour se frustrer un peu plus. Pour pouvoir jouir plus intensément le moment venu.

Et ils baisèrent ainsi. Violemment, la plupart du temps. Dans toutes les positions possibles. Elle aimait ça. Elle aimait sentir son corps réagir, secoué par les assauts de son amant. Elle aimait sentir ses mains malaxer ses chairs, ses paumes s’abattre sur ses cuisses et ses fesses blanches pour les faire rougir. Elle aimait ça, lorsque sa crinière rousse s’enroulait autour de la main puissante, sa tête tirée en arrière. Elle aimait tout. Absolument tout. Et finalement, la jouissance fut permise. Le feu grisant se propagea dans le ventre, crispant le corps, faisant trembler les cuisses. Secouée de spasmes, Elizabeth se mit à gémir sans retenue, criant le prénom de son amant, ravagée par cette folie qui les habitait, souillée par la jouissance de son partenaire en elle.

Et lorsque lors corps fut apaisés, reposés sur le lit, la belle se lova contre l’Immortel, un bras passé sur son torse, le visage niché sur son épaule. Elle resta là, sage, silencieuse, reprenant ses esprits, caressant de ses doigts fins les muscles dessinés. Puis sa voix vint rompre le silence de la chambre.

- Je confirme… tu m’as vraiment manqué ...

Son rire cristallin s’éleva doucement. Relevant son visage bien plus radieux qu’à leur rencontre quelques heures plus tôt, elle vola les lèvres de son partenaire, les baisant avec une tendresse contrastant avec la sauvagerie dont ils savaient faire preuve.

- On ne se quitte plus aussi longtemps, jure le moi Devan.

Elle l’observa, presque craintive en attendant sa réponse. Comme si la belle pouvait avoir peur de le voir disparaître à nouveau, alors que la dernière fois, c’était elle qui était partie. Mais l’immortel venait de faire naître chez elle un sentiment étrange, un besoin, qu’elle détestait en temps normal. Après tout, il l’avait sauvé. Et ça, peu d’hommes l’avaient fait un jour, ayant toujours dû se débrouiller par elle-même, ou presque. Mais leur moment de tendresse fut interrompu par la sonnerie du téléphone. Sans demander l’autorisation, Elizabeth se précipita dessus pour vérifier le numéro. C’était son homme de main à qui elle répondit.

- Dis-moi que tu as de bonnes nouvelles ...
- C’est le cas Miss Fawkes. Je serais devant chez Monsieur McKenzie d’ici cinq minutes, avec vos affaires et les renseignements que vous avez demandés. Ils comptaient vous faire souffrir, c’est certain.
- Combien sont-ils ?
- Ils sont deux Sorciers Madame, un homme et une femme. Et vous allez être très en colère lorsque vous apprendrez que l’un des deux et l’un de vos anciens partenaires : Sebastian.

Un grognement s’échappa des lèvres de l’immortel. Sebastian était un Sorcier de la Terre, particulièrement doué avec les plantes. Ils avaient collaboré pendant un moment, lorsque la belle venait d’aménager à Salem. Un amant également, dont elle s’était débarrassée parce que trop collant. Visiblement, l’argent qu’elle lui avait apporté devait lui manquer.

- Je t’attends. Fais vite.

Et elle raccrocha. La rousse soupira longuement avant de se retourner vers Devan, un sourire carnassier aux lèvres. Elle se doutait bien que l’immortel avait dû entendre la conversation, cela ne la dérangeait absolument pas d’ailleurs.

- Nous allons nous amuser toi et moi, dit-elle en grimpant vers lui sur le lit, féline, venant voler ses lèvres. Promets-moi de les faire souffrir avec moi …

Elle grognait, impatiente et excitée.

(…)

Dix minutes plus tard, Elizabeth s’était rhabillée avec les vêtements que son homme de main lui avait apportés. Une tenue simple mais efficace, des talons hauts, un jeans moulant et un débardeur blanc. Cela changeait de la femme séductrice dans une tenue délicate et chère. Mais elle n’allait pas abîmer de beaux vêtements pour des ordures. Comme prévu, Eddie avait apporté les affaires de sa patronne et venait de leur fournir l’adresse de l’entrepôt, situé à l’extérieur de la ville, où les Sorciers attendaient sur le corps de l’immortelle.

- Avez-vous besoin d’autre chose Miss Fawkes ?
- Rien de plus. Rentre te reposer. Merci Eddie.

Elle l’aimait son homme de main. Elle avait une affection particulière pour lui, c’était clair et évident. Et elle le laissa partir, se retournant vers Devan.

- Tu es prêt ? Tu peux toujours changer d’avis, murmura-t-elle en se lovant dans ses bras, je ne te force pas, je comprendrais, tu sais …

Mais elle avait tellement envie qu’il la suive dans ce petit entrepôt. Un vieux garage à vrai dire, abandonné, avec des chaînes qui pendaient au plafond. Les Sorciers avaient prévu de quoi torturer l’immortelle : chaînes imprégnées de verveine et d’aconit, objets de torture … Ils allaient devoir faire preuve de prudence, mais la rapidité vampirique serait, sans aucun doute, un grand avantage.

_________________

★ The day that love opened our eyes. We watched the world end. We have high places but we have no friends. They told us sin's not good, but we know it's great. War-time, full-frontal drugs, sex-tank armour plate. Bang; we want it. You came to see the mobscene. ★

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Jeu 20 Juil - 19:59

Nice to see you again
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.

Devan savait pertinemment qu’Elizabeth était une femme indépendante et indomptable et il n’avait aucune prétention de détenir le moindre pouvoir sur elle. Mais c’était peut-être ce qui lui plaisait tellement, qu’elle soit si forte et indépendante. Elle avait son petit caractère mais cela avait le don de la rendre encore plus désirable à ses yeux, il s’amusait vraiment avec elle, mais il ne jouait pas un rôle pour autant, avec elle il pouvait être lui sans soucis, lui avec son sale caractère. Le jeu qu’ils avaient instauré était assez loin derrière eux, même si en vérité, peu de temps s’était écoulé. Mais quand on parlait de rapports charnels, quelques jours pouvaient déjà être un supplice pour certaines personnes. Elizabeth avait réussi à allumer un désir brûlant en lui en quelques instants seulement, sans avoir eu besoin de forcer quoi que ce soit. Leur nuit passée ensemble avait été mémorable et il en avait connu très peu des comme ça. Cela faisait partie des nuits qu’il aimait se remémorer. Il ne savait pas si c’était la frustration qui avait rendu les choses si délicieuses. Sûrement que cela avait jouer un rôle, mais leurs corps étaient entrés dans une espèce de fusion parfaite, ils se complétaient parfaitement. Il ne doutait pas qu’une nouvelle expérience de ce genre avec elle serait tout aussi parfaite. Elizabeth était une amante délicieuse et expérimenté, qui savait pertinemment quoi faire pour donner du plaisir à ses partenaires. Et en retour il lui donnait tout ce dont il était capable.

Il n’avait cependant plus attendu plus longtemps, il avait répondu à ses suppliques et s’était enfoncé entièrement en elle d’un seul coup de rein. Unissant une nouvelle fois leur être. Il se sentait particulièrement bien en elle, comme complet. Il avait alors commencé ses coups de butoirs, la baisant avec force et passion, dévorant ses lèvres par moment. Elle se laissait dominer et il la comblait de ses roulements de hanches. S’enivrant à la fois des sensations et des sonorités qui accompagnaient leur échange, qu’ils viennent d’Elizabeth ou de leurs corps emboîtés l’un dans l’autre. C’était tout bonnement parfait et il ne voudrait échanger sa place pour rien au monde à cet instant. Il avait oublié tout ce qui les entourait, ne se focalisant que sur elle et le désir de la combler comme jamais elle ne l’avait été auparavant. Ses mouvements étaient trop rapides et trop forts pour être ceux d’un humain, il la prenait comme un vampire prenait un autre vampire.

Il ne s’offusqua pas lorsqu’elle retourna les positions. Bien au contraire, un sourire amusé se dessina sur ses lèvres et il se laissa faire. Déjà impatient du spectacle qu’elle allait lui offrir. Il frémit alors qu’elle semblait vouloir jouer encore un peu. Soit, si c’était les désirs de la belle, il pouvait bien faire un effort et les lui accorder. Il grogna alors qu’il se sentait progresser dans ses chairs intimes. Enfin, elle consentit à l’enfoncer complètement, enfin. Ses mains vinrent caresser ses cuisses pâles puis remontèrent sur ses hanches et sa taille, alors qu’elle commença à bouger sur lui. Il ne perdait pas une miette de ses mouvements, la détaillant avec envie. Cette position rendait les choses bien plus sensuelles à son avis, elle lui offrait une vue magnifique et diablement érotique qu’il n’aurait pas voulu louper. Elle décida de le mordre une nouvelle fois, il grogna et lui laissa son cou, griffant ses reins en sentant les crocs percer sa chair. Elle se redressa et il la regarda comme s’il allait la dévorer dans les secondes qui allaient suivre. Il grogna et passa ses mains partout sur son corps, presque fiévreux.

Il était incapable de dire combien de temps leur échange durait. Mais il ne se lassait pas d’elle, il ne se lassait pas de ravager son corps autant qu’elle ravageait le sien. Il n’hésitait pas à la tourner et retourner, expérimentant plusieurs positions. Il la mordit encore, lui aussi, goûtant une nouvelle fois à sa saveur, sans perdre la cadence du rythme de son bassin. Il aimait la caresser partout, sans oublier ne serait-ce que le moindre petit centimètre carré de peau. Voulant se l’approprier totalement durant cet baise passionnée. Pourtant, il arriva bien un moment où il fut poussé dans ses derniers retranchements, la jouissance le frappa de plein fouet et c’est dans un râle rauque qu’il se déversa en elle puissamment en même temps qu’elle jouissait.

Il retomba sur le matelas, il ferma les yeux, respirant profondément, profitant de cette sensation post-orgasmique. Tous ses muscles se décontractaient lentement, laissant place à une sensation de satisfaction et de bien-être. Il glissa une main dans les cheveux de feu alors qu’elle était contre lui, jouant un peu avec ses mèches du bout des doigts.

- Je confirme… tu m’as vraiment manqué ...

Un sourire naquît sur ses lèvres. Il était content de l’entendre dire ça. Il répondit à son baiser avec la même tendresse dont elle faisait preuve en l’instant présent.

- On ne se quitte plus aussi longtemps, jure le moi Devan.

Il la regarda, plantant son regard bleuté dans le sien. Il sourit en coin et passa doucement ses doigts sur sa joue. Il était toujours surpris de voir les différents visages d’Elizabeth changer de l’un à l’autre. Elle semblait sincère dans ce qu’elle disait et il était très satisfait d’avoir pu la combler au point à ce qu’elle redoute une séparation trop longue.

« Je te le jure. Je n’ai pas envie d’attendre aussi longtemps la prochaine fois. »

Il l’embrassa encore tout doucement puis il entendit son téléphone sonner. Il la laissa décrocher, se doutant que cela devait être son homme de main qui rappelait. Il se savait pas combien de temps cela avait duré mais sûrement suffisamment longtemps pour qu’il fasse ce qu’elle lui avait demandé.

- Dis-moi que tu as de bonnes nouvelles ...
- C’est le cas Miss Fawkes. Je serais devant chez Monsieur McKenzie d’ici cinq minutes, avec vos affaires et les renseignements que vous avez demandés. Ils comptaient vous faire souffrir, c’est certain.
- Combien sont-ils ?
- Ils sont deux Sorciers Madame, un homme et une femme. Et vous allez être très en colère lorsque vous apprendrez que l’un des deux et l’un de vos anciens partenaires : Sebastian.


Devan profita qu’elle soit au téléphone pour s’étirer et faire rouler ses muscles. Il se redressa et resta assis, le dos appuyé contre les coussins, attendant qu’elle ait fini.

- Je t’attends. Fais vite.

Il sourit, amusé face à son sourire carnassier alors qu’elle s’était retournée vers lui après avoir raccroché. Tout ceci présageait de l’occupation pour les prochaines heures à venir. C’était assez exaltant, même si cela faisait un moment qu’il n’avait pas pratiqué ce genre d’activités mais ça reviendrait sûrement assez vite.

- Nous allons nous amuser toi et moi. Promets-moi de les faire souffrir avec moi …

Il sourit et glissa un doigt sous son menton.

« Je te le promets. »

(…)

Devan s’était changé lui aussi, enfin il s’était plutôt rhabillé. Il attendait qu’Elizabeth soit prête après que son homme de main, Eddie, soit venu lui apporté le nécessaire. Il était vrai qu’un tailleur ce n’était pas la meilleure idée. Au moins, elle pourrait être à l’aise comme ça et faire tout ce dont elle avait envie avec les futures victimes. Les pauvres allaient sincèrement regretter de s’en être pris à elle. Dommage pour eux qu’il soit arrivé et qu’ils aient raté leur coup.

- Avez-vous besoin d’autre chose Miss Fawkes ?
- Rien de plus. Rentre te reposer. Merci Eddie.


Il trouvait cela mignon, la relation qu’avaient ses deux invités. De toute évidence, Eddie avait une loyauté sans failles envers Elizabeth et cette dernière semblait lui être très attachée.

- Tu es prêt ? Tu peux toujours changer d’avis, je ne te force pas, je comprendrais, tu sais …

Il secoua la tête comme pour balayer ses dernières paroles. Il lui avait promis de l’aider à se venger. Et s’il avait beaucoup de défauts, Devan restait néanmoins un homme de parole et il comptait bien se tenir à celle qu’il lui avait faîte. Il n’avait pas peur de cette rencontre et cela pourrait même le distraire un peu, qui sait.

« Je t’ai dit que je viendrai, alors je viens. »

Il embrasse son front et se détache d’elle. Il prend sa main pour la tirer à sa suite hors de l’appartement et descend en bas de l’immeuble.

« Alors, tu as un plan d’action ? »

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 09/03/2017
Messages : 246
Rp postés : 94
Avatar : Deborah Ann Woll
Âge du perso : 24 / 150 ans
Groupe du perso : Vampire
Disponibilités : Pas Disponible
Liens infos : Fiche - Liens - Sujets
Avis de recherche :
- Des compagnons de jeux de toutes races,
- Des ennemis également,

Multis : Teddy / Valeska
MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Mar 25 Juil - 16:46




Elizabeth & Devan
Nice to see you again.


Elle était bien là, lovée dans les bras de son amant. Elle s’y sentait en sécurité, désirée, protégée. Elizabeth aurait aimé rester là toute la nuit et bien plus encore, s’abandonnant dans ses bras, contre son corps, le savourant avec délectation. Mais elle s’était juré de se venger. Elizabeth Fawkes ne laissait jamais qui que ce soit se moquer d’elle ou s’en prendre à elle. Ces hommes avaient voulu la kidnapper, la torturer, la tuer. Elle ne pouvait accepter ça. Et puis, à ses yeux, une petite séance ne faisait jamais de mal. Enfin pas à celui qui torturait. Cette nuit, ils seraient deux à torturer. La relation d’Elizabeth et de Devan prenait une nouvelle tournure, un pas supplémentaire vers un quelque chose dont la rousse ignorait tout. Mais si elle savait quelque chose, c’était que la présence de Devan en cette nuit, lui faisait le plus grand bien. C’était avec lui qu’elle voulait terminer cette affaire, lui offrant deux Sorciers à tuer sur un plateau d’argent. Que demander de plus ? Et lorsque Devan confirma à nouveau sa présence à ses côtés, l’Immortelle ne put que sourire, vraiment heureuse. Elle attrapa son sac et laissa son amant la conduire jusqu’au bas de l’immeuble.

« Alors, tu as un plan d’action ? »

Debout devant la voiture de Devan, Elizabeth ouvrit son sac et montra deux seringues vides, prêtes à être utilisées. Un sourire léger étira ses lèvres alors que dans ses yeux brillait une lueur étrange, telle une flamme dansante dans ses prunelles claires.

- Nous allons devoir être rapides et discrets. Je vais remplir ces seringues avec mon sang, il faudra leur injecter. L’homme est un ancien amant et collaborateur… J’imagine que celle qui l’accompagne est sa nouvelle partenaire. Je vais donc m’occuper d’elle. Je suppose qu’ils doivent avoir bon nombre d’accessoires qui auraient du servir à me torturer. Nous pourrons aisément les utiliser sur eux. Soyons créatifs et sans limites. Eddie fera nettoyer les lieux. Nous avons donc carte blanche, dit-elle en refermant le sac. Je te laisse rouler si tu veux bien, j’en profiterai pour prélever mon sang pendant le trajet.

La belle vola un baiser à son amant, ronronnant sur ses lèvres.

- On va bien s’amuser tu verras.

Tous deux prirent donc la route vers le sud de la ville, vers une route très peu utilisée sur laquelle on pouvait trouver bon nombre d’entrepôts abandonnés. Les Sorciers attendaient nerveusement et impatiemment dans un ancien garage désaffecté. Elizabeth resta très silencieuse durant le trajet. Avec des gestes sûrs et précis, elle déballa les seringues. L’une après l’autre, les aiguilles furent plantées dans sa chair, aspirant son sang. Les aiguilles furent protégées, bien que tous deux ne risquaient pas grand-chose, voir rien du tout. Lorsqu’elle eut terminé et que le tout fut rangé, Elizabeth se détendit un peu plus, se reposant contre le dossier de son siège. Sa main gauche glissa sur la cuisse de son amant, lui offrant un sourire sincère.

Avait-elle peur ? Était-elle nerveuse ? Absolument pas. Elizabeth était impatiente. Son silence n’était que le signe de sa concentration. Déjà, elle imaginait les lieux, la manière d’agir ; se réjouissant de la surprise sur les regards des deux Sorciers qui ne devaient pas l’attendre en pleine forme. Du moins, elle l’était presque. Même si elle ne le montrait pas, Elizabeth se sentait encore fébrile, elle n’était pas au maximum de sa forme, mais elle se sentait déjà bien mieux qu’à sa sortie du bar. Et c’était grâce à Devan … Alors qu’il était concentré sur sa route, la rousse l’observa, tendrement, avec un respect sincère dans le regard.

(…)

Il ne fallut qu’une quinzaine de minutes au couple pour rejoindre le fameux garage. Après être passé devant une première fois, Elizabeth proposa à Devan de se garer un peu plus loin. Ils seraient alors plus discrets. L’endroit était sombre et peu fréquenté, seulement éclairé par quelques rares lampadaires qui clignotaient de manière irrégulière.

- Ne prends pas de risques d’accord et … ne buvons pas leur sang, ils pourraient être pleins de verveine, murmura-t-elle sur les lèvres de son amant.

La belle tendit l’une des seringues à son partenaire. Un éclair de cruauté passé dans ses yeux alors que, d’un signe de tête, elle lança le départ. Dans un silence de mort, les deux Immortels s’avancèrent vers le garage éclairé par quelques néons qui dégageaient leur lumière à travers quelques vitres situées en hauteur. La grande porte en taule était très légèrement ouverte. Un mince filet de lumière s’en échappait. À l’intérieur, deux voix se distinguaient.

- Ils ne devraient plus tarder ..., dit Sebastian, visiblement impatient.
- J’espère, ça commence à faire long, c’est pas normal.

Elizabeth retenait un grognement, énervée au plus haut point. Il était temps d’agir. D’un geste de la main, elle attira l’attention de son compagnon et murmura, de manière à ce que seul lui puisse l’entendre.

- On entre et on les neutralise. Vite et bien. Ils ne nous verront pas.

Et les deux immortels passèrent par l’ouverture de porte. Leur célérité leur offrit l’avantage de la surprise. Comme convenu, Elizabeth s’occupa de la Sorcière. En une fraction de seconde, elle se retrouva dans son dos, l’enserrant d’un bras alors que, de son autre main, elle planta l’aiguille dans l’une des veines du cou de sa victime. Un hurlement se fit entendre, celui de la demoiselle qui chercha à se débattre. Elle ne parvint qu’à se faire envoyer contre un poteau, l’assommant légèrement au passage. Devan avait lui aussi réussi à neutraliser sa victime. Elizabeth en profita pour s’éclipser de sa place et fermer la porte du garage qui grinça.

- Elizabeth … grogna le Sorcier.
- Bonsoir Sebastian. Moi aussi je suis ravie de te voir. Bien que tu ne t’imaginais certainement pas à me voir en forme. Oh … Inutile d’essayer d’utiliser vos pouvoirs, nous vous avons injecté mon sang ...

Elizabeth s’avança vers Devan, féline et menaçante. Elle lui vola un baiser, observant Sebastian qui tentait d’attraper un couteau sur une table. La rousse laissa son amant s’en occuper alors qu’elle se ruait déjà sur la femme qui reprenait doucement conscience. L’attrapant par les cheveux, elle la souleva pour la relever, lui arrachant un cri de douleur qui ne fit qu’accroître l’excitation de l’Immortelle.

- Laisse là !

Chose à ne pas dire. Preuve qu’il tenait à elle. Le sourire carnassier de l’Immortelle s’étira alors que la Sorcière, prise de panique, pas bien courageuse, essayant en vain de se défendre. Elizabeth la frappa et la souleva à nouveau de terre. Son regard pénétra le sien, essayant de l’hypnotiser… et la belle sentit qu’elle était sensible, elle n’était donc pas sous verveine. Parfait.

- Laisse toi faire, soi docile.

Et la blonde, âgée d’à peine trente ans, se laissa faire. Elizabeth la guida jusqu’à une longue chaîne qui pendant du plafond. Attrapant une corde qu’elle noua autour des mains de la jeune femme, mains qui furent accrochées au crochet au bout de la chaîne, suspendant la demoiselle sur la pointe des pieds.

- Et si tu t’occupais un peu de Sebastian … j’ai tellement hâte de te voir à l’oeuvre. Mais ne le tue pas … nous avons tout notre temps. C’est elle qui crèvera la première.

Car Elizabeth était bien décidée à laisser Sebastian regarder la mort douloureuse de sa petite compagne.


_________________

★ The day that love opened our eyes. We watched the world end. We have high places but we have no friends. They told us sin's not good, but we know it's great. War-time, full-frontal drugs, sex-tank armour plate. Bang; we want it. You came to see the mobscene. ★

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Jeu 27 Juil - 0:01

Nice to see you again
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Devan était tout sauf mécontent de la partie de soirée qu’il avait passé avec Elizabeth. Il n’en avait pas passé d’aussi bonnes depuis un long moment et il était vraiment très content d’être allé faire un tour à ce club, surprenant ces deux humains sur le point le livre la rousse à deux sorciers. Manque de chance pour eux, ils leur avaient livrer les deux sorciers en question en quelque sorte. Il avait promis à la belle immortelle de l’aider à se venger et il était un homme qui tenait les promesses qu’il faisait, malgré les nombreux défauts qu’on pouvait lui attribuer. Il n’était pas quelqu’un qui laissait tomber les autres, car lui-même avait horreur qu’on le laisse tomber. Même si cela faisait un moment qu’il n’avait pas pratiqué la torture, il ne doutait pas que cela lui reviendrait vite. C’était sûrement comme le vélo, ça ne s’oubliait pas. De toute façon, il ne tarderait pas à le savoir. Ils étaient tous les deux prêts à passer à l’action semblait-il et il voyait bien dans le regard de la rousse qu’elle avait hâte d’y être. Il pouvait la comprendre, l’instinct de vengeance était très fort chez les vampires et il serait sûrement dans le même état voire pire si les rôles avaient été inversés. Après quelques dernières embrassades, ils sortirent de l’immeuble et descendirent. Le tout était encore de savoir comment ils allaient procéder avec les deux sorciers. Il doutait que foncer bêtement dans le tas soit une idée intelligente et réfléchie mais il ne doutait pas qu’Elizabeth saurait comment s’y prendre.

- Nous allons devoir être rapides et discrets. Je vais remplir ces seringues avec mon sang, il faudra leur injecter. L’homme est un ancien amant et collaborateur… J’imagine que celle qui l’accompagne est sa nouvelle partenaire. Je vais donc m’occuper d’elle. Je suppose qu’ils doivent avoir bon nombre d’accessoires qui auraient du servir à me torturer. Nous pourrons aisément les utiliser sur eux. Soyons créatifs et sans limites. Eddie fera nettoyer les lieux. Nous avons donc carte blanche, Je te laisse rouler si tu veux bien, j’en profiterai pour prélever mon sang pendant le trajet.

Il écoute le plan sans faire de commentaire, cela semblait être une bonne tactique d’approche, en tout cas, le programme lui plaisait beaucoup. Il sourit contre ses lèvres quand elle l’embrasse.

- On va bien s’amuser tu verras.

Oh, ça, il n’en doutait pas. Le reste du temps qu’ils allaient passer ensemble promettait d’être intense et très divertissant. Une partie de lui avait même hâte d’y être. Il la laissa monter dans sa voiture et il fit de même côté conducteur. Il mit le contact et commença à rouler calmement. Il conduisit tranquillement, sans se presser ni prendre son temps. Il laissa Elizabeth prélever son sang, il restait concentré sur la route à vrai dire. Et puis elle pouvait se débrouiller sans qu’il ne l’assiste. Au moins, elle semblait avoir repris suffisamment de force et cela le rassurait. Il tourna légèrement la tête vers elle en sentant sa main sur sa cuisse et répondit à son sourire avant de reporter son attention sur la route.

« Oh je sais que je m’amuse toujours avec toi alors je n’en doute pas. Ce plan me semble tout-à-fait adéquate. »

Le trajet était calme et silencieux mais ce n’était pas un problème et ce n’était pas un silence gênant non plus. Les deux amants étaient concentrés sur des choses différentes ou pas, réfléchissant à ce qui allait se passer. Devan comptait participer mais il se considérait plus comme un support pour le moment. Il comptait laisser Elizabeth donner les directives et l’assister dans un premier temps, il verrait ensuite comment les choses évolueraient, ce que donnerait la situation. Il y avait le temps pour que cela change de toute façon.
(…)

Quelques minutes plus tard, l’entrepôt se dessina dans le paysage, signe qu’ils étaient arrivés. Devan se gara à l’endroit que la rousse lui indiquait. On n’y voyait presque rien malgré les semblants d’éclairage mais cela n’avait rien de dérangeant pour des vampires. Il sortir de la voiture, prêt à passer l’action.

- Ne prends pas de risques d’accord et … ne buvons pas leur sang, ils pourraient être pleins de verveine

Il prit la seringue. Il ne comptait pas jouer les fanfarons et les imprudents de toute façon, il n’était pas du genre à chercher l’adrénaline ou prouver qu’il était quoique ce soit. Ce n’était pas dans sa nature mais peu importe.

« Toi non plus. »

Il ne voyait pas pourquoi il devrait être le seul à être prévenu. Elizabeth devait d’autant plus prudente qu’elle n’avait peut-être pas récupérer tous ses moyens à cause du poison que l’on lui avait administré. Il la suivit près de l’entrée silencieusement, restant aux aguets. Il entendait très distinctement les deux sorciers. Comme s’il se trouvait à quelques centimètres d’eux mais cela n’avait rien d’exceptionnel étant donné que son ouïe comme tous ceux de sa race, était imbattable.

- Ils ne devraient plus tarder ...
- J’espère, ça commence à faire long, c’est pas normal.

- On entre et on les neutralise. Vite et bien. Ils ne nous verront pas.

Le blond hocha la tête, il avait bien compris. Il la laissa entrer en première mais la suivit de très peu, il planta sans mal sa seringue dans la peau de l’homme, Sebastian puis le jeta à terre. Il semblait combattif et n’était pas prêts à coopérer mais cela ne faisait que rendre les choses plus amusantes. S’ils se laissaient mourir cela n’aurait rien d’amusant, il était plus jouissif de les voir se débattre. Au hurlement qu’il perçut, Elizabeth avait tout aussi bien réussi à atteindre la fille, parfait. Tout se portait à merveille pour le moment semblait-il. Il la laissa fermer la porte, personne ne viendrait les chercher ici, il ne fallait pas se faire d’illusion.

- Elizabeth …
- Bonsoir Sebastian. Moi aussi je suis ravie de te voir. Bien que tu ne t’imaginais certainement pas à me voir en forme. Oh … Inutile d’essayer d’utiliser vos pouvoirs, nous vous avons injecté mon sang ...


Il fronça les sourcils en le voyant essayer d’attraper une quelconque arme. Il leva les yeux au ciel et lui écrasa la main, lui brisant quelques doigts au passage. Qu’il tente de retenir ses plaintes de douleur n’enlevait rien à la chose, il est vrai que ce genre de manœuvres avait quelque chose de fort plaisant.

« Ne touche pas à ça, tu pourrais te faire mal. »

Il leva les yeux pour observer comment Elizabeth s’en sortait avec la fille.

- Laisse là !

Cela ne parut pas plaire à la rousse, qu’il tente de la défendre, étant donné qu’elle s’acharna un peu plus sur elle. C’était prévisible, de toute façon il ne pourrait pas la sauver, et elle ne pourrait pas le faire non plus. Même si de toute évidence, la sorcière essayait plus de se sauver elle que son compagnon.

- Laisse toi faire, soi docile.

Il l’observa hypnotiser la blonde, elle n’était pas sous verveine, cela pourrait rendre les choses plus amusantes, mais il préférait ne pas le tenter avec Sebastian, il préférait le laisser maître de ses gestes, qu’il essaye un peu de se défendre.

- Et si tu t’occupais un peu de Sebastian … j’ai tellement hâte de te voir à l’oeuvre. Mais ne le tue pas … nous avons tout notre temps. C’est elle qui crèvera la première.

Il sourit en réponse à ses paroles. Si c’était ce que la dame désirait. Le garçon était toujours à terre, il le relève et lui donne un coup, sentant quelques côtes se briser, faisant attention à ne pas perforer le poumon, même si ça le tuerait lentement, il préférait attendre encore avant de le condamner complètement. Il l’attache lui aussi, debout, en face de l’autre sorcière.

« Vous aviez amené plein de jouets ici… C’est sympa, et si on les testait sur vous ? Qu’est-ce que t’en dis, tu ne trouves pas que ça pourrait être amusant ? »

Il sourit et lui fait une entaille à la gorge à l’aide de son ongle, pas trop profonde et sans sectionner l’artère, observant le sang couler et les gouttes tomber au sol. Il se tourne vers Elizabeth.

« Dans tous les cas, si t’as des trucs à dire à ta copine tu ferais mieux de les lui dire maintenant. Avant qu’elle ne crève, ou que je décide de t’arracher la langue. »

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 09/03/2017
Messages : 246
Rp postés : 94
Avatar : Deborah Ann Woll
Âge du perso : 24 / 150 ans
Groupe du perso : Vampire
Disponibilités : Pas Disponible
Liens infos : Fiche - Liens - Sujets
Avis de recherche :
- Des compagnons de jeux de toutes races,
- Des ennemis également,

Multis : Teddy / Valeska
MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Dim 30 Juil - 12:23




Elizabeth & Devan
Nice to see you again.


Déjà, quelques os avaient été brisés dans un craquement délicieux aux oreilles d’Elizabeth qui, pour le moment, gardait son calme. Elle n’avait pas peur. Elle savait qu’au final, ils ne risquaient rien. Neutraliser Sebastian et sa compagne n’avait pas été très difficile. Ils étaient seuls ici, personne ne viendrait interrompre leur petite partie de jeu. Elizabeth avait bien évidemment décidé de qui allait perdre la vie en premier. Et comme le Sorcier semblait tenir à la blonde, il était logique qu’il la regarde périr. Cette gamine n’était qu’un vulgaire dommage collatéral. Les deux femmes ne se connaissaient même pas, ne s’étaient jamais vues. Et la Rousse aurait mis sa main à couper que cette femme ne savait quasiment rien d’elle. Elle avait dû suivre Sebastian dans ses mensonges et projets, le suivant comme un bon chien. Car le Sorcier était doué, pour plaire aux femmes et les faire courir pour lui. Quoi qu’il en soit, elle n’aurait jamais dû se trouver là. Elizabeth aurait pu faire preuve de clémence, mais elle n’était pas ainsi. Pas de témoins, voilà tout.

Alors que Devan malmenait le Sorcier pour le redresser, brisant à nouveau quelques os au passage, Elizabeth leva l’hypnose sur la blonde, afin qu’elle se rende bien compte que tout ce qui se passait, de tout ce qui allait leur arriver. Parce que la peur nourrissait les sangs, les rendant bien plus délicieux à déguster. Les deux Sorciers finirent donc tous deux attachés, bras relevés, l’un en face de l’autre. La gamine s’était déjà mise à pleurer, effrayée par ce qui était entrain de leur arriver. Ses pieds touchaient le sol, ses bras lui faisaient déjà mal à force de tirer dessus.

« Vous aviez amené plein de jouets ici… C’est sympa, et si on les testait sur vous ? Qu’est-ce que t’en dis, tu ne trouves pas que ça pourrait être amusant ? »

Elizabeth souriait, observant son amant en action. S’ils s’étaient déjà vu dans bien des circonstances, la torture, la vraie, ensemble, n’avait jamais fait partie de leurs jeux. Elle était donc ravie de découvrir Devan de cette manière là, savourant son regard brillant et son sourire malsain. L’odeur du sang de Sebastian chatouilla les narines de la belle, lui rappelant à quel point il avait été délicieux par le passé.

« Dans tous les cas, si t’as des trucs à dire à ta copine, tu ferais mieux de les lui dire maintenant. Avant qu’elle ne crève, ou que je décide de t’arracher la langue. »
- Je vous en supplie, laissez nous partir … par pitié.

Un grognement s’échappa des lèvres de l’Anglaise.

- Vous laisser partir ? Vraiment ? Pourtant, vous vouliez me voir non ? Je suis là, alors profitons en. Je suis désolée ma chérie, tu n’es qu’un dommage collatéral, je ne peux pas te laisser en vie. Vraiment pas … Devan ... dit-elle en se retournant finalement vers le Vampire, C’est à toi ...

Dans un sourire carnassier, elle s’installa sur une chaise qu’elle plaça presque entre eux, pour savourer le spectacle sanglant. Il y avait de quoi faire ici, entre les marteaux, les pinces, les scalpels même … Ils avaient décidément tout prévu pour torturer l’Anglaise, la faire souffrir, jusqu’à la mort. Lorsque les hurlements s’élevèrent, Elizabeth en frissonna de plaisir. Les cris de Sebastian se mêlèrent aux pleurs de la jeune femme qui peinait visiblement à voir la souffrance de son compagnon. Ou peut-être était-ce le sang qu’elle avait du mal à supporter. Alors Elizabeth se releva, sans perdre le spectacle de vu et se posa derrière la gamine, séchant ses larmes d’une main, lui attrapant ensuite la mâchoire avec violence, la fracturant légèrement.

- Alors, tu la trouves toujours aussi bonne son idée mhmh ? Toujours aussi drôle de venir là pour torturer une Vampire ? Regarde le souffrir, regarde son sang couler … il n’est rien, absolument rien. Et toi non plus.

La belle abandonna un instant sa proie pour rejoindre Devan, glissant sa main sur son avant-bras, le stoppant dans sa torture. Sebastian avait déjà pas mal souffert et, si elle voulait qu’il ne meure pas, il fallait lui laisser un peu de répit.

- À lui de la voir souffrir maintenant ... dit-elle en ronronnant sur les lèvres de son amant avant de lui voler un tendre baiser.


Elizabeth se mordilla la lèvre avant de porter son attention sur la table … puis elle s’empara du scalpel qu’elle rangea dans la poche arrière de son pantalon. Avant de commencer, elle se mit à dévêtir la Sorcière, déchirant ses vêtements ainsi que ses sous-vêtements bons marché, la laissant là, nue. Sa peau était fine, délicate, légèrement hâlée. Ne s’occupant pas des plaintes de Sebastian, Elizabeth récupéra enfin le scalpel, vérifiant son tranchant du bout de son pouce.

- Parfait, il est tranchant à souhait ...

Et son sourire carnassier étira ses lèvres. La Sorcière se mit à gesticuler, ce qui agaça fortement Elizabeth qui l’hypnotisa, lui intimant de ne pas bouger, mais de tout ressentir. Car la belle, même dans ses tortures, aimait le travail bien fait et beau. Un corps gesticulant l’empêcherait d’accomplir une vraie œuvre d’art. Ainsi, le corps immobile, elle commença à découper les chairs dessinant de fines arabesques sur la peau délicate. Le sang se mit à couler, souillant la main, mais souillant surtout le corps de la Sorcière qui hurlait de douleur sous les coups tranchants et précis. Elizabeth était concentrée, descendant la lame entre les seins de la jeune femme, puis sur le ventre. Les arabesques étaient parfaites. Elle n’était pas artiste pour rien après tout. Mais le plus douloureux était à venir. Bien qu’elle ne se souciait guère des cris, plaintes des deux Sorciers, la belle s’en nourrissait. Lorsque tous les traits furent ‘dessinés’, la partie la plus compliquée arriva. Mais d’abord, Elizabeth recula de quelques pas, pour admirer le début de son œuvre, avant d’y retourner. Cette fois, les chaires entre chaque arabesque furent décollées, lentement, douloureusement, pour laisser la chair à vif. C’était en réalité une scarification parfaite, ou presque, comme le faisaient certains tatoueurs. Et la douleur était intense, car Elizabeth avait travaillé vite et bien. Et la gamine tournait légèrement de l’œil. Il était temps de faire une petite pause.

- Alors, qu’en pensez-vous ?

La belle était amatrice de torture en tout genre. Mais la violence pure et dure, comme casser des genoux à coups de marteaux, n’était pas forcément ce qu’elle préférait faire. Par contre elle aimait voir ça, sans aucun souci. C’était excitant d’entre les os se briser, les membres se faire couper.

_________________

★ The day that love opened our eyes. We watched the world end. We have high places but we have no friends. They told us sin's not good, but we know it's great. War-time, full-frontal drugs, sex-tank armour plate. Bang; we want it. You came to see the mobscene. ★

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Jeu 3 Aoû - 11:57

Nice to see you again
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Devan demeurait assez surpris de la tournure des choses. En fait, il était surtout surpris de ses propres réactions et émotions. C’est vrai après tout, il ne connaissait ni cet homme, ni cette femme et n’avait pas de réelles obligations envers Elizabeth pour accomplir ce qu’ils étaient en train de faire. Pourtant, il le faisait, et sans aucune répulsion particulière. En fait, il trouvait cela plutôt facile à faire même s’il n’avait pas été habitué à ce genre pratiques. Mais au cours de ses presque trois siècles d’existence, Devan avait rencontré pas mal de monde, assisté à pas mal de choses alors cette scène n’était pas une habitude, certes, mais ce n’était pas non plus une totale découverte. Elizabeth s’occupait de la fille, lui avait le garçon. Cela ne faisait pas grande différence, il avait vite réussi à neutraliser le garçon. Lui brisant même quelques os au passage. Après tout, il n’était pas là pour lui faire des câlins, mais il ne comptait pas le tuer, pas tout de suite, il attendrait qu’Elizabeth lui dise de le faire ou qu’elle veuille le tuer elle-même.

Le vampire avait observé la pièce et avait remarqué que les deux sorciers avaient amené tout un attirail afin de profiter au mieux d’Elizabeth et de pouvoir la torturer comme il se le devait, dommage pour eux, leur plan ne s’était pas déroulé comme prévu et c’est maintenant eux qui allaient en faire les frais. Devan n’était pas un être cruel mais il n’était pas un bisounours non plus, il n’aimait pas qu’on s’en prenne aux gens à qui il tenait et pouvait se montrer impitoyable dans ces moments-là. Il jeta un coup d’œil vers la rousse, elle avait la situation en main avec la jeune fille mais cela ne l’étonnait pas d’elle, elle était une femme qui savait très bien tenir les rênes alors ce n’était pas une surprise.

Revenant à son sorcier, il l’observa un instant. Il n’avait pas été très sadique pour le moment, se contentant de jouer un peu avec lui, montant progressivement en crescendo. Il n’y avait pas de raison de se précipiter de toute manière. Chaque chose arriverait en son temps, il n’y avait pas de toute là-dessus. Il avait entrepris d’ouvrir un peu sa chair, rien de bien méchant ou de mortel, juste histoire de ne pas faire que lui casser les os. Il n’avait pas l’intention de boire son sang, il ne voulait pas avoir de mauvaise surprise même si la trainée qui coulait le long de sa gorge n’avait pas d’odeur de verveine.

- Je vous en supplie, laissez nous partir … par pitié.
- Vous laisser partir ? Vraiment ? Pourtant, vous vouliez me voir non ? Je suis là, alors profitons en. Je suis désolée ma chérie, tu n’es qu’un dommage collatéral, je ne peux pas te laisser en vie. Vraiment pas … Devan ... C’est à toi ...

Oh vraiment, cette fille était quand même naïve. Il n’était pas sûr que si Elizabeth leur avait dit la même chose ils auraient accepté, dans le cas où leur plan se serait révélé être un succès. Il hocha la tête pour Elizabeth et observa son sorcier, se demandant bien ce qu’il pouvait lui faire, il ne devait pas le tuer, cela réduisait ses possibilités d’action. Mais bon, il allait improviser. Il s’approcha d’une table et inspecta les instruments qui y étaient disposés. Il attrape une espèce de couteau qui était effilé et long et retourna auprès du sorcier qui lui jetait des œillades tantôt meurtrières, tantôt apeurées. Mais il n’en avait cure. Il commença alors son ‘’travail’’. Il coupait, découpait, brisait, arrachait un peu. Il n’y allait pas de main morte mais il prenait garde à ne rien couper de vital. Ce serait dommage qu’il meurt, ses cris de douleurs lui plaisaient assez. Il n’essayait de faire quelque chose en particulier, juste assez pour le faire souffrir. Il entendit la voix d’Elizabeth dans son dos.

- Alors, tu la trouves toujours aussi bonne son idée mhmh ? Toujours aussi drôle de venir là pour torturer une Vampire ? Regarde le souffrir, regarde son sang couler … il n’est rien, absolument rien. Et toi non plus.

Il eut un sourire amusé sur les lèvres, il regarda le sorcier et ce qu’il en avait fait. Il n’était pas en bon état, ses vêtements étaient trempés de sang, il avait des entailles et des fractures à peu près partout, pauvre petite chose mortelle… Il ne fallait pas jouer avec les vampires, cela finissait toujours mal.


- À lui de la voir souffrir maintenant ...

Il stoppa ses manœuvres quand elle le lui intima, il avait du sang sorcier sur lui, cela avait giclé par moment mais ce n’était pas bien grave. Il sourit et lui rendit son baiser. Il était impatient de voir ce qu’elle allait faire à la petite, conscient que cela allait être du grand Elizabeth.

- Parfait, il est tranchant à souhait ...

Il s’installa sur la table afin de regarder le spectacle, laissant tout le loisir au sorcier de regarder le spectacle qui allait se dérouler sous ses yeux. Il le vit tressaillir en la voyant se faire dénuder, sûrement le seul geste qu’il pouvait faire pour affirmer sa colère dans son état. Elizabeth se mit en suite au travail, traçant des courbes à même la chair, se servant de son corps comme d’une toile, malgré la torture, cela restait très artistique. Il tressaillit en sentant l’odeur du sang nouveau se répandre jusqu’à ses narines et sourit légèrement. Il jeta un coup d’œil au sorcier pour observer les réactions mais fronça les sourcils, en voyant qu’il avait baissé la tête. Il descendit de la table et s’approcha. Il se mit derrière lui et attrape ses cheveux pour lui faire relever la tête. Il parla doucement pour ne pas gêner Elizabeth dans son travail et sa concentration.

« Pourquoi baisses-tu la tête ? N’es-tu pas fier de voir ta copine devenir une œuvre d’art ? Tu devrais être content pour elle, mais sinon, tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même, c’est toi qui l’a amenée dans cette affaire après tout. »

Devan lui tint la tête bien droite pour l’obliger à regarder, il ne fallait pas qu’il loupe ça, ce serait trop bête. Elizabeth se décala, le laissant voir encore mieux le travail qui avait été fait sur le corps de la sorcière et il le sentit trembler. Il relâcha sa tête.

- Alors, qu’en pensez-vous ?

Il regarda la fille et s’approcha lentement. Il plissa un peu les yeux, comme pour mieux l’observer et s’arrêta à côté d’Elizabeth. La petite était vraiment dans un mauvais état, autant physiquement que psychologiquement. Il sourit doucement.

« J’aime beaucoup. Vas-tu lui donner un nom ? »

C’est vrai, tout œuvre devait avoir un nom. Il sourit et embrasse son front et lèche une goutte de sang qu’elle avait sur la joue, provenant de la sorcière.

« Tu as fait un superbe travail, tu es toujours aussi douée. C’est dommage, ton œuvre ne semble pas être résistante. Son cœur bat plus faiblement déjà. T’entends ça toi là-bas ? Ta copine n’en as plus pour longtemps, tu peux voir le positif, elle ne souffrira bientôt plus. »

Il ricane un peu. Puis il se tourna à nouveau vers Elizabeth.

« Qu’as-tu prévu maintenant ? Le sorcier n’est pas trop abîmé de l’intérieur, il peut encore tenir un moment. »

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 09/03/2017
Messages : 246
Rp postés : 94
Avatar : Deborah Ann Woll
Âge du perso : 24 / 150 ans
Groupe du perso : Vampire
Disponibilités : Pas Disponible
Liens infos : Fiche - Liens - Sujets
Avis de recherche :
- Des compagnons de jeux de toutes races,
- Des ennemis également,

Multis : Teddy / Valeska
MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Mer 16 Aoû - 16:36




Elizabeth & Devan
Nice to see you again.



L’Artiste était fière de son œuvre. Le temps lui manquait et le modèle n’était pas très résistant, mais ce n’était pa bien grave. La souffrance était là, déchirant la voix de la gamine, lui arrachant des perles salines qui inondaient son joli minois. La mort était la plus belle chose qui pouvait lui arriver maintenant. La cruauté aurait été de la laissée vivre ainsi, avec ces marques sur le corps, la souffrance de la cicatrisation, la douleur psychologique, les horreurs se rappelant en cauchemars incessants pour la torturer tous les jours un peu plus. La mort était une libération. C’était ainsi qu’elle devait le voir, priant certainement un Dieu auquel elle le croyait même pas, le suppliant de la tuer. Elizabeth serait la main de ce Dieu, celle qui mettrait fin aux souffrances. Et l’Immortelle était là, admirant son œuvre, sentant son compagnon la rejoindre. Son visage se tourna lentement vers celui de Devan, l’admirant alors que lui-même admirait l’œuvre vivante devant eux.

« J’aime beaucoup. Vas-tu lui donner un nom ? »
- Tu as raison, toute œuvre mérite d’avoir un nom … Répondit-elle en réfléchissant, savourant les lèvres tièdes sur son front, la langue humide se glissant sur une perle sanguine.
« Tu as fait un superbe travail, tu es toujours aussi douée. C’est dommage, ton œuvre ne semble pas être résistante. Son cœur bat plus faiblement déjà. T’entends ça toi là-bas ? Ta copine n’en a plus pour longtemps, tu peux voir le positif, elle ne souffrira bientôt plus. »


Elizabeth souriait, appréciant de voir la terreur, la peur, la colère qui brillaient dans le regard du Sorcier. Devan avait raison, la gamine ne vivrait plus bien longtemps. Elle n’était pas particulièrement résistante, d’autant plus qu’elle n’avait pas perdu tant de sang que ça … M’enfin, tous n’étaient pas égaux face à la mort. Pauvre petite chose innocente qui avait bêtement suivi un homme en quête de vengeance, incapable de le faire seul. Sebastian était, quant à lui, bien plus résistant. Il l’avait toujours été.

- La pauvre … souffrante à cause de toi ... dit-elle en fixant Sebastian, son regard perçant celui du Sorcier alors que Devan s’adressa à nouveau à elle.
« Qu’as-tu prévu maintenant ? Le sorcier n’est pas trop abîmé de l’intérieur, il peut encore tenir un moment. »

Elle hésitait la belle. D’un côté, elle voulait le faire souffrir, atrocement. De l’autre, elle avait hâte d’en finir avec tout ça, craignant malgré tout que d’autres arrivent et donc les ennuis aussi. Car malgré sa cruauté possible, Elizabeth avait toujours su couvrir ses arrières et de ce fait, jamais elle n’avait eu de problèmes avec les forces de l’ordre ou la justice. Elle avait appris, à être intelligente, à savoir couvrir ses traces, pour ne jamais être mise en cause dans une affaire louche ou de meurtre. Ce n’était donc pas maintenant qu’elle voulait avoir des ennuis.

- Et si … et si c’était lui qui la tuait. Ne serait-ce pas horrible ? dit-elle en plongeant son regard dans celui de Devan.
- Non, Eli, je t’en supplie ! Je suis désolé d’accord ! Désolé !

Sebastian sanglotait. Il avait perdu toute sa superbe. Il n’était plus qu’un homme blessé, torturé, blessé, la morve lui coulant du nez, les larmes coulant sur son visage tordu par la douleur. L’immortelle, gracile, s’approcha de sa victime, de cet homme à qui elle avait fait confiance à une époque.

- À une époque je t’ai fait confiance. Comme elle, dit-elle en pointant la Sorcière du doigt. Tu as trahi ma confiance et la sienne, en lui faisant croire qu’elle ne risquait rien. À cause de toi elle souffre. À cause de toi elle va mourir. Car il n’y a plus que ça pour la sauver. Alors c’est toi qui vas la tuer … Vous vous retrouverez dans l’au-delà …

Elle se retourna alors vers Devan. Sebastian était bien plus fort et résistant que la Sorcière et Elizabeth n’avait pas récupéré toute sa force.

- Tu veux bien l’hypnotiser, pour qu’il la tue … la manière dont tu voudras. Mais je veux qu’il plonge son regard dans le sien pendant que son âme quittera son joli regard.
- Non … NOONNN !!

Un rire sadique s’échappa des lèvres de l’Anglaise qui embrassa son amant du bout des lèvres, les lui mordillant doucement.

- Ensuite il pourra mourir aussi … En souffrant. Horriblement.

Elizabeth voulait encore voir son amant à l’œuvre. Elle le trouvait si beau comme ça, dans sa grandeur, dans sa cruauté. Cela l’inspirait et déjà, elle imaginait de sublimes toiles avec Devan au centre, majestueux et sanguinaire. Juste parfait.

_________________

★ The day that love opened our eyes. We watched the world end. We have high places but we have no friends. They told us sin's not good, but we know it's great. War-time, full-frontal drugs, sex-tank armour plate. Bang; we want it. You came to see the mobscene. ★

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Lun 28 Aoû - 1:10

Nice to see you again
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Les choses avançaient plutôt bien, si on pouvait dire ça naturellement. Mais pour le moment, ils n’avaient pas eu la mauvaise surprise d’être dérangés par des renfort ou des passants un peu trop curieux, c’était bien mieux pour tout le monde. Sauf peut-être pour les deux sorciers. La fille passait un très mauvais quart d’heure, c’était certain. La pauvre, elle ne semblait pas très endurante alors qu’Elizabeth semblait plutôt inspirée par tout ceci. Devan ne pouvait que le reconnaitre, Elizabeth était une véritable artiste, quelques soient ses goûts et ses inspirations, cela n’enlevait rien à son talent. Il lui fit d’ailleurs remarqué en complimentant ce qu’elle avait fait de la fille, encore en vie mais cela ne tenait plus qu’à quelques minutes, la pauvre n’aura sûrement pas une fin aussi glorieuse qu’elle l’aurait voulu. Mais c’était ainsi, elle avait fait équipe avec les mauvaises personnes ou du moins, s’était faite les mauvaises pour ennemis. Il était trop tard pour elle de toute façon, plus personne ne viendrait la sauver dès à présent.

- Tu as raison, toute œuvre mérite d’avoir un nom …

Il est vrai que cela aurait été dommage que tout ceci n’obtienne pas de nom. Au moins, la sorcière pourrait presque croire que sa mort aura servi à quelque chose et y trouver un quelconque honneur ou une forme de flatterie particulière. Enfin, il n’était pas non plus très sûr qu’elle soit consciente de quoique ce soit en cet instant vu l’état dans lequel elle se trouvait, pauvre petite chose toute faible. Quel triste dessin elle allait connaître. Mais c’était tant pis, elle aurait dû se montrer plus intelligente que ça après tout. Par contre, Sebastian lui, était encore suffisamment en bon état pour être pleinement conscient de ce qui se déroulait tout autour de lui, ce qui rendait les choses encore plus amusantes au goût de Devan. Après tout, Elizabeth lui avait demandé de ne pas trop l’abîmer et il s’y était tenu, sagement. Il ne savait pas encore ce qui allait être la suite du programme mais il avait une certaine impatience qu’il ne se connaissait pas, pour quelqu’un qui n’avait pas l’habitude de ce genre de scénarios, il trouvait qu’il se débrouillait plutôt bien sans vouloir se jeter des fleurs.

- La pauvre … souffrante à cause de toi ...

Devan ricanait intérieurement, pourtant ainsi, il était incapable de savoir si le sorcier éprouvait de la culpabilité ou non pour ce qui arrivait à son amie. Sûrement un peu, cette gamine avait toute sa vie devant elle avant qu’elle ne croise la route des vampires, route qu’elle avait volontairement emprunté sous les directives de Sebastian, s’il avait un tant soit peu de morale, il s’en voudrait pour ça. La torture psychologique pouvait être aussi bien que celle physique, voire encore plus destructrice, mais ils n’avaient pas vraiment le temps de faire durer tout ceci, mais cela n’enlèverait sans doute rien au plaisir du jeu.

- Et si … et si c’était lui qui la tuait. Ne serait-ce pas horrible ?
- Non, Eli, je t’en supplie ! Je suis désolé d’accord ! Désolé !

Devan sourit, séduit par cette idée ô combien sadique. Mais Elizabeth appliquerait la vengeance qu’elle voulait pour cet ancien amant qui s’était retourné contre elle. Et d’après ce qu’il voyait, il avait la réponse quant à la culpabilité que pouvait avoir le jeune homme pour son amie sorcière. C’était assez triste mais il l’avait amplement mérité après tout, il avait été trop audacieux dans son plan, ou bien il n’avait juste pas prévu qu’on viendrait en aide à Elizabeth.

- À une époque je t’ai fait confiance. Comme elle. Tu as trahi ma confiance et la sienne, en lui faisant croire qu’elle ne risquait rien. À cause de toi elle souffre. À cause de toi elle va mourir. Car il n’y a plus que ça pour la sauver. Alors c’est toi qui vas la tuer … Vous vous retrouverez dans l’au-delà … Tu veux bien l’hypnotiser, pour qu’il la tue … la manière dont tu voudras. Mais je veux qu’il plonge son regard dans le sien pendant que son âme quittera son joli regard.
- Non … NOONNN !!

Devan hocha la tête, ignorant totalement les suppliques du sorcier, qu’elles soient pour lui ou pour Elizabeth, cela importait peu et ne changerait rien à son destin qui était désormais totalement scellé. Il sourit légèrement contre les lèvres de la rousse.

- Ensuite il pourra mourir aussi … En souffrant. Horriblement.

Il se détacha d’elle pour retourner voir le sorcier. Il le jaugea un instant, malgré les os cassés et sous hypnose, il devrait pouvoir marcher jusqu’à la fille. Il attrapa son menton pour planter ses yeux bleus dans les siens, une lueur cruelle dans ses prunelles, le regard du sorcier n’était qu’un mélange de différentes émotions, peur, colère, angoisse, supplication.

« Puisque tu tenais tant que ça à tuer un vampire, tu vas pouvoir t’exercer. »

Tout en l’hypnotisant il attrape une espèce de pieu sur la table et le fit tournoyer dans sa main avant de poursuivre ses indications.

« Tu vas marcher jusqu’à elle et lui enfoncer ça dans le cœur, en la regardant bien dans les yeux. »

Il relâcha ensuite son visage et le détacha. L’homme tomba au sol mais se releva, munit de son pieu et s’avança vers sa cible. Malgré toute sa volonté, il ne pourrait pas se défaire de l’hypnose et irait jusqu’au bout de son œuvre. Avec un sourire légèrement amusé il s’appuya contre la table et croisa les bras sur son torse, observant la scène avec intérêt. Sebastian exécuta à merveille ce qu’il lui avait demandé de faire et le cœur de la fille cessa de battre en même temps qu’il était transpercé. Il s’approcha ensuite et récupéra le pieu, alors que Sebastian se laissa à nouveau tombé à terre.

« Joli coup, je n’aurai probablement pas fait mieux. Maintenant ça va être ton tour mon garçon, mais je laisse cela à notre chère Eizabeth. »

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 09/03/2017
Messages : 246
Rp postés : 94
Avatar : Deborah Ann Woll
Âge du perso : 24 / 150 ans
Groupe du perso : Vampire
Disponibilités : Pas Disponible
Liens infos : Fiche - Liens - Sujets
Avis de recherche :
- Des compagnons de jeux de toutes races,
- Des ennemis également,

Multis : Teddy / Valeska
MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Mar 29 Aoû - 12:07




Elizabeth & Devan
Nice to see you again.


Il était temps que les choses finissent. Non pas qu’Elizabeth ne prenait pas plaisir dans ce petit jeu macabre, mais il fallait avouer qu’elle n’était pas au meilleur de sa forme. En temps normal, la belle n’aurait pas été contre le fait de s’amuser, encore et encore. Pas là… Pourtant, elle ne montrait rien, gardant son regard brillant et son regard cruel. Devan, quant à lui, exécuta la requête de son amante en se rapprochant de Sebastian. Sans scrupules, il lui intima de tuer la demoiselle déjà presque morte. Il avait beau ne pas vouloir, il avait beau essayer de lutter, de ne pas plonger son regard dans celui du Vampire, Sebastian n’eut pas le choix. L’hypnose fit son effet. L’homme tomba à terre, le corps blessé et déjà usé par le traitement infligé par l’Immortel. Mais il se releva, pieu à la main et s’avançant vers l’œuvre d’art vivante -ou presque-, suspendue par les bras. Elizabeth alla rejoindre Devan, s’installant sagement à ses côtés. Sebastian s’exécuta, plantant le pieu dans un geste vif et précis dans le cœur de la jeune femme, le transperçant sans grande difficulté d’ailleurs. Et elle s’éteignit, la tête tombant vers l’avant. Et cela ne fit ni chaud, ni froid à notre Artiste qui regarda le Sorcier s’effondrer à terre, anéantit. La mort serait sa délivrance, même s’il ne la méritait pas vraiment. Elizabeth devait cependant se débarrasser de lui.

« Joli coup, je n’aurai probablement pas fait mieux. Maintenant ça va être ton tour mon garçon, mais je laisse cela à notre chère Eizabeth. »

Elizabeth quitta la petite table, se redressant lentement. Une sorte de silence lourd s’installa dans le hangar, simplement rompu par les sanglots du Sorcier. Regrettait-il ? Peut-être. Avait-il peur ? Très certainement, comme l’indiquaient les battements de son cœur et les larmes qui coulaient sur ses joues. La belle se rapprocha de sa victime, le visage fermé, le regard glacial.

- Regarde moi Sebastian. lui demanda-t-elle. Mais l’homme ne redressa pas la tête. Alors elle le gifla, violemment. Une gifle cinglante et bruyante, arrachant un râle au Sorcier. J’ai dit REGARDE MOI ! Lui hurla-t-elle cette fois.

Et il releva la tête, planta son regard larmoyant dans le sien. Elizabeth glissa sa main sous son menton, serrant doucement sa mâchoire jusqu’au point de lui faire mal. Doucement, elle s’abaissa, se retrouvant à genoux devant lui, à sa hauteur, allant lui murmurer à l’oreille quelques mots.

- Plus jamais tu ne feras de mal à qui que ce soit.
- Elizabeth je t’en su...,

Mais l’homme n’eut pas l’occasion de terminer sa phrase. Dans un geste rapide, net, précis, Elizabeth enfonça sa main dans la cage thoracique du Sorcier, lui arrachant le cœur qui rendit ses derniers battements dans le creux de sa main maintenant recouverte de morceaux de chairs et de sang. Le corps retomba à terre, en arrière, yeux grands ouverts. La belle, quant à elle, se redressa en relâchant le cœur à terre, venant lécher ses doigts sanguinolents avant de s’essuyer sur un torchon.

- Il faut se débarrasser des corps … Nous devrions y mettre le feu avant d’enflammer le bâtiment, qu’en penses-tu ?

Elizabeth alla voler un baiser à son amant avant de partir à la recherche de combustible. Les corps furent bien vite aspergés d’essence. Et, même si l’Anglaise avait horreur du feu, elle prit plaisir à voir les corps brûler, bien que l’odeur n’avait rien d’agréable, lui rappelant cependant l’époque des camps de concentration, époque qu’elle avait vécu comme observatrice. Lorsque les corps furent suffisamment brûlés pour que plus rien ne puisse les identifier, Elizabeth et Devan mirent le feu au vieil hangar qui ne manquerait à personne. Le temps que les pompiers arrivent, les taules seraient déjà pliées et fondues. Debout aux côtés de la voiture, Elizabeth observait les flammes dansantes.

- Je suis épuisée, pouvons-nous rentrer ? Accepterais-tu que je passe le reste de la nuit avec toi ? J’ai besoin de… de me sentir en sécurité.

Un sourire. Devan savait très bien qu’Elizabeth était, en temps normal, une femme capable de se défendre. Mais elle se sentait encore faible et donc vulnérable. Et puis, avouons le, la belle avait très envie de passer encore du temps avec son amant. Oh, elle ne pensait pas qu’au sexe non. Même si Elizabeth aimait vraiment ça, il lui manquait quelqu’un à ses côtés, juste pour se poser, faire des choses normales, comme n’importe que, comme n’importe quelles femmes aux côtés d’un homme capable de prendre soin d’elle. Alors encore une fois, la belle se remettait complètement à lui.

_________________

★ The day that love opened our eyes. We watched the world end. We have high places but we have no friends. They told us sin's not good, but we know it's great. War-time, full-frontal drugs, sex-tank armour plate. Bang; we want it. You came to see the mobscene. ★

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Ven 15 Sep - 18:40

Nice to see you again
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Tout cela allait bientôt prendre fin. D’une manière ou d’une autre, le jeu allait sur sa fin et la partie serait bien terminée, tout comme la vie de ces deux sorciers. Et vu leur état à tous les deux maintenant, il était bien temps d’abréger leurs vies et leurs souffrances par la même occasion, même si tout compte fait, ils avaient un peu mérité ce qui leur arrivait. La vengeance était quelque chose de tentant, quelle que soit la situation, personne n’aimait être pris au dépourvu et se faire devancer par d’autres personnes. Seulement, malgré les plans, on ne pouvait jamais être sûr que cela puisse être un succès, comme c’était le cas ce soir. Quoique si Devan n’avait pas trouvé Elizabeth, elle serait sûrement soumise au bon vouloir des deux sorciers. C’était à peu près certain, mais malheureusement, la chance n’avait pas été avec eux et c’est ainsi que cela se termineraient leurs vies. Il n’était pas prudent de se frotter aux vampires, aux sorciers non plus soit dit en passant, cela n’amenait rien de bon. Mais cette fois-ci, c’était eux qui avaient perdu la partie. Et la fille serait la première à rejoindre l’autre monde, elle y était déjà à moitié de toute façon. Les battements de son cœur étaient de plus en plus irréguliers. Devan avait ordonné à Sebastian de mettre fin à ses jours définitivement, au moins il pourrait se dire qu’il avait mis fin à ses souffrances, il n’avait pas le choix de toute manière, il était sous hypnose.

Et il ne fut pas déçu du jeune homme. Ce dernier exécuta les ordres qui lui avaient été transmis comme un chef et bientôt, la fille ne fût plus. Il ne restait plus que lui, mais cela n’allait pas durer bien longtemps, et Devan laisserait Elizabeth se charger de son cas. Après tout, c’était elle qui avait été visé dans cette manigance. Orchestrée par Sebastian d’autant plus, alors sa vie prendrait fin entre les mains de la rousse.

- Regarde moi Sebastian. J’ai dit REGARDE MOI !

Devan n’avait pas bougé, il restait à sa place, laissant les deux anciens amants régler leurs différends. Ils en avaient bien besoin, mais malheureusement pour le sorcier, il ne pourrait pas en réchapper, il doutait qu’Elizabeth décide finalement de l’épargner après tout cela, de toute façon, il était déjà dans un très mauvais état, aussi bien physiquement que psychologiquement. Même si son pronostic vital n’était pas forcément engagé.

- Plus jamais tu ne feras de mal à qui que ce soit.
- Elizabeth je t’en su...

Comme il l’avait présagé, elle ne lui accorda aucun sursis et aucune pitié. Au moins, il pouvait se réjouir d’avoir retrouvé sa copine et de ne plus avoir mal. Quoique, il ne savait pas vraiment où les deux sorciers allaient se retrouver maintenant, mais ce n’était pas ses affaires après tout, il avait fait ce qu’il avait à faire et avait aidé Elizabeth comme il avait promis de le faire. Cela avait été distrayant, certes, mais c’était tout aussi bien que cela soit désormais fini. Il ne fallait pas abuser des bonnes choses.

- Il faut se débarrasser des corps … Nous devrions y mettre le feu avant d’enflammer le bâtiment, qu’en penses-tu ?

Il était d’accord avec ça. Il n’y aurait plus aucune trace de tout cela, ni aucune emprunte et on ne pourrait jamais remonter jusqu’à eux. C’était la meilleure chose à faire et surtout la plus simple. Il l’aida à asperger les corps et les lieux d’essence. Plus il y en avait et plus vite le feu envahirait tout l’espace. Retourner à l’air libre était assez agréable, il faisait encore nuit noire, mais ils feraient sûrement mieux de ne pas rester ici plus longtemps, les pompiers et ce qui s’en suivaient seraient bientôt sur les lieux, attirés par l’incendie, et il vaudrait mieux qu’ils ne soient pas dans les parages à ce moment-là.

- Je suis épuisée, pouvons-nous rentrer ? Accepterais-tu que je passe le reste de la nuit avec toi ? J’ai besoin de… de me sentir en sécurité.

Il lui sourit, l’idée n’était pas repoussante, au contraire. Cela ne le gênait en rien qu’elle reste chez lui pour la nuit. Il en serait même très enchanté. Et puis, elle n’était sûrement pas tout à fait remise du poison que l’on lui avait administré, mieux valait ne pas risquer de la laisser seule, on ne savait jamais ce qui pourrait lui arriver, surtout qu’elle semblait s’être fait quelques ennemis depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vus.

« Oui bien sûr, ce serait un vrai plaisir. »

Il la laisse monter dans la voiture et en fait de même. Il démarre et roule lentement jusqu’à chez lui avant de monter jusqu’à son appartement. Ses vêtements étaient dans un sale état, mais c’était à prévoir en vue de leur récente activité. Ce n’était pas bien grave. Il posa ses affaires et fouilla dans son frigo pour attraper une poche de sang, il en tendit une à Elizabeth et bu tranquillement. Tout ceci lui avait donné faim.

« Fais comme chez toi, n’hésite pas. Je vais prendre une douche. Je laisse la porte ouverte si l’envie te prend de venir me rejoindre. »

Il lui fait un petit sourire et va dans la salle de bain se glisser sous l’eau chaude.

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 09/03/2017
Messages : 246
Rp postés : 94
Avatar : Deborah Ann Woll
Âge du perso : 24 / 150 ans
Groupe du perso : Vampire
Disponibilités : Pas Disponible
Liens infos : Fiche - Liens - Sujets
Avis de recherche :
- Des compagnons de jeux de toutes races,
- Des ennemis également,

Multis : Teddy / Valeska
MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Ven 22 Sep - 21:47




Elizabeth & Devan
Nice to see you again.


Elizabeth alla, doucement, se lover contre Devan. Naturellement, il accepta la requête de la belle rousse, acceptant de l’avoir à ses côtés pour le reste de la nuit, de la garder chez elle, de la protéger encore. Comme une enfant, l’immortelle avait besoin de se sentir en sécurité. Et c’était le cas aux côtés de beau blondinet. Elle savait, qu’il prendrait soin d’elle et elle avait besoin de ça. Elle avait besoin de savoir qu’elle pouvait compter sur quelqu’un. Chose rare dans ce monde actuel où, elle-même était individualiste, égoïste et profiteuse. Il était rare de trouver des personnes de confiance. Et Devan était l’une de ces personnes. Elizabeth n’avait donc aucune crainte à se remettre à lui. D’autant plus qu’elle avait largement fait tomber quelques barrières cette nuit, se dévoilant faible et sans défense, non pas par sa propre volonté, certes. Ensemble, ils grimpèrent dans la voiture de l’immortel qui prit la route, lentement, jusqu’à chez lui. Plus rien ne pressait maintenant, le temps n’était plus compté. Elizabeth arriva enfin à se détendre complètement, soulagée de savoir ses ennemis brûlés par les flemmes, leurs corps calcinés. Des noms à rayer d’une liste certainement longue, dont elle ignorait qui elle devrait encore ajouter. Certains la détestaient sans qu’elle ne le sache. Mais au moins, ceux-là ne pourraient plus rien lui faire. Alors la belle regarda les rues défiler, éclairées par les vitrines et les lumières des lampadaires. Finalement, ils arrivèrent à destination et Elizabeth retrouva le confort de l’appartement de Devan, endroit charmant et rassurant. La belle resta silencieuse, calme, apaisée, suivant Devan, acceptant la poche de sang avec plaisir, se délectant de la saveur de la vitae qui nourrissait son être.

« Fais comme chez toi, n’hésite pas. Je vais prendre une douche. Je laisse la porte ouverte si l’envie te prend de venir me rejoindre. »

Elizabeth ne parvint à retenir un sourire face à cette proposition alléchante.

- Je passe un appel et je te rejoins, dit-elle en le regardant partir.

La belle attrapa son téléphone, commença à se déshabiller. Deux sonneries retentirent dans l’appareil jusqu’à ce que la voix familière d’Eddie résonna à l’autre bout du fil. Elle s’excusa, pour le dérangement, mais elle savait qu’elle ne dérangeait pas. Quelques mots furent échangés, pleins de sympathie sincère et de soulagement de la part de l’homme de main, rassuré de savoir que sa patronne était saine et sauve, rentrée à bon port. Il promit de venir la chercher le lendemain et tous deux fixèrent une heure. Elizabeth avait des rendez-vous importants et ne pouvait se permettre de les annuler. Elle devrait donc être sur pieds, rapidement.

Lorsqu’elle raccrocha, Elizabeth termina de se dévêtir. Ses pieds nus foulèrent le sol de l’appartement et, discrètement, elle poussa la porte de la salle de bains. Une chaleur, légère et agréable, l’accueillit dans la pièce. Sous la douche, l’eau coulait, bruit agréable à ses oreilles. Le corps de Devan se voyait à travers la vitre, parfait. Calmement, Elizabeth ouvrit la porte et le rejoignit sous la douche. Un sourire, une main tendue, venant toucher la peau nue et mouillée. La belle se colla contre le corps musclé de son amant, se lovant contre lui, le laissant enrouler ses bras autour de son corps à elle, se réchauffant sous l’eau chaude.

- Merci d’avoir été là cette nuit. Tu m’as sauvé Devan. J’ai beau avoir tous les défauts du monde, je reste cependant quelqu’un de reconnaissante. Et je le serai à jamais. Merci ….

Et les lèvres de l’Anglaise vinrent retrouver celle de son amant. Les corps se retrouvèrent, comme plus tôt dans la soirée, comme s’ils n’avaient jamais été séparés par tant d’années. Dans la douceur, ils se glissèrent vers la déchéance. Lentement, les corps se mouvèrent, se délectèrent l’un de l’autre. Gémissements doux, grognements de plaisirs, les sensations furent intenses, tout autant que la jouissance. L’eau chaude noya les corps, emportant avec elle le sang souillant les corps, qui s’écoula et s’échappa.

(…)

Séchés, lavés, les peaux légèrement parfumées par le gel douche, les deux amants se retrouvèrent allongés sur le lit qui avait connu, quelques heures plus tôt, leurs ébats passionnés et passionnels. La belle était rarement épuisée et pourtant, cette nuit, à cette heure déjà tardive, elle sentait la fatigue la frapper. Son corps, encore marqué par le poison qui avait agressé chacune de ses cellules, avait besoin de repos. Et là, lovée contre Devan, Elizabeth était persuadée de pouvoir trouver ce repos nécessaire.

- J’ai des rendez-vous important demain, je ne pourrais pas trop m’attarder chez … mais peut-être que nous pourrions déjeuner ensemble cette semaine. Je connais un restaurant divin à Salem ...

La voix de la rousse était doucement, étonnamment apaisée et épuisée. Yeux fermés, ses doigts caressants le torse de son amant, elle se sentait apaisée, comme rarement auparavant. Nul doute que cette nuit resterait gravée dans sa mémoire.

_________________

★ The day that love opened our eyes. We watched the world end. We have high places but we have no friends. They told us sin's not good, but we know it's great. War-time, full-frontal drugs, sex-tank armour plate. Bang; we want it. You came to see the mobscene. ★

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 30/09/2016
Messages : 162
Rp postés : 60
Points-Bonus : 69
Avatar : Alexander Ludwig
Âge du perso : 281 (24 en apparence)
Groupe du perso : Vampires
Disponibilités : Indisponible
Liens infos : Fiche - Liens - Rp's


MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Lun 16 Oct - 20:58

Nice to see you again
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Devan ne voyait pas vraiment de raisons qui auraient pu lui faire refuser d’accueillir Elizabeth pour la nuit. Bien au contraire, cela lui faisait même très plaisir. Cela lui changerait d’être seul au moins. Le travail était accompli en ce qui concernait les deux sorciers et vu que leur état était réduit à de la chair brûlée, ils ne devraient plus poser de problèmes à la belle rousse. C’était une bonne chose, il devait avouer qu’ils s’étaient bien débrouillés sur ce coup. Il ne regrettait pas de l’avoir aidé même si pour le coup, il n’était vraiment pas habitué à ce genre de mises en scènes, cela ne l’avait en aucun cas choqué ou dérangé, mais il était clair qu’il ne ferait pas cela tous les jours ou pour le plaisir. Dans tous les cas, l’entrepôt brûlait, les deux corps à l’intérieur, il était donc temps de rentrer chez lui, afin de pouvoir être au calme et se remettre de ces évènements pour le moins particuliers. Arrivés chez lui, il avait entrepris de les sustenter tous les deux. Il est vrai que tout ceci lui avait ouvert l’appétit alors il avait été cherché des poches de sang. Cela ne valait pas de boire à la source, c’était certain, mais cela était tout de même mieux que rien, il devait bien l’admettre. Et puis ça dépannait toujours. Avec les lois qui régissaient Salem, il était bien plus prudent de se rendre à la banque de sang, même si cela n’était pas rare que Devan brave les interdits et se trouve une petite veine juteuse à sucer. C’était toujours plus agréable et plus grisant. Mais bon, il n’allait pas chipoter, cela ferait entièrement l’affaire. Après ce petit encas, Devan avait décidé de prendre une douche, cela ne lui ferait pas de mal après le travail qu’il avait effectué, et il n’omit pas de lui dire qu’elle pouvait le rejoindre si l’envie lui prenait, cela rendrait les choses bien plus agréables.

- Je passe un appel et je te rejoins

Il sourit et se dirige vers la salle de bain. Nu dans la douche, il laisse l’eau chaude couler sur sa peau et la débarrasser de la poussière et du sang qui l’avaient recouvert durant toute la manœuvre avec les deux sorciers. Cela était une tâche salissante après tout, mais il n’en était pas mécontent. Elizabeth était désormais hors d’atteinte de leur part et c’était une très bonne chose, il n’allait pas le cacher. Il ne pensait pas qu’ils se reverraient dans de telles circonstances mais après tout, la vie des vampires n’était jamais stable et en ne savait jamais ce qui pouvait arriver.

Il a un petit sourire en entendant la porte de la salle d’eau s’ouvrir un peu plus sur Elizabeth. Il la laisse le rejoindre avec plaisir. Cela aura été une soirée riche en rebondissements et retournements de situation. Mais cela mettait aussi un peu de piquant dans l’éternité qui leur était accroché. Ils ne pouvaient pas changer cela, leur cœur était mort et tous ce qui constituait leur être était figé à jamais. C’était juste quelque chose qu’il fallait accepter lorsqu’on devenait vampire. Devan l’avait fait assez rapidement et voyait là plusieurs opportunités. Il sourit et ses bras autour de sa taille, la gardant encore un peu contre lui.

- Merci d’avoir été là cette nuit. Tu m’as sauvé Devan. J’ai beau avoir tous les défauts du monde, je reste cependant quelqu’un de reconnaissante. Et je le serai à jamais. Merci ….

Il répondit à son baiser. Il n’avait pas agit pour demander quoique ce soit qui vienne d’elle ou qu’elle se sente reconnaissante, il l’avait simplement fait parce qu’il avait simplement envie de le faire et de lui venir en aide. Il ne changerait pas les évènements dans tous les cas et referait exactement les mêmes actions si c’était à refaire encore une fois.

« Je t’en prie. C’était un plaisir de te venir en aide et je le ferai à chaque fois que j’en aurai la possibilité. »

Sur ces quelques paroles échangées, la passion prit encore leurs corps et ils la laissèrent s’exprimer comme elle le voulait, accueillant toutes les sensations qui allaient avec.

(…)

Devan profitait de cet instant calme et tendre à la fois, alors qu’ils étaient lovés l’un contre l’autre. Il caresse sa peau du bout des doigts, l’effleurant presque, sans même s’en rendre compte, comme un automatisme. Il appréciait grandement ce moment et aurait presque eu envie qu’il ne s’arrête pas.

- J’ai des rendez-vous important demain, je ne pourrais pas trop m’attarder chez … mais peut-être que nous pourrions déjeuner ensemble cette semaine. Je connais un restaurant divin à Salem ...

Il sourit et embrasse son front tendrement. Il comprenait tout à fait qu’elle était une femme d’affaire influente et qu’elle avait beaucoup de responsabilités, et peut-être un peu envie de se retrouver seule avec elle-même.

« Je comprends ne t’en fais pas. Oui, c’est une très bonne idée, j’accepte ton invitation avec plaisir. Repose-toi maintenant, tu es as besoin. Je reste là pour veiller sur toi ne t’en fais pas. »

black pumpkin

_________________
Devan Rhodes McKenzie ∞
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 09/03/2017
Messages : 246
Rp postés : 94
Avatar : Deborah Ann Woll
Âge du perso : 24 / 150 ans
Groupe du perso : Vampire
Disponibilités : Pas Disponible
Liens infos : Fiche - Liens - Sujets
Avis de recherche :
- Des compagnons de jeux de toutes races,
- Des ennemis également,

Multis : Teddy / Valeska
MessageSujet: Re: Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie Sam 28 Oct - 18:28




Elizabeth & Devan
Nice to see you again.


Au premier abord, Devan n’avait rien à voir avec un grand Ethan. Ses muscles ne menaçaient pas de faire sauter les boutons d’une chemise trop petite pour lui. Et cela ne dérangeait pas Elizabeth. Elle trouvait Devan très beau, très attirant et physiquement très bien bâtit. Là, contre lui, elle dessinait du bout de ses doigts, les muscles de l’immortel, parfaitement dessinés. Dormir avec un amant n’était pas forcément une chose qu’elle faisait souvent. En général, la belle s’éclipsait au milieu de la nuit ou après des ébats charnels mouvementés. Rares étaient ceux qui pouvaient se réveiller à ses côtés. La belle sentait le sommeil lourd la gagner, s’abattre sur elle comme une massue. Son corps était épuisé et son esprit tourmenté. Cette nuit avait été si particulière, à la fois douloureuse et agréable, à la fois douce et sanglante. Elle qui avait cru conclure un contrat avantageux, c’était retrouvée dans un plan de vengeance qu’elle avait su déjouer. Mais sans l’aide de Devan, elle serait certainement morte, torturée par ces ordures. Cette nuit, pour la première fois, peut-être, Elizabeth avait cru mourir. Jamais elle n’avait envisagé une telle chose. Jamais elle n’avait cru frôler la vraie mort de cette manière. Et cela remettait tout en question. Les cartes venaient d’être distribuées ; les pions déplacés sur l’échiquier de l’immortalité. Cela perturbait au plus haut point l’Anglaise qui préféra fermer les yeux et se laisser aller dans les bras de Morphée, plongeant dans un sommeil de rêves et de cauchemars.

(…)

Lorsqu’elle ouvrit les yeux, le soleil était déjà levé. Devan n’était plus à ses côtés, mais les draps étaient encore chauds, si tant est qu’ils pouvaient dégager une certaine chaleur. La nuit avait été bonne bien que perturbée par des rêves de vengeance et de mort. La belle rousse se sentait cependant mieux maintenant que tout le poison semblait s’être totalement dissipé de son organisme. Lentement, elle quitta le lit, s’enroulant dans le drap. Ses vêtements n’étaient pas là, son sac étant resté dans le salon, les autres étant tout simplement inutilisables. A pas léger, elle retrouva Devan dans le salon où une agréable odeur de café flottait. Malgré son besoin de sang pour se nourrir, Elizabeth avait gardé des habitudes et des plaisirs humains. Ainsi, une journée agréable devait commencer par un café.

- Bonjour toi, dit-elle en venant lui voler un baiser.

Elizabeth semblait bien plus apaisée que la veille. Son visage en tout cas l’était, plus sereine après cette nuit de sommeil. S’installant aux côtés de Devan, la belle consulta son téléphone et les quelques messages et courriels qu’elle avait reçu pendant la nuit : quelques rappels de rendez-vous, quelques demandes particulières. Mais aujourd’hui le coeur n’y était pas. Pourtant, en tant que femme d’affaires, Elizabeth savait qu’elle devait tenir son rôle.

- J’avale un café et je file. On se voit dans la semaine d’accord ?

Un message à Eddie, lui demandant de venir la récupérer, et Elizabeth avala tranquillement son café avant d’aller s’habiller, renfilant son tailleur de la veille. Nul doute qu’elle devrait d’abord rentrer chez elle pour se changer, impossible de rester habiller ainsi. Lorsqu’elle revint près de Devan, son téléphone sonna.

- Eddie m’attend en bas, je dois y aller.

Doucement, la belle se rapproche de Devan, fourrant son nez dans le cou de l’immortel, respirant l’odeur naturelle de sa peau. Elle était bien là, lovée contre lui, paisible et presque insouciante. Mais la réalité ne ferait toujours que de la rattraper. Alors, elle lui vola un baiser, tendre et langoureux à la fois, plein de reconnaissance et d’affection sincère.

- Encore merci Devan, sans toi je … Je ... C’était dur de le dire, dur de le réaliser, dur de l’avouer. Sans toi ils m’auraient tué. Un autre baiser, tendre, affectueux, entre deux échanges de numéros de téléphone. Je t’appelle dans la semaine d’accord ?

Ce fut à contre cœur que la belle laissa l’immortel derrière elle, à contre cœur qu’elle s’engouffra dans l’ascenseur.

- Bonjour Miss Fawkes. Vous avez meilleure mine !
- Bonjour Eddie, oui, j’ai pu me reposer, je me sens mieux. Allons y, je dois passer chez moi d’abord.

Et elle s’installa dans la voiture, un dernier regard à l’immeuble de Devan.

_________________

★ The day that love opened our eyes. We watched the world end. We have high places but we have no friends. They told us sin's not good, but we know it's great. War-time, full-frontal drugs, sex-tank armour plate. Bang; we want it. You came to see the mobscene. ★

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nice to see you again. feat. Devan R. Mackenzie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Nice to meet you. Again. (feat. Adonis)
» Nice To Meet You Again | Feat. Kaneki Ken
» Leurs chiens meurent pendant la traversée Nice-Calvi
» Scott 17 mois croisé teckel/papillon (06) Nice
» Bérénice - Faris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: . :: Downtown of Salem-
Sauter vers: