Partagez|

Into the woods… [ft.Hela]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Vampire

Date d'inscription : 27/01/2017
Messages : 218
Rp postés : 42
Avatar : Rila Fukushima
Âge du perso : 28 ans d'apparence et 342 ans en vrai
Groupe du perso : Vampire
Disponibilités : Assoiffée...
Liens infos : Présentation ؞ Liens ؞ Sujets

Avis de recherche : ؞ Des survivants de ses massacres
؞ Compagnons de débauche


Multis : Lysandra De Nerval
MessageSujet: Into the woods… [ft.Hela] Lun 8 Mai - 12:40



❝ Into the woods… ❞


Hela & Chiyoko
Into the woods, It's time to go, I hate to leave, I have to go. Into the woods- It's time, and so I must begin my journey. △

Un soubresaut. L’éveil et la prise de conscience. Chiyoko réapparaît progressivement. Au à mesure qu’elle reprend le dessus, elle fronce les sourcils. Ses pas s’enchaînent automatiquement et le bruit des feuilles froissées que ses pieds écrasent, lui vrille dans les oreilles. Quand elle a assez de conscience, elle peut enfin stopper sa marche. Les traits indécis mais blasés de l’incident, le énième, elle regarde autour d’elle. L’autre a refait des siennes. Elle l’a mené dans bien des lieux plus ou moins douteux, laissés des morts sanglantes dans son sillage dont Chiyoko n’aura pas connaissance, mais elle n’a encore jamais repris conscience dans cette partie de la ville. D’abord elle s’assoie contre un arbre et soupire longuement. La tête au creux de ses paumes, la japonaise ferme ses yeux quelques instants, comme elle le fait à chaque fois qu’elle revient prendre le contrôle de son corps. Des fois quand elle n’est pas complètement malchanceuse, des bribes d’images ou de sons lui reviennent, mais pas grand-chose de plus. Elle attend, sa concentration à plein régime et tente de se resituer.

C’est le week end. Un beau week end de printemps qui s’attarde sur le ciel et éclaire encore un peu la fin de journée. Elle se souvient d’avoir été à son appartement. La bague de jour qu’elle porte tout de temps la protège des rayons du soleil mais l’astre flamboyant l’incommode toujours et n’est pas dans ses préférences, loin de là. Elle était donc restée chez elle. Après… Après c’est le vide. Le noir total caractéristique de ses absences. Chiyoko remarque alors qu’elle porte son dotanuki dans son dos et se souvient immédiatement d’une image de celui-ci avant qu’elle ne quitte son appartement. Les souvenirs s’arrêtent là. La japonaise relève la tête et regarde ensuite autour d’elle. Elle est en pleine forêt… Cependant elle remercie la montagne dont la présence témoigne qu’elle ne peut se trouver qu’à Ledge Hill qu’elle situe de mémoire au nord de Salem. A cet instant, Chiyoko a la sensation qu’elle ne quittera plus cette ville de malheur où elle se sent beaucoup trop chez elle, désormais. Il n’y a qu’ici que les monstres comme elle se réunissent en aussi grand nombre. Mais elle est lasse de s’apitoyer sur son sort et préfère simplement ne rien n’en penser.

Chiyoko procède à sa dernière inspection habituelle. Celle des dégâts. Ce ne sera jamais pire que cette fois où elle avait une quantité inimaginable de verveine dans le sang lorsqu’elle s’est réveillée dans cette ruelle de malheur. Et elle aurait été certainement morte si une aide miraculeuse et tout à fait inconcevable dans un lieu pareil, ne l’avait pas aidé. Cependant, elle semble n’avoir ni sang ni déchirures quelconques. C’est véritablement mon jour de chance alors… Bien sûr, c’est avec ironie qu’elle aborde cette pensée. Disons que les dégâts sont moindres et qu’une unique subtilisation de contrôle ne serait pas à regretter si elle ne se réveillait pas si souvent dans des bains de sang et de chair en tout genre. Donc elle s’estime heureuse.

Chiyoko se relève alors, plus déterminée, et retrouve l’entière assurance dont elle fait preuve habituellement. Il ne lui reste plus qu’à retrouver son chemin. Et même si elle a toute la nuit pour ça, elle ne tient pas à offrir une autre occasion de malfaisance qui ferait revenir l’autre. Elle marche d’un bon pas. Heureusement qu’elle n’avait pas choisi une robe et des talons pour la journée et qu’elle avait préféré un pantalon noir léger avec une bonne paire de Doc. Vraiment mon jour de chance… La montagne lui offre une pente à cet endroit mais la forêt qui la couvre est abondante et sauvage. A cette heure, les quelques lieux civilisés qui se trouvent plus bas, doivent être fermés. Chiyoko se concentre sur ses sens qui lui offrent plus d’avantages que la réflexion, trop philosophique à son goût.

Le vampire entend et sent des odeurs d’animaux, d’insectes et de plantes. Elle sent la présence de la roche et enfin, une chose plus nécessaire. Une petite rivière qui coule. Et si elle coule c’est qu’elle descend forcément la montagne. Satisfaite, Chiyoko ne perd pas de temps et se met à courir, le dotanuki rebondissant amplement dans son dos alors que ses foulées agiles et rapides ne ressemblent en rien à celles d’un humain. Elle enjambe plusieurs roches et obstacles de la nature et la minute suivante, elle est au bord de l’eau. Reprenant sa marche de manière plus lente comme si elle se promenait simplement, la japonaise se surprend à penser qu’elle devrait venir ici plus souvent. Le calme et la mystification d’une nature sauvage lui plait beaucoup. Surtout qu’un vampire comme elle est tout à fait maître des lieux dans un endroit isolé comme celui-ci, plus qu’à l’habitude encore. Son âme immortelle, devenue plus légère à présent, se plait à s’ouvrir aux choses qui l’entourent. Une véritable symphonie se joue en réalité, plus ou moins éloignée.

Cependant, ça ne pouvait pas durer. Une sorte de présence se manifeste aux sens aiguisés de Chiyoko qui ralentit considérablement le rythme à cette drôle de sensation. L’air qui était déjà humide, devient presque palpable tellement il paraît épais. Curieuse mais nullement apeurée, elle jette un coup d’œil circulaire. Tout à coup, les animaux se taisent et c’est comme si la nature arrêtait subitement de vivre. Il y a clairement un problème. Chiyoko hésite alors que deux options se proposent à elle. Fuir à toutes jambes, plus par lassitude et envie de rentrer, bien sûr ; ou aller voir ce qu’il se passe. Un mouvement suivit d’un craquement de branche la fait se tourner vers la source du bruit à la manière d’un félin vif et à l’affut de tout. Et un brouillard épais l’envahit presque subitement… Fog anglais, tu es battu. se dit-elle en repensant à son séjour à Londres qui lui en a fait connaître des considérables. Mais celui là n’a rien de normal ou d’habituel.

Cependant, Chiyoko ne compte pas se laisser impressionner comme ça. Un soupir de détermination et elle avance d’un bon pas, se concentrant sur la provenance du bruit qu’elle a entendu. Le brouillard bien trop épais lui ralentit un peu les sens mais pas son allure. Elle a vu pire. Bien pire. Sa main posée sur le manche du dotanuki dans son dos, elle se trouve en deux foulées discrètes, à destination. Le dos roux d’un renard se dresse à ses pieds et le vampire fait face à la gueule de l’animal qui montre tout à coup les dents. Déçue, Chiyoko montre les siennes aussi en grognant pour finir d’apeurer l’animal qui s’enfuit à toutes jambes.

Et tout à coup, elle se redresse avant de se figer. La japonaise décèle une autre odeur. Elle n’est pas seule ici.
©BESIDETHECROCODILE

_________________

Yeah, you don't know my mind You don't know my kind Dark necessities are part of my design Tell the world that I'm falling from the sky Dark necessities are part of my design
| © Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Loup-garou, solitaire

Date d'inscription : 29/12/2016
Messages : 13
Rp postés : 5
Avatar : Nadia Hilker
Âge du perso : 34 années bien remplis qui lui ont forgés son caractère.
Groupe du perso : Louve garous, ces boule de poile que l'on associe si bien à la lune.
Disponibilités : Disponible pour RP
Liens infos : Who I am
My friends... or not
My subjects
Avis de recherche : Niels Arnarsson — Chasseur
Steve — Pré-lien
Des camarades qui pourraient lui faire découvrir la ville et devenir des amis, des prises de têtes de par ses opinions, et qui sait ce qui peut se créer encore ?
MessageSujet: Re: Into the woods… [ft.Hela] Jeu 18 Mai - 5:09

Into the woods… Cela faisait quelques semaines déjà que Hela était arrivée à Salem. Elle continuait encore de prendre ses marques dans cette ville si éloignée de là où elle venait, mais elle n’en était pas moins dérangée. Les choses avaient été quelque peu compliquées ces derniers temps, et elle se sentait souffler de pouvoir recommencer à zéro. Plus de meute sur laquelle veiller, personne entrain de la manipuler et pouvant représenter un danger pour elle, mais surtout, sa sœur cohabitait avec elle et la louve se sentait sereine d’être de nouveau avec elle. La jeune femme détestait d’être séparée de sa jumelle, et depuis qu’elle s’était retrouvée, il n’y avait plus de grande distance entre elles. Cependant, Salem n’était pas une ville de rêve non plus. Hela s’était rendu compte depuis longtemps que tout n’était pas rose dans ce monde, mais ça l’était encore moins ici et elle était heureuse d’être considérée comme une simple humaine. Tant que l’on ne savait pas la vérité à son sujet, elle se sentait encore plus en sécurité et ne craignait pas que l’on se trompe à son sujet.

Ce jour-là, c’était journée de repos pour la serveuse. Hela s’était sentie chanceuse d’avoir rapidement trouvé un travail en ville et elle profitait de ce congé pour continuer de s’intégrer ici. Elle avait pu emménager avec Freyja, mais elle ne se sentait pas encore totalement chez elle. Beaucoup de choses lui étaient toujours étrangère dans la ville, alors la brune profitait de ces temps libres pour ne plus faire face à ce sentiment et cela expliquait sa présence à Ledge hill park. Elle avait passé la journée dans de l’administratif pour continuer de finaliser certaines choses et la louve s’était alors octroyé une sortie bien méritée vers les dernières heures avant la soirée. Hela avait besoin de ces moments en extérieurs où elle se contentait d’observer le monde qui s’offrait à elle. La vue n’était pas des plus désagréable et le parc lui offrait cette possibilité de se détendre dans un milieu des plus naturel.

C’était tout simplement parfait pour la serveuse qui arrivait dans ce lieu commençant à être déserté à cette heure-ci. Alors que les gens devaient commencer à rentrer chez eux, c’était tout le contraire pour elle. Hela se détendait en un instant alors qu’elle s’était vite isolée, et elle s’était mise à marcher sans vraiment faire attention. Elle se sentait tellement bien dans ce parc, qu’elle se retenait d’ôter ses chaussures pour retrouver cette sensation qu’elle adorait tant du sol sous ses pieds. Elle aurait pu le faire, mais sa raison lui disait de ne pas le faire. Et elle s’en félicitait presque quand, au bout d’un instant, un brouillard avait commencé à s’étendre sur les hauteurs. Prise dedans, la louve devait avouer qu’elle ne se sentait plus autant à l’aise qu’au début. C’était bête, mais la jeune femme détestait ne plus pouvoir observer le ciel en relevant simplement la tête. L’épaisse brume l’empêchait d’étendre son champ de vision et, sans ses autres sens aux aguets, elle aurait sûrement eut dû mal à se repérer. Cependant, appartenir aux loups garous avaient certains avantages et Hela laissait ses sens plus… animal la diriger. Elle sentait qu’une rivière était non loin, que les animaux se faisaient plus discret, et la pensée de rentrer commençait à doucement se frayer un chemin dans son esprit. Le brouillard n’était pas des plus désagréable, mais elle avait ce ressenti qu’elle serait bien mieux dans la chaleur de l’appartement.

Pourtant, Hela avait beau penser cela, elle n’en fit rien. Elle ne tourna pas les talons pour rejoindre la ville un peu plus basse, mais resta là où elle se trouvait. Ses sens lui indiquaient la présence de quelqu’un d’autre ici, bien qu’elle aurait pu faire comme si de rien était, sa bonne conscience lui indiquait le contraire. Se fiant surtout à son odorat, la brune prit la direction qui lui semblait la plus adéquate pour rejoindre cette présence qui se trouvait non loin. Elle avançait doucement, s’assurant de ne pas rencontrer quoi que ce soit qui pourrait la mettre en difficulté, et ce fut quand elle crut voir une silhouette, qu’elle prit la parole.

« Tout va bien ? »

La louve ne savait pas encore à qui elle avait à faire, mais elle voulait s’assurer que tout allait bien. Certains pouvaient se blesser à cause du manque de visibilité du brouillard et son côté attentionné avait pris le dessus pendant un instant. En se rapprochant, elle pouvait un peu plus déceler la personne qui se trouvait à quelques mètres d’elle et, bien rapidement, elle s’aperçut qu’il s’agissait d’une femme à la chevelure écarlate. Elle n’arrivait à tout apercevoir pour se faire une image précise, la purée de pois qui les entourait étant assez épaisse, mais Hela savait qu’il suffisait qu’elle se rapproche, seulement, elle préférait ne pas trop le faire non plus.
© CRIMSON DAY

_________________

Think about the waves, my love. Can you hear them? Lapping gently beneath us, lulling us to sleep, protecting us… We’ll be with the waves soon. It’ll be beautiful. So beautiful.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire

Date d'inscription : 27/01/2017
Messages : 218
Rp postés : 42
Avatar : Rila Fukushima
Âge du perso : 28 ans d'apparence et 342 ans en vrai
Groupe du perso : Vampire
Disponibilités : Assoiffée...
Liens infos : Présentation ؞ Liens ؞ Sujets

Avis de recherche : ؞ Des survivants de ses massacres
؞ Compagnons de débauche


Multis : Lysandra De Nerval
MessageSujet: Re: Into the woods… [ft.Hela] Mer 24 Mai - 10:41



❝ Into the woods… ❞


Hela & Chiyoko
Into the woods, It's time to go, I hate to leave, I have to go. Into the woods- It's time, and so I must begin my journey. △

Quelle est cette odeur ? Pas commune aux sens de Chiyoko, elle reste immobile alors que ça semble se rapprocher. Il ne faut pas plus d’une seconde ensuite pour localiser une chevelure abondante, brune, qui se détache du brouillard. Elle enlève sa main de son arme, bien que l’humeur ne soit absolument pas au rendez-vous. Il faut pourtant bien qu’elle reste aimable et patiente comme elle sait si bien le faire… Faire le contraire de l’attitude de l’autre qui ne lui a rendu le contrôle que depuis quelques instants. Simplement pour contredire le monstre, la japonaise décide de se montrer bien élevée. Et que ça ne s’empire pas, car elle n’est pas sûre de tenir bien longtemps comme ceci.

Le visage d’une jeune femme au cœur palpitant lui fait désormais face, alors que Chiyoko ne reconnait pas l’odeur de l’humain en elle. Etant septique, elle reste sur ses gardes. Cependant, la question bienveillante et surtout le souci d’autrui ne peut pas passer à côté de l’appréciation du vampire qui finalement, se détend un peu.

Non bien sûr que ça ne va pas. Chiyoko se rapproche de la nouvelle venue pour la distinguer correctement dans ce fichu brouillard. Elle se sent chanceuse de ne pas être couverte de sang avec les vêtements déchiquetés, comme elle a l’habitude de se retrouver après avoir perdu le contrôle. Ca aurait été complètement perdu d’avance et ce serait bien dommage. Il y a assez de complications comme ça, pour l’instant. La japonaise sourit malgré tout à l’inconnue.

- Il semble que ça va, merci.

Un regard circulaire, une nouvelle vérification et ses sens se mettent en alerte. Quelque chose ne va pas en revanche, là, autour. Peut-être que la brune peut le sentir aussi. Chiyoko cherche rapidement durant une fraction de seconde, la nature de cette personne. Sorcière ? Pourquoi pas avec quelques sorts qui modifieraient son odeur… Après tout, Chiyoko n’y connaît rien en sorcellerie, seulement que ça lui permet de sortir de jour et de ne plus se préoccuper de ces choses pourtant si futiles au premier abord… et pourtant si mortelle.

- Par contre, ça, reprend-elle en désignant le brouillard épais, ça ne va pas. C’est étrange, il est venu d’un coup et ça ne me dit rien qui vaille.

Sorcière alors ? Chiyoko n’a qu’à essayer en posant les bonnes questions.

- C’est vous qui avez fait ça ?

Mais non. La japonaise s’en est doutée. Pourtant elle n’a pas l’air d’être chasseuse non plus. Sinon le dotanuki devra sortir d’un trait et fendre la jeune femme. Cette dernière se trouve pourtant ici, dans une forêt au pied de la montagne, à une heure tardive. La japonaise est assez lucide pour en déduire qu’elle a des capacités à pouvoir se protéger toute seule, à moins qu’elle ne soit suicidaire ou inconsciente, mais ce n’est pas ce que lui disent ses yeux sombres. Cependant, une sensation, celle qui lui crie qu’elle n’est pas seule, outre cette nouvelle présence, revient en force et assaille ses instincts de vampire. Chiyoko se retient de sortir les crocs pour mordre la première chose qui bougerait un peu. Non, elle s’est dit qu’elle resterait bien élevée. Pas de sauvageries pour l’instant. Pas encore du moins…

- Il vaut mieux s’en aller d’ici. Si vous le voulez bien, nous allons descendre avant que les ennuis arrivent.

Les animaux sont silencieux, comme s’ils n’existaient plus. Et le silence pèse. Seul le bruit de leurs pas qui reprennent leur chemin, l’entrave. La japonaise ne cesse de regarder un peu partout, la vue bloquée par ce brouillard irréel, et luttant avec ses instincts de vampire sur la défensive. Elle tente de penser à autre chose, n’ayant pas la motivation pour entamer  une conversation avec la jeune femme. En haut, le ciel n’est plus, tandis que les arbres se découpent un à un comme un flou artistique dans lequel elles progressent. Chiyoko, ne sachant pas la nature de cette personne, ne veut pas vraiment la laisser là alors que le danger guette, même si elle se demande si la compagnie est bonne. Certainement meilleure que ce qui se prépare entre ces arbres, cependant. Peut-être que la brune se pose les mêmes questions. Après tout, la japonaise porte un sabre dans son dos et elle aussi, erre à la tombée de la nuit dans cet endroit lugubre.

Toujours intriguée par le commun des mortels, Chiyoko se demande si la coïncidence de se retrouver avec quelqu’un dans un lieu désert au moment où le brouillard l’envahit, est vraiment ce qu’elle paraît être. Elle réfléchit aux potentiels ennemis qu’elle s’est fait ces derniers temps, cependant, rien ne lui vient à l’esprit. Pas de piège apparemment. Et le visage de celle qui l’accompagne ne lui est pas familier non plus. Une coïncidence… Mais dans tous les cas, le vampire ne doute pas de sa propre sécurité. D’ailleurs cela fait bien longtemps qu’elle n’a pas eu ce sentiment.

Chiyoko se stoppe en sentant qu’on la suit. Elle fronce les sourcils et se tourne pour vérifier. Or ce n’est que le brouillard qui l’accueille.

- Vous sentez ?

Ah si elle pouvait simplement être au calme dans son appartement, son sanctuaire qu’elle a édifié, le lieu de médiation qui renferme ses biens.  Mais des bruits de pas qui courent, l’interrompent et la fait se figer. Ca résonne autour d’elles. Clac. Clac. Clac. Les feuilles et les brindilles craquent sous les pas qui filent. Chiyoko pivote sur elle-même pour rester face à la provenance du bruit.

Le corps droit et les sens à l’affut, elle s’apprête à dégainer son sabre à tout moment. Le samouraï ne craint pas ce qui l’attend. La chose court toujours. Inlassablement. Une odeur désagréable l’accompagne, presque putride. La japonaise se concentre et devine à son ouïe que la créature qui arrive est petite. Ce n’est pas ces animaux du monde des vivants. C’est une créature du malin, elle en est sûre.

- Restez sur vos gardes, conseille Chiyoko.

Car cette chose va surgir d’un instant à l’autre, au milieu du brouillard intense, pour les prendre par surprise et faire d’elles son déjeuner… Ou son prochain jouet préféré.


©BESIDETHECROCODILE

_________________

Yeah, you don't know my mind You don't know my kind Dark necessities are part of my design Tell the world that I'm falling from the sky Dark necessities are part of my design
| © Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Loup-garou, solitaire

Date d'inscription : 29/12/2016
Messages : 13
Rp postés : 5
Avatar : Nadia Hilker
Âge du perso : 34 années bien remplis qui lui ont forgés son caractère.
Groupe du perso : Louve garous, ces boule de poile que l'on associe si bien à la lune.
Disponibilités : Disponible pour RP
Liens infos : Who I am
My friends... or not
My subjects
Avis de recherche : Niels Arnarsson — Chasseur
Steve — Pré-lien
Des camarades qui pourraient lui faire découvrir la ville et devenir des amis, des prises de têtes de par ses opinions, et qui sait ce qui peut se créer encore ?
MessageSujet: Re: Into the woods… [ft.Hela] Dim 9 Juil - 12:55

Into the woods… Hela se montrait méfiante de par la présence de l’étrangère à quelques mètres d’elle. Elle ne connaissait pas encore grand monde dans cette ville qu’était Salem et, ayant compris que celle-ci était habitée par diverses créatures, elle préférait ne pas baisser ses barrières trop tôt. Même si elle n’aimait pas la violence, elle n’en restait pas moins un loup et l’instinct sauvage de l’animal était toujours ancré en elle. La brune ne craignait nullement une mauvaise rencontre, sachant qu’elle était dans la capacité de se défendre, mais, à cet instant, c’était le loup en elle qui la laissait rester sur ses gardes. Ne sait-on jamais, et si elle avait affaire à quelqu’un dont le seul but était de se montrer hostile ? La jeune femme s’était déjà suffisamment fait avoir par le passé, mais ce n’était pas pour autant qu’elle allait le montrer. Bien au contraire, elle avait cherché à savoir si tout allait bien, profitant de cet instant pour essayer d’identifier un peu mieux cette inconnue aux cheveux écarlate. Au moins, elle se disait qu’elle l’aurait reconnu si c’était une personne qu’elle aurait pu croiser lors de ses derniers jours. Cependant, aucun souvenir à ce sujet ne lui revint en mémoire et, la voyant se rapprocher, elle put un peu mieux distinguer ses traits.

Définitivement, Hela sut qu’elle n’avait encore jamais fait la connaissance de cette Japonaise. Non seulement l’odeur que son côté loup pouvait humer ne lui apportait aucune réelle information, mais elle se souvenait distinctement de n’avoir encore jamais rencontré cette Japonaise. Japonaise qui semblait avoir conscience des dangers de la ville pour se promener armée. La brune n’avait jamais aimé les armes et elle détestait savoir qu’elle pouvait en être une. Il lui était déjà arrivé de s’en prendre à un humain lors d’un excès de colère qui lui faisait perdre le contrôle, mais à chaque fois que cela était arrivé, elle s’en était toujours voulu et refusait de recommencer. La jeune femme était pertinemment consciente qu’en cas de danger, être un loup de naissance lui était d’une grande aide. Seulement, elle avait toujours préféré régler ses conflits de la manière la moins brutale qu’il était possible d’avoir et c’était une idéologie qu’elle avait certaines fois du mal à appliquer.

Enfin, la rousse la rassura en exprimant le fait que tout semblait aller. La serveuse avait eu un hochement de tête, comprenant l’emploi de ce verbe qui laissait évoquer la possibilité d’une illusion, certaine qu’elle aurait répondu la même chose si les rôles avaient été inversés. Même si tout semblait aller, ce brouillard laissait croire l’inverse. Sa venue avait été bien trop soudaine et il était bien trop épais pour que Hela ne soit pas sur ses gardes. Quelques choses clochaient et elle n’arrivait pas à mettre le doigt dessus. D’ailleurs, la personne dont elle venait de faire la rencontre donnait l’impression de penser la même chose, alors qu’elle la voyait observer ce qu’il était possible de voir dans les alentours. Les sens de la brune étaient aux aguets et elle se sentait prête à bondir face au moindre détail qui clochait.

« Vous avez raison, il est arrivé de manière bien trop soudaine pour que ce soit naturel… »

Mais après tout, qu’est-ce qui pouvait bien être naturel dans cette ville ? Lorsqu’elle était à Seattles, puis à San Francisco, elle avait déjà fait la rencontre d’êtres non-humains. C’était même des chasseurs qui s’en prirent à sa sœur. Mais ici, il y avait une telle concentration de surnaturel, que ça n’étonnait nullement la brune que le brouillard en soit. Elle fut cependant surprise par la question de la rousse. Si elle était à l’origine de ça ? Pas une seconde, elle s’était attendue à ce qu’on le lui demande, mais elle eut un bref signe de tête révélant la négation de sa réponse.

« J’en serais bien incapable. J’en déduis que vous n’en êtes pas à l’origine non plus. »

Hela ne cherchait pas réellement à savoir quelle était la nature de la jeune femme, considérant que, moins elle en savait, mieux elle se portait. Elle devait tout de même reconnaître que suggérer qu’un sorcier pouvait être à l’origine de tout ça était opportun. Mais elle était un loup-garou et la seule « magie » dont elle était capable, était ses transformations en cet animal sauvage qui avait sans conteste la force de tuer un homme. Seulement, elle ne comptait rien dire à ce sujet. Ses semblables avaient cette chance de pouvoir se faire passer pour des humains en jouant bien sur les mots et c’était ce que la brune faisait depuis son arrivée dans cette ville. Elle ne parlait à personne de sa nature de loup, préférant que cela soit découvert le plus tardivement possible.

Encore une fois, la Japonaise fit preuve de raison en évoquant l’idée de s’en aller. Cette fois-ci, la serveuse ne formula pas de réelles réponses, se contentant d’un hochement de tête pour approuver cette suggestion. Regagner la « sécurité » de la ville était certainement la meilleure chose à faire, plutôt que de rester planté là, à essayer de découvrir la nature de ce phénomène. Le silence de la nature était bien trop pesant et renforçait la méfiance du loup qui aurait déjà filé si elle n’avait pas fait la rencontre de la rousse qu’elle se mit à suivre. Plus aucune parole n’était échangée entre les deux et Hela ne cherchait pas à briser ce silence. Elle le laisser peser, se concentrant sur ce que chacun de ses sens lui apportait. Que ce soit une odeur inhabituelle, un son inquiétant ou un fugace mouvement dans sa vision handicapée par le brouillard, la jeune femme se préparait à réagir au moindre signe de présence.

La méfiance pouvait se sentir dans l’air, bien que rien d’autre que le brouillard ne soit réellement suspect. Cependant, il y avait cette chose que Hela appréciait peu, et qu’elle avait déjà sentie par le passé. Cette sensation d’être épié, que quelqu’un la voyait sans qu’elle ne le voie. Mais elle avait ressenti cette sensation de si nombreuses fois depuis qu’elle avait perdu le contrôle de la meute de son père, qu’elle mettait ça sur le compte de l’habitude. Ce fut l’arrêt de la Japonaise qui lui indiquait que ce n’était peut-être pas que dans sa tête. Il y avait-il réellement quelqu’un qui les épiait ? Ou bien quelque chose… ?

Est-ce qu’elle sentait ? Bien sûr. Ce n’était pas une odeur qu’elle pouvait identifier à proprement parler, mais elle sentait que quelque chose n’allait réellement pas. Quelque chose d’étrange par rapport à ce qu’elle avait bien pu ressentir jusque-là. Surtout que le silence était désormais brisé. Quelque chose se mouvait dans le manque de visibilité de la brume et Hela se sentait prête à bondir. Pas pour attaquer, mais pour se protéger ou esquiver le possible mal qui régnait dans ce lieu. Elle n’avait pas besoin d’entendre la Japonaise l’avertir de rester sur ses gardes pour déjà l’être. Si elle avait été en présence de quelqu'un connaissant la vérité à son sujet, peut-être aurait-elle laissé un grognement d’avertissement échapper de sa gorge, que ce qui les suivait puisse savoir à quoi s’attendre. Mais là, en présence de cette inconnue, elle faisait taire la bête en elle.

« Il y a quelque chose qui nous suit… Mais cela ne semble pas être humain. »

Ni même réellement humanoïde. Ce n’était pas une odeur habituelle qui lui parvenait et Hela jeta un coup d’œil en contre bas. La ville était difficilement visible à travers la brume et, si c’était quelque chose d’hostile qui les suivait, alors elles n’auraient pas le temps de rejoindre la sécurité des habitats. Du moins, la brune ne pourrait en gardant sa forme humaine, mais il était hors de question qu’elle abandonne la Japonaise. Alors elle restait attentive au moindre mouvement, ayant cette sensation que cela se rapproche. N’ayant aucune arme visible sur elle, Hela pointa du menton celle de la rousse.

« Vous devriez le prendre en main. Ne sait-on jamais ce qui va nous attaquer ou non. »

La brune n’aimait pas dire ça, mais elle savait que parfois, seule la violence était la solution à prendre. Ce n’était définitivement pas humain ce qui approchait et il allait certainement falloir qu’elle se serve de ces capacités de louve pour ne pas se laisser avoir.
© CRIMSON DAY

_________________

Think about the waves, my love. Can you hear them? Lapping gently beneath us, lulling us to sleep, protecting us… We’ll be with the waves soon. It’ll be beautiful. So beautiful.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Into the woods… [ft.Hela]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» Hela Lokidottir █ "Oh Death..."
» Happy Birthday Hela
» Hela Lokidottir - Carnet
» Douce mort... - Hela Lokidottir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: . :: North of Salem :: Ledge hill park-
Sauter vers: