Partagez|

Bloody Reunion [Valeska]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Chasseuse de l'Elit Daemonia
avatar

Date d'inscription : 24/02/2017
Messages : 76
Rp postés : 14
Points-Bonus : 18
Avatar : Kate Beckinsale Âge du perso : 306
Groupe du perso : Chasseur de l’Elit Daemonia
MessageSujet: Bloody Reunion [Valeska] Dim 16 Avr - 0:41

Le bruit affreux des chargeurs cliquetants dans le vide et le silence ridicule qui s’en suivit glaça le sang de Cathan. Ses oreilles bourdonnaient du bruit des tirs qui s’étaient enchaînés juste avant, et ce bruit en particulier ne pouvait présager que d’une seule chose…

Merde.

Les vampires la regardaient, les yeux rougeoyants de haine, immobiles, ne réalisant pas encore que la chasseuse venait d’épuiser toutes ses munitions. Ils étaient une dizaine, la moitié se tenait en face d’elle à quelques mètres, le reste était éparpillé dans la maison, caché dans les recoins, grouillant tel des insectes sur les murs et au plafond… Elle avait réussi à en descendre la moitié, mais elle ne s’attendait pas à tomber sur un nid de vampire aussi gros. En vérité, elle ne s’attendait pas à tomber sur un nid de vampires DU TOUT. Si elle voulait sortir d’ici vivante, il ne lui restait plus qu’une seule solution : la fuite.

Elle remis ses flingues dans ses étuis ce qui lui pris une bonne seconde, suffisant pour que les vampires commencent à remuer, ils n’allaient pas tarder à lui sauter dessus. Elle attrapa une grenade à l’intérieure de sa veste en cuir, la désamorça et la lança dans les airs. Le maître du nid, celui qu’elle avait traqué jusqu’ici, émergea dans la salle au moment ou la bombe retombait. Cathan eu juste le temps de voir son visage déformé par la rage, la blessure qu’elle lui avait infligé un peu plus tôt avait arrêté de saigner. Elle avait raté son cœur de peu, il fallait donc qu’elle revienne en finir avec lui plus tard afin de lui offrir la véritable mort, elle ferait attention à bien viser la prochaine fois. Alors que les vampires s’étaient élancés vers elle, la grenade toucha finalement le sol et explosa, répandent un millier de petite particule : de la poudre de verveine. Alors que les vampires se mirent à hurler et à se rentrer dedans, complètement désorientés, Cathan en profita pour se frayer un chemin en courant aussi vite qu’elle le put vers la porte d’entrée de la maison maudite. Elle trébucha sur un cadavre mais se rattrapa au dernier moment, évitant la chute de justesse. Son cœur battait la chamade, il fallait qu’elle sorte d’ici à tout prix, il fallait qu’elle reste en vie.

Je suis trop vieille pour ces conneries putain de merde. Putain de merde. Garde ton calme. Putain.

Elle arriva dans le corridor à la fin duquel se trouvait la porte d’entrée menant sur une route boueuse, sa voiture était garée juste devant. Un vampire, surement un nouveau-né au vu de sa force et de sa témérité suicidaire, se jeta sur son dos et la mordit sauvagement au niveau de la clavicule droite malgré la présence de son blouson en cuir. Cathan laissa échapper un grognement de douleur, tituba dangereusement sous le poids du vampire. Obnubilé par son sang, ce dernier n’essaya pas de l’arrêter lorsqu’elle attrapa un de ses couteaux de lancer en argent attachés à sa cuisse. Afin de pouvoir le poignarder, la chasseuse se jeta dos contre un des murs du corridor pour tenter de lui faire lâcher prise. Sa force surhumaine et le craquement sourd émanant du dos du vampire lui indiqua qu'elle était en bonne voie, mais celui-ci refusa de desserrer les mâchoires de son cou. Elle retenta sa chance une nouvelle fois et enfonça le vampire littéralement dans le mur, sonné. Elle ne s’attarda pas plus dans la maison et couru de toute ses forces vers la sortie.

Elle atteignit la porte qu’elle ouvrit à la volée. Elle sortie un flacon de cendres d’écorce de sorbier qu’elle répandit maladroitement sur le sol de la porte pour empêcher les vampires qui se ruaient dans le corridor de pouvoir la poursuivre. Elle espérait que cela les ralentiraient suffisamment pour arriver jusqu’à sa caisse et foutre le camp. Sans lancer un seul regard en arrière, elle dévala les marches du perron en réussissant à ne pas se casser la gueule et se rua jusqu’à sa voiture.
Un hurlement strident retentit alors que Cathan mis la clé sur le contact. Elle regarda vers la maison et vit le vampire, ses yeux brillants comme deux braises, fendants l’obscurité de la nuit. Il se tenait debout dans l'encadrement de la porte d'entrée, son regard rivé sur elle. Sans se faire prier, la chasseuse démarra sur les chapeaux de roues en direction de Salem, laissant derrière elle un nid à moitié détruit et très en colère.

Cela faisait à peine quelques minutes que Cathan conduisait et pourtant l’évidence était déjà très clair : elle n’aurait pas le temps de rentrer chez elle. Elle avait été mordue à plusieurs endroits, mais la dernière morsure avait fait beaucoup plus de dégat qu’elle ne le pensait. Sa vision se troublait, elle sentait son sang couler à flot et mouiller ses fringues, les collant à son corps. Elle avait froid, son sang était chaud sur sa peau. Les fourmillements commençaient à se répandre, d’abord de ses mains et pieds pour remonter progressivement le long de ses membres.

Crever à cause d’un nouveau-né ? Certainement pas. J’ai survécu à trop de choses pour me faire avoir par un suceur de sang.

Elle appuya sur l'accélérateur, frôlant les 170 kmh. Elle attrapa son téléphone et fut forcer de ralentir afin de pouvoir taper son sms : pas par bonne conscience, mais parce que sa main était trop engourdie pour aller plus vite.

J’arrive. Blessée. Aide.

Sa main laissa son téléphone glisser au sol une fois le message envoyé. Elle serra les dents et s'agrippa au volant, priant pour que Valeska soit aussi douée que sa grand-mère dans la pratique des sorts de soin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière de l'Eau
avatar

Date d'inscription : 25/10/2016
Messages : 74
Rp postés : 36
Avatar : Kat Graham
Âge du perso : 27 ans
Groupe du perso : Sorcière
Liens infos : FicheLiensSujets
Avis de recherche :
- Des clients,
- Des amis & des ennemies,
- Des Sorciers qui connaissent ses ancêtres.
Multis : Abi and Co'
MessageSujet: Re: Bloody Reunion [Valeska] Mar 18 Avr - 9:46

Valeska ft. Cathan - Bloody Reunion


Voilà un peu plus d'un an que je vivais maintenant à Salem. J'avais réussi à m'installer et à garder la principale clientèle de ma grand-mère. Les affaires tournaient plutôt bien ces derniers temps. La saison apportait principalement ses lots de malades, mais je restais néanmoins une Guérisseuse pour maux étranges. J'essayais de rester fidèle à moi-même et à l'enseignement que j'avais eu de ma Grand-mère, cette femme forte et respectueuse qui avait eu le courage de m'élever alors que mon père ne s'en était pas cru capable, préférant me faire croire que j'avais perdu mes deux parents. Je n'avais jamais connu mon père, ni ma mère. Enfin si. Mais je n'avais aucun souvenir d'eux. Ma grand-mère était ma seule et unique famille. Elle était la seule que je voulais rendre fière, même au delà de la mort. Alors je suivais ses traces. Je ne servais pas n'importe qui. Je me gardais le droit de refuser des clients venant frapper à ma porte. L'argent ne manquait pas. J'avais par chance hériter de mon père, de ses économies. Cette maison dans laquelle je vivais ne me coûtait pas grand chose, en dehors des quelques factures. N'étant ni fêtarde, ni dépensière, je pouvais vivre tranquillement sans me soucier réellement des tracas de la vie.

Comme tous les jours, je m'étais réveillée avec les courbatures de la nuit passée dans le corps d'une femme de quatre-vingt-cinq ans. Comme tous les jours, ma journée avait commencé par une douche brûlante qui réchauffait ma peau bien trop froide. Pourtant, je me réchauffais. La veille, j'étais partie relever mes pièges, m'étant nourrie de la chaleur d'un animal sauvage que j'avais réussi à capturer. J'allais bientôt revoir Alyson dont le feu naturel me permettrait également de me réchauffer. Malgré tout, dans ma cheminée brûlait un feu quasi-permanent, en plus des radiateurs qui tournaient, m'évitant ainsi de trop souffrir du froid.

La journée avait été calme. J'avais entrepris de fouiller les combles de la maison. Combles que j'avais découvert quelques jours plus tôt. Cette maison regorgeait de cachettes surprenantes et j'étais persuadée que je n'avais pas encore tout trouvé ici. Ma mère avait vraiment bien caché ses journaux et affaires de sorcellerie. La maison de mes parents regorgeait de secrets, de cachettes parfois difficiles à trouver. La possession de grimoires étant interdite, ma mère avait dissimulé bon nombre d'affaires, par des sortilèges puissants, par des moyens détournés. Et je n'avais pas encore tout trouvé, j'en étais certaine. Ma grand-mère m'avait bien dit, avant sa mort, que j'aurais certainement la possibilité de trouver d'anciens grimoires de notre famille… Des femmes de notre famille… J'espérais surtout trouver des journaux. De très vieux journaux. Ceux de la première d'entre nous à avoir dû subir ces malédictions. Je voulais comprendre comment tout était arrivé, dans l'espoir de voir tout ça s'achever.

Durant la journée, quelques clients étaient passés me voir pour chercher quelques potions et remèdes. Des soins principalement, pour soigner et soulager des maux. Toutes mes potions n'étaient pas que des remèdes. Je fabriquais également diverses potions, filtres ou même des poisons. Mais je m'assurais toujours que ce que je fabriquais ne serait pas utiliser à de mauvaises fins ou pour de mauvaises raisons comme la manipulation. Mes clients devaient avoir une raison valable. Évidemment tous ne souhaitaient pas me donner leurs raisons et je devais parfois faire un choix compliqué. Cette fois, j'avais dû réaliser un filtre de vérité utilisé par une détective privée, une femme qui s'occupaient de disparations étranges. Mon filtre lui permettrait très certainement de trouver un coupable ou de faire parler un témoin. Avec elle, les paiements n'étaient pas toujours monétaires. Elle me fournissait parfois en animaux, d'autres fois en plantes qu'elle partait m'acheter lors de déplacements.

La journée s'était finalement écoulée et la nuit avait fini par tomber. Comme toujours, lorsque la lune prenait le dessus sur le soleil, mon corps se transformait en celui d'une vieille femme de plus de quatre-vingts ans. Rides, cheveux blancs, démarche un peu plus lente et courbatures, j'étais encore une fois dans la peau de cette vieille moi. Fatiguée, je gardais pourtant la tête plongée dans mes recherches, assise en tailleurs sur mon divan, un plaid recouvrant mon corps. Une tasse de thé fumante patientait sagement sur ma table basse. Malheureusement, les heures passaient et l'épuisement eut raison de moi. Le journal de ma mère tomba à terre lorsque mes paupières s'abaissèrent.

(…)

Je me réveillais en sursaut, plus d'une heure après. Mon téléphone venait de vibrer. Encore dans à moitié endormie, je tâtais le sol à la recherche de mon mobile. La vue de ma main ridée m'indiquait que la nuit n'était pas encore achevée. Sur l'écran s'affichait un message alarmant.

J’arrive. Blessée. Aide.


Lorsque j'ouvris le message, que je vis le prénom s'afficher, j'eus un mouvement en suspend, étonnée de voir ressurgir ces souvenirs du passé.

« Cathan ?! »

Je ne pris pas la peine de répondre. J'eus la mauvaise idée de vouloir me précipiter, mais mon corps me rappela de lever le pied. J'étais vieille. J'étais usée. Mais j'avais quelqu'un à aider. Je fis donc au plus vite pour réunir un maximum de compresses, fils et aiguilles, onguents et potions, pour pouvoir soigner celle qui arrivait. Cathan était une Chasseuse, je le savais. Cliente de ma Grand-mère, cette dernière et moi étions liées par une sorte de pacte mis en place par ma Grand-mère. En échange de l'aide précieuse de la Guérisseuse, Cathan avait pour mission de me ''protéger'' ou me rendre service. Une sorte de pacte donnant-donnant, quelque chose que je n'avais jamais réellement compris. Mais je savais que Grand-mère appréciait la chasseuse. Pour ma part, je n'avais jamais réellement cherché à la connaître, préférant m'isoler de manière générale. Nous étions restées en contact, mais à la mort de celle qui m'avait élevé, j'avais fini par ne plus rien demander, jugeant inutile de faire venir à moi une femme qui se forçait. Pourtant la voilà. Elle faisait appel à moi. Je n'avais jamais travaillé directement avec elle, mais j'imaginais qu'elle ne faisait pas appel à moi pour rien.

J'étais nerveuse. Très nerveuse. Les soins spéciaux, les grosses blessures, demandaient un contact physique. Si Grand-mère avait toujours réussi à gérer au mieux notre malédiction, il n'en était pas de même pour moi. Je portais des gants en permanence, pour éviter aux autres le contact direct avec ma peau. Mais pour soigner, c'était si compliqué…

Dehors, j'entendis la voiture freiner dans un crissement de pneus. Je me précipitais alors vers la porte d'entrée et je la vis. J'avais ce maudit corps qui me freinait, m'empêcher de courir à sa rencontre, de l'aider, de la porter. Cathan connaissait les malédictions de ma famille, de mes ancêtres. Elle savait que nous étions toutes doublement maudites et elle m'avait déjà vu dans mon ''état de nuit''. Je n'avais donc nullement besoin de me cacher ou de lui mentir. Elle savait. Mais cela ne changeait rien au fait que, de nuit, j'étais beaucoup moins rapide et agile que de jour. Je fis de mon mieux pourtant, pour la rejoindre.

« Cathan, tu dois m'aider, tiens le coup jusqu'à la maison. »
Parce que te porter, ça va être un peu compliqué.

Comme toujours, j'installais mes patients les plus blessés sur ma table en bois massif, vieille et solide de ma salle à manger. Cathan ne dérogeait pas à la ''tradition''.

« Que c'est-il passé ? »

J'allongeais la chasseuse sur la table. Elle avait déjà perdu trop de sang, ses vêtements en étaient imbibés et le corps de Cathan se refroidissait déjà. Sans attendre, j'appliquais une bonne dose d'un onguent qui permettrait de stopper rapidement hémorragie de son cou, y déposant une compresse en espérant que la Chasseuse pourrait la maintenir. Les chairs étaient déchirées et le sang coulait sérieusement, il fallait agir vite et cette plaie était prioritaire sur les autres, j'en étais persuadée. Je ne réfléchissais plus. Je faisais ce que j'avais à faire.

« Tiens la compresse, appuie dessus, ça va stopper l'hémorragie. Je t'interdis de t'évanouir d'accord ? Laisse moi préparer une potion. »

Il fallait qu'elle tienne. Je n'avais pas le choix, je devais l'abandonner quelques instants. Je gardais un œil sur Cathan de la cuisine. Je fouillais armoires et tiroirs. Alcool, plantes, remèdes. Je mélangeais, secouais, afin d'obtenir une potion de couleur orangée. L'odeur n'était pas la plus alléchante au moins, mais le contenu de ce liquide l'aiderait à cicatriser plus rapidement. Il fallait qu'elle le boive, c'était urgent.


© Lilie

_________________


Il semblerait que je sois née, avec le cœur gelé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseuse de l'Elit Daemonia
avatar

Date d'inscription : 24/02/2017
Messages : 76
Rp postés : 14
Points-Bonus : 18
Avatar : Kate Beckinsale Âge du perso : 306
Groupe du perso : Chasseur de l’Elit Daemonia
MessageSujet: Re: Bloody Reunion [Valeska] Mar 25 Avr - 22:25

Tenir debout était un véritable supplice, ses jambes étaient lourdes et engourdies, elle n’avait qu’une seule envie, qu’un seul besoin, s’allonger au sol et fermer les yeux, dormir… Mais elle  savait que si elle ne luttait pas pour rester éveillée, elle signait son arrêt de mort. Oh, comme elle aurait aimé que Valeska puisse la porter, mais en lui rendant visite de nuit, elle devait composer avec une grand-mère toute rouillée par l’arthrose. Au moins cette dernière pouvait lui servir de canne, et pouvait éventuellement la rattraper en cas de chute. Si la jeune Aberline ne faisait pas de crise cardiaque ou un AVC durant les soins, elle avait une chance de s’en sortir. Peut-être. Ainsi, Cathan tituba jusque dans les bras de la sorcière, et la laissa l’aider à marcher jusqu’à sa maison, la laissant porter une bonne moitié de son poids.

« Cathan, tu dois m'aider, tiens le coup jusqu'à la maison. »

Elle souffla du nez et lui grommela à l’oreille, d’une voix faiblarde.

« Tu devrais investir dans un fauteuil roulant, grand-mère… »

Son ton sarcastique habituel fut complètement absent. Elle était trop occupée à galérer à mettre un pied devant l’autre en gardant l’équilibre. Elle se laissa traîner jusqu’à une grande table en bois massif, le genre de table assez solide pouvant supporter un homme de plus de 150 kilos. Elle se hissa dessus et se laissa aller sur le dos en soupirant de soulagement.

Une fois allongée, la chasseuse s’efforça de garder les yeux entrouverts, le regard rivé sur Valeska. Elle sentait ses forces défaillir, ainsi elle lutta pour rester alerte malgré sa vision qui s’obscurcissait. C’est qu’en étant allongée, la tentation de fermer les yeux et de se laisser porter par le sommeil éternel était incroyablement plus présent.

« Que c'est-il passé ? »

La voix chevrotante de la vieille l’aida a tenir bon, Cathan fronça les sourcils le temps de se rappeler les derniers événements de la nuit.

- Ah… toujours la même histoire : un surnat’ fou qui mange les gens avant de les transformer en vampire… Heureusement je suis juste passée par la première étape…

- Tiens la compresse, appuie dessus, ça va stopper l'hémorragie. Je t'interdis de t'évanouir d'accord ? Laisse moi préparer une potion. »

Je t’interdis de t’évanouir, je t’interdis de t’évanouir, je fais de mon mieux, jeune fille...

Elle grogna en levant sa main qu’elle déposa sur la compresse. Cathan n’avait plus aucune force, elle était littéralement vidée. Sa main était tellement engourdie et froide qu’elle ne savait pas si elle appuyait suffisament sur la compresse ou non.
Elle lutta encore quelques secondes, le regard fixé sur le plafond. Elle murmura le nom de Valeska lorsque sa vision devint noire.

La peau livide, les yeux fermés et la compresse imbibée de sang sur la table indiquèrent à la sorcière que sa patiente venait de perdre connaissance sur sa table d’opération – voir possiblement de lui claquer entre les mains.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière de l'Eau
avatar

Date d'inscription : 25/10/2016
Messages : 74
Rp postés : 36
Avatar : Kat Graham
Âge du perso : 27 ans
Groupe du perso : Sorcière
Liens infos : FicheLiensSujets
Avis de recherche :
- Des clients,
- Des amis & des ennemies,
- Des Sorciers qui connaissent ses ancêtres.
Multis : Abi and Co'
MessageSujet: Re: Bloody Reunion [Valeska] Ven 28 Avr - 10:21

Valeska ft. Cathan - Bloody Reunion


Il y avait urgence. Réellement. J'avais peur pour Cathan. Même si, par chance, elle était Chasseuse, elle était terriblement blessée, bien trop amochée. Un simple humain aurait certainement déjà succombé à de telles blessures. Mais les Chasseurs avaient une capacité de régénération bien plus importante. Heureusement. Mais le temps nous était compté. Je regrettais seulement que Cathan se soit attirée des ennuis en pleine nuit. Car la nuit mon corps n'était pas mon allié, il était plutôt un fardeau, un poids que je traînais tel un boulet accroché à mon pied. Je devais faire avec. Je n'avais pas le choix. J'avais appris à vivre avec. Et à cet instant précis, je ne pouvais me permettre de douter de moi. La Chasseuse avait besoin de moi et de mes compétences. Elle me faisait confiance. Elle était venue jusqu'à moi, parce qu'elle savait que j'étais compétente et que je ferais tout mon possible pour l'aider et la sauver. Un poids supplémentaire sur mes épaules alors que je retournais vers la table où était allongée Cathan. Lorsque je la vis. Inerte. J'eus un choc. Elle n'était pas morte. Non, je le voyais. Sa cage thoracique se mouvait encore dans de faibles spasmes. J’accourus auprès de la Chasseuse, secouant doucement son corps avant d'attraper la compresse et d'appuyer à nouveau sur la plaie.

« Cathan, tu dois te réveiller bon sang. J'ai besoin de toi ! »
Parce que j'ai peur. Peur d'aspirer ta chaleur. Peur de geler ton cœur.

Tant bien que mal, j'improvisais un bandage de fortune pour ne plus avoir à maintenir la compresse et avec les deux mains libres. Impossible de lui faire boire ce que j'avais prévu pour elle. Il fallait donc que j'agisse vite et autrement. Aussi bien que possible, j'allais récupérer de quoi transfuser Cathan. J'aurais certainement pu être infirmière avec toutes mes connaissances, mais le titre de Guérisseuse me suffisait et impliquait bien moins de contacts physiques. Mais là, je n'avais guère le choix. J'installais donc une perfusion de sérum physiologique afin de lui transfuser directement mon remède. Cela lui donnerait un coup de fouet. Un vrai remède pour l'aider à guérir. Puis j'installais une transfusion de mon propre sang, car la Chasseuse en avait déjà perdu bien trop. Il fallait que je la retape au plus vite.

Son bras perfusé, je pus souffler trois secondes et faire un état des lieux. Les blessures étaient nombreuses, certaines plus superficielles que d'autres. Quelques côtes devaient être brisées, mais cela finirait par guérir facilement vu sa condition. Nerveuse, j'entrepris de découper ses vêtements. Tant pis, elle râlerait plus tard pour ça. Mais je devais m'assurer de ne pas avoir loupé de blessure. Trop de sang avait coulé qu'il m'était impossible de tout cibler. Nettoyer le corps, le laver au maximum, pour pouvoir faire l'état des lieux. Soigner, tant bien que mal. Appliquer des remèdes miracles, pour désinfecter et cicatriser les plaies. Décidément, ces derniers temps, j'avais souvent à soigner des personnes blessées à ce point. Le monde commençait-il à devenir fou ? Toute cette violence me faisait peur. Et voir Cathan dans cet état m'effrayait encore plus. Elle était une Chasseuse, une femme solide, entraînée et douée. Pourtant, elle arrivait chez moi dans cet état. Preuve que les choses changeaient et le monde devenait de plus en plus dangereux…

Mes vieilles mains toutes fripées et légèrement tremblantes s'attelèrent à leurs tâches, pansant les plaies. Je m'attaquais finalement à son cou qui, grâce à mon onguent, avait commencé à se réparer. En tout cas, l'hémorragie était stoppée. Il fallait que je puisse la recoudre, pour l'aider à guérir plus vite. Avant d'entreprendre ça, je lui passais une nouvelle poche de sang, celà ne pourrait lui faire de mal. Le contenu orangé finissait de passer dans ses veines. J'espérais que Cathan n'allait pas se réveiller pendant que j'étais entrain de la recoudre. Mais avant, l'augmentais le chauffage pourtant déjà bien chaud et recouvrait la Chasseuse d'une couverture qui lui tiendrait suffisamment chaud. Car son corps était encore bien trop froid selon moi… Presque autant que le mien lorsque j'arrivais à mes limites.

(…)

Un dernier nœud. Je terminais de recoudre, aussi bien que possible, le cou de Cathan. Mes mains tremblantes, je soufflais enfin. J'avais réussi à travailler aussi soigneusement que possible, sans trop avoir à la toucher, malgré les gants chirurgicaux que je portais. J'étalais à nouveau de l'onguent verdâtre qui l'aiderait à cicatriser au mieux. Les perfusions, quant à elle, étaient entièrement passée. Plus d'une heure s'était écoulée depuis l'arrivée de la Chasseuse à mon domicile. Sur mon sol, compresses se mélangeaient aux restes de vêtements, noyés dans le sang qui s'était écoulé.

Je ramassais tout ça, pour jeter ce qui ne servait plus. Je laissais le temps à la Chasseuse de se réveiller. Car je savais que, malgré mes soins, elle serait encore très affaiblie à son réveil. Je lavais le sol puis mes mains. J'étais fatiguée. J'étais même épuisée. Mon corps me faisait mal, le dos courbé. Je préparais du thé qui mer échauffa doucement. J'avalais quelques gélules, fabriquées par mes soins, pour faire passer les douleurs physiques dues à mon état de vieille mamie. Je maudissais la lune. Je maudissais celui qui avait fait de moi celle que j'étais. Celui qui avait maudit ma famille.

Épuisée, j'allais m'installer sur mon canapé, le regard rivé sur la table où Cathan était allongée, encore inconsciente. Je sentais la fatigue me gagner, doucement, luttant tant bien que mal.


© Lilie

_________________


Il semblerait que je sois née, avec le cœur gelé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseuse de l'Elit Daemonia
avatar

Date d'inscription : 24/02/2017
Messages : 76
Rp postés : 14
Points-Bonus : 18
Avatar : Kate Beckinsale Âge du perso : 306
Groupe du perso : Chasseur de l’Elit Daemonia
MessageSujet: Re: Bloody Reunion [Valeska] Ven 19 Mai - 12:35

Un écran noir. Le vide. Le néant.

Puis une douleur, une douleur diffuse qui parcourait son corps abîmé, qui rampait sous sa peau et venait se loger droit entre ses deux yeux. Cathan pris une inspiration douloureuse et ouvrit lentement les yeux, la lumière de l’éclairage électrique agressait sa vision parfaite et aggravait son mal de crâne. Elle se sentait incroyablement vivante, et elle remercia le mal de chien d’être présent. Cela voulait dire qu’elle guérissait, et de manière incroyablement rapide. Elle se redressa doucement et rejeta la couverture sur ses jambes, dévoilant son corps nu. Elle observa ses plaies couvertes d’un onguent vert, qui avait séché et formé des croûtes épaisses à divers endroits. Evidemment, la chasseuse se sentait encore bien faible, mais elle se rendait compte que quelque chose d’inhabituel était en train de se passer. Sa capacité de guérison, même en tant qu’humaine modifiée, n’était pas aussi rapide. Elle sourit intérieurement en se remémorant les potions magiques de la grand-mère Aberline. Aucun doute la dessus, cette dernière avait bien éduquée sa petite fille. En parlant de Valeska… Elle la chercha du regard, pour finalement remarquer une vieille dame éreintée endormie dans son divan.

Je suis tellement navrée que tu partages son héritage…

Cathan l’observa en silence pendant de longues secondes, se remémorant de vieux souvenirs d’une époque révolue. Elle laissa échapper un soupir las, observant la nuit au travers des fenêtres du salon. Combien de temps s'était-il passé depuis son arrivé? Elle finit par se racler la gorge afin d’attirer l’attention de la jeune sorcière.

"Dis-moi que tu n’as pas découpée mon cuir ?"

Elle se redressa tant bien que mal et se mis en position assise sur la table en bois, ses jambes se balançant dans le vide. La nudité ne la dérangeait pas vraiment. Elle ne considérait pas son corps comme un objet érotique. Elle était bien trop couturée de cicatrices pour ça, les 300 ans de lutte permanente avaient fait leurs œuvres : traces de lacération, de morsure, d’impact de balle, de brûlure… Si la majorité des petits bobos disparaissaient sans laisser de marque, les blessures plus graves s’imprimaient sur sa peau, souvenir d’un combat à jamais gravé. Elle aurait pu être belle, avec sa peau d’albâtre, son corps élancé et ses cheveux noirs corbeaux… Même son visage n’avait pas été épargné, le coin de ses lèvres coupé en deux par une fine et longue cicatrice verticale. Non, son corps n’avait vraiment rien de beau. Cathan était une arme, et il suffisait de poser les yeux sur elle pour le savoir.

Elle regarda Valeska et lui offrit un doux sourire, marque d’affection extrêmement rare venant de sa part.

"Merci de m’avoir ramené. As-tu une arme chez toi ? Une arme à feu de préférence."

La chasseuse ne pensait pas vraiment que les vampires auraient pu la suivre jusqu’ici, mais il valait mieux prévenir que guérir, elle allait monter la garde jusqu’à l’aube et seulement là elle pourrait se reposer en toute sérénité. Le coffre de sa voiture était sa petite cache mobile d’armes mais elle était encore trop faible pour marcher, et il était hors de question que la sorcière sorte seule dans la nuit dans sa condition. Elle en avait déjà trop fait, cela se voyait à sa pâleur et à ses mains tremblotantes. Connaissant la nature de sa magie, elle lui aurait bien proposé de se nourrir un peu de sa chaleur, mais l’état de fatigue de la sorcière couplé à sa faiblesse physique lui aurait très certainement coûté la vie. Il fallait que Valeska se repose. Quant à elle, il fallait qu’elle tienne bon jusqu’aux premiers rayons du soleil.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière de l'Eau
avatar

Date d'inscription : 25/10/2016
Messages : 74
Rp postés : 36
Avatar : Kat Graham
Âge du perso : 27 ans
Groupe du perso : Sorcière
Liens infos : FicheLiensSujets
Avis de recherche :
- Des clients,
- Des amis & des ennemies,
- Des Sorciers qui connaissent ses ancêtres.
Multis : Abi and Co'
MessageSujet: Re: Bloody Reunion [Valeska] Dim 21 Mai - 9:16

Valeska ft. Cathan - Bloody Reunion


Sur le coin de la cheminée trônait la lanterne magique que mon amie Alyson m’avait offerte. Une lanterne ancienne, héritage de sa famille, dans lequel son feu brûlait éternellement, me permettant de me réchauffer et de palier à ce besoin de chaleur humaine. J’observais la flamme dansante, prise au piège à l’intérieur de l’objet. Mes paupières finirent par s’abaisser. J’avais pourtant lutté. Mais la fatigue était un peu trop forte pour moi à cet instant. Je ferme les yeux. Quelques secondes. Rien de plus. Juste … quelques … secondes … Cathan est en sécurité … juste …. quelques … secondes ... Je me sentais partir, le corps se ramollissant contre les coussins confortables du canapé, un plaid chaud remonté sur mes genoux. J’étais épuisée. Mon état de vieillesse était indéniablement un frein à ce type de moment plein d’adrénaline. La nuit était trop avancée, mon corps trop fatigué. Mais je ne pouvais fermer ma porte à Cathan. C’était impossible. Nous étions liés. Et même si Grand-mère n’était plus des notre, je ne pouvais mettre un terme aux promesses faites par le passé.

Un raclement de gorge me fit légèrement sursauter. Mes yeux s’ouvrirent sur une vision rassurante et un sourire étira légèrement mes lèvres. Cathan était réveillée.

"Dis-moi que tu n’as pas découpée mon cuir ?"
« Mhmhmh … je ne te le dirai pas alors ! » Je souriais. « Pour ma défense, on ne dirait pas comme ça, mais tu es lourde quand tu es inconsciente. »

Je me redressais sur le canapé, frottant mes yeux, mon visage. Je souriais. Mais oui, j’avais dû découper ses vêtements. Pour la sauver. Parce que la Chasseuse s’était visiblement fourrée dans une situation délicate et que j’avais été son premier réflexe de survie. Quelque part, j’en étais vraiment touchée. J’imaginais qu’elle avait des amis Chasseurs, qu’elle pouvait se rendre dans ce fameux Fort de Chasseurs. Mais non, elle était venue chez moi. Après tout ce temps. Elle était venue à moi. Et la nudité de la Chasseuse ne me dérangeait pas vraiment. À vrai dire, la mienne aurait été bien plus dérangeante tant j’étais pudique. J’étais cependant habituée à voir les gens dans leur plus simple appareil, pour guérir, soigner, recoudre. Ce n’était pas un problème. J’étais comme un médecin. Habituée à pas mal de chose. Même au sang et aux blessures dégoûtantes.

« Tu n’as pas à remercier Cathan, c’est normal. Et Grand-mère m’aurait botté les fesses de là où elle est si je t’avais laissé mourir. Et Alessia pouvait être effrayante quand elle se mettait en colère. »

Je riais doucement, puis, lentement, en grimaçant un peu, je me relevais pour préparer un petit remède à la Chasseuse, un thé spécial que Grand-mère m’avait toujours défini comme étant LE remède pour les Chasseurs comme notre ‘’amie’’. Un mélange de verveine, de sorbier, d’aconit et d’autres herbes qui protégeaient le corps et l’esprit. Pendant ce temps, la Chasseur me demanda si j’avais une arme à feu. Je plissais les yeux et compris que la situation était plutôt inquiétante.

« D’abord tu bois ça, »dis-je en lui tendant la tasse fumante. « Verveine, Sorbier, aconit et autres … recette de Grand-mère. Quelque chose me dit que tu en as bien besoin après avoir été attaquée par des Vampires !»

On aurait presque pu croire que moi, la jeune Sorcière, je faisais la morale à la vieille Chasseuse. Mais ce n’était pas vraiment le cas.

« Une arme à feu, tu dis ? J’en ai trouvé une dans les affaires de mon père et vu les balles que j’ai trouvées avec, j’imagine facilement qu’il ne ciblait pas que des humains. Mais dire s’il fonctionne encore ça je n’en sais rien. Je vais chercher ça. Bois. Et ensuite, je veux des explications Cathan. »

Je plissais les yeux. À croire que je pensais faire plus peur sous ma forme de vieille dame ridée aux cheveux blancs. J’abandonnais la Chasseuse pour gravir les marches qui me menaient à l’étage. Dans la chambre d’amis, dans un coffre bien caché, se trouvait la fameuse arme à feu et les nombreuses balles. J’attrapais le coffre un peu lourd et passais prendre quelques vêtements de rechange pour la Chasseuse qui n’allait pas traîner là nue. Non pas que cela l’aurait dérangé, mais si nous devions nous attendre à avoir de la visite, autant être habillées.

Cinq bonnes minutes plus tard, je retrouvais Cathan dans la cuisine. J’avais retrouvé un peu de vitalité grâce à mes gélules et ma micro sieste. Je n’étais certes pas encore prête à courir un marathon, au risque de perdre un morceau de hanche, mais j’étais déjà plus en forme. Je déposais, sur l’îlot central de ma cuisine, la boite et les vêtements.

« Désolée, je ne porte pas de cuir. Mais ça fera l’affaire.»

J’ouvris la boite en bois, gravée délicatement de deux A … Alisson Aberline. Ma mère. Je caressais le bois du bout des doigts, dévoilant l’arme à feu. Elle n’était pas ancienne, bien que je n’y connaissais pas grand-chose.

« Je ne sais pas en quoi ces balles sont faites et comme je ne sais pas grand-chose sur mon père, je ne pourrais dire qui il s’attendait à devoir tuer. Mais ça devrait pouvoir faire l’affaire. Maintenant Cathan, veux-tu bien me dire qui nous allons devoir tuer et pourquoi ? Parce que tu imagines qu’il est hors de question que je te laisse te battre sans rien faire ?! Je suis vieille et fatiguée, mais ma magie fonctionne quand même et je connais suffisamment de sortilèges pour nous protéger. Alors … raconte moi tu veux bien ? »

Je m’installais sur un tabouret autour de l’îlot et observais la Chasseuse. Il était hors de question que je laisse quelqu’un s’introduire ici sans agir.

Et puis un peu de distraction ne va pas me tuer, si ?




© Lilie

_________________


Il semblerait que je sois née, avec le cœur gelé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseuse de l'Elit Daemonia
avatar

Date d'inscription : 24/02/2017
Messages : 76
Rp postés : 14
Points-Bonus : 18
Avatar : Kate Beckinsale Âge du perso : 306
Groupe du perso : Chasseur de l’Elit Daemonia
MessageSujet: Re: Bloody Reunion [Valeska] Mar 23 Mai - 18:59

Cathan observa la jeune sorcière, étonnée de constater qu’elle s’adressait avec elle sans gêne ni peur aucune. Elle aurait pu être vexée si elle n’avait pas connue Alessia. La petite tenait bien plus de sa grand-mère qu’elle ne le pensait, et Dieu savait qu’elle n’avait plus rien à voir avec la jeune fillette timide qu’elle avait connue. La chausseuse appréciait cette attitude, même s’il faudrait lui faire subir mille et un supplices pour lui arracher l’aveu. Cela faisait du bien d’entendre quelqu’un d’assuré prendre soin d’elle, la majorité des autres espèces craignaient les chasseurs comme la peste, elle était donc assez rarement sujette aux conduites de maternage. Elle avait beau s’être désolidarisée de la confrérie depuis près d’un siècle, les mauvaises habitudes persistaient, et l’aura qu’elle diffusait autour  d’elle était loin d’être celle d’une jeune adulte paisible et sereine. Ce  n’était pas l’aura d’une proie fragile, d’une humaine.

Elle a beau être adorable, elle a quand même niqué mon cuir !

Elle grommela en silence et se plia donc docilement aux ordres de la sorcière. Que pouvait-elle dire de toute façon ? Elle n’avait pas été assez prudente, en vérité elle s’était carrément jetée dans la gueule du loup sans aucunes précautions. Le temps avait peut-être fait son œuvre, développant chez elle un penchant suicidaire. Qui sait ? La chasseuse soupira et attendit patiemment que la sorcière lui ramène son petit breuvage, laissant ses pensées derrière elle en sirotant sa potion paisiblement. Ce n’était pas très bon – elle était plutôt du genre alcool à 45° - mais elle se força à finir sa tasse jusqu’à la dernière goutte, priant intérieurement pour être opérationnelle d’ici une poignée d’heure. Dès que le soleil serait levé et qu’elle saurai Valeska en sécurité, elle irait cramer la maison et le nid de cafards qui l’habitait.

Lorsque la soigneuse revient avec la caisse d’arme de son père, Cathan posa avec précaution le verre vide à côté d’elle sur la table et se redressa doucement, se dirigea vers l’ilot central de la cuisine où Valeska déposa la boite et une pile de fringues. Elle marcha doucement, un pied après l’autre, maudissant intérieurement le carrelage froid sous ses petits petons.

« Désolée, je ne porte pas de cuir. Mais ça fera l’affaire.»


Elle lui lança un regard en biais et bomba le torse.

« Tu devrais, ça donne un côté… dur à cuir ».

Cathan ne s’attendait pas vraiment à une réaction hilare, ça ne l’empêcha pas cependant de se marrer toute seule. Elle s’approcha de la caisse lorsque Valeska l’ouvrit et observa minutieusement l’arme et ses munitions. Elle prit une balle entre ses deux doigts et laissa échapper un sifflement admiratif.

« Je ne sais pas en quoi ces balles sont faites et comme je ne sais pas grand-chose sur mon père, je ne pourrais dire qui il s’attendait à devoir tuer. Mais ça devrait pouvoir faire l’affaire. Maintenant Cathan, veux-tu bien me dire qui nous allons devoir tuer et pourquoi ? Parce que tu imagines qu’il est hors de question que je te laisse te battre sans rien faire ?! Je suis vieille et fatiguée, mais ma magie fonctionne quand même et je connais suffisamment de sortilèges pour nous protéger. Alors … raconte moi tu veux bien ? »

La chasseuse leva les yeux et fixa la sorcière un instant, puis attrapa l’arme et la chargea, enlevant le cran de sécurité une fois le gun en main.

« Ton papounet devait avoir de sacrés moyens, le cœur des balles est constitué de sorbier solide. Ce type de munition coûte une vraie fortune, le sorbier n’est pas une ressource commune, et trouver un fournisseur capable de l’assembler avec du métal ? Non, ce n’est vraiment pas courant. Si tu vises le cœur de ton ennemi avec cette arme, tu es capable de tuer un loup-garou et d’immobiliser un vampire d’un coup de gâchette suffisamment longtemps pour pouvoir le décapiter ».

Elle tandis l'arme à Valeska, attrapa les fringues sur l’ilot et s’habilla en grimaçant de douleur. Cathan avait encore mal, mais ce n’était pas vraiment la douleur qui la dérangeait, cela lui permettait de rester alerte. C’était cette horrible sensation de faiblesse physique, l’impression d’être exsangue, faible. Elle détestait ça.

« Mais rassures-toi, non seulement je suis une excellente tireuse donc il te restera des munitions, et je ne suis même pas certaine que l’on risque quoi que ce soit cette nuit. Mais je préfère être prudente. »

Une fois fringuée, elle se redressa en soupirant, une main sur la hanche, l’autre récupérant l’arme en la soupesant. Elle était légère et maniable. Une bonne arme à feu. Elle alla se poser sur le canapé, le regard rivé sur la porte d’entrée. La chasseuse aurait bien repris sa place sur la table en bois mais elle avait pissé des litres de sang dessus, et elle avait, étrangement, envie de rester au sec dans ses vêtements propres. Elle laissa échapper un long soupir avant de commencer à narrer ses déboires typiques de Salem.

« C’est une longue histoire… Je suis arrivée à Salem il y a… environs 5 mois ? Enfin bref, j’étais sur la trace de trois adolescents, même âge et même profil, aucune nouvelle d’eux depuis leurs escales à Salem. J’ai fini par les retrouver, un enculé de suceur a semble-t-il pété les plombs et s’amuse à transformer en vampire ses victimes. Au vu des personnes qui composent le nid, des SDF et pas mal d’immigrés, je me permet de penser qu'il s’est attaqué à des gens sans attaches, des gens invisibles n'ayant personne pour signaler leurs disparitions. Ça aurait fonctionné s’il s’était contenté de simplement se nourrir d’eux. Ce qu’il devait faire au début, j’ai croisé pas mal de cadavre sur place. Mais pour une raison qui m’échappe, il a décidé de les transformer. Le problème étant que je n’ai pas réussi à tuer leur maître… Et qu’il avait l’air assez mécontent quand je suis partie.»

Cathan laissa son regard dériver dans le vide, son esprit se remémorant quelques souvenirs sombres, dignes des plus grands cauchemars, ou les nids des siècles derniers n’avaient rien de comparable. De véritables scènes de débauches machiavéliques. Elle secoua la tête et lança un regard innocent à Valeska.

« Mais comme je te l’ai dit, ça m’étonnerait qu’ils m’aient suivi jusqu’ici. Ce sont des vampires jeunes et inéduqués. Mais temps que le soleil ne sera pas levé je ne prendrai pas de risque. Je vais tenir la garde pendant ton sommeil. C’est bien la seule entrée pour accéder à la maison ? »

Ils seront trop cons pour passer ailleurs de toute façon, se dit-elle en souriant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière de l'Eau
avatar

Date d'inscription : 25/10/2016
Messages : 74
Rp postés : 36
Avatar : Kat Graham
Âge du perso : 27 ans
Groupe du perso : Sorcière
Liens infos : FicheLiensSujets
Avis de recherche :
- Des clients,
- Des amis & des ennemies,
- Des Sorciers qui connaissent ses ancêtres.
Multis : Abi and Co'
MessageSujet: Re: Bloody Reunion [Valeska] Sam 3 Juin - 16:36

Valeska ft. Cathan - Bloody Reunion


Je ne connaissais pas grand-chose des miens, si ce n’était-ce que Grand-mère avait pu me raconter et ce que j’avais pu lire dans les journaux de ma mère. J’avais trouvé quelques photos de mes parents. Sur certaines, j’apparaissais à leurs côtés, bébé souriant et heureux de vivre. Nous formions une belle petite famille. Sur les photos, nous ressemblions presque à la famille parfaite. Mais la perfection n’existe pas et notre belle famille avait vite fini par prendre s’éteindre. Si mon père avait survécu à la mort de ma mère, il n’avait pas supporté de m’avoir à ses côtés. Mais quelle vie avait-il mené durant toutes ces années qui avaient suivi notre séparation ? Pendant que je grandissais aux côtés de ma Grand-Mère, persuadée d’être orpheline, que faisait-il lui ? Quelles personnes fréquentait-il ? Avait-il des amis ? Des ennemis ? Craignait-il d’être en danger ? Sinon pourquoi était-il armé ? Tant de questions sans réponses pour le moment. Il est vrai que mon père était humain. Rien de sorcier ou de surnaturel chez lui. La mort de ma mère l’avait certainement laissé sans défenses. Peut-être s’était-il tourné vers les mauvaises personnes. La venue de Cathan, ce danger qui semblait planer, me rappela malgré moi à quel point j’étais seule. A quel point j’ignorais tout de ceux qui étaient mes parents. Et encore, j’en savais bien plus sur ma mère que sur mon père, qui n’avait laissé que très peu de traces et d’écrits après la mort de sa femme. C’était triste. Vraiment triste. Mais c’était ainsi et pour le moment, je ne pouvais pas faire beaucoup plus. Mais Cathan allait peut-être pouvoir m’aider à en savoir un peu plus. Et sa réaction ne se fit pas attendre, un sifflement d’admiration s’échappa d’entre ses lèvres.

Je l’observais prendre une balle entre ses doigts avant de prendre l’arme et la charger. C’était à la fois excitant et effrayant d’être si proche d’une arme à feu. Bien que j’avais déjà vu. Mais cette nuit les choses étaient différente. Selon la Chasseuse, mon père devait avoir pas mal d’argent pour s’offrir des balles de ce type. J’étais si étonnée d’apprendre de quoi elles étaient faites. J’étais bien placée pour savoir qu’on ne pouvait pas se procurer du Sorbier facilement. Moi-même, j’avais parfois du mal à remplir mes maigres stocks. Ces balles étaient dangereuses. Mais surtout elles étaient extrêmement efficaces contre les êtres surnaturels. Encore fallait-il savoir s’en servir. Mon père avait-il eu à s’en servir de son vivant ? … J’aurais tant aimé avoir des réponses à toutes mes questions. Mais ce n’était pas le moment.

J’attrapais l’arme tendue, l’observant, la caressant du bout des doigts, pendant que la Chasseuse s’habillait. Un regard à elle et je la vis grimacer. Forcément, ses plaies n’étaient pas encre toutes guéries, malgré mes soins. Elle allait devoir être prudente, comme elle me le disait. La prudence, toujours. Ma Grand-mère m’avait appris à agir après avoir réfléchi. Toujours analyser les choses, les situations. Du moins autant que possible. Et cette arme, même si elle était certainement très efficace, n’était pas mon arme. Ma magie l’était, malgré mon physique de vieille dame. Alors je rendis cette arme avec un soulagement dissimulé. C’était Cathan la professionnelle, l’habituée. Pas moi. Et j’avais confiance en elle, comme Alessia par le passé. Je préparais un peu de café. La nuit serait certainement longue et le thé ne suffirait pas à nous maintenir éveillées. Pendant ce temps, la Chasseur me s’installa sur le canapé et se mit à me raconter son histoire. J’allais la rejoindre pendant que le café coulait, répandant son agréable odeur dans la maison.

Contrairement à ma Grand-mère, les Chasseurs avaient toujours eu tendance à me faire peur. Je n’avais donc pas vu d’un bon œil -au départ du moins- ce lien qui me retenait proche de Cathan. J’avais toujours eu peur de ces êtres, certainement par crainte de voir un jour un contrat sur ma tête, alors que je n’avais rien à me reprocher. Pourtant, leur existence me semblait être nécessaire pour l’équilibre du monde. Après tout, les Chasseurs avaient été créés pour lutter contre les êtres surnaturels nocifs. Et c’était à cause de ça que Cathan était là. Parce qu’elle faisait son travail, qu’elle luttait contre les néfastes. Assise sur un fauteuil, je l’observais. Ses traits étaient tirés, soucieux, alors qu’elle me racontait l’horreur de ses déboires avec une bande de Vampires bien trop sauvages pour pouvoir leur laisser une chance. Tant de vies arrachées. Pas par sa faute. Mais par celle d’un immortel fou qui n’avait rien trouvé de mieux que de transformer à tout va des gens qui n’avaient rien demandé à personne.

« C’est horrible … » Murmurais-je alors que la Chasseur avait marqué une pause, les yeux perdus dans le vides. On aurait pu lire dans son regard toutes les horreurs qu’elle avait pu voir. Et tu as du en voir depuis toutes ces années.

Nos regards se croisèrent à nouveau. J’adressais à la Chasseuse un sourire plein de compassion. Que pouvais-je faire d’autre ? Elle était venue me trouver, me faisant suffisamment confiance pour laisser sa vie entre mes mains. Elle cherchait maintenant à me rassurer, mais je pouvais lire en elle que le doute subsistait. Parce qu’il fallait toujours rester sur ses gardes.

« Malheureusement, j’ai une porte à la cave, qui mène dans mon jardin. Et crois moi, si ces enfoirés s’amusent à détruire mon jardin, ils vont le regretter. On ne détruit pas le jardin d’une Aberline ! » dis-je en souriant, essayant certainement de détendre l’atmosphère. « Sans vouloir remettre en doute des capacités de Chasseuse, sache que je ne vais pas rester là à dormir. Cette maison est la mienne. Celle de mes parents. Elle est pleine de souvenirs que je découvre et que j’ai encore à découvrir. Pleine de choses qui m’aideront peut-être à ne plus jamais t’accueillir sous cette forme de vieille femme. Alors nous allons boire pas mal de café et je vais lancer un sort de protection sur la maison. Qu’ils viennent, nous serons averties immédiatement. »

Je me relevais doucement. J’avais beau avoir la force de caractère d’une jeune femme, mon corps ne suivait pas tout à fait. Mais pour lui montrer ma ténacité, je lui lançais une phrase que ma Grand-mère ne cessait de dire.

« Et c’est non négociable ! »

J’étais une Aberline Une battante. Et il était temps que je le prouve.

(…)

Une demie-heure plus tard, une tasse de café avalée, je m’étais réchauffée auprès de la lanterne magique qu’Alyson m’avait offerte. La lanterne, objet ancien, contenait une flamme magique et immortelle, qui me permettait d’espacer les moments où e devais me nourrir de chaleur humaine ou animale. J’avais allumé de nombreuses bougies dans le salon. Au centre de la table basse trônait maintenant une coupe d’eau pure entourée de bougies et d’encens. Un pentagramme avait été formé avec du sel consacré. Assise par terre, sur un coussin, je fermais les yeux et me concentrais. Je ne psalmodiais pas. Ce n’était, à mes yeux, pas toujours utile. Je me servais principalement de la visualisation, répétant mentalement une formule qui avait fait ses preuves plus d’une fois. Une dizaine de minutes s’écoula avant que je ne déverse de la verveine dans la coupe et me relève. Lentement, je pris la coupe d’eau en main et regagnais la porte d’entrée que j’ouvris. Sur le seuil de la porte, je déversais une partie de l’eau.

« Haec sacra moenium protegit. Sacro fonte hoc malum prohibet accedere. Intrusionem ulla locis. »

Je refermais les portes et descendis à la cave pour faire de même sur le seuil de la porte qui menait dans le jardin. Par précaution. Je remontais, un peu fatiguée, la coupe d’eau vide. Je retrouvais Cathan et me laissais tomber dans un des fauteuils.

« Si quelqu’un essaye de venir, il devrait ne pas réussir à franchir le seuil. La verveine devrait les empêcher d’entrer. Le but est d’être prêtes. Je peux faire tomber la protection dès que tu me le dis si tu veux qu’ils entrent pour les tuer. Ma magie est efficace donc n’hésite pas à m’en laisser un ou deux Cathan. Je ne voudrais pas qu’ils aient ta peau. »

Doucement, je me servis une tasse de café avant d’ajouter.

« Je comprends pourquoi ma Grand-mère t’appréciait et te faisait confiance. Et je suis heureuse que tu sois venue jusqu’à moi Cathan. N’hésite jamais.»

Un sourire. Sincère. Je n’avais pas énormément d’amis. Ils se comptaient sur les doigts d’une main. Pourtant, depuis mon arrivée à Salem, j’avais plus de relations qu’à Chicago. Et j’espérais pouvoir compter Cathan comme une amie, une vraie.


© Lilie

_________________


Il semblerait que je sois née, avec le cœur gelé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseuse de l'Elit Daemonia
avatar

Date d'inscription : 24/02/2017
Messages : 76
Rp postés : 14
Points-Bonus : 18
Avatar : Kate Beckinsale Âge du perso : 306
Groupe du perso : Chasseur de l’Elit Daemonia
MessageSujet: Re: Bloody Reunion [Valeska] Mer 21 Juin - 1:04

Cathan observait son sourire, si beau et franc. Son cœur se réchauffa un peu et ses souvenirs furent balayés, retrouvant leur place dans les ombres de son passé. Sourire allait bien à Valeska, malgré les rides et la peau plissée de sa malédiction, on voyait ses yeux pétiller et ses fossettes se creuser. Malgré son aspect vieillissant, la chasseuse remarqua qu’elle avait toujours la mâchoire légèrement de travers, un trait qu’elle avait déjà étant enfant.

« Malheureusement, j’ai une porte à la cave, qui mène dans mon jardin. Et crois moi, si ces enfoirés s’amusent à détruire mon jardin, ils vont le regretter. On ne détruit pas le jardin d’une Aberline ! »

A cela, Cathan lui rendit son sourire. Elle se redressa, écoutant attentivement la « plus ou moins jeune » sorcière.

« Sans vouloir remettre en doute tes capacités de Chasseuse, sache que je ne vais pas rester là à dormir. Cette maison est la mienne. Celle de mes parents. Elle est pleine de souvenirs que je découvre et que j’ai encore à découvrir. Pleine de choses qui m’aideront peut-être à ne plus jamais t’accueillir sous cette forme de vieille femme. Alors nous allons boire pas mal de café et je vais lancer un sort de protection sur la maison. Qu’ils viennent, nous serons averties immédiatement. »

Elle fronça les sourcils et ouvrit la bouche, s’apprêtant à répliquer…

« Et c’est non négociable ! »

Cathan fit la grimace et leva les bras en signe de reddition. Elle se laissa aller dans le canapé et se mit à rire doucement. Décidément, il semblait que les éléments de cette nuit échappaient lentement mais surement à son contrôle. Après tout, pourquoi dire non à un soupçon de magie ? Elle aurait été stupide de refuser, toute l’aide possible était la bienvenue. Elle espérait seulement que Valeska n’allait pas s’épuiser à la tâche.

Après avoir siroté son café (elle le prenait noir avec beaucoup de sucre), la chasseuse observa sa camarade installer tout le nécessaire dans le salon : bougies, sel, coupole… Elle lui aurait bien proposé son aide mais elle jugea plus prudent de laisser Valeska faire et organiser son toutime, cela lui donnait suffisamment de temps pour se concentrer. Une fois installée, elle l’observa fermer les yeux et commencer à préparer son sort. Evidemment ce n’était pas la première fois que Cathan assistait à ce genre de spectacle, mais elle ne pouvait s’empêcher de se sentir… mal à l’aise. A l’étroit. Comme si la puissance que Valeska était en train d’invoquer la faisait se sentir claustrophobe. Avec le temps elle avait fini par s’habituer, mais ses poils se dressèrent tout de même sans lui demander son avis. Cela ne dura qu’une dizaine de minutes, Valeska finissant par se redresser, la coupole en main. Elle reconnue quelques mots que la sorcière utilisa lorsqu’elle versa l’eau sur le pas de la porte. Elle était née à l’époque où les messes se faisaient en latin, et nombre des ouvrages anciens portant sur des créatures mystiques qu’elles avaient pu lire étaient également rédigés dans cette langue. C’était en quelque sorte l’anglais du moyen âge. Une fois rassurée d’entendre qu’il s’agissait bel et bien d’un sort de protection, Cathan se leva et laissa la sorcière sceller les entrées de sa maison. Elle alla récupérer une chaise dans la cuisine et revint dans le salon, la posant juste en face de la porte d’entrée. Si elle restait dans le canapé moelleux de Valeska, il y avait peu de chance qu’elle arrive à rester éveiller et alerte jusqu’à l’aube. Une chaise en bois ferait nettement mieux l’affaire.

Elle se retourna lorsqu’elle entendit Valeska remonter de la cave. Elle l’observa, légèrement inquiète de la voir essoufflée. Le sort avait dû l’épuiser plus qu’elle ne le pensait. Ou alors c’était juste une dame âgée fatiguée d’avoir fait l’aller-retour de ses escaliers. Cathan fit la moue, optant pour les deux options.

« Si quelqu’un essaye de venir, il devrait ne pas réussir à franchir le seuil. La verveine devrait les empêcher d’entrer. Le but est d’être prêtes. Je peux faire tomber la protection dès que tu me le dis si tu veux qu’ils entrent pour les tuer. Ma magie est efficace donc n’hésite pas à m’en laisser un ou deux Cathan. Je ne voudrais pas qu’ils aient ta peau. »


Cathan pris le temps de la réflexion avant de lui répondre, décidée à mettre au point son plan d’action : « Hors de question de ruiner ta maison. Tu l’as dit toi-même, tu as des recherches à faire ici, alors traitons ce lieu comme un domaine historique. Si tu sens quelque chose forcer ta barrière, tu me préviens et j’irais les chercher dehors. Si on fait l’erreur de les laisser entrer, on n’aura pas de zone de retraite. S’ils m’ont suivis jusqu’ici, je préfère m’en occuper dehors et savoir que je peux passer la porte d’entrée et pas eux. Promis, si je dois utiliser cette arme, j’essaierai de ne pas ruiner ton jardin ».

Elle lui fit un clin d’œil et s’installa sur la chaise bien plus droite et dure que le sofa. Dieu que cette nuit allait être longue et désagréable !

« Je comprends pourquoi ma Grand-mère t’appréciait et te faisait confiance. Et je suis heureuse que tu sois venue jusqu’à moi Cathan. N’hésite jamais.»

La chasseuse tourna son visage vers Valeska et lui souria tendrement. Malgré son physique de grand-mère, elle reconnaissait bien là la jeune fille timide au bon cœur de ses souvenirs.

« Toi non plus. Je suis là pour toi, tu le sais. Tu as beau avoir gagnée en confiance et en puissance, n’oublie pas que tu as une carte dans ta manche. »

Ah, que c’était bon de se faire complimenter. Cela lui mit un peu de baume au cœur et elle s’installa avec détermination sur sa chaise, prête à faire le guet.

(...)

Deux heures plus tard, les premiers rayons du soleil firent enfin leurs apparitions. Il était 05H10 du matin et cela faisait plus d’une demi-heure que Cathan se battait pour rester éveillée. Ses yeux brûlaient, les larmes coulaient et sa mâchoire était douloureuse d’avoir tant baillée. Elle était épuisée et son corps criait grâce. Son métabolisme avait grillé toutes ses réserves d’énergie afin de cicatriser ses blessures. Il fallait qu’elle dorme. C’était inévitable.

Elle se frotta le visage de ses mains et se redressa, fit quelques mouvements afin d’étirer ses muscles endormis et se tourna vers Valeska. Comme prévu, les jeunes vampires n’avaient pas été capables de suivre sa trace, et leur maître devait très certainement se remettre de sa blessure. Elle n’avait pas réussi à le tuer, mais elle l’avait tout de même méchamment touché. Elle s’avança doucement jusqu’à elle et posa une main sur son bras.

« Le soleil est debout. Je serais bien rentrée chez moi mais je ne suis pas en état de conduire, je suis trop épuisée. Je suis navrée d’abuser encore un peu de ton hospitalité, mais est-ce que je peux rester dormir ? »

Trois heures suffiraient. Il fallait juste qu’elle repose ses yeux. Et son dos. Et ses jambes. Bon Dieu, cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas été dans un état pareil, elle aurait pu se coucher à même le sol et s’endormir dans la seconde qui suivait. Ses yeux étaient rouges et son visage bouffie par la fatigue. Elle était minable. La cafetière trônait sur la table à côté du canapé, vide. Visiblement, Cathan arrivait enfin au bout de ses forces.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière de l'Eau
avatar

Date d'inscription : 25/10/2016
Messages : 74
Rp postés : 36
Avatar : Kat Graham
Âge du perso : 27 ans
Groupe du perso : Sorcière
Liens infos : FicheLiensSujets
Avis de recherche :
- Des clients,
- Des amis & des ennemies,
- Des Sorciers qui connaissent ses ancêtres.
Multis : Abi and Co'
MessageSujet: Re: Bloody Reunion [Valeska] Dim 25 Juin - 10:58

Valeska ft. Cathan - Bloody Reunion



Si j’avais appris une chose au fil des années, c’était de ne pas montrer ma fatigue sous ce corps. Car l’apparence physique que j’avais à cet instant n’était pas un avantage. Si je montrais la moindre faiblesse, cela pouvait se retourner contre moi. Les femmes Aberline avaient une certaine fierté. Grand-mère et moi tenions à nous montrer fortes, en toutes circonstances. Peut-être était-ce là une manière de montrer que ces malédictions n’auraient pas notre peau ou notre fierté. Aucune idée. C’était stupide d’agir ainsi devant Cathan qui devait bien se douter que j’étais fatiguée. Mais je voulais vraiment qu’elle puisse compter sur moi, qu’elle me fasse réellement confiance. Je savais qu’elle ferait tout pour me protéger, mais je ne souhaitais pas la voir se mettre en danger parce qu’elle me pensait trop faible. J’étais cependant d’accord avec son plant d’action. Ma maison serait notre refuge et il était hors de question que quelqu’un puisse y pénétrer et tout saccager. Je devais être éveillée, attentive et la prévenir au moindre signe de tentative d’intrusion. Au fond de moi, j’espérais cependant que personne ne vienne jusqu’ici. Et la nuit allait être longue. Très longue. Le café allait être notre meilleur allié.

J’observais la Chasseuse, je l’écoutais. Nous nous étions retrouvées. Et je comprenais enfin pourquoi Grand-mère l’appréciait autant. Cathan était une femme droite, qui respectait ses engagements. L’idée que nous soyons liées ne m’avait jamais enchanté. Mais je devais bien avouer que là, je ne me forçais pas et que je ne me forcerais certainement jamais. Ceci était visiblement réciproque à entendre Cathan parler. Cela me fit sourire, me toucha réellement. Nul besoin de mots. Nos regards et nos sourires parlaient pour nous.

Finalement, ma tasse de café à la main, je m’installais sur le canapé, cherchant à rester éveiller. Pour ça, je surfais sur mon ordinateur, regardant des vidéos stupides. Le temps était long, mon corps me faisait mal et mes paupières voulaient se fermer, ne serait-ce que quelques minutes… Mais je ne pouvais pas. Je devais rester éveillée. Et même si seulement deux heures nous séparaient du levé du soleil, cela me semblait être une éternité.

(…)

Les premiers rayons de soleil illuminèrent doucement le ciel de Salem. Mon corps retrouva sa forme naturelle et jeune alors que je fixais un point invisible dans le salon, cherchant à ne pas m’endormir, ma tasse de café vide à la main. La main de Cathan se posa sur mon bras, me sortant de mes rêveries. Les traits de la Chasseuse étaient tirés et ses yeux cernés. La fatigue nous assommait toutes les deux. Par chance personne n’était venu. Je me rendis compte, à ses mots, que le soleil était debout et que j’étais donc à nouveau moi.

« Oh je ne t’aurais pas laissé rentrer chez toi crois-moi. J’ai une chambre d’ami, les draps sont propres. Dors aussi longtemps que tu veux. Tu es ici chez toi Cathan ! »

J’abandonnais ma tasse sur la table basse et me relevais, toute courbaturée, comme chaque matin, comme après chaque changement physique. Mon corps me faisait mal, complètement raide, ankylosé. C’était douloureux et désagréable. Il me fallait quelques instants pour faire craquer mes os, détendre mes muscles.

« C’est le pire des matins que j’ai vécu je crois. Les nuits blanches, c’est plus d’mon âge ! » dis-je en riant doucement, le visage endormi. « Suis-moi, je vais te montrer ta chambre. »

Je laissais Cathan me suivre dans l’escalier qui menait à l’étage. Je lui présentais alors la chambre d’amis, toute simple, décoré sobrement dans les tons beiges. Les draps étaient propres et sentaient le frais dans ce grand lit. Je la laissais fermer les volets si elle le souhaitait.

« Dors d’accord ? Et réveille moi quand tu te lèves. Ne pars pas sans me le dire ok ? … Bonne nuit Cathan. »

J’insistais. Je ne voulais pas qu’elle se sauve ou qu’elle hésite. Je voulais prolonger encore un peu ce moment, pouvoir vérifier aussi ses blessures. Mais là tout de suite, je voulais dormir. J’abandonnais donc mon amie dans sa chambre pour rejoindre la mienne à quelques pas de là. Pas la force de me changer. Je me laissais tomber dans mon lit, toute habillée. J’étais bien trop épuisée pour perdre du temps à me mettre en pyjama. Et puis personne ne viendra voir comme je dors.

(…)

Une demie-heure plus tard, alors que j’avais réussi à m’endormir rapidement, je fus réveillée par une sensation particulièrement dérangeante. La panique fit battre mon cœur bien trop vite. La magie qui protégeait ma maison vibrait en moi. Je la sentais se déchaîner, m’avertissant du danger. Essayant de faire le moins de bruit possible, maintenant bien réveillée, je me faufilais dans la chambre de la Chasseuse.

« Cathan … Réveille-toi … Y a quelqu’un… Je le sens … » dis-je en murmurant.

Je me demandais seulement si mes forces étaient encore suffisantes pour empêcher quelqu’un d’entrer dans la maison ; si ma magie était encore suffisamment active pour ça. Lorsque mon amie fut suffisamment réveillée,

« Qu’est-ce que … qu’est-ce que je dois faire ? Dis-moi Cathan. »

Parce que là moi, je ne sais vraiment pas quoi faire tu sais … Je n’ai jamais tué de Vampire. Je crois que je n’ai jamais tué qui que ce soit à part des animaux pour aspirer leur chaleur. Alors là, Cathan, fais de moi ton soldat, guide-moi. Sinon je risque de paniquer. Et la panique devait très certainement se lire sur mon visage.

_________________


Il semblerait que je sois née, avec le cœur gelé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseuse de l'Elit Daemonia
avatar

Date d'inscription : 24/02/2017
Messages : 76
Rp postés : 14
Points-Bonus : 18
Avatar : Kate Beckinsale Âge du perso : 306
Groupe du perso : Chasseur de l’Elit Daemonia
MessageSujet: Re: Bloody Reunion [Valeska] Lun 26 Juin - 20:19

Lorsque Cathan entendit les mots « chambre d’amis », « draps propres », et « dors autant que tu veux », un sourire béat s’afficha sur son visage. Enfin, elle allait pouvoir dormir. Elle ramena la chaise en bois dans la cuisine et attendit patiemment à côté de Valeska, l’observant s’étirer et craquer de partout.

« C’est le pire des matins que j’ai vécu je crois. Les nuits blanches, c’est plus d’mon âge ! »

La chasseuse laissa échapper un bâillement qui la laissa pantoise.

« Je te rassure, t’es pas la seule ».

A la différence près que Cathan avait vu la mort d’assez près. Quoi que, Valeska se transformant en vieille dame âgée la nuit, ne côtoyait-elle pas la mort beaucoup plus souvent qu’elle ? Alors qu’elle réfléchissait à qui possédait la vie la plus merdique, la sorcière l’interrompit dans ses pensées.

« Suis-moi, je vais te montrer ta chambre. »

Poser un pied devant l’autre pour gravir un escalier ne lui avait jamais semblé si difficile. Elle était physiquement à bout, ses jambes étaient lourdes et courbaturées. Elle s’aida de la rambarde, une fois arrivée en haut elle avait le sentiment d’avoir gravi le Kilimandjaro. Elle s'empressa d'entrer dans la chambre, posa ses fesses sur le bord du lit, savourant le matelas moelleux sous sa croupe. Un délice.

« Dors d’accord ? Et réveille moi quand tu te lèves. Ne pars pas sans me le dire ok ? … Bonne nuit Cathan. »

Elle hocha la tête sans vraiment prêter attention à ce que lui disait la jeune femme et se glissa sous les couvertures, obnubilée par le sommeil. Elle n’enleva pas les fringues que Valeska lui avait prêté. Elle aurait bien pris une douche, elle avait du sang séché dans les cheveux et le cataplasme que la sorcière avait étalé sur ses blessures risquait de coller aux draps, mais elle était trop crevée. Elle se coucha en chien de fusil, tel un fœtus épuisé, elle ferma les yeux et s’endormie une poignée de secondes plus tard. Son souffle était régulier, accompagné d’un léger ronflement dû à la fatigue.

[ … ]

Ses cheveux lui arrivaient jusqu’en bas du dos, formant de belles anglaises comme la mode de l’époque le requérait. Sa robe était noire, des arabesques argentés et rouges étaient brodés sur le corsage et en bas du jupon supérieur. Son corset était tellement serré qu’elle n’arrivait pas à respirer, l’éventail qu’elle agitait frénétiquement sous son nez n’y faisait rien. Une sensation d’oppression lui comprimait la poitrine, une urgence, un danger. Soudain, arrivant de nulle part, un vampire apparu devant elle. Caricature grotesque de son inconscient, ses crocs lui arrivaient jusqu’au menton, ses yeux étaient entièrement noirs et semblaient la fixer. Alors qu’il agitait ses griffes dans sa direction, une voix féminine sortie de sa bouche, chuchotant son nom.

« Cathan … Réveille-toi … Y a quelqu’un… Je le sens … »

Elle ouvrit les yeux, sortant du rêve vraiment très étrange qu’elle était en train de faire. Elle observa Valeska qui était penchée sur elle, les yeux ronds comme des soucoupes, la panique crispant chaque muscle de son visage.

« Qu’est-ce que … qu’est-ce que je dois faire ? Dis-moi Cathan. »

Il lui fallut quelques secondes pour que ses neurones se mettent en route et comprennent la situation.

Ah merde, y’a vraiment quelqu’un.

Elle cligna des yeux et de redressa, attrapa l’arme de Valeska qu’elle avait posé sur la table de chevet et se dirigea vers la porte de la chambre sans faire de bruit. Elle tendit l’oreille mais ne capta aucun son, aucun signe de vie à l’intérieur de la maison. Elle se tourna vers Valeska et lui fit signe de rester dans la pièce. A partir de maintenant, plus aucun son n’allait devoir franchir leurs lèvres.

Elle ouvrit la porte – qui grinça, sinon c’est pas drôle -, la referma doucement derrière elle et s’avança vers les escaliers. Toujours aucun bruit. Elle descendit les marches une à une, s‘efforçant de poser le plus lentement et délicatement possible ses pieds nus sur le bois afin d’éviter les craquements des marches. A peine était-elle arrivée en bas de l’escalier qu’une masse fonça sur elle  à une vitesse surnaturelle. Elle eut juste le temps de tirer dans sa direction avec l’arme à feu avant d’être frappée de plein fouet. La rencontre entre le mur de la cuisine et son dos fut assez brutale et franchement désagréable, mais elle était suffisamment forte pour répliquer.

Le camion énervé qui venait de la charger n’était autre que le maitre vampire croisé un peu plus tôt dans la nuit. Elle avait à peine eu le temps de comprendre ce qu’il se passait qu’il avait déjà planté ses crocs dans son cou. La chasseuse laissa échapper un grognement de douleur et décida de se réveiller pour de bon. Cathan plaqua sa main libre sur la gorge du vampire et le repoussa de toutes ses forces, sa capacité physique surhumaine lui permettant de rivaliser d’égal à égal avec lui. Une fois son sale visage décollé de son cou, elle lui envoya un bon coup de genoux entre les jambes et lui faucha les chevilles. Alors qu’il se ramassa au sol avec grâce, elle pointa son arme et tira une nouvelle fois.

Plus rapide qu’elle ne le pensait, il réussit à éviter le coup fatal, la balle se logeant entre les cotes. Fou de rage, il laissa échapper un hurlement strident et se jeta à nouveau sur elle. Cathan roula au sol et courue se réfugier derrière la table de la cuisine. Il fit mine d’aller à droite, elle se décala à gauche et inversement, un sourire espiègle sur le visage, s’apprêtant à le faire tourner en bourrique. La table entre eux, il ne chercha pas à lui courir après, il bondit simplement sur la table afin de la rejoindre, se foutant royalement des obstacles. Elle lui tira à nouveau dessus, à bout portant, en plein dans la bouche. Elle savait bien que ça ne le tuerait pas, mais elle en avait vraiment marre de se faire mordre.
Ça devait être très douloureux car le vampire se mit dans une colère noir, attrapa Cathan par le col et la fit voler dans les airs. La rencontre avec le sol du salon fut plus douloureuse que celle avec le mur de la cuisine. Alors que le vampire se dirigeait vers elle, elle vit Valeska en haut des marches.

Merde.

Elle eut à peine le temps de se redresser que le vampire l’avait saisi au cou, ses mains écrasant sa gorge, l’empêchant de respirer. La chasseuse regrettait franchement son fusil à pompe. Elle n’avait plus que 3 balles et elle ne pouvait pas toucher le cœur dans cette position. Cathan se débattait comme un beau diable et profita d’avoir l’attention du vampire sur elle pour laisser glisser l’arme à feu par terre derrière lui, espérant que Valeska pourrait la saisir à temps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière de l'Eau
avatar

Date d'inscription : 25/10/2016
Messages : 74
Rp postés : 36
Avatar : Kat Graham
Âge du perso : 27 ans
Groupe du perso : Sorcière
Liens infos : FicheLiensSujets
Avis de recherche :
- Des clients,
- Des amis & des ennemies,
- Des Sorciers qui connaissent ses ancêtres.
Multis : Abi and Co'
MessageSujet: Re: Bloody Reunion [Valeska] Dim 2 Juil - 10:27

Valeska ft. Cathan - Bloody Reunion


La peur. Je connais la peur. La peur de tomber. La peur de tuer à cause de ma malédiction. Je n’avais pas vraiment peur de mourir. Je m’étais faite à cette idée. Je savais que la mort viendra me frapper tôt ou tard, certainement plus tôt que prévu d’ailleurs. Je savais que je finirais par mourir de mon cœur gelé, ou de mon cœur éteint en pleine nuit à cause de la fatigue de mon corps. Alors non, la mort n’était pas censée me faire peur. Pourtant, j’avais peur. Mon cœur fragile battait bien trop vite dans ma poitrine, m’en donnant presque le tournis. Mes mains tremblaient légèrement, mes jambes aussi. Cathan avait eu du mal à se réveiller. Mais lorsqu’elle le fut, lorsqu’elle comprit, elle se leva d’un bon, léger et rapide, attrapant l’arme de mon père au passage. Et j’étais là, le souffle court, le cœur battant la chamade, bien vivant, dans ma cage thoracique. Des tonnes de questions se fracassaient dans mon crâne. Qui ? Pourquoi ? Comment allions nous faire ? Était-ce ce gros Vampire qui venait chercher sa vengeance ? Certainement. Et cela ne me rassurait pas. Pas du tout. Et Cathan m’abandonna après m’avoir intimé le silence. Je lui murmurais quelques mots du bout des lèvres, lui disant de faire attention à elle.

Parce que nous venons juste de nous retrouver, de réellement nous apprécier. Et je n’ai vraiment pas envie de te perdre.

Le silence. Parfois, le calme pouvait être agréable. Reposant. Salvateur. Doux. Et à d’autres instants, il pouvait être lourd, pesant, angoissant. C’était le cas. J’étais là, seule dans la chambre d’ami, retenant presque mon souffle. Appuyée contre la porte légèrement ouverte, j’écoutais. J’écoutais le silence. Et puis soudain le bruit se fit entendre. Violent. Alarmant. Des bruits de corps, des grognements. Un coup de feu. Ma main se plaqua contre mes lèvres pour étouffer un hurlement de surprise et de peur. J’étais effrayée, affolée. Au rez-de-chaussée, j’entendais Cathan qui livrait un combat contre quelqu’un. Un nouveau coup de feu. Des hurlements. Je ne pouvais pas rester là, à ne rien faire, à laisser Cathan risquer sa vie chez moi. Je devais agir. Je n’avais pas le choix. Un nouveau tire me décida…

Je quittais la chambre et fonçais vers les escaliers. C’est là que je les vis. Cathan et le Vampire. Il y avait du sang, partout et j’ignorais à qui il appartenait. Et mon regard croisa celui de mon amie que le Vampire attrapa à nouveau, la soulevant de terre, l’étouffant entre ses mains. Cathan eut le réflexe de glisser l’arme à terre. J’avais peur que le Vampire m’entende. Je décidais donc d’utiliser ma magie. Là, sur un meuble, se tenait un vase plein d’eau et de fleurs. Par ma simple volonté, je manipulais l’eau qui s’échappa, se refroidissant, venant former un pic à glace dur et tranchant.

« OH TOI ! LÂCHE MON AMIE ! »

Je venais de créer la surprise. Le Vampire se retourna, la gueule déformée et ensanglantée. Un grognement s’échappa de lui alors qu’un rictus déforma encore plus son visage. Le pic de glace alla s’enfoncer dans le ventre de la créature qui commençait déjà à se ruer sur moi, relâchant Cathan comme un vulgaire bout de viande. Et j’allais à sa rencontre, fonçant sur lui, shootant dans l’arme pour qu’elle rejoigne la chasseuse. Le vampire me fit voler contre un mur. Je grimaçais, le corps douloureux, la tête en vrac, avant de retomber lourdement sur le sol. Mais je n’allais pas me laisser faire. L’eau était mon élément. De l’eau, il y en avait partout. J’attirais mon élément à moi. Le robinet de la cuisine se mit à couler et l’eau qui en coula se transforma instantanément en des tonnes de pics de glace qui se plantèrent dans le corps du Vampire qui n’eut pas de répit. Aucun. Pas une seule seconde. Il fut assaillit de tous les côtés alors que je me relevais pour lui échapper. J’avais réveillé ses instincts. J’étais une Sorcière au sang délicieux. J’étais facile à tuer. Et sa colère était monstrueuse.

J’espérais seulement que Cathan puisse saisir l’arme et le tuer, une fois pour toute. Parce que tu vois, je ne suis pas certaine de tenir longtemps comme ça. Surtout que le vampire, le corps criblé de pic de glace, m’attrapa par la cheville et me fit à nouveau embrasser le sol. Je frappais. De mes jambes. De mes mains. Et mon élément frappait aussi, se figeant en lui, l’enrobant, l’immobilisant, le figeant dans la glace.

« CATHAN ! »

J’avais hurlé. À m’en déchirer la gorge. C’était le moment d’agir. Le moment de tirer. Le moment de tuer. Même si le corps allait s’effondrer sur moi, je m’en moquais. Mais je voulais le voir crever.



_________________


Il semblerait que je sois née, avec le cœur gelé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseuse de l'Elit Daemonia
avatar

Date d'inscription : 24/02/2017
Messages : 76
Rp postés : 14
Points-Bonus : 18
Avatar : Kate Beckinsale Âge du perso : 306
Groupe du perso : Chasseur de l’Elit Daemonia
MessageSujet: Re: Bloody Reunion [Valeska] Dim 9 Juil - 22:15

La diversion de Valeska fonctionna, même si la chasseuse aurait préférée qu’elle vise son cœur pour le neutraliser une fois pour toute, elle fut tout de même reconnaissante de pouvoir respirer à nouveau.
Alors que le pique de glace né de la magie de la sorcière vint étriper le vampire et la couvrir accessoirement de sang et de tripes, elle s’effondra au sol comme une poupée de chiffon lorsqu’il la relâcha et aspira avec difficulté quelques goulées d’air, s’étranglant à moitié. Les yeux pleins de larmes et la trachée douloureuse, elle rampa vers l’arme qu’elle avait laissé tomber, bien déterminée cette fois à ne pas rater son tir.

« OH TOI ! LÂCHE MON AMIE ! »

Cathan leva les yeux vers la source du crie et vit Valeska se ruer vers l’ennemi, le visage déformé par la colère. Elle paniqua complètement, elle lui aurait bien crié de ne pas s’approcher de lui, de rester à distance en tirant avantage de sa magie. Une sorcière n’avait rien à faire au corps à corps avec un vampire ou un loup-garou, elles étaient trop fragiles. Mais la chasseuse ne pouvait parler, lorsqu’elle essaya seul quelques gargouillements ridicules sortirent de sa gorge. Frustrée, elle s’activa vers l’arme que Valeska lui envoya d’un coup de pied bien dirigé. Tendant le bras dans sa direction, elle la vit traverser la pièce au ralenti pour finir sa course sous la table du salon qui avait supporté son corps meurtri quelques heures plus tôt. Elle laissa échapper un couinement de consternation, fit donc demi-tour et rampa à nouveau, espérant que la guérisseuse tiendrait bon le temps qu’elle récupère le pistolet. Elle entendit un bruit inquiétant de corps s’écrasant avec violence contre un mur, des bruits mouillés d’un corps que l’on transperçait sans relâche.

Merde, grouille toi, grouille toi putain. Putain !

Le corps douloureux et la gorge en miette, haletante comme une petite chienne atteinte d’une angine, elle atteint finalement l’arme aux balles magiques et se retourna en direction du combat, à quatre pattes sous la table.

La scène la glaça d’effroi. Le vampire ressemblait à un cactus rouge aux piques transparentes. C’était une masse de chairs sanguinolantes, on aurait dit un putain de porte épingles et ce connard bougeait toujours dans tous les sens. Il attrapa la cheville de Valeska et lui fit bouffer le sol. La violence du choc lui fit serrer les dents, elle espérait que la sorcière s’en tirerait sans grands dommages. La chasseuse sortie de dessous la table en catastrophe et se redressa de toute sa hauteur, l’arme pointée vers le vampire.

« CATHAN ! »

Alors que la magie de la sorcière s’enroula autour du suceur de sang en l’entourant d’une épaisse couche de glace, l’empêchant de bouger, Cathan tira. La balle fusa dans la pièce et vint briser le gel pour se loger enfin dans le cœur. Il tomba au sol, immobile, comme mort. Valeska n’était pas mieux. Elle s’élança dans sa direction et s’agenouilla près d’elle, vérifiant son pouls, s’assurant qu’elle n’avait rien de cassé. Pas d’hémorragie ou de fracture, elle avait une blessure à la tête qui imbibait ses cheveux de sang. Les blessures au niveau du cuir chevelu n’étaient pas bien graves bien qu’elles saignaient abondamment. La sorcière aurait plusieurs bleus et de vilaines bosses, mais elle s’en tirerait. Elle tapota sa joue pour lui faire ouvrir les yeux, la rappelant à elle. Si jamais elle avait une commotion cérébrale, il ne fallait pas qu’elle dorme.

« Reste avec moi. Reste éveillée. »

Cathan se tourna vers le vampire toujours figé. Elle plaça le pistolet entre les mains de Valeska qu’elle redressa en position assise contre le mur.

« Si il bouge, tu lui tire dessus. »

Puis elle se redressa et se dirigea vers la cuisine, fouillant les tiroirs et les placards à la recherche d’un couteau de cuisine suffisamment aiguisé pour séparer une tête d’un cou. Ne trouvant pas son bonheur, elle dû se rabattre sur un couteau à pain. Ça allait être un véritable massacre.

Une fois de retour dans le salon, elle reprit l’arme des mains de Valeska et l’aida à se redresser. Cathan ne voulait pas qu’elle assiste à ça. Elle lui avait causé suffisamment d’ennuis. Si elle pouvait lui éviter des images cauchemardesques, il était de son devoir de l’en préserver. Après l’avoir installée dans la cuisine avec un verre d’eau, elle attrapa un sac poubelle et retourna dans le salon, fermant soigneusement la porte dans son dos. Une fois seule, elle s’installa près du vampire et entrepris d’enlever les piques à glace de son corps. Cathan s’installa ensuite à califourchon sur son torse et scia son cou avec le couteau dentelé. Ce n’était pas une coupe très propre, des bouts de viandes sautaient un peu partout mais le plus chiant était de réussir à couper à travers l’os. Heureusement elle pouvait compter sur sa force, au bout de 5 minutes le vampire était mort décapité et le couteau complètement tordu. Elle plaça sa tête dans le sac poubelle puis calla le corps du mort en travers de ses épaules qu’elle transporta dehors jusqu’au coffre de sa voiture. Une gamine d’une dizaine d’année se trouvait sur le trottoir d’en face, une laisse à la main au bout duquel se baladait un chihuahua. L’enfant la dévisageait, la bouche grande ouverte, les yeux braqués sur ce que Cathan trimballait sur son dos.

« Dégage, rentre chez toi. Aller, BOUGE ! »

La petite partie en pleurant et la chasseuse laissa échapper un long soupir en laissant tomber le cadavre dans son coffre. Une nuit et une journée de merde, une catastrophe, voila ce que c’était. Après s’être assuré qu’aucun membre ne dépassait, elle claqua le coffre et rentra chez Valeska. Elle n’allait tout de même pas partir sans faire le ménage…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcière de l'Eau
avatar

Date d'inscription : 25/10/2016
Messages : 74
Rp postés : 36
Avatar : Kat Graham
Âge du perso : 27 ans
Groupe du perso : Sorcière
Liens infos : FicheLiensSujets
Avis de recherche :
- Des clients,
- Des amis & des ennemies,
- Des Sorciers qui connaissent ses ancêtres.
Multis : Abi and Co'
MessageSujet: Re: Bloody Reunion [Valeska] Mer 12 Juil - 8:58

Valeska ft. Cathan - Bloody Reunion


Un liquide chaud s’écoulait de mon front, venant souiller mes cheveux et mon visage. C’était désagréable et j’identifiais immédiatement le liquide, que je ne voyais pas, comme étant mon sang. Ma tête me faisant terriblement mal à ce même endroit. Est-ce ça que l’on ressent quand la mort se rapproche de nous ? Ce besoin de vivre, cette volonté inébranlable de vivre encore… C’était ce que j’éprouvais. Je ne voulais pas mourir. Pas entre les mains de cette Créature, de ce maudit Vampire qui voulait notre mort. Et le coup de feu retentit dans ma maison. Le gel, que j’avais pu créer, se brisa sous l’impact de la balle qui se logea dans la Créature du Diable qui s’écroula au sol dans un bruit écœurant. J’étais choquée. Immobile. Incapable de prononcer le moindre mot. Et je crois, que pendant plusieurs secondes, je perdis connaissance. Ma joue tapotée me fit revenir à moi. Mon regard chercha pourtant celui de mon amie qui s’était déjà précipitée à mes côtés, vérifiant mon état. Je me contentais de hocher la tête à ses ordres. Rester réveillée, je pouvais faire ça. J’obéissais comme un bon soldat, grimaçant lorsque Cathan me redressa pour que je puisse m’asseoir contre un mur. Mon regard se posa alors sur la créature allongée sur mon sol dans un amas de sang. L’arme de mon père fut glissée entre mes mains.

« Si il bouge, tu lui tire dessus. »

À nouveau, j’acquiesçais, pourtant pas certaine de pouvoir le faire. Mon esprit était perturbé. Embrouillé. Jamais je n’avais vécu quelque chose d’aussi intense et effrayant. Sur le coup, j’avais agi, sans trop réfléchir, par nécessité. Mais là, maintenant que les choses semblaient être finies, tout un tas d’émotions me ravageaient.

Combien de temps Cathan s’était-elle absentée ? Aucune idée. Pourtant, elle revint, reprenant possession de l’arme, et m’aida à me relever. J’étais toujours muette, laissant la Chasseur s’occuper de tout. Et là, dans ma cuisine, assise sur un tabouret, j’observais la porte qui se refermait sur le corps de notre ennemi. Le verre d’eau entre mes mains se mit à geler. Je n’avais plus le contrôle de quoi que ce soit. Encore moins de mes émotions. Et des larmes silencieuses se mirent à couler le long de mes joues. Je restais là, le regard fixé sur la porte, jusqu’à ce que je repris un semblant de contrôle. Il faut nettoyer tout ça ... Oui, c’était ça, je devais faire le ménage. J’entendis la porte d’entrée s’ouvrir. Je me redressais, quittant mon tabouret. J’attrapais des serpillières et remplissais un seau d’eau chaude avec du produit de nettoyage. Vide. À la hâte. Parce qu’il fallait que je fasse quelque chose. Peu importe le sang qui coulait encore légèrement de mon front et les douleurs de mon corps. J’ouvris la porte et constatais que le corps n’était plus là. À la place du sang. Beaucoup. Et d’autres choses écœurantes que je ne voulais pas identifier. Où était Cathan ? Était-elle partie ?

À genoux sur le sol, les mains mouillées par l’eau moussante, je nettoyais, frottais le sang qui souilla l’eau chaude de mon seau. Je frottais, frénétiquement, pour que tout parte. Et sans que je ne m’en rende compte, les larmes continuaient à couler, brouillant pourtant ma vue. Je pleurais. Choquée. Je nettoyais. Nerveuse. Et je l’entendis revenir. Je parvins à reconnaître le bruit de ses pas. Je relevais à peine la tête lorsque je la vis arriver.

« Je dois nettoyer tout ça, » dis-je en m’activant un peu plus. « T’imagines si quelqu’un vient et voit ça… Qu’est-ce qu’ils vont penser ? »

Mais Cathan ne me laissa pas faire. Je sentis ses mains se poser sur mes épaules, puis récupérer mes chiffons. Je sentis ses bras me relever. Et mon regard plongea dans le sien…. J’éclatais alors en sanglots.

(…)

Assise sur le canapé, j’avais cessé de pleurer. Combien de temps s’était à nouveau écoulé ? Combien de temps entre le moment où j’avais éclaté en sanglots, et ce moment où les larmes avaient enfin cessé ? J’étais restée muette, me contentant de pleurer. J’avais laissé Cathan s’occuper de moi, soigner mes plaies, vérifier qu’aucune autre n’était présente ou trop grave. Je l’avais laissé faire, consciente que j’étais alors incapable de prendre soin de moi. Je l’avais laissé me toucher, sans craindre de lui faire de mal avec ma malédiction. Et dans ma tête, tout le film se rejouait, encore et encore. Le visage du Vampire, puis ce qu’il en restait, risquait de me hanter encore un bon moment.

« Je suis désolée ... » Murmurais-je alors, essuyant mes yeux rougis et mon visage humide de larmes. « C’est … c’est la première fois que je vis quelque chose d’aussi fort … la première fois que je sens la mort me frôler comme ça … c’était … Effrayant. »

Je relevais les yeux, cherchant le regard de mon amie.

« Il faut que je te soigne. Il ne t’a pas loupé… Je me sens mieux Cathan, » dis-je en sentant sa réticence. « Tu as aussi besoin de soin. Je ne t’ai pas sauvé la vie hier soir pour que tu sois de nouveau abîmée aujourd’hui.»

Un sourire, léger, glissa sur mes lèvres. Je me sentais mieux. Du moins, j’avais récupéré mes esprits et la possession de mon corps. Pour le reste, la peur, les émotions, je les laissais de côté. Je me levais donc lentement, prenant soin de ne pas trop m’agiter. Je récupérais de quoi soigner mon amie et commençais à le faire. Nettoyer, désinfecter, appliquer des baumes spéciaux, panser les plaies les plus importantes. J’étais à nouveau silencieuse. Pas par peur. Mais par réflexion…

« J’aimerais que tu m’apprennes à me battre, à me défendre… à utiliser des armes … » Je ne relevais pas le regard sur Cathan, continuant à la soigner sans craindre de la blesser, ce qui était étonnant. « Je n’ai jamais eu besoin de le faire avant, mais depuis que je suis à Salem j’ai vécu plus d’aventures et rencontres particulières qu’en vingt-cinq années passées à Chicago. Alors, tu voudrais bien m’apprendre ? »

Parce que je crois que tu ne pourras pas toujours être là pour m’aider et me protéger.


_________________


Il semblerait que je sois née, avec le cœur gelé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chasseuse de l'Elit Daemonia
avatar

Date d'inscription : 24/02/2017
Messages : 76
Rp postés : 14
Points-Bonus : 18
Avatar : Kate Beckinsale Âge du perso : 306
Groupe du perso : Chasseur de l’Elit Daemonia
MessageSujet: Re: Bloody Reunion [Valeska] Mer 19 Juil - 22:30

Elle trouva Valeska à quatre pattes dans le salon frottant avec frénésie le parquet, essayant tant bien que mal de nettoyer le sang que le bois assoiffé avait bu, formant de grosses taches rondes brunâtres. Les tapis et le sol étaient récupérables, il suffisait de connaitre les recettes de grand-mères concernant les tâches d’hémoglobine, et Cathan avait de l’expérience dans ce domaine. En revanche, elle était loin d’être douée avec les pratiques sociales. Voir la jeune sorcière pleurer tout en s’acharnant à griffer le parquet avec sa brosse la décontenança. Elle resta quelques secondes sur le pas de la porte à l’observer, ne sachant pas vraiment quoi faire. Mais c’est qu’il fallait la comprendre, les jeunes de ce siècle étaient bien trop fragiles. Ils ne connaissaient ni violence ni faim, ne supportaient pas la vue du sang, on tenait même la mort à l’écart de leur vie en enfermant les anciens dans ce qu’elle aimait appeler des « prisons médicalisées ». Valeska était de cette génération préservée de toute difficulté, elle possédait une innocence, une naïveté, une certaine forme de pureté qui venait, malheureusement, de disparaitre sous ses yeux.

Cathan grommela dans sa barbe inexistante et s’approcha de la jeune sorcière entrain de lutter contre la crise de nerf. Alors qu’elle l’attrapait par les épaules pour la redresser, elle se retrouva avec une humaine en larmes dans ses bras. Après être restée droite comme un I, mal à l’aise, ne sachant pas vraiment quoi faire, elle la porta sans effort jusqu’au canapé et l’allongea dessus. Elle s’assit à ses côtés, la laissant poser sa tête sur ses genoux. Cathan lui caressa les cheveux pendant de longues minutes alors que son amie pleurait toutes les larmes de son corps, lui chuchotant des mots se voulant rassurants. Un sentiment de honte, de culpabilité vint lui nouer la gorge. Elle qui avait promis à Alessia de veiller sur sa petite fille, elle venait de réduire à néant sa gentille vie tranquille. L’horreur de la situation lui sauta aux yeux, lui blessant le cœur aussi surement qu’un coup de couteau entre les côtes. Cathan se sentait l’âme d’un monstre, même parmi ceux considérés comme étant à part, anormaux, elle n’avait pas sa place. Trop indifférente, trop insensible. La meilleure chose qu’elle pouvait faire pour Valeska dorénavant était de sortir de sa vie aussi vite qu’elle y était entrée et garder ses distances, ce qu’elle avait fait jusqu’à maintenant. La sorcière n’était pas assez solide pour supporter son rythme de vie, et il était hors de question de le lui imposer. Plus qu’un lien magique qui la forçait à prendre soin d’elle, la promesse qu’elle avait faite à sa grand-mère mettait en jeu sa parole, et il était important pour elle de s’y tenir.

La crise de nerf dura près d’une dizaine de minute. Violente et intense, la chasseuse remarqua bien que Valeska était épuisée et que son esprit était en train d’assimiler avec lenteur les événements qui s’étaient passés dans sa maison. Une fois ses larmes séchées, Cathan s’occupa de nettoyer ses blessures et de panser ses plaies. Trois torchons humides plus tard, Valeska était débarbouillée et propre comme un sous-neuf, plus une seule goutte de sang ne se trouvait sur sa peau. Pour les vêtements et les cheveux malheureusement, c’était une autre histoire.

« Je suis désolée ... C’est … c’est la première fois que je vis quelque chose d’aussi fort … la première fois que je sens la mort me frôler comme ça … c’était … Effrayant. »

Effrayant… La chasseuse lui enviait la puissance de ces émotions. Elle aurait dû être comme elle, avoir peur, ressentir l’effroi, craindre les monstres et la mort. On l’avait privé de cette normalité dès son plus jeune âge, et elle s’en voulait terriblement d’avoir partagé son fardeau, ne serait-ce qu’une nuit, avec Valeska.

« C’est moi qui suis désolée. Je n’aurai pas du te mêler à ça. »

Pardonne-moi, Alessia.

Cathan avait les yeux rivés sur ses pieds, évitant le regard de son amie, honteuse. Heureusement, Valeska empêcha le silence gênant de prendre de l’ampleur et passa la vitesse supérieure. La guérisseuse assurée vint prendre la place de la jeune Aberline déboussolée et pris la situation en main.

« Il faut que je te soigne. Il ne t’a pas loupé… Je me sens mieux Cathan. Tu as aussi besoin de soin. Je ne t’ai pas sauvé la vie hier soir pour que tu sois de nouveau abîmée aujourd’hui. "

En effet, ça tombait sous le sens. Et c’est qu’il n’avait pas chômé le con : son cou était dans un état lamentable, les points avaient sautés et de nouvelles lacérations s’étaient ajoutées aux anciennes. Pour le reste, le temps ferait son œuvre, les contusions disparaîtraient après quelques nuits de sommeil réparateur. Mais avant de pouvoir retrouver son appartement et son lit, elle allait devoir régler définitivement ce problème de nid. Alors que Valeska s’occupait à son tour de la soigner, elle profita du silence provoqué par la concentration de cette dernière pour réfléchir à un plan d’action. Il fallait qu’elle éradique les survivants, et le plus tôt serait le mieux.

Je vais tout faire cramer. Le corps du maître des lieux avec.

Oui, c’était la solution la plus rapide, simple et efficace. Le feu consumerait les derniers vampires sur place, incapable de sortir à cause du soleil. La police n’aurait plus qu’à récupérer les os consumés pour identification. Elle allait nettoyer la maison de Val’, rentrer prendre une douche, acheter suffisamment de bidons d’essence pour foutre le feu à la ville toute entière et s’assurerait d’entendre les hurlements des vampires restant. Ce serait son petit cadeau à Salem, sa bonne action du mois.

La voix de Valeska la tira de ses pensées alors qu’elle massait ses hématomes avec un baume dont elle avait surement le secret de la composition.

« J’aimerais que tu m’apprennes à me battre, à me défendre… à utiliser des armes … Je n’ai jamais eu besoin de le faire avant, mais depuis que je suis à Salem j’ai vécu plus d’aventures et rencontres particulières qu’en vingt-cinq années passées à Chicago. Alors, tu voudrais bien m’apprendre ? »

Tu m’étonnes. Salem, c’est le triangle des Bermudes des emmerdes.

Ce n’était pas une demande anodine, il fallait qu’elle prenne le temps de peser le pour et le contre. D’autant plus qu’elle entraînait déjà quelqu’un. A ce rythme, autant donner des cours de groupe. A croire que les gens la prenait pour une prof’ de Judo. Comme si elle avait que ça à foutre ? Elle n’était même plus plongée dans le milieu de la traque, du moins, c’était ce qu’elle aimait croire. Cathan était déchirée en deux : sa raison lui disait d'entrainer Valeska, si elle voulait l’aider, la meilleure chose qu’elle pouvait faire était de lui apprendre à se défendre toute seule. Mais elle ne voulait pas la plonger dans le monde qui était le sien, un monde violent, un monde cruel et sombre. Mais n’était-il pas déjà trop tard ? C’était bien trop facile de débarquer réclamer un coup de main, bouleverser sa vie et ne pas vouloir lui en montrer plus, ne pas vouloir la rassurer. Elle pouvait lui proposer la même chose qu’à son petit latino, un entrainement physique avec les connaissances nécessaires pour se protéger de tous les habitants de Salem, peu importe leurs origines. Valeska aurait droit à une formation plus complète, elle lui enseignerait ses propres faiblesses de sorcière. C’est que les chasseurs étaient formés pour tuer, et en trois cents ans de pratique, elle avait eu le temps de récupérer de nombreuses informations très utiles quant aux différentes manières de neutraliser un sorcier de tel ou tel élément. Oui, elle savait ce qu’elle allait faire. Elle apprendrait à Valeska à combattre sa propre nature et à mieux se maîtriser avant de lui apprendre à combattre les autres.

« Avant d’utiliser les armes, il faut que tu apprennes à utiliser ta magie. Ce que tu as fait tout à l’heure, c’était formidable. Mais il ne faut pas que tu attendes d’être dans une situation critique pour te défendre, il faut agir bien plus tôt que ça. »

Cathan laissa échapper un long soupir alors que son amie recouvrait son cou d’un bandage épais après avoir recousue les chaires déchirées de son cou et de sa clavicule.

« Je pourrai aussi te faire faire un peu de sport. Te faire travailler des prises, de manière à ce qu’elles deviennent des automatismes. Je ne te ferai pas de cadeau, tu sais. »

Et pourtant… La chasseuse n’avait aucunement l’intention de lui offrir une formation à la « Elit Daemonia Style ». A part la traumatiser et la rendre inapte socialement, elle n’y gagnerait rien. Sans compter que l’expérience que Valeska venait de vivre ces dernières heures était un bain assez brutal dans la « vraie vie ».  Un rythme doux, lent, un pas à la fois. Bien sûr, ce ne sera pas facile, mais elle ne la pousserait jamais dans le vide sans son autorisation. Et oui, Cathan avait beau être un peu brute de décoffrage, elle était sans doute la plus douce de ses congénères.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bloody Reunion [Valeska]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Bloody London
» [UPTOBOX] The Reunion [DVDRiP]
» La reunion des bailleurs de fonds
» Bloody Mary
» Pierre Slack à la Reunion[Ajouté]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: . :: Les résidences :: Les maisons :: Maison de Valeska Aberline-
Sauter vers: