Partagez|

Beware of the silent water - Faith R. Blackwell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Recrue de l'Elit Daemonia
avatar

Date d'inscription : 31/03/2016
Messages : 1302
Rp postés : 148
Points-Bonus : 208
Avatar : Jennifer Lawrence par Jake Rhodes
Âge du perso : 21 ans
Groupe du perso : Humaine
Liens infos : Recrue de Jasper Rhodes
MessageSujet: Beware of the silent water - Faith R. Blackwell Sam 1 Avr - 3:44

« Nolan! Nolan! Attends-moi! »

Le souffle court, j’appuyai mon dos contre le mur d’une bâtisse anonyme dans un coin perdu. Enfin, je n’étais pas tout à fait perdue, même s’il était parfois facile pour n’importe qui de se perdre dans Salem. Simplement, j’avais envie de me fondre dans une masse anonyme, de ressembler à n’importe qui… de ne plus être moi. Les gouttelettes de pluie se mêlaient aux larmes qui ruisselaient le long de mes joues. Essoufflée, penchée vers l’avant, les mains appuyées sur les genoux, les écouteurs bien enfoncés dans les oreilles, la musique qui crachait des décibels, faisant vibrer mes tympans, j’crois que j’aurais souhaité à cet instant disparaître. Depuis que je tentais de devenir chasseur, ma situation s’était détériorée : mes grands-parents étaient morts d’une façon cruelle et j’avais contribué à cette mort atroce. Les souvenirs me hanteraient toute ma vie et c’était sans doute ce qui me poussait à éloigner de moi tous les gens qui prenaient une part importante dans ma vie : ne restaient plus que Drake, Jake et Jasper. Les deux derniers étant chasseurs, je n’avais rien à craindre pour leur sécurité : je savais bien que l’un comme l’autre serait en mesure de se défendre contre toute menace… Drake par contre… J’en étais moins certaine. Et je n’avais pas envie qu’il vive des emmerdes à cause de moi. N’avais-je pas suffisamment impliqué les miens? Je les avais trop exposés. Plus jamais… plus jamais m’étais-je promis. Et voilà que je devais le protéger lui… de toute cette merde… De tout ce qui pourrait l’atteindre. Contre tous ceux qui pourraient lui faire du mal. Levant le regard, je n’avais pas du tout remarqué qu’en face de moi… Le Needle’s Canic.

Les lumières du salon de tatouage étaient encore allumées. Rien n’avait changé dans ce lieu qui respirait la plénitude. Debout devant la boutique, je n’osais pas bouger, de peur que cet instant se détruise à jamais. Qu’il vole en éclat… comme le reste de ma vie. Les morceaux de ma vie qui étaient désormais éparpillés. C’était comme si c’était hier… Nous étions tous venus dans cette boutique. Même moi qui n’avais pas encore 18 ans. Mon père avait souhaité nous offrir à tous un cadeau qui nous unirait à jamais : un tatouage. Pas n’importe lequel : un qui représentait aussi nos racines celtes. C’est Drake qui s’était chargé de me tatouer ce jour-là. Bien que je fus impressionnée par la carrure de l’homme, j’avais décelé au fond de son regard : une parcelle attendrissante… À ce jour, Drake et moi avions développé une relation qui s’épanouissait au-delà de taoueur – client. Il était devenu mon ami, mon confident, celui qui me rassurait dans mes moments de noirceur. Cherchant toujours à calmer ma respiration, je me tendis lorsque je vis… Une silhouette… qui était loin d’être celle de Drake. La silhouette aux courbes féminines se déplaçait lentement dans la boutique. À travers le rideau d’eau, je n’arrivais pas à voir correctement celle qui occupait en ce moment les lieux. Où était Drake? Pourquoi n’était-il plus à sa boutique? La tristesse m’empoigna solidement le cœur et je fus un moment décontenancée par ce que je voyais : non, c’était sans doute l’employée de Drake… J’me faisais beaucoup trop de soucis pour rien. Il m’aurait averti s’il avait quitté la ville, non? Non… Et cette réponse me renvoya en pleine face le vide que représentait ma vie : mes amis se comptaient sur les doigts d’une seule main… La belle Mexicaine partie… Haussant les épaules, chassant mon air maussade, j’affichai un sourire incertain lorsque je poussai la porte de la boutique, rassurée par le tintement agréable de la clochette.

« Salut! J’cherche Drake. Est-ce qu’il est ici? J’aurais besoin d’lui parler… »

Parler. Le mot était faible. J’avais besoin d’me vider. D’avoir une autre personne à mes côtés pour m’aider à encaisser le lourd fardeau qu’était devenue ma vie. Drake n’acceptait pas que je devienne chasseur : pour lui, j’aurais dû mener une existence paisible, dans une p’tite maison tranquille et oublier tout ça… Oublier. C’était impossible. Les cauchemars récurrents m’empêchaient d’avoir une vision claire de mes options et me renvoyaient constamment le même mot : vengeance. Vengeance pour les miens. Les morts ne nous quittent vraiment jamais après tout… Le visage de la jeune femme se tourna vers moi. Passant la main sur le mien, je dégageais les mèches mouillées qui s’étaient collées sur mes joues, devant mes yeux. Frissonnante, je ne la quittai pas des yeux. L’interrogation augmentait en même temps que l’appréhension : sans doute que Drake était chez lui. C’était ignoré les nombreux appels auxquels il n’avait pas répondu et les messages qu’il n’avait pas retourné. Une partie de moi savait très bien qu’il n’était plus en ville. Cependant, une autre partie de moi désirait croire qu’il était toujours ici. Je ne pouvais pas l’avoir perdu lui aussi… Non. Pas lui. Croisant les bras, me serrant pour m’empêcher de m’éparpiller partout, je ne quittai pas la jeune femme des yeux.

« Est-ce que t’as un numéro où j’peux le joindre? N’importe quoi… »

Sentait-elle le désespoir dans ma voix? Voyait-elle devant elle la jeune femme complètement désemparée que j’étais? J’avais seulement besoin d’entendre la voix de Drake me dire : « Allez! Tout va bien s’passer. Tu t’inquiètes pour rien ». Et de revoir son sourire apaisant alors que ses bras se refermaient autour de moi. Mon regard se riva au sol alors que le désespoir me gagnait ; avais-je réellement perdu un ami? Non, je ne pouvais me résoudre à cette option… Fallait qu’il y ait une autre explication. Il devait y avoir une autre explication. Jetant de nouveau un regard désemparée à la jeune femme, j’attendais… n’importe quoi, mais pas ça. Faut croire que la merde me collait au cul et qu’elle adorait se foutre partout… Fuck.

_________________


Dernière édition par Nolan Gallagher le Lun 10 Avr - 3:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loup-garou
Meute de Wade Jackson
avatar

Date d'inscription : 06/04/2016
Messages : 116
Rp postés : 57
Avatar : Ruby Rose
Âge du perso : 26 ans
Groupe du perso : Loup-Garou
Liens infos : Fiche | Potes | Histoires
Avis de recherche : Je cherche pleins de choses :
# Hôte/sse d'accueil pour salon de tatouage

Multis : Abigaïl & Valeska
MessageSujet: Re: Beware of the silent water - Faith R. Blackwell Dim 2 Avr - 10:14


▬  La Louve et l'apprentie Chasseuse  ▬

« Ouais, mais nan ce soir, j'peux vraiment pas ! (…) Ouais, je sais ! Mais nan vazy j'suis pas relou, j'ai juste pas envie d'bouger. J'ai assez fait la fête cette semaine c'est bon. » J'm'affairais à nettoyer mon plan de travail, le kit main libre collé dans les oreilles, le téléphone collé dans la poche arrière de mon jeans. « Nan, mais le Moonrise ça m'tente plus de toute façon (…) Je squatte ailleurs avec une bande de potes (…) Nan tu peux pas comprendre, c'est clair (…) » J'commençais un peu à m'énerver là, et ça devait se sentir dans ma voix. « Ptain Jenna, tu m'casses les couilles que j'ai pas là ! J't'ai jamais promis la lune. Toi et moi c'était de la baise, du bon temps, des délires, rien d'autre (…) Ouais t'as bien entendu, C'ETAIT ! Parce que j'aime pas qu'on m'pète une crise de jalousie d'marde là ! » La miss hurlait à l'autre bout du fil et ça allait finir par m'énerver encore plus que je l'étais. « Oui, je baise quelqu'un d'autre et il a une paire de couilles entre les jambes. (…) Ouais, c'est ça, Adieu ! »

J'raccrochais et balançais mon portable sur mon fauteuil. Putain, elle m'avait gonflé celle-là ! J'étais pourtant pas du genre à m'énerver facilement avec mes conquêtes. Mais surtout, j'étais pas du genre à promettre la lune à ceux avec qui j'couchais. Pas qu'ils ou elles étaient hyper nombreux ces derniers temps hein. Mais quand même. J'prévenais toujours que j'étais pas une nana qui se fixait. Moi, j'prenais du bon temps et puis voilà. T'façon j'avais pas de temps dans ma vie pour me fixer en couple. Entre la meute et le salon, j'avais assez à faire. Et puis de toute façon, cette nana là, je l'avais pas vue depuis un moment. C'était une serveuse au Moonrise, plutôt jolie, tatouée, mais pas super futée. Disons qu'elle avait pas inventé l'eau tiède celle-ci. Mais comme je squattais plus le ''Moon'', bah ça lui plaisait pas... Clairement, depuis que Wade et Eireann bossaient plus là-bas, depuis que j'étais dans la meute de Wade, j'avais plus d'intérêt à squatter ailleurs qu'au ''Bestial Bristot''. Pis le dernier avec qui j'm'étais envoyé en l'air c'était Kris et c'était juste pas comparable avec ce que la miss m'offrait... CLAIREMENT PAS !
J'me marrais rien qu'à repenser à ma nuit de chasse avec le loup, ma crise de nerf, la soumission, la baise bestiale et sauvage qui s'en était suivie. Ouais, Kris était un gars particulier qui avait su m'foutre dans un état pas possible. Mais j'l'aimais bien c'con et je comprenais pourquoi Wade avait fait de lui son bras droit... Nan, pas parce qu'il baisait bien, mais parce que c'était un gars bien. J'savais maintenant que j'pouvais compter sur lui, même si l'idée de me faire soumettre à nouveau ne m'enchantait pas forcément ! En attendant, j'avais réussi à trouver une vraie famille avec cette meute et ça f'sait un bien fou de se sentir entourée. Bref.

Depuis quelques jours, j'avais une employée. Kay. Moitié nana, moitié licorne. Un truc de ouf qui faisait du bien au salon et à moi aussi accessoirement. La miss était une bouffée d'air frais et elle était super efficace. Le salon n'avait jamais été aussi clean depuis le départ de Drake ! Au moins j'y voyais plus clair dans les papiers, les factures et tout ce bordel. Et avec elle qui gérait ça, j'pouvais me concentrer un peu plus sur mon vrai travail : tatouer ! Bon, ce soir là Kay était pas là. Je l'avais laissé filer plus tôt pour qu'elle puisse rattraper les heures supp' qu'elle avait fait pendant les jours précédents. Elle était jeune, fallait pas non plus qu'elle se tue à la tâche hein ! J'étais donc seule pour nettoyer les lieux et fermer. Par chance c'était une nocturne ce soir, le centre commercial fermait un peu plus tard que d'habitude. Alors ça m'laissait un peu plus de temps pour remballer. Et une fois l'arrière-boutique bien clean du style qu'on aurait pu bouffer parterre tellement c'était propre, je retournais à l'avant pour ranger un peu les factures et vérifier mon agenda. Et la porte s'ouvrit.

La gueule dans les papiers, je reniflais l'odeur féminine, notant un mélange de pluie, de sueur aussi. LA voix féminine, un peu tremblante s'éleva. V'la que la miss cherchait Drake. Oh fuck ma ptite Drake ça fait plusieurs mois qu'il a disparu maintenant. Je relevais enfin le visage vers la demoiselle trempée jusqu'à l'os pour planter mon regard dans le sien. Fuck ça flottte encore dehors ! Pas moyen d'aller courir de nuit avec ce temps d'merde. Ouais j'étais pas plus perturbée que ça par une nana qui rentrait chez moi dans cet état. A croire qu'il m'en fallait vraiment beaucoup pour me déranger. Bon ok elle foutait d'la flotte partout parterre, mais au pire un coup de chiffon réglerait ça. On balance pas les gens dehors parce qu'ils salissent. Nan, s'pas poli !

J'posais ce que j'avais en main sur mon comptoir, plissais les yeux, observait la miss.

« Il t'a foutu enceinte ? Il te doit des sous ? Parce que désolée de te l'apprendre, mais Drake est plus là depuis plusieurs mois…

Ouais bah quoi ? J'vais pas non plus gérer sa merde pour lui hein. Je contournais le comptoir, attrapais une serviette propre dans une armoire et m'approchais de la gamine, lui tendant l'bout de tissu doux.

« Tiens, essuies-toi un peu, tu vas chopper la mort ! » Vazy meuf, fait pas ta pute, faut avoir un peu de compassion pour la ptite, t'as vu le regard de chien battu qu'elle a !

« Moi c'est Faith. J'étais l'apprentie de Drake, jusqu'à ce qu'un matin j'arrive ici et que j'trouve les papiers de la boutique à mon nom… Avec un mot qui disait que Drake me laissait gérer tout ça et qu'il se barrait. Aux dernières nouvelles, il aurait été vu à Boston. Mais j'en sais pas plus… Bien que moi aussi, j'aimerais avoir de ses nouvelles. »

Un soupir s'échappa de mes lèvres. Ouais, Drake me manquait aussi. J'l'aimais bien, il était cool et j'avais vraiment pris plaisir à bosser avec lui. Je n'comprenais rien à son départ. Qu'est-ce qui avait bien pu s'passer dans sa vie, qu'est-ce que j'avais loupé ?

« Pose tes fesses dans un fauteuil, t'es toute pâle, j'ai pas envie d'appeler les pompiers. » Un sourire. Ouais, fallait au moins ça pour essayer de lui donner des couleurs.

Je la laissais s'installer avant de contourner le comptoir et passer à l'arrière-boutique, fouillant ma cachette secrète. Je revenais quelques minutes après avec un verre qui sentait fort le whisky. Bah quoi ? Fallait au moins ça aussi, en plus de mon sourire ravageur, pour lui retaper la tête nan ?

« J'suis pas psy, j'suis pas assistante sociale, mais j'ai bien l'impression que tu l'aimais beaucoup Drake. Alors bois ça et explique-moi. Peut-être qu'on pourra toutes les deux en savoir plus sur les raisons d'son départ. »

Parce que c'pas que j'aimais pas être mon propre boss hein, mais j'avais pas prévu ça de si tôt dans ma vie !

Lilie

_________________

It's my life. It's now or never. I ain't gonna live forever.
I just want to live while I'm alive ... It's my life !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Recrue de l'Elit Daemonia
avatar

Date d'inscription : 31/03/2016
Messages : 1302
Rp postés : 148
Points-Bonus : 208
Avatar : Jennifer Lawrence par Jake Rhodes
Âge du perso : 21 ans
Groupe du perso : Humaine
Liens infos : Recrue de Jasper Rhodes
MessageSujet: Re: Beware of the silent water - Faith R. Blackwell Lun 17 Avr - 3:34

Étrange comme la vie peut vous balancer des merdes parfois, comme si elle n’avait que ça à faire, vous emmerder. J’me souvenais encore du jour où nous étions venus ici, ma famille et moi. J’revoyais encore les fous rires, les blagues de mes frères, Dave qui me charriait en disant que j’étais la plus peureuse et que jamais j’ne me ferais tatouer… J’lui avais bien fait ravaler ses paroles puisque c’était lui qui s’était montré le plus douillet. Et puis ma mère, ma mère qui avait accepté de se faire tatouer, comme le reste de la famille. Pour la famille, comme elle l’avait dit. Et chaque fois que j’entrais ici, l’odeur de l’encre me rappelait ce souvenir. Je n’avais qu’à regarder l’endroit pour revoir la scène. Pis, y’avait eu Drake ce jour-là. C’était lui qui m’avait tatoué, comme le reste de ma famille. On avait tous pris le même tatoueur, sans doute un caprice de mon père qui voulait ainsi nous unir davantage, j’en savais vraiment rien. J’me souvenais encore de son regard complice, de la douceur dont il avait fait preuve. De ces petits mots encourgeants… De tout ce qu’il avait fait pour détourner mon attention de la douleur… Levant les yeux en direction de la jeune femme, comme si je la découvrais pour la première fois, ses mots me firent l’effet d’une bombe.

« Hein? Quoi? Non… non… rien de tout ça… Pas d’bébé, pas d’argent… »

Qui serait assez fou pour souhaiter que j’devienne mère? Avec la vie que je menais, les morts qui s’accumulaient dans mon sillage, hors de question que je mette au monde un p’tit bout d’chou qui serait sans cesse menacer par je ne sais pas quoi. Et pis, comment j’ferais pour m’en occuper? Non, j’avais pas l’temps. Et surtout, j’avais pu d’famille qui aurait pu m’épauler… Pis d’abord, j’savais même pas pourquoi j’avais c’te réflexion d’merde! Fixant le sol devant moi, j’aurais tellement voulu qu’elle me dise autre chose, qu’elle m’annonce que Drake avait seulement pris des vacances, qu’il allait revenir, mais j’savais bien que la réalité n’allait pas me plaire, puisque dernièrement, la vie s’était donné le mot pour m’arracher tous ceux que j’aimais. J’en étais même venue à la conclusion suivante : si j’arrêtais d’aimer les gens, y’en aurait pu d’problème, non? Sinon, bah, l’épreuve s’occuperait sans doute de m’éliminer. J’allais tourner les talons pour quitter cet endroit. Ça servait à quoi en fait que j’reste ici à ressasser de vieux souvenirs? À rien. J’me faisais mal plus qu’autre chose et Drake ne reviendrait pas simplement parce que j’avais besoin de lui. Les gens ne revenaient jamais juste parce qu’on avait besoin d’eux. Sauf qu’un morceau de serviette me stoppa net dans ma tentative pour déserter l’endroit. Je levai les yeux en direction de la jeune femme. Bredouillant un faible merci, je pris le morceau de tissus qu’elle me tendait et entrepris de m’essuyer. J’avais complètement oublié que j’étais trempée de la tête aux pieds. C’était le genre de détails que j’oubliais dernièrement… J’oubliais trop de trucs, sans doute parce qu’avec toute la merde… Non, j’avais pas envie de penser à ça. Déjà, quand j’me regardais dans la glace, j’avais l’impression d’avoir 60 ans, pas une vingtaine d’années…

J’écoutais Faith me raconter brièvement comment elle était devenue la propriétaire de l’endroit. Sauf qu’il y avait un truc qui clochait dans son histoire : Drake ne serait jamais parti en abandonnant tout derrière lui. Ça lui aurait pris une fichue bonne raison pour le faire. Fatiguée, mon cerveau épuisé s’activa à analyser différentes possibilités pour expliquer le départ précipité de Drake pour Boston. J’en avais plus qu’assez de toute c’te merde et pourtant… si mon ami avait des emmerdes, fallait bien que j’trouve le moyen de l’aider, non? J’allais pas l’abandonner comme ça… Faith me tira de mes réflexions qui ne menaient nulle part et me pria de m’asseoir. Elle avait dû remarquer que j’avais l’air d’un cadavre qu’on venait de déterrer. Honnêtement, elle n’aurait pas été loin de la vérité. J’avais tellement enterré de membres de famille que j’avais fini par ressembler à un cadavre sur deux pattes. Sans doute les entraînements de Fort Volsek qui commençaient à m’rentrer dans l’corps. J’bouffais presque pas, j’dormais presque pas… un moment donné, ça laisse des traces, non? J’en savais rien et j’en revenais pas que j’arrivais à m’perdre ainsi dans ma propre tête. J’allais finir par devenir complètement cinglée… Ouais… dans pas long, ça s’produirait. Passant une main tremblante sur mon visage, j’essayais de chasser la fatigue de mon visage pour écouter Faith qui s’adressa de nouveau à moi. Mes pupilles bleutées la regardaient sans vraiment la voir. Le verre en main, le regard perdu dans le vide, j’pris une gorgée de l’alcool qu’elle m’avait donné avant de raconter une partie de mon histoire.

« Drake… On s’était connu lorsqu’il avait tatoué toute ma famille. J’revois encore quand j’regarde juste là… », dis-je en pointant un coin de la boutique avec mon menton, « mes frères qui déconnent dans l’coin, ma mère qui essaie de calmer tout le monde et mon père qui, avec un seul regard, réussit à nous ramener à la raison. Pis y’a eu Drake. Drake qui a assisté aux derniers moments heureux que j’ai eu avec ma famille. Son regard qui, tout de suite, m’avait inspiré confiance, le calme qu’il dégageait alors que mes frères essayaient d’me faire peur… Et lui, inébranlable… »

Je calai le reste de mon verre. Plantant cette fois-ci mon regard dans celui de Faith, j’avais bien conscience que ce tas de souvenirs n’était sans doute qu’un ramassis d’conneries, mais c’était mon ramassis d’conneries.

« La dernière fois que je l’ai vu, il avait l’air perturbé par un truc. Il a pas voulu m’en parler. Sans doute parce qu’il trouvait que j’avais assez d’emmerdes comme ça… J’en sais rien. Mais il était plus nerveux que d’habitude. Il s’efforçait de sourire, il était distant, il avait de la difficulté à suivre notre conversation… »


Et j’le revois le grand Drake, jouant avec son verre, incapable de tenir en place, jetant des regards autour de lui. Je l’avais prié de m’en dire plus, mais il avait emporté son secret avec lui.

« Ouais, t’as raison, j’l’aimais bien, c’mec… Parce que c’était mon seul ami… Enfin, un des seuls… »

Réalisant que j’parlais avec Faith alors que je n’m’étais même pas présentée…Passant de nouveau la main sur mon visage, agacée, je n’arrivais plus à m’expliquer ce manque de concentration. Sans doute un coup sur la gueule de trop? J’en parlerais à Deborah quand j’rentrerais au Fort. Elle aurait sans doute un truc à m’proposer pour m’aider à dormir.

« S’cuse, j’me suis pas présentée. J’suis Nolan. Nolan Gallagher. Et Drake, c’était pas seulement mon tatoueur, c’était aussi mon meilleur ami… »

Mon meilleur ami, mon confident… Mon… J’aimais mieux ne pas penser à tout ce qu’il représentait pour moi. Parce que j’savais bien que les chances qu’on l’retrouve sain et sauf s’amenuisaient au fil du temps… Parce que la vie, c’était une p’tite merdeuse qui détruisait tout…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loup-garou
Meute de Wade Jackson
avatar

Date d'inscription : 06/04/2016
Messages : 116
Rp postés : 57
Avatar : Ruby Rose
Âge du perso : 26 ans
Groupe du perso : Loup-Garou
Liens infos : Fiche | Potes | Histoires
Avis de recherche : Je cherche pleins de choses :
# Hôte/sse d'accueil pour salon de tatouage

Multis : Abigaïl & Valeska
MessageSujet: Re: Beware of the silent water - Faith R. Blackwell Jeu 20 Avr - 10:34


▬  La Louve et l'apprentie Chasseuse  ▬

Drake avait été clean avant de se barrer. Pas d'entourloupes. Pas de factures impayées. Et jusqu'à présent, personne n'était venu me menacer avec un flingue pour récupérer une grosse somme de dollars. J'pensais pas Drake capable de foutre quelqu'un dans la merde à vrai dire, mais on savait jamais vraiment qui étaient les gens qu'on fréquentait. Alors forcément, en voyant la tête de la miss, j'pouvais m'imaginer un peu tout et n'importe quoi. Bon, par chance, elle n'était pas là parce qu'elle était enceinte de lui. C'était déjà pas mal. Parce que j'me sentais pas de gérer une miss en larmes parce qu'elle savait pas quoi faire du mioche qu'elle portait. Après, fallait avouer que côté vie privée, Drake et moi, on partageait que dalle. On avait jamais couché ensemble. On allait s'boire quelques verres parfois après l'travail. Mais on s'arrêtait là. C'était un pote. Pas mon meilleur pote, c'est tout. C'était mon boss avant tout et j'apprenais de lui. J'peaufinais mon art à ses côtés et j'aimais plutôt ça. Quant à savoir s'il avait une meuf, des gosses ou des emmerdes, ça, j'en savais trop rien. Pis j'avais pas spécialement envie de l'inclure dans une vie que j'avais du mal à gérer à c'moment là. C'était y a plusieurs mois déjà qu'il était parti. On n'avait pas eu le temps de vraiment apprendre à s'connaître en dehors du tatouage. Pour preuve, jamais il s'était douté que j'étais une louve. Jamais. Pourtant, les lendemains de pleine lune, j'venais jamais bosser. Mais jamais il avait posé de questions. C'était un humain. Un simple humain, avec sa vie humaine, ses problèmes d'humains. Mais un humain qui avait foutu le camp sans raison apparente. Et ça, j'm'y connaissais un peu pour dire que ça n'avait rien de normal. Puis visiblement, c'était Nolan qui allait être d'une grande utilité. Drake était son meilleur ami, mais elle ignorait qu'il était plus là. Quel ami pouvait bien faire ça et surtout pourquoi ? Moi quand j'm'étais faite la belle, j'avais toujours eu des raisons, des mecs au cul qui voulaient m'tuer. Puis plus tard, j'avoue mettre jamais barrée sans dire au revoir. Pourtant, j'étais souvent partie. On the road again, and again. Pas d'attaches. Mais j'avais jamais été aussi chienne pour partir sans prévenir.

J'observais la miss, appuyée contre le comptoir. Je l'écoutais aussi. Ouais, j'avais rien d'une psy, mais j'pouvais écouter. Et puis bon, ça concernait mon ancien patron, celui qui m'avait tout légué ici. Je n'allais pas, de toute façon, envoyer chier cette meuf dans son état. J'voulais pas son suicide sur ma conscience ! Alors ouais, je l'écoutais m'raconter sa vie ou plutôt sa vie avec Drake. Comment ils s'étaient connus. Comment il avait tatoué toute sa famille. Bordel, Drake avait vraiment fait l'con. Parce que ça s'voyait qu'il comptait dans la vie de cette petite. Qu'il comptait énormément même. Putain, elle avait vécu quoi pour être comme ça, si triste, avec tout l'poids du monde sur ses épaules ? Ptin Drake, t'es vraiment un con ! Comment t'as pu abandonner ce ptit bout d'femme là. Et puis moi, franchement, je n'étais pas la plus douée pour consoler les gens, pour trouver les bons mots. Je m'étais toujours démerdée seule et j'étais pas du genre à pleurer pendant des heures. Moi, j'étais la pote complètement conne. Celle qui balançait du whisky et des vannes graveleuses en guise de remontants. Celle qui claquait l'dos de ses potes en disant que la vie, de toute façon, c'était une pute et qu'il fallait la baiser avant qu'elle nous baise. Ouais, ça s'était moi. Moi, j'allais faire du shopping sous-vêtements avec ma best, en draguant les vendeuses ouvertement, parce que ça c'est drôle.

« J'suis désolée. Drake me parlait pas d'sa vie privée alors… J'sais pas grand chose sur lui.»

Si ça s'trouve, il était gay et j'le savais même pas ! Pourtant j'ai un putain de gaydar !

Putain d'merde. J'avais même pas remarqué que Drake était perturbé par un truc. Bon, en y réfléchissant, j'avais remarqué qu'il gérait moins bien son agenda sur la fin, qu'il oubliait des trucs des fois. Mais ça, ça pouvait arriver à tout l'monde pas vrai ? Et ça voulait pas dire qu'il était dans les emmerdes jusqu'au cou !? Ouais bon, ok, j'essayais clairement de me rassurer, de me dire que Drake en avait juste eu marre d'être ici. J'pouvais pas concevoir qu'il avait eu des emmerdes et que j'avais rien vu venir. Je soupirais et fini par me servir un verre à moi aussi, servant à nouveau la miss qui finit par enfin se présenter. Bon. Me fallait une pause là. Je m'affalais dans un fauteuil en face de Nolan, les coudes appuyés sur mes cuisses. J'avalais une gorgée qui me brûlait la gorge. J'aimais ça.

« J'ai bien remarqué, avant qu'il disparaisse, qu'il était un peu ailleurs, il oubliait des trucs. Une fois il avait même oublié de venir. Enfin, j'me disais qu'il devant être totalement hangover, ça arrive à tout l'monde ça … »

Une autre gorgée. En même temps que je réfléchissais. Si Drake avait pas parlé de tout ça à Nolan, alors qu'ils semblaient franchement proches, c'est que ça devait être grave nan ?

« S'il est vraiment à Boston… Y a moyen de le savoir. J'viens de là-bas, j'ai grandi dans les rues de la ville. Pas les meilleures rues si tu vois c'que j'veux dire. Bref, j'connais du monde, qui connaissent eux aussi du monde. Y a possibilité que j'me renseigne. Bouge pas. »


J'attrapais mon téléphone, fouillais les noms de mes contacts. Je soupirais. J'hésitais. J'avais encore des relations à Boston. Des connaissances, des potes, des tatoueurs, des dealers. J'connaissais du monde que j'avais plus vu depuis un bon moment, depuis que j'avais quitté la ville après qu'un connard se soit amusé à me mordre. J'arrêtais finalement mon doigt sur un prénom. Eddy. Eddy, c'était l'type qui en connaissait pleins d'autres. Il était les oreilles de l'underground de Boston. Son corps gardait les séquelles des balles qu'il s'était mangé depuis des années, entre ses tatouages dont certains venaient de moi. Eddy, c'était une armoire à glace. Fallait pas l'emmerder. Fallait pas lui faire d'entourloupes. Eddy m'avait sauvé la mise, plusieurs fois. Pour être honnête et tout, j'foutais le téléphone sur haut-parleur, pour rien cacher à Nolan.

« Bordel de merde Blackwell, t'es pas encore morte dans un caniveau ?
- Eh nan Edddy, toi même tu sais qu'la mauvaise herbe ça crève pas comme ça ! J'te préviens juste, on est sur haut-parleur.
- T'es pas avec des flics au moins gamine ?
- Fuck Eddy t'es con ! Nan, j'suis avec une miss là, qui s'appelle Nolan. Et en fait, on est à la recherche de quelqu'un.
- J'vous écoute…
- T'sais que j'bossais dans un salon de tatouage à Salem. J'bossais avec un certain Drake Sorensen. Un barbu, tatoué, tatoueur, franchement doué. Il a disparu du jour au lendemain. L'autre jour, j'ai eu Carla au téléphone et elle m'a dit qu'elle avait entendu parler d'un certain Drake qui aurait débarqué à Southie »

South Boston, appelé Southie par les plus intimes. Quartier de Boston où j'avais passé par mal de temps. Beaucoup d'Irlandais, beaucoup d'ouvriers, des pauvres aussi. Un quartier où certaines rues n'étaient pas toujours fréquentables le soir.

« J'en ai entendu parler ouais. J'vais me renseigner Rosie. J'te rappelle dans vingt minutes.
- Eddy … Putain … Arrête de m'appeler comme ça !
- Le jour où tu râleras plus, j'le ferais. À plus Rosie. À plus Nolan.[/color]»

Eddy était l'un des rares types à connaître mon deuxième prénom. Rose. Il s'amusait depuis toujours à m'appeler Rosie ou Blackwell. Rarement Faith, juste quand les choses étaient vraiment graves. Bref Eddy j'avais confiance en lui.

« Bon bah y a plus qu'à attendre… Mais quelque chose me dit que j'vais devoir bouger sur Boston pour en savoir plus. Si ça t'dis d'être de la partie... J'te garantie pas que ça sera une partie de plaisir, parce que j'ai pas que des amis là-bas. »

Oh, devait bien y avoir encore un ou deux gars qui voulait m'voir morte nan ?! Bref. Dix minutes plus tard, je recevais un texto d'Eddy.

Va voir Caleb à Roxbury. Il a des infos.
Sois prudente. Préviens quand tu es sur place.


« J'ai une piste. On part quand ? »

Retour aux sources ma belle ! L'idée d'voir Caleb ne m'enchantait pas. Mais fallait bien, si j'voulais avoir des news de Drake.
Lilie

_________________

It's my life. It's now or never. I ain't gonna live forever.
I just want to live while I'm alive ... It's my life !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Recrue de l'Elit Daemonia
avatar

Date d'inscription : 31/03/2016
Messages : 1302
Rp postés : 148
Points-Bonus : 208
Avatar : Jennifer Lawrence par Jake Rhodes
Âge du perso : 21 ans
Groupe du perso : Humaine
Liens infos : Recrue de Jasper Rhodes
MessageSujet: Re: Beware of the silent water - Faith R. Blackwell Dim 21 Mai - 2:26

« J'ai bien remarqué, avant qu'il disparaisse, qu'il était un peu ailleurs, il oubliait des trucs. Une fois il avait même oublié de venir. Enfin, j'me disais qu'il devant être totalement hangover, ça arrive à tout l'monde ça … »

Ouais, ça arrive à tout l’monde, sauf à Drake. Drake n’oubliait jamais rien. Il avait une mémoire phénoménale concernant de petits détails qui échappaient à tous. Cependant, il avait eu la tête tellement ailleurs avait de s’évaporer dans la nature que ce que me disait Faith ne me surprenait pas du tout : oublier d’venir travailler… Drake, dans quelle merde tu t’étais mis? Calant le reste de mon verre, je levai le regard en direction de la brune.

« S'il est vraiment à Boston… Y a moyen de le savoir. J'viens de là-bas, j'ai grandi dans les rues de la ville. Pas les meilleures rues si tu vois c'que j'veux dire. Bref, j'connais du monde, qui connaissent eux aussi du monde. Y a possibilité que j'me renseigne. Bouge pas. »

Pendant un moment, je repris presque vie, presqu’espoir. Drake devait se trouver quelque part. C’était impossible qu’il soit disparu, comme ça, sans laisser de nouvelles à personne. Fallait bien que quelqu’un puisse remonter sa trace, savoir ce qui s’était passé. Voir Faith aussi enthousiasme me rendait presque mon sourire : cette nana devait aussi avoir un lien avec Drake et à nous, j’étais persuadée qu’on arriverait à le retrouver. Du moins, j’voulais le croire.

Le téléphone de Faith sur haut-parleur, j’écoutai la conversation qu’elle entama avec un certain Eddy.

« Bordel de merde Blackwell, t'es pas encore morte dans un caniveau ?
- Eh nan Edddy, toi même tu sais qu'la mauvaise herbe ça crève pas comme ça ! J'te préviens juste, on est sur haut-parleur.
- T'es pas avec des flics au moins gamine ?
- Fuck Eddy t'es con ! Nan, j'suis avec une miss là, qui s'appelle Nolan. Et en fait, on est à la recherche de quelqu'un.
- J'vous écoute…
- T'sais que j'bossais dans un salon de tatouage à Salem. J'bossais avec un certain Drake Sorensen. Un barbu, tatoué, tatoueur, franchement doué. Il a disparu du jour au lendemain. L'autre jour, j'ai eu Carla au téléphone et elle m'a dit qu'elle avait entendu parler d'un certain Drake qui aurait débarqué à Southie »


Je ne pus m’empêcher de sourire. Faith, morte dans un caniveau? J’avais bien envie de savoir ce qui aurait pu vouloir que c’te nana crève. Elle n’avait pas l’air de s’embarquer dans des trucs louches… Quoique… Fallait jamais juger au premier abord. Pis, j’étais pas vraiment la mieux placée… J’arrivais toujours à m’attirer des emmerdes et j’arrivais à l’faire juste en respirant. Southie… Ce nom ne m’évoqua rien de familier. Faut dire qu’il fallait sans doute être un habitué de l’endroit pour comprendre à quoi ce mot pouvait bien faire référence. Ne connaissant pas vraiment Boston – ayant pour ma part grandi à Salem – je regardai Faith un moment : j’voulais pas croire que Drake était dans les emmerdes. J’voulais garder un espoir, aussi mince soit-il. Le mec, Eddy, avait entendu parler d’un Drake Sorensen. Il nous rappellerait. Soupirant et me pinçant l’arête du nez, j’essayais de revoir les souvenirs qui me rattachaient à Drake : un détail m’avait sans doute échappé. Comment se pouvait-il que je n’aie rien vu venir? Fallait qu’il m’est laissé un indice, une trace, n’importe quoi.

« Bon bah y a plus qu'à attendre… Mais quelque chose me dit que j'vais devoir bouger sur Boston pour en savoir plus. Si ça t'dis d'être de la partie... J'te garantie pas que ça sera une partie de plaisir, parce que j'ai pas que des amis là-bas. »

J’lui souris. J’avais pas que des amis à Salem. Y’avait des gens qui préféreraient me voir ainsi que tous ceux qui étaient autour de moi. Néanmoins, j’préférai m’taire sur cette partie de ma vie. Si Boston allait être dangereux, faut dire que ça m’inquiétait pas vraiment. Après tout, j’étais amplement capable de me défendre toute seule. Ça c’était pas un problème. Attendre… Fallait attendre. J’étais pas vraiment patiente et faut dire que je l’étais encore moins. J’aurais bientôt des infos qui me conduiraient jusqu’à Drake…

« J'ai une piste. On part quand ? »

La voix de Faith me tira de ma réflexion. Me relevant sur mes jambes, retrouvant tout mon aplomb, je regardais la brune droit dans les yeux.

« J’passe ramasser quelques trucs chez moi et on s’rejoint dans une heure. Au fait, tu ne saurais pas où Drake rangeait les dessins des prochains tatouages qu’il devait faire? J’voudrais vérifier un truc. »

Drake devait me tatouer. Ce qu’il n’avait jamais fait puisqu’il était parti avant. Y’avait un truc qui clochait dans toute cette histoire. Faith m’indiqua l’endroit où elle avait laissé le travail de Drake. Cherchant dans cette paperasse, je trouvai le dessin que je cherchai. Je lui avais demandé de me tatouer le mot famille en gaélique. Il avait vraiment fait un travail superbe. Pliant le dessin, je le fourrai dans la poche arrière de mon jeans. J’aurais le temps de l’observer plus tard. Me retournant en direction de Faith, je la saluai avant de fixer notre point de rendez-vous devant chez moi. Je lui griffonnai mon adresse – quand même lisiblement – sur un bout de papier. Hors de question que je parte sans m’armer convenablement. Y’avait comme la voix d’ma conscience dans ma tête – fuck qu’elle sonnait comme Jake c’te putain d’voix – qui m’disait d’me tenir toujours prête. C’était ce que j’allais faire. Retournant rapidement chez moi, au pas de course, je montai les marches quatre à quatre avant d’ouvrir la porte de mon appartement : j’avais pas l’temps de déconner, je sentais que les minutes étaient comptées.

Je pris mon sac à dos et lançai tout ce qui pourrait me servir : armes, cordes… Tout ce qui pourrait nous être utile. J’en profitai en même temps pour passer rapidement sous la douche et changer de vêtements : fallait bien, mes vêtements étaient trempés. Hors de question de faire un voyage dans une tenue humide. Balançant mon sac sur mes épaules, je redescendis rapidement les escaliers après avoir verrouillée derrière moi la porte de mon appartement. J’voulais savoir c’qui s’passait avec mon ami et le retrouver. Le retrouver… Le revoir à nouveau. Pouvoir le serrer dans mes bras. C’était tout ce que je désirais, tout ce que je souhaitais. Verrouillant la porte de mon appartement derrière moi, je descendis rapidement les escaliers qui me séparaient de la sortie : balançant tout ce que j’avais dans la vieille mustang de mon grand-père, j’me dis que c’était mieux que rien comme moyen de transport. Fallait bien qu’on s’en rende à destination pis j’me voyais pas trimballer tout ça sur ma moto. Pis la voiture, c’était plus pratique pour discuter. Enfin, si Faith avait envie de discuter…

J’revoyais en elle certains traits de Drake. Sans doute pour ça que j’lui avais accordé ma confiance aussi rapidement. Elle était un peu comme lui : calme dans son tempérament, mais prête à exploser pour aider n’importe quel ami. Je m’appuyai l’cul contre la mustang et croisai mes bras sur ma poitrine en attente de ma compagne de route. Et elle ne tarda pas à pointer le bout d’son nez.

« Alors, t’es prête? J’te conduis ou tu préfères prendre un autre moyen de transport? »

Le sourire accroché aux lèvres, j’lui montrai la vieille mustang derrière moi. Mon grand-père l’avait tellement bichonnée c’te voiture, on dirait qu’elle était encore neuve tellement il en avait pris soin. J’avais toujours aimé c’te bagnole. Et comme j’étais la seule qui pouvait profiter de cet héritage…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loup-garou
Meute de Wade Jackson
avatar

Date d'inscription : 06/04/2016
Messages : 116
Rp postés : 57
Avatar : Ruby Rose
Âge du perso : 26 ans
Groupe du perso : Loup-Garou
Liens infos : Fiche | Potes | Histoires
Avis de recherche : Je cherche pleins de choses :
# Hôte/sse d'accueil pour salon de tatouage

Multis : Abigaïl & Valeska
MessageSujet: Re: Beware of the silent water - Faith R. Blackwell Jeu 25 Mai - 8:15


▬  La Louve et l'apprentie Chasseuse  ▬

J’aurais jamais pensé partir sur Boston comme ça, un peu à l’arrache. Surtout j’aurais jamais pensé l’faire avec quelqu’un. Mais la jeune me donnait envie d’bouger et d’voir où était Drake. Parce qu’il comptait pour elle, c’était évident. J’savais pas moi que quelqu’un tenait à s’point à lui. Parce qu’on parlait jamais trop d’nos vies privées, j’savais pas s’il avait été marié, s’il avait des gosses ou des conquêtes. Mais ça m’empêchait pas de l’adore ce Drake, vraiment. Parce qu’il était cool, qu’il m’avait donné ma chance et qu’il respirait la bonté. Pas étonnant finalement, que Nolan se montrait si affectée par sa disparition. Alors ouais, rien que pour ça, fallait que j’fasse quelque chose. J’pouvais pas rester là les bras croisés. Même si revoir Caleb ne m'enchantait pas. Ce gars c’était un ex. Un ex qui avait longtemps donné dans la violence avec moi. On s’en était foutu sur la gueule. Souvent. Longtemps. Jusqu’au jour où j’en avais eu marre de son pouvoir sur moi, de cette merde dans laquelle il me foutait en permanence. J’étais jeune à l’époque. J’avais même pas vingt-ans, ma mère vivait encore. Mais Caleb, c’était une erreur dans ma vie. Un type à ne pas fréquenter. Un gars qui avait la main mise sur pas mal de truc à Roxbury, l’un des pires quartiers de Boston. Alors ouais, l’idée de revoir cet enfoiré m’amusait pas. Surtout que j’l’entendais encore m’dire de sa voix grave ‘‘Prochaine fois que j’te crois Faith, t’auras une balle entre les deux yeux.’’ … Y a mieux comme retrouvailles nan ? Bref, fallait y aller ! Et j’espérais qu’Eddy aurait prévenu Caleb et qu’il se serait calmé avec le temps.

Avant d’partir, Nolan me demanda où se trouvaient les dessins de Drake. C’était vrai qu’il avait abandonné pas mal de croquis à faire, des modèles que certains clients étaient venus réclamer, que j’avais dû retaper un peu et leur tatouer. Il m’en restait quelque un et j’compris bien que Nolan attendait d’voir ça, qu’elle cherchait quelque chose. Alors je lui indiquais le casier de Drake et la laissait fouiller en commençant à éteindre les lumières du salon. Je gardais un œil sur elle, quand même et je la vis fourrer une feuille dans sa poche arrière. Mais j’disais rien. C’était peut-être là l’dernier souvenir qu’elle aurait de Drake.

« Bon, on s’rejoint dans une heure alors. »

Je jetais un coup d’œil à l’adresse inscrite sur un papier et le fourrais dans ma poche. Nous avions rendez-vous dans une heure. Cela me laissait l’temps de fermer rapidement le salon, prévenir ma ptite Licorne de fermer le salon et d’annuler tous les rendez-vous sur les trois jours à venir. Je voyais large. Mais je préférais être prévoyante ! Lorsque tout fut bien fermé, j’quittais le centre commercial et fonçais chez moi. J’étais toujours prête à partir. Enfin du moins j’essayais.

Dans un sac à dos, je balançais quelques fringues de rechange, parce qu’on savait jamais. Je pris mon flingue. Parce que oui j’en avais un. Depuis longtemps. Et, malgré tout, malgré le côté critique de la situation, je pris l’temps de bouffer. Ouais, la bouffe c’était sacré. Vraiment ! Bref. Un sac, des fringues, une arme et du fric. Quelques liasses, de quoi survivre si besoin. J’envoyais un texto à Wade, le prévenir que je devais m’absenter, lui dire où j’allais. Parce qu’on sait jamais. Pourrais m’arriver et merde. Et j’aimerais qu’tu saches où j’suis. Finalement j’fermais mon appart’ à clé et grimpais dans ma bagnole pour rejoindre Nolan chez elle. J’me garais là où j’pouvais et la vis. J’claquais la portière de ma vieille américaine pour la rejoindre.

« J’ai ma caisse … mais elle est connue là où on va. Et fraaaaanchhement … ta mustang … j’ai bien envie d’y poser mon cul ! »

Quelques minutes plus tard, un panneau nous indiquait la sortie de Salem. Un soupire s’échappa de mes lèvres. J’étais nerveuse.

« Bon, avec les travaux d’merde en c’moment, on en a pour au moins une heure de route. Et ça va me laisser le temps de te préparer un peu. »

Parce que faut quand même que tu saches que Drake a l’air de s’être foutu dans la merde jusqu’au cou … et ça c’est pas fun.

« Ce type là, qu’on doit aller voir. Il s’appelle Caleb. C’est un chef de gang. Le type de gars que t’as pas envie d’avoir sur le dos tu vois. Sauf que Caleb c’est un ex à moi. C’était y a longtemps. Et il sera pas ravi d’me voir. »

Le regard perdu sur la vitre, regardant le paysage, j’me remémorais certains trucs pas sympa.

« Bref, j’vais certainement devoir faire quelque chose pour lui en échange de ses infos. Mais si on veut savoir c’qui est arrivé à Drake j’aurais pas l’choix. Si jamais ça devient trop merdique, tu te casses. Tu m’laisses là-bas, j’m’en sortirai. »

Un sourire. Compliqué à claquer, mais quand même. J’pouvais pas laisser la gamine s’faire emmerder par Caleb. J’pouvais pas nan. J’allais devoir marchander. C’était clair. Ou alors j’allais devoir le tuer. Mais ça … ça allait être compliqué.

« Parle moi de ce dessin que tu as pris dans les affaires de Drake. Il devait te tatouer c’est ça ? »



Lilie

_________________

It's my life. It's now or never. I ain't gonna live forever.
I just want to live while I'm alive ... It's my life !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Beware of the silent water - Faith R. Blackwell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» Shark in the water
» Shopping Trip [Faith]
» Personnages tournant souvent dans le monde du Water Boy...
» Je pars... Je ne reviendrais jamais... [Pink Water, Indochine]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: . :: Downtown of Salem :: Salem Center :: Needles'Canic-
Sauter vers: