Partagez|

J'peux pas, j'ai licorne ! | Feat. Kay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Loup-garou
Meute de Wade Jackson
avatar

Date d'inscription : 06/04/2016
Messages : 116
Rp postés : 57
Avatar : Ruby Rose
Âge du perso : 26 ans
Groupe du perso : Loup-Garou
Liens infos : Fiche | Potes | Histoires
Avis de recherche : Je cherche pleins de choses :
# Hôte/sse d'accueil pour salon de tatouage

Multis : Abigaïl & Valeska
MessageSujet: J'peux pas, j'ai licorne ! | Feat. Kay Jeu 16 Mar - 14:33


▬  La Louve & La Licorne ▬



NEEDLE'S CANIC change de propriétaire. Faith R. Blackwell cherche hôte/esse d'accueil pour recevoir les clients, gérer l'agenda et faire un peu de rangement et de ménage. Salaire à négocier, poste à mi-temps possible. Connaissances dans le tatouage recommandées. Pas sérieux s'abstenir.



J'avais posté l'annonce quelque temps auparavant, une fois certaine que la reprise du salon de tatouage fonctionnerait. Parce que tatouer comme apprentie de Drake c'était une chose. Le voir s'barrer à l'autre bout du pays et m'laisser là comme une conne s'en était une autre. Reprendre le salon avait été clairement la meilleure chose que j'avais pu faire dans ma foutue vie, enfin l'une des meilleures choses, parce que ouais y en avait d'autres. Bref. Ce salon, c'était mon bébé et j'avais réussi à m'faire ma clientèle, mon nom et c'était cool. Mais moi, j'avais besoin d'quelqu'un pour m'aider à gérer mon planning et les clients quand j'étais à l'arrière arrière à taffer. Plus j'regardais cette putain d'annonce accrochée à la porte, plus j'me disais que personne n'avait le courage de bosser pour moi. Pourtant j'étais pas une emmerdeuse, j'étais même vachement cool. J'aimais rigoler, être conne, déconner. Mais j'bossais sérieusement quand même ! Seulement faire tout ça à deux, ç'aurait été bien sympa. J'passais mes journées seule ici et c'était pas c'qui y avait de plus plaisant.

Heureusement, j'avais la meute et les gars qui allaient avec. Les gamins étaient cons des fois, mais je les adorais. Pis Wade c'était Wade... MON Wade. Mon frère, mon pote, mon Alpha, mon mentor, mon tout. C'était Wade. Et puis y avait Kris. Ce con de gros Bêta qui m'cassait les couilles. Ouais en vrai, j'disais ça parce que les choses étaient devenues un peu particulières entre nous et que j'en avais pas parlé à Wade tellement ça m'emmerdait. J'avais dû me soumettre à lui. Seriously ?! MOI ! ME SOUMETTRE ! J'en revenais toujours pas. Pourtant, j'avais lutté rudement et douloureusement. J'm'étais mangé quelques coups et surtout toute sa rage de bras droit. Et on avait fini par baiser. Euhm. Ouais. C'était spécial. Étrange. Déroutant. Kiffant. Gerbant. Planant. Jouissif. Ouais. Tout ça à la fois. Du coup, j'savais plus trop où j'en étais là. Fuck. Moi, j'étais pas du genre à m'emmerder dans la vie, pour rien, pour personne. Mais c'con, en me faisant ça, bah, il m'avait perturbé. Pis ça m'faisait chier d'obéir à quelqu'un d'autre que Wade. Ouep. C'était l'bordel dans mon bocal qui m'servait d'cervelle. Le groooosss bordel. Du coup, j'me concentrais le plus possible sur mon taff pour pas y penser.

Mais les jours comme aujourd'hui, où un client m'posait un lapin, bah, je m'emmerdais. Du coup, j'pouvais que cogiter. C'est en traînant des pieds que j'fermais la boutique pour aller fumer une clope à l'extérieur du centre commercial. Y avait de l'influence même à l'heure-là. Finalement, ma clope finie, je r'tournais à l'intérieur pour m'chercher un truc à bouffer à la sandwicherie du centre commercial avec un café et un coca, histoire de faire un concours de rots avec moi-même plus tard dans la journée. En attendant, j'posais mon cul. C'était juste en face de la boutique. J'observais les gens qui allaient et venaient. Et puis je vis cette ''gamine'', aux cheveux colorés, au look particuliers. J'l'avais déjà vu tourner plusieurs fois devant la boutique et j'm'étais toujours demandé ce qu'elle voulait avec son ptit air curieux. Alors j'observais, les yeux plissés, les lèvres accrochées à mon gobelet de café suffisamment serré pour me déglinguer l'estomac.

Ses ptits mains se posèrent sur la vitre, observant l'intérieur de la boutique vide de vie. Finalement, je claquais la monnaie sur la table et traversais le hall, faisant tourner les clés de ma boutique dans une main, ma canette de coca dans l'autre. J'avançais à pas de loup... -comique je sais-.

« Y a pas grand chose à voler t'sais ! »

Je glissais la clé dans la serrure pour ouvrir la porte en grand avant de faire face à Miss Arc-En-Ciel pour la dévisager quelques instants.

« J't'ai vu déjà, plusieurs fois, à rôder devant mon salon... J'sais pas ce que tu veux, ni ce que tu cherches. Mais j'bouffe pas les gens normalement. Alors si t'as un truc à demander, la porte est ouverte, n'hésite pas. »

Un clin d’œil avant de la quitter et de regagner l'intérieur de la boutique. Mon coca trouva sa place sur mon bureau un peu bordélique, derrière le comptoir, entre les croquis et les factures. Putain me faut vraiment quelqu'un pour gérer mon bordel. Je relevais les yeux. Elle était encore là.

« Alors ? Tu rentres ? »

La porte était restée grande ouverte. Devant les grandes vitres à gauche et à droite se tenaient des fauteuils rouges et de petites tables basses sur lesquelles trônaient magazines et portfolios. Des vitrines contenaient des bijoux pour piercings de toutes sortes. Au centre de la pièce, se tenait le comptoir. Derrière ce dernier se trouvait un rideau, rouge et lourd. Derrière lui la salle de tatouage. À côté du rideau, accessible aux clientes, une porte pour les envies pressantes. L'ambiance à la fois rock, steampunk, déglingués, coloré. Un mélange de tout et n'importe quoi. Un mélange de moi. Et étrangement, j'trouvais que la gamine aurait pu facilement s'fondre dans le décor, avec toutes ses couleurs.

Maintenant reste à voir si elle va rentrer.

Lilie

_________________

It's my life. It's now or never. I ain't gonna live forever.
I just want to live while I'm alive ... It's my life !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine
avatar

Date d'inscription : 14/03/2017
Messages : 27
Rp postés : 5
Avatar : Chloé Norgaard
Âge du perso : 21
Groupe du perso : Humaine
Avis de recherche : Des amis, des bff, des ennemis peut-être ?
Multis : Jen'
MessageSujet: Re: J'peux pas, j'ai licorne ! | Feat. Kay Lun 20 Mar - 14:08

J’peux pas, j’ai licorne!

Feat Faith





”Mama!! M’oblige pas à passer le voir franchement… Il va encore dire que je ressemble à rien et qu’il serait temps que je grandisse. Il a envoyé la pension alimentaire voilà, c’est bon. J’irais le mois prochain. Je sais que tu veux entretenir le lien… Je sais que tu veux bien faire, c’pas grave t’sais?!”
”Ma Lili. Il doit être bien plus qu’une simple somme d’argent reçue tous les mois… C’est ton père ma chérie…. Je…

“Ma Lili”, sa petite licorne, sa fille. Je n’aime pas la voir comme ça, essayer vainement de recoller des morceaux qui ne vont pas du tout ensembles. Je ne peux pas lui en vouloir. Papa et moi ne sommes plus du tout du même monde depuis qu’il a quitté la maison, qu’il s’est rendu compte que je n’étais pas celle qu’il imaginait. Une déception pour lui sans doute, qu’importe, je ne me formalise plus avec des détails, je trace ma route avec Mama et celui qui partage sa vie maintenant. Je l’ai écrit dans mon journal, je crois que c’est avec l’arrivée de cet homme qu’elle voulu que papa et moi on se retrouve, je sais pas trop de quoi elle avait peur avec la venue de cet homme à la maison. Que je perde mes repères sans doute. Elle s’inquiète beaucoup trop et pour rien en prime. Je ne suis pas bête, un peu gamine encore dans ma manière de faire, mais je ne veux que son bonheur. Alors si elle est heureuse avec lui, c’est super. Je lui ai parlé de mon projet de prendre un boulot en ville, au salon de tattoo, comme pour tous mes choix, elle est enthousiaste. J’ai juste évité de lui dire que je comptais aussi me chercher un p’tit studio pour laisser de la place pour leur couple. Ce projet risque de l’angoisse alors je vais y aller par étape, d’abord le boulot pour changer de lieu de vie on en discutera après. J’suis majeure mais elle me considère toujours comme sa petite douceur, son petit bébé fragile.

Depuis ce qui m’est arrivé au campus, elle est encore plus protectrice, toujours à m’envoyer des sms, demander que je l’appelle quand j’arrive au campus, lui dire quand je compte aller retrouver des amis. Alors lui dire que je compte quitter le nid pour l’inconnu, c’est grandement préférable que j’attends un peu. Presque que je la mette devant le fait accompli en gros. Bref toujours est-il qu’il fallait que je me prépare pour sortir, j’ai décidé de sauter le pas et de rentrer dans le salon de tattoos aujourd'hui et d’arrêter de passer devant sans oser y entrer comme une grosse débile. Si ça s’trouve la leur s’est rendu compte de mon manège et j’vais bien me taper la honte quand elle dira qu’elle m’a déjà vu traîner devant chez elle. Faut dire qu’elle m’impressionne un peu aussi, elle en impose la meuf. J’suis pas vraiment super à l’aise dans mes relations avec l’autre, devenir réceptionniste c’est pour vaincre cette timidité ridicule et surtout mettre un pied dans un monde qui me plaît réellement, la création, le tatouage. Mama et son compagnon terminent de faire la vaisselle, j’en profite pour me préparer pour mon entretien d’embauche, j’y vais à l’arrache sans téléphoner ça m’angoisse moins.

****

Après les centaines de recommandations de mama je suis enfin en route, chemise sous le bras avec mon bloc de dessin et un CV, je passe mon chapeau sur mes cheveux arc-en-ciel ciel retenus en chignon par un crayon gris, toujours utile. Mes tenues sont toujours un mélange d’ample et de près du corps, comme si je ne parvenais jamais à me décider. Je me fonds dans la foule non sans essuyer quelques regards en coins, je surprends quelques messes basses, une terrible habitude qui vaut un doigt d’honneur aux deux mecs qui se foutent ouvertement de moi. Super manquerait plus qu’ils viennent au salon plus tard et là, je serais bien emmerdée. Mes épaules s’affaissent dans un soupir dégoûté; fermé. Et merde! Pourtant, j’étais persuadée que c'était ouvert à cette heure-ci. Je m’approche de la vitrine, passe mes mains de chaque côté de mon visage pour trouver un signe de vie dans le salon. Rien.

”Putain d’merde!”

Je sursaute, laisse tomber ma chemise en me reculant vivement. J’avais pas entendu qu'on arrivait. Je vire au rouge, bredouille un pardon maladroit avant de reprendre mes affaires. Elle reprend la parole et je ne cesse de rougir comme une débile, bien évidemment qu’elle m’avait vu, à moins d’être aveugle, elle ne pouvait pas me rater. Je fais oui de la tête, répondant à sons sourire avant de soupirer longuement quand elle me tourne le dos pour passer la porte du salon. *Allez on respire! On arrête de rougir comme une gamine et on parle normalement à la demoiselle! Tu vois elle vient de te dire qu’elle ne bouffe personne*. Sa voix me ramène une nouvelle fois sur terre et je passe la porte, mes yeux clairs détaillant l’endroit que je n’avais vu qu’au travers de la vitre, un peu sale d’ailleurs. L’analyse toujours les choses assez rapidement, me repère vite aussi, c’est bien rare que je me perde du coup. Ça a besoin de rangement et ça tombe bien… Je suis bordélique. Un léger sourire ourlé mes lèvres, c’est un défi à ma hauteur quand même. Muette, j’avance du comptoir pour y poser ma chemise, je repère le bordel qui a accueilli tant bien que mal sa canette.

”J'suis désolée. Je me présente Kay Miller, je voulais postuler pour l’offre que vous avez mis a la porte en fait. J’ai juste… Ben c’est con hein mais, j’ai pas osé rentrer.”

Super entrée en matière Kay, c’est sûr qu’avec autant d’assurance dans ce que t’as dit et dans les jurons que tu as balancé en la rencontrant, elle va vachement avoir envie de d’embaucher. J’me sens bien bête une fois encore. Mama m’avait bien dit de bien présenter, d’être impeccable, que c’était la vraie vie là, un boulot c’est un truc sérieux quoi. Pour retrouver un peu contenance, j’ouvre ma chemise avec mon CV maigre, juste mes études avec quelques années d’avances, de l’art qui conviendrait avec le tatouage mais c’est tout. Nerveuse comme je suis, je laisse échapper deux de mes dessins qui vont rejoindre les croquis de la gérante.* Super comme ça elle va voir mes gribouillis et les trouver nuls, j’aime pas les monter tant qu’ils ne sont pas finis.*

”Rhooo merde. J’suis vraiment désolée, je ne suis pas maladroite normalement, c’est juste que c’est la première fois que je postule pour un boulot et j’suis un peu nerveuse. C’est vraiment cool comme salon, vous êtes la seule tatoueuse à travailler ici? Je sais pas trop comment ça fonctionne mais, je suis dispo tout le temps, je suis souriante, joyeuse, ordonnée si on l’explique où vont les choses, avec de la musique je fais un menage de folie en un rien de temps. Je peux être une employée modèle j’suis sûre.”

Mon visage s’illumine d’un franc et chaleureux sourire alors que je lui tends mon tout rikiki CV, je suis sûre de ce que j’ai dit. Puis j’aime relever des défi, me chauffez pas sur un cap ou pas cap, je dis oui à tout… Enfin presque, faut pas exagérer non plus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loup-garou
Meute de Wade Jackson
avatar

Date d'inscription : 06/04/2016
Messages : 116
Rp postés : 57
Avatar : Ruby Rose
Âge du perso : 26 ans
Groupe du perso : Loup-Garou
Liens infos : Fiche | Potes | Histoires
Avis de recherche : Je cherche pleins de choses :
# Hôte/sse d'accueil pour salon de tatouage

Multis : Abigaïl & Valeska
MessageSujet: Re: J'peux pas, j'ai licorne ! | Feat. Kay Mer 22 Mar - 19:34


▬  La Louve & La Licorne ▬

Pourquoi est-ce qu'elle était troublée à c'point là cette petite ? Enfin ok j'pouvais éventuellement faire peur avec mes tatouages, ma tronche pas toujours avenante quand j'étais dans un mauvais jour. Mais en général, j'étais une nana super souriante et joyeuse, à faire la conne sans raison apparente. J'croquais la vie à pleines dents parce qu'un connard avait un jour décidé d'me croquer et d'faire de moi un loup-garou. J'avais toujours eu un côté loubarde, c'était la rue et ses rencontres qui m'avaient forgé ainsi. Mais j'étais une nana cool et pas prise de tête. Alors après y avait les vieux clichés sur les tatoueurs satanistes, métaleux, drogués, alcooliques et avec des humeurs sombres comme la mort. Ouais, sauf que moi, j'étais tout sauf ça quoi ! Bon ok, j'l'avais un brin surprise et intérieurement, ça m'avait fait rire, j'devais bien l'avouer. Un peu conne sur les bords, oui oui, j'avoue. En attendant, je la dévisageais tranquillement et elle se décida à entrer. Whouaaa, bravo, un premier pas de fait petite !

« Bienvenue à Needle's Canic, que puis-je faire pour toi ? »

Ouais, j'étais troooppp professionnelle et tout ! C'était pas pour me moquer, mais voilà, elle était la bienvenue. Tout le monde l'était du moment qu'on venait pas m'emmerder ou foutre le bordel dans mon salon. Pis, j'avais un peu de mal à l'imaginer venir foutre le boxon chez moi. Bref. Je l'observais, me demandant ce qu'elle pouvait bien faire ici, avec sa pochette. Bon en même temps on entre pas dans un salon de tatouage pour venir acheter des fleurs hein ! La fameuse chemise posée sur mon comptoir, elle se présenta. Kay Miller. Petit brin d'femme venue postuler pour le poste d'hôtesse d'accueil… Ah ouais ? Oh ! Bon j'le montrais pas comme ça, mais à l'intérieur, j'faisais des saltos en me disant que, ENFIN, quelqu'un semblait s'intéresser à s'putain de job. Mais fallait pas non plus que j'me montre trop happy, j'voulais pas être déçue.

« En temps normal, j'mords pas, donc tu risquais rien à entrer. »

Un clin d'œil, un ton léger, de quoi essayer d'calmer la miss qui semblait tellement nerveuse. J'pouvais presque entendre son cœur battre à mes oreilles là. C'était presque dingue. Ouais, truc de loup ça. Bref.

« Et t'as de l'expérience ? »

Je la laissais faire son ptit truc, cherchant maladroitement ce qui ressemblait à un CV. Mais ce fut plutôt sur un dessin qui tomba sur mon bureau que mon regard s'attarda. Enfin, des dessins, deux pour être précises. Un style particulier et frais, avec un putain de coup de crayon. Nan sérieusement, c'était bon. Vraiment. J'savais pas qui avait dessiné ça, mais c'était sympa et j'connaissais pas mal de donzelles qui auraient payé cher pour s'faire tatouer des trucs dans l'genre.

”Rhooo merde. J’suis vraiment désolée, je ne suis pas maladroite normalement, c’est juste que c’est la première fois que je postule pour un boulot et j’suis un peu nerveuse. C’est vraiment cool comme salon, vous êtes la seule tatoueuse à travailler ici ? Je sais pas trop comment ça fonctionne, mais, je suis dispo tout le temps, je suis souriante, joyeuse, ordonnée si on l’explique où vont les choses, avec de la musique, je fais un ménage de folie en un rien de temps. Je peux être une employée modèle, j’suis sûre.”

J'écoutais. Bordel, elle avait un débit impressionnant là. Elle parlait clairement beaucoup d'un coup. P't'être par nervosité. M'enfin ça m'dérangeait pas pis sa voix était pas dégueulasse à entendre. J'reposais ses croquis sur sa pochette là, attrapant le CV qu'elle me tendait. Ouais, bon, clairement, elle n'avait aucune expérience professionnelle. Mais ses études, elles, elles étaient intéressantes. Études d'art. Ces croquis, c'étaient les siens du coup ? Fort possible ! Encore plus intéressant ça !

« Ouep, y a plus que moi ici. Avant j'étais apprentie pis mon Boss s'est barré et m'a laissé le salon. J'ai une réputation pas dégueulasse, je crois. En tout cas personne ne s'est jamais plaint. »

Bah ouais, même bien avant que j'bosse ici d'ailleurs.

« Le job est pas super compliqué en fait. Faut arriver avant l'ouverture pour que le salon soit prêt quand les clients arrivent. Répondre au téléphone, trier les factures, gérer mon agenda d'rendez-vous avec moi et tenir le salon propre. Si t'es motivée, j'peux t'apprendre les règles d'hygiène strictes pour les postes de tatouages et le matériel. S'pas que j'sois crade, mais j'suis à tendance bordélique et ça se voit un peu. J'bosse pas mal, j'avoue et faire le ménage à côté ça me gonfle. Donc j'nettoie mon matériel et ma zone de travail, mais l'reste, j'suis pas forcément la fée du balai. Alors clairement si j'pouvais ne pas me casser la tête avec tout ça ben ça serait géniiiall ! »

Clairement pas d'ailleurs. Suffisait d'voir le bordel qui pouvait parfois régner dans mon appart, entre les cadavres de bières, les cartons d'pizza et les paquets de chips vides, les cendriers pleins d'clopes froides. Bref. J'avais pas l'temps. Et quand j'avais l'temps bah j'avais pas forcément l'envie. Mais le salon n'était pas dégueulasse non plus. Les sols étaient propres, les sanitaires nickels et ma zone de travail était impeccable. MAIS y avait du bordel.

« Le travail te fera pas devenir riche, c'est certain, mais il peut être fun pour une étudiante. Les horaires, on peut les adapter. J'accepte le mi-temps ou le temps-plein. Tant que le job est bien fait ça me va. J'cherche quelqu'un de cool et vu ton style, je pense que tu dois l'être. »

Mon doigt alla tapoter ses dessins encore visibles.

« C'est les tiens ? Parce que c'est vachement sympa ! »

Et pis l'téléphone du salon se mit à sonner… Un coup d'œil à l'appareil, un autre à la miss …

« Vas-y, montre ce que tu sais faire demoiselle. Au fait, moi c'est Faith. »

Plonge meuf, saute, répond, et montre moi comment tu te démerdes avec un appel.

C'était certainement un client pour un renseignement ou pour annuler un rendez-vous. Dans tous les cas, j'allais la laisser répondre, ne serait-ce que pour me passer l'appel.

Lilie

_________________

It's my life. It's now or never. I ain't gonna live forever.
I just want to live while I'm alive ... It's my life !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine
avatar

Date d'inscription : 14/03/2017
Messages : 27
Rp postés : 5
Avatar : Chloé Norgaard
Âge du perso : 21
Groupe du perso : Humaine
Avis de recherche : Des amis, des bff, des ennemis peut-être ?
Multis : Jen'
MessageSujet: Re: J'peux pas, j'ai licorne ! | Feat. Kay Mar 28 Mar - 14:51

J’peux pas, j’ai licorne!

Feat Faith




Maman m‘avait dit d’être aimable, de bien présenter, que ça ne serait pas facile comme exercice mais qu’elle était certaine que je m’en sortirais, comme d’habitude. J’ai toujours su me relever de n’importe quelle situation sans trop de casse. Là, je stresse comme une dingue, j’ai trop peur qu’elle n’accepte pas mon CV minuscule, qu’elle me rit au nez avant de me foutre dehors en se marrant. Je souris un peu plus maintenant qu’on échange quelques mots, j’aime le contact avec les autres même si je suis assez… Maladroite dans mes propos. Je l’ouvre quand il faut pas, demander à une femme depuis comblent de temps elle est enceinte alors qu’elle ne l’ai pas. Vous voyez Gaston Lagaffe? Ben pareil, par contre une fois que je m’investi, je le fais comme il faut, ne regarde pas les heures et l’investissement personnel. Je suis gaffeuse, maladroite mais aussi bosseuse et investie. Elle ne mord pas, encore heureux, j’vais pas vraiment envie de me faire bouffer au boulot, je tente déjà de ne plus penser au campus alors une attaque de crocs sur mon futur potentiel lieux de travail, non merci. La demoiselle fait tout pour me mettre à l’aise, ça se sent qu’elle à réellement besoin de quelqu’un pour l’aider. Puis ça se voit que le salon manque de bras pour le rangement et les détails qu’elle n’a pas le temps de gérer. C’est vrai quoi, son taff c’est de tatouer pas de se faire chier à virer les magazines trop vieux, trier les divers courriers qui viennent chaque jour.
Quand elle me demande si j’ai de l’expérience, mes pommettes virent au rose. Ben nan que dalle, j’ai le nez dans les bouquins et le cul vissé sur Jen chaise depuis que j’suis petite, franchement ça craint. Mama et papa ont toujours tout fait pour que je rentre dans les meilleures écoles, que j’engrange un maximum de savoir pour ne pas me retrouver coincée à Salem sans avenir, sans boulot, à zoner comme beaucoup de jeunes ici. Je parle sans vraiment m’arrêter pour respirer, le stresse c’est chiant sérieux, enfin parler beaucoup je le fais aussi en temps normal donc ça ne change pas, sauf le timbre de ma voix. Là, je meurs de soif. Elle est quand même cool avec moi malgré mon monologue de blabla inutile. Je la remercie d’un signe de tête quand elle me rend mes croquis, je remarque qu’un trait n’est pas parfait, j’aime pas ça, je me retiens de retirer le crayon dans mes cheveux pour arranger ça, si je le fais, je risque de l’enfermer dans ma bull et c’est vraiment pas top quand on est pas seule dans une pièce.

- Oh je vois..  Nan la réputation est bonne, c’est pour ça que je suis venue postuler ici. Ça m’a semblé cool quand je suis passée devant et y’a pas mal de clients que je vois passer qui ont l’air satisfaits de leurs tattoos.

Elle enchaîne sur le boulot que j’aurais, du moins si je suis prise. Rien de bien insurmontable, gérer un cahier de rendez-vous ça peut se faire si je sais à peu près le temps qu’elle met pour effectuer un tatouage ou voir avec le client pour les premiers dessins et les décisions sur l’emplacement, couleur ou non, la taille et surtout le prix. Ce genre s’entretient peut être rapide comme il peut prendre des plombes. Finalement, je retire le crayon qui attachait mes cheveux arc en ciel et prends des notes sur une page vierge de mon bloc. Genre les questions qui me viennent et mes responsabilités pour le poste. Je souris quand elle me dit que le boulot me rendra pas riche, dans un sens je m’en fout, j’aimerais juste avoir assez pour le prendre une chambre ou un studio pour laisser mama souffler un peu. J’inscris que je devrais lui demander si elle n’a pas un studio au-dessus du salon. Je continue d’annoter sur ma page qui est grisée de partout. Je sursaute en rougissant légèrement quand elle pointe du doigt mes dessins. J’ouvre la bouche pour le lui répondre mais le téléphone se met à sonner. Son regard se pose sur moi et elle me dit de me lancer dans l’arène. Là il ne faut surtout pas réfléchir au risque de ne rien faire et de rester tétanisée. Rapidement, je contourne le contour, vire un peu les papiers qui encombrent pour trouver un agenda.

- Needles'Canic bonjour, Kay à votre service. Que puis-je faire pour vous?... Oh et bien oui nous sommes ouvert actuellement et… mon doigt glisse sur l’agenda pour vérifier si oui ou non Faith est disponible pour un premier rendez-vous. Et bien Faith pourra vous recevoir dans une heure. Je vais prendre un nom et un numéro de téléphone pour qu’on puisse vous prévenir en cas d’empêchement…. Très bien c’est noté, je vous dis à tout à l’heure alors. Au revoir.

Je raccroche dans un long soupir, j’ai été super scolaire mais, je pense que ça doit le faire, la personne au bout du fil avait le sourire tout du long tout comme moi. Je reste assise sur la chaise, continuant à ranger un peu l’espace, mes yeux reviennent sur Faith.

- Ça va? Enfin j’veux dire, c’était pas trop naze comme accueil? En tout cas ce mec veut se faire tatouer tout le dos mais il hésite encore alors il a besoin de votre aide pour se décider sur le motif et surtout la taille de ce dernier. J’ai pris l’initiative de le noter dans l’agenda. Et… Oui c’est bien mes croquis, je passe beaucoup de temps à dessiner… Avant que j’oublie, je ne suis pas étudiante alors je peux travailler à mi-temps, si vous acceptez ma candidature, je serrais très dispo pour venir au salon, j’suis prête à tout apprendre ici.

Mon visage s’éclaire d’un large sourire hyper sincère, je me sens un peu moins coincée du cul depuis ce grand plongeon dans l’inconnu. Alors que je lui parle, je retire sa canette pour la remonter sur le comptoir de peur de la faire tomber sur son courier pas encore ouvert. Une pile de croquis, une autre de pub, une autre de devis et encore une autre pour ce qu’il y a à ouvrir. Efficace même si c’est pas encore terminé, je n’ai fait qu’un tiers de la table.

- Ça n’a pas l’air trop complexe comme boulot, j’apprends vite et je suis souriante.

J’accentue mon sourire, les yeux quasi clos, mes index pointant mes fossettes aux joues. Un côté kawaii adorable qui rend un nnon impossible à prononcer. Chantage à la bouille d’ange, j’assume, mama déteste que je fasse ça.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loup-garou
Meute de Wade Jackson
avatar

Date d'inscription : 06/04/2016
Messages : 116
Rp postés : 57
Avatar : Ruby Rose
Âge du perso : 26 ans
Groupe du perso : Loup-Garou
Liens infos : Fiche | Potes | Histoires
Avis de recherche : Je cherche pleins de choses :
# Hôte/sse d'accueil pour salon de tatouage

Multis : Abigaïl & Valeska
MessageSujet: Re: J'peux pas, j'ai licorne ! | Feat. Kay Sam 1 Avr - 9:48


▬  La Louve & La Licorne ▬

Répondre au téléphone c'était pas compliqué. Mais répondre bien, être polie et souriante à travers le combiné, c'était pas donné à tout l'monde. On avait déjà tous eu au bout du fil des personnes à qui on avait envie d'foutre un poing dans la gueule tellement leur manque de politesse et de bonne volonté étaient flagrantes. Moi j'voulais quelqu'un qui saurait mettre à l'aise mes clients avant qu'ils s'pointent ici au salon. Quelqu'un qui saurait prendre des rendez-vous, gérer mon planning et conseiller un minimum. Clairement, l'monde du tatouage fallait s'y connaître, mais j'étais prête à apprendre à la miss, prête à lui donner des conseils pour qu'elle puisse gérer ça au mieux. Mais bon, fallait aussi qu'elle fasse ses preuves et l'occasion venait de s'présenter. Alors j'l'observais sans rien dire, attendant de voir si elle allait saisir cette chance. Et Kay s'montra assez intelligente pour passer derrière le comptoir et s'emparer du téléphone. Je fis le tour et me plaçais devant le comptoir, observant la miss, écoutant. Son cœur battait vite, mais elle s'en sortait plutôt pas mal. Poile, souriante, elle parlait pas trop vite et surtout elle écoutait le client à l'autre bout du fil. J'entendais tout de la conversation, l'avantage d'être une louve et d'avoir une ouïe super développée. Le type voulait s'faire tatouer tout le dos et avait besoin de conseils et d'idée. Kay jeta un coup d'œil à mon agenda et fixa le rendez-vous une heure plus tard, le notant soigneusement. Pas mal tout, j'devais l'avouer.

J'souriais en coin, un peu amusée de la voir soupirer comme ça, comme si l'effort avait été surhumain pour elle. En même temps, j'imaginais bien le stress qu'elle devait avoir. Un premier job, c'est jamais facile et on a tous tendance à vouloir faire bonne impression. Donc ouais, j'pouvais comprendre. Mais franchement, je la trouvais bien à l'aise là, à ranger mon bordel tout en me parlait. Et puis j'trouvais vraiment qu'elle collait bien dans le décor avec sa pointe de folie particulière et coloré. J'kiffais ça. Et puis j'kiffais son look, ses cheveux qui tombaient en cascade multicolore comme si une licorne lui avait chié d'ssus pour lui balancer toutes ses couleurs à la gueule. Trop classe ! Ouais parce que dit comme ça, ça ressemble pas à un compliment, mais s'en est un. J'avais toujours tendance à m'approcher des personnes qui sortaient des rangs, des critères de normalité, de beauté et tout. Parce que la normalité, c'était celle qu'on voulait s'fixer. Pis, j'étais d'avis que dans s'monde, y avait rien de normal, entre les Loup, les Vamp', et compagnie.

J'observais mon bureau qui avait été rangé en quelques minutes à peine. Genre j'aurais pas pu faire ça avant ou quoi ? Fuck la paperasse, merde les factures, moi mon job, c'était de tatouer. J'avais pas espéré si tôt d'être proprio d'mon salon. Mais cette occasion en or, quand Drake s'était barré et m'avait laissé l'salon, c'était inespéré. J'aurais été conne de pas saisir ma chance. Comme Kay en c'moment si elle avait pas pas répondu à cet appel. Cette nana avait quelque chose en elle. Un truc qui pourrait m'faire du bien ici, faire du bien à mes clients et en attirer peut-être d'autres. Et puis un peu d'compagnie c'était pas de refus !

J'avais rien dit jusque-là. Mais j'me mis à rire franchement avec sa bouille à croquer là et ses ptites fossettes sur ses joues souriantes. Elle était craquante la miss. Ouais. Clairement mon genre. Mais j'étais pas là pour ça et elle non plus.

« J't'aime bien Kay. Mais y a un problème. » Whoua, tape-toi l'ascenseur émotionnel là. « Si tu me vouvoies comme ça, tu vas pas pouvoir bosser ici. »

Un sourire. Ouais, j'étais salope des fois, mais c'était drôle.

« Tu t'es bien démerdée au téléphone. T'es souriante, t'écoutes le client, t'es efficace vu comment t'as déjà rangé une partie d'mon bordel. J'aime ça. Et puis t'es une artiste alors j'crois que tu peux avoir ta place ici. Disons que j'peux te prendre à l'essai pour quinze jours et ensuite, on voit si ça t'plais toujours et si tu me conviens. Tu seras payée, forcément. »

J'attendais d'savoir si l'idée de la petite période d'essai lui convenait, avant d'continuer sur ma lancée.

« Le salon est ouvert du mardi au samedi. De 10h à 20h. Tu peux adapter tes horaires, ça m'va. Perso, j'suis pas chiante là dessus. Mais si tu dis que tu viens tous les jours à 10h, bah, tu viens, sauf si t'es malade, j'suis pas salope non plus tu vois. Plein temps ou temps-plein, tu m'dis ce que tu préfères. Le soir, j'peux fermer le salon seule c'est pas un soucis, l'matin c'est vrai que c'est pratique si y a quelqu'un pour préparer la boutique avant que les clients débarquent. »

Parce que moi des fois, j'ai la gueule dans l'pâté et que j'ai pas la tête à faire du rangement tavu.

D'un geste de la main, j'invitais la miss à m'suivre pour lui faire visiter les lieux, lui montrer la salle de tatouage, lui montrer tout le matériel spécifique à mon travail. Dans cette partie là du salon, tout était clairement bien rangé, étiqueté et emballé.

« Ah ça change du bordel dans mes papiers hein ! Ici, c'est l'hygiène avant tout. Un bon tatoueur se doit d'être nickel là dessus. Y a des machines spéciales, des produits spéciaux. Tout, ou presque, est stérilisé. Tout est nettoyé tous les jours. J't'apprendrais si tu veux, comme ça tu pourrais préparer tout ça l'matin ou entre deux clients. Clairement, j'ai besoin de quelqu'un de confiance parce que si j'vois un cheveu traîner dans mon matos, une chaise de tatouage pas clean, bah ça va pas l'faire. J'pense que t'aurais pas envie de t'faire tatouer dans un truc dégueulasse. Bah mes clients non plus, normal. »

La visite se termina au point de départ, à l'accueil, où des gamines rôdaient devant la boutique. À les entendre de loin, avec ma super ouïe, elles avaient envie d'un tatouage. Ouais, sauf qu'à vu d'nez, elles n'avaient pas 21 ans et donc j'allais pas les tatouer. Mais j'allais laisser Kay gérer. Avant que les gamines ouvrent la porte, j'lui soufflais quelques mots.

« Tatouages et piercings interdits aux mineurs non accompagnés d'un représentant légal. Pas d'exception à la règle. Si elles veulent un tatouage, c'est avec leurs darons ou elles s'font un tatouage malabar. J'te laisse gérer ça. J'reste là pour gérer au cas où. Gosses de riches, elles risquent d'être chiantes. »

La porte s'ouvrit sur les gloussements des quatre minies miss qui lâchèrent à l’unisson un ''Bonjour'' un peu trop strident à mon goût. J'attrapais ma canette de coca, installée sur l'autre fauteuil derrière le comptoir, celui où Eireann avait l'habitude de poser son joli ptit cul. Je laissais Kay gérer pendant que j'ouvrais la pile de courrier qui m'attendait gentiment.


Lilie

_________________

It's my life. It's now or never. I ain't gonna live forever.
I just want to live while I'm alive ... It's my life !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine
avatar

Date d'inscription : 14/03/2017
Messages : 27
Rp postés : 5
Avatar : Chloé Norgaard
Âge du perso : 21
Groupe du perso : Humaine
Avis de recherche : Des amis, des bff, des ennemis peut-être ?
Multis : Jen'
MessageSujet: Re: J'peux pas, j'ai licorne ! | Feat. Kay Mer 19 Avr - 8:37

J’peux pas, j’ai licorne!

Feat Faith




Je suis souriante, ma voix est douce et cela s’entend parfaitement au bout du fil. Je prends des initiatives sans vraiment demander à Faith si je peux ou non. De toute manière si je suis prise, je ne vais pas aller la déranger toutes les dix secondes pour qu’elle valide ou non mes faits et gestes. Je pris donc le rendez-vous du potentiel client pour dans une heure, prenant soin de noter toutes les informations importantes pour joindre cette personne s’il y avait le moindre soucis. Je ne rate pas son sourire quand elle me voit soupirer. J’y peux rien, j’ai eu un trac fou de prendre cet appel. Je décroche le téléphone quand j’connais les gens, que j’parle avec eux de tout et de rien, surtout de rien d’ailleurs. Là c’est professionnel, je suis la vitrine de la boutique, si le premier contact est mauvais, un client pourrait aller voir ailleurs. Je n’ai pas envie de lui faire perdre du monde parce que je bredouille ou que ma voix transpire l’angoisse de faire une grosse boulette. Je suis là pour apprendre aussi, c’est mon premier job, je veux vraiment faire super bonne impression.

Je m'étire, range tout le tas de bordel sur le comptoir. Ma chambre est un tas de feuilles, de paquets de bonbons et autres cochonneries que j’ingurgite à longueur de journée. Mama ne l’impose pas d’y mettre de l’ordre mais je le fais parfois, rechignant à jeter mes gribouillis, les entassant dans des cartons qui prennent de plus en plus de place. Bref, je ne suis pas une fée du logis mais faut bien se lancer un jour non? Je tente de mettre de l’ordre dans mes cheveux aussi en y passant simplement mes doigts. Je remarque que ma couleur terni déjà, les joies du soleil, il va falloir que je remédie à tout ça en rentrant, histoire que pour mon premier jour de boulot, je sois étincelante de couleurs criardes. Franchement, je me vois bien derrière ce comptoir, les tatouages, les tatoués, j’aime ça sérieux. Rien que d’être dans ce salon me donne envie de prendre mes crayons pour dessiner, l’inspiration flotte dans l’air ambiant, elle doit le ressentir elle aussi. Ma bouille, mon smile la fait rire franchement et je rougis un peu encore une fois. Un problème. Je deviens blême l’espace de quelques secondes qui me paraissent interminables mais, elle finit par me soulager et me faire soupirer.

”La vache… Comment j’ai flippé bordel… Nan mais pas de soucis j’te tutoie, j’préfère même pour être parfaitement franche avec toi.”

Ses mots me rassurent, je pose les yeux sur son bordel bien rangé, satisfaite de mes petites piles de papiers. Je crois que mes études d’art me sauvent la mise face à mon inexpérience. Je me mords la lèvre pour ne pas crier de joie, serrant les poings pour ne pas lui sauter dessus non plus, pas certaine que ça soit hyper professionnel de faire un gros calin à sa nouvelle patronne pour la remercier de l’accepter pour le poste. Je me contente alors d’un petit signe de tête en guise d’approbation, quinze jours, c’est au top.

” Ben j’fais rien d’autre. Donc j’peux venir avant 10h pour faire l’ouverture et rester après la fermeture pour faire du ménage et tout ranger pour que ça soit nickel le lendemain non? T’en fais pas, je serais réglo, j’allais encore cours donc je sais c’que c’est que de respecter des horaires.”

Je quitte mon poste pour la suivre dans sa visite des locaux, comme je m’en doutais, son coin tatouage est impeccable, elle me fait un topo sur ce que je dois savoir, sur l’hygiène de ses instruments. Sa reputation est bonne, voie excelente et c’est pas avec du matériel à la propreté douteuse qu’on parvient à ce résultat. Elle se propose de m’expliquer comment ça se passe pour rendre l’endroit clean après un client ou le matin. Je hoche la tête, toujours prête à apprendre de nouvelle choses, surtout i ça touche au tatouage. Je prends en note de bien attacher mes cheveux si je viens dans cette partie du salon, il serait super facile de savoir que ça vient de moi. On revient à l’accueil, ses yeux se posent sur le petit groupe de gonzesses en manque de sensation pour la journée. Nouvelle épreuve, elle me glisse l’âge minimum pour le piercing et les tattoos, oui ça pue la gamine avec une petite liasse de tune donnée par papa chéri. Je vais me mettre derrière le comptoir et attend qu’elles viennent.

” Bonjour mesdemoiselles, je peux vous renseigner?”

Vous savez dans ce genre de groupe, il y a la dominante, celle qui a le plus de fric, le plus de rébellion en elle et les autres qui suivent tout en regrettant le soir une fois seules dans leur chambre luxueuse. Donc la petit effrontée alpha s’approche du comptoir et pose une liasse de billets sur le bois en m’expliquant qu’elle veut un tatouage de diamant sur la cheville. Kitsh à souhait, un témoignage de l’argent qui coule à flot chez elle.

”Hum je vois. Et vous avez quel âge mademoiselle? Je veux dire l’âge sur la carte d’identité que vous allez me présenter bien-sûr, pas l’âge que vous glissez au videur avec ce genre de.. Petit coup de pouce.”

Ma voix est douce, mon index pointe les billets sous sa main avec un petit sourire entendu. Je ne suis pas beaucoup plus vieille que lui et j’ai déjà fait ce genre de petit arrangement pour entrer en boite ou dans un bar pour y faire la fête. La dominante fait la loue, lance à regard à ses copines qui gloussent en faisant des messes basses. Elle revient vers moi, ses doigts se crispent et elle range son argent de manière sèche

”Faith acceptera de vous tatouer une fois que vous aurez 21 ans ou que l’un de vos parent acceptera de vous accopagner et de remplir… Ce formulaire avec une carte d’identité valide. Ça marche?”

La frustration se lit sur son visage, le mien lui renvoit que de la douceur et un sourire radieux qui semble l’agacer. Elle se retourne vers ses copine, Mance que cet endroit n’est pas terrible en fin de compte et qu’elles feraient lieux d’aller dans un autre salon qui se laissera amadouer lui.

” Attendre quelques années sera préférable à une hépatite les filles non?

Question purement rhétorique alors que je reprends une occupation, passer un coup de chiffon sur la partie basse du comptoir que j’ai rangé. J’espère qu’elles ne resteront pas et que Faith ne prendra pas trop personnellement leurs remarques désobligeantes sur son salon.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loup-garou
Meute de Wade Jackson
avatar

Date d'inscription : 06/04/2016
Messages : 116
Rp postés : 57
Avatar : Ruby Rose
Âge du perso : 26 ans
Groupe du perso : Loup-Garou
Liens infos : Fiche | Potes | Histoires
Avis de recherche : Je cherche pleins de choses :
# Hôte/sse d'accueil pour salon de tatouage

Multis : Abigaïl & Valeska
MessageSujet: Re: J'peux pas, j'ai licorne ! | Feat. Kay Sam 22 Avr - 9:41


▬  La Louve & La Licorne ▬

Pour sur, Kay était une nana vraiment motivée et ça faisait plaisir. Elle avait un truc de pétillant que j'kiffais tout particulièrement, un truc qui allait donner d'la vie au salon. Et puis fuck, j'avais vraiment besoin d'aide ici. J'pouvais pas être au four et au moulin. Drake m'avait eu moi à un moment donné et ça l'avait bien soulagé. Moi aussi, j'avais besoin d'quelqu'un. Et quelqu'un qui pourrait gérer ma boutique et les clients à mes côtés. Quelqu'un en qui j'pouvais avoir confiance. Alors la venue de ce ptit groupe de gosses de riche tombait vraiment bien. Parce que j'savais clairement qu'elles allaient être chiantes. Dans la tête de ces gamines, tout leur était dû. Absolument tout. Sauf que si certains courbaient l'échine devant des liasses de billets verts, moi je les envoyais chier en beauté et pas toujours avec beaucoup de classe. J'avais jamais aimé ça moi, les gosses de riche ! Et j'étais bien curieuse de voir comment Kay allait gérer le truc. Moi pendant c'temps j'écoutais, le nez plongé dans mon courrier. Kay salua les miss prout-prout avec le sourire dans la voix. Un coup d'œil en l'air et j'observais la ptite meute de pétasses. Il y avait la chef, comme chez les loups, la Bêta, juste derrière elle, puis les deux autres, qui n'avaient pas leur mot à dire. J'eus envie d'gerber quand elle annonça le modèle de tatouage qu'elle voulait. Typique gosse de riche bling-bling. Mon regard vrilla une fraction de seconde sur la liasse de billets, bien trop épaisse pour ce genre de tatouage, signe qu'elle savait déjà qu'elle n'avait rien à foutre là et qu'elle allait jouer de son statut de friquée pour obtenir ce qu'elle voulait.

Mais c'était sans compter sur Kay qui, clairement, la remballa avec une politesse mélangée à de l'effronterie. Je kiffais ça. Vraiment. J'avais même envie d'rire. Alors j'me calais au dossier de mon fauteuil, jambes et bras croisés, pour observer la petite scène. Lorsque Kay parla de moi, ma main s'éleva pour faire mouvoir mes doigts dans un ptit signe de ''coucou les pétasses, c'est moi la Boss ici''. Mais forcément les gamines n'étaient pas contentes et. Et franchement… FRANCHEMENT, le coup de l'hépatite, j'allais l'sortir. Kay m'avait devancé et ça m'faisait marrer. Et elle continua sa ptite vie, l'air de rien, à faire un brin de ménage alors que y en avait plus forcément besoin.

- On s'casse, il craint ce salon, c'est pour les nazes ici. Même un porc ne viendrait pas s'faire tatouer là.

Je plissais les yeux. C'est qu'elle commençait à m'casser les couilles la gamine.

« Ah ben forcément… Le jour où tu verras un porc se promener alone en ville pour aller s'faire tatouer, j'te conseille de t'faire interner directe et d'arrêter l'Oméga tu vois. Parce que clairement toi et tes ptites copines, vous devez toucher à de la merde. Mais j'vais te dire un truc ... »

Je me relevais et m'avançais vers le ptit groupe. Ma Louve avait envie de s'amuser et j'sentais bien que je commençais à dégager un truc vachement dérangeant et un peu imposant.

« Quand tes ptites copines là, qui te suivent bêtement parce qu'elles ont peur de toi, auront choppé le sida ou l'hépatite à cause de toi, faudra pas venir chialer et jeter la faute sur les autres. Tu veux te faire tatouer ? Fais. Mais mêle personne à ta merde. T'as raison, vas voir un tatoueur qui acceptera de courber l'échine devant ta liasse de billets. Mais quand ton tatouage commencera à s'infecter et à pourrir, quand ta peau commencera à se creuser de manière si dégueulasse que tu préféreras te couper la jambe, j'espère que tu penseras à moi et à cette journée où ta pas su être assez intelligente pour attendre encore deux ans ou revenir avec tes parents. »

Je lançais un regard aux deux suiveuses.

« Les filles, vous gagnerez rien dans la vie à suivre une pétasse comme elle. A part de la merde, vous faire violer par une bande de mecs drogués ou bourrés, finir sur des sex-tape dégueulasses… Vous aurez que dalle. Choisissez bien vos amies. En attendant, j'vais vous demander d'quitter mon salon et de revenir avec vos parents ou quand vous aurez atteint l'âge légal pour ça. »

Les gros yeux des gamines m'auraient bien fait exploser de rire, mais j'restais sérieuse et glaciale jusqu'à ce qu'elles sortent leurs culs de mon salon. Et lorsqu'elles sortaient enfin de mon champ de vision, j'me retournais vers Kay en roulant des yeux.

« C'est bien, t'as su gérer les pétasses. Moi, j'me permets d'être un peu plus hard, mais toi c'est parfait, c'est comme ça que tu dois être. Après j'te cache pas que si t'as un gros connard qui t'emmerde, tu peux lui rentrer dedans. Et puis si jamais ... »


J'me refoutais assise sur mon siège, glissais mon bras sous l'bureau et en décrochais une batte de base-ball que je lui montrais.

« Donc si jamais y a ça. Drake, mon ancien Boss avait ça au cas où… Je l'ai laissé là. Perso, j'ai jamais eu besoin d'm'en servir. Mais dans le doute n’hésite pas. Et puis y a toujours des vigiles dans la galerie, donc t'auras jamais vraiment des emmerdes.»

Bon. Le prochain rendez-vous allait finir par arriver et j'avais encore deux ou trois détails à voir avec la miss, concernant mon agenda. Parce qu'elle allait forcément finir par s'poser des questions en voyant certaines dates barrées. J'attrapais donc l'agenda et l'ouvris à la date de la prochaine pleine lune.

« Tu verras qu'y a des journées complètement barrées dans l'agenda. Ces jours-là, la boutique est fermée et les veilles, on termine plus tôt. Cherche pas à comprendre pourquoi, truc de famille à la con. J'ai juste pas l'choix. »

Et j'ai surtout pas l'choix de te mentir. J'peux clairement pas te dire qui j'suis tu vois. Pas encore. Pas maintenant. On s'connait pas assez et c'truc c'est quand même un archi lourd secret.

« Et comme on est à Salem, tu d'doutes que ça doit être un truc un peu chelou. Mais vraiment, c'est mieux pour toi que tu saches pas et que tu poses pas de questions.»

J'insistais du regard. J'me doutais qu'elle devait être hyper curieuse et que ça n'allait pas être facile pour elle. Après si ça s'trouve, elle connaissait des loups-garous et là, ça m'posait pas de problèmes. Mais dans l'doute j'allais pas le lui dire comme ça, d'entrée d'jeu.

« Bon alors… On a un peu d'temps devant nous avant l'rendez-vous… T'as des questions ? Sur le job, le salon, sur moi… J'suis pas du genre timide alors te gênes pas. Et si y a des trucs que j'dois savoir sur toi, genre maladies, emmerdes toussa, j'préfère que tu te la joue directe aussi.»

Ouais, j'voudrais pas qu'un ex psychopathe débarque ici et que j'sois obligée d'lui caser la gueule, tu vois.

Lilie

_________________

It's my life. It's now or never. I ain't gonna live forever.
I just want to live while I'm alive ... It's my life !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine
avatar

Date d'inscription : 14/03/2017
Messages : 27
Rp postés : 5
Avatar : Chloé Norgaard
Âge du perso : 21
Groupe du perso : Humaine
Avis de recherche : Des amis, des bff, des ennemis peut-être ?
Multis : Jen'
MessageSujet: Re: J'peux pas, j'ai licorne ! | Feat. Kay Lun 1 Mai - 21:12

J’peux pas, j’ai licorne!

Feat Faith





J’avais pris le taureau par les cornes et j’avais été hyper polie, hyper souriante, fossettes et tout quoi. Je ne les avais pas envoyé chier comme je l’aurais fait pour des petites casses couilles venues me prendre la tête alors que j’aurais été en train de dessiner dans mon coin. Non j’ai fait comme mama m’a dit, “professionelle”! Si je les avais envoyé chier, pas certaine que Faith aurait apprécié le voyage via Kay pas contente, d’ailleurs personne n’aime. Je suis trop choupette pour que la noirceur de mauvais sentiments se glisse sur mon visage encore marqué par l’enfance. J’ai tenu tête à ces petites bourges en manque de sensations fortes et de se montrer la plus rebelle du groupe en passant par dessus l’autorisation parentale et la majorité. Pas d’bol ma belle, Miss Kay veille au grain avec l’appuie de Mademoiselle Faith. Et ce que je craignais arrive, elle prend la parole, visiblement plus qu’agacée par la petite pleine aux as. Je me tiens en retrait, comme par peur de me prendre quelques éclaboussures au passage du tsunami brun. Un frisson parcourt mon échine, elle en impose sérieux. Elle n’a pas un physique de boxeuse mais je sens qu’elle pourrait leur exploser à la gueule au moindre pet de travers. Je n’aime pas les choses qui dégénèrent et là c’est clairement en train de partir en sucette, je recule encore d’un pas, comme pour me dégager de cette aura glaciale qui émane d’elle. Spectatrice, j’esquisse un léger sourire, elle dit les même chose que moi mais avec bien plus de force et de détails à vous marquer le cerveau à coups de burin.

Contrairement à moi, elle martèle le crâne des suiveuses, des petits toutous bien obéissants qui profitent de la popularité de la dominante du groupe. Je déteste ce genre de petites groupies bien obéissantes qui ferment leur bouche par peur de se retrouver seule et surtout moquée par l’alpha qui s’amusera comme toujours à l’humilier pour qu’elle se sente plus seule que jamais. Elle est crue, implacable, elles ne risquent pas d’oublier cette journée avant des années, pareil pour moi d’ailleurs. Je ne suis pas concernée par ce savon passé mais je frissonne à chacun des mots prononcés comme s’ils m’étaient destinés. Je soupire de soulagement quand elles tournent enfin les talons avant de sursauter quand elle s’adresse à moi, sa voix porte encore les stigmates de son agacement bien qu’elle soit un peu plus douce. J’esquisse un nouveau sourire, ravie d’avoir passé cette nouvelle épreuve haut la main, je pose mes fesses sur le comptoir bien rangé par mes soins, mes pieds se balançant dans le vide. Encore une attitude de gamine, on ne se refait pas hein? J’peux rentrer dans le lard d’un gros connard… Ok, même si je n’ai pas les muscles pour me battre réellement contre qui que ce soit. Sauf qu’elle me sort une batte de sous le comptoir, okkkééé, voilà qui est prometteur. Même si je ne sais pas si j’oserais la sortir de sa planque. Si on sort une arme, il faut pouvoir oser s’en servir, sinon l’autre voit bien le manque de détermination dans le regard.

- Ca marche… Même si j’espère ne jamais en avoir besoin. J’suis pas hyper à l’aise avec la violence, les éclats de voix et tout ça… S’pour ça que j’essaye toujours d’être diplomate avec les gens même si ce sont de parfait trou du cul. J’pense que les petites bourges ne vont pas chercher à se faire tatouer avant un moment là. On a fait un super duo non?

Faith me parle de son agenda, de dates barrées où le salon sera fermé. Mes yeux ronds de surprise se pose sur elle surtout qu’elle ne me donne pas de réelle raison de ces fermetures mensuelles. J’ai envie de lui demander pourquoi tant de mystère pour de simples fermetures mais elle me dit de ne pas chercher à comprendre. Que vu qu’on est à Salem je dois me douter que c’est un truc chelou. Je penche la tête de côté, envahie par des foules de questions à son sujet pour le coup. Ben ouai, plus on fait des cachoteries, plus j’ai envie de savoir pourquoi. J'acquiesce mais mon esprit se jure de trouver pourquoi ces absences et pourquoi elle ne veut rien me dire. Je regarde l’heure sur mon portable, une petite demi-heure avant que le gars ne vienne pour ses conseils sur son futur tattoo.

- Hum ben sur le salon t’a été plutôt claire en fait, faudra voir au quotidien si j’ai des soucis. Sur toi… Ben le seul truc qui me fait tiquer, tu veux pas que j’demande donc bon… Maladie? Hum… Un psy a dit que je souffrais du syndrome de Peter Pan, s’pas chiant en soi, sauf si avoir une gamine un peu immature parfois dans ton salon te dérange. J’suis surdouée aussi et artiste comme tu l’as vu par toi-même. Sinon ben j’suis en bonne santé, j’me nourris bien.

J’éclate de rire, glissant du comptoir, sors une sucette de ma poche et en tends une à Faith. Nan franchement j’ai pas de questions sur le salon, tout a été bien expliqué dans la visite, j’ai hâte de commencer et de pouvoir annoncer à maman que je suis prise à l’essaie. Je récupère ma chemise avec mes papiers pour la mettre sur ce qui est devenu mon poste de travail.

- Ah si tiens, j’ai un casier ou quelque chose pour y mettre mes affaires? Et t’as un frigo parce que je risque de ramener mon déjeuner, j’préfère garder mon oseille pour les tattoos et pour un futur loyer. T’as pas un bon plan pour un studio ou une chambre, j’aimerais couper le cordon.

A nouveau ce petit sourire à qui on ne peut rien refuser, mama n’y résiste pas non plus d’ailleurs. C’est comme ça que j’ai eu mon premier tattoo, elle n’était pas contre mais elle aurait préféré que je sois majeure pour me le faire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loup-garou
Meute de Wade Jackson
avatar

Date d'inscription : 06/04/2016
Messages : 116
Rp postés : 57
Avatar : Ruby Rose
Âge du perso : 26 ans
Groupe du perso : Loup-Garou
Liens infos : Fiche | Potes | Histoires
Avis de recherche : Je cherche pleins de choses :
# Hôte/sse d'accueil pour salon de tatouage

Multis : Abigaïl & Valeska
MessageSujet: Re: J'peux pas, j'ai licorne ! | Feat. Kay Dim 7 Mai - 10:16


▬  La Louve & La Licorne ▬

J'avais besoin de quelqu'un de confiance ici. Clairement, j'savais pas si la gamine était quelqu'un en qui je pouvais avoir confiance, mais elle me semblait tellement barrée et perchée que j'avais vraiment envie d'lui laisser sa chance. Pis fallait bien laisser la chance aux débutants nan ? Moi aussi, j'avais galéré par le passé, à pas trouver quelqu'un pour m'faire bosser. Bon j'avoue, si j'avais pu m'chopper quelqu'un de comme moi … de pas humain quoi, ça aurait pu être encore mieux. Mais on ne peut pas tout avoir dans la vie ! Alors j'allais me contenter d'une humaine qui devait certainement rien connaître à ma race. Pour les autres elle savait, forcément. Fallait habiter dans une grotte au fin-fond de l'Alaska pour pas connaître c'qui se passait sur Terre. Mais ma race à moi, elle était secrète, discrète, blablabla. Nan j'pouvais clairement pas m'faire pousser des poils sur la gueule tranquillement et en public. C'était mal vu. Du coup oui, j'fermais la boutique les jours de pleine lune et les lendemains. Pour éviter toute merde potentiel qui me ferait foutre la clé sous la porte. Chose que je n'avais clairement pas envie de faire. Bref, elle et moi fallait que ça colle bien et pour le moment, c'était sur la bonne voie. Restait plus qu'à savoir si elle avait des questions.

J'l'écoutais. Évidemment, je l'intriguais. Peut-être qu'un jour, elle découvrirait mon secret. Mais c'était trop tôt. Elle, elle semblait pas en avoir. Elle disait ''souffrir'' du syndrome de Peter Pan, ce qui en soit n'était ni un problème, ni surprenant et encore moins dangereux. J'riais un peu. J'étais immature moi aussi des fois. Suffisait d'me voir faire la con avec les gars d'la meute. La petite surdouée, elle, elle était immature, mais savait être sérieuse. Une ptite intello, artiste, qui demandait qu'à vivre sa ptite vie et à gagner un peu de fric. Moi ça m'allait bien. Elle était pétillante, pleine de vie et c'était ce qui me fallait ici. Une gourmande et pétillante miss qui cachait des douceurs dans ses poches. J'attrapais la sucette en la remerciant, fourrant la sucrerie dans ma bouche. Ouais j'kiffais ça moi aussi.

-Ah si tiens, j’ai un casier ou quelque chose pour y mettre mes affaires ? Et t’as un frigo parce que je risque de ramener mon déjeuner, j’préfère garder mon oseille pour les tattoos et pour un futur loyer. T’as pas un bon plan pour un studio ou une chambre, j’aimerais couper le cordon.

J'lui fis signe de me suivre dans la salle où je bosse. Dans un meuble bas, j'ouvris une porte avec deux ''casiers'' dedans.

« Tu peux y déposer tes affaires. Je te filerai un double de la clé du meuble. Le porte-manteau est dans le coin. Ici, tu peux rentrer même quand je bosse, c'est pas un souci.»

Je me redressais et lui indiquait le petit frigo.

« Y a de l'alcool dedans, mais y a aussi de la bouffe. Tu fais comme chez toi. On peut chacune prendre un étage et puis voilà. Perso, je partage volontiers ce que j'ai donc te gêne pas si y a un paquet de chips qui traîne ou une bouteille de coca. J'suis pas une emmerdeuse et je sais ce que c'est que d'pas avoir beaucoup de fric. »

Je l'invitais à retourner à l'accueil où mon rendez-vous n'allait pas tarder à arriver.

« Pour ce qui est de l'appart' … y en a de libres dans mon immeuble, sont pas hypers chers. Après j'peux toujours me renseigner. Si jamais c'est urgent, j'peux toujours te filer ma chambre, j'prendrais le canapé ou j'irai dormir chez des potes, c'est pas un problème. Tu réfléchis, tu vois, tu m'dis, moi j'suis cool. »

La porte d'entrée s'ouvrit sur un type vachement carré et plutôt beau gosse. Je le saluais poliment et laissais Kay se charger de l'accueil. Croquant sur ma sucette, j'observais la petite scène. Kay s'en sortait bien. C'était d'ailleurs le client qui avait appelé plus tôt. Du genre sympa, le grand gaillard. Lorsque la miss me présenta, je fis un petit signe de la main au prénommé Alex.

« Aloors, dis-moi tout jeune homme. Un dos complet ? »

Et la conversation se fit, entre rire et regard plissé. Je donnais mon avis, regardais les modèles et écoutais les idées de ce Monsieur. Un truc celtique, une croix sur tout le dos. Le genre de truc un peu chiant et long avec lequel je ne prenais pas forcément mon pied. Mais, à force de persuasion, je pus lui donner envie d'agrémenter son motif de base. Après une demie-heure de conversation et quelques coups de fils gérés par la miss, je pris rendez-vous avec Alex.

« Ok, par contre va falloir payer un acompte. Précaution toussa. J'prends 200 $ pour le moment. La suite, tu pourras payer à chaque séance. Au total, ça te coûtera 1 000 $. On compte 8 à 10h de taff. »

Ehh ouais, ça coûte cher un dos complet !.

Rendez-vous fixé. Acompte donné. Client satisfait et impatient. Que demander de plus ? Lorsqu'il partit, je rangeais les modèles dans une pochette en papier.

« Une pochette par client. Dedans tu fous les modèles, les photocopies de carte d'identité et, quand on l'aura, la décharge. Oui, toujours faire signer une décharge. Je te montrerai ça. Bref. Sur le devant de la pochette, tu inscris le prénom de la personne, chaque date de rendez-vous et les acomptes éventuels. Et hop dans le casier. »

Je glissais donc la pochette dans le casier en plastique qui comprenait déjà des dossiers en attente, ceux des clients qui devaient venir.

« J'ai un client qui va arriver. J'vais préparer mon matériel. Je peux te laisser gérer ? Si y a quoi que ce soit tu m'appelle y a pas de soucis ok ?. »

Parce que bon, j'pouvais pas passer ma journée avec elle, je devais taffer et j'avais une grosse séance de piquage qui m'attendais.

Lilie

_________________

It's my life. It's now or never. I ain't gonna live forever.
I just want to live while I'm alive ... It's my life !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine
avatar

Date d'inscription : 14/03/2017
Messages : 27
Rp postés : 5
Avatar : Chloé Norgaard
Âge du perso : 21
Groupe du perso : Humaine
Avis de recherche : Des amis, des bff, des ennemis peut-être ?
Multis : Jen'
MessageSujet: Re: J'peux pas, j'ai licorne ! | Feat. Kay Mer 31 Mai - 17:12

J’peux pas, j’ai licorne!

Feat Faith





C’est chiant les secrets, franchement. J’aime pas en avoir et j’aime pas qu’on me titille avec un truc que je dois pas savoir mais dont on m’en a déjà trop dit pour que je sois pas plus curieuse… Bref me voilà donc embauchée, un plein temps parce que je fais rien d’autre à côté qui pourrait m’empêcher de venir bosser, des jours de fermeture quelque peu bizarres mais ça, visiblement je vais devoir m’asseoir dessus pour en savoir plus. Ma boss en impose de part ses tatouage et surtout grâce à sa grande gueule, elle a aussi cette aura bien sombre qui se glisse sur ses traits quand elle est déterminée à faire entrer quelque chose dans le crâne de quelqu’un d’autre, les petites bourges s’en souviendront de leur passage dans le salon. Je sais que je vais me tenir à carreaux aussi, pas vraiment envie qu’elle vienne me souffler dans les bronches si je fais un pas de travers. Normalement, je dis bien normalement, je devrais m’en sortir sans trop de soucis. Ok je suis gaffeuse par moment mais si je suis concentrée, pas une faute ne devrait filtrer.

Pas évident d’être surdouée par moment, pas dans cet environnement, du moins je l'espérais, du dessin, de artistique, du tatouage, de la folie. Si Faith l’autorise, j’y rajouterai un peu de couleur pour attirer une clientèle plus girly. J’ai repéré un peu les gens qui entraient ici et ceux qui trainaient dans le coin et je sais qu’avec un peu luys de couleurs sur la de venture et une distribution de flyer avant l’ouverture ou après la fermeture, y’a moyens de doubler les clients tout en variant les plaisir. Cette idée, je la garde pour le moment, pas trop de zèle le premier jour, faut pas tout donner tout de suite, toujours en garder sous le coude pour montrer que je ne suis pas qu’une licorne déjantée. Un fin sourire se dessine sur mes lèvres quand elle s’enfile une sucette. Un bocal de bonbons à l’accueil voilà qui serait bien aussi. Nouvelle idée que je garde pour moi pour le moment. Je lui emboîte le pas, prends au passage une feuille et un crayon pour y noter ce qui me passait par la tête. Pas que je n'ai pas de mémoire, je suis juste pas très ordonnée parfois et les idées se perdent dans les limbes de mon esprit.

- Cool, merci. Ben pour le frigo, j’men fiche aussi on peut partager au pire si c’est vraiment un truc que je veux pour moi, je mettrais un sticker licorne et tu sauras qu’il faut pas y toucher. Et si t’as de la bière, fais gaffe, adore ça après avoir bosser histoire de décompresser.

Je laisse un rire franc quitter mes lèvres, j’suis pas une alcoolique hein, attention. Mais j’aime bien une bonne mousse bien fraiche après l’effort sans aller dans l’excès à en oublier ma soirée. La clope et la bière, voilà mes seuls vices, j’pense pas que ça va me coûter ma place. Je la suis à nouveau pour retourner à l’accueil. Elle me parle des logements qu’elle connaît et allez savoir pourquoi, je suis plus emballée par l’idée de faire une coloc, prête à quitter le nid mais pas encore à vivre totalement seule. Je vais prendre la journée pour y réfléchir tranquillement, j’aurai du temps pour moi quand elle s’occupera de ses clients.

- Bonjour, c’est vous que j’ai eu au téléphone n’est ce pas? Je suis donc Kay et la demoiselle c’est Faith, c’est entre ses doigts que tu passera pour avoir ton super tatouage. Je vais vous laisser discuter, moi j’suis juste là pour l’accueil et la paperasse, l’artiste c’est elle.

Voix enjouée mais surtout pas sur-jouée, un sourire franc, je ne sais pas trop ce que je dois faire de plus pour l’accueil d’un potentiel client mais j’ai déjà fait ma part, Faith prend possession du client pour discuter avec lui et mettre au clair les idées de ce dernier qui doute encore un peu du motif et de la taille. Je profite de ce moment pour mettre un coup de balais, noter que des plantes ne seraient pas de trop pour égayer un peu l’entrée, ajouter de nouveaux dessins sur les murs et en retirer ceux qui ont perdus de leur éclat à cause de la luminosité de la pièce. J’alternais mon rangement avec les appels, de la prospection pour la plupart, un gars qui voulait connaître nos horaires d’ouverture et un autre qui voulait rencontrer Faith pour une revue locale. Il me semble avoir fait le maximum pour transmettre les infos à ma patronne. Le client arrive à la douloureuse mais semble satisfait du prix et des détails du motifs qu’ils ont sélectionnés ensembles. Il s’en va avec un large sourire aux lèvres et il nous adresse un clin d’oeil amical avant de quitter le salon en sifflotant.

- D’accord, un client égal une pochette et dans cette dernière tout ce qui concerne son tatouage avec le nom écrit dessus qu’on sache à qui appartient la pochette. Je crois que ça devrait aller. J’ajoute donc les dates de rendez-vous dans ton agenda. Et quand c’est comme ça, tu me donne le temps approximatif de tatouage que je ne prenne pas de client ? Ils reviennent avec la décharge signée et la photocopie de la carte d’identité le jour de la première séance c’est ça?  Ou on fait la photocopie nous même ?

Faith a un autre client, j'acquiesce, notant les nouvelles informations qu’elle vient de me transmettre. Je pense que je pourrais gérer le temps qu’elle s’occupe du gars qui venait tout juste d’entrer. J’avais de quoi m’occuper et puis la journée allait toucher à sa fin de toute manière. Pour tuer le temps, je terminaison de mettre de l’ordre à l’accueil, un coup de chiffon, une bonne pile de vieilles pubs dans la poubelle et je trouvais le coin plutôt pas mal à présent. Le client partit à son tour, ravi de cette longue séance. De la musique, voilà ce qu’il manquait cruellement au salon. Je profitais qu’on soit seule pour en mettre sur mon téléphone pendant que je m’occupais de la fermeture, Faith nettoyait son matériel, moi je passais un coup de serpillère dans l’entrée avant de fermer la porte pour la journée. Nouvelle initiative, aller nous prendre deux bières dans le frigo et l'inviter à trinquer avec moi pour célébrer cette première journée.

- Merci encore pour le boulot, franchement l’ambiance me plait bien. Si je peux faire des suggestions… Il faudrait de la musique, ça aide pour les personnes qui attendent tout comme pour les clients qui se font tatouer. Un bocal de bonbons à l’accueil et des flyer aussi serait pas mal, changer les dessins au mur pour les remplacer par des plus récents. Et j’acheterais bien des plantes pour égayer la salle principale. T’en fais pas je m’en occuperais, je sais en prendre soin.

Bon là je parle un peu trop, je masque mon embarras dans une bonne gorgée de bière glacée

- Pardon… J’parle beaucoup des des fois… J’ai réfléchis à ton idée de crécher chez toi… Si ça te dérange vraiment pas l’option coloc, j’aimerai bien. J’veux laisser ma mère vivre sa vie avec son  nouveau compagnon chez elle mais… J’t’avouerais que j’suis pas encore prête à vivre seule.

Après l’embarras, une once de honte et mes joues qui virent au rose. Ben ouai c’est un peu la honte de ne pas se sentir capable de vivre seule à mon âge...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

J'peux pas, j'ai licorne ! | Feat. Kay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une invitation que,malheureusement je ne peux refuser(PV HC)
» Sacha Louise Ryan une nouvelle riche Feat Sasha Pivovarova
» Hymne pour la Licorne ou gros delire fievreux de ma part...
» Ombre de la Licorne vue par la Chine
» La licorne et la jeune fille…

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: . :: Downtown of Salem :: Salem Center :: Needles'Canic-
Sauter vers: