Partagez|

Living a life I've never wanted - ft Kristofer Hart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Recrue de l'Elit Daemonia
avatar

Date d'inscription : 31/03/2016
Messages : 1302
Rp postés : 148
Points-Bonus : 208
Avatar : Jennifer Lawrence par Jake Rhodes
Âge du perso : 21 ans
Groupe du perso : Humaine
Liens infos : Recrue de Jasper Rhodes
MessageSujet: Living a life I've never wanted - ft Kristofer Hart Mer 22 Fév - 2:52

Depuis combien de temps? Combien de temps n’avais-je pas eu un sommeil récupérateur? Impossible de le dire. J’avais tellement de merde qui s’engluait dans l’creux de ma cervelle. Juste trop de merde. Les cernes se creusaient sous mon regard bleuté. Mes paupières papillonnèrent et je finis par sombrer dans un sommeil sans rêves… Du moins, l’était-il jusqu’à ce que je me réveille en sursaut et en sueurs. Ma voix se répercuta en écho contre les murs de ma chambre. Seule… J’étais seule dans cette pièce et pourtant, j’avais cette impression constante qu’on m’épiait, qu’on me surveillait. Ou n’était-ce là le fruit d’une paranoïa constante depuis qu’on avait juré d’avoir ma peau? J’en savais rien. Tout ce que je savais, c’était que ma nouvelle vie ne m’offrait pas le repos tant désiré. Et encore, j’n’étais pas chasseur… J’voulais même pas imaginer ce que ma vie deviendrait lorsque je le serais… du moins, si j’étais encore en vie. Soupirant bruyamment, j’allumai la lumière de ma chambre pour chasser cette impression angoissante que l’obscurité créait. Je laissai ma main glisser sur mon visage et poursuivre sa course jusque sur ma nuque. Essoufflée comme si j’avais couru un marathon, les battements désordonnés de mon cœur s’apaisèrent. Frottant mes yeux, je me levai lentement de mon lit et je parcourrai la distance qui me séparait de la cuisine d’un pas traînant. J’aspergeai mon visage d’eau froide avant de m’en servir un grand verre que j’avalai à petites gorgées. Appuyée sur le comptoir, j’écoutai un moment le silence effrayant de mon appartement. Vide… rien… seule. D’un mouvement rapide, je lançai le verre qui se fracassa dans le fond de l’évier. Mon corps glissa jusqu’au sol et mes mains saisirent ma tête : combien de temps allais-je tenir avant que la folie l’emporte?

Lorsque je m’éveillai de nouveau, un soleil radieux envahissait chaque pièce de mon appartement. J’avais la gueule d’une déterrée et cela n’allait pas en s’améliorant. Chaque jour qui passait m’entraînait davantage vers ma mort. Nerveuse, j’essayais constamment de cacher mes craintes sous un visage impassible. Souriant rarement, sauf aux clients du bar, et une seule autre personne : la fille Hart. Dernièrement, elle était la bouffée de fraîcheur dans ma vie, celle qui m’éloignait de mes zones d’ombre et m’empêchait d’abandonner complètement. Elle ne connaissait rien de mes plans d’avenir et c’était mieux ainsi. Parce que si elle avait su le merdier dans lequel je m’étais mis les pieds, elle aurait sans aucun doute essayé de me dissuader d’y retourner. Comme n’importe qui sain d’esprit l’aurait fait. Cependant, devenir chasseur était ce que j’avais voulu après l’assassinat horrible des membres de ma famille. Et chaque jour, même les plus merdiques, me confirmait que ce choix était le bon. Soit j’allais devenir chasseur, soit je crèverais en tentant d’en devenir une. Mon téléphone vibra dans la poche arrière de mon jeans alors que je terminais mon service au bar. C’était justement elle qui m’envoyait une invitation pour souper ce soir. Sourire en coin, je répondis rapidement à son message. Au moins, je n’allais pas être seule ce soir.

***

Garant ma bécane devant la maison des Hart, j’avais toujours ce même pincement au cœur : cette maison ressemblait tellement à la mienne. Enfin, à celle où j’avais grandi. Les Hart, tout comme ma famille, habitaient ce genre de petite maison typiquement américaine. J’eus à peine le temps de retirer mon casque qu’une ravissante demoiselle venait m’accueillir m’enlaçant contre elle. Décidément, je n’arriverai jamais à m’habituer à ce genre de marques d’affection entre filles. Sans doute parce que je n’avais jamais eu de sœur. Néanmoins, je répondis à son câlin en l’enlaçant à mon tour.

« Mademoiselle Hart. Je vous remercie énormément de votre invitation et je n’oublierai pas de remercier monsieur votre père pour son accueil si chaleureux. »
, que je lui lançai sur le ton de la plaisanterie.

« Arrête de te foutre de ma gueule, No’, tu sais bien que ça nous fait toujours plaisir de te voir ici. » , et son regard prouvait qu’elle ne mentait pas.

« Je sais et c’est vraiment gentil de m’avoir invitée à v’nir souper avec vous. J’avais b’soin de changer d’air… »

Elle acquiesça à cette remarque et je la suivis jusque dans la maison où de délicieux arômes venaient déjà chatouiller mes narines. Et je ne fus guère surprise de voir Kristofer aux commandes de la cuisine. Sa fille se dirigea vers lui alors que je m’appuyai contre le cadre de la porte, me sentant soudainement de trop dans cette scène de bonheur familial : le câlin à son père, le baiser déposé sur la tête de sa fille, le sourire… Je crois que si j’avais pu fuir à cet instant, je l’aurais fait. Mon visage se décomposa et perdit un moment son expression impassible, mais je dus me ressaisir rapidement lorsque je remarquai le regard de Kristofer qui pesait sur moi.

« Bonsoir, monsieur Hart. Ça sent vraiment bon c’que vous préparez ce soir. », dis-je avec une pointe d’amusement dans la voix. Les bras croisés sur ma poitrine, je ne le quittai pas des yeux.

« Papa, Nolan restera aussi dormir ici ce soir. On a vraiment plein de trucs de filles dont on doit discuter. »

Le principal intéressé ne me quittait pas des yeux. Avait-il ressenti mon malaise l’instant d’avant? Aucune idée. Toutefois, je tentai d’être davantage calme pendant le souper, même si tout ici me ramenait toujours aux mêmes souvenirs : ceux d’une famille heureuse qui était la mienne avant qu’un massacre ne vienne me l’arracher à jamais. J’aidai à dresser la table en écoutant la voix de mon amie qui m’aidait à conserver un certain équilibre dans toute cette situation qui me semblait si irréelle. Ce fut lorsqu’on s’installa à table pour souper que je m’animai de nouveau.

« Alors, monsieur Hart, avez-vous des plans pour ce soir? »

Question somme toute anodine, mais j’avais surtout envie de détourner l’attention ailleurs. Et comme je savais qu’il détestait que je l’appelle monsieur Hart, j’en profitais un brin pour l’agacer. Je lui lançai le regard de la gamine innocente, tout pour l’énerver un petit peu…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loup-garou Beta
Meute de Wade Jackson
avatar

Date d'inscription : 02/01/2017
Messages : 32
Rp postés : 18
Avatar : Henry Cavill Âge du perso : 28 ans
Groupe du perso : Loup-Garous
MessageSujet: Re: Living a life I've never wanted - ft Kristofer Hart Dim 26 Fév - 3:50

La journée avait bien commencée, Kristofer avait pu rester au lit plus longtemps que prévu, sa fille étant maintenant assez grande pour se faire à déjeuner seule, en fin presque si on ne comptait pas la fois où elle avait failli mettre le feu à la cuisine. Ce n’était arrivé qu’une fois mais en bon père qu’il était, il se réservait le droit de sortir cet
évènement à chaque fois que sa fille voulait un peu plus d’autonomie.

Pour l’instant, il était plus que bien dans son énorme lit, sa couverture douillette et ses nombreux coussins. Son cadran avait sonné quelques heures plus tôt, simplement qu’il puisse faire sûr que sa fille se lève aussi pour se préparer à sa journée. Il avait dû se lever et passer rapidement jeter un coup d’œil dans le couloir pour voir la porte de la chambre de sa fille s’ouvrir et voir sa figure disparaitre dans la salle de bains. Il referma la porte de sa chambre sans bruit, sachant qu’il avait maintenant plusieurs heures de bon et doux sommeil devant lui.

Le soleil passait maintenant au travers des carreaux givrés et réchauffait ses jambes étendues par-dessus sa couette blanche. S’il avait eu un chat, l’animal aurait très certainement passé la journée à cet endroit précis. Les rayons de l’astre étaient réconfortants, annonçant une belle journée chaude durant laquelle Kristofer allait pouvoir travailler sur sa moto en laissant la porte du garage ouverte. Il prit le temps de s’étirer quelques secondes avant de sortir de son lit sans le faire. Il forcait évidement sa fille à faire son lit à chaque matin depuis qu’elle était toute petite, mais avec l’âge ça s’était sûrement perdu, et de toute manière il n’entrait que rarement dans la chambre de cette dernière, seulement pour y déposer son panier de linge propre. C’était un respect mutuel que de laisser l’intimité de chacun. Et puis Kris ne voulait surtout pas tomber sur quelque chose qu’il n’aurait pas dû. Pas que sa fille lui cachait quoi que ce soit, mais ils avaient leur petit jardin secret et c’était bien comme ça.

Passant sa main dans ses cheveux, il fit quelques pas qui le séparaient de l’escalier avant de le descendre au pas de course puis de le remonter quelques fois, histoire de s’activer et se réveiller. Il alla par la suite dans sa salle de bains pour prendre une douche afin de bien commencer sa journée. Il ne savait pas trop dans quel état il allait trouver cette pièce après le passage de sa fille, mais il ne fut pas trop surpris de trouver des serviettes par terre et une brosse à cheveux sur le comptoir. Il supportait qu’elle ne se ramasse pas à l’occasion comme il était du genre à aussi se laisser traîner. Elle avait toutes les qualités de sa mère, et tous les défauts de son père.

Le reste de la journée fut occupée avec du travail mécanique sur les motos dans le garage, la porte ouverte à son maximum pour laisser entrer l’air frais. Kristofer n’avait besoin que d’un chandail à manches longues et de sa tuque afin de palier à la température extérieure qui était particulièrement clémente aujourd’hui.

***
La porte de l’entrée principale s’ouvrir et Kris reconnu la voix d’une des meilleures amies de sa fille, Nolan. Elle venait souvent squatter pour le repas, et parfois la nuit. Si elle semblait une jeune fille bien ordinaire, Kris voyait bien au-delà de son regard qu’il y avait plus que ça. Il accueillit sa fille dans la cuisine, où il préparait le souper depuis quelques minutes déjà. La serrant fort contre lui, il ne pouvait s’empêcher de voir une copie conforme de sa mère alors que la jeune femme atteignait l’âge auquel Kris avait connu sa défunte mère.

‘’Bonsoir Nolan, tu sais que tu peux m’appeler par mon prénom, on est pas des sauvages ici!!’’

Kristofer sourit doucement au compliment sur sa cuisine. Il n’était pas un expert mais se débrouillait pas mal, avec deux loups à nourrir, il se devait de devoir cuisine de la bonne nourriture en grande quantité. Il était inutile de préciser qu’il y avait d’énormes quantités de viandes dans le deuxième congélateur dans le garage. Et puis étonnement, la jeune amie avait aussi un appétit de loup que Kris devait combler plusieurs fois par semaine. Le canadien regarda un moment l’invitée, captant un changement dans la lueur de ses yeux. Il conservait sa fille près de lui, acquiesçant à sa demande.

‘’Des trucs de filles, je vois…Un garçon peut-être? J’avais bien envie de ressortir mon Winchester!’’

‘’Papa arrête! Tu ne tireras sur personne cette fois!’’

Le loup haussa les épaules et se retourna vers le four alors qu’il sonnait. Il mit ses gants avant de sortir l’énorme plat de lasagne du four. Un plat qui pouvait nourrir une famille de six athlètes, ou deux Hart et leur invitée. Il plaça le tout sur le four pendant que sa fille plaçait les
assiettes.

‘’Kristofer, merci. Rien de prévu pour ce soir, je devrais vous laisser entre filles c’est ça? Ça va y’a du football à la télé! Et vous vos plans?’’

Prenant la peine de servir leur invitée en premier, puis sa fille, il se garda une part importante pour lui, sachant qu’il allait s’entraîner seul au sous-sol pendant que les filles allaient discuter de ce qu’elles avaient à discuter.


_________________
Computer Hope   Computer Hope
It takes one night, to make it all blur
Change flesh to fur, it's the animal curse
With just one bite, the tables turned
You lit my world, and then watched it burn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Recrue de l'Elit Daemonia
avatar

Date d'inscription : 31/03/2016
Messages : 1302
Rp postés : 148
Points-Bonus : 208
Avatar : Jennifer Lawrence par Jake Rhodes
Âge du perso : 21 ans
Groupe du perso : Humaine
Liens infos : Recrue de Jasper Rhodes
MessageSujet: Re: Living a life I've never wanted - ft Kristofer Hart Mar 28 Fév - 2:53

‘’Kristofer, merci. Rien de prévu pour ce soir, je devrais vous laisser entre filles c’est ça? Ça va y’a du football à la télé! Et vous vos plans?’’

Je jetai un regard en direction de Kristofer en oubliant carrément ma meilleure amie, l’espace d’un moment : je savais bien qu’il était agacé lorsque je l’appelais monsieur Hart, mais tout ceci m’amusait et me faisait sourire et je ne pus m’empêcher d’en rajouter une couche lorsque les lasagnes furent déposées devant moi et qu’il posa sa question.

« On a pas vraiment de plan, m’sieur Kristofer. Je crois que nous allons discuter entre filles. À part ça, pas grand chose… Faut dire qu’on a plein de trucs dont on doit parler… c’est tout. »


Haussant les épaules, j’avalai une bouchée de lasagnes en écoutant mon amie faire la narration de journée. Pimpante, elle avait sa façon bien à elle de raconter tout ce qui l’émerveillait. Je l’enviais : ce n’était jamais simple pour moi d’avoir une vision aussi positive de la vie alors que tout semblait lui réussir. Je mastiquais chaque bouchée, écoutant d’une oreille distraite alors que des pensées peu joyeuses s’installaient dans mon cerveau. À nouveau, mon regard se glaça et j’eus du mal à avaler la dernière bouchée, si bien que je crus un moment que j’allais m’étouffer. Mon amie ne semblait pas avoir remarquée que mon état s’était dégradé, mais je n’aimais pas le regard que je percevais chez Kristofer. Détournant le regard, je ramassai mon assiette et emboîtai le pas à sa fille pour faire la vaisselle dans la cuisine. Elle ramassa la table en un temps record et je savonnais tous les plats crasseux. Je sentais le regard de Kristofer me vriller l’arrière du crâne pendant qu’il terminait de boire sa bière et je sentais la tension me gagner peu à peu : qu’arrivait-il à voir chez moi? Pourtant, je ne laissais rien paraître. Rien du tout. Du moins, pas pour l’œil du commun des mortels. Je me forçai à sourire lorsque mon amie passa une remarque amusante, mais même mon sourire sonnait faux. J’savais bien que je ne trompais personne avec ça, mais elle n’y voyait que du feu. Ou du moins, le laissait-elle paraître… Quoiqu’il en soit, je finis de faire la vaisselle et je suivis mon amie jusqu’aux escaliers qui nous conduiraient à sa chambre.

« Bonne soirée, monsieur Hart! »

Furent les dernières paroles que je lançai à Kristofer avant de suivre docilement sa fille jusque dans sa chambre. Derrière une porte close, il nous serait plus facile de bavarder sans que j’aie la constante impression que son père guettait le moindre de mes gestes. Nous nous installâmes dans son lit et elle commença à déballer tout ce qu’elle avait à dire sur tout le monde à l’école : c’était si facile que je n’avais qu’à l’écouter parler. Je me contentais de lui sourire ou encore de rire à certains commentaires plus amusants que d’autres. Et pendant un moment, mon cerveau cessa de me bombarder d’images sombres et angoissantes. Je redevenais simplement une jeune femme comme les autres, quelqu’un que je n’étais plus depuis trop longtemps. L’heure avançait et elle se mit à bâiller à s’en décrocher la mâchoire. Enfilant un short noir moulant et une camisole noire, nous nous échangeâmes des bonne nuit empreint de : on sait très bien qu’on ne s’endormira pas tout de suite. Un dernier fou rire nous secoua et elle éteignit la lumière. Je mis un moment avant de m’endormir, n’arrivant pas à trouver le sommeil. Elle s’endormit presqu’instantanément. Je pouvais percevoir sa respiration calme et ce fut ce bruit qui m’amena jusqu’aux portes du sommeil. Si j’avais passé un moment joyeux en sa compagnie, il fut de courte durée.

Haletante, mon corps se redressa et je me retrouvai rapidement en position assise dans le lit que nous avions installé pour moi. J’avais du mal à respirer comme si quelque chose comprimait mes poumons m’empêchant de prendre tout l’air désiré. Ma peau était moite et pourtant, il ne faisait pas chaud dans sa chambre. Je me levai en faisant le moins de bruit possible. La gorge sèche, je décidai de me rendre à la cuisine pour caler un grand verre d’eau. Descendant les marches qui craquaient derrière mon passage, j’me disais qu’il était difficile de faire plus discret et j’espérais que ma petite balade nocturne ne réveillerait personne. Mon amie ne sembla pas remarquer mon absence puisque je pouvais entendre sa respiration calme. Arrivée à la cuisine, je pris un verre et fit couler un moment. Je m’aspergeai le visage et l’essuyai avec le bas de ma camisole. Le verre remplit, je le bus à petites gorgées avant de le déposer, vide, dans l’évier. Encore étourdie par les cauchemars qui avaient de nouveau interrompu ma nuit, je décidai d’aller m’asseoir dans le salon.

Mon regard erra un moment dans la pièce et se perdit un moment, si bien que je n’entendis pas le bruit qui aurait dû m’alerter. Lorsque je revins à moi, j’aperçus Kristofer, planté devant moi, peu vêtu, le corps… Heum, on va s’arrêter ici, il s’agit du père de mon amie. Bref, il était là, devant moi. Rougissant et détournant le regard, je ne pus m’empêcher de passer le commentaire suivant :

« J’imagine que votre entraînement explique le fait que vous soyez aussi peu vêtu, monsieur Hart… À moins que vous ne soyez pas seul en ce moment… »

Je savais bien que Kristofer n’avait personne dans sa vie. Mais j’avais envie de le taquiner, de le déstabiliser. De… Je ne savais même pas pourquoi je faisais ça. Sans doute parce que j’enviais sa vie parfaite alors que la mienne explosait en mille morceaux. Sans doute aussi parce que je ne comprenais pas pourquoi la vie s’acharnait sur moi… Peut-être aussi parce que j’avais besoin d’attention et que tout attention, peu importe qu’elle soit bonne ou mauvaise, me convenait. Peut-être parce que j’voulais qu’on s’tape sur la gueule. Après tout, c’était une façon de se défouler, ça aussi…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loup-garou Beta
Meute de Wade Jackson
avatar

Date d'inscription : 02/01/2017
Messages : 32
Rp postés : 18
Avatar : Henry Cavill Âge du perso : 28 ans
Groupe du perso : Loup-Garous
MessageSujet: Re: Living a life I've never wanted - ft Kristofer Hart Mer 1 Mar - 2:51

Le repas se passa sans trop d’accrochages. En fait, comme tous les repas ou presque dans la famille Hart. Il était plutôt rare qu’il y ait des prises de becs entre ses membres. Et encore moins lorsqu’il y avait des invités. Ils se gardaient de se prendre la tête, surtout que la plupart du temps ça virait en bordel ou à la rigolade. Il n’y avait pas vraiment de zone grises chez les Hart, c’était noir ou blanc, oui ou non. Kristofer avait terminé de servir les filles et allait se poser pour manger lorsqu’il vit sa fille sortir une bière. En temps normal, il lui aurait demandé de lui en offrir une, mais un soir de semaine comme ça, avec Nolan en plus, il lui vola la bouteille et la décapsula avec son avant-bras en faisant coincer le bouchon dans sa peau. Souriant à la moue de sa fille, il s’assit pour entâmer son repas. Il écouta les jeunes filles parler de tout et de rien, mais surtout sa fille qui déballait sa journée et ses anecdotes. Il notait que Nolan n’était pas très bavarde. C’était un trait particulier chez elle. Si elle semblait très introvertie et timide, il se doutait bien que cela cachait quelque chose d’autre. Il se surpris à poser son regard sur elle de longues minutes, entre quelques mâchées de sa lasagne ou gorgée de sa bière. Il n’arrivait pas à déchiffrer l’énigme vivante devant lui.

Kris se leva de table une fois son assiette terminée pour la deuxième fois, il fit un clin d’œil à sa fille avant de passer dans le salon pour regarder un peu de football pendant que les filles faisaient la vaisselle. Il n’y en avait pas des masses mais juste assez pour les occuper une petite demi-heure, assez pour lui laisser regarder le match en paix. Il se doutait bien que sa fille allait vouloir squatter, c’était un de ses sports préférés, mais Kris fut soulagé de voir que les filles filaient directement dans la chambre pour papoter. Normalement, la règle était que s’il y avait un match de football ou de hockey, on ne devait parler que du sport, des joueurs et des stratégies, crier sur les arbitres et célébrer chaque bon coup de son équipe. Ceux qui venaient de l’extérieur avaient souvent de la difficulté à comprendre l’ambiance qui régnait dans le salon. Surtout lorsque les deux s’y mettaient à crier vers la télé presque aussi grande que le mur.

Le match était terminé depuis quelques moments, et le canadien n’avait pas abusé des bières, mais il devait quand même passer dans la petite salle de sport improvisée au sous-sol. C’était quelque chose de bien simple, un banc pour s’assoir ou s’allonger selon le type d’exercice, beaucoup de poids comme les loups étaient beaucoup plus forts. Il y avait une radio au cas ou mais Kris était plus du type écouteurs wifi. Surtout que les filles étaient maintenant couchées depuis un certain temps, il ne voulait surtout pas mettre de la musique rock dans le tapis et risquer de les réveiller. Il y passa un bon moment s’amuser à augmenter progressivement la charge de ses poids. Avec sa force de loup garou, c’était d’autant plus amusant que de voir la barre de fer plier sous le nombre de pois posés de chaque cotés. C’était aussi la raison pour laquelle il préférait s’entraîner avec son propre poids. Sa séance de sport terminée, il enleva son t-shirt trempé de sueur et resta en shorts, vêtement en main pour le jeter comme un joueur de basket. Il remonta ensuite pour se chercher de quoi se désaltérer.

La jeune femme dégageait une odeur particulière, accentuée par la charge de sueur qui s’était échappée de ses pores elle aussi. Kris resta un moment dans l’escalier, appuyé dans le cadre de porte, espérant qu’elle allait vite remonter dans la chambre. Il entendit l’eau couler à deux reprises, et se dit qu’elle devait être dans le même état que lui. Il attendis patiemment quelques instants, mais n’entendit pas l’escalier menant à l’étage grincer, annonçant qu’elle remontait vers la chambre. Au contraire, des bruits de pas distinctifs dans le silence de la maison s’étaient dirigés vers le salon. Kristofer décida d’y rejoindre Nolan, histoire de voir ce qui se tramait.

‘’Pour la dernière fois Nolan…Arrête avec le monsieur Hart, ca me vieillit et j’aime pas.’’

Il soupira puis se regarda un instant, ayant oublié qu’il n’était vêtu que d’un short. Il avait par le fait même oublié de se prendre un verre d’eau aussi. Le loup ne put vraiment s’empêcher de détailler ce que portait la jeune femme assise devant lui dans le sofa sectionnel qui prenait la quasi-totalité du salon afin de pouvoir regarder la télé de manière ultra confortable, encore mieux comme Kris s’y endormait de manière fréquente, ça lui permettait de pouvoir s’endormir devant des films en pouvant s’allonger. Elle ne portait qu'une camisole et un short trop un peu trop moulant. Pas un réfléxe de père, seulement elle restait l'amie de sa fille et il ne pouvait pas vraiment penser a quoi que ce soit en la regardant.

‘’Waip c’est l’entraînement…Sinon j’arriverai pas du sous-sol, t’en pense quoi? Non tout compte fait, réponds pas là-dessus!’’

Il s'appuya dans l'encadrure qui menait au salon, celle-ci ne comportant pas de porte en croisant les bras. Il se demandait s'il devait lui demander ce qu'elle faisait la seule dans le salon, ou bien s'il devait la laisser à ses pensées et aller se coucher. Il se foutait pas mal qu'elle squatte le salon même au beau milieu de la nuit, Nolan savait qu'elle était autant chez elle chez les Hart et qu'elle pouvait même piger dans le frigo si elle le désirait. En fait il ne manquait plus qu'elle se pointe alors qu'ils n'étaient pas là, ce qui devait être la prochaine étape et dans très peu de temps selon Kris.

_________________
Computer Hope   Computer Hope
It takes one night, to make it all blur
Change flesh to fur, it's the animal curse
With just one bite, the tables turned
You lit my world, and then watched it burn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Recrue de l'Elit Daemonia
avatar

Date d'inscription : 31/03/2016
Messages : 1302
Rp postés : 148
Points-Bonus : 208
Avatar : Jennifer Lawrence par Jake Rhodes
Âge du perso : 21 ans
Groupe du perso : Humaine
Liens infos : Recrue de Jasper Rhodes
MessageSujet: Re: Living a life I've never wanted - ft Kristofer Hart Mer 1 Mar - 3:52

La dernière réponse de Kristofer me fit tourner la tête en direction de l’extérieur alors que j’étouffais un rire sarcastique. Je ne savais pas pourquoi je désirais le provoquer ainsi. Sans doute parce que j’savais qu’il avait la force physique pour m’écraser. Peut-être aussi parce que j’en avais rien à foutre en ce moment… J’voulais simplement qu’on m’tape sur la gueule. J’n’avais jamais eu de prise de bec avec Kristofer, jamais un seul argument, mais je n’arrivais plus à camoufler la douleur qui m’terrassait en c’moment, cherchant une issue, n’importe quoi pour m’éviter de devenir complètement cinglée. Cette illusion de bonheur n’était pas pour moi. J’arrivais difficilement à me fondre dans le moule de la famille heureuse. Parce que je n’en avais plus de famille! Pourtant, la famille Hart m’offrait en quelque sorte un exutoire, une façon de m’accrocher encore à une réalité qui ne serait bientôt plus la mienne, car dès que je serais chasseur… Tout ceci changerait. Je devrais dire adieu à cette vie… Aussi bien couper les ponts dès aujourd’hui, non? Parce que je ne voulais pas mettre cette famille dans la merde… et surtout pas dans mes emmerdes. Me levant lentement du sofa sectionnel, je m’approchai de Kristofer et me plantai devant lui.

« Désolée, monsieur Kristofer. J’savais pas que ça vous dérangeait autant. Mais si ça TE dérange autant, j’peux aussi me mettre à te tutoyer… »

Mon doigt se posa sur son torse avant de glisser jusqu’à l’élastique de son short. Je suivis des yeux mon mouvement qui s’imprimait ainsi sur sa chair avant de lever à nouveau les yeux vers lui.

« Tu crois que j’ai pas remarqué la façon que t’as d’me regarder depuis que t’es entré dans la pièce? »


J’savais bien que Kristofer ne m’avait pas regardé de façon déplacée, mais je souhaitais le pousser dans ses retranchements, déclencher une colère qui mènerait sans doute à une bagarre… N’importe quoi pour calmer la douleur qui m’vrillait constamment le cerveau. Mes pupilles bleutés l’encadrèrent à nouveau et mon corps repoussa le sien, le forçant à se plaquer dos au mur. J’appuyai mon corps contre celui de Kristofer, me souciant peu à cet instant de la portée de mes actes.

« Alors, c’est de ça dont tu as envie, n’est-ce pas? »

Mon cerveau savait bien que ce n’était pas de ça dont il avait envie. J’me faisais provocatrice, m’amusant aux dépens de cet homme qui ne le méritait pas. Le coinçant dans une position inconfortable. Voulant volontairement le déstabiliser. Je reculai, étirant un sourire triste sur mes lèvres.

« Là, tu dois être en train de te dire que ce serait une mauvaise idée de céder, n’est-ce pas? J’suis l’amie de ta fille… et gna gna gna...»

Mes mains saisirent le bas de ma camisole et je fis mine de la retirer lentement, m’arrêtant à mi-chemin. Je laissai retomber le tissu avant de regarder Kristofer droit dans les yeux.

« T’as envie d’quoi, monsieur Hart? »

Allez, gueule-moi dessus, donne-moi une bonne raison de m’énerver… Qu’on s’tape sur la gueule. Que je prenne une fucking raclée et que j’en redemande jusqu’à ce que je ne sois plus capable de tenir sur mes deux jambes… Pour calmer tout c’qui me gruge… Vas-y, Kristofer, te gêne pas… J’sais qu’t’as envie d’m’éclater la gueule… Agrippe-moi par le col, soulève-moi, balance-moi dans un coin de la pièce… De toute façon, on finira par s’taper sur la gueule un jour… Et si c’est pas suffisant pour te faire sortir de ton calme stoïque, j’suis même prête à te dire que j’suis une recrue de l’Elit Daemonia… Et ça, je sais que ça t’énervera, n’est-ce pas? Mon regard ne cessait de le narguer, de le taquiner, d'aguicher ce désir.

Alors, Kristofer, à quoi vas-tu céder?

J'avais l'air détendue, mais mon coeur battait la chamade dans ma poitrine, dans l'appréhension du moment : du premier coup qui s'abattrait sur moi et me permettrait de me défouler et d'évacuer toute sa rage qui m'écrasait.

Parce que c'était trop... pour une seule personne. Pour moi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loup-garou Beta
Meute de Wade Jackson
avatar

Date d'inscription : 02/01/2017
Messages : 32
Rp postés : 18
Avatar : Henry Cavill Âge du perso : 28 ans
Groupe du perso : Loup-Garous
MessageSujet: Re: Living a life I've never wanted - ft Kristofer Hart Mer 1 Mar - 4:36

Kris la regarda se lever sans broncher, évidement sans savoir ce qui allait se dérouler par la suite. Ses bras restaient croisés sur sa poitrine alors qu’il posait son regard sur la jeune femme qui se détachait du tissu foncé du sofa. Il ne la quitta pas des yeux alors qu’elle se plantait maintenant devant lui. Le canadien était curieux de voir quel chemin elle allait emprunter.

‘’Oui bah tu sais que c’est comme ça ici. On se tutoie...Mais tu fais quoi là?’’

Ses yeux s’écarquillèrent sous la surprise du geste posé par la jeune femme. Il se reteint de lui attraper le poignet et de le tordre alors qu’il sentit les doigts glisser jusqu’à l’élastique de son short. Puis tout devint clair. L’ancien Kristofer aurait joué le jeu, et aurait pris au piège la jeune femme, la battant à son propre jeu. Mais il était maintenant un père et sensiblement plus expérimenté pour savoir que ce devait être la pire idée à faire en ce moment.

‘’Ca va Nolan? T’es tombée sur la tête?’’

La manière dont il l’avait regardé? Oui bon ok, elle était attirante pour une jeune femme, mais le vieux loup était bien au dessus de ses pulsions masculines. Il était capable de réfléchir avec sa tête et non pas avec ce qu’il avait entre les jambes. S’il devait coucher avec toutes les femmes qui lui plaisait bien et qui montrait un peu de peau, il allait devoir changer son lit à presque toutes les semaines. Il était bien capable d’assumer le fait qu’elle était attirante, mais aussi assez mature pour garder ses mains sous ses bras, serrant légèrement les poings, se demandant s’il devait éduquer cette jeune femme.

Kristofer se laissa reculer contre le mur, continuant d’observer la jeune femme de haut, sachant qu’elle ne pourrait dépasser certaines limites sans qu’il ne réagisse. Et c’était précisément ce qu’elle voulait, une réaction. Il allait lui en donner une, mais pas celle qu’elle espérait.

‘’J’me dis rien du tout Nolan…’’

Ce dont il avait envie? D’ouvrir les yeux et de voir le plafond de sa chambre, que tout ceci ne soit qu’un rêve. Parce que si ça s’arrêtait là, le déjeuner du lendemain n’allait pas être très jovial, même tendu. Kristofer quitta son mur pour s’approcher de la jeune femme alors qu’elle jouait avec sa camisole. Il n’allait pas lui donner ce qu’elle voulait, ils valaient tous les deux mieux que ça. Mais surtout elle. Si jeune et avec tant à voir. Évidemment il ne s’avait pas qu’elle était en train de s’entrainer et s’éduquer à devenir un chasseur. Mais comme la condition des loup-garous n’était pas non plus à être discutée de manière ouverte et publique, ils étaient donc deux à avoir un lourd secret qu’ils ne pouvaient partager.

‘’Bon…Aller…Parle-moi. Y’a quoi?’’

S’étant approché d’elle, il la prit par la main afin de l’assoir près de lui, pas trop non plus pour qu’elle ne tente rien qui mettrait encore plus de sous-entendu ou de suspect. Il avait quand même posé une main sur sa cuisse, pas pour en profiter mais pour se montrer rassurant. Plongeant son regard dans le sien, il usa de sa magie de loup afin d’apaiser quelconque mal que la jeune femme pouvait avoir.

C’était un peu triché, mais il ne voulait pas de cette Nolan aguicheuse et provocante. Il ne la connaissait pas depuis des massas mais il se doutait bien que cette image qu’elle projetait venait d’un mal être bien plus profond et enfoui. Sa chaleur irradiait doucement en direction de la jeune femme, essayant de l’envelopper dans une sensation de sécurité et d’apaisement. Il allait au moins pouvoir lui parler quelques minutes, sans pour autant lui tirer de force les vers du nez. Simplement voir ce qui se passait dans cette petite tête, derrière ces beaux yeux bleus.

_________________
Computer Hope   Computer Hope
It takes one night, to make it all blur
Change flesh to fur, it's the animal curse
With just one bite, the tables turned
You lit my world, and then watched it burn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Recrue de l'Elit Daemonia
avatar

Date d'inscription : 31/03/2016
Messages : 1302
Rp postés : 148
Points-Bonus : 208
Avatar : Jennifer Lawrence par Jake Rhodes
Âge du perso : 21 ans
Groupe du perso : Humaine
Liens infos : Recrue de Jasper Rhodes
MessageSujet: Re: Living a life I've never wanted - ft Kristofer Hart Jeu 2 Mar - 3:39

« Bon…Aller…Parle-moi. Y’a quoi? »

Lorsque ses doigts entrelacèrent les miens pour m’attirer de nouveau vers le canapé, j’eus du mal à me contenir : pourquoi lui parler? Après tout, qu’est-ce qu’il en avait à foutre de ma vie? Tout ce que je représentais pour lui, c’était la copine de sa gosse. Et sa réaction venait de me le confirmer. Pas que j’avais une confiance aveugle en mes atouts, mais un mec qui reste de glace devant une fille vêtue comme je l’étais… J’avais tout de même un peu honte de mon comportement : pourquoi avais-je de la difficulté à tout simplement être heureuse pour les autres? Parce que le bonheur, je n’arrivais sans doute plus à y croire depuis la mort de ma famille. Parce que je revoyais sans cesse la tête de ma grand-mère dans une boîte-cadeau et que je revoyais sans cesse mon grand-père, ligoté, installé sur un bûcher et moi forcée de lui tirer une balle dans la tête. Mes grands-parents n’avaient pas choisi cette vie et pourtant, ils en avaient subi les conséquences. Lorsque je sentis la main chaude de Kristofer se poser sur ma cuisse, je sursautai d’abord, scrutant sa main pour ensuite laisser mes pupilles croiser les siennes. Et sans pouvoir exactement me l’expliquer, une chaleur m’enveloppa : c’était difficile de rester énervée et je me sentais plus calme que je ne l’avais été depuis le début de notre entretien.

Coupant tout contact visuel avec Kristofer, cherchant à expliquer la source de l’apaisement que je ressentais, je me levai d’un bond m’éloignant de Kris, incapable pour le moment d’articuler une seule parole. Mes bras s’enroulèrent autour de mon corps alors que j’arpentais la pièce d’une démarche un peu nerveuse. Je n’avais jamais aimé parler de ma vie et cette situation me rendait inconfortable puisque j’étais dans l’impasse : qu’est-ce qui m’avait calmé? Le bleu de mes yeux croisèrent de nouveau les pupilles de l’homme en face de moi qui n’avait pas bronché. Incertaine de ce que j’allais dire, je sentais une rage sourde m’envahir. Il n’était pas responsable de ce que je ressentais, il n’avait juste pas conscience qu’il venait d’ouvrir une boîte de Pandore.

« Et tu veux qu’on parle de quoi, monsieur Kristofer? De ta vie parfaite, peut-être? Parce que tu crois p’t’être que tout est magnifique dans l’monde? Que tout est beau? »

Il encaissait, pour tous ceux qui n’avaient pas encaissé avant lui, pour tout ce que je ne pouvais plus retenir. Je laissais ma rage se déchaîner, sachant bien que Kristofer n’était responsable de rien, mais comme il était un père, j’croyais sans doute qu’il parviendrait à comprendre tout le chaos qui régnait dans mon crâne. Y’avait du ménage à faire là-dedans et j’savais même pas par quel côté j’devais me prendre. Glissant mes doigts dans ma chevelure blonde, je cessais mon va-et-vient dans le salon pour fixer de nouveau Kristofer.

« Tu peux pas comprendre… Et j’ai pas envie qu’tu comprennes. Parce que si tu savais à quel point y’a d’la merde dans ma vie, tu m’foutrais sans doute dehors de chez toi… »

J’suis une menace, Kris. Et fais-moi confiance, t’as pas envie d’m’avoir près de toi ou de ta famille. Parce que ceux qui s’approchent trop près de moi finissent par mourir.


« Pis tu sais quoi? T’aurais raison d’le faire. Parce que si j’reste trop longtemps près d’vous deux, j’sais juste pas de quelle façon vous allez crever… »


Mon cœur battait à un rythme effréné alors que je tentais de me calmer et de chasser les images qui repassaient en boucle dans ma tête. Je soufflai un moment et mon regard s’accrocha au sol. Sans regarder le père de mon ami, l’homme que j’avais tenté de faire sortir de sa zone de confort, je murmurai :

« T’es sûr que t’as toujours envie qu’on discute, Kristofer? Parce que si c’est l’cas… j’crois pas qu’tu pourras vivre assez longtemps ensuite pour qu’on en reparle… »

Le pire, c’était qu’à cet instant précis, j’étais sincère dans ce que je disais : les seuls qui arrivaient à survivre en me connaissant, c’étaient deux chasseurs. Je fermai les yeux un moment et vint réinstaller mon cul à côté de Kristofer. Je me laissai davantage tomber sur le divan que je m’installai doucement.

« J’t’assure… tu veux pas savoir… »

Mon regard attristé croisa le sien : ma vie n’était qu’une série d’échecs…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loup-garou Beta
Meute de Wade Jackson
avatar

Date d'inscription : 02/01/2017
Messages : 32
Rp postés : 18
Avatar : Henry Cavill Âge du perso : 28 ans
Groupe du perso : Loup-Garous
MessageSujet: Re: Living a life I've never wanted - ft Kristofer Hart Dim 5 Mar - 5:26

Kristofer ne fit de geste pour la retenir alors qu’elle s’éloignait de lui pour faire les cent pas. Il voulait la laisser réfléchir par elle-même, comptant sur l’introspection pour qu’elle se rende compte de ce qu’elle avait tenté de faire, mais surtout les raisons qui avaient fondé cette décision. Il ne quittait pas la jeune femme du regard alors qu’elle marchait d’un bout à l’autre du salon, ramenant ses bras sur sa poitrine.

Elle avait l’air énervée, agitée, comme si au lieu d’avoir réussis à déstabiliser le canadien, c’était elle qui venait d’être débalancée. Il avait bien tenté de la calmer, sans trop abuser de son loup, et sans qu’elle soit confuse de ce changement si soudain de ce qu’elle pouvait ressentir.

Il ne répondit pas à ses premières questions, s’il avait bien appris quelque chose au fil des années, c’était de ne jamais répondre à une femme énervée. Ça lui aurait servi à quoi de toute manière? Qu’à envenimer la situation. Il ne pouvait pas non plus simplement lui répondre que sa vie n’était pas aussi parfaite qu’elle le pensait. Ce n’était pas comme s’il pouvait tout déballer, que sa meilleure amie était en fait un loup-garou, et que son père aussi. Que leur vie si parfaite n’était pas nécessairement une masquarade puisqu’ils s’aiment vraiment profondément, mais bien que leurs vies étaient bien plus compliquées. Kristofer avait tout mis en œuvre pour que sa fille aie une vie des plus normales, avec tout l’amour qu’un père pouvait offrir, mais évidemment ce n’était que la pointe de l’iceberg quand venait le temps d’évoquer leurs activités nocturnes mensuelles.

‘’C’est peut-être une solution en effet…Te foutre dehors. Mais qu’est-ce que ça réglerait vraiment?’’

Sans quitter le sofa, et sans quitter la jeune femme des yeux, il était vrai que Kristofer avait pensé la mettre à la porte. En même temps, ça aurait été difficile à justifier auprès d’Emily. Comment aurait-il pu trouver une manière diplomate de lui dire que son amie s’était présentée dans un pyjama et l’avait abordé de manière très aguichante et provocatrice.

‘’Crever? Mais de quoi parles-tu? Là oui, on est bien obligé d’en discuter parce que je n’accepterai pas les menaces sous mon toît, encore moins si ma fille pourrait être en danger’’

Kris serra les poings, s’il y avait bien quelque chose qu’il ne pouvait supporter, c’était de savoir sa fille en danger. Déjà qu’il avait un caractère très protecteur, il ne faillait absolument pas menacer la pupille de ses yeux. Il était prêt à tuer pour la protéger et n’hésiterai pas à le faire. Il se força quand même à se détendre, éviter de laisser le loup prendre le dessus, déjà qu’il l’utilisait en ce moment même pour continuer d’essayer de calmer la jeune femme. Il l’a laissa se rassoir près de lui, c’était plus facile pour sa magie d’agir lorsqu’elle était plus près de lui, mais pour le moment, il laissa dissiper son aura, voulant connaître le vrai fondement de l’énervement de Nolan, et ce qu’elle avait à lui dire. Il luttait pour garder son calme, mais y arrivait grâce à son expérience.

‘’Dis moi tout…Je t’écoute.’’

Son ton avait changé, il était moins rassurant, s’attendant au pire. Si elle était dans une sale situation et qu’elle devait y entraîner Emily, il ne donnait pas cher de sa peau. Non pas qu’il toucherait un seul cheveux de Nolan, mais il lui ferait rapidement comprendre qu’elle ne serait plus la bienvenue dans leurs vies. Ses traits s'étaient aussi durcis, passant du père à l'écoute des problèmes, à celui du père protecteur de sa fille, de l'homme concerné par la sécurité de sa famille.

_________________
Computer Hope   Computer Hope
It takes one night, to make it all blur
Change flesh to fur, it's the animal curse
With just one bite, the tables turned
You lit my world, and then watched it burn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Recrue de l'Elit Daemonia
avatar

Date d'inscription : 31/03/2016
Messages : 1302
Rp postés : 148
Points-Bonus : 208
Avatar : Jennifer Lawrence par Jake Rhodes
Âge du perso : 21 ans
Groupe du perso : Humaine
Liens infos : Recrue de Jasper Rhodes
MessageSujet: Re: Living a life I've never wanted - ft Kristofer Hart Mer 22 Mar - 1:20

Menacer sa fille? Avait-il vraiment écouté ce que je venais de lui dire? Sûrement pas. S’il l’avait fait, il aurait sans doute compris que le problème c’était moi et non pas sa famille. Cependant, Kristofer agissait en bon père de famille voulant protéger tout et tout le monde, et surtout son sang, sa famille, sa fille… Emily. Je l’enviais, elle qui arrivait à dormir si paisiblement alors que mon sommeil était toujours perturbé : chaque nuit, les cauchemars se répétaient, plus angoissants les uns que les autres. Les visages étaient souvent les mêmes : la mare de sang, les hurlements… Mon regard figé à jamais sur cette scène que mon cerveau n’effacera pas. J’aurais bien voulu lui offrir un peu de repos, à mon cerveau, et j’croyais bien que la famille Hart arriverait un moment à m’accorder le répit dont j’avais tant besoin. Je réalisais néanmoins que je ne pouvais imposer ce fardeau à personne d’autre. Trop de gens avaient souffert en voulant me protéger et je ne pouvais pas demander ça à Kristofer et Emily. Ils formaient une belle petite famille heureuse et je n’avais pas le droit de gâcher leur bonheur.

Les mots prononcés par Kristofer me firent sursauter. Sans doute parce que j’étais perdue au loin dans mes pensées, à réfléchir comment fuir toute cette situation. Sans perdre une seconde de plus, je remontai à l’étage en faisant le moins de bruit de possible pour ne pas réveiller mon amie. À l’entendre, elle était sans doute plongée dans son sommeil profond et je n’avais aucun risque de lui voir ouvrir un œil… J’enfilai mon jeans, agrippai mon sac à dos ainsi que mon casque et descendis de nouveau les escaliers en faisant le moins de bruit possible. De retour dans le salon, je fis face à un Kristofer qui ne comprenait sans doute rien à tout ce qui se passait devant ses yeux. Même moi j’avais du mal à me comprendre, alors, demandé à une autre personne de le faire… Mon cœur se serra un moment alors que je pensai que c’était la dernière fois que je voyais Emily. C’était la seule amie que j’avais depuis un moment… Depuis le départ de la belle Mexicaine. J’ouvris la bouche pour parler de nouveau à Kristofer, mais les mots restèrent coincés un moment dans l’fond d’ma gorge. Comme si j’avais oublié comment parler. Et c’était le cas. Pendant cette fraction de seconde, j’avais complètement oublié comment faire. Je n’arrivais pas à prononcer un seul mot. On fait ça comment, des adieux? Tsé, ceux du genre : désolée d’avoir passé dans ta vie, mais j’fous l’camp pour que tu puisses continuer de vivre heureux? Je n’en avais aucune idée.

Passant ma main sur mon visage, j’essaie de calmer ce malaise grandissant qui s’accaparait de tout l’espace disponible en moi. C’était comme une marée si puissante qu’elle ravageait tout sur son passage. J’avais envie d’hurler que j’étais encore vivante et que j’avais une vie à vivre malgré tout… Mais la vie ne m’écoutait jamais. Elle se contentait simplement de m’balancer comme bon lui chantait, et c’est encore une fois ce qu’elle faisait. J’avais bien envie de l’envoyer se foutre, c’te vie. Mon regard perdu croisa de nouveau celui de Kristofer qui se tenait toujours debout devant moi. L’espace d’une respiration, mon regard se voila et je laissai la colère me dominer entièrement. Je voulais qu’il sorte de ma vie. Pour sa sécurité et celle de sa fille. Fallait juste lui faire pogner les nerfs. Pour qu’il interdise à Emily de me voir. Parce qu’ils seraient plus en sécurité loin de moi.

Mes mains repoussèrent Kristofer et le plaquèrent contre le mur. Je ne le quittai pas des yeux alors que mon corps – poids plume contre un poids lourd – lui barrait temporairement le chemin.

« T’sais Kristofer, si tu veux que rien n’arrive à ta belle fille, tiens-là éloignée de moi. Tu voudrais pas qu’elle crève dans d’atroces souffrances? Tu voudrais la regarder se vider de son sang? Voir ses tripes répandues partout sur le sol? Peut-être que t’aimerais mieux qu’on lui tranche la tête? Ou que des vampires sadiques s’amusent avec elle, lacérant son corps et le déchirant jusqu’à ce que la vie quitte son enveloppe charnelle? Et si tu devais regarder ta fille brûler vive et que ta seule option serait d’lui tirer une balle dans la tête pour mettre fin à ses souffrances, le ferais-tu, Kristofer? »

Mon regard embué ne quittait pas le sien. J’avais craché ces mots comme un poison qu’on tente d’extraire de son corps. Parce que ce poison, c’était le mien. C’était ma famille. C’était moi, impuissante face au massacre de ceux de mon sang, de ceux de mon clan. Mon corps cessa de faire pression contre celui de Kristofer et j’agrippai mon sac à dos, mon casque et j’ouvris la porte. L’air frais de la nuit me fouetta le visage. Sans un seul regard derrière moi, je lançai par-dessus mon épaule.

« C’est ça, ma vie… J’suis sûre que tu ne souhaites pas que j’ravage la tienne… »

Je marchai lentement en direction de ma moto, me disant que c’était la seule décision logique, l’unique décision si je ne souhaitais pas voir Kris et sa fille finir comme ma famille. Je savais que je devais les protéger de moi. Parce que je n’étais pas encore chasseur et même lorsque je le serais, je ne pourrais pas constamment veiller sur eux. Surtout si je désirais tuer un maximum de vampires… Et pis à cet instant, j’sais pas pourquoi, mais j’aurais presque souhaité crever. Haussant les épaules, j’me dis que l’épreuve Daemonia aurait sans doute raison de moi. C’était mieux ainsi : si je n’avais personne dans ma vie, on ne pourrait pas tuer ceux que j’aimais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Living a life I've never wanted - ft Kristofer Hart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Living a life written in black ink — Thea O'Riordan
» happiness is living a life having fun (nick)
» Demande de Wanted / Renom / Honneur Xino & Jenaiz
» Renom et Wanted du tigre marin !
» — bring me to life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: . :: Les résidences :: Les maisons :: Maison de la famille Hart-
Sauter vers: